Derniers sujets
» Entrainement à l'épée n°1 - Shiori
Aujourd'hui à 23:25 par Watanabe Shiori

» Le blondinet s'ennui !
Aujourd'hui à 23:21 par Aami Shôran

» Encore ... ? [Pv Shuu]
Aujourd'hui à 23:20 par Metaru Reiko

» Deux épreuves pour le prix d'une (ft. Y. Kagero & N. Sayo)
Aujourd'hui à 23:14 par Aburame Shizen

» [Equipe #4] Première rencontre matinale
Aujourd'hui à 23:06 par Kanashīdesu Inja

» Impact [Sayo N.]
Aujourd'hui à 22:35 par Nara Sayo

» La chieuse en tenue d'infirmière... [Ft.Sayo]
Aujourd'hui à 22:30 par Nara Sayo

» C'cadeau Senseï | Shojito
Aujourd'hui à 22:18 par Nara Sayo

» Pile ou face ? | Frero
Aujourd'hui à 22:03 par Nara Sayo

Partagez | 

Kasanagi ► Ce qui nous lie | Explicite

Aller à la page : Précédent  1, 2

Dim 1 Oct 2017 - 3:33
...


Un fin sourire aux lèvres, il était empressé de pouvoir observer les écailles de son nouveau compagnon. À son tour, il mâchouilla l’extrémité de son pouce avant de partager le sang sur ses autres empreintes. Comme si j'allais rater cette opportunité. Imitant sa consœur, il inscrivit de sa dextre fine sur la case d'à coté son identité avant d'apposer sa main à l'image des précédents détenteurs. Sans aucune vergogne, ils venaient de souiller un pacte ancré dans une famille certainement depuis les débuts de l'ère des shinobis. Partenaires dans le vice, leurs patronymes à présent ancrés dans les fibres du parchemin révélaient au grand jour les deux individus qui venaient de briser une chaîne millénaire. Un soupir de plaisir, le méfait avait ça d’intrigant d'exciter le Chûnin quand il était de qualité et bien exécuté. Gracieusement, il vint enrouler le parchemin qui trouvait dès lors une nouvelle place sur une autre assise.
« On passe maintenant au concret Shiori. Il est temps d'appeler les dragons. »
Se déracinant du sofa afin de se redresser, sa main tendue vers la kunoichi azure il l'invitait à le suivre. Rétractant ses doigts, ses paumes vers le bas, Tetsuko joignit dès lors ses mains afin d'effectuer le mûdra du sanglier. Bien qu'impatient, ses cognitions dérivèrent dès lors légèrement de sa pensée principale. Elle demeurait dans son esprit, piquante qu'elle était, l'empêchant totalement d'apprécier une quelconque friandise mentale. Les mains crispées, le sceau tenu, il ne décidait pas à enchaîner l'exécution, comme tenu par une question qu'il peinait à vocaliser.
« Qu'est-ce que je suis pour toi ? »
La question était fortuite, autant pour elle que pour lui-même. Il ne connaissait guère les raisons de cette externalisation soudaine, seulement le goût du baiser encore inscrit sur les lèvres du spadassin réveillait en lui cette interrogation qu'il désespérait tant à enterrer. Ce n'était pas un désir à aller vers l'avant qui motivait sa langue à se délier. Ce n'était pas non plus une lamentation qui cherchait par tous les moyens à se dévoiler à l'air libre, non. Il était juste ébranlé, martyrisé par tant de remue-ménage dans l'essence même de son être. Il se sentait faible, voué à devoir payer le prix de son pêché.

Le mûdra vibrant, le regard fuyant, par tous les signes, il signifiait cette crainte d'une réponse qu'il pensait déjà connaître. Tel un condamné, il se sentait creuser sa propre tombe, voué à devoir entendre ces mots qu'il redoute tant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Dim 1 Oct 2017 - 4:25
Je le laisse maintenant signer à son tours, parce que j'ignore réellement comment fonctionne la suite. Il faut dire qu'hormis la fois où j'avais parlé de Kuchiyose avec le jeune samourai du nom de Watari, je n'en avais plus parlé et je n'avais pas fait de recherches. Sinon, l'adolescent à côté de moi, l'aurait su. Il est ma source première d'information et d'enseignement, même si j'ai parlé avec le samourai de prendre des cours dans son dojo. Chose que j'ai toujours repoussée à cause de son lien prétendu et supposé avec Eiichiro. Comment est-il possible d'être ami avec ce monstre hein ? C'est une bonne question et j'ignore comment cet homme peut y arriver.

M'enfin, suivant les gestes de l'enfant, je souris un peu timidement quand il a fini de signer à son tour le pacte d'invocation de la salamandre. Attendant maintenant la suite de ses explications pour savoir quoi faire, sauf qu'il ne dit rien, se contentant de se déplacer et me tendre la main. L'invitant à le suivre. Détaillant sa posture est ses gestes, je fais de même, pour en premier lieu apprendre les enchaînements et non pas réellement chercher à invoquer l'animal.

Ainsi concentrée dans ma tâche, je suis surprise par ses propos et redresse un peu plus la tête pour croiser son regard. Que suis-je sensée répondre à cette question. Rigolant alors un peu nerveusement, je prends assez vite la parole. "Mon partenaire ? Mon colocataire ?" Formulais-je maladroitement en le questionnant, peu sûre des réponses que je lui fourni à cet instant. Après tout, quelle est réellement notre relation ? Sa nature est malsaine, je le sais bien. Mais ce n'est pas de l'amour, et on ne peut plus dire qu'il s'agit d'amitié... Que sommes nous donc devenu l'un pour l'autre ? Je le fixe, laissant retomber mes mains et brisant ainsi le signe que je faisais. Je le fixe et pourtant, je ne le vois plus réellement, perdue dans un flot de pensées et de questionnement à cause de sa question pas si... simple que cela. Une question qu'il aurait du garder pour lui et ne pas me soumettre.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Dim 1 Oct 2017 - 5:04
...


Est-il courant d'embrasser son partenaire là d'où tu viens ? De multiples pensées sarcastiques traversaient Tetsuko tandis qu'il encaissait le douloureux résultat de sa bêtise. Elle lui avait envoyé les mots redoutés en pleine face, et le voilà qui payait à présent le prix de sa curiosité maladroite et malsaine. Il y a des choses en ce monde qui ne peuvent être formulées, qui ne peuvent outrepasser la barrière de l'esprit, mais ça, il ne voulait guère le comprendre, il ne désirait guère assimiler le fait que dans ce monde, il était bel et bien seul. Attristé par cette réponse qui était loin d'être surprenante, il lâchait à son tour le sceau avant de laisser son regard vide se baladait ici et là à la recherche d'une quelconque stimulation visuelle qui pourrait le dégager de ces pensées néfastes.
« D'accord, j'ai compris. »
Sa voix fluette ne transpirait pas la sincérité. Il n'arrivait pas à se restreindre à cette idée, à se résigner devant ce qui est certain et à présent acté. Relevant ses bras, tentant de reprendre sa position initiale, vidé de toute énergie, il désenchantait devant l'échec d'accomplir le mûdra le plus simple qui soit. Rien n'y faisait, aucune volonté ne l'abritait. C'est dans le creux du canapé qu'il venait de quitter qu'il reprenait dès lors son assise, la tête dans ses bras, tentant vainement de briser le cercle vicieux et d'abandonner le ressassement cyclique des mots de la kunoichi. Il ne pleurait pas, il ne gémissait pas, il demeurait là silencieux, comme pensif et austère.
« Je ne sais pas ce qui m'a pris, je suis désolé Shiori. Laisse-moi juste une minute. »
Maussade, il n'avait plus d'yeux pour les salamandres.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Dim 1 Oct 2017 - 11:19
Et oui, forcément, la réponse que je lui fournis n'est pas ce qu'il attendait. Comment aurais-je pu répondre quelque chose de juste à cet instant ? Serrant un peu les dents, je le regarde se refermer sur lui-même alors qu'il reprend sa place à côté de moi dans le fauteuil... Je suis navrée. Désolée de ne pas pouvoir lui dire ce que, peut-être il veut entendre... J'ignore même en réalité ce qu'il désire, ce qu'il veut. Je ne me suis jamais vraiment posé la question quand à savoir ce qu'il pouvait bien ressentir pour moi. Après tout, ça présence à mes côtés, m'est juste naturelle et je pensais que pour lui, c'était la même, qu'il n'y avait pas besoin de mot ou de je ne sais trop quoi d'autre pour qualifier ce que l'on est... Même si le définir en soit, serait une bonne chose, pour avoir des limites, pour ne plus déraper... Je prends alors le risque. Je le sens dangereux, mais il le faut bien. "Et moi, je suis quoi pour toi ?" Soufflais-je doucement, mon regard posé sur lui alors que je redoute ce qu'il pourrait bien me dire, alors qu'il cherche à se dérober. Puis, pourquoi m'avait-il posé la question ? Ne pouvait-il pas simplement se contenter de ne pas savoir. Moi, c'est quelque chose qui me convenait parfaitement. Mais maintenant que les interrogations sont posées, comment est-ce que je pourrais continuer comme ça hein ? Alors que je suis confuse, que je me questionne sur ce que j'aurais dû répondre, mais également sur ce qu'il attendait, comment je le vois. Au final, c'est vrai, qu'est-il pour moi ? Peut-être qu'avec sa réponse, je le saurais, mais ce n'est en rien une certitude. Peut-être que ça ne ferait qu'empirer tout ça, ce tumulte de réflexion...

Et tout comme lui, je ne pense plus au pacte à cet instant précis. Parce qu'il semble être plus atteint par cette conversation que par les animaux que l'on aura comme compagnon. Après tout, l'invocation on peut toujours la faire après, alors que cette discussion... Il faut la finir, arranger les choses, parce que je n'aime réellement pas voir cet air sur son visage... Non, vraiment pas.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Dim 1 Oct 2017 - 11:47
...


Renfermé sur lui-même, un long silence se fait entendre tandis que la kunoichi lui retournait la question. Que cherche-t-elle ? En temps normal, il aurait été commun de renvoyer une question basique, seulement, dans le contexte des deux sabreurs, cette relance avait un goût pimenté. Qu'est-ce que ça pourrait bien te foutre ce que tu es pour moi ? avait-il envie de répliquer. Seulement à la différence de sa dernière palabre, il avait maintenant appris à tenir sa langue par crainte qu'elle riposte avec une phrase encore douloureuse pour lui. Affalé sur le canapé, il se laissait aller graduellement, laissant glisser son dos avant d'atteindre une position courbée peu confortable. Son regard toujours lointain, c'est avec un long soupir qu'il exprimait son désarroi, son malaise.
« Tu es arrivée inopinément dans une phase sombre de mon existence. Habituellement seul, souillé par ce désir sombre de faire mienne toutes les épées légendaires, c'est toi qui m'as écarté de ces démons. Tu m'as fait comprendre que cet appétit n'était qu'une béquille pour moi, qu'un moyen d'endurer ce triste monde. À tes côtés, j'assimilais que je pouvais vivre comme n'importe qui, que je pouvais apprécier la chaleur d'une famille, que je pouvais me délecter d'un semblant d'amitié. La prison, la fosse, il était fini le temps où je ne pensais qu'à mon être et seul mon être, à présent, j'avais quelqu'un sur qui je pouvais compter et que je me devais de protéger. »
Toujours à moitié allongé, c'est à présent vers elle que son regard livide se tournait...
« J'ai souffert, j'ai été blessé, mais penses-tu un seul instant que je le regrette ? »
...avant de finalement la quitter.
« Qu'importent mes tourments, qu'importent les flammes ardentes perverses qui me brûlaient de l'intérieur, il me suffisait d'être dans tes bras, de goûter à la délicatesse de tes lèvres pour que tout s'en aille, pour que tout disparaisse. Je te l'ai déjà dit, ma lanterne parmi les ténèbres, c'est toi. »
Un bref silence, il peinait à continuer ses mots.
« Alors à ton avis, qu'est-ce que tu pourrais bien être pour toi ? Hein ? »
À l'inverse de sa prédiction, aucune once de remord ne venait salir sa déclaration.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Dim 1 Oct 2017 - 12:41
Je ne le quitte pas des yeux, réellement inquiète pour lui. Mais également curieuse de savoir ce qu'il pourrait bien me dire. Le redoutant plus qu'autre chose en réalité. Je le fixe, dans sa posture peut recommandée. Alors que je reste assise, droite, sur le bord du sofa. Inlassablement silencieuse. Attendant ses mots. C'est ainsi, dans un silence plus inquiétant que lourd, que je me retrouve à attendre. Ne peut il pas prendre la parole plus rapidement que cela? Ne pas me faire languir de la sorte? Mais dans un sens, je le comprends. J'ai un peu fait pareil juste avant. Cherchant mes mots, cherchant à définir ce que nous sommes sans pour autant y arriver. Mais lui, peut-être qu'il le sait. Et c'est un peu cela que j'espère...

Mes pupilles toujours sur lui, mon attention encore plus diriger vers le Yuki. Je le laisse parler, sans dire un mot et ce même s'il me répète des choses qu'il à déjà prit le soin de me dire. A-t-il peur que j'ai si peu prêté attention à ce qu'il peut bien me raconter? A cette pensée, je fronce un peu les sourcils, mais ne dis toujours rien, le laissant poursuivre jusqu'à sa question...

Je baisse alors le regard, me mordillant un peu la lèvre inférieure alors que je réfléchis. Je suis donc supposée le savoir, définir moi même ce que je suis pour lui. N'est ce pas un peu étrange ? "Dis le." Murmurais je pour ne pas risqué de dire des connerie et de le blesser encore une fois. Parce que je refuse de le faire moi-même. Relevant ainsi le regard vers lui. Un peu suppliant. "Dis le." Me répétais je alors un peu plus fort.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Dim 1 Oct 2017 - 18:42
...


La fureteuse en voulait plus, elle ne se satisfaisait pas des mots du jeune homme. Le regret gagnait le corvidé tandis qu'il l'écoutait s'enquérir de sa personne, tandis qu'il la sentait remuer le couteau dans une plaie encore fraîche. Mordillant ses lèvres jusqu'à presque en atteindre le sang, il considérait de plus en plus grand le déplaisir d'avoir ouvert sa gueule d'inconscient. Lentement, il se sentait se terrer de plus en plus dans les abîmes des remords mélancoliques tandis qu'il s'enfouissait dans les profondeurs du textile. Sa fierté ébranlée, son image-propre mutilée, il sollicitait Dieu de ne jamais avoir mis la main sur ce foutu parchemin, de n'avoir jamais eu à s’asseoir à ce côté sur ce sofa pour lui poser cette question à ce moment donné. Que me veut-elle ? Ça ne lui suffit pas donc de me hacher de la sorte ? De me contraindre à déballer tout mon sac ? À mettre à nu mon être tout entier et à me dépecer du peu de dignité qu'il me reste ?

ASSEZ ! Désirait-il crier. VA-T'EN ! Aspirait-il de commander. Mais rien à faire, les mots ne sortaient pas, il se contentait de rester là, silencieux et vulnérable face à cet interrogatoire nauséabond. Il avait beau ne pas diriger son regard vers elle, il la sentait guigner sur son être, le baignant d'une aura inquisitrice et impatiente. Il était comme reclus, piégé par la femme de pouvoir qu'il haïssait tant, et pourtant...
« Tu es celle que j'aime. Tu es tout. »
Sa maigre résistance avait cédé, et c'est ainsi désemparé qu'il se sentait dégarni, dénué de tout amour-propre. Elle avait réussi son coup, elle avait pelé le Chûnin, déplumé la pie, déraciné l'arbrisseau qui errait à présent sans ancrage dans ce monde. Les anciens fusaient qu'une vérité révélée avait ça de bon d'être libératrice. Il n'en avait cure et n'acquiesçait guère à cette réplique trop facile. À ses yeux, aujourd'hui, il avait perdu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Lun 2 Oct 2017 - 19:03
Voix à la limite de la supplication. Je suis désireuse de savoir, de comprendre et d'être dans un sens fixée. Que sommes nous sensé être? Notre relation est peu commune, interdite, nocive mais tellement utile pour lui comme pour moi. Bouffée d'oxygène dans un monde qui part en fumée. Bouée de sauvetage après le raz de marée que fut la Shodaime Mizukage. Pensant nos plaies ensembles, de façon maladroite, quitte à se refaire mal par inadvertance. On s'accroche comme on s'arrache. Et à cet instant, Nous faisons un mélange des deux. Fuis moi je te suis, suis moi je te fuis. N'est ce pas une façon d interpréter nos deux attitudes? Insatisfaction totale du comportement de l'autre. Besoin de solitude, besoin de sa présence. Va t en, reviens. Relation complexe et tumultueuse. Toxique comme jamais. Poison nécessaire pour tenter d'avancer encore et encore. Potion pour ne plus nous retourner sur nos chimères et nos démons. Hante moi comme jamais. Disparaît mais pas trop non plus.

Paradoxe que nous sommes. Miroir brisé et illusion chimérique. Ses mots fusent, Comme des lames de rasoirs. Tranchant. Atteignant en plein coeur. Stupéfaction et méprise. Je souris doucement. "Moi aussi je t'aime Tetsu-kun." Soufflais je naïvement. Parce que je parle d'un amour fraternel, d'un amour enfantin, mais d'une idylle préparant à une tragédie telle Roméo et Juliette. Non, j'imagine de sa bouche quelque chose de chaste et d'innocent. Pas d'amour d'adulte. La différence est pourtant si grande, mais visiblement pas encore assez étant donnée qu'elle ne me saute pas aux yeux à cet instant. Malheureux quiproquo. Clou enfoncé en plein coeur. En rien, je ne l'épargne, mais peut on réellement haïr un mal fait par inadvertance? Par naïveté? Parce que sur le plan intime, l plan amoureux, je n'ai jusqu'à présent eu qu'une seule histoire. Alors malgré mes vingt six ans, je n'en reste pas moins novice dans ce domaine. Au grand dam de l'adolescent à mes côtés.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Mar 3 Oct 2017 - 19:07
...


Il n'avait pas peur de lui dire qu'il aime, il était juste terrifié par le fait qu'elle ne lui dise pas en retour. Elle donnait de l'amitié à quelqu'un qui veut de l'amour, c'était comme donner à manger à quelqu'un qui meurt de soif. Qui aime et n'est aimé, d'amour est enchaîné. Il sentait les mots de Shiori s’insérer dans une plaie ouverte, remuant de manière saccadée une douleur sentimentale incurable. Les trois mots et huit lettres n'eurent guère un effet salvateur, il comprenait très bien en déca de sa vision de l'amour la traduction de sa déclaration : il n'était rien à ses yeux. Il n'était qu'un pauvre enfant qui fut, le temps de quelque temps, la bonne personne au bon moment. Il n'était pas niais au point de désirer la marier, mais au fond de son être demeurait cette envie de la faire sienne, de se l'approprier au-delà d'une simple incarcération perverse. Sa main empoignant le tissu au niveau de son cœur, il ressentait physiquement le poids du reniement, toujours arborant ce visage vide. Lorsque vous donnez à quelqu'un tout votre cœur et qu'il n'en veut pas, vous ne pouvez pas le reprendre. Il est parti pour toujours.

Cœur juvénile venait de prendre conscience qu'il était aussi cœur solitaire. Un énième instant de pause, il avait besoin d'assimiler ce qu'il avait tant redouté. Lentement et graduellement sa fracture mentale reprenait place dans un terrain à présent épuré de toute lumière. Ses démons refaisaient leurs nids, instillant par leur voix lugubre leurs déclarations macabres : Tu t'es fait avoir, ce n'est qu'une pute. Elle s'est joué de toi pauvre petit sot, tu es, et tu resteras seul, à jamais. Sa dextre venant à présent empoignée sa chevelure ébène, ne manquant d'extraire quelques capillarités au passage, il tentait de faire taire ces commandements, reprenant le contrôle sur sa personne. Non, non, non !

Sans un mot, il se relevait, décidé à ce qu'aucune émotion morose -à l'exception de cette « belle indifférence »- ne vienne soutenir à la kunoichi l'idée qu'il souffrait. Seulement, il était maladroit, et sa diction souffrait à présent des troubles communs d'un être mélancolique et dénué de toute vitalité.
« Suis mes mûdras. »
Il délaissait la conversation annexe, reprenant l'activité initiale. Ses mains bégayaient tandis qu'il enchaînait une série articulée. D'un signe peiné de la tête, il indiquait dès lors à sa consœur qu'il ne manquait plus que l'ultime mouvement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Jeu 5 Oct 2017 - 11:45
Mes iris posées sur lui, inquiète, scrutant le moindres de ses faits et gestes alors que je viens de lui dire que je l'aime également, sans penser qu'il puisse s'agir d'un amour différent. Silencieuse, devant le spectacle qui se joue devant moi. Marionnette désarticulé, sentiments incompris. Cœur blessé, cœur lésé. Le mien se serre, alors que je le regarde se prendre littéralement la tête et empoigner sa chevelure de la sorte. Ma main se tend, pour essayer de le toucher, de le retenir. Une tentative vain, il évite mon geste. Main tendue dans le vide. Une aide indésirée. Nouvelle blessure. Déchirement. Sentiment d'abandon. J'ignorais qu'il était possible d'être si proche et si loin d'une personne en même temps.

Regard désemparé. Muette comme une tombe. Je m'affaisse dans le fauteuil, dos enfoui dans l'appui du sofa. Impression de le voir sans réellement te percevoir. Sentiment profond de solitude, alors qu'il a juste refusé ma main. Portant son attention sur autre chose, sur ce que l'on faisait au préalable. Les Salamandres. Enthousiasme perdue. Désir abandonné. Je le regarde singer le mouvement en me demandant de le suivre d'une voix léthargique. Un signe de la tête. Non. Je refuse. S'il veut se la jouer à me repousser, je peux faire la même chose. Les bras croisés sur ma poitrine, je reste silencieuse à le fixer. Je boude. Parce qu'il ne s'exprime pas correctement. parce qu'il me repousse et me fait me sentir fautive pour quelque chose que j'ignore. Ai-je commis un impair ? En quoi l'ai-je blessé ? Je lui ai répondu. Il m'a dit je t'aime et je lui ai dit aussi. Où était ma faute la dedans ? Je réfléchis, laissant mon cerveau partir dans des divagations saugrenues pour tenter de comprendre cet embarras entre nous. Délires plus fou les uns que les autres, imagination bien trop fertile. Je ris nerveusement à l'idée qu'il puisse m'aimer comme j'ai pu avoir ce sentiment pour le Metaru il y a de ça plus de cinq ans maintenant. Je suis tout pour lui a-t-il dit. Pourquoi ai-je occulté cette phrase si importante... Si significative ? Peut-être parce que je ne voulais pas l'entendre... Néanmoins, elle me touche, elle me fait plaisir. Quelqu'un tient réellement à moi. Lumière au loin, phare qui aide, qui dirige, qui donne un but, une destination. Pourtant la finalité ne peut être cela là. On le sait tout les deux maintenant. Il la déjà comprit. Je baisse la tête, décroise les bras. "Je suis désolée." Murmurais-je alors. Désolée d'être stupide, désolée de ne pouvoir te rendre réellement tes sentiments, désolée d'être longue à la détente, d'être faible, etc.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Jeu 5 Oct 2017 - 16:02
...


Le fracas prenait place dans la pièce principale tandis que son bras vint fendre la lourde table en deux. Il était fini le temps de la maîtrise, elle avait fait couler la goutte de trop dans son cœur, elle qui semblait vouloir le hanter pour toujours. PUTAIN DE MERDE ! MERDE ! À ses yeux, tout l’afflige, le nuit et conspire à le nuire. Son âme se remplit d’erreurs et de terreurs, il n'avait plus la force de faire taire ces voix hargneuses, ou plutôt, il ne voulait plus. Elle lui avait fait atteindre le point de rupture, une marche de plus vers le non-retour, un pas de plus vers la folie complète. La haine de l'homme sensible est un nuage qui passe comme une giboulée de mars, en effet, la colère, comme la faim, est mère des mauvais conseils et c'est ainsi les bras ouverts qu'il se laissait posséder par la déraison pendant que toutes ses névroses criaient à l'unisson.
« C'est ça que tu veux ?! »
Un pied sur le canapé, il s'approchait de la kunoichi la jonchant et lui déclamant sa divine ébullition.
« Que j'explose ?! Que je sème la terreur ?! Que je brûle à feu et à cendre ce village pour que tu comprennes qu'il ne faut pas attiser la bête ?! »
Ses songes sont raturés, son âme est saturée. Son esprit déraisonne et résonne, vibrant de haine et de rengaine. L'amertume le guette, aujourd'hui il n'y a plus d'amourettes.
« Dans combien d'excès honteux, indignes et venimeux souhaites-tu me porter encore Shiori ?! C'est ça que tu veux ?! Que je sois bercé de cruels remords, que je me précipite dans le fossé ?! Que je laisse libre ta putain d'envie de me voir sombrer, de m'avilisser et me déshonorer ?! »
Une frappe dans le canapé, il manquait de peu d'atteindre la gorge de la victime de son courroux. Il les entendait, ces voix perverses qui, à l'unisson du rythme de ses veines, lui commandaient d'en finir une fois pour de bons. La colère est une maîtresse impérieuse et méchante, elle récompense toujours mal ceux qui lui obéissent, et vend cher les pernicieux conseils qu'elle donne.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Jeu 5 Oct 2017 - 16:22
Etre brisé, volonté désabusée. Mon regard le fuit, pour tenter de m’excuser, de ne pas être telle qu’il le désire, de ne pas répondre ardemment à ses désirs, à ses sentiments. Si cela fonctionnait ainsi, par la simple volonté de vouloir lui faire plaisir et de le satisfaire, pour sûr que déjà, il aurait eu des réponses plus favorables de ma part. Pas de fuite, pas de qui-proquo, pas de blessures. Si tout pouvait être si facile, si simple. Cela serait tellement plus appréciable et surtout, nous n’en seront pas là. Les yeux levés sur lui, menaçant, alors qu’il me domine de tout son être, qu’il me reproche tant de choses pour lesquelles je n’ai même pas pensé à m’excuser. Je déglutis, soutenant sa véhémence. Il dit m’aimer, mais au fond, il doit me haïr plus qu’autre chose. Bien qu’en réalité, l’amour et la haine sont de proches amies. Il n’y a qu’un pas qui sépare l’un à l’autre et peut-être que ce pas, je viens de le forcer à le faire. Je déglutis à nouveau. Alors qu’il vient de frapper le dossier juste à côté de ma gorge et je reste sans bouger. Incapable de le repousser. Que du contraire, mes doigts glissent jusqu’à son haut, pour l’agripper, froissant le tissu tandis que mon regard dépeint une certaine tristesse. Ne me laisse pas. Suppliais-je. Egoïste comme jamais. Alors, que je devrais le lâcher, le laisser partir, lui rendre sa liberté et arrêter de m’accrocher à lui comme une sangsue. Je lui pourrie sa vie. Profite de tout ce qu’il y a de bons en lui pour lui nuire, lui faire plus de mal qu’autre chose. Je suis devenue si mauvaise s’en m’en rendre compte.

Pourtant, je ne peux me laisser abattre à lui donner raison. Ainsi, s’il y a encore quelque instant, mes doigts tenaient fermement sa blouse, maintenant je cherche à le repousser. Mon regard, humide affirme en même temps, une certaine volonté à ne pas me laisser écraser encore. Je ne suis pas désireuse de subir de nouveaux démons, j’en ai déjà assez. Alors, ses reproches, qu’il les garde pour lui. Me redressant dans le fauteuil, me rapproche de lui par ce geste. « C’est toi ! Toi qui a tout commencé ! Le premier baiser qu’on a échangé n’est pas de mon dû, mais bel et bien ton geste ! Alors ne me parle pas de te déshonorer alors que tout cela est le fruit de ta machination ! » Parce que non, il ne peut pas me reprocher qu’on en soit là maintenant alors que c’est lui qui est venu déposer ses lèvres sur les miennes pour la première fois, lui qui est venu dans ma chambre à l’hôpital avec déjà ses arrières pensés. Lui, qui depuis le début, fait tout pour qu’on en soit arrivé là. C’est uniquement sa faute et moi, je n’ai juste pas résisté. Il estime que j’ai profité de lui ? Non, c’est lui qui a profité de ma faiblesse. Je suis en tords, uniquement parce que j’ai été incapable de le repousser, de lui mettre une halte là. Mais comment aurais-je pu faire ça et même encore maintenant comment le pourrais-je alors que j’ai peur d’être seule, que c’est ça qui me fait au final, refermer à nouveau mes doigts sur le tissu de son haut pour ne pas qu’il recule trop alors que je l’ai repoussé.

Tumulte de sentiments. Incompréhension de mon propre ressentit. Je suis comme une poupée russe. On retire une coquille pour découvrir quelque chose, mais derrière, il y a toujours une autre coquille, qui cache encore et encore, infiniment, quelque chose. Je suis complexe et compliqué. Je veux qu’il reste et qu’il parte en même temps. Je ne veux pas de ses reproches, je ne veux pas qu’il m’abandonne, mais si je lui fais autant de mal que cela, le mieux pour lui, serait réellement de partir, de me laisser là sans demander son reste. Qu’il parte bon dieu. Qu’il m’oublie et me laisse me démerder avec mes démons et mes souffrances. Qu’il m’abandonne comme tout le monde l’a fait avec moi avant. Je ne suis qu’une fille qu’on ne cesse encore et encore d’abonner sur le bord de la route comme un vulgaire chien dont on ne désire plus la présence. Voilà ce que je suis.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Ven 6 Oct 2017 - 0:01
...


Dans ce monde, il n'y a qu'une seule chose nécessaire : La vie. Sous toutes les formes et silhouettes variables sous lesquelles elle se divise et qu'elle se vêtit, la vie doit être possédée comme si on ne la possédait pas. Tous les plaisirs, toutes les forces de l'âme et de l'esprit, toutes les ressources extérieures sont autant d'échappées ouvertes sur la vie et le paradis qu'elle présente : autant de manières de déguster et d'adorer le cadeau de Dieu. De là la valeur infinie de l'amour et de sa soeur-jumelle, la haine.

Il la contemplait, elle qui ne fuyait pas et qui continuait de provoquer la bête à grandes paroles inculpantes et évasives. Toi qui pensais qu'il s'agissait d'un ange descendu du ciel naissant, tu te rends à présent compte qu'il s'agit d'un démon qui a rampé hors de sa fissure. Son cœur plissait à l'entente de la kunoichi, elle le toisait, elle le cherchait, sans jamais se décider à le laisser partir pour de bons. Sa main accrochée dans le pli de son tissu, une fois celui-ci rapproché de plus bel, elle pourrait, en contact avec son torse prendre connaissance de l'ampleur de ses actes. Le cœur du Chûnin battait rapidement sous l'effet de la vive émotion. Tel un tambour invoquant la tempête, il semblait vouloir se décrocher, se tordant sous la douleur d'une haine irascible. En communion avec son confrère, elle avait à présent accès à l'envergure d'animosité qui l'habitait.

- Mets-toi d'accord avec toi-même, n'aie rien à te reprocher, vis en présence et en communion avec ton intégrité et ne la laisse pas guider ton existence. - C'est une leçon que la vie lui avait inculqué à la mesure des méfaits et des trahisons subies. Et pourtant, le voici qu'il frétillait d'un soupçon de peur à l'idée de mettre en place ce précepte. La haine n'est pas plus le contraire de l'amour que le froid le contraire du chaud. La haine, c'est de l'amour aigri, c'est de l'amour-propre concentré et en colère de n'avoir plus d'autre objet que lui-même.

Pauvre cœur, que d'illusions t'ont bercé, que d'espérances t'ont caressé, pour finir par la haine. Il faut savoir se détacher de tout ce qu'on peut perdre, ne s'attarder absolument qu'à l'éternel et à l'absolu et savourer le reste comme un prêt, un usufruit, enfermer son temps dans son éternité. Adorer, convoiter, piller, voler, rejeter, combattre, agir : voilà ta loi Tetsu', ton devoir, ton bonheur, ton ciel.


L'amertume ôte l'amour, l'amour absent c'est l'envie, l'envie c'est la haine, et la haine c'est le meurtre. Mais il n'était plus question de vivre sous les conseils des néfastes âmes qui le tourmentaient, il n'était plus l'heure de les nourrir ou même de satisfaire à la princesse. Non, ce soir, il vivrait pour lui et lui seul.

Agrippant de sa main gauche celle de la kunoichi proximité, agrippant de sa main droite la nuque de celle-ci, il l'invitait dans un mouvement rapide à reprendre son assise allongée sur le divan avant de joindre ses lèvres aux siennes dans un sursaut surprenant.

Advienne que pourra, sa haine, sa colère ou même la mort. À présent, il n'en avait plus rien à faire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Ven 6 Oct 2017 - 12:41
Un soupire franchit mes lèvres. Comme de soulagement. Il ne part pas, il ne me laisse pas. Que du contraire, il reste, s'approche et s'accroche davantage à moi. Pendant un instant, j'ai cru :

Qu'il allait me violenter, en me prenant la main de la sorte, m'envoyer en pleine face tout ce qu'il peut bien me reprocher et m'atteindre aussi par des coups en plus des mots. Il faut se méfier des Yuki, ils sont plus fourbes qu'ils en ont l'air.
Qu'il allait me repousser, pour me faire ainsi comprendre que pour lui, je n'étais plus rien, qu'il était passé de l'amour à la haine en une fraction de seconde. Uniquement parce que j'ai été incapable de répondre à son attente verbal et de lui dire je t'aime comme lui le désirait. Ce n'est pas concevable.

Alors non, en aucun cas, je n'avais imaginé qu'il me repousser ainsi, tout en suivant le mouvement. Mon palpitant ayant raté un battement avant de finalement être saccadé. Rythme irrégulier et rapide. Appréhension de ce qu'il arrive alors que le coussin du dossier du fauteuil s'affaisse sous mon poids. Ses lèvres dansent avec les miennes. Ballet sensuel, emplie de frissons, d'interdit et d'une certaine passion. Mes dextres se referment sur sa main, alors que tout naturellement, l'autre vient se glisser plus haut sur son torse, pour chercher, à l'attirer davantage vers moi.

Ardemment, je réponds à son baiser, pour ne pas qu'il parte, pour qu'il reste avec moi.
Égoïstement, je le laisse faire, non désireuse de me retrouver seule et de souffrir encore.
Masochiste et sadique, je nous laisse nous enfoncer encore plus dans cette relation interdite, dans des sentiments normalement inavouable. Pour lui, comme pour moi. Ne pouvait-il pas être plus vieux ? Ou bien, ne pouvais-je pas en réalité être bien plus jeune ? Pourquoi est-ce que je succombe ainsi aux lèvres d'un adolescent. Trop jeune, trop immature et instable pour moi. Pourtant, je suis incapable de le repousser. Que du contraire.

Au final, si je ne lui ai pas dit je t'aime comme il semblait le désirer, à cet instant, mon corps, comme mon coeur, semble le crier, le lui affirmer dans une débauche, un déshonneur total pour nous deux.

Ma main jusqu'alors sur son torse glissent dans son dos, pour tenter de l'amener à moi, que son corps se colle au mien, dans une position peu confortable certes, mais dans un désir de combler la peur que j'ai eu de le voir partir. Il ne peut me laisser. Il ne peut m'abandonner. Je le lui interdit. Je ne veux plus me retrouver seule. Il est mon ancre, mon phare. Si je suis tout pour lui, l'inverse au final est également le cas, même si contrairement à lui, je refuse de l'admettre, parce qu'il y a toutes ses différences entre nous, parce que nous ne pouvons pas. Non. En aucun cas, nous devons succomber l'un à l'autre comme on le fait à cet instant.

Dans le jardin d'Eden. Il est cette pomme, que le serpent donne à la femme. Vile et tentatrice. Au goût appréciable et qui au final, ne lui apporte que des maux. Je sais. Que si je croque ce fruit défendu, je ne peux pas lui céder comme ça... Pourtant... Mes lèvres continuent de danser avec les siennes. Je pousse d'ailleurs le vice à lui laisser entendre un léger gémissement de plaisir dans ce baiser.

Mais au final, quoi qu'on fasse, tout ce qu'il y a entre nous, tout ce qu'il se passe ici. C'est un peu notre espace privé, notre jardin secret à lui et moi. Notre intimité que l'on désire avoir comme on veut. Alors pourquoi ? pourquoi encore se prendre la tête avec les autres, avec les moeurs et tout, alors qu'au final, tout ce qui se passe ici, ne quittera jamais ces lieux. Enfin... Normalement.

"On ne devrait pas." Soufflais-je, tentant de garder quand même une partie de raisons, mais surtout pour essayer de jouer les femmes réfléchis, et ne pas paraître comme une proie si facile, comme une fille qui se laisse aller au premier venu qui lui donne de l'attention. Oh non, il est clair que Tetsuko, pour moi, n'est pas le premier venu.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Lun 9 Oct 2017 - 0:11
...


Un soupir, une lèvre mordillée, lui qui avait succombé à la haine était à présent épris d'un désir charnel bousculant tous ces principes et désirs de vengeance. Il goûtait à nouveau à ses lèvres et ses galbes, au doux liquide du vice, aussi édulcoré que nocif. Il l'étreignait, laissant sa main embrasser les courbes de son bassin, laissant ses crocs se délecter d'un semblant de sa joue avant de reprendre contact avec ses babines afin de déguster leur arôme de pêche.

Il sentait cette main qui se baladait sur son échine, l'invitant à combler ce maigre espace qui les séparait encore. Aucune réflexion n'était portée à son esprit, à ce moment-là, il n'était qu'un sombre amas d'instincts et de pulsions qui se complaisaient à se satisfaire de la kunoichi blonde. Son cœur grondait toujours à la même intensité, néanmoins ce qui s'apparentait à un tonnerre de colère auparavant prenait à présent la forme d'une mélodie, d'un concerto qui sonnait comme une ode à la luxure et à la concupiscence.

Il l'entendait gémir, il l'écoutait geindre, répliquant à ses murmures de plaisir par une étreinte graduellement de plus en plus amoureuse avant de finalement la laisser échapper ses quelques mots de retenue. Son index glissant sur ses commissures, il l'invitait au silence se dégageant lentement de l'enlacement afin de la redresser plus confortablement sur le creux du mobilier de feutre et de se redresser, la jonchant de plus bel.
« Depuis quand sommes-nous esclaves des règles d'une société qui n'a rien fait pour nous ? »
Retirant d'un simple mouvement son noir chandail, il reprenait dès lors sa position initiale sans attendre un quelconque supplice de la kunoichi, l'accompagnant dans des songes immoraux et plaisants. Sa dextre dessinait dès lors la silhouette de la kunoichi, glissant par-delà ses hanches avant d'atteindre le creux de ses cuisses qu'il empoigna d'une main ferme, à présent torse nu contre la suintante sabreuse.
« Tu es belle, Shiori. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Ven 13 Oct 2017 - 15:50
Vice et vertu. Bien et mal. La vie est faite de choix, de chemin à suivre ou bien à évité. À cet instant précis, l'un comme l'autre, nous nous engageons dans un chemin sinueux et dangereux. Choix qui n'a d'égale que notre vice. Désir passionnel. Folie fusionnelle. La raison déraisonne. C'est le croisement du chemin, cet instant où le mal rencontre le bien, que la vertu devient le vice. Ce moment précis où la sagesse devient la folie. Car le fou croit qu'il sait. Nous croyons savoir ce que nous faisons. Jeu dangereux. Plaisir partager. Crime de désir. Amour interdit. Fruit défendu. Le vertueux péche à la rencontre du diable. Mais lequel est le diable pour l'autre. L'est il pour moi? Le suis je pour lui? Je déraisonne raisonnablement dans ses bras. M'agrippant à lui pour que ses lèvres ne quittent pas les miennes, que ses doigts ne cessent de me caresser.

Les yeux clos, sous lui, appréciant son poids, son corps sur le mien. Qu'importe la position, qu'importe que cela soit ou non confortable. Seul compte sa proximité, sa présente et sa personne. Mais il se recule pour répondre à mes mots. L'envie de le faire taire, de capturer ses lippes pour ne pas rompre ce qui se passe à cet instant entre nous. "Tais toi." Soufflais je aussi bien pour lui que pour mon âme et conscience. La vertu s'oublie si facilement face au vice. L'adolescent dans ses gestes, maladroit et doux, ne fait que souffler davantage sur mon envie de lui. Soumise à lui, Voilà ce que je suis réellement à cet instant alors que mon regard se perd dans le sien. Le rouge aux joues de part son compliment. Mes doigts glissant sur son torse alors que je frémis déjà d'avance de son toucher. Me courbant un peu, je viens chercher sa bouche. Ma langue glissant sur sa lèvre supérieure avant de finalement l'embrasser réellement dans un baiser qui est tout, sauf chaste.

_________________



Dernière édition par Watanabe Shiori le Lun 16 Oct 2017 - 2:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Dim 15 Oct 2017 - 17:41
...


Était-ce cela qui nous lie ? Ce désir de vice, cette affection venimeuse, cette étreinte tirée à même l'impudicité. Je n'en ai que faire. Qu'ils crèvent, eux et leur idéologie bien-pensante, leur jugement stérile et leur arrogance profonde. Qu'importe l'ordre de ce monde, qu'importe le blâme, elle est mienne. La pression se faisait de plus en plus grande tandis qu'elle prenait les devants, partageant l'enivrement de ses lèvres, l'indolence de sa langue. Il savourait son arôme avant de quitter ses lippes pour s'en aller déguster le reste de son derme à coup de crocs et de sa langue qui voyage, faisant glisser de son menton son habit qui dévoilait de plus en plus son intimité. Sa joue, son cou, son épaule, il s'attarde finalement sur son giron, empoignant d'une main énergétique son buste, palpant de l'autre son sein qui se retrouve dès lors à sa merci, subjugué par l'appétit carnassier du Sabreur qui se délectait de celui-ci comme le dernier repas d'un pénitent.

À ce moment précis, son humanité l'avait quitté. Il était seulement mué par cet instinct animal, cette pulsion sexuelle et le désir qu'elle dégageait. Était-ce ça le vice ? Cette simple envie de prendre du plaisir ? Ce simple fait d'être sourd et aveugle face à la préhension d'individu qui n'avait aucun ancrage sur leur histoire ? Tss.. Là la psychologie inversée, la réactance de Tetsuko qui, marginal à tout enseignement portait connaissance au monde de son insubordination, de son insurrection face aux restrictions que l'on tentait de lui imposer. La pie à l'image du loup n'a ni maître ni loi, il volerait là où ça lui chante avec comme seul Dieu, le ciel et son infini bleu.

Une dernière prise de saveur et le voilà qui, irrité par ce tissu qui le lèse, déchire le haut de l'accoutrement de la Watanabe laissant apparaître un peu plus de la plus belle chose qu'il eut vu dans sa vie. Qu'importe l'évènement des geôles, c'était à ses yeux, la première fois qu'il la voyait comme ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Lun 16 Oct 2017 - 2:58
Mes doigts glissent sur sa peau, lentement, découvrant les marques et autres cicatrices recouvrant son corps. Basculant la tête en arrière, je lui laisse un plus large accès à ma gorge, frissonnant sous ses soins immoraux qu'il m'offre. Soupirant de plaisir et d'envie, mes mains glissent de son torse à son dos, pour chercher à le retenir alors qu'il s'écarte imperceptiblement de moi. Pour se montrer plus aventureux. Je le laisse faire. Appréciant un peu trop de me sentir désirable et même désiré, même s'il s'agit d'un adolescent... Bien qu'il n'est pas n'importe qui à mes yeux. Fermant d'ailleurs mes paupières, je laisse un léger gémissement plaintif alors qu'il touche maintenant mon sein meurtri par le passer par son cousin. Grimaçant un peu à cause du souvenir que son touché me provoque involontairement. Je n'ai pas réellement mal, plus une sensation étrange dans l'extrémité de mon sein, bien moins sensible que l'autre. Un mauvais choix, involontaire.

Bestial, voilà comment il se présente maintenant alors qu'il déchire sans vergogne le tissus. M'arrachant un petit cri de surprise à ce geste brusque et assez déplaisant. La peur de la violence dans l'intimité. Je me fige un peu, mes ongles ayant perforés sa chair. "Doucement..." Soufflais-je alors, pour qu'il comprenne. Parce que je ne veux pas le repousser, j'ai envie de tellement plus avec lui... Mais la peur, l'appréhension commence déjà à nouer mon ventre qui jusque là, regorgeait de papillonnement d'envie, d'excitation, de désir. Alors comme pour tenter de me rassurer, de supprimer cette peur, je le repousse un peu, me mouvant sans trop rompre le contact entre nous, pour l'obliger à se coucher tout du long sur le fauteuil, envoyant promener par terre le parchemin d'invocation qui jusque là siégeait à nos côtés. M'installant dans un pseudo califourchon sur lui, un jeu d’équilibriste d'une certaine façon, je viens capturer ses lèvres pour calmer un peu le jeu, alors que mes doigts on retrouver son torse pour y apposé de nouvelles caresses.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Kasanagi ► Ce qui nous lie | Explicite

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: