Derniers sujets
Partagez | 

Création de la police Militaire ; Ft Dai


Mar 29 Aoû 2017 - 21:41
A cet instant précis, nous étions à un tournant de l’histoire de Kumo. Le Raikage m’avait enfin donné l’ordre ou plutôt la permission de former une unité spéciale en bonne et due forme et bien distincte que j’allais avoir sous mes ordres : Celle de la police. C’était à la fois un grand honneur, mais aussi quelque chose que j’attendais depuis un certain moment maintenant. Il faut dire que les infiltrations, même si elle n’avait pas été graves, avaient laissé de graves séquelles à notre village, ou à ma famille, notamment avec la main coupée de Kahei ; moment qui resterait toujours gravé dans ma mémoire. Dire que je ne m’en étais pas voulu serait un mensonge. J’avais même chialé comme un gosse, mon petit frère étant très cher à mes yeux. Ce fait m’avait un peu fragilisé en tant figure autoritaire du clan des Metaru, mais je m’étais rapidement repris en participant activement à la défense et à la sécurité du village caché des nuages. Défense dont j’avais dorénavant la charge. Un immense honneur !

Après l’entrevue avec Seijiro, j’avais pris quelques jours pour réfléchir. Réfléchir à la hiérarchie du groupe, à ses différentes missions et à l’infrastructure que je pourrais utiliser et aménager à ma guise pour en faire un poste de police digne de ce nom. Les idées étaient venues petit à petit et avait formé un tout cohérent dans ma tête. Il ne me restait plus qu’à détailler le tout à Seijiro et obtenir son approbation finale ainsi que les financements qui allaient avec. Ceci dit, bien avant de le rencontrer, je voulais en parler avec quelqu’un que j’avais à cœur d’enrôler par la même occasion de mon côté. Question sécurité, il n’y avait pas meilleur élément que lui et son caractère sérieux lors des missions en ferait un bon allié à coup sûr ! Mais il y avait un bémol. Depuis l’incident, il faut dire que je ne l’avais pas revu et que je n’avais pas cherché à le revoir. Non pas parce que je le détestais, mais bien parce que j’avais honte de ce qui s’était passé à la raffinerie. Ça plus le fait que j’avais eu d’autres soucis…

J’avais donc envoyé une jeune Metaru toute jolie et très bien foutue pour l’inviter à notre bar habituel, histoire de renouer avec lui. C’était l’occasion d’aborder des sujets sérieux comme ce qui s’était passé à la raffinerie, ainsi que l’unité spéciale que j’allais mettre sur pieds ; mais aussi des sujets un poil plus légers comme le cul, l’alcool et d’autres joyeusetés de la vie. Trop parler boulot me déprimait et il n’y avait qu’avec lui que je pouvais me lâcher. Il y avait éventuellement Kahei et cette folle de Nora, mais l’un était trop jeune pour que je lui raconte mes plans de fesses et l’autre ne serait pas du tout compréhensive, d’autant plus que notre relation était devenue bien plus sérieuse que ce qu’elle était. Sérieuse mais pas au point que je la touche encore. D’où le fait que j’allais encore chercher ailleurs quand j’avais le temps et la possibilité de le faire. Une réalité plus ou moins navrante, même si j’étais conscient qu’on ne pouvait pas avoir tout ce qu’on voulait. Après avoir revêtu un kimono et un haori floqué du symbole des Metaru, j’avais pris le chemin du bar que je ralliai vite fait avant de m’asseoir à la table.

Et de commander une bonne bouteille de saké.

Maintenant ? Plus qu’à attendre qu’il se pointe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Mer 30 Aoû 2017 - 11:07
Qu'est-ce-que j'en ai marre de ce froid ! Obligé de mettre une grosse veste pour ne pas mourir congelé sur place... J'attends l'été avec impatiente. Histoire de ressentir la chaleur sur moi, de pouvoir m'habiller plus légèrement, d'aller boire un coup en terrasse sans grelotter, et surtout, d'observer les jeunes femmes avec leurs mini jupes ras la moule... Justement, en parlant de ça ! Je viens tout juste d'avoir chez moi le passage d'une très belle Metaru avec des formes comme je les aimes ! J'étais tellement content de la voir que je n'ai pas vraiment prêté attention à la raison de sa venue. Enfin si un minimum quand même. J'avais compris que Shuuhei voulait me rencontrer... Cela faisait un moment que je ne l'avais pas vu... La dernière foi, ça remontait à ce fameux jours, celui de l'attaque de la raffinerie. Depuis, on avait eu aucun contacte. Moi, j'avais peur d'aller le voir, c'était de ma faute si Kahei avait perdu une main, alors vous pouvez imaginer la honte que je ressentais à l'idée de le voir. Lui, il devait m'en vouloir, c'était certain. Mais il fallait bien que l'on s'explique un jour ou l'autre, et rien de mieux que de se retrouver dans un bar pour discuter de tout ça sérieusement.

Me voilà donc avec mon gros blouson noir bien rembourré. J'étais juste devant l'entrée du bar, et je pouvais déjà voir le Metaru qui m'attendait de pied ferme. Lui, il était déjà tranquillement assis, avec son bolet de saké dans les mains, regardant un peu partout. J'imagine qu'il était entrain de chercher une petite gonzesse à draguer, en attendant que j'arrive. Je pouvais voir sur la table un pichet de saké ainsi qu'un deuxième bol. Celui là devait être pour moi. Je me suis donc avancé tranquillement, laissant mes chaussures à l'entrée et mettant mon blouson sur le porte manteau, histoire de faire un peu civilisé quand même. Je suis pas un rustre non plus, j'ai des manières. Surtout que lui avait fait un effort vestimentaire, avec son beau kimono. Jamais de ma vie je ne mettrais un vêtement pareil. Après, c'est une question de goût.

« Oy Shuuhei, ça faisait un bail... J'ai bien reçu ton invitation, tu savais très bien qu'avec un stratagème pareil, j'étais obligé de venir hein... »

Je me suis tranquillement assis sur mon fauteuil, j'ai sorti un de mes cigares aux parfums si reconnaissable puis je me suis servis une bolet de saké. Celui-là, je l'ai bu cul-sec. Pas de le temps de le savourer, nous allions avoir une grande discussion lui et moi, alors au tant se mettre à l'aise avant. Je n'osais pas le regarder dans les yeux, ni même le regarder tout court. C'était bizarre comme situation d'ailleurs, cela ne m'était jamais arrivé avec lui auparavant. Dans le passé, on avait déjà eu quelques altercations, du style en fin de soirée, une patate qui part à cause d'une meuf qu'on voulait chopé chacun. Mais là, c'était pas du tout la même. On pouvait se pardonner facilement, mais la, j'avais aucune idée de ce qui m'attendait.

« Bon... J'imagine que tu voulais me voir pour discuter, et non pas boire un verre tranquillement.. Je t'écoute du coup. »


_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mer 30 Aoû 2017 - 11:28
- « Merci du fond du cœur Daisuke ! »

A peine avait-il fini sa dernière phrase que je l’avais remercié tout en m’inclinant devant lui au point que mon front toucha presque la table. Je savais qu’il n’y avait point besoin de cérémonial entre nous, mais je me devais de lui montrer ma gratitude après ce qu’il avait fait non seulement pour moi, mais aussi pour mon frère à la raffinerie. S’il ne s’était pas vite rameuté, ce dernier aurait été six pieds sous terre à l’heure actuelle, sans aucun doute. A mon sens, c’était sa présence dissuasive (et un peu de la mienne, parce que gérer deux jonins de rang A, c’est pas du gâteau !) qui avait sauvé plus ou moins Kahei. Pour la main, je lui en voulais pas trop. J’étais pas aussi con et rancunier pour ça.

- « Si t’avais pas été là, je me demande ce que Kahei serait devenu… »

Kahei. Le gamin avait subi une greffe, s’était montré bien plus fort que je ne l’avais pensé et était même reparti en mission. Elle était actuellement en cours et je priais intérieurement pour que tout se passe bien pour lui et son équipe. Sensei à son âge déjà… Un peu marrant dans un sens. Mais vu qu’il était un chuunin, je ne pouvais pas lui enlever sa détermination, encore moins de lui interdire sa profession. Il était peut-être un metaru avant tout, mais tous ne intérêts ne passaient pas avant ceux du plus grand nombre. Si le raikage et la majorité de l’état-major pensait qu’il était apte à aller en mission, je ne pouvais pas m’opposer, tout chef de clan et jonin que je fusse. Réalité un peu cruelle, mais bon…

- « Pour tout te dire, si j’cherchais pas à te voir, c’est parce que ce jour-là m’a foutu la honte, sérieux… Et puis Seijiro m’a fait bucher par la suite comme un dingue… »

J’avais fini par me redresser avant de lui faire un sourire. S’il avait accepté mon invitation, c’est qu’il devait pas trop m’en vouloir. Car j’étais plus ou moins dans le même état d’esprit que Daisuke : Je pensais qu’il m’en voulait un peu de ne pas avoir été reconnaissant après son aide, à mille lieux d’imaginer que lui aussi craignait ma réaction. Du coup, cette invitation allait me permettre de remettre les choses à plat entre nous et de repartir du bon pied. C’était mine de rien mon meilleur pote. Seijiro arrivait pas loin derrière, mais j’avais plus de feelings et de facilité avec Daisuke qui était moins coincé que notre cher Shodaime et avec qui je partageais des aventures assez rocambolesques !

Tant niveau baston que niveau meufs !

- « Du coup, tu l’as kiffé la petite qui est venue te voir ? Tu la laisses pas indifférente, mec. Quoique je devrais pas vendre comme ça une membre de mon clan… » Qu’avais-je dit, la mine faussement réfléchie, avant d’éclater de rire comme un con. Puis je continuai :

- « Et toi, tu deviens quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Mer 30 Aoû 2017 - 14:01
« Non arrête Shuuhei, tu as pas besoin de t'excuser comme ça, au contraire, si il y a bien quelqu'un qui doit s'excuser, c'est bien moi... »

Tout comme il venait de le faire, moi aussi je me suis incliné, la tête contre la table, pour lui présenter mes excuses. C'est mon manque de réactions qui a fait que Kahei a perdu sa main. Sans ça, tout le monde serait sain et sauf aujourd'hui. Mais non, ce n'était pas le cas au final. Tout les deux, nous avions un poids sur nos épaules. Celui de n'avoir rien pu faire ce jour là pour Kahei. Nous étions chacun désolé pour l'autre. Cela montrait aussi que l'on comptait l'un pour l'autre.

« Tu as beaucoup de responsabilité depuis la nomination de Seijiro. Tu es devenu chef de clan, tu participes aux débats de l'assemblée, tu n'as pas à avoir honte. Tu as eu beaucoup de travail, ne te cherches pas d'excuses, ton rôle est important dans le village. »

Il est vrai que maintenant, Shuuhei est devenu quelqu'un de très occupé. Il est quelqu'un de très important dans le village, beaucoup plus que moi. Je devais être indulgent avec lui, ça doit pas être facile pour lui. Et dire qu'il y a quelque temps, il aurait refusé tout ça pour se donner corps et âme au métier de forgeron. Tout ça maintenant, c'est du passé.

« Comment j'ai apprécié ta petite surprise ? Hahaha je pense que tu connais déjà la réponse, bien sûr que oui, ça m'a bien fais plaisir je dois l'avouer, mais tu sais, j'ai pas mal de chose à te raconter à ce sujet, et je pense que tu vas bien te moquer de moi ! »

Oui c'est vrai, elle me faisait de l'effet la petite Metaru. Mais j'avais un peu la tête ailleurs en ce moment. J'avais fais de nouvel rencontre depuis, et surtout j'avais la charge, enfin, je m'étais imposé la charge d'une gamine, la petite Ryüka, qui venait tout droit du désert de Kaze no Kuni. Je devais m'occuper d'elle maintenant, enfin, elle était le plus claire de son temps en vadrouille dans Kumo à faire je ne sais quoi, mais je devais me soucier de quelqu'un maintenant... et le pire dans l'histoire, c'est que je ne l'ai jamais touché pour l'instant.

« Qu'est-ce-que je deviens ? Pas grand chose de spécial, j'essaie de m'occuper comme je peux. J'ai pas vraiment de responsabilité dans le village, à part mon grade de Jônin. La dernière info croustillante que j'ai en date à te donner, c'est quand je me suis occupé du groupe de vagabond venu de Kaze no Kuni. J'ai recueilli une gosse après ça... t'imagines, moi, qui est recueilli une gamine, sans même lui faire d'attouchement ni rien ? Je crois que le manque d'action me fait du mal ... »



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mer 30 Aoû 2017 - 18:34
Du pays du vent… ?

J’eus un frisson. J’eus un horrible frisson sans savoir pourquoi. Mes esprits vagabondèrent aussitôt vers la gosse à la chevelure verte avec qui j’avais eu une mésaventure. Là-dessus, je mimai une grimace, comme si j’avais bu une potion amère, puis je secouai ma tête de gauche à droite comme si cela me permettrait de la chasser de mon esprit. Cette gamine… Non… Ça pouvait pas être elle… Ça ne devait pas être elle ! Mais mon intuition pour ce genre de choses était particulièrement aiguisée ce qui me navrait dans un sens en fait. Mais peu importe. Tous les gouts sont dans la nature et ce n’était pas moi qui irait me moquer de Daisuke, même si je le plaignais de ne pas avoir pu la toucher… Enfin ça…

- « Ah… J’ai oublié de te dire que je me suis fiancé… A une moniale en plus… ‘Fin, c’est une longue histoire mec et t’as du avoir écho de l’affaire, non ? »

J’eus un rire. En fait, j’étais dans le même bateau que lui. J’avais aidé, j’avais recueilli et je m’étais fiancé à elle sans jamais vraiment profiter de ses charmes, de ses courbes, de ses formes pourtant délicieuses. En même temps, il faut dire qu’elle était spéciale comme femme. Tantôt elle m’émerveillait (Elle restait belle, mais aussi travailleuse puisqu’elle n’hésitait pas à aider les femmes de la maison Metaru), tantôt elle me foutait en rogne à faire sa grosse salope. Plus énervante que cette fille, tu meurs. Quoique non… Il y avait aussi la gamine de Daisuke qui était pas mal dans son genre si on parlait de la même personne. Ouais… Les meufs de nos jours étaient assez spéciales dans leur genre…

- « Justement, en parlant de responsabilités… »

Je suspendis ma phrase avant de reprendre un peu de saké histoire de mouiller ma gorge. Une fois ceci fait, j’arborai une mine on ne peut plus sérieuse. Je n’avais pas trainé sur les sujets légers, mais j’aurai le temps d’y revenir dessus. Pour l’heure, il me fallait entrer dans le vif du sujet : « Seijiro m’a donné les clés de la sécurité de Kumo. Du coup, j’me disais que j’allais créer une police… » Après lui avoir avoué cela, je regardai à gauche et à droite pour voir si notre conversation n’était pas épiée par des indiscrets. Heureusement non. Seule une jolie serveuse passa rapidement auprès de nous en dandinant son popotin, mais je préférai ne pas la calculer. On était sur un gros truc et je ne pouvais pas me laisser distraire.

- « Et je vais être direct. Je veux que tu m’épaules. Tu es puissant, tu as de l’expérience, tu es respecté et je suis sûr qu’à deux, on pourra faire une bonne équipe pour protéger Kumo. Niveau responsabilités, j’peux te dire que t’en auras des tonnes et que t’auras plus vraiment le temps de penser au cul d’ces minettes ou au saké. Je préfère être franc… Enfin… Tu es sur le coup, camarade ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Sam 9 Sep 2017 - 13:41
Ah, voilà une bonne nouvelle, Shuuhei est fiancé... NON ATTENDS ! Je crois que j'ai mal entendu là, je pense qu'il voulait dire autre chose, genre il a trouvé un plan cul qu'il peut voir souvent. Ouais je crois que c'est ça, c'est pas possible sinon, lui qui est fiancé, et puis quoi encore... Non, c'est pas possible du tout, lui, Shuuhei, le plus grand keutard de Kumo ne peut pas être fiancé, c'est impossible, je refuse de l'admettre. Je suis certain qu'il y a quelque chose à caché derrière tout ça.
Puis j'en avais jamais entendu parler jusqu'à maintenant, pour tant j'ai les oreilles longues ici. Je suis au courant de tout, même avant que le principale concerné soit lui même au courant. Mais là, je suis passé à côté de quelque chose de vraiment gros. Je vais avoir besoin de clarifier tout ça.

« Non non attends, c'est pas possible, c'est une blague que tu me fais là hein ? HAHAH C'était drôle, j'avoue je m'y attendais pas. Non s'il te plaît, ne me dit pas que c'est vrai... avec une moniale en plus... c'est ce qui est arrivé à Kahei qui te choque encore ? Tu sais mec, tu es pas obligé d'aller jusqu'à ce point, si tu veux en parler je suis là tu sais, mais un ''mariage''... Non, je refuse de croire à ça. »

Après quoi, j'ai pris la bouteille de saké, et j'ai directement mis le boulot dans ma bouche. Pas le temps de me servir un verre. Ah non, là j'avais besoin de boire pour oublier ce qu'il venait de me dire. J'ai bien du descendre la moitié du récipient, avant de la posé viollement sur la table. Après avoir grimacé comme pas possible, j'ai sorti un nouveau cigare, pour évacuer le stress. Comment mon meilleur ami pouvait-il avoir une fiancée ? C'était donc la fin de notre si belle amitié ? Je ne le verrais plus maintenant... bientôt il va avoir des enfants si ça continue... Bon, il y a une chose dont je suis certain, c'est qu'elle doit être sacrément bonne sa demoiselle pour l'épouser, ça, j'en suis certain.

Alors que j'étais entrain de me remettre de mon acte stupide avec l'alcool, Shuuhei entama un autre sujet. Avec ses nouvelles responsabilités, Seijiro lui confia une mission. Enfin, plutôt un rôle. Celui de la sécurité du village. Il avait bien raison, le Metaru était un homme né pour avoir cette responsabilité. Mais c'était bien plus précis en faite. Il avait l'intention de créer une police. C'était foutrement une bonne idée tout ça, après ce qui venait de se passer à Kumo, j'avais pas entendu quelque chose d'aussi sensé. Mais bon, j'imagine qu'il va être débordé avec cette nouvelle tâche... Puis il me proposa de le rejoindre. Il venta mes mérites : mon expérience, mon âge, ma puissance, mon charisme... bon non, pas mon charisme, mais je suis certain qu'il le pense aussi. Il me mit directement en garde. Si j’accepte, je pourrais dire au revoir au plaisir d'aller tout les jours au bar, de draguer les minettes dès que j'avais envie. J'allais avoir des responsabilités que je devrais assumé pleinement.

« C'était donc pour ça que tu voulais me voir aujourd'hui hein ? J'avoue que je ne m'y attendais pas du tout... Sérieusement... Tu n'as même pas besoin de me demander si je suis de la partie. C'est évident non ? À nous deux, aucun bandit ni voyous ne voudra venir faire chier Kumo, puis les uniformes avec les filles... Enfin voilà quoi, ça les fais mouiller. Donc oui, je suis partant ! »



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mar 12 Sep 2017 - 17:51
- « Y’a pas à dire mec, t’es vraiment un chic type ! C’est pas pour rien que t’es mon meilleur pote et que Kahei te considère comme son oncle ! Je suis ravi que t’acceptes mon offre ! »

J’étais plus que soulagé. Franchement ! Je savais que Daisuke portait la sécurité du village à cœur, mais je m’étais demandé s’il n’allait pas bloquer sur le fait de travailler sous mes ordres. La hiérarchie pouvait parfois s’avérer très casse-couilles et je le concevais aisément. Après, ce n’était pas comme si j’allais être un chef super tyrannique ou quoi. J’étais même plutôt laxiste dans mon genre. C’était ce laxisme que comblerait surement Daisuke avec son caractère bien trempé et sa poigne de fer. Il ferait un excellent flic, c’était clair et net. Ravi, j’avalai le reste de ma coupole avant de me reprendre un peu de saké. C’était une journée plus que concluante. J’avais non seulement renoué avec celui qui était assurément mon meilleur pote, en plus d’avoir réussi à le convaincre de bosser avec moi, main dans la main. On pouvait pas plus me combler que ça. Tout allait dans le meilleur des monde il faut croire !

- « Pour les meufs par contre, je suis pas aussi enthousiaste que toi, tu sais… »

J’eus un sourire désolé. Lui il pourrait clairement s’amuser. Moi non. C’était pas possible et ce pour deux raisons : La première était toute simple : J’étais fiancé. Faussement fiancé, mais fiancé quand même. Et avec une moniale, oui oui. Quoique moniale hein… Tu parles ! Vierge ou pas, elle avait pas la gueule de l’emploi. C’était trop de chairs, trop de tentations et même si je ne lui avais pas volé son premier baiser, m’est d’avis que quelqu’un l’aurait assurément fait. Mais le plus important dans tout ça, c’est que j’étais fiancé aux yeux de mes parents et des autres anciens. Voilà bien une situation qui ne me permettait plus de baiser toutes les meufs que j’avais en ligne de mire. La deuxième raison, c’était que la plupart des meufs des meufs de la police seraient des Metaru. Ça plus le fait que je ne prévoyais pas vraiment d’uniformes. Il n’était pas dit que Seijiro m’alloue un budget pour un truc pareil.

Enfin, après, je concevais qu’il devait rigoler.

- « Sans te cacher quoique ce soit, j’ai prévu d’impliquer une bonne partie des gens de mon clan. Mais bien entendu, ils seront aussi sous tes ordres et n’auront aucun mal à t’obéir, surtout après l’aide que tu nous a apporté à la raffinerie ! »

Sans attendre un seul instant, j’écartai ma petite coupe et les quelques bouteilles qui se trouvaient devant nous. Là-dessus, je plongeai une main dans mes vêtements pour faire sortir un parchemin sur lequel j’avais tout fignolé pour mon unité spéciale : La hiérarchie, les postes, les rôles, le budget dont on avait besoin et même le matériel qui allait être confectionné par mon clan. Je regardai un peu partout autour de nous pour m’assurer qu’il n’y avait personne qui épiait notre conversation, puis je déroulai ledit parchemin sur une partie de la table pour montrer à mon pote mon dur labeur. Ça avait été des heures de réflexions de ma part. Les récentes infiltrations me faisaient toujours grincer des dents et il était impératif pour nous autres de corriger ce problème. Il y avait aussi des trafics en tout genre ce qui rendait la ville presque vulnérable. Le moment était venu pour nous jonins de remettre Kumo sur les bons rails.

- « Dis-moi sans détours ce que tu en penses. Si je dois rajouter, supprimer ou modifier quelque chose, n’hésite surtout pas. Tu sais que j’accorde beaucoup de crédits à tes opinions. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Mer 13 Sep 2017 - 14:28
« Kahei me considère comme son oncle ? Première nouvelle, décidément ce gamin m'étonnera toujours... Je vais peut-être changer mon nom de famille et adopter le nom de Metaru maintenant hahaha ! »

Shuuhei avait l'air vraiment content de savoir que j'étais prêt à le rejoindre dans la police. Il ressemblait à un gosse qui venait d'ouvrir ses cadeaux pour Noël. Je savais pas trop dans quoi je m'embarquais au final. Ça se trouve, mon rôle allait être très ennuyeux malgré les dires du Metaru. J'allais peut-être m'occuper uniquement de la paperasse, de foutre des contraventions aux gens, et puis boire du café dans un grand mug toute la journée. Mais ce qui était certain, c'est qu'il venait de recruter un très bon élément. Je me connais quand même. Avec moi, en général, ça file droit. Les mal-autrui n'ont qu'à bien se tenir, Daisuke, le premier flic de Kaminari est dans la place. Alors que je venais de parler des l'effet des uniformes sur les femmes, Shuuhei, lui, avait l'air beaucoup moins enthousiaste que moi.

« Ah bah écoute, quelle idée de te fiancer aussi ! Tu aurais du me consulter avant de faire ce genre de chose... maintenant, tu es foutu, pour le reste de ta vie. Alors que moi... je comptes bien en profiter pendant longtemps ! J'espère ne jamais me marier un jour, trop d'embrouilles, trop de dépenses, trop chiant quoi... mon pauvre, je suis presque entrain de te plaindre. »

Par la suite, il m'expliqua le fonctionnement de la police. Il insista sur le fait que la majorité des membres de la police seraient des Metaru. C'était vraiment parfait comme idée ça. Il est vrai qu'à part la Raffinerie, les membres de son clan n'avaient pas grand chose à faire. Pourtant, c'est peut-être le clan qui compte le plus de membre à Kumo. Et puis, il faut dire que ces gens là, ce sont plutôt des armoires à glace qui ont un penchant pour la baston et ce genre de chose. Mettre les Metaru au service de l'ordre, c'était bien pensé, et comme il l'a mentionné, avec ce qui c'est passé à la Raffinerie, m'entendre avec eux sera un jeu d'enfant pour moi. En continuant comme ça, le gaillard allait devenir aussi important que le Raikage en personne. Il ferait un très bon successeur, ça c'est certain. Après avoir regardé son parchemin qu'il venait de déplier sous mes yeux, je n'avais pas grand chose à lui faire comme remarque. C'était bien la première foi que je le voyais aussi impliqué dans un projet.

« Hmm, non, j'ai pas grand chose à redire, tout à l'air parfait, on voit bien que tu as mis toute ton énergie pour préparer ça. Enfin, si j'ai peut-être quelque chose à te demander... Les congés ça fonctionne comment ? On a le droit à combien de semaines dans l'année ? Et la paye aussi ? Je gagnerais bien ma vie ? Non pas que Jônin ne rémunère pas assez, loin de là, mais tu sais... »

Bon, j'exagérais un peu sur ce coups, mais ce sont des questions importantes avant de s'engager dans le long terme ! J'avais besoin d'en savoir plus, pour que tout soit au claire. Alors que j’attendais la réponse de mon ami, je me suis resservi une bolet de saké. Je ne sais même plus combien j'en ai bu avant. Enfin, c'était pas si grave, ça fait du bien de boire entre ami. Puis, j'ai commencé à penser à autre chose, tout en regardant au fond de mon bol. Cela n'avait rien à voir avec la police, mais j'avais envie d'en parler à Shuuhei, pour avoir son avis.

« Dis moi, tu as entendu parler de l’événement qui va se passer à Shîto j'imagine. Tu comptes y aller, malgré tes responsabilités ? C'est pas la porte à côté non plus Hi no Kuni. Puis entre nous, un examen de Genin... fin voilà, c'est assez bardant. »



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Jeu 14 Sep 2017 - 1:29
- « Tu sais, cette moniale… C’est aussi ma genin… Qui plus est, le daimyo du pays du feu a demandé à ce que mon clan l’aide à peaufiner les constructions de Shito, alors… »

Je n’avais pas le choix. Je n’avais clairement pas le choix que de m’y rendre. Je devais non seulement apporter mon soutien à celle-là même qui partageait ma vie maintenant même si c’était un peu pour de faux, mais je devais aussi superviser les différents Metaru qui allaient devoir se rendre à cette grande « fête » shinobi qui conviait pas mal de gens. Avec tous mes travaux, il faut dire que j’avais presque oublié cette histoire mais que plus le temps s’écoulait et plus la date fatidique de cet évènement se rapprochait. J’avais aussi eu l’aval de notre cher Raikage qui ne sortait presque plus de son bureau et qui devait certainement mourir sous une tonne de paperasse à n’en point finir. Je ne pouvais pas le blâmer ou l’en vouloir de se « cacher » vu que je vivais un peu la même chose mais à un degré moindre. Daisuke aussi ne se rendait pas compte du pétrin dans lequel il se fourrait mais il allait avoir lui aussi son lot de documents à traiter et même que j’allais lui refourguer certains trucs à faire de manière vicieuse, héhé !

- « Tu viendras également, non ? Après tout, c’est l’occasion rêvée pour toi de faire des recherches et d’en apprendre un peu plus sur tes origines… »

J’eus un sourire presque enchanté. Cette discussion-là, on l’avait eu bien souvent. J’étais plutôt heureux de voir qu’une opportunité se présentait enfin à lui pour creuser un peu plus. Après, je ne le montrais peut-être pas mais j’avais un peu peur qu’il choisisse de rester là-bas après avoir appris la vérité plutôt que de revenir chez lui, à Kumo. Le patriotisme et le sentiment d’appartenance étaient des notions/sentiments/principes (Rayez mentions inutiles) qui étaient complexes. On ne pouvait jamais vraiment savoir ce qui allait se passer. Qui plus est, je devais avouer flipper pour la sécurité de Kumo. Laisser le village sans trop de surveillances et bien après ce qu’on avait traversé ne me satisfaisait pas vraiment. Mais puisque le raikage devait lui-même se déplacer et qu’on avait sollicité les qualités de mon auguste clan, je n’avais pas d’autres choix que d’y aller. Je pensai même à Kahei, mais je préférai faire de l’ordre dans mes pensées pour ne pas déprimer en tout cas. Surtout pas devant mon meilleur pote, même si j’avais ce droit-là.

- « Pour ma part, ce sera ma première sortie du pays. Ça se voit peut-être pas, mais je suis excité rien qu’à l’idée d’aller voir d’autres pays ! »

Du tourisme sans en être un pour de vrai. Si j’y allais, c’était non seulement pour honorer les engagements des Metaru, pour veiller sur notre cher Raikage mais aussi pour « encourager » cette satanée moniale, qui, je le savais au plus profond de moi-même, allait faire de grosses bêtises, mais de très grosses. Le genre qui me ferait peut-être honte. Vu son statut, elle n’avait clairement pas intérêt, mais on n’était à l’abri de rien. Je préférai boire pour ne pas trop penser à ce fait aussi avant de revenir sur les différentes questions qu’il m’avait posé concernant son futur boulot : « 4 à 6 semaines dans l’année. Vu que c’est de la sécurité dont il s’agit, on doit être en permanence sur le qui-vive. Pour ce qui est de ta paye, elle atteindra facilement le double de ce que tu peux te faire par mois en étant simple jonin. » C’était l’avantage d’avoir une double fonction. Il y avait peut-être un peu plus de travail, mais je n’allais pas lésiner sur les moyens, surtout qu’il s’agissait maintenant d’un cadre et pas n’importe lequel.

- « Comme ça, tu pourrais toujours profiter des bars et lupanars… »

Qu’avais-je déclaré avec un sourire moqueur en coin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Dim 17 Sep 2017 - 17:09
« Ouais non mais carrément ! Alors j'apprends que tu as une fiancée, et en plus c'est une Genin qui participera à l'examen international et en plus c'est toi qui l’entraîne ! C'est pas juste un truc que j'ai loupé là... En tout cas, je suis content pour les Metaru, je suis certain qu'ils vont faire du bon boulot pour la construction du site. »

J'ai l'impression qu'il a eu la même idée que moi au final. J'avais demandé aussi à Ryüka de participer à l'examen. J'espère que les deux n'auront pas à s'affronter, sinon j'imagine pas le bordel... Je ne connais pas du tout la moniale de Shuuhei, j'espère qu'elle n'a pas un caractère affreux comme celui de ma protégée.

« Tu seras pas le seul alors à avoir une Genin qui participe. La fille dont je t'ai parlé tout à l'heure, j'ai réussi à la convaincre, elle sera du voyage aussi. Quant à moi... sérieusement j'hésite encore. J'attends depuis un moment de partir là-bas, mais bizarrement, j'ai pas trop envie en ce moment. Si je peux y aller de manière officieuse, ça irait parfaitement, mais si je dois faire parti de la délégation officiel, bonjour l'ennui, et puis, j'aurais pas de temps pour faire mes recherches.»

C'est vrai que j'attendais ce moment depuis tellement longtemps, mais c'était pas vraiment l'occasion que j'attendais. Un énorme événement, c'est pas le truc le plus discret pour faire des recherches. J'ai besoin d'aller à Hi no Kuni de façon clandestine, et pas autrement. Là, je sens qu'il va y avoir une tension naturelle, et le fait que les trois villages ninja participent, cela n'arrangera pas l'affaire. J'ai besoin d'un temps de réflexion.

« Ah mais oui c'est vrai que c'est la première foi que tu sors de Kaminari ! Ça va être une grande première pour toi ! Je partagerais bien avec toi quelques souvenirs que j'ai du Pays du Feu, mais cela remonte à plus de quatorze ans, alors j'imagine que l'endroit à du bien changer. Puis je profitais pas trop du paysage et compagnie, plus des richesses de l'endroit... Tout ce que je peux te dire, c'est que là-bas les meufs, ça rigole pas, ce sont des bombes ! »

C'était vraiment le bon vieux temps. À cette époque là, j'étais un beau mâle qui n'avait à peine vingt ans. Je faisais de l'effet à n'importe quelle femme. Je me souviens que j'en ai chopé plusieurs. J'avais un discours bien rodé pour les amadouer. Je leurs promettais monts et merveilles, que j'allais revenir pour fonder une famille avec. Puis le lendemain, plus personne. J'étais vraiment lâche, mais qu'est-ce-que j'ai pu en profiter, j'ai aucun regret, vraiment.

« J'ai pas rêvé ? Quatre à six semaines de congés ? Non mais c'est le pied en vrai ce job ! Pourquoi j'ai pas pensé plus tôt à avoir un autre boulot en même temps que celui de Jônin ? J'y crois pas, je vais pouvoir enfin changer d'appartement ! Contrairement à toi, qui habites quand même dans un palace, moi je dois me taper un pauvre studio tout miteux... mais si ça se trouve, j'ai un logement de fonction aussi, non ? »

Bah oui, je devais bien parler de ça. Je n'étais plus un jeune homme qui pouvait vivre à la bel étoile, enchaîner les nuits blanches sans avoir aucun confort. J'ai un certain âge maintenant, et j'ai besoin d'avoir un certain luxe. Je ne demandes pas grand chose, juste quelque chose qui correspond à ma valeur en tant que Jônin, normal.

« Et comment ! Je comptes bien en profiter de tout ça ! Contrairement à toi, et d'ailleurs, je ne t'ai pas dis mes condoléances, je suis totalement seul, sans enfants, sans femmes, totalement libre de faire ce qui me plaît hahaha ! »



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Dim 24 Sep 2017 - 3:40
- « On te changera pas toi ! Bah écoute, tu t’feras plaisir là bas en pensant à moi ! Et pour le logement de fonction, j’en toucherais un mot à Seijuro, même si je doute qu’il accepte… Il est du genre à optimiser toutes nos ressources tu sais… »

J’eus un petit rire. Avec lui, les sujets sérieux ne duraient jamais. C’était pas comme avec le Shodaime actuel. Lui pouvait garder son sérieux pendant des jours, si bien qu’il avait un air parfois sinistre, qui, disons-le, faisait plus que flipper ! Pas étonnant qu’il avait pas de meufs à proximité celui-là. La seule qui le maitrisait, c’était bel et bien sa secrétaire. Une bonasse celle-là quand j’y pense. Une vraie de vraie. Mais elle était également du même genre. Stricte, pète-sec même… Le genre de beauté qu’on qualifierait de « froide ». A croire que les gens du même bois étaient faits pour être ensemble. Quelque chose comme ça. Quelque part, c’était un peu mon cas avec ma petite moniale. J’étais aussi taré qu’elle dans un sens, même si la meuf, c’était autre chose. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle n’avait pas froid aux yeux. Tant et si bien que je me questionnais toujours sur son fameux côté ecclésiastique…

- « Mais bon, pour en revenir à Shito et aux gonzesses là-bas, j’aurai p’être le loisir de m’amuser aussi… Qui sait… Après tout, j’ai rien encore fait avec la moniale… »

J’eus un sourire un peu machiavélique sur le coup. A défaut de ne pas la tromper, rien ne m’interdisait d’aller trainer dans des clubs histoire de déstresser un peu. A Shito, nul doute que nous serons sur le qui-vive. L’idée de bâtir un petit village ultra sécurisé ne m’empêcherait pas de rester éveillé. Comme d’habitude. A cet instant précis, j’étais loin de m’imaginer les drames que nous allions vivre là-bas, mais qui pouvait vraiment anticiper ces faits ? En attendant, je profitai d’une dernière gorgée de saké avant de m’emparer de mon parchemin que je repliai/déroulai avant de ranger dans mes vêtements. Je regardai encore une fois un peu partout et je fus soulagé de constater que personne n’avait apparemment épié notre conversation. Les intrusions m’avaient réellement rendu parano. Mais c’était un mal pour un bien. Par contre, avec les bêtises que racontait mon vieil ami, j’avais oublié de malaxer mon chakra pour user de ma sensorialité.

- « Bon mec, c’est pas tout ça, mais il faut que je rentre. Sinon j’en connais une qui me fera la gueule. Et c’est moche de devoir dormir avec une jolie meuf boudeuse… Que je touche même pas en plus… Et t’imagines pas avec les anciens… Je suis le nouveau chef de clan, je dois plus faire de conneries… Blablabla ! Je suis plus libre Dai ! Plus du tout ! »

Là, j’eus un soupir résigné. Ce n’est pas que je ne le voulais pas, mais je ne le pouvais pas. On va dire que c’était un peu une question de conscience. Depuis qu’elle m’avait avoué être vierge, j’avais un blocage. Ça plus le fait que l’héritière des Leoko était avec moi depuis un certain moment maintenant ce qui m’obligeait à me rester tranquille puisqu’elle était tenue en estime par les Metaru dans leur majorité. Qui plus est, être le chef du plus gros clan de Kumo ne me laissait plus le loisir de m’afficher très longtemps dehors à des heures tardives, sauf en cas de boulots. Or là, je n’étais pas en train de taffer. Pas autour d’un bon saké en tout cas. Je finis donc par me lever avant de poser quelques billets sur la table. L’addition était pour moi vu que je savais qu’il avait des difficultés financières parfois. D’ailleurs, nos différences sociales n’avaient jamais entaché notre relation plus qu’amicale. Il était définitivement un brave zig, ce Dai...

- « J’enverrai la même fille venir te chercher demain et on procèdera aux différents aménagements du bâtiment que le raikage nous a cédé. Allez, essaye de ne pas trop forcer sur le saké ! »

Là-dessus, je lui fis un clin d’œil avant de me diriger vers la sortie non sans lui avoir tapoté une épaule en passant à ses côtés.

C’était une soirée plus que fructueuse !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Création de la police Militaire ; Ft Dai

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: