Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Je préfère le terme de fripon. [Solo]


Sam 9 Sep 2017 - 17:19

Il est de rumeur urbaine que la pie est une bête voleuse. La réalité en est tout autre, de robe teinté de blanc et de noir, elle n’a guère d’attrait pour les objets brillants. Elle se contente, à l’instar d’autres corvidés, de dérober des proies à d’autres oiseaux et mammifères. Cependant, Kasanagi, bien que ne partageant pas la plume de l’animal qui lui vaut son surnom, partage cependant avec cette image, à la différence que pour lui, celle-ci n’est pas faussement attribuée. C’est un larron de la pire espèce, un jeune chenapan qui n’a d’attrait que pour deux choses dans la vie. Si l’une n’est pas le sujet de notre discussion, l’autre en est le point central. Véritable malade, il est adepte de l’avarice, de tout ce qui est jaune morlingue, de tout ce brille. Tout petit, il avait déjà pour habitude de mettre la main dans les fouilles des passants. C’est à partir du jour où il carrota une pièce d’or dans la poche d’un homme venu jouer de la mandoline à sa mère qu’il découvrit les joies de la vie. Le bougre fauché ne revint plus, Tetsuko quant à lui avait pris le virus. Kasanagi était née, et avec le goût du beurre en plus. A présent, il aime ce qui les belles choses qui scintillent, les choses qui cariolent, les choses qui dégagent l’odeur malfaisante de la pouillerie.



J'ai demandé la vie à l'amour qui la donne,
Mais vainement; je n'ai jamais aimé personne
Ayant au monde un nom.
J'ai brûlé plus d'un cœur dont j'ai foulé la cendre,
Mais je restai toujours, comme la salamandre,
Froid au milieu du feu.


Assis sur son fauteuil un homme est là. Sanshouuo Ikeda, chef du clan Sanshouuo et propriétaire du manoir Sanshouuo où se déroule notre récit. Il est donc, coupelle de sake à la main, attisant un feu de cheminée de l’autre. Genou à terre, son serviteur attend les nouvelles instructions.
« Non, non et non. Anciens ou autres, j’en ai cure. Jamais les Sanshouuo ne partageront les secrets de son clan. »
« Sanshouuo-sama, comprenez, cela représenterait un avantage de taille pour Kirigakure, avec cela, les shinobis pourront… »
« Il suffit. »
Ni une, ni deux, le serviteur comprit dès lors le zèle de son maître et se retira de la pièce immense, laissant le maître des lieux seul avec ses pensées et ses monologues.
« Le pays peut brûler à feu et à sang, les salamandres sont notre propriété et notre force. Ces coprolithes n’ont qu’à pisser froid dans leur sang. »
« Ce n'est pas très poli. »
La surprise fut de taille quand il se rendit compte qu’il n’était guère seul. La pièce semblait être habitée par un esprit néfaste et c’est avec un regard affolé que le maître sondait le hall de sa demeure à la recherche de l’intrus.
« Ici. »
Telle une ombre, seule une silhouette semblait de dégager d’un coin obscur de la pièce. Camouflée par d’amples vêtements sombres, sa cagoule ne laissait aucun indice quant à son identité et c’est avec l’esprit confus que le maître put reconnaître dès lors la fonction de l’invité qui n’était pas invité.
« ASSA… ! »
Mais c’est avec le souffle court qu’il fut coupé net dans ses mots. Une longue et large épée venait de dessiner sur son dos une large entaille d’où se dégageait des litres de sang. Par deux ils venaient de commettre leur forfait. Le clone avait tiré l’attention de la victime tandis que le vrai avait pris l’initiative du meurtre.
« Je préfère le terme de fripon Sanshouuo-sama, assassin ce n’est qu’un bonus. »
Baignant dans son sang, il n’avait guère le luxe de pouvoir adresser ses dernières paroles. Crachant du sang, c’est avec ses yeux livides et son air affolé qu’il pointait le bras vers un des mobiliers de la salle. Lui qui demeurait une bonne distance du meuble semblait vouloir l’atteindre, rampant tant bien que mal avant de lâcher son dernier soupir et sa dernière lueur de vie.

Les yeux de l’assassin étaient à présent amplis d’une lumière de désir. La flamme de l’avarice s’instillait en lui et c’est avec un pas décidé qu’il prenait la direction du mobilier qui importait tant au défunt. Il était ici pour une raison déterminée et c’est avec des gestes raffinés qu’il fouillait le cabinet à la recherche de son trésor. Cependant, la surprise fut de taille quand après plusieurs secondes de fouille, il ne tomba pas sur l’objet de son appétit. Ce n’est pas l’épée du clan Sanshouuo ça ?! Confus, il continuait ses recherches ne manquant pas de garder en main le rouleau qu’il venait de trouver et qui semblait être la pièce maîtresse du meuble. Mais rien à faire, il s’était fourvoyé et ce n’était donc pas un objet métallique, mais ce parchemin d’invocation que le maître des lieux semblait tant désiré.

À l’extérieur, des bruits de pas constants et bruyants trahissaient la venue des gardes. Et c’est aussi furtif qu’il était venu que la pie de kirigakure venait de disparaître, ne laissant aucune trace de son passage si ce n’est la mort d’un ancien et le vol d’un parchemin.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Je préfère le terme de fripon. [Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Marécages brisés
Sauter vers: