Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Le Savoir, c'est le Pouvoir [feat. Kahei]


Lun 12 Juin 2017 - 23:50
La Grande Bibliothèque de Kumo était une source inépuisable de savoir, le plus grand trésor que le Yuukan n’est jamais porté en son sein. Beaucoup le voyait, mais très peu en étaient conscients. L’immense majorité des personnes peuplant ce vaste monde faisait partie de la catégorie de ceux qui pensent que les armes et la force dominent cette planète, alors qu’en réalité, le véritable pouvoir ne résidait en rien en la force de frappe, mais en l’information. L’Homme instruit mènera milles guerres sans verser une goutte de sueur, sans se battre, sans saigner ou même sans tuer. Il fera en sorte que la guerre soit remportée par capitulation de l’ennemi, de l’accabler d’une honte tellement grande qu’il n’oserait plus lever le petit doigt dans un bras de fer chinois. Connaît les plus grandes peur de tes ennemis et exploite les à ton avantage, et ainsi tu tireras une victoire facile, éclair, et surtout sans effort. Pour résumer, le savoir, c’est le pouvoir.

Notre jeune protagoniste de vingt neuf ans le savait, il l’avait appris depuis fort longtemps. Il avait fait payer ses propres frères par un savoir qu’il détenait en ces temps. C’était pour cette raison que Seijiro passait le plus clair de son temps dans la grande bibliothèque de Kumo à lire encore et encore, à accumuler une grande dose de savoir, autant qu’il pouvait en accumuler à vrai dire. Assis dans un coin, sur une étagère un peu plus haut du sol, il était adossé au mur, avec dans les mains un livre ouvert. C’était un livre sur le Taijutsu, sur l’entraînement physique et le développement de l’endurance, de la masse musculaire, de la force sans pour autant trop prendre de masse. Oui, Seijiro n’était pas exactement comme tous les Nara. Eux privilégiaient le mi-distance, ils cherchaient à immobiliser l’adversaire avec la prise de l’ombre et à se servir du décors pour remporter la victoire. Or, Seijiro lui était un adepte du corps à corps, il avait développé son Taijutsu à un point tel qu’il était maintenant apte à rivaliser avec les grands combattants de ce monde. Cependant, un seul contact avec lui et il remportait obligatoirement la victoire.
« Oh, je te prie de me pardonner, j’étais plongé dans mon bouquin et je n’ai absolument pas fait attention. »
Effectivement, alors qu’il venait de se lever avec son livre dans la main droite et un autre bouquin sur les arts militaires dans la main gauche, il s’était dirigé vers la sortie avec hâte pour regagner son domicile. Il avait un compte au sein de cette bibliothèque et il pouvait donc repartir avec autant de livres qu’il le désirait. Il passait tellement de temps dans ce lieu qu’il avait même eut le temps de sympathiser avec le personnel qui travaillait ici, y compris les Suzuri qui hantaient ses lieux. En se redressant, il n’avait pas vu un jeune homme qui se trouvait sur sa route et le heurtait de plein fouet, provoquant une légère douleur au plexus. Il fit tomber ses deux livres qui en tombant firent un bruit sourd, provoquant un relevage de tête collectif de tout ceux qui étaient présents. Une bibliothèque était un endroit généralement calme et sans bruit. Seijiro ignorait d’où venait cette habitude qu’avaient les gens à chuchoter dans les bibliothèques, mais soit. Maladroit pour le coup, il s’excusait à ce jeune homme de l’avoir bousculé.

_________________



◊ Connais ton ennemi et connais toi toi-même; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux.
◊ Si tu ignores ton ennemi et que tu te connais toi-même, tes chances de perdre et de gagner seront égales.
◊ Si tu ignores à la fois ton ennemi et toi-même, tu ne compteras tes combats que par des défaites.
Sun Tzu


Dernière édition par Nara Seijirō le Mar 13 Juin 2017 - 18:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t85-nara-seijiro-100

Mar 13 Juin 2017 - 13:26
Ce lieu riche en savoirs appuyait parfaitement la mentalité des habitants des nuages fortunés d'un savoir fertile. En effet, ce n'est pas par hasard si le village de Kumo s'était montré comme le plus développé. D'ailleurs, on avait tendance à dire que les grands esprits venaient de là. La majorité se montrant fidèle à ce comportement destiné à toujours en apprendre plus, notre garçon ne s'y était pas dispensé. Ce jeune curieux cherchait toujours à découvrir de nouvelles choses chaque jour, autant sur le chakra, les dons héréditaires et notamment leurs limites- tout comme les différentes cultures inconnues du reste des contrées shinobi. Certes, les échos sur le reste des nations pouvaient en dire longs sur leur mentalité et leur politique, néanmoins, tout comme sa patrie, ils devaient regorger de clans avec une caractéristique au-delà du pouvoir, qui leur était bien propre. Prenons pour exemple sa lignée qui derrière la maîtrise du métal était surtout célèbre pour leur grand forgeron. Qu'en était-il pour le reste du monde ? Un jour, il espérait le découvrir lorsqu'il aurait la chance de s'aventurer en dehors de la Foudre.

Ainsi, pour répondre à cette envie d'en apprendre toujours plus, Kahei avait pour habitude de se rendre très souvent à la célèbre Grande Bibliothèque. Tous les jours, il essayait d'y rester au minimum une heure pour suffisamment se renseigner sur ses envies du moment. Aujourd'hui, il envisageait de lire quelques ouvrages récapitulant l'histoire de Kaminari, de la ville de Shitaderu jusqu'à la fondation de Kumo. Évidemment, il était légèrement renseigné à ce sujet, mais prendre un moment de réflexion, connaître les détails, le tout dans le plus grand calme restait toujours aussi plaisant. En se dirigeant vers un rayon pour mettre la main sur le livre qu'il cherchait, il se fit rentrer dedans par une personne qui, visiblement, semblait être pressée. Doté d'une carrure imposante, l'adolescent tomba sur le coup, comme un insecte écrasé par un humain. La main posée sur son crâne, le garçon fit entendre un petit ricanement. Ce n'était clairement pas un râleur, encore moins dans ce genre de situation. Il se redressa tout simplement en ramassant les livres tombés par son propriétaire lors du choc, profitant par la même occasion pour jeter un œil à ce qu'il lisait. Curieux comme toujours.

» Ce n'est pas grave ça arrive.. Je vois que vous avez une oeuvre sur le combat au corps-à-corps. Même si vous m'avez l'air déjà bien costaud, je pense que ce domaine relève plus de la pratique que de la théorie. Enfin, je dis ça.. Je suis une brelle à ce niveau.

Le combat à mains nues, tout un art. Selon lui, plutôt que de bouquiner à ce sujet, le grand blond devrait davantage s'exercer sur le terrain. Après tout, se confectionner une bonne forme physique mêlant puissance de frappe, rapidité et réflexe n'allaient pas se faire tout seul. Enfin, comme il l'avait bien dit, il n'y connaissait pas grand-chose. Même si de nombreux membres de son clan pratiquaient ce domaine couplé au Kinton, lui n'était pas aussi enchanté de suivre cette voie. Il brillait plus sur la longue et mi-distance. Adressant un grand sourire au mastodonte, il lui tendit ses deux livres, impatient de connaître son avis. Car même dans ce genre de discussion, il y avait toujours quelque chose à apprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t25-metaru-kahei-terminee-et-corrigee http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo

Mer 14 Juin 2017 - 12:13
Tout en ramassant ses livres tombés sur le sol, Seijiro plantait alors son regard sur le jeune homme qu’il avait malheureusement percuté de plein fouet, dû à sa maladresse bien entendu. Un homme assez grand bien que Seijiro était légèrement plus grand que lui, les cheveux bruns, la peau blanche, portant une lourde veste et une sorte de cache sur le bouche et le nez, comme s’il était malade. Mais le Nara n’en portait aucune attention, ce n’était pas extrêmement opportun sur le temps présent de poser une question sur la raison de ce masque. Le jeune homme ramassait lui aussi l’un des livres tombés avant de prendre la parole, il ne semblait absolument pas offusqué par ce qui venait de se passer, au contraire, l’on pu entendre un petit rire. Il était vrai que la situation était assez comique, se prendre quelqu’un dans une bibliothèque, faire du bruit et attirer la haine des autres. L’homme tournait alors l’œil sur le livre que le Nara avait dans sa main avant de prendre la parole. Il prétextait que Seijiro avait déjà l’air bien costaud, mais que le combat relevait plus de la pratique que du théorique. En ajoutant que sa parole n’avait pas vraiment de valeur dans le domaine du Taijutsu.

En soi, l’homme n’avait absolument pas tord, au contraire même, il avait bien raison. L’on avait beau s’y connaître sur tous les aspects du Taijutsu, le corps lui ne serait pas pour autant habitué à toutes ces pratiques. Il fallait donc lier les deux, c’était la façon d’apprentissage de Seijiro. Le Nara se mit alors à rire aux éclats avant de se prendre un gros « chuuut » qui le fit se taire avant de reprendre la parole, toujours avec un léger rire dans la voix. « Oui effectivement tu as raison, cependant, il est toujours bon de tirer des enseignements de ceux qui ont perfectionné cet art avant de s’y mettre définitivement. D’avoir la bonne méthode de progression, d’entraînement. Nos anciens ont étudiés l’anatomie humaine, ils savent quoi manger pour mieux habituer le corps, ils savent ce qu’il faut éviter, ils savent comment faire les exercices. Je cherche en lisant à rendre mon entraînement plus efficient qu’efficace. » Disait-il. Il état vrai que Seijiro avait tendance à rechercher toujours la perfection, comme dans un jeu de dame, un jeu d’échec, à ne faire aucune mouvement inutile, aucune action vaine de sens et d’utilité. En lisant et an apprenant la théorie, il cherchait à savoir comment faire parfaitement les exercices qui vont le développer musculairement parlant, le faire progresser, lui faire gagner de l’endurance etc. Il cherche à devenir un surhomme, à lier théorie et pratique. Un corps d’athlète avec une tête extrêmement bien faite.
« Mais je manque de manière. Je me nomme Seijiro du clan Nara. Et toi quels sont tes domaines fars ? Que viens-tu lire ici ? »
En tant que membre hiérarchique du clan Nara et du village des nuages, Seijiro cherchait à connaître le maximum de personne. Premièrement car la curiosité faisait partie de son être, et deuxièmement car : le savoir, c’est le pouvoir. Il voulait connaître les différentes personnes qui peuplaient ce village, qui peuplaient ce monde, il voulait connaître les histoires de tous, les différents clans, les pouvoirs, tout ce qui pouvait exister dans ce monde, toutes les bizarreries qui peuplaient ce monde. Tout ce que son cerveau pouvait engranger comme informations. Puis pour continuer la conversation tranquillement, d’un simple geste de la main, il invita son compère à s’asseoir avec lui, toujours son livre à la main. Seijiro allait donc s’asseoir à la première table qu’il vit, avec quelques places de libre, assez pour que leur conversation ne dérange absolument personne. « Assieds toi avec moi si tu le souhaites. »

_________________



◊ Connais ton ennemi et connais toi toi-même; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux.
◊ Si tu ignores ton ennemi et que tu te connais toi-même, tes chances de perdre et de gagner seront égales.
◊ Si tu ignores à la fois ton ennemi et toi-même, tu ne compteras tes combats que par des défaites.
Sun Tzu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t85-nara-seijiro-100

Mer 14 Juin 2017 - 16:24
Autant dire que cette masse de muscles n'était pas à court d'arguments. Même s'il donna raison au jeune garçon, c'est avec une certaine aisance qu'il le contredit, expliquant que même derrière la pratique, la façon d'aborder celle-ci restait tout aussi importante afin d'avoir une bonne progression lors des entraînements. Comme quoi, on en revenait toujours à la fameuse théorie. On ressentait clairement l'éducation retransmise aux habitants des nuages, primant comme toujours sur le savoir. Le fait est que même si la plupart des Kumojins étaient dotés d'une intelligence honorable, les points de vues de chaque ne pouvaient pas toujours être identiques. Et là, ça devenait intéressant. Le tout laissant place à un désaccord, il amenait forcément à un débat où les différents concernés exposaient leurs raisonnements en prenant soin de montrer tous les aspects : avantages comme inconvénients. D'ailleurs, dans un village comme celui-ci, qui approchait doucement mais sûrement de la nomination du Shodaime Raikage, les débats politiques allaient sans aucun doute faire fureur. Enfin, si Kumo décidait de partir sur un système de vote, chose qui devrait, en toute logique, se faire. Après tout, le dirigeant devait avoir un cerveau brillant pour mener sa patrie vers le sommet. En effet, avoir un gros bras sans cervelle n'était pas spécialement nécessaire. La politique, l'économie et le reste requérait de la réflexion. Même chose pour une probable guerre, bien que les compétences individuelles entraient en jeu, la stratégie choisie pouvait faire pencher la balance.

Le grand blond vint ensuite à se présenter. Un Nara, hein ? Sérieusement ? Le garçon n'en n'avait jamais vu un d'aussi costaud. La réputation de ce clan n'était plus à faire et en connaissant son identité, le manipulateur de métal comprit pourquoi il portait tant d'importance à la théorie du corps-à-corps. La plupart des manipulateurs d'ombres privilégiant l'affrontement en distance, profitant par la même occasion de leur don inné, ça restait intéressant d'en voir qui ne semblait pas de cet avis. Mais d'un côté, c'était logique. Le fait de profiter de la portée était une chose, mais dans une situation où l'adversaire arriverait à l'atteindre, il serait vite vulnérable. Un défaut apte à être corrigé si la personne en question se donnait les moyens comme Seijiro. En cherchant à s'améliorer au Taijutsu, il était en capacité d'exceller en combat rapproché tout comme à distance.

» Ravi de faire votre connaissance. Je me nomme Metaru Kahei. Je viens souvent ici histoire de me cultiver, d'essayer de me renseigner un peu plus sur ce monde qui regorge tant de mystères. Mais aujourd'hui je comptais lire l'histoire de notre grand village.

Kahei fit ensuite convié à prendre place en compagnie de Seijiro. Pour le coup, il n'allait pas refuser l'invitation. Une personne de la sorte devait connaître énormément de choses, devant lui se dressait rencontre pouvant s'avérer fructueuse. De plus que l'adolescent aimait discuter avec les gens, selon lui, ils dégageaient tous quelque chose en particulier, qui pourrait lui en faire tirer des leçons. Qui sait ce qu'il allait apprendre de lui ? Alors il prit place à ses côtés, voulant en savoir un peu plus sur ce personnage.

» Pour être franc, je ne pensais pas une seule seconde que vous étiez un Nara. Alors, qu'est-ce qu'un homme comme vous peut-il avoir comme projets ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t25-metaru-kahei-terminee-et-corrigee http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo

Mer 21 Juin 2017 - 19:23
« Oh un membre du célèbre clan Metaru. Enchantée. C’est une bonne chose, j’ai souvent pour optique de dire que le savoir, c’est le pouvoir. Raison pourquoi je me terre ici pas mal d’heures par jour. Hahaha oui effectivement, je ne suis pas exactement comme la plupart des Nara, déjà de par la couleur de mes cheveux. Généralement les Nara ont tous les cheveux noirs, mais ma mère était d’un blond extrêmement clair. J’en ai hérité. »

Il marquait une pause. Le Metaru semblait assez curieux. En effet, Kahei venait de lui demander ce qu’un homme comme lui avait comme projets. Question assez indiscrète, c’était pourtant assez commun de poser cette question d’un ninjas à un autre, pour savoir, par curiosité. Ne sachant pas d’abord quoi répondre, il lui fallait tout de même trouver une réponse adéquate sans trop en dévoiler non plus. Sun Tzu disait qu’il n’était jamais bon de ne garder aucun secret, que tous voient en vous comme dans un livre ouvert. Et c’était le cas pour les ennemis comme pour les alliés. Bien entendu il ne résonnait pas comme ça en pensant que Kahei deviendrait un jour un adversaire. C’était simplement sa façon d’être. Il reprit alors la parole d’un air assez amusé alors que le jeune homme avait finalement prit place près de lui, comme pour commencer une discussion, un débat.

« Oh mes projets ? Je suis un ninjas de classe supérieur. Après que puis-je te dire ? Je suis assez impliqué dans les histoires de mon clan et dans celles de Kumo, dont la politique. Mais je suis certain que tu as également entendu beaucoup de choses sur la politique de Kumo, surtout en cette période. Tout le monde ne parle que de l’élection du Shodaime Raikage. Ce sera une bonne chose pour Kumo c’est certain. Je n’ai pas réellement de gros projets à vrai dire. Peut-être oui continuer à m’instruire comme tu peux le voir haha. Peut-être continuer à parfaire mon éducation militaire et l’art de combat des Nara. »

Il ne l’avait pas précisé, mais depuis peu, il avait eut de nombreuses conversations avec les hauts de son clan pour savoir si oui ou non quelqu’un allait représenter les Nara pour prendre la tête de Kumo. Il était vrai que la réputation des Nara était en leur faveur, ils étaient considérés comme des véritables têtes savantes, trouvant des solutions où il n’en existe aucune, faisant apparaître la lumière dans l’obscurité la plus sombre. Seijiro n’avait jamais vraiment pensé à se présenter lui-même. Déjà, il se pensait trop jeune pour que l’Assemblée accepte de le placer à la tête de toute une nation. Le plupart demandait bien plus d’expérience, de maturité. Même si les Nara étaient bien placés pour savoir que le maturité n’était pas une question d’âge, il n’y avait pas songé. Jusqu’à ce qu’on le lui souffle. Mais une telle responsabilité siérait-elle à Seijiro ?

« Et toi alors Kahei, quels sont tes projets ? Pourrais tu également me raconter l’histoire de ton clan ? Il marquait une pause. Et toi, que penses tu de l’élection du Shodaime ? »

_________________



◊ Connais ton ennemi et connais toi toi-même; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux.
◊ Si tu ignores ton ennemi et que tu te connais toi-même, tes chances de perdre et de gagner seront égales.
◊ Si tu ignores à la fois ton ennemi et toi-même, tu ne compteras tes combats que par des défaites.
Sun Tzu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t85-nara-seijiro-100

Jeu 22 Juin 2017 - 2:46
» Le savoir c'est le pouvoir. C'est une belle phrase.

Effectivement, une belle phrase. Dans la tête du jeune manipulateur de métal, une parole pareille signifiait beaucoup. Bien que sur le coup, il réfléchissait à ce que ses paroles indiquaient exactement. Premièrement, le savoir. Un mot certainement ancré dans la tête de tout Kumojins, dès le plus jeune âge. Le savoir faisait intégralement partie des fondamentaux des nuages, pouvant même s'apparenter à un de ces piliers principaux. La preuve, une grande et riche bibliothèque lui avait été consacré pour contenir de très nombreuses connaissances. Qui de plus, était à la portée de tout villageois. Deuxièmement, le pouvoir. C'est là que le garçon bloquait. Le pouvoir s'obtenait-il réellement grâce au savoir ? Il doutait. Par exemple, quelqu'un appartenant à une lignée royale pouvait se voir hériter d'un poste lui donnant une certaine liberté quant à ses actions sans forcément être doté d'une fine intelligence. Sur ce point-là, « être au pouvoir » ne nécessitait pas de connaissances particulières. En l’occurrence, il devait sans doute parler des moyens mis à disposition pour accomplir certaines choses, autrement dit, « avoir le pouvoir de ». Plus il se répétait cette phrase intérieurement, plus il voyait le savoir comme une puissante arme. Dans le deuxième exemple, être dans la mesure de réaliser un objectif sonnait de deux manières. La première, utiliser proprement cette sagesse dans l’intérêt positif de tous, comme la création d'écoles. La deuxième, user cette science à des fins plus malveillantes. Une personne drôlement douée ne rimait pas forcément avec gentillesse. Si l'envie lui prenait, il serait en mesure de créer le chaos là où il le voudrait. Narai Seijiro disait « le savoir c'est le pouvoir » là où Metaru Kahei entendait « le savoir est une arme ».

» Je vois. Il est vrai qu'en ce moment il n'y a de la place que pour les élections. C'est compréhensible, après-tout, cet événement va être un tournant pour le village.

Plutôt surprenant de savoir que ce manipulateur d'ombre n'avait pas de projet précis. En même temps, en tant que ninja de classe supérieure, son objectif s'était peut-être déjà accompli. Honnêtement, il espérait faire face à quelqu'un avec un peu plus d'idée sur ce qu'il souhaitait faire. En période d’élection, n'importe quel projet pouvait se proposer pour améliorer le village. Un homme s’inculquant autant pouvait être en mesure de suggérer la fondation d'une académie et se présenter en tant que directeur. Ou alors, il ne désirait rien dire au jeune garçon préférant garder ses secrets. Quoi qu'il en soit, s'il ce qu'il disait s'avérait être juste, il ne serait pas étonné de le voir plus tard avec d'importantes responsabilités. Ça restait un Nara et quand on connaissait le rapport avec le pays du Feu, on se doutait bien qu'il pouvait être convié un peu partout au sein du village. La présence de ce clan, ainsi que ses membres restaient capitales.

» Mes projets ? Ils sont plutôt simples. Enfin, il est plutôt simple. Je souhaite juste me faire un nom. Non pas pour la célébrité, plus pour la reconnaissance et le respect des miens. L'histoire de mon clan, hein. Que dire, que dire. Je crois que l'histoire ne souhaite que retenir le fait d'être les meilleurs forgerons de ce monde. Enfin, je n'ai jamais adhéré à cette coutume. C'est justement la raison de mon projet. — En effet, s'il désirait par-dessus tout être reconnu c'était surtout pour sa lignée qui le voyait différemment. » Comme je l'ai déjà dit, l’élection va être un tournant majeur pour notre village. J'espère juste que notre dirigeant sera digne de représenter notre peuple. On ne pourra pas avancer avec quelqu'un d'égoïste. Il nous faut quelqu'un œuvrant pour le développement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t25-metaru-kahei-terminee-et-corrigee http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo

Jeu 29 Juin 2017 - 9:19
« Et ce n’est pas qu’une belle phrase, c’est celle qui dicte tous mes actions. Comme mon nindô si tu préfères »
Conclut-il avant de passer à autre chose. Il était vrai que dire que le nindo de Seijiro se résumait à cette phrase était assez vrai. Il vivait, respirait, marchait et mangeait dans cette optique. Il ne parlait peu, car en parlant il n’avait pas vraiment de chances d’apprendre quelque chose de nouveau alors que le silence en apprenait tellement sur tellement de sujets. C’était pour cette raison qu’il se baladait toujours avec un livre, un journal, ou quelque chose d’instructif. Il lui arrivait même de lire d’anciens rapports de missions ou autres bêtises administratives. Si ce n’était pas le cas, il se baladait, rencontrait les gens, en apprenait sur eux et sur leur histoire. Tous les prétextes étaient bons pour développer son savoir. Qu’importe l’heure, l’endroit, ou le sujet. Mais revenons en au sujet d’aujourd’hui. Respectant alors la philosophie de vie de Seijiro, il finit tout de même par répondre aux interrogations du Nara quant aux élections. Il trouvait compréhensible que tous n’ai que le « Shodaime Raikage » à la bouche.
« Oui je suis d’accord. Il faut dire que maintenant les choses vont grandement changer. Les décisions sont difficilement prises actuellement, car c’est surtout plusieurs personnes qui décident de ce qui doit être appliqué. Même si j’imagine que le Raikage s’entourera des meilleurs pour prendre des décisions, il restera seul maître des décisions prises. Tant que celles-ci restent dans la limite du raisonnable et du constructif pour Kumo. Il manquerait plus que le premier Raikage se mette le peuple à dos. »
Il était vrai que le rôle que jouerait ce premier Raikage allait être crucial, et son comportement également. Si l’instauration d’un nouveau système ne montre pas de fruits directement après son instauration, le peuple aura vite fait de demander aux autorités de revenir à l’ancien système de gouvernement, même si celui-ci prenait bien trop de temps. Toujours assis sur son siège, Seijiro tournait les pages de son bouquin sans forcément y toucher, sans le lire, car il était trop prit dans la discussion pour réussir à bouquiner dans le même temps. Surtout que le membre du clan Metaru reprit alors la parole, s’exprimant sur la question retour du blond concernant les projets de ce jeune homme. Celui-ci désirait ardemment se faire un nom. Comme la plupart des gens à vrai dire, l’objectif premier était d’être accepté, et une fois cela fait, ils cherchaient tous à se faire un nom. Un nom que tout le monde connaît, que tout le monde retient. Un nom que les gens respectent, ou qu’ils craignent comme la peste. Lui voulait surtout se faire un nom au sein de son clan, les Metaru.
« Il est vrai que lorsque le clan est célèbre pour une certaine raison il est difficile d’agir contre ou de se faire reconnaître sans acter comme le reste de la famille. Je suis par exemple un membre du clan Nara, et outre mes cheveux qui ne sont absolument pas de la même couleur que le reste du clan, mon style de combat est aussi extrêmement différent du leur. Au départ c’était une tard pour moi, et les autres me le faisaient bien remarquer. Maintenant, c’est devenu mon principal point fort. Et je suis reconnu pour ça. Je te souhaite bien du courage Kahei. Il en faudra. Comme dans tout ce que l’on entreprends.»
Il marquait une courte pause avant de reprendre. Kahei avait enchainé juste après avec le sujet des élections, comme quoi il espérait que l’homme ou la femme qui serait élu Raikage se comportement admirablement avec Kumo et l’ensemble des habitants de Kaminari.
« Oui bien entendu le développement de Kumo et de Kaminari tout entier devra être la première et principale préoccupation de ce Raikage. Notre relation avec les autres nations également, que ce soit les grandes nations ou les limitrophes comme Yu, Ame, etc.. La formation aussi, l’économie, la géopolitique, la sécurité, le savoir. Enfin, beaucoup de choses à vrai dire. Souhaiterais tu entrer dans la politique de Kumo toi plus tard ? Ou maintenant peut-être ? Tu occupes quel poste dans la hiérarchie de Kumo ? »

_________________



◊ Connais ton ennemi et connais toi toi-même; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux.
◊ Si tu ignores ton ennemi et que tu te connais toi-même, tes chances de perdre et de gagner seront égales.
◊ Si tu ignores à la fois ton ennemi et toi-même, tu ne compteras tes combats que par des défaites.
Sun Tzu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t85-nara-seijiro-100

Jeu 29 Juin 2017 - 21:35
Un nindô. C'est vrai qu'une phrase de la sorte sonnait plutôt bien. Le garçon, lui, ne pouvait pas réellement s'en procurer un. Certes, il connaissait son objectif. Mais le fait d'être reconnu et surtout accepté par les siens n'était pas le sens de sa vie. Plutôt une étape à accomplir avant de faire réellement ce qu'il désirait. Néanmoins, à ce sujet, un point d'interrogation survolait son crâne. Une fois qu'il aurait accompli sa mission personnelle, que ferait-il ? Se contentera-t-il de suivre sa future routine en tant que shinobi des nuages ? Cherchera-t-il un véritable sens à son existence ? Il n'en savait rien. Pourtant, à son âge, de nombreux adolescents savaient exactement ce qu'ils souhaitent accomplir. Pour les plus ambitieux, ils aspiraient d'ores et déjà au titre d'Ombre de la Foudre. Un rôle qui restait tout de même inconnu, dont on connaîtra prochainement tout le travail qu'impliquait cette responsabilité. Chose qui allait sûrement en démotiver plus d'un. D'autres visaient différemment. Comme ouvrir un grand restaurant, une école.. Au final, Kahei prenait un chemin en ne connaissant qu'une seule route. Pour ce qui était du trajet restant, il n'avait pas la moindre idée de sa destination finale. L'avenir le lui dira.

Le point de vue du Nara rejoignait plutôt bien celui de Kahei. Tout comme lui, il savait évidemment que la nomination du Shodaime marquerait les nuages, que ce soit en bien ou en mal. D'ailleurs, le manipulateur d'ombre souligna le fait que le dirigeant pouvait se mettre le peuple à dos si ses décisions ne lui convenaient pas. Le pire scénario possible. Non pas pour cet idiot se retrouvant au titre suprême, mais pour le village. Il y avait des tonnes de manières afin de faire entendre son mécontentement. Et même si les idées du chef n'étaient pas entendues par l'ensemble du village, il y aurait forcément des personnes dans son camp. Qu'est-ce que serait la suite ? Une guerre interne ? Du sang, juste pour mettre au pouvoir une autre personne ? Les villageois avaient intérêt de bien choisir leur meneur.

Il souhaitait aussi faire comprendre à Kahei qu'il avait vécu ce qu'il traversait aujourd'hui. Ce qui le différenciait des autres était finalement devenu un de ces points forts. Mais le garçon ne se retrouvait pas dans les paroles du Nara. Il ne voyait pas comment transformer ce qui lui portait préjudice en atout.

» La vie politique ? Non-non, je suis trop jeune pour ça. Plus tard, je ne sais pas. Ce genre de responsabilité m’intéresse peu. On peut influencer sur les décisions à venir. Et si ce n'est pas la bonne.. — Il marqua une courte pause. Celle-ci fut suffisante pour faire comprendre son raisonnement. Même si on ne validait pas la décision, en y participant on était aussi coupable que celui l'approuvant. » Vous avez l'air de connaître plutôt bien ce que pourrait entreprendre notre dirigeant. Je pourrais même croire que vous êtes candidat en réalité. — Une nouvelle pause marquée par un ricanement suite à sa remarque. » Je devrais peut-être vous laissez. Après-tout vous étiez sur le point de partir, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t25-metaru-kahei-terminee-et-corrigee http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo

Sam 8 Juil 2017 - 7:44
« Houla, tu es bien pragmatique Kahei. Mais bon, au moins tu as de la suite dans les idées et c’est assez encourageant pour la suite. Je suis certain que chaque candidat aura à l’esprit le savoir faire et la méthode qui seront nécessaire au bon déroulement du poste qu’il devra assumer. Une sorte de printemps Kumojin ne devrait pas voir le jour. Et si c’est le cas ne t’en fait pas, je m’assurerai personnellement de faire bouger les choses dans le bon sens hahaha. »

Dit-il tout en se levant lentement de sa chaise. Il était vrai par contre que même s’il avait dit cela en plaisantant, c’était tout à fait le genre de Seijiro d’agir pour le bien, pour la justice. Si le Raikage en place se posait plus comme un dictateur qu’un homme du peuple, il agirait pour le destituer, que ce soit par les paroles, ou par les actes. Le bien de son peuple et des Kumojins tout entier l’importait beaucoup. Il ferait tout son possible pour, si un printemps Kumojin éclatait, pour destituer l’ordre établi en faisant le moins de dégâts possible. Car si l’on cherchait plus loin, une guerre civile affaiblirait énormément les forces de Kumo qui s’entre-déchireraient les unes les autres, laissant alors la place aux autres grandes nations de venir finir ce que la guerre civile avait commencé : la destruction totale du village des nuage et l’annexion du pays de la foudre. C’était un destin que Seijiro voulait à tout prix éviter, et ce qu’importe les sacrifices à faire.

Se redressant donc de sa chaise, laissant ses cheveux blonds pendre dans le vide, il sourit en entendant la remarque que venait de faire le manipulateur de métal qui lui était encore assit. Il avait l’air de bien s’y connaître, oui effectivement c’était le cas, car le Nara aimait à s’occuper de la politique et des affaires de Kumo. A vrai dire, c’était un des seuls de sa famille qui faisait ça avec un grand plaisir non dissimulé. Il ramassait ses livres avant de prendre une grande inspiration. La dernière phrase de Kahei le fit exploser de rire, si bien qu’il se prit une remarque des gens qui travaillaient ou lisaient tranquillement sur les tables adjacentes de la sienne. Il n’était pas exactement candidat, mais il y pensait fortement. Il prit ses livres sur la table avant de poser sa main sur l’épaule de Kahei, une petite tape amicale pour signifier qu’il partait avant de faire quelques pas en direction de la sortie de la bibliothèque.
« Hahahaha ! Moi candidat ? Pourquoi pas ? »

_________________



◊ Connais ton ennemi et connais toi toi-même; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux.
◊ Si tu ignores ton ennemi et que tu te connais toi-même, tes chances de perdre et de gagner seront égales.
◊ Si tu ignores à la fois ton ennemi et toi-même, tu ne compteras tes combats que par des défaites.
Sun Tzu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t85-nara-seijiro-100

Le Savoir, c'est le Pouvoir [feat. Kahei]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Grande Bibliothèque
Sauter vers: