Partagez | 

Le temps des excuses [Ryüka]


Mar 29 Aoû 2017 - 15:01
Est-ce-que je suis trop dur avec les gens ? Est-ce-que mon comportement est correcte ? Je ne suis pas quelqu'un de méchant pour tant. Je ne suis pas mauvais avec les habitants de Kumo ni même d'ailleurs. Mais pourquoi j'ai l'impression que quelque chose cloche chez moi en ce moment ? J'ai toujours été fidèle à moi, je ne suis pas quelqu'un de faux, racontant mensonge sur mensonge. Mais pour tant, j'ai cette impression, celle d'être quelqu'un d'odieux. Peut-être je ressentais tout ça après les violentes disputes qu'il y a eu entre moi et la petite gamine du désert, Ryüka. Ah oui, Ryüka... Quand elle arriva à Kumo, je lui demandé de venir vivre chez moi, pour un temps, histoire de pouvoir la surveiller. Elle était quasiment le chef de son groupe de vagabonds, qui avaient traversés tout le Yuukan pour se retrouver ici, dans le Pays de la foudre. Moi-même, je ne suis pas originaire d'ici, mais avec le temps, j'ai commencé à avoir une certaine méfiance envers les étrangers. Peut-être à cause des récents événements, peut-être à cause de mon passé.. je ne sais pas. Enfin, en tout cas, cette petite me causait pas mal de soucis en ce moment.

Je me souviens encore la dernière foi que je l'ai vu. C'était quand... il y a trois jours ? Peut-être quatre ? Ou alors cela faisait déjà une semaine... décidément, j'ai du mal avec la notion du temps en ce moment. Mais en tout cas, je m'en souviens très bien de cette dernière rencontre, ou plutôt, cette dernière engueulade. D'ailleurs, j'ai encore du mal à comprendre pourquoi elle s'est mise en colère. Oui, je suis souvent derrière elle, à lui dire ce qu'elle doit faire, où elle ne doit pas sortir, comment elle doit se comporter. Mais après tout, c'est pour son bien. Enfin, je crois. Elle est encore jeune, elle n'a même pas vingt ans, et elle n'a jamais vécu dans une grande ville comme Kumo. Elle devrait être contente d'avoir quelqu'un pour lui apprendre à vivre en société. Mais je pense que j'ai mal fais mon boulot.

Du coup, je m'inquiète quand même un peu pour elle. Après tout, elle se retrouve toute seule dans un endroit totalement inconnu pour elle. Non pas que je n'ai pas confiance en elle, je suis certain qu'elle peut se défendre toute seule. Mais il y a quand même de sacré loustic à Kumo. Prenons l'exemple de Shuuhei. Ce mec, je l'adore, c'est comme un frère pour moi. Mais je le connais, et une jeune femme comme Ryü est une cible de choix pour ce prédateur sexuel. Et des exemples comme lui, je peux en citer un paquet. Enfin bon... Pour me rassurer, je traînais souvent en ville, pour essayer de retrouver la gamine. Au moins avoir une explication avec elle.

Pour être certain de tomber dessus, je me mettais en terrasse dans un bar. Bon, d'accord, on est en plein hiver, du coup il y a pas grand monde qui bois un verre dehors. Mais je pouvais bien faire ça, au moins pour la petite. Puis l'alcool, ça réchauffe quand même, je devais juste faire attention à ne pas finir complètement saoul, ça serait compliqué de la trouver ainsi, en voyant en double voir en triple. De plus, pour avoir encore plus de chance de mon côté, j'avais allumé un de mes fameux cigare qui venait tout droit du Pays de l'Herbe. Un parfum incroyable, une fumée douce, des arômes à faire tourner la tête. Oui, ça m'arrive de fumer de la qualité, et je dirais même souvent. La petite à du retenir cette odeur spéciale, et peut-être elle arrivera à me trouver, si toute foi, elle a envie de me revoir, ce qui n'est pas vraiment certain...



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mar 29 Aoû 2017 - 23:40
Un bâillement franchit mes lèvres alors que je m’étire tout en marchant dans la rue. Je dois dire que cet entraînement m’a bien achevé là. J’ai qu’une envie, rentré chez Shojito pour m’écrouler sur son lit et dormir. Marchand donc dans les rues du village pour regagner la demeure de l’Ikezawa, je connais le chemin. Du moins, c’est ce que je croyais, mais fatiguée comme je suis, j’ai probablement dû oubliée de tourner quelque part. Résultat, je me retrouve un peu perdue, ne connaissant pas encore bien toutes les rues de Kumo, je me retrouve ainsi, à voir tenté de trouver une alternative pour rentrer sans rebrousser chemin. Faut croire que la facilité, je ne la choisis pas toujours, surtout que je ne sais même pas si j’ai oublié de tourner ou si au contraire, j’ai tourné trop tôt ou trop tard, ou quoi.

Accélérant alors un peu le pas, espérant dans un sens reconnaître une façade, un café, un magasin ou je ne sais trop quoi d’autre, je cherche ce repère qui n’est pourtant pas là. Je n’en trouve pas. Devrais-je paniquer ? Non, en réalité, ça m’agace juste, j’ai envie de rentrer dormir. Soufflant alors, agacée par tout ça, je finis par repérer une odeur que je connais. Un peu trop. Cherchant l’origine de celle-ci, il ne me fallut guère longtemps pour la trouver.

Une masse imposante, assis sur une chaise à fumer un cigare. Je ne peux m’empêcher de faire une grimace et de tirer la langue en le voyant là. Puis-je rebrousser chemin et partir ? Puis-je avancer et faire comme si je ne l’avais pas vu ni même sentit ? Je ne crois pas non. Le Junin m’avait quand même montré une partie de ses capacités, dès lors je doute qu’il me laisse filer une seconde fois si rapidement. Alors, je fonce. Comme on dit, faut savoir prendre le taureau par les cornes. M’avançant donc sur la silhouette moins imposante étant donné qu’il est assis, je donne un coup de pieds dans la chaise alors que déjà mes mains son cachée dans mes poches. « Yoh le vieux. » Soufflais-je en le regardant un instant avant de détourner la tête. J’ai fait le premier pas. Qu’il ne s’attente pas à ce que je m’excuse d’être partie comme une voleuse de chez lui après un énième bourrage de crâne de conneries inutiles sur la politesse. Politesse que je faisais exprès d’oublier en le saluant si vulgairement pour le provoquer et lui faire comprendre que non, ce n’est aucunement de gaieté de cœur que je lui fais face à cet instant. C’est juste à cause d’un hasard de merde. Un satané karma comme on dit que je me retrouve là dans cette rue avec lui. Il n’aurait pas pu être ailleurs ? A une autre terrasse ? Puis qui déjà se met en terrasse avec un temps pareil ? Il est fou cet homme ? Il veut mourir d’une hypothermie ? J’le dévisage quand même, un peu inquiète aussi, parce que moi sans bouger, assis comme lui, je serais déjà en train de me geler les miches. « Tu cherches la mort ? » Lui fais-je alors la morale pour tenter de lui couper l’herbe sous le pied. Après tout, il est bon qu’à ça non ? Me prendre la tête encore et encore. En vrai, c’est quelque jour loin de lui, c’était réellement bien ! Pas de vraies prises de tête même si je dois avouer que Shojito m’a fait flippé quand il parlé de couple et tout. Faut réellement que je fasse gaffe à ce blond, sinon, il risque de s’imaginer des choses et de me prendre réellement la tête. J’ai pas envie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Mer 30 Aoû 2017 - 14:29
Est-ce-que je me doutais à la voir arriver comme ça ? Non pas vraiment . Est-ce-que ça me faisait plaisir ? Non sans plus. Est-ce-que j'étais soulagé de la voir ? Un peu quand même. La voilà enfin, cette petite garce. Mais je suis certain qu'elle aurait bien voulu ne pas tomber sur moi aujourd'hui, vu sa tête. Comme d'habitude, elle était si chaleureuse... que j'avais envie d'en pleurer. Toujours son attitude méprisante, prenant les gens de haut, surtout moi, ce qui était un comble, étant donné que je fais presque un mètre de plus qu'elle. Ryüka avait beau être petite en taille, elle avait le comportement d'une géante, ce qui pouvait me faire rire. Comme quoi, il ne faut jamais se fier au physique des gens. À part pour moi, je suis un géant, et faut pas me faire chier. Justement, je sentais qu'elle allait me faire chier la petite. Mais après tout, je ne pouvais pas lui en vouloir, c'était de ma faute tout ça. Je lui avais quand même proposé de venir vivre chez moi. Enfin, pire, je lui avais imposé le choix.

« Yo la gamine. »

Bah ouais, j'allais faire comme elle du coup. Elle ne voulait pas me parler correctement ? Hé bien parfait, j'allais faire pareil qu'elle. Elle comprendra peut-être ce qu'elle me fait subir depuis le début. Je demandes rien de bien particulier pourtant, juste qu'elle soit correcte dans ses propos. Elle vient juste d'arriver à Kumo, c'est bien normal de lui apprendre les bonnes manières non ? À son âge, j'étais pire qu'elle... oui enfin je suis pas forcement le bon exemple. À son âge, je tuais des gens et faisait des pillages, j'espère qu'elle ne fait pas ça d'ailleurs, sinon j'ai complètement foiré mon rôle envers elle.

Je ne sais pas si elle avait pitié de moi, mais elle fit une remarque quand à ma présence ici. C'est vrai qu'il faisait extrêmement froid dehors, mais je me sentais bien. Peut-être à cause du troisième verre de Saké que je venais de boire. Ou peut-être grâce à mon manteau en fourrure. En tout cas, je peux avouer que cela me touchait un minimum. Peut-être est-ce-qu'elle avait quelque chose à faire de moi au final ? J'avais un doute la dessus, mais j'ai quand même eu un petit sourire après ça.

« Non je cherches pas la mort, je te cherchais plutôt. T'étais passé où tout ce temps hein ? Et pourquoi tu m'as pas prévenu ? Qu'est-ce-que tu faisais de tes journées ? Et chez qui tu dors ? Tu as intérêt à me répondre, et vite. »

Et c'est reparti pour un tour. Je ne pouvais pas m'empêcher de lui poser ces questions. C'était vital pour moi. Je m'étais posé garant de la petite. Si elle faisait une connerie, c'était donc de ma faute. Si il lui arrivait un problème, c'était de ma faute aussi. Pourquoi je lui ai proposé de venir vivre chez tien... ça m'arrive souvent d'être aussi con que ça d'ailleurs ? Faudrait que je demandes à Shuuhei à l'occasion.



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mer 30 Aoû 2017 - 19:32
Un haussement de sourcil, voilà ma réaction quand l’homme assis sur la chaise proche de moi me salue dans une sorte d’effet miroir. Il veut jouer à ce jeu-là ? Le délire de la pâle imitation ? Si je dois commencer à l’imiter, ça va vite être compliqué tellement je manquerais de réplique aussi agaçante que les siennes. M’enfin, pour l’heure, je préfère clairement me dire que c’est juste une salutation banale de sa part, même si depuis que je suis arrivée dans le village, je ne l’ai jamais entendu salué une quelconque personne comme ça. Ce qui me laisse donc présumé que soit, il veut jouer, soit il tente de se moquer de moi. Et étrangement, j’ai réellement envie de dire que c’est plutôt la seconde option plutôt que la première. En même temps, ce n’est pas comme si on était encore en bon terme lui et moi. Une dispute de trop, des mots sous la colère et finalement une porte claquée. J’étais partie de chez lui et hormis pour récupérer mes affaires, je ne comptais pas y retourner. L’avoir encore sur le dos, sans façon. Il se prenait pour qui au final ? Mon père ? Mon frère peut-être même ? Sauf que mon frangin, lui est plus jeune et surtout bien mieux que lui. Est-ce que je l’idolâtre un peu. Oui, c’est le cas. Même si cela fait déjà pas mal d’année que je n’ai plus de nouvelles de lui. J’ignore même si je le reverrais un jour. Enfin, j’ose à croire qu’il va bien et qu’il a retrouvé d’autre membres de notre clan, qui probablement aujourd’hui, ne porte plus le même nom que nous. Dans un sens, j’aimerais bien en rencontrer ici à Kumo. Me dire qu’au final, on vient tous du même endroit et que même si les chemins ont été divergeant pendant de longues années, ils finissent par se retrouver, se recroiser, temporairement ou plus longtemps.

Je me permets alors de le questionner, étant quand bien même un peu inquiète pour lui. Je sais que je peux être une vraie tête de mule, mais je suis quand même du genre à m’inquiéter pour mes proches, suffisait de voir comment j’étais à Kaze avec les gens de mon clan, à me soucier d’eux. M’enfin, c’est du passé en quelque sortes, ça fait déjà un bon moment que j’ai quitté le désert qui m’a vu naître. Soit. Regardant le manipulateur du bois alors qu’il me donne enfin sa réponse, je ris. Moqueuse. Je l’avoue. « Tu me cherchais ? Assis sur une chaise ? A fumer et boire ? » Parce que oui, j’avais remarqué son verre de saké, probablement pas vidé pour ses soins pour la première fois, et le cigare, c’est l’odeur qui m’avait fait le remarquer, sinon, j’aurais possiblement pu passer à côté de lui sans le voir. « Je sais parfaitement que tu fumes uniquement quand tu es posé tranquillement. » Souffflais-je. Ayant vécu quelque temps avec lui, je savais plus ou moins comment il fonctionnait, j’avais pu voir ses habitudes et quelques-unes de ses manies de vieux fumeurs. « Donc, ne fait pas genre tu te soucies réellement de moi et de ce que je peux advenir. Tu sais maintenant que je ne suis pas une menace pour le village alors tu en as plus rien à foutre. Alors, stop la comédie là. Cela ne te va pas. » L’informais-je alors, persuadé qu’il se moquait uniquement de moi. Après tout, pour quelles raisons pourrait-il joué au flic avec moi de la sorte, hormis juste pour me taper sur le système et savoir si, je ne m’étais pas trop embrouiller avec du monde. C’est ce qu’il attend en quelque sorte non ? Qu’il puisse à la fin me dire un je t’avais prévenu. Mais non, je ne lui ferais pas le plaisir de dire que j’ai pu me prendre la tête avec l’un au l’autre ninja de ce village. En fait, j’ai même rien à lui dire. « Je m’arrangerais pour venir chercher mes affaires un de ces quatre. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Sam 9 Sep 2017 - 13:59
Finalement, j'aurais du lâcher l'affaire avec elle. Franchement, toujours là pour me rabaisser. C'est vraiment une sacrée celle là. Elle ne croyait même pas en ce que je disais. Oui, je la cherchais. Oui, j'étais entrain de faire ça tout en étant assis tranquillement à fumer et à boire. Oui, j'étais décontracté. Mais après tout, ce n'est pas moi qui après une dispute est choisi la facilité et décidé de déguerpir d'un endroit où j'étais logé, nourri et blanchi. J'avoue que j'étais souvent sur son dos, à lui dire quoi faire et ne pas faire, mais je pensais surtout à elle en faisant ça. Et elle n'avait pas l'air de s'en rendre compte, loin de là.

« On dirait que tu as bien observé la façon dont je me comportais chez moi. C'est bizarre de ta part, surtout que tu n'as pas vraiment l'air de me porter dans ton cœur. Si j'ai décidé de te chercher en restant assis tranquillement sur la terrasse d'un bar, c'est que j'ai envie de faire ainsi, et pas autrement. Est-ce-que je dois te rappeler que c'est toi qui a décidé de partir de la maison ? Sans me donner d'explication au passage. Alors, même si je me fais vraiment du soucis pour toi, je ne compte pas faire au tant d'effort pour une personne qui me dénigre. »

J'espère au moins que ça mettra les choses un peu plus au claire maintenant. J'étais ni son père ni quelqu'un de sa famille ni son amant, mais j'avais entièrement le droit de lui faire ce genre de réflexion. Je n'avais pas envie de m'énerver contre elle, de toute façon, elle ne méritait pas au tant d'affection de ma part. J'attendais d'elle surtout des excuses. Je n'ai rien à voir avec son comportement aussi... je ne vais pas m'emporter, comme je l'ai dis plus haut, ça ne sert à rien de s'énerver. Si elle est un minimum intelligente, elle comprendra. Sinon, tant pis pour elle. Mais je me doutais bien qu'elle allait revenir un jour ou l'autre chez moi. Du moins, pas pour revenir chercher ses affaires...

« Comment ça tu vas venir chercher tes affaires ? Non mais tu écoutes quand on te parle petite ? Je ne te laisse pas le choix en faite, tu vas revenir vivre chez moi. Et puis tu irais où hein ? Tu irais vivre chez qui ? Tu penses que tu auras tout le luxe que j'ai chez moi ? Tu penses que tu pourras te nourrir correctement ? Qui t'apprendras les bases pour vivre à Kumo ? Tu oublies déjà que je t'ai aidé pour t'intégrer ici, et pas seulement toi d'ailleurs, ton groupe aussi. J'ai appuyé ta candidature pour devenir ninja ici. Tu pourrais au moins me remercier pour ça... Puis j'ai quelque chose à te dire, de sérieux en plus. Et pour ça, j'ai besoin que tu reviennes à la maison. »

Ah oui, un sujet sérieux... Comme je l'ai dis, j'ai aidé Ryüka à devenir Genin de Kumo. Et si j'ai fais aussi vite, c'était pour une bonne raison. J'ai eu échos d'un grand événement qui se passerait dans un pays bien connu du Yuukan. Un événement où participera les trois villages cachés. Et en plus, les Genin seront le sujet principale de cet événement. Mais avant de lui en parler, j'avais besoin de savoir si oui ou non elle acceptait de revenir chez moi. Et je comptais bien la faire revenir.



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Dim 10 Sep 2017 - 11:06
Un rire franchit mes lèvres en entendant tes propos. Tu es sérieux quand tu dis que je te dénigre ? Vraiment ? J'en reviens pas et j'en ris nerveusement. Choquée par tes mots plus qu'autre chose. Parce qu'au final, c'est un peu, beaucoup même, l'hôpital qui se fout de la charité là. "Pardon ?" Finis-je par dire quand enfin, je cesse de rire nerveusement. "Je te dénigres ? Non, mais t'es sérieux ? C'est qui qui arrête pas de me reprendre de voler ? D'être tout le temps à me dire quoi faire, comment le faire. J'ai aucune liberté merde ! Tu te rends compte de ça ? T'arrêtes pas d'être sur mon dos. J'ai compris que t'aimais pas ce que je suis, c'est bon ! Alors ouais, je suis partie, parce que j'en pouvais plus. T'avoir sur le dos à tout le temps me dire que je ne suis pas assez bien, que je dois changer si et ça. Non. Juste non. J'en peux plus !" M'exprimais-je alors, te démontrant alors tout le ressentit que j'ai vis à vis de notre situation, que je la vis vraiment mal, parce que j'en peux plus et que si je suis partie, ce n'est pas juste parce que je le voulais, mais plutôt parce que tu m'y as forcé. Certes, involontairement, mais est-ce que tu t'es déjà mit à ma place une seule et unique fois ? Voilà la question que je me pose... Parce que vraiment, je viens de loin, je suis en quelque sorte loin de ma famille, même si certains de mon clan ont suivi, il n'en reste pas moins que ceux qui partagent réellement mon sang ne sont pas là. Ainsi seule, perdue dans un nouveau village, forcément que je ne vais pas être bien et toi, tu ne cesses de rumuer encore et encore le couteau dans la plaie avec tes remarques, tes pics, etc.

Te parlant alors de mon projet futur de venir rechercher mes affaires, je constate assez rapidement que cela ne te plait pas et je soupire. Tes mots, encore une fois sont la pour me faire des reproches. A t'entendre, on croirait presque que je suis dépendante de toi, que je suis incapable de me débrouiller sans ta petite personne à mes côtés. "Je viendrais chercher mes affaires. Tu sais, contrairement à ce que tu dis sur moi, sur mon caractère et ma façon d'être, je me suis fait des connaissances et j'ai donc moyen d'être logé ailleurs que dans ta si magnifique demeure." Pestais-je alors. "Je sais me débrouiller sans toi. j'ai pas besoin de t'avoir sur le dos et de subir tes critiques à tout bout de champs. Tu veux m'aider ? Alors arrête de m'enfoncer comme tu le fais et accepte simplement ce que je suis. J'ai un sale caractère. Ok. Mais il va pas changer ! J'en ai pas envie. Je suis pas comme ça pour rien. T'es pas capable de comprendre j'en peux rien." Continuais-je alors sur ma lancée, toujours un peu trop franche et sincère. Je parle un peu trop à coeur ouvert là. "Parce que tu vois, contrairement à toi, quand j'étais chez toi, je faisais attention à toi, pour en connaître tes habitudes, parce que je suis observatrice, mais ça, tu t'en fous, tout ce que tu vois, c'est que je fonce tête baissée. T'as aucune idée de qui je suis réellement et tu te permets sans cesse de me critiquer. Alors, non, j'ai plus envie de t'écouter, j'ai plus envie de vivre chez toi, parce que t'es nocifs pour moi avec ton attitude à vouloir me contrôler. Je supporte pas ça !" Je me détourne alors, bien trop expressive, n'arrivant pas à dissimuler les émotions comme à mon habitude à cet instant. Une enième dispute, une enième prise de tête et les larmes humidifiaient déjà mes yeux. Par  fierté alors, pour ne pas te montrer de faiblesse, je me détourne et cherche à prendre le large. La discussion faussement close.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Mar 12 Sep 2017 - 14:15
Oups... je crois que j'ai dis quelque chose de trop.. Bon, on ne peut pas m'en vouloir, je sais pas parler aux jeunes moi. Puis les femmes, en plus, c'est compliqué à comprendre. Tout ce que je disais, c'était uniquement pour son bien, mais à croire que non. Comment je devais me comporter avec elle maintenant ? Est-ce-que je devais lâcher l'affaire avec elle ? Après tout, je me ferais moins de soucis si elle disparaît de ma vie. Je commence à me faire vieux, c'est pas très bien pour mon cœur une situation du genre... bon ok, j'ai que trente ans, j'exagère peut-être un peu. Mais moi, je suis pas du tout habitué à ça. Je suis un mec simple, qui aime les plaisirs de la vie, et qui ne demande rien à personne. Je fais ma vie. C'est peut-être ça aussi, ce qu'elle veut, vivre sa vie. Je ne peux pas lui en vouloir, loin de là. Elle a la chance elle, à son âge, d'être totalement libre. Elle a son destin entre ses mains, si elle veut partir, elle part, si elle veut gueuler, elle gueule, si elle veut aimer, elle aime. Moi, à son âge, j'avais le droit de la boucler et d'avancer, et si jamais je tombais, j'étais mort. C'est à ce moment là que j'ai commencé à comprendre.

Dans tout ce qu'elle disait, elle n'avait pas tord. Je ne voyais en elle, qu'une personne à surveiller, à éduquer. J'avais pris mon rôle tellement à cœur, que je n'avais pas fais attention à ce qu'elle pouvait penser. Je l'a considérais comme une gamine, rien de plus, alors qu'elle est adulte... enfin presque adulte, elle lui manque encore un peu d'expérience pour prétendre à l'être, et encore, ce que je pense est sûrement faux, vu qu'au final, je la connais à peine. C'est triste de se dire ça quand même... c'est bien la première foi que je reconnais que je me suis trompé, que j'ai fais une erreur. Jamais je pensais un jour me remettre en question pour quelque chose qui est assez banal au final. Il n'est pas question de vie ou de mort, ni même de ma situation professionnel. Non, cela ne concerne que le relationnel. Je suis habitué à fréquenter des rustres, à coucher avec des nanas qui ne pensent qu'à avoir un cul bien rebondit et une poitrine à faire baver n'importe quel homme. Là, j'ai devant moi une jeune femme, qui ne demande qu'à être libre.

Pourquoi, alors, je me sens comme ça ? Après tout c'est vrai, il suffit que j’accepte de la voir partir et hop, je ne me ferais plus de soucis. Mais pourquoi, au fond de moi, je ne l'accepte pas ? Est-ce-que Ryüka comptait plus pour moi qu'au final je pouvais le penser ? Nous avons rien en comment, à part une chose, le fait que nous sommes tous les deux origines de pays étrangers. Mais pourquoi alors, je n'arrête pas de penser à elle ? En l'écoutant, je me sentais mal. Elle ne faisait que dire la vérité, mais cette vérité là, me faisait mal. Pourquoi ? Qu'est-ce-que je pouvais faire au final ? Alors qu'elle commençait à se retourner pour partir d'ici le plus vite possible, je me suis levé de ma chaise. J'ai attrapé son bras, puis, je me suis baissé, pour être à sa hauteur.

« Ryüka je... Je m'excuse. J'ai été égoïste pendant tout ce temps, et ce n'est que maintenant que je m'en rends compte. Je suis quelqu'un de fière, et je n'avais pas vu tout le mal que mon comportement pouvait te faire. Je pensais qu'à une seule chose, t'aider au maximum. Mais je ne t'ai pas écouté, j'en ai fais qu'à ma tête. Je n'ai jamais pris en compte tes désires, tes opinions. Je n'ai pensé qu'à une seule chose, faire mon devoir. J'aurais du t'écouter, au lieux de dire quoi faire et comment. Je voulais te rendre plus forte, mais j'ai foiré, totalement. C'est pour ça que je te demande d'accepter mes excuses. Je ne te demanderais pas de revenir chez moi si tu n'en as pas envie. Mais j'aimerais te parler de quelque chose d'important, vraiment. Mais je veux que tu sois d'accord, je ne veux pas te forcer à m'écouter si tu ne veux pas. »



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mer 13 Sep 2017 - 13:24
Esquissant maintenant un mouvement pour t'abandonné là, pour aller retrouver Shojito, et surtout t'empêcher de voir les larmes que j'ai aux yeux de t'avoir ainsi parler à coeur ouvert. Me livrer aux autres, une chose que je déteste, une preuve de faiblesse. Jouer les fortes, les dures à cuir, les intouchables, c'est tellement plus facile que de dire réellement ce qui me pèse. Paraître pour une insensible, c'est tellement mieux que d'être comme ça. Surtout quand t'attrape mon poignet pour me retenir. Je fais d'ailleurs un geste brusque pour tenter de me défaire de ta prise, pour me libérer et ne pas devoir te faire face. Pourtant tu m'y contraints. M'imposant encore ta volonté alors que tout ce que je voulais à cet instant, c'était te fuir, une nouvelle fois. Ne plus entendre tes reproches.

Je détourne la tête, pour ne pas t'avouer ma faiblesse, pour ne pas que tu comprennes à quel point ton attitude à mon égard, sur le long terme me blesse réellement. Mais non, tu t'abaisses un peu, pour me faire réellement face, chose horripilante à cet instant même où je suis si faible. Pourtant, je reste interdite, surprise, par tes nouveaux propos. Je ne m'attendais absolument pas à des excuses de ta part et je reste con un instant. Mon regard s'étant à nouveau posé sur toi, les lèvres un peu entre ouverte de te voir me demander pardon à répétition. Aurais-je mal jugé l'homme que tu ais ? Un jugement trop hâtif ? Peut-être, mais en même temps, j'ai fait avec ce que tu m'as montré depuis mon arrivée. Pourtant, là, maintenant, je ne sais même plus comment je dois réagir devant lui. Heureuse de t'entendre ainsi reconnaître tes tords et pour une fois ne pas me rabaisser, pourtant, je redoute le fait que ça ne soit que passager. Apprends-tu réellement de tes erreurs ? N'est-ce pas là qu'une petite comédie de ta part pour pouvoir mieux m'attraper ensuite et me faire encore plus de reproche ? "C'est quoi que t'as à me dire ?" Parce que la meilleure défense que j'ai, c'est l'attaque. Voilà ce que je fais, cherchant à ravaler mes larmes, pour ne pas qu'elles se mettent à couler le long de mes joues. C'est ainsi, les yeux brillants que je te parle d'une voix assez agressive et rendue plus grave par le tumulte de mes sentiments intérieurs. Et oui, je suis réellement incapable de réagir à ce que tu m'as dit. Rebondissant juste sur ça, parce que tu insistes dessus.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Mer 13 Sep 2017 - 16:36
Cette foi-ci, je pense que mes mots étaient juste. Tout mon discours, je le pensais. Ce n'était pas faux, pas un mensonge, juste la vérité. J'ai eu conscience de ma faute, ou de mes fautes plutôt. J'ai réussi à me remettre en question et de dire ce que j'avais sur le cœur. Au vue de son visage, je pense que j'avais réussi à me faire pardonner, enfin, un petit peu, ce qui était déjà énorme. Ses yeux étaient étincelant. Est-ce-qu'elle avait envie de pleurer ? Ou était-elle heureuse de ce que je venais de lui dire ? Je ne savais pas. Je n'avais pas envie de lui demander ce qu'elle pouvait ressentir pour moi en ce moment. Je ne voulais pas envahir son espace vital, que j'ai trop souvent pris pour acquis ces derniers temps. Et puis, elle accepta quand même que je lui parle, malgré notre récente dispute. Alors je n'allais pas passer par quatre chemins. Le temps était précieux, et je devais en faire bon usage. J'imagine qu'ensuite, elle allait prendre la route pour aller chez je ne sais qui, faire je ne sais quoi. Je ne pouvais pas lui en vouloir. Alors il était temps de lui parler de mon projet pour elle. J'espère qu'elle approuvera ce que je vais lui demander, mais je ne veux pas qu'elle sente que je suis encore sur son dos, à lui dire quoi faire, à lui donner des ordres, déjà qu'elle était encore sur les nerfs, je devais être juste avec elle.

« Alors voilà. Je ne sais pas si tu es au courant, mais un événement se prépare en ce moment à Hi no Kuni. Il est question d'un examen, où les trois villages ninjas participeront. Les principaux concernés pour cet examen sont les Genin. J'imagine qu'un certains nombres d'aspirant ninja seront de la partie, et j'imagine aussi, qu'en fonction des résultats, il y aura des promotions à la clef. Ce ne sont que des suppositions, c'est la première foi que quelque chose du genre se déroule entre les villages cachés. Si je te parle de tout ça, c'est pour te demander quelque chose. J'aimerais vraiment que tu participes à l'examen inter-village. Je sais que tu es prête pour y prendre part. Je ne te force en rien bien-sûr, mais j'aimerai que tu sois de la partie. J'attends donc ta réponse. »

C'était tout. Je n'avais que ça à lui demander. J'aimerais vraiment qu'elle accepte ma demande. Cela me ferait plaisir, c'est vrai. Mais après tout, c'est son droit de refuser. Quand j'étais Genin, il n'y avait pas d'événement pareil à l'époque. Cela se déroulait uniquement à Kumo entre Kumojin. La, elle a une occasion unique pour découvrir un autre pays et ainsi faire d'autres connaissance. Je suis certain qu'elle aime ça, rencontrer de nouvelle personne. Personnellement, je ne sais pas si j'y serais. J'ai pas mal de chose à faire, et je ne sais même pas si Seijiro compte m'y convier. Mais si elle accepte, je ferais tout pour être là, et voir ce dont elle est capable.

Après lui avoir adressé ma proposition, je me suis relevé. Notre différence de taille était alors vraiment flagrante. Elle, c'était une jeune femme qui n'était pas très grande, quant à moi, j'étais un grand bonhomme, imposant, qui avait déjà vécu pas mal de chose. Nous étions si différent, et pourtant, nous nous ressemblions tellement à la foi. C'était bizarre à expliquer. Certaines choses ne s'explique pas d'ailleurs. C'est la vie, c'est comme ça. Si tout pouvait s'expliquer, le quotidien serait d'un ennui... Puis, par la suite, j'ai posé mon regard sur elle. Je n'ai pas pu m'empêcher de sourire. Pourquoi je souriais ? Je ne savais même pas. J'étais peut-être heureux d'avoir ''arrangé'' les choses entre nous. C'était sûrement ça d'ailleurs. Je n'ai pas pu m'empêcher de poser ma main sur sa tête, et de la tapoter gentiment. C'était une marque d'affection, mais je n'étais pas vraiment sûr qu'elle ressente la même chose avec mon geste.



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Lun 18 Sep 2017 - 13:20
Mon regard fixé sur le sol, pour ne pas te regarder et tenté de profiter de mes mèches vertes pour dissimuler l'humidité de mes yeux provoqué par tes soins. L'envie de pleurée, me mordillant la lèvre inférieure pour tenter de me retenir alors que toi... Toi, tu restes si terre à terre. Méprisable. Je montre mes faiblesses devant toi, je m'ouvre à toi et toi, t'en a rien à faire. Je pourrais même réellement être entrain de pleurer que ça ne changerait rien dans ta vie. Tu dis te soucier de moi, mais alors que je m'effondre en partie devant toi, tu restes de marbre. Insensible, voilà ce que tu es. Fermant alors les yeux un instant, je te laisse parler, m'informer de cette information dont, étrangement, je n'en ai rien à faire là. Est-ce réellement le moment d'en parler ? Non, tu ne comprends vraiment rien hein ? Même pas fichu de comprendre que je me focalise sur ça pour fuir le véritable problème et idiot comme tu es tu saute sur ça. Parce qu'au final, c'est le plus important pour toi hein ?

Relevant alors un peu la tête, déglutissant pour tenter de reprendre un peu le contrôle sur mes putains d'émotions, je plante mon regard émeraude dans le tien. Et ce malgré les larmes qui y sont présentent, mais je ne craquerais pas. Je ne pleurerais pas devant toi, pas alors que tu en as rien à faire que tu ai pu réellement me blessé. Tu crois réellement qu'un je suis désolé peut me suffire alors que ce n'est jamais trois petit mot que tu as dis sur mon compte. C'est tellement plus, tellement plus blessant, plus fort que pourrait l'être tes pseudo-excuse.

"Comment veux-tu que je sois au courant ? Je ne suis pas encore intégré dans une équipe, ni rien même." L'informais-je, bien trop agressive dans mes paroles. Repoussant d'ailleurs ta large main que tu viens de poser sur ma tête. Tu te prends réellement pour mon père pour tenter d'avoir un geste affectueux comme celui-ci ? Ou bien, peut-être que tu me prends pour ton chien chien qui t'obéira ? Que je réaliserais ta volonté qui est de me présenter à cet examen ? Pourtant, je suis obligée de le faire, parce que tu connais mon but, mon envie de faire connaître mon nom, mais aussi de développer ma puissance et pour cela, j'ai besoin d'affrontement, de me retrouver face à des adversaires de différents horizons et ainsi, pouvoir affronter quelqu'un d'un autre village voir même bien plus qu'une personne, je ne peux pas cracher sur cela. Même si je n'ai pas encore réellement combattu contre des personnes de Kumo, à part contre Shojito et ça a résulté en un match reporté. Lui trop saoul pour combattre et moi, sans sable et inapte à me déplacer sur la neige... Tss.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Le temps des excuses [Ryüka]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: