Derniers sujets
» Entrainement à l'épée n°1 - Shiori
Aujourd'hui à 23:25 par Watanabe Shiori

» Le blondinet s'ennui !
Aujourd'hui à 23:21 par Aami Shôran

» Encore ... ? [Pv Shuu]
Aujourd'hui à 23:20 par Metaru Reiko

» Deux épreuves pour le prix d'une (ft. Y. Kagero & N. Sayo)
Aujourd'hui à 23:14 par Aburame Shizen

» [Equipe #4] Première rencontre matinale
Aujourd'hui à 23:06 par Kanashīdesu Inja

» Impact [Sayo N.]
Aujourd'hui à 22:35 par Nara Sayo

» La chieuse en tenue d'infirmière... [Ft.Sayo]
Aujourd'hui à 22:30 par Nara Sayo

» C'cadeau Senseï | Shojito
Aujourd'hui à 22:18 par Nara Sayo

» Pile ou face ? | Frero
Aujourd'hui à 22:03 par Nara Sayo

Partagez | 

Les heures de peine. | Watari & Tsukiyomi.

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Mar 12 Sep 2017 - 12:48
Pour autant qu’ils sachent, les Kaguya avaient beaucoup vu Tsukiyomi ce jour la. Elle s’etait montree, avait sociabilisé, s'était entraînée aux yeux de tous, elle avait pour ainsi dire fait acte de présence. Elle agissait toujours de la sorte lorsqu’elle s'apprêtait à sortir. Ainsi, ils ne se demandaient pas ce qu’elle faisait et ne manifestaient pas un besoin de la surveiller.

Au début de l'après-midi, Tsukiyomi avait estimé suffisante sa manifestation de bonne foi, et était sortie des propriétés du clan de son propre chef pour la première fois depuis bien trop longtemps a son gout. Mais elle en avait besoin, car elle avait le sentiment irrépressible que son clan la maintenait hors de la société, plus que de coutume. Elle avait entendu quelques rumeurs, des bribes d’informations sur ce qui se passait au village. Mais ils la gardaient trop occupée à se racheter, à rendre service, à partir en mission pour leur compte, pour qu’elle trouve l’occasion de se renseigner, en particulier auprès de ses connaissances extérieures.

Qu'à cela ne tienne, elle profitait dès à présent d’une relâche de quelques jours, et se rendait chez la première personne à laquelle elle songea : Hoshino Watari. Si elle avait besoin de discuter de la situation, et d’une analyse pertinente, il était le plus indiqué et, fort heureusement, leurs relations étaient cordiales. Elle avait ouï dire que ce n'était pas une bonne période pour se faire des amis en tant que Kaguya, probablement la seule information qu’on lui transmettait sans méfiance.

Il ne fallut pas bien longtemps pour qu’elle retrouve le chemin de la demeure de Watari. Elle ne s’y était certe pas rendue depuis un bon moment, mais elle avait ses habitudes. Aussi ne fit-elle pas trop de manières pour y entrer et s'annonça sans malaise.

“Bonjour ! Watari ?”

S’il n'était pas encore visible, Tsukiyomi ne doutait pas de sa présence, c’est pourquoi elle prononça son nom à la cantonade. Avec un peu de chances, il ne s’affairait pas trop loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Mar 12 Sep 2017 - 14:25
Cette nuit-là avait été mouvementé. Quand était-il rentré ? Le village de la Brume s’était justement empourpré de son habituel manteau blanc et vaporeux. La lune, cette nuit-là, avait eu le mérite d’éclairer l’obscurité malgré le brouillard. Il était rentré sans trop de blessures, ni de problèmes, jusqu’à son propre dojo. Mais plus que son intégrité physique, c’est sa foi en l’avenir de ce pays et de ce village qui avait été entaché. Il avait pris le soin de soigner ses blessures. Il n’avait pas regretté d’avoir pris des vêtements de moindre importance pour cette mission secrète, puisque ceux-ci lui avait servi de bandages aux infortunés qui étaient blessés.
A cet égard, ses pensées étaient confuses ? Avait-il bien fait ? Avait-il eu raison de soigner la jeune Shiori ? Il était fortement probable que plus tard, celle-ci cherche à nouveau à se venger du chef du clan Yuki. La raison derrière cette motivation lui était inconnue, mais s’attaquer au chef du clan Yuki revenait à précariser un peu plus l’instabilité croissante qui régnait de plus en plus.
Cette débâcle l’avait lassé. Uni contre Benten, désuni dans l’avenir. C’était ainsi que le futur semblait se former, à son grand dam. Après avoir installé sa pancarte « fermeture exceptionnelle », il s’était laissé tomber dans son futon, dans sa pièce principale et avait cédé au sommeil.
La voix d’une jeune femme le tira de sa torpeur, alors qu’il se réveilla un peu brutalement, les cheveux décoiffés. Kaguya Tsukiyomi était l’une des rares personnes du clan des Kaguya avec qui il entraînait des liens réguliers et tout à fait amicaux. La voir si soudainement le mis mal à l’aise : les souvenirs de la veille l’assaillaient et l’absence des Kaguya dans le mouvement de rejet de Benten avait fini de démontrer la désunion galopante dans le village. Mais si elle avait voulu lui nuire, il savait qu’elle avait les capacités pour le neutraliser en silence.

Eh bien euh… Bonjour Tsukiyomi… Quelle heure est-il ? Je te fais un thé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Mar 12 Sep 2017 - 15:02
La Genin s'étonna de voir Watari dans cet état, lorsqu’il la rejoignit. Elle avait cette idée de lui comme de quelqu’un de propre sur lui, un hôte hors pair, jamais vraiment surpris par une visite, surtout à cette heure-ci. L'idée que peut-être, elle le dérangeait, effleura enfin son esprit. Elle fronça les sourcils, l’air contrit, avant de se détendre à nouveau lorsqu’il lui proposa du thé. C'était la phrase la plus naturelle dans sa bouche. Elle se permit alors d’approcher, un sourire amical aux lèvres.

“Je ne sais pas exactement quelle heure il est, mais il est plus de midi, c’est certain.” Dit-elle d’un ton amusé. “ Tu sais que j’accepte toujours un bon thé venant de toi.”

Elle ne venait certes pas pour profiter du bon thé de Watari, mais il fallait admettre que c'était un excellent bonus. Lorsqu’elle lui rendait visite, c'était rarement sans un délicieux breuvage et une partie de Shogi. Mais de toute évidence, il n'était pas en forme pour ce dernier point. Qu'à cela ne tienne, ils pourraient bien s’y remettre un autre jour. Elle s’enquit néanmoins de la raison de son état, intriguée de le voir ainsi probablement pour la première fois.

“ Nuit difficile ? Je ne te connais pas lève tard. Tu as eu des ennuis ? ”

Tsukiyomi avait retrouvé son sérieux, mais elle restait aussi chaleureuse et sympathique que possible. Un pressentiment étrange que cela cachait quelque chose de très sérieux s'installait dans son esprit. Le clan, le village, tout était un peu étrange ce jour la, et Watari ne faisant pas exception, elle avait de quoi nourrir des doutes legitimes. Ils avaient leurs habitudes, leur relation n’avait rien de palpitant jusqu’ici. C'était même l’un des repères de Tsukiyomi, quelque chose de fixe, d’immuable en quelques sortes. Inutile de dire alors qu’une perturbation dans ces habitudes pouvait signifier beaucoup, symboliquement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Mar 12 Sep 2017 - 15:38
Le jeune homme contempla la pièce. Vide, comme à son habitude, hormis pour les parures qui la décoraient. Le dojo était comme à son habitude, dépourvu de clients réguliers. Il faut dire aussi qu’il avait mis une pancarte plutôt dissuasive à cet égard. Mais cela lui facilitait la tâche. Il lui fit signe de venir jusqu’à son autre pièce, sa cuisine, là où il trouverait ses précieuses feuilles de thés et ses herbes médicinales, notamment celles qu’il cueillait dans les marais.

Benten est en fuite. Son règne de terreur ne durera plus. Avait-il lâché, sans prendre réellement soin de faire preuve de tact. Il s’agissait ici de ne pas perdre de temps sur ce qui allait bientôt courir au sein du village. Il débuta à faire infuser les feuilles de thés dans sa théière quand il ajouta alors : Je ne sais pas si je serais bientôt déclaré hors-la-loi, mais je sens déjà que les Kaguya ne me porteront pas des plus dans leur cœur, même si je me suis assuré d’être discret. Là encore, il ne cherchait pas vraiment non plus à se cacher de la situation et semblait quelque peu dépassé par la situation.

Une sabreuse a probablement crevé les yeux du chef du clan Yuki, qui est désormais aveugle. Je ne sais pas si elle va survivre, un sale gamin très étrange l’a prise sur son dos et s’est mis à courir avec. Je t’avoue que je me demande encore ce que je fiche ici, ce village m’apparaît de plus en plus comme un réceptacle de l’étrangeté et du chaos… Il fit bouillir de l’eau machinalement avant de repartir avec l’ensemble dans la pièce d’à côté et d’installer deux zabutons pour qu’ils puissent s’installer et discuter. Désolé, je n’ai pas fait de pâtisseries, aujourd’hui.

Watari était particulièrement morne en ce jour. Il bailla sans remarquer qu’avec la jeune femme qui était devenue l’une de ses plus régulières amies dans ce village, il avait tendance à être moins sévère avec ses manières.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Mar 12 Sep 2017 - 16:12
Tsukiyomi connaissait Watari comme quelqu’un de franc, qui était souvent entendu en sa présence et ne mâchait pas ses mots. Cependant, elle aurait probablement accueilli toutes ces informations d’une meilleure facon si elles avaient été accompagnées d’un peu de tact. Mais comment lui en vouloir ? Il ne savait sans doute pas à quel point elle était ignorante sur la question. Les deux ne s'étaient pas parlé depuis un assez long moment, et il avait visiblement autre chose à considérer que le petit coeur sensible de la Kaguya.

Dans un premier temps, elle ne pipa mot. Elle avait la sensation qu’on lui racontait la fin d’un livre dont elle connaissait certes les protagonistes mais pas les péripéties. Son esprit était certes vif mais elle n’avait pas la analyse pertinente en tête à partager. Et quel intérêt cela aurait-il de toute façon ? Watari avait de toute évidence participe a des choses extrêmement lourdes à encaisser, tout ce qu’elle pourrait commenter ressemblerait plus à des banalités qu’autre chose.

Ce fut lorsqu’il évoque le sujet superficiel des pâtisseries, une fois rendus dans la cuisine, qu’elle sortit de son semblant de torpeur.

“ Je… Euh … Non c’est pas grave, merci.”

L’air contrit d’un peu plus tôt repris sa place, de droit, sur le visage de la genin lorsqu’elle vit Watari bailler. Il fallait qu’elle reprenne les choses dans l’ordre, il avait manifestement tout sorti d’un coup sans se douter que c'était presque du charabia à ses oreilles.

“Attends voir. Je suis perdue. Benten est partie ? Mais pourquoi toi tu serais un hors la loi ? Qu’ont fait les Kaguya ?”

Mille questions de plus perturbaient les pensées de la jeune femme mais elle avait le sentiment qu’avec ces trois là, elle couvrirait une bonne partie du sujet. Sans surprise, la question des Kaguya l’intriguait tout particulièrement. Elle n’avait entendu parler de rien, et voilà qu’une de ses seules fréquentations pouvait devenir persona non grata vis à vis de son clan ? Hors de question de laisser passer une chose pareilles sans rien dire. Et surtout, il lui était inenvisageable de voir cet homme là comme un hors-la-loi. Quelque chose lui disait que si quelqu’un était en tort ce n'était pas lui mais plutôt son propre clan. Mais elle était probablement biaisée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Jeu 14 Sep 2017 - 1:04
Il était logique que la jeune femme soit perdue. Elle n'avait pas l'habitude de le voir ainsi mal réveillé et si direct. Mais honnêtement, fallait-il prendre plus de détour pour dire à quel point la situation lui apparaissait comme étrange ? Hier soir, les gardes du Daimyō leurs barraient la route dans cet irréel tempête de neige hors-saison. Entre les femmes qui buvaient du sang et celles qui crevaient les yeux, la fuite de Benten, il avait l'impression de fouler le pandémonium du pied. Alors qu'il n'était pas encore prêt à le fouler. Il lui manquait tellement de force. La force de vaincre ceux qui n'aimaient pas la paix. Et ils semblaient nombreux en Kiri.

La clan Yuki et certains sabreurs ont eu beaucoup de choses à reprocher à celle qui ne mérite pas d'être reconnue comme la shodaime hokage. Arbitraire, emprisonnements... Dieu sait ce qu'on découvrira sur elle plus tard...

Il prit une gorgée de son thé en essayant de se remettre les cheveux en place. Un chat noir vint ruiner ces efforts en s'agrippant à ses cheveux, une mauvaise habitude que le félin avait acquise avec le temps. Imperturbable, Watari reposa sa tasse. Son regard toujours embrumé de fatigue témoignait de sa nuit difficile.

Je suis un ancien camarade de guerre de Eiichiro Yuki. Le chef du clan Yuki. Sûrement pour ça que j'ai été invité. Nous avons infiltré la retraite secrète de la vieille folle. Elle était très bien gardée, mais... Elle n'a pas tenue. Visiblement, elle a pu fuir... Mais quand je suis arrivé sur place, il avait les yeux crevés. Et une sabreuse de notre âge avait le ventre blessé par de la glace.

Il se laissa tomber en arrière en soupirant, plein de fatigue. Le chat feula avant de repartir, mécontent de voir son perchoir rejoindre le sol. Mais Watari semblait avoir du mal à croire ce qu'il racontait. Et je doute qu'on nous remercie pour ça. C'est pourquoi probablement, je pourrais finir en prison. Mais honnêtement, si ça devait arriver, je pense que je partirais de ce pays de fou. Il rit. Amer. Il n'aimait pas la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Jeu 14 Sep 2017 - 12:02
Tsukiyomi avait ses propres opinions sur la façon dont le village tournait, et elle était plutôt en désaccord avec les siens. Mais depuis plusieurs années elle s'était donné pour mission d'être irréprochable auprès d’eux et ca commençait par savoir la fermer quand il le fallait. Mais elle ne pouvait qu’acquiescer quand Watari évoquait la légitimité de Benten. A son modeste niveau, la jeune femme condamnait ses exactions. Et elle se doutait que dans un village peuplé d’autant de guerriers dont la morale guide plus leurs pas que la loyauté aveugle, elle verrait se manifester un retour de karma. Et ca n’avait visiblement pas raté

Lorsque Watari fut interrompu par le chat, la genin secoua la tête et prit une nouvelle gorgée de thé. Voilà qui allégeait un peu l'atmosphère que la discussion avait singulièrement alourdie. Néanmoins, le fond restait le même, et pour la première fois elle s’estimait plus chanceuse que lui de par sa position. Mais en y réfléchissant bien, elle n'était pas vraiment enviable non plus.

“Vous étiez les seuls à vouloir cette opération, ou vous avez des soutiens conséquents ?”

Une autre question lui brûlait les lèvres mais elle en connaissait déjà la réponse. Les Kaguya n’auraient probablement pas soutenu ce genre de chose. Eux se faisaient une fierté de leur loyauté aveugle et elle aurait certainement entendu parler de quelque chose. Au contraire, ces derniers temps ils semblaient redoubler d'énergie dans ce qui semblait être une démonstration de fidélité. Tsukiyomi l’avait simplement mis sur le compte d’une tentative de prendre de l’ampleur en tant que clan fondateur mais cela cachait probablement autre chose.

“ Peut-être que le chaos que cela va engendrer te donnera l’occasion de sauver ta peau dans le processus. Enfin, j’ai bien peur qu’il faille se meler aux jeux de pouvoir qui vont certainement se profiler maintenant. Voilà qui va rendre la vie a Kiri encore plus chaotique.”

Elle fit une pause et se décida enfin à poser sa question. Elle avait besoin d’entendre une réponse définitive.

“ Pas de Kaguya, dans le lot ?”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Ven 15 Sep 2017 - 0:18
Il y avait une dizaine de ninja. Peut-être d'autres soutiens civils. Je ne sais plus vraiment. L'opération a été un assaut éclair et nous avons réellement frappé comme le vent et la tempête.

L'expression était belle, mais la métaphore n'en était pour autant pas moins précise. Projectiles, charges, désarmement, frappes. Ses souvenirs lui indiquaient des sensations mitigées. Son épaule, bandée pour prévenir les saignements, lui rappelait toujours la virulence de la flèche qui s'y était planté. Son corps était fatigué par tant d'actions. Les gardes du Daimyo lui avait donné beaucoup de fil à retordre, tant et si bien qu'il avait été ralenti par rapport à la troupe. Il était rare que le jeune homme ressente les regrets, mais cette sensation de culpabilité devant les yeux crevés d'Eiichiro lui revenait encore. Il n'aurait pas dû rester derrière pour faire l'arrière-garde.

Le chef du clan Yuki est aveugle. Cela s'est passé quand j'étais occupé à m'assurer que les gardes du Daimyo ne viennent pas le gêner. Mais lui potentiellement handicapé, je vois mal comment le clan Yuki va être géré par la suite.

Quelque part, il regrettait d'être si faible. Je suis frustré, je crois. J'ai la sensation d'être un spectateur impuissant. D'abord face à Benten, maintenant face à ces gens qui m'ont l'air tout à fait prêt à devenir fou. Peut-être que s'il avait eu la force de les arrêter dans leur fuite ? Peut-être que s'il était plus fort, il ne serait pas là, à se cacher dans son dojo. Mais je ne suis personne, à Kiri. Juste un samouraï déshérité. Je n'ai pas assez d'influence pour commander. Et honnêtement, je ne me sens pas l'étoffe de le faire.

L'accepterait-il, si de telles responsabilités lui étaient proposées ? En son for intérieur, il ne s'en sentait pas capable. Il avait toujours voulu devenir meilleur, mais soudainement, c'était la puissance qu'il convoitait. La puissance d'assurer la paix autour de lui. Quant au Kaguya : Et oui, aucun Kaguya n'était avec nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Ven 15 Sep 2017 - 11:39
Tout ce qui ressortait du discours de Watari pointait vers un fait indéniable : quelque part, tout cela les dépassait. Ou au moins, la dépassait elle. Le jeune homme aurait probablement, après une bonne sieste un un peu de temps de recul, un moyen d’aborder la question plus sereinement. Il était concerne et elle le savait assez clairvoyant pour prendre les meilleures décisions. Elle même n’en était pas à ce point. Elle accusait le coup et réalisait un peu plus avec chaque seconde qui passait les répercussions et ce qui ca impliquait pour le village. Et elle n’avait aucune théorie plus viable qu’une autre : le chaos, c'était absolument tout ce qu’elle pouvait concevoir.

Apprendre que les Kaguya n’en faisaient pas partie n'était qu’une clarification partielle de ce qui se profilait. manifestement, ils n’avaient pas changé, et préféraient cette forme de loyauté étrange à l'écoute d’une morale commune. Selon ce qui allait se passer dans les jours à venir, le clan tout entier pourrait être pris à parti pour les choix de certains. Car, à bien y réfléchir, si Tsukiyomi n’avait pas été soigneusement tenue à l'écart de ce qui se déroulait dans le village, et de cette opération en particulier, elle aurait proposé son aide. Cela ne faisait aucun doute, et ce malgré les risques encourus.

“Je ne sais même pas si je dois être étonnée de votre absence. Combien comme moi sont maintenus dans l’ignorance ? “

Dans sa tentative de prise de recul, Tsukiyomi avait envie de se croire optimiste. Ca lui avait deja ete reproche mais elle n’avait pas l'âme d’une sécuritaire radicale sur ce point, elle croyait profondément à la possibilité de changer les choses. Mais il y a moins d’une heure elle ignorait tout de la situation.

“Tout dans ce que tu me dis pointe vers un chaos dans l'organisation du village … Je pense que plus que jamais il faut se montrer présent. Assumer ses choix. Peut-être qu’ainsi, les indécis ou ceux qui comme moi n’en savaient rien se verront convaincus ? Tu n’es pas seul et je pense que d’autres vous feront confiance. Tu n’as pas besoin de t’imposer en meneur pour faire le bien.”

Elle était bien placée pour dire cela, même si elle en était sure, a terme, pour son clan, elle devrait soit convaincre soit partir. Et cela même alors qu’elle désirait tout sauf une telle responsabilité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Ven 15 Sep 2017 - 14:21
Combien étaient au courant ? Très peu. Bien peu de gens se sentaient concernés par les derniers actes de Benten, qui était apparue comme une sorte de fantôme terré à manigancer des horreurs qui, au moins sur ce point, il en était certain, étaient d'une telle ampleur qu'elles réuniraient. L'opération a duré moins d'une heure, je dirais. Elle était en train de se régaler de son combat à mort quand l'information nous permettant de la localiser dans sa fuite est parvenue au chef du clan Yuki. La suite, elle était simple et logique. Les plus rapides sont arrivés. La troupe formée, l'assaut fut donné.

Il n'y avait pas beaucoup plus à en dire. C'était ainsi que les choses s'étaient déroulées. Il n'avait pas besoin de décrire les escarmouches sur la route vers leur cible. La surprise et la déroute fratricide qu'ils avaient infligés aux hommes du seigneur féodal de l'eau. Quant à l'attitude à adopter...

Présent, sûrement oui. Il va falloir attendre la nomination du prochain Mizukage pour voir un peu d'ordre revenir, si celui-ci parvient évidemment à fédérer. Mais honnêtement, qui au sein du village pourrait le faire ? Et si l'on éloigne notre regard des ninjas du village, qui à l'extérieur du village serait légitime à fédérer des clans qui sont sur le point de s'entredéchirer ?

Le choix du seigneur de l'eau allait être décisif, mais aucun de ceux qu'il pouvait entreprendre ne lui paraissait logique. La guerre civile avait été repoussée, mais ce qui le peinait le plus, c'était le regard que prenait le village par rapport à d'autres. Nous en sommes encore à trouver un point d'équilibre alors que les deux autres villages cachés sont prospères du commerce et de la paix. Nous n'aurons bientôt que le monopole de la discorde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Ven 15 Sep 2017 - 18:30
Watari avait raison d'être pessimiste mais Tsukiyomi ne voulait pas s’abandonner a une considération si négative. La situation était sous tension, évidemment. Bien sûr, tout cela ne se stabiliserait pas en un claquement de doigts. Mais elle était certaine qu’une solution pouvait être trouvée. Tout d’abord, elle voyait une évidence qui crevait les yeux, celle que les clans, même en eux mêmes, n'étaient pas vraiment unis. Chaque clan a ses propres soucis internes et faire de la diplomatie avec un organisme qui n’agit pas d’un seul coeur n’a aucun sens dans la recherche de stabilité et de paix.

Elle était aussi bien placée pour le savoir que Watari, mais Kiri s'était fondé sur un drôle de sol. Celui d’une alliance guerrière. Et c'était probablement le seul langage qui serait entendu en cette heure, seulement il s’agissait justement d’une langue que plus personne ne voulait parler. Surtout au lendemain d'événements comme ceux qu’il décrivait.

“Si les clans réglaient leurs problèmes internes ca ouvrirait déjà un peu plus la voie à une gestion diplomatique viable.”

De sa vision extérieure, elle avait presque l’impression que son propre clan était le seul à avoir un semblant d'unité. Il l’imposait par la force et la maltraitance parfois, mais au moins, elle était la. Mais qui était-elle pour juger de l'état de clans qu’elle ne fréquentait pas ? En tant qu’exception chez les Kaguya, elle pouvait témoigner de l’erreur qu'était la conception commune de son clan. Elle prit une grande inspiration, comme pour se forcer à faire le point. Si elle même avait du mal a se faire une idée de ce dont le village aurait besoin, ce devait être pire pour Watari, avec ce qu’il devait encore encaisser.

“Peu importera notre futur Mizukage alors, nous serons tous responsables et donner l'exemple. Enfin, comme si chaque geste n'était pas déjà très risqué ces derniers temps.” Elle poussa un soupir. “ Pense-tu que ca aie déjà été seulement possible, une unité dans Kiri ? Compte tenu du contexte dans lequel nous nous sommes unis ? Y a-t-il seulement un plan possible, peu importe le prix de son application ?”

La question était vaste. Mais la situation nécessitait de se jeter sans filet dans la remise en question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Ven 15 Sep 2017 - 22:11
Il semblait que pour son interlocutrice, la situation était moins désespérée. Ce qui était probablement vrai. La fatigue n'aidait pas le jeune homme à voir le futur sous un soleil radieux. Il se tourna vers sa cour intérieur. Clac. Le bruit du Bambou qui ploie sous le poids de l'eau qui ruisselle. Les gouttes qui tombent du ciel. Encore et toujours, ce rituel était devenu omniprésent à Kiri. Comme si, sans jamais s'arrêter, le ciel pleurait encore et encore. Ce pays avait de quoi peser sur ses habitants ne serait-ce que le poids de ses saisons et de ses atmosphères. A cet égard, le jeune homme se permit un commentaire : Je me demande comment suis-je parvenu à remporter l'exploit de faire pousser un théier avec ce temps...

L'eau caressait la terre en permanence, en ce pays. Les feuilles d'automnes, le soleil caché derrière les nuages, le poids lourd de la crise et des conflits... Ce pays, en cet instant, était digne d'une nature morte, un mélange de boue et de larmes, de sang séché et de feuilles tombées. Si les clans régulaient leurs problèmes. C'est une évidence... Les Yuki devaient apprendre l'humilité et la tolérance, le respect de l'autre, tout autant que les Kaguya devaient apprendre, au-delà de ces qualités, que la brutalité et la violence n'était pas l'unique solution et que bien des valeurs savent emplirent l'existence des hommes. Mais pour être ami avec le chef du clan Yuki, pour avoir rencontré la sabreuse qui lui a crevé les yeux et simplement pour avoir observer les acteurs de cette tragédie... Sa phrase s'éteignit dans ce silence pesant qui signifiait tant. Lui qui ne disait mot... Lui qui ne savait comment qualifier ce mélange de haine et de rancœur, de vide et de souffrance. Si quelqu'un n'enseigne pas la voie de l'harmonie aux habitants de ce village, ne restera de ces gens que des coquilles de tristesse et de vengeance...

Il but une gorgée du thé, avant L'unité était-elle possible ? L'harmonie est perceptible en toute chose de ce monde, Tsukiyomi. Mais je ne puis être l'être aimé de tous. Je ne suis un héros que des petites-gens. Les clans m'acceptent à peine. Il prit une pause, son regard croisa celui de son amie, avec le poids qu'il pouvait ressentir dans cette solitude. Il soupira bruyamment : cela ne lui ressemblait pas. Il devait se resaisir. Il faudrait quelqu'un pour les fédérer tous, dans le respect de leur essence et dans la voie de la prospérité. Mais les guerriers... Les guerriers respectent la force. Et même si je ne pense pas être le plus mauvais du village, ni toi, ni moi, n'avons l'étoffe pour forcer leur respect. Comme elle l'avait dit, il fallait des exemples. Ce qui est sûr, ce que tu as tout à fait raison. Un village, ce n'est pas qu'une personne. Ce village, en tout cas, ne pourra sûrement jamais se résumer à cela. Celui qui voudra diriger Kiri devra être l'ami des sabreurs, des manieurs d'os et de glace. Car sans leur appui, seuls les conflits demeureront...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Ven 15 Sep 2017 - 22:33
Ils en arrivaient à un point où la seule conclusion possible de toute cette réflexion était qu’ils allaient devoir, par eux-mêmes, agir au delà de leurs prérogatives pour espérer le moindre changement. L’espoir ne suffisait plus, et les seules discussions qu’ils avaient non plus. La théorie et l’esprit critique devraient se transformer en actes. Mais comment ? Tout semblait si verrouillé et pourtant, maintenant plus que jamais était le moment pour agir. Seulement en ce qui concernait Tsukiyomi, elle n’avait été éduquée que pour frapper afin d’obtenir satisfaction. Ce qui allait à l’encontre de toute sa morale personnelle.

La jeune Kaguya soupira à son tour et s’approcha de l’ouverture qui donnait sur la cour sous la pluie. Elle tendit le bras, comme pour saisir quelques gouttes. Comme quelques rares personnes, Tsukiyomi faisait partie des gens qui aimaient la pluie, sans vraiment savoir expliquer pourquoi. Elle y liait sa propre symbolique de renaissance.

“Et si dans un premier temps, on mettait de côté ce concept de Mizukage ?”

Sa réflexion n’était pas aboutie le moins du monde, et elle parlait en même temps que les idées lui venaient. Elle venait après tout d’apprendre que le Mizukage avait fui suite à une attaque, bon. Mais la population de Kiri n’avait pas instantanément cessé de vivre. Le village avait cette constitution si particulière, fondé sur l’influence de trois clans, et la réponse se trouvait probablement dans cette forme. Elle le savait aussi bien que Watari que personne ne mettrait d’accord tout le monde. Tout au plus ils trouveraient quelqu’un qui tiendrait tout le monde en respect, difficilement, par la force. Mais il avait été clairement établi que ce n’était pas l’idéal, en témoignait la situation actuelle. Et si, avant toute considération d’unité derrière une seule et même personne, des accords étaient passés ?

“Comme tu le dis, une seule personne ne peut pas convaincre tout le monde. Par la force peut-être, mais ce n’est en rien souhaitable, on l’a bien vu. Nous n’avons pas besoin de nous imposer en meneurs, il faut commencer par unir les intérêts des clans autour de quelque chose, pour commencer. Pas quelqu’un. Une cause, un besoin.”

C’était vraiment bête et méchant. Mais en premier lieu, c’est ce qui avait uni les trois clans, c’était l’urgence.

“Ou bien rappeler à tout le monde les raisons de la fondation de ce village.”

Aussi atroce que cela puisse paraître, il semblait que la seule chose qui pourrait unir les clans dans un nouveau départ, c’était un drame qui les touche tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Sam 16 Sep 2017 - 1:02
Mettre côté le rôle de Mizukage était un peu contreproductif. En soi, l'idée n'était pas mauvaise et permettait de discerner que l'absence du premier, était bien évidemment la faute des seconds, et par seconds, le samouraï du pays du fer entendait bel et bien la faute des clans. L'équation ne pouvait se résoudre tant que ces trois forces n'étaient pas d'accord pour choisir leur dirigeant. Le ton préoccupé, le jeune homme indiqua alors : Même si l'idée n'est pas dénuée de pertinence, ce rôle reste la clef de voûte manquante du village, Tsukiyomi-kun. Et les raisons de l'absence de cette clef de voûte, elle demeurait dans les trois clans qui apparaissaient quand on oubliait le rôle de leader du village. Même si ton idée à le mérite effectivement d'indiquer que nos forces semblent avoir oublié pourquoi nous nous sommes rassemblés, elle démontre aussi que nous ne pouvons pas régler l'affaire des luttes pour le titre sans réformer les têtes de chaque clan... D'ailleurs, il me semble que le leader des sabreurs... Et je n'ai aucune idée de qui peut être celui des Kaguya...

Pourtant, c'est de discipline que le village de Kiri avait le plus besoin. Pas de violence, pas d'injustice, mais d'ordre et de stabilité. Pas la paix par la force, mais l'appel à la raison. Et en cela, la jeune femme avait raison. Mais tu as raison sur le fond. Nous ne deviendrons pas des leader demain. Il y en aura sûrement d'autres avant nous. Mais pour autant... Nous pouvons militer pour la paix et tenter d'assurer la paix depuis le bas, ou le milieu de l'échiquier des forces. Si nous aurions pu nous opposer à Benten plus tôt, peut-être que la situation n'en serait pas là. Mais au grand dam du jeune homme qui se remit à contempler la pluie, ils en revenaient toujours au même stade : l'influence et la force était nécessaire. Cela me rappelle l'époque turbulente où le pays de fer voyait les différentes familles s'affronter les unes les autres pour le pouvoir politique... Mais les combats impliquaient rarement la progression de la pauvreté et la fermeture des frontières. Ils ne s'en sortiraient pas sans honneur et vertu, cela était certain. Ne m'avais-tu pas dit qu'un jour, tu souhaiterais que les Kaguya changent de manière de se comporter ? Peut-être ta première tâche serait d'apporter la paix au cœur de ces braves guerriers... Il se mit à rire, franchement. Encore que, les connaissant, leur enseigner les vertus de la paix me paraît compliqués, surtout quand je vois la plupart des adultes de ce clan. Dire que ceux-ci n'étaient pas réputés pour leur génie tactique et leur capacité à innover était une doucereuse ironie qu'il se gardait bien de partager à son amie. Il savait à quel point celle-ci souffrait d'être entourés d'être si braves, mais à la fois si peu... Cultivés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Sam 16 Sep 2017 - 12:04
Le sujet de son clan, son rôle dans le village et son fonctionnement arrachait toujours un rire nerveux à Tsukiyomi. Aussi déterminée qu’elle pouvait l’être à changer les choses et l’influencer dans un sens plus productif, elle devait parfois admettre que la tâche était beaucoup trop ardue pour une seule personne. Tous n’étaient pas des stéréotypes, mais ils étaient au mieux des suiveurs, au pire de vrais lâches. Elle même devait jouer ce rôle simplement pour sa survie, car depuis presque dix ans maintenant, elle était sur la corde raide. Le Kaguya est quelqu’un de très rancunier.

Elle répondit aux remarques de Watari par un sourire un peu mélancolique. Il avait parfaitement raison, son clan était désorganisé et elle ne pouvait pas vraiment trouver d’exemple, ou de ligne de conduite chez les autres. Le village ne battrait jamais d’un seul coeur, c’était un fait. Mais peut-être pourraient-ils enfin trouver un accord ? C’était le but de tous les actes de Tsukiyomi, prendre de l’importance dans son clan pour les amener à chercher cet accord.

“ Influencer ces têtes dures c’est jouer ma vie à chaque instant. Mais eh, il faut bien trouver un but à son existence, non ? ”

Il valait mieux prendre ça avec humour. Parce que dès aujourd’hui, il était question de passer la vitesse supérieure, et elle était d’ores et déjà dans la crainte chaque jour qui passait.

“ J’ai fait une erreur, en attendant seule l’opportunité d’influencer mon clan. Je vais devoir penser à une autre approche. Mais ils sont si suspicieux de tout.” Soupira-t-elle. “Qu’est-ce qui pourrait convaincre des gens si bornés et monolithiques ?”

La genin aurait pourtant bien dû connaître la réponse. Car si monolithique elle ne l’était pas tout à fait, on ne pouvait pas en dire autant de son côté très bornée. Presque dix ans de stratégies précédés de toute une adolescence à prendre des coups en attestaient.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Dim 17 Sep 2017 - 22:14
Il y avait une seule chose qu'il soupçonnait être en mesure de faire plier le clan des os. Cette pensée l'amusa quelque peu, car ceux-ci étaient solides comme le roc, que ce fut les membres de ce clans, ou les os qu'ils employaient pour se battre. Combien de guerriers étaient tombées sous leur rage frénétique ? Il n'y a qu'une seule chose qui pourrait les unir et les faire obéir à quelqu'un d'autre. Le respect qu'ils vouent à la force. Ils sont plutôt brutaux et sont réputés pour se lancer à cœur perdu dans la bataille, mais ils respecteront quelqu'un qui peut les vaincre. Hélas pour eux, c'est peut-être aussi un jour ce respect pour la force et la volonté de défier celle des autres qui pourraient causer leur perte...

Quiconque les défieraient pourrait sûrement les amener à une embuscade. Ils étaient assez fous de batailles et de frissons guerriers pour qu'ils se mettent à défier une armée plus grosse que la leur, ou qu'ils se dirigent seuls vers une embuscade. Il le savait, ces gens-là étaient, pour le coup, de véritables partisans de la voie de la colère et de la passion. Ils incarnaient ce que sa mère lui avait un jour conseillé de ne pas devenir. Ils sont avec maestria, le plus beau exemple dans notre de ce que les Asura pourraient être... Éveilles cédant à une perpétuelle colère et aux débordantes et magmatiques effluves de leurs passions, ils ne s'arrêtaient pas de continuer de se battre, même dans la mort... Une métaphore qui convenait tout à fait à l'état d'esprit actuel des Kaguya et de leur manière de vivre.

Et si la puissance t'est nécessaire, c'est qu'il nous faut nous entraîner. J'ai une idée de qui pourrait nous aider à progresser contre nos ennemis intérieurs. J'ai une nouvelle disciple, en provenance du clan Yuki. Vous pourriez mutuellement apprendre à combattre l'autre clan... Quant à moi, je ne puis vous apprendre qu'à vous défier contre le maniement des lames. Les sabreurs, sont, cependant, trop spécifiques pour que je puisse vous enseigner à vous préparer contre l'un d'eux, un jour... Même si j'admets m'être renseigné sur eux. Rivalité personnelle et précaution...

Il savait au moins ce qui était de commune réputation et y avait réfléchi : surpasser les maîtres de leurs lames par l'art de manier les lames était une tâche qu'il s'était confié. Sans pour autant réellement les mépriser, l'idée de dépendre d'une arme et non de ses propres compétences était une vision horrible pour le samouraï...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Lun 18 Sep 2017 - 11:51
Watari avait mis le doigt sur quelque chose de très juste, qu’elle savait déjà mais qu’elle avait essayé de contourner depuis son enfance. Pour convaincre les siens, il fallait une démonstration de force, et c'était le seul langage qu’ils entendraient. Elle en vint même à regretter, un peu, de n’avoir pas suivi à la lettre les préceptes du clans dans ses entraînements. Car si elle les suivait de façon très assidue et était une excellente élève depuis l’enfance, elle faisait ses propres choix et se détournait peu à peu des stratégies classiques des Kaguya. S’ils la voyaient en combat réel, certains la renieraient probablement.

“Oh je sais bien que tu as raison.”

Tsukiyomi croisa les bras, en regardant vers le sol. Elle avait tendance à se refermer lorsqu’elle pensait à tout cela. Ca faisait partie de sa vie, mais elle fonctionnait de façon automatique le plus souvent. Lorsqu’elle y repensait, en conscience, elle agissait toujours ainsi.

“ Oui, il est plus que temps que je me libère de ca et que j’ose sortir du clan. Je ne fais que m'entraîner dans les mêmes carcans Kaguya. J’ai encore beaucoup à apprendre et ton idée est vraiment judicieuse.”

Elle exécrait cette façon qu’avaient certains Kaguya de limiter les initiatives de ce type. Elle n’aurait probablement pas à craindre à ce point les autres clans du village si elle avait pu étudier leurs techniques, apprendre de leur expérience. A l’inverse, elle avait été punie pour cette soif de les connaître.

“Quand tu voudras. J’ai vraiment beaucoup de retard à compenser, je crois.”

La genin avait de quoi être inquiète, mais elle avait l’habitude de prendre des coups. Cette fois ci elle apprendrait quelque chose d’autre que le sens du mot injustice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Lun 18 Sep 2017 - 12:27
Ne te détrompe pas ; la force peut avoir mille et une apparences, d'où l'essor des shinobis. Les tiens sont plus proche des miens, mais cela ne signifie pas pour autant que tu t'es trompée dans ta voie. Au contraire, tu ouvres un chemin nouveaux pour ceux qui dans ton clan, ne seraient pas des assoiffés de sang et de frissons guerriers. Ta force peut tout aussi bien être calme, indirecte, que, déchainée et plus frontale.

L'art du guerrier était tout autant de maîtriser les manœuvres offensives que de savoir emprunter des chemins moins directs. Certes, il y avait moins d'honneur que de triompher dans une bataille menée à corps perdu, mais au final, y avait-il plus d'honneur à causer plus de chaos que nécessaire pour obtenir la même chose ? La question était posée, pour les samouraï. Savais-tu que ma mère, formée comme samouraï, est une maîtresse du kyūdō ? Il n'y a pas moins d'honneur à savoir tirer une flèche à longue portée depuis une branche, que de lever sa lame auprès d'un autre. Et quiconque insinuerait auprès de la princesse-tigre qu'elle n'avait pas d'honneur aurait sûrement beaucoup de soucis à se faire quant à ses chances de survie. Par ailleurs, apprendre à se défendre contre d'autres ne peut qu'être bénéfique à notre ouverture d'esprit, même si ce genre dépaysement est plus dur à mettre en rapport avec les félicités apportées par le voyage...

Le raisonnement était le même, bien que la manière d'étendre ses horizons était quelques peu... Ironique, à tout le moins. Quoi qu'il en soit, je proposerais l'idée à la demoiselle incessamment sous peu, puis je vous donnerais un point de rendez-vous. Probablement à l'extérieur de Kiri, histoire d'éviter que nos projets s'ébruitent et que nos efforts ne soient vains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Lun 18 Sep 2017 - 13:21
Tout ce qu’évoquait Watari rappela que son statut d’orpheline enlevait à Tsukiyomi toute references de ce genre. Elle n’avait jamais ressenti de manque vis a vis de cette situation, s’accrochant plutôt aux autres Kaguya pour se sentir entourée, comme si elle faisait partie de quelque chose. Mais elle cherchait parfois des explications sur ce qu’elle était, les raisons pour lesquelles elle se sentait si éloignée de la mentalité de son clan parfois. Ou même son physique atypique. Parfois, elle avait besoin de réponses et de modèles proches qu’elle aurait pu trouver chez ses parents.

“Ce doit être rassurant d’avoir des modèles de ce genre. Cela doit t’inspirer.”


Elle se garda bien d’ajouter qu’il était chanceux, car elle n’avait pas la moindre idée de son vécu vis a vis de ses parents. Tsukiyomi percevait trop souvent du malaise dans le regard des gens a qui elle annonçait tout à fait naturellement qu’elle était orpheline. Pas chez les Kaguya, ils adoraient leur sacrifice, mais les autres. Ce genre de situation était courante, en particulier a Kiri, ou tout du moins plus qu’ailleurs. Mais les gens voulaient se montrer compatissant vis à vis de la pauvre orpheline, cherchaient des explications dans cette tragédie pour sa rébellion. En ce qui la concernait, elle voulait juste valider son identité à travers celle de ses parents. Et connaître la vérité, au delà des reproches que les Kaguya lui faisaient en usant de l’image de ses parents.

“Je me tiendrai prête, j’ai hâte de rencontrer ta protégée. Quelle piètre stratège je ferais si je ne connaissais pas toutes les ficelles du clan Yuki ?”
Ajouta-t-elle le sourire aux lèvres, ses yeux exprimant une impatience et un intérêt qu’elle ne pouvait ni ne voulait cacher. Elle savait que Watari avait le même intérêt pour l’apprentissage et le partage autour de la discipline du combattant qu’elle même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Lun 18 Sep 2017 - 15:19
Lorsqu'elle lui signifia qu'avoir ce genre de modèle devait être inspirant, il ne put s'empêcher de grimacer. Celle que l'on appelait la princesse-tigre était autant crainte qu'enviée et respectée. Son amour et sa loyauté envers sa mère ne souffrait d'aucune faille, mais son caractère si fort et indépendant l'avait toujours inquiété. Eh bien... M'inspirer, sûrement, mais elle a toujours été considéré comme un Oni, autant de par ses prouesses que par son caractère... Elle n'a peur de rien, ni des regards, ni de la morale et pourtant, elle est celle qui m'a appris à ne pas me laisser tenté par mes émotions... Watari semblait parler d'une sorte de fantôme ou de yôkai. Il avait l'air épouvanté à l'idée de se rappeler des moments les plus libertaires de sa mère.

En vérité, il avait donc beaucoup moins de mal avec les orphelins, dont il s'occupait parfois, que de se souvenir de ses parents. Si sa mère était une sorte de force de la nature, son père était celui qui avait pu survivre à celle-ci et réussir à s'en accommoder dans une étrange relation. On se demandait qui était le chef du clan et à les voir tous les deux, le doute était permis. C'était une sorte de relation de celui qui grimperait le plus haut possible dans la démesure humaine et non pas par les péchés, mais par les faits d'armes. Sa famille lui faisait peur à s'en rappeler et il avait souvenir que seuls son frère et sa fiancée était relativement normaux.

Peut-être la connais-tu ? Elle s'appelle Ayuka, du clan Yuki. Elle est originaire du pays du fer, comme moi, mais il faut croire que la distance n'a pas su arrêter leurs parents. Quelque part, elle aussi, doit être un peu orpheline d'un de ses parents...

Il soupira en buvant un thé. Il valait mieux qu'il laisse les souvenirs de ses parents là où ils étaient, c'est-à-dire à l'autre bout du continent. C'était plus sûr. C'était moins effrayant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Lun 18 Sep 2017 - 16:06
L’expression de Watari fit comprendre bien vite à Tsukiyomi qu’aussi prudente qu’elle pouvait être, on met toujours les pieds sur un terrain glissant lorsqu’on aborde le sujet de la famille. Elle aurait dû s’en douter, mais même les banalités pouvaient prendre de l’ampleur dans ce genre de cas. Il en allait de même pour les croyances. Fort heureusement, la discussion sur le sujet ne dura pas plus longtemps.

Il lui donna alors le nom de sa disciple. Ayuka, du clan Yuki. L’une des rares Yuki qui ne lui était pas étrangère, c'était une coïncidence plutôt agréable, assez pour la faire sourire. Cependant, il y avait un petit moment qu’elle ne l’avait plus vue, chacun a ses obligations. Elle se demandait bien ce qu’elle pouvait devenir, de toute évidence, elle était en de bonnes mains si elle s'entraînait avec Watari. Néanmoins, la jeune Kaguya se demandait à quoi s’attendre, dans le cadre d'éventuelles retrouvailles. Elles étaient certes loin d’avoir une amitié fusionnelle mais il est toujours étrange de se voir confronté à un silence total pendant en temps. Si Tsukiyomi n’en avait jamais voulu à qui que ce soit pour son absence, la réciproque était assez courante. Principalement parce que la genin était toujours dans la position de celle qui cesse de donner signe de vie.

“Ayuka … Je la connais, oui, depuis pas mal de temps maintenant. Mais cela fait quelques temps que je ne l’ai pas vue. Je suis ravie de la retrouver a cette occasion. Nous ne nous sommes jamais entraînées ensemble pour diverses raisons, mais je suis sûre que ce sera enrichissant.”

Le malaise se prolongeait du côté de Tsukiyomi. Elle réalisait qu’en plus de son clan elle était susceptible de s'aliéner ses potentiels amis si elle ne s’engageait pas vraiment. Son comportement avait une incidence au delà de sa seule morale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Lun 18 Sep 2017 - 19:43
Voyons la jeune femme toujours mal à l'aise, le jeune samouraï se passa une main dans les cheveux en réfléchissant à ce qu'il pouvait faire pour que cela ne dure pas. Il lui flanqua une petite tape sur l'épaule avant de lui dire, l'air un peu plus : Allons. Ce n'est pas comme ça que nous parviendrons à changer quoi que ce soit. Même si la situation est compliqué, nous avons déjà de la chance de pouvoir compter sur des gens en qui nous avons confiance.

C'était peu de le dire, mais ensembles, ils étaient moins seuls. Ensemble, ils avaient déjà un petit socle pour tenter de construire quelque chose grâce à l'aide des autres. Même si l'avenir apparaissait comme étant compliqué, la présence d'alliés leur permettrait de s'épauler et de s'assurer que le meilleur résulte.

Je ferais en sorte de devenir aussi fort qu'il le faudra pour que plus jamais de tels problèmes émergent. Même si je sais déjà que ce n'est pas seul que je parviendrais à changer les mentalités des clans ou du village.

A l'origine il était seul, même s'il l'était à l'avenir, il continuerait sa lutte pour le triomphe de ce qu'il estimait être le meilleur pour tous. Cela étant, pas besoin d'être inquiet. Il avait confiance en Tsukiyomi. Et peut-être en d'autres. L'avenir le dirait.

Et si tu connais Ayuka, je suis certain que tu pourras me confirmer le fait qu'elle est quelqu'un sur qui nous pourrons compter à l'avenir. Avait-il conclut en souriant, se souvenant de la pétillante jeune femme, qui était sûrement à l'hôpital de Kiri avec Eiichiro, en ce moment-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Mar 19 Sep 2017 - 16:24
Tsukiyomi retourna bien vite a son thé, et à quelques secondes de silence. Avant de le briser une nouvelle fois, après avoir tenté de faire le point entre deux gorgées de breuvage chaud.

“ Tout ca donnerait le vertige.”

Peut-être bien qu’elle était la seule à le voir ainsi, mais tout juste sortie de son clan si éloigné de toutes ces considérations, elle prenait soudainement la mesure de l’ampleur du village. Lorsque tout va bien, on se dit que c’est un petit endroit - pas tout à fait paradisiaque, certes - mais optimiste. Une illusion d'unité et de partage. Mais dès lors que chacun peut être un ennemi potentiel sur des bases aussi vagues que le nom d’une personne ou sa présence ou non, le vertige ne se fait pas attendre.

“Je m’estime chanceuse d’avoir encore accès au bon côté de l’histoire, enfin, si tout se passe pour le mieux.”

A bien retourner la question, Tsukiyomi se persuadait qu’elle devrait prouver qu’elle méritait cette confiance. Pour elle, tout cela venait de ce que l’on supposait d’elle, de paroles, d’absence de vécus négatifs. Mais elle n’avait jamais fait le moindre sacrifice pour montrer sa valeur dans ce genre de circonstances. Et il était évident que l’heure était venue de s’engager pleinement. Elle ne doutait pas que Ayuka et Watari etaient prets a tout, ils l’avaient probablement deja demontre. La genin sourit, aussi chaleureusement que le permettaient les circonstances, après une nouvelle rasade de thé. Watari avait vraiment les meilleurs breuvages, en particulier pour ces circonstances. Et, elle le découvrait, mais il avait le bon mot. Elle espérait trouver l’occasion de lui rendre la pareille, le plus rapidement possible.

“ Si quelqu’un peut tirer le meilleur de nous et nous préparer correctement à ce qui nous attend, c’est certainement toi.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Mer 20 Sep 2017 - 1:04
Le vertige... C'est intéressant, que tu le formules ainsi, quand nous savons tous les deux que nous nous tenons en bas de l'échelle, à contempler les sommets que nous devons conquérir, si nous voulons un jour pouvoir s'assurer que nos souhaits ne s'éteignent pas en vain avec nous...

Il avait eu le don de rebondir, peu importe l'altitude de la question, en sachant filer la métaphore d'une manière qui n'était pas forcément très rassurante, mais au moins, était une poétique manière de concevoir les choses. Comprenant qu'il valait mieux inspirer son amie à se dépasser, il lui sourit chaleureusement avant d'ajouter : Mais comme je l'ai déjà dit, dans cette ascension vers les sommets, nous serons-là pour nous assurer mutuellement et aider ceux qui risqueraient de chuter. La métaphore n'en finissait donc pas, mais cette fois-ci, elle se déroulait sans chuter sur une note déprimante.

Mais quant à tirer le meilleur des deux jeunes femmes, il était un peu moins sûr de lui d'y parvenir. Après tout, en tant que shinobi, il n'était pas du tout, mais pas alors du tout un adepte confirmé des savoirs ninjas. Mais il fallait rester vaillant et déterminé. Je ferais de mon mieux, mais je pense que ce qui vous aidera le plus, c'est finalement votre rencontre, l'une par rapport à l'autre. Vous avez, j'imagine, beaucoup à déduire de vos différentes techniques. De la manière dont vous les employez. Ou encore, ce que vous estimez manquer chez l'autre. Ce serait encore mieux si nous pouvions avoir tous les trois des affinités différentes, même si Ayuka en possède assurément une avec le Hyoton.

D'un point de vue stratégique, il était optimal que chacun puisse palier aux faiblesses des autres. Il était bien plus à l'aise dans le feu de l'action que Tsukiyomi, qu'il savait d'expérience, capable de bien plus de discrétion que lui qui pouvait découper des lattes de bambous d'un geste bien préparé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Mer 20 Sep 2017 - 12:18
La perspective de la complémentarité des techniques de chacun enthousiasmait beaucoup Tsukiyomi. Elle savait très bien que la façon dont elle avait axé ses méthodes souffraient de limites évidentes. Une fois découverte, face à un sabreur par exemple, son seul moyen de s’en sortir était encore de disparaître et agir dans un second temps. Travailler avec ses frères et soeurs Kaguya était un avantage bien sur, car elle était la seule à envisager le combat de cette façon. Cependant, elle en voyait d’ores et déjà les limites, elle n’avait pas encore un usage vraiment polyvalent des techniques de son clan. Peut-être était-ce une erreur dans un premier temps, mais elle pensait qu'à terme, elle pourrait être redoutable. En particulier en équipe avec quelqu’un. Tsukiyomi imaginait déjà toutes sortes de possibilités en alliant les points forts de chacun.

“Tu l’as déjà fait ? Développer des techniques, des stratégies avec des gens si différents de toi ? Les possibilités semblent infinies.”

La jeune femme ne connaissait les méthodes ni d’Ayuka ni de Watari, mais elle souriait déjà à l'idée de fusionner leurs approches. Travailler en équipe avait toujours été une sorte de tache repetitive, automatique, avec les autres membres de son clan. Rien de surprenant, quelque chose d’assez uniforme et prévisible et pour cause, elle vivait avec, s'entraînait avec, travaillait avec depuis l’enfance. Mais monter une stratégie avec une membre du clan Yuki … Voilà qui promettait d'être vraiment intéressant.

“Le Hyoton … je me demande quel type d’alliance on pourrait envisager avec l’os et le Suiton. “


Elle porta la main devant sa bouche dans une pose caractéristique qu’elle prenait souvent lorsqu’elle réfléchissait, les yeux dans le vide. Jouer les stratèges du point de vue d’une personne était déjà enthousiasmant. Le faire avec trois facteurs et des forces et faiblesses différentes l'était encore plus, les possibilités étaient infinies, elle le percevait déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Les heures de peine. | Watari & Tsukiyomi.

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: