Derniers sujets
Partagez | 

Au Creux de la Roche [PV: Nagamasa]


Lun 28 Aoû 2017 - 23:56
L'averse se précisait dans les cieux nocturnes arborant sa plus sombre parure nuageuse. L'eau et l'éclair allaient s’entremêler dans leur chute primordiale et implacable. L'abysse se dessinait lentement, prenant vie, à travers le courroux des étoiles. Lever les yeux vers cette immensité infinie et se satisfaire de la contempler d'un regard à la fois émerveillé par sa beauté, mais aussi craintif à la fois, de se perdre dans cet abîme inconnu.

Cela faisait des heures que deux des plus héroïques Shinobi du Village caché de la Roche, cherchaient la vérité, envers et contre tout. De fausses pistes en désillusions choquantes. Rassemblant des réponses n'appartenant pas à la même question nimbée de mystères. La félonie était tapie dans l'obscurité. Mais où ? Qui ?

La plupart des habitants insouciants ne se doutaient guère des durs sacrifices de la vie d'un Shinobi. Se prélassant chez eux, bien au chaud. Se gavant jusqu'à imploser leur panse bien ronde. Buvant jusqu'à ne plus ressentir leur palet. Forniquant à s'en brûler les organes reproducteurs. Enfin, c'était partout pareil. Mais heureusement, des justiciers étaient toujours là pour les protéger de la vilenie.

Le Nagamasa avait convié le Soryu à le suivre. Il voulait apparemment l'amener voir quelque chose ou quelqu'un. Il n'avait pas vraiment donné de précision. Ce dernier était difficile à cerner. Un personnage haut en couleur, n'ayant pas peur de teinter sa lame de sang. Marchant telles silhouettes bravant la brise glacée du vent battant de son chant les ruelles, ils avancèrent.

Finalement, cela amena les deux individus devant les portes d'une résidence, assez grande et imposante. L'architecture du lieu se dessinait sous l'obscurité, grâce aux fins rayons lunaire se battant contre les ténèbres des prémisses de l'averse.

Kanon était un peu curieux. Que voulait lui montrer le Samurai ? Ou bien encore, qui comptait il lui présenter ? Le mystère était entier et dévorant. La longue marche nocturne touchait à sa fin. Mais marquait le début d'un autre chapitre tout aussi passionnant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon http://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees

Mar 29 Aoû 2017 - 2:02
La pluie tombe sur le visage pourtant encapuchonné de Kõga tandis qu'il fend l'air déjà respiré et humide, de la buée s'échappant d'entre ses lèvres à moitié closes. Le froid ne le gêne pas et l'heure tardive l'empêche de croiser trop de ses congénères, sa misanthropie se transfigurant pour une nuit en règle tacite.

C'est les événements qui avaient précédés cette averse torrentielle qui menèrent les deux hommes à cet endroit précis, l'enquête ayant révélée de noirs secrets que certains s'étaient évertués à cacher. En connaissance de cause, le Chien Errant emmène donc sa nouvelle rencontre vers un endroit plus calme et bien plus approprié pour des questions de sécurité nationale. Un endroit qu'il connait mieux que beaucoup d'Iwajins ; la résidence familiale Nagamasa.

Le chemin à parcourir n'est pas exceptionnellement long ni sinueux, les passerelles entre les baraquements sont glissantes mais leurs pas sont sûrs, dans une cadence presque militaire et symétrique. Une fois devant le portail de fer et de bois, d'un mouvement de la tête pour soulever son couvre-chef et dévoiler son faciès reconnaissable ne serait-ce que par ses deux yeux d'un gris terne et non sans rappeler le Dôjutsu du clan Hyûga, le garde en poste ouvre et les laisse rentrer. Arrivé à ce point, il se doute que son compatriote a compris de quoi il en retourne et ne lui fait pas l'insulte de mettre des mots sur ce qu'il a sous les yeux.

Ils s'enfoncent dans le jardin de la demeure et passe devant le grand dôme couvert de kanjis, de neige fondue par les pluies rutilantes, le symbole clanique s'étirant en sa longue croix cerclée dans les restes glacés sur la devanture. Cet icône bien connu dans le Pays du Fer lui rappelait bien des choses, pas toutes joyeuses qui l'avaient forgés en cet homme se tenant maintenant, accompagné de Kanon à quelques mètres des larges portes en bois de la demeure.

Ses phalanges frappent plusieurs fois la porte puis il s'invite à l'intérieur, laissant tomber sa longue cape mouillée sur le sol. « Oï Chôgen, t'as de la visite. » Prêt à expliquer à son âiné l'importance de la discussion qui va suivre, il avance dans le hall et pose un pied sur une des marches menant à l'étage.

Il doit être là, il en a l'obligation. C'est une question que Kõga trouve primordiale, malgré son peu d'attache à la patrie, le samurai s'investit dans cette mission car elle est devenue personnelle. Celui dont il ne connaît pas le nom doit mourir, de sa main dans un combat singulier pour que son honneur soit à nouveau rétabli. Bête faite d'habitudes et de principes, certains assez vétustes, il ne lâchera pas une once de terrain sur le plan abstrait de ses convictions.

_________________
« Take me down to the river bend
Take me down to the fighting end
Wash the poison from off my skin
Show me how to be whole again
. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t763-yaken-koga

Mar 29 Aoû 2017 - 3:49


AU CREUX DE LA ROCHE
— Koga, Kanon & Chôgen


Comme un air de retour à la maison, retour dans son pays. La pluie battante qui venait s’éclater sur l’étang de la cour arrière du dojo, enrobant le perron en bois du son de l’éclatement à la surface de l’eau. Un bruit que le samouraï a toujours apprécié, une zone de confort, une bulle de calme. Si bien qu’il se laissa tomber dans ce gros coussin qu’il avait déplacé juste pour l’occasion, pour fumer en toute tranquillité.

Une trop forte consommation d’herbe, celle-ci étant légèrement plus planante que les autres. Un autre monde venait de s’ouvrir. Le rêve provenant de son sommeil. Un souvenir qui refait surface.

Le dojo du clan Nagamasa, à l’époque du pays du fer. Dans la zone d’entraînement, trois enfants, trois frères, un combat. La danse du fer dans toute sa splendeur. La pluie tombante sur les trois garçons du clan, combattant sous l’œil surveillant du père. De loin, on aurait presque pu voir un combat à mort. Chacun pour soi, pour sa survie. Soudainement, un coup d’épée qui se dirige vers Chôgen rapidement.

Soudainement, la foudre qui arriva pour tomber quelque part dans les montagnes. Le bruit si fort, si puissant, dissipa la fumée du rêve, réveillant le samouraï dans un léger sursaut. Il regarda autour de lui, la pluie toujours présente, son sabre en face de lui. Il voulait repartir dans ses pensées, se rendormir, mais quelqu’un venait de frapper à la porte. La voix de son frère, qu’il ne pourrait pas confondre avec une autre, venait de l’appeler.

Il se leva de son coussin, empoigna son sabre pour l’accrocher à sa ceinture et remettre son haori blanc. Parcourant la grande salle du bâtiment, il arriva à la porte pour l’ouvrir. Sans surprise, il tomba nez à nez avec son cadet. Mais pour une fois et aussi surprenant que cela puisse paraître, il était accompagné. « Oï ! » dit-il, d’un air légèrement dans les nuages, se frottant les yeux d’une main et l’arrière de son crâne de l’autre. « Qu’est-ce que tu viens faire ici aussi tard ? Tu n’as pas trouvé une fille de joie pour te combler ? »

Puis son regard se posa sur l’individu qui était à ses côtés. Il ne l’avait jamais vu, ne l’avait jamais rencontré. Il trouvait cela vraiment très étonnant, surtout que son frère ne traîne pas vraiment avec d’autres ninjas dans son habitude. « Hajimemashite ! » lui envoya le Nagamasa tout en montrant un visage affectif. « Chôgen, je suis son frère. Vous pouvez m’expliquer ce que vous faite ici précisément ? »


_________________
雷切 -Raikiri no Chôgen
« The glories of our blood and state, are shadows, not substantial things. There is no armour against fate, death lays his icy hand on kings. But i'm not a king, and my shadow will bring a new hope for Iwagakure no Sato... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t138-chogen-you-re-gonna-feel-my-blade-into-your-body http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t981-nagamasa-chogen-carnet-d-un-samourai#5004 http://www.ascentofshinobi.com/u311

Mar 29 Aoû 2017 - 4:44
Les gouttes de pluie tombaient en de fracassantes lances aqueuses. Certaines, ne manquant point d'audace, osaient prendre pour obstacle final dans leur course mélancolique, le Soryu. Il savait apprécier les averses. Même trop audacieuses. Il les aimaient pour leur singulière poésie. Le bruit de l'eau frappant dans une symphonie naturelle les notes d'une harmonie. Mais, l'hiver, cela est un tantinet moins plaisant. La froideur de cette cascade douce et légère s'en trouvant alors une goutte trop accentuée.

Après avoir passé l'imposant portail, Kanon comprit assez vite qu'il s'agissait de la demeure du clan de Samurai. Symbole d'Iwa. Tout comme les  utilisateurs des Pupilles Blanches, ceux de l'argile explosive, ou encore les volcaniques crinières rouges telle la lave. Après tout, l'épéiste était le frère du dirigeant du Triumvirat Gunjiteki. Le désormais célèbre Nagamasa Chogen. L'un des trois dirigeants du Village Caché de la Roche. Kanon n'avait jamais eu l'occasion de croiser le chef de la branche militaire. Peut être en étais ce là l'occasion. Se doutant que le manieur de lames ne comptait pas simplement l'inviter à boire le thé.

Traversant un magnifique jardin de style traditionnel ou les perles célestes venaient mourir d'elles même, la cathartique somptuosité de la scène pouvant émouvoir n'importe quel peintre et lui inspirait un chef d'oeuvre digne de figurer dans la postérité pour un millénaire.

Kanon resta un peu en retrait lorsque Koga vint frapper à la porte de la demeure. C'était naturel et la moindre des politesse. Après un court instant, un homme apparut. Il s'agissait à n'en pas douter du membre du Triumvirat. Le seul des trois que le Soryu n'avait jamais croisé auparavant.

« Hajimemashite ! » - répondant de manière un peu plus formelle, due à la différence évidente de position dans la hiérarchie-
« Soryu Kanon. Jonin, actuellement affilié à la branche Keizai . » -se présentant en donnant son grade et son affiliation-

Préférant rester solennel, il laissa le frérot répondre à la question qui lui était de toute façon personnellement adressée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon http://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees

Mar 29 Aoû 2017 - 22:46
Le tonnerre tonitruant berce cette nuit sans lune, enchevêtre ce ciel de vignes lumineuses et cisaille l'intégrité noire en flashs espacés, comme si la foudre allait venir s'abattre sur cette grande demeure d'une seconde à l'autre. Bientôt son appel fut entendu et des escaliers, il descend. Nagamasa Chôgen, l'allégorie de ce que serait Arès s'il possédait un avatar dans le village caché de la Terre. Il le regarde et voit que son frère vient à peine d'émerger d'un sommeil de plomb sûrement provoqué par ces herbes qu'il affectionne et consomme tant.

« Passe-moi les blagues, y a plus important que les bras d'une femme. » Il coupe court, sa pâleur et les gouttes d'eau qui coulent de la pointe de ses quelques mèches humides témoignent de son état d'esprit. Tout ceci a un but précis, il évite de ramener des étrangers sous le toit de la demeure familiale mais c'est un cas de force majeure.

Après avoir secoué la tête comme un chien humide, il fait quelques pas vers Chôgen en s'éloignant un peu de Kanon et salue son frère d'une tape franche et amicale sur l'épaule, bloquant dans ses yeux carmin ses propres pupilles incolores. « Ce qu'on fait ici ? T'as dû apprendre pour la mission. Les tenants et aboutissants vont chercher plus loin que ce que l'on pensait, je pense qu'il faut qu'on discute tout les trois en privés. On n'a pas chômé depuis notre retour et je pense qu'il y a matière. C'est urgent. »

Chôgen le connait, il sait que son cadet n'est pas du genre à perdre son côté frivole et devenir si sérieux si la situation ne l'exige pas. Il s'attend donc à ce que son supérieur hiérarchique prenne la bonne décision et qu'ils se dirigent tous ailleurs, dans un endroit propice à la discussion qu'ils doivent avoir. Dans une des poches intérieures du Jônin, un papier blanc soigneusement plié dépasse sans être pour autant visible et ce dernier contient de quoi aiguiller la troupe.

Les informations recoupées des deux parties donneront-elles quelque chose de probant ? Kõga en est convaincu, il est habité de cette hargne primitive qui ne le quittera jamais tant qu'il ne sera pas arrivé à son but ultime, à savoir de signer de la pointe de la Fossoyeuse le cadavre de son agresseur. Pour ce faire, il doit donc remonter jusqu'à lui, sans piétiner plus que aujourd'hui.

_________________
« Take me down to the river bend
Take me down to the fighting end
Wash the poison from off my skin
Show me how to be whole again
. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t763-yaken-koga

Mer 30 Aoû 2017 - 3:30


AU CREUX DE LA ROCHE
— Koga, Kanon & Chôgen


La petite blague ne l’avait pas fait rire, d’ordinaire, il lui aurait tout de suite répondu et d’une manière bien plus violente. Mais pour une fois, même si cela est très rare venant de lui, il venait de prendre un air très sérieux et annoncer cette nouvelle dans un calme olympien. Même lui avait du mal à y croire. La situation devait vraiment être urgente pour qu’il réagisse comme ça. « Laisse moi prendre mes geta et je vais vous amener dans un endroit plus calme. »

Sa curiosité venait d’être piqué. Pour une fois, son frère avait l’air de vouloir aider le village, pour une fois, il allait faire quelque chose pour quelqu’un d’autre que lui-même en encore pour son frère. Cela était bien plus grand. Il était prêt à partir, quittant la demeure Nagamasa avec ses deux collègues shinobi, sous cette pluie battante. Dans une certaine hâte, il était en train de traverser le cœur commerçant, tout en voulait être le plus discret possible, pour que personne ne les voit ou encore ne les suivent.

Ils se retrouvaient maintenant dans cette partie du village étant encore un peu sauvage, sans vie, sans batisse. La nuit venait les couvrir de son voile pour les dissimuler dans son sillage. « Nous ne sommes plus très loin. » C’est en quelques pas qu’il venait d’arriver au pied de la montagne. En face d’eux, il n’y avait pas grand chose, hormis un gros rocher parmi d’autres. Mais tout cela n’était qu’une dissimulation. « Aide moi à bouger ce roc. » venait de dire Chôgen à son frère.

Par la force combiné des deux Nagamasa, le roché venait d’être poussé suffisamment pour laisser apparaître un passage caché juste derrière lui, juste plus grand que la taille d’une personne lambda. « Ici, nous allons avoir aucun problème, c’est mon petit jardin secret. »


Une fois passés par le passage et un tunnel d’une dizaine de mètres, ils venaient d’arriver dans cette grande caverne. Un endroit assez impressionnant, avec un plateau en son centre et un lac interne qui l’entourait. Il venait passer du temps ici pour que personne le trouve, pour pouvoir être dans son coin, réfléchir. « Je pense qu’ici aucune oreille ne pourra venir nous déranger. Maintenant expliquez moi quel est le problème. »


_________________
雷切 -Raikiri no Chôgen
« The glories of our blood and state, are shadows, not substantial things. There is no armour against fate, death lays his icy hand on kings. But i'm not a king, and my shadow will bring a new hope for Iwagakure no Sato... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t138-chogen-you-re-gonna-feel-my-blade-into-your-body http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t981-nagamasa-chogen-carnet-d-un-samourai#5004 http://www.ascentofshinobi.com/u311

Mer 30 Aoû 2017 - 17:28
Laissant les deux frères converser entre eux, le Shinobi essaya de cerner un peu le mystérieux chef militaire du Village Caché de la Roche. A part son nom,synonyme de son appartenance à un clan réputé de manieur de lames, il ne connaissait rien de l'individu. D'ailleurs, maintenant qu'il y pensait, l'un avait des cheveux noirs de jais tandis que l'autre avait une chevelure tirant sur le gris. Peut être des demi-frères. L'urgence et la gravité de la situation, comme le soulignait Koga, demandait une certaine discrétion. Une conversation des plus privée devait avoir lieu. Chogen le compris rapidement, proposant alors de se rendre à un endroit plus calme et à l’abri d'éventuelles oreilles trop curieuses.

Malgré la pluie battante et l'orage grondant, les trois Iwajins prirent vaillamment la direction d'un autre lieu. Sous l'égide du dirigeant les conduisant en direction de la terre promise. S’enfonçant dans les entrailles de la nuit et de la roche, ils finirent leur pèlerinage en arrivant au pied de la montagne. Révélant contre toutes attente un inattendu passage secret caché derrière un rocher.

Le Nagamasa avait son sanctuaire de solitude, où il pouvait aisément méditer sur les questions existentielles à l'écart de la perversion de ce triste monde tragique. Une caverne naturelle bercée par un lac souterrain. Une certaine beauté émanait de la toile érigée ici bas.

La réunion pouvait donc commencer.

«  Concernant la mission d'escorte du médecin vers Hi no Kuni. L'attaque que nous avons subie et qui s'est résultée en la capture d'Aranada est certainement due à une fuite d'information. » -entrant dans le vif du sujet-

« Il y a forcément un traître dans nos rang. Les assaillants étaient certainement au courant de notre mission. »

Soulevant la traîtrise plus que probable d'un membre certainement haut placé de Tsuchi no Kuni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon http://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees

Mer 30 Aoû 2017 - 18:36


La diction de Kõga est impeccable au point de réveiller les instincts grégaires de la petite troupe qui s'agence en meute. Il ne faut pas longtemps pour qu'ils quittent l'abri qu'ils viennent juste de rejoindre dans le plus grand secret, seul le bruit de leurs chaussures trahissant leurs positions par le clapotis de l'eau des larges flaques qui ornent le sol d'Iwa, victime du tempérament capricieux des amas nébuleux.

Chôgen a l'air d'avoir une idée du lieu parfait pour ce genre de réunion au sommet et c'est en toute confiance que le manieur de la Fossoyeuse lui emboîte le pas, Kanon fermant la marche. Ils sont rapides, furtifs et ne s'encombrent pas de discussions inutiles le long de ce parcours en plein air. Bientôt ils quittent le cœur constitué de commerce, véritable centre des rentrées d'argent qui font la renommée de l'ancienne Rokkusu pour des chemins plus arides et en friches où seuls quelques personnes vont se risquer de peur de trop s'isoler et se perdre. Il n'est pas très familier avec cette partie de l'endroit, préférant l'opposé et le delà des frontières pour profiter du silence et de la tranquillité, plutôt que de s'enfoncer si loin dans ses terres d'accueil.

Il les somme que ce n'est plus très éloigné et effectivement ils arrivent bientôt face au calcaire de la pierre qui s'élève en monument grotesque, les rendant à la vue d'un oiseau qui aurait préféré s'approcher des nuages gorgés d'eau aussi petits que des grains de sable. Face à cet imposant amas de rochers aux formes diverses, son frère de sang en pointe un du doigt et l'invite à le déplacer. Leur travail d'équipe bien huilé par les années à s'affronter et surtout à guerroyer ensemble à maintes occasions, sur ces terres comme celles du Fer. Ils se sont maintes fois distinguer par leurs exploits et bouger une simple pierre semble bien bénin.

Quand celle-ci s'ôte de leur chemin elle révèle une cavité secrète qu'il décrit comme son jardin d'Eden personnel, et Kõga est forcé d'admettre que l'endroit a tout pour lui. C'est d'ailleurs curieux que son aîné lui cache ce genre d'emplacement, mais il a l'esprit trop occupé par ces histoires de trahison qu'il en oublie étonnament d'en faire la réflexion.

Les quelques enjambées faites, les trois shinobis de la Pierre vont s'installer sur le plateau, et la discussion tant attendue prend forme. D'abord, Kanon explique les faits, que le Gunjiteki doit connaître en partie, étant à la tête de ce qui se rapporte aux missions, le rapport du poulpe lui étant sûrement déjà arrivé dans les mains. Il n'a pas honte face à son homologue clanique, il a ses raisons d'avoir échoué, trop occupé à s'en vouloir à lui-même pour se préoccuper des pensées d'autrui.

« Comme l'a dit Kanon, nous avons été pris de cours à la sortie d'Iwagakure. De ce postulat, nous avons donc mené des recherches plus poussées jusqu'à que je mette la main sur – il fouille quelques instants et sort d'abord la bouteille de saké qu'il pose à ses pieds puis enchaîne avec le bout de papier enroulé- cette liste. Je pense que la personne qui nous a trahi est sûrement un Chônin, voir un Jônin, ce qui serait plus facile pour agir avec tant d'impunité. Tout ces noms sont les personnes ayant reçu des courriers étrangers, seul moyen discret pour communiquer sur ce genre d'activité, organiser une rencontre à Iwa se trouvant bien trop dangereux. J'espérais que tu puisses recouper ces noms avec des potentielles informations que tu aurais de ton côté. »

Même s'il en meurt d'envie, il ne finit pas son petit monologue pour expliquer la rage qui l'habite. Que Chôgen doit absolument se débrouiller pour faire aboutir tout cela.

_________________
« Take me down to the river bend
Take me down to the fighting end
Wash the poison from off my skin
Show me how to be whole again
. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t763-yaken-koga

Sam 2 Sep 2017 - 8:27


AU CREUX DE LA ROCHE
— Koga, Kanon & Chôgen


La trahison, c’est bien quelque chose que le samouraï déteste par-dessus tout. Et il faut dire que d’après les dires des deux Jonins qui étaient en face lui, c’était le cas à l’heure actuelle. Un problème de taille, qu’ils allaient devoir régler avec beaucoup de hâte, pour éviter que cette maladie ne se propage au sein d’Iwa, que les gens soit au courant.

Chôgen écoutait les dires de Kanon, ce qu’il était venu à penser depuis qu’ils sont rentrés de mission. Ils avaient mené une petite enquête et ce n’était pas pour rien qu’ils étaient ici, tous les deux, devant le Gunjiteki, pour parler de ça. « Un traître dans nos rangs vous dites, Kanon-san ? Qu’est-ce qui peut vous faire penser ça ? »

Mais c’est son frère qui enchaîna pour exposer les fait à son ainé. Il venait de sortir de sa poche un petit morceau de papier avec dessus, des noms écris. Les noms de presque tous les Chunins et Jonins du village qui aurait pu être impliqué dans cette mascarade. « Montre moi cette liste que je regarde un peu. »

Se saisissant du morceau de papier, il regardait les noms, un par un, essayant de trouver quelque chose qui aurait pu lui sauter aux yeux, quelque chose qui aurait pu les faire avancer. Et c’est en voyant le nom d’un des Jonins du village que son attention fut interpellé. Une coïncidence ? Difficile d’y croire quand c’est aussi gros, juste devant ces yeux. « Vous êtes vraiment sûr que pour vous deux, dans cette liste, nous pouvons trouver un traire ? Car je dois dire que l’un des noms sur la liste vient de solliciter mon attention. » Il regarda son frère dans les yeux, pour voir si ce n’était pas encore un mauvais coup de sa part, une idiotie comme à son habitude. Mais il faut dire que pour une fois, dans son regard, on pouvait voir qu’il se sentait concerné par cette histoire, qu’il n’était pas là pour plaisanter. « Sen’sei Ketten. Il figure sur ta liste, c’est vraiment étrange. » Les deux Jonins ne comprenaient vraiment pas pourquoi il disait ça, posant un air interrogateur en regardant le Gunjiteki. « Je viens de recevoir, il y a de ça une journée à peine, une lettre provenant d’un autre village caché, que l’on appel Kumo. Parait-il que cet homme, Ketten, est parti pour ce village en question et à demandé l’asile politique. Acte de traîtrise de sa part, c’est bien étrange, par rapport à ce que vous venez de me dire, vous ne trouvez pas ? »


_________________
雷切 -Raikiri no Chôgen
« The glories of our blood and state, are shadows, not substantial things. There is no armour against fate, death lays his icy hand on kings. But i'm not a king, and my shadow will bring a new hope for Iwagakure no Sato... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t138-chogen-you-re-gonna-feel-my-blade-into-your-body http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t981-nagamasa-chogen-carnet-d-un-samourai#5004 http://www.ascentofshinobi.com/u311

Sam 2 Sep 2017 - 16:57
La discussion entra dans le vif du sujet très rapidement. Le membre du Triumvirat demanda pourquoi la suspect ion d'un traître parmi les rangs du Village Caché de la Roche. Koga amena l'histoire de la liste de potentiels suspects sur le tapis. Demandant à son frère de l'examiner. Ce dernier le fit, et annonça la triste nouvelle. Un certain Jonin avait demandé asile politique auprès d'un village Caché étranger. Il s'agissait de félonie! Mais le hasard n'existe pas. Cet acte et la présence du nom sur la feuille encrée, ne pouvait signifier qu'une chose. Le bougre avait trahis la patrie et s'était enfuit avant que le couperet de la Justice ne vienne lui alléger les épaules de sa tête de gredin.

" Le hasard n'existe pas. Ou tiens du miracle. " -croisant les bras-

" Ce dénommé Ketten, aurait renseigné un ennemi dont nous ne connaissons pas l'identité. Certainement les instigateur de la précédente attaque sur notre village. Puis se serait enfuit et aurais demandé asile auprès d'étrangers. Sachant tôt où tard que sa félonie serait découverte. " -posant le modus operandi-

Kanon était énervé, cela pouvait se lire sur son visage qui était pourtant d'habitude des plus stoïques et inexpressif. L'hérésie de trahir Iwa ne pouvait être pardonnée à ses yeux. Ce mécréant devait subir une punition exemplaire pour son acte odieux.

" Le pire, c'est que nous ignorons combien d'informations importantes et censées être tenues dans le plus grand secret, ce misérable a donné à qui il ne fallait pas. "

La situation était critique. La seule piste était bien loin. Venger le pauvre médecin qu'il avait promit d'escorter sain et sauf et retrouver le couard l'ayant capturé pour l'occire était un rêve bien lointain.

Affichant un air des plus désabusé par la malencontreuse nouvelle. Kanon écouta ensuite ce qu'avaient à dire les deux frères Nagamasa. Qu'allait dire le chef militaire? Comment allait réagir le Chien Errant?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon http://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees

Sam 2 Sep 2017 - 23:46
Toute chose menait à une autre et c'est à l'abri des larges murs typiques de cette zone géographique que s'assemblaient idées et preuves dans un torrent dangereux qui coûterait la réputation ou même la vie des personnes soupçonnées à tort ou à raison d'avoir trahi l'ensemble ; la famille qu'était Iwagakure. Kõga s'en était toujours senti exlu mais il parvenait à faire la part des choses et à se montrer d'une utilité sans faille quand il s'agissait de son frère et leurs intérêts communs.

Dans son pays d'origine, les traîtres étaient pires que des chiens enragés qu'on s'évertue d'éradiquer avant qu'ils transmettent leur mal, égorgés et enterrés dans des fosses communes puis oubliés. Celui qui avait osé manquer à son devoir subirait le même sort, non pas pour sauver l'honneur entâché de mère patrie mais par pur égoïsme, pour retrouver une certaine paix intérieure, justifier son échec.

Les deux personnes avec le Yaken tergiversaient tandis qu'il s'était tu pendant un instant, laissant à son frère l'opportunité d'examiner l'objet que les deux Jônin avaient passer des heures à découvrir puis obtenir, au fil de plusieurs aventures ainsi qu'un décès, au demeurant pittoresque. La démarche ne fut pas inutile, et bientôt des conclusions en furent tirées. Kõga apprit que Chôgen était rentré en contact avec Kumo, une autre grande nation ninja de ce monde, l'une des trois têtes de l'hydre régnant sur ce continent.

Il lui parla d'un certain Ketten qui avait demandé l'asile chez eux, et son nom figurait sur ledit registre, ce qui inspira Kanon à continuer de théoriser dans le même sens que notre épeiste aux deux lames. Il en avait, à entendre celui à la crinière ivoirine, tiré les mêmes conclusions ; il était sûrement la même personne, celle qui avait vendu ses coéquipiers, mis leurs vies en danger et offert au Chien Errant une défaite cuisante. Tout cela pour ensuite fuir la queue entre les jambes sans donner la moindre explication.

La suite du propos du Sôryû était elle aussi logique. En roue libre, le moine pouvait très bien avoir appris le plus d'informations possible comme monnaie d'échange pour son éxil et il s'apprêtait possiblement en ce moment même à vendre entrées, systèmes de sécurité et autres données tenues secrètes. Heureusement pour lui, ses secrets n'étaient connus que de sa propre personne et quelques quidams.

« Que comptes-tu faire ? Nous ne pouvons laisser passer ce genre de comportements ou nous serons bientôt assaillis de l'intérieur comme de l'extérieur. Si ça s'ébruite, les hommes se seront sûrs même s'ils fautent. Et pour peu qu'un pays soit bélligérant, nous y gagnons d'être attaqué. Je préfère planifier une attaque que m'en défendre d'une. Surtout si les agresseurs possèdent le plan détaillé de nos points faibles. Agissons, Chô. »

Il reprit son silence quelques secondes, frottant le bois de sa geta contre le sol granuleux, puis reprit. « Nous devons entrer en contact, envoyer des hommes, surtout s'il est connecté à l'assaut et à l'échec de la mission. Tu sais que je vais agir, alors dis-moi. Tu n'es pas stupide, t'es déjà en train de planifier quelque chose... » Son frère, il le connaissait comme l'artisan connait le marteau avec lequel il a façonné l'acier des années durant. Toutes ses imperfections, tout ses motifs et ses envies. Son âme, elle était une partie d'un plus grand panel dont il faisait aussi partie.

_________________
« Take me down to the river bend
Take me down to the fighting end
Wash the poison from off my skin
Show me how to be whole again
. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t763-yaken-koga

Mar 5 Sep 2017 - 22:32


AU CREUX DE LA ROCHE
— Koga, Kanon & Chôgen


La situation était bien pire que ce qu’il avait imaginé. L’attaque sur le village avait déjà semé le doute parmi ses habitants. Le nouveau pouvoir pour diriger venait tout juste d’être en place et il y avait beaucoup de travail à faire de ce côté-là. Ce n’était vraiment pas le moment qu’une nouvelle pareille commence à se propager en ville. Iwa n’en avait pas besoin.

Il était pensif, cherchant la bonne solution, cherchant comment résoudre cette nouvelle crise qui venait de toucher son village. Non pas qu’il avait peur de l’avis de ses concitoyens, mais plus de recevoir une attaque de l’intérieur qui pourrait les faire disparaître à tout jamais, faire disparaître la grandeur de ce village. Et ça, il n’en était pas question.

À la suite des paroles des deux Jonins, il était clair qu’ils attendaient quelque chose de constructif de la part du membre du Triumvirat, quelque chose qui allait les faire avancer d’un grand pas dans cette enquête. Ils avaient tous les deux raisons dans ce qu’ils disaient. Certes, Ketten était un vrai problème pour le village, en tant que déserteur. Si la logique de son frère ainsi que son nouvel acolyte, il pourrait aussi être la cause de l’échec de cette importante mission concernant le médecin. Mais qu’est-ce qu’il aurait pu dire d’autres, était sûrement ce qui pouvait le plus tourmenté l’esprit du samouraï.

« Je ne sais pas vraiment ce que je vais faire pour être franc. Déjà qu’avec ce Triumvirat, j’ai comme l’impression de ne pas avancer, si en plus de cela, je dois attendre d’avoir leurs avis avant de devoir entreprendre quoi que ce soit, nous n’arriverons jamais à avoir le fin mot de cette histoire. »

D’un geste de rage, il venait de sortir son sabre pour trancher un rocher qui se trouvait en face de lui. Certains avaient des méthodes pour douce pour se décontracter en cas d’excès de rage, voici celle que lui aime utiliser. « Ce que je veux par contre, je vais te le dire. Du changement. Du grand changement. Nous allons partir d’ici quelques jours pour Hi no Kuni, je dois rencontrer là-bas celui qui dirige le village ou ce traître viens de demander l’asile. Tu sais très que je ne vais pas me laisser faire. »


_________________
雷切 -Raikiri no Chôgen
« The glories of our blood and state, are shadows, not substantial things. There is no armour against fate, death lays his icy hand on kings. But i'm not a king, and my shadow will bring a new hope for Iwagakure no Sato... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t138-chogen-you-re-gonna-feel-my-blade-into-your-body http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t981-nagamasa-chogen-carnet-d-un-samourai#5004 http://www.ascentofshinobi.com/u311

Jeu 7 Sep 2017 - 0:13
La bucolique fraîcheur de la grotte tenue secrète était un abri salvateur. Bien que l'humidité ambiante était un peu pesante, au moins, on y était au sec. Ce havre protégeait de la tempête se déchaînant sur le paysage rocheux. Cependant, le tumulte du temps aurait eu fort de se déchaîner à son apogée, cela ne représentait rien face à la rage bouillonnante et le tempérament vengeur dont étaient animés les trois Iwajin. 

La situation était grave. Et les conséquences en découlant l'étaient davantage. Kanon resta silencieux, curieux de ce que le Chef Militaire allait dire. Comment allait-il réagir? Kôga mit le doigt sur ce que tout cela amènerait, si cela s'ébruitait. Un gradé ayant déserté et trahit la nation était une véritable épée de Damoclès. Le pire, c'est qu'il n'y avait plus grand chose à faire. Même si le bougre n'avait pas vendu tous ses secrets, ce qui était peu probable, il avait déjà jeté l’opprobre sur le Village Caché. Les Kumojin devaient certainement se poser des questions, rien que du fait de la demande d'asile du personnage. Ou peut être qu'ils avaient tout planifié et étaient à l'origine de l'attaque. Allez savoir la vérité au creux d'un nid de serpents. Tout était possible.

Chôgen avoua qu'avec la mise en place du Triumvirat, cela ne lui facilitait pas la tâche. Si à chaque problème un peu épineux, il fallait à chaque fois débattre et décider à la majorité de la marche à suivre, cela était loin d'être efficace pour les situations devant se prendre dans l'urgence. Cette organisation avait été mise en place à la suite du mystérieux échauffourée, afin de garantir un peu plus de stabilité. Elle n'était pas au goût de tous, c'était loin sans dire. Kanon n'avait pas vraiment d'opposition tranchée sur la question. En gros, il s'en moquait du moment que l’efficacité était présente. Mais avec l'histoire du déserteur et de l'attaque ayant fait échouer l'importante mission dont il était chargé, il commençait à se poser des questions. Bien sûr, l'échec de la tâche de protection n'était pas due à l'organisation hiérarchique. Simplement au traître et au manque d'attention et de vigilance de sa propre personne lors de l'escorte.

Le Nagamasa, pour se passer les nerfs, fendit le premier rocher alentour de son katana. Annonçant qu'il ne comptait pas laisser passer ça. Ainsi qu'une autre nouvelle insoupçonnée. Le départ vers Hi no Kuni. Kanon fut surpris car pas encore au courant qu'une délégation était prévue en ce sens. Y avait-il un événement important en ces terres ? Un événement réunissant aussi le village où le fourbe avait asile ? Apparemment, le destin voulait que Kanon aille absolument au pays du feu. Peut être que c'était le signe qu'une belle princesse l'y attendait. Mais, s'attendant toujours au pire, une pensée toucha son esprit. Jamais deux sans trois. Après l'attaque de la ville et celle de l'escorte, qu'allait il donc encore arriver comme mésaventure pittoresque?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon http://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees

Jeu 7 Sep 2017 - 15:47
Chôgen s'était bien illustré dans sa prose, montrant ce qu'ils ressentaient tous, joignant le geste à la parole dans un mouvement qui prouvait l'aisance d'un utilisateur de Kenjutsu comme ceux du clan Nagamasa à trancher même les matériaux les plus solides, comme ces roches centenaires et calcaires.

Il avouait aussi devant eux son incapacité en tant que simple tiers de ce conseil régent, comme s'il était enchaîné à deux lourdes pierres qui empêchait les mouvements simples d'un homme aux convictions profondes qui n'aurait pas hésité sans avoir à rendre des comptes de cette façon. C'était des trois Nagamasa le plus sûr de lui dans le domaine politique et ce qui concernait ses ambitions, souvent encore plus poussé par son plus jeune frère qui attisait cette flamme brûlante. Celle de l'ambition dévorante de devenir et d'incarner plus.

« J'suis bien d'accord. Il aurait fallu que tu puisses décider seul... Nous n'en serions peut être pas là. » Il implicitait devant Kanon sans se gêner la vêtusteté de cette forme de direction, sans se soucier qu'il en soit choqué ou dérangé. Il pouvait bien aller répéter ce qu'il entendait, mais Kõga pensait avoir cerné le type d'homme à qui il avait à faire, certainement pas de cette caste.

Il continua sa prose sous l'énervement, alors que le juvénile samuraï tenait ses bras croisés contre ses abdominaux recouverts de tissu ocre. « Tu sais bien que Fossoyeuse est à ton service pour cela. Hi ? Intéressant. Je vais suivre tout cela de près et agir en conséquence, tu peux me faire confiance. » Il jeta en même temps un regard à Kanon pour analyser ses réactions tout en faisant craquer sa nuque, comme pour se prémunir des choses qui arrivaient en plein sur eux, comme l'écume d'une vague gigantesque venue pour les emporter dans ses flots impérieux sans faire différences.

Qu'allait-il arriver à Hi no Kuni ? Etait-ce possible qu'il retombe encore une fois sur l'homme masqué à qui il avait écorché le bras ? Excitation et peine se mêlait en lui alors qu'il se demandait ce à quoi cette réunion pouvait encore mener.

« Je vais m'presser de faire les préparatifs qui conviennent pour tel voyage, Chô. »

_________________
« Take me down to the river bend
Take me down to the fighting end
Wash the poison from off my skin
Show me how to be whole again
. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t763-yaken-koga

Ven 8 Sep 2017 - 3:40


AU CREUX DE LA ROCHE
— Koga, Kanon & Chôgen


En un sens, tous ces évènements devaient être liés. Tout converge vers ce grand pays que l’on nomme Hi no Kuni. Si jamais cela devait être un piège, cette fois-ci, Iwagakure foncera dedans, mais en sortira vainqueur. Impossible pour le village de compter encore un échec cuisant.

L’avènement d’une nouvelle ère au sein du village caché dans la roche. L’évolution vers un futur meilleur. Tant de choses qui était dans l’esprit du samouraï. Tant de choses qu’il veut mettre en place. Et tout allait commencer avec ce voyage dans le pays du feu. Cette rencontre avec le village de Kumo, il l’attendait avec beaucoup d’impatience. Il voulait à la fois mettre la main sur ce Ketten, qu’il réponde de son acte, de sa demande.

Mais d’un autre côté, il était aussi intrigué par le message de cet homme nommé Ogawa Kintaro. Le terme alliance n’était jamais entré dans la conversation concernant Iwa jusqu’à présent, mais il faut dire que des alliés, c’est toujours quelque chose de précieux. « Tu sais aussi que Rengoku viendra faire son travail si jamais le besoin se fait sentir. » venait-il de dire sur un ton bien plus calme, vu qu’il venait de passer ces nerfs sur cette pauvre rocaille. « En tout cas, je vais vous demander une chose. Une fois que nous arriverons sur place, dans le pays du feu, restez vigilant. »

Il est clair qu’il n’avait plus aucune confiance envers les inconnus. Si cette invitation paraissait tout à fait honnête et pour une cause noble au départ, le Gunjiteki, après tout ces évènements récent, avait bien compris que le plus important est de rester sur ses gardes. « Si jamais vous avez le moindre soupçon, n’hésitez pas à venir me voir. Il ne faut rien laisser de côté et n’importe quelle piste peut nous aider. »

Et comme venait de le dire son frère, ce voyage risquait de prendre un peu de temps et durer un certain temps, il était grand temps de faire les préparatifs pour cette grande rencontre.



Spoiler:
 

_________________
雷切 -Raikiri no Chôgen
« The glories of our blood and state, are shadows, not substantial things. There is no armour against fate, death lays his icy hand on kings. But i'm not a king, and my shadow will bring a new hope for Iwagakure no Sato... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t138-chogen-you-re-gonna-feel-my-blade-into-your-body http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t981-nagamasa-chogen-carnet-d-un-samourai#5004 http://www.ascentofshinobi.com/u311

Au Creux de la Roche [PV: Nagamasa]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: