Derniers sujets
» Autour des braises // Watari
Aujourd'hui à 3:17 par Hoshino Watari

» Aller à l'essentiel
Aujourd'hui à 3:09 par Metaru Shūuhei

» Sora Uchiha (en Cours)
Aujourd'hui à 2:57 par Borukan Akimoto

» [Koga Kiseru] Un errant à Iwa et dans un Cofee Shop - Libre
Aujourd'hui à 2:26 par Hyûga Sanadare

» Oui ?... Oui ! (w/ Tsunechika)
Aujourd'hui à 2:10 par Seisui no Seifukusha

» 1/08. La manipulatrice
Aujourd'hui à 2:06 par Suzuri Kyoshi

» Question de coïncidence ; Sazuka
Aujourd'hui à 2:04 par Ikeda Sazuka

» Le bon et la brute [Shukiki S.]
Aujourd'hui à 2:02 par Metaru Nué

» Reiji / RP.
Aujourd'hui à 1:37 par Goketsu Reiji

Partagez | 

shark's jaw and magpie's tail ♛ Kirigakure no Kasanagi


Lun 18 Sep 2017 - 15:29

« Making a secret society expose their purpose, making 'em unleash info and explode in my surface »


Si Kirigakure no Satô avait oublié la présence dans ses rangs de l'homme pourvu de crocs osseux, la réciproque n'était pas floue et même avérée fausse. Le shinobi était de retour parmi les siens avec beaucoup de choses à raconter et aussi d’événements à éclipser, passer sous un silence qu'il n'aurait aucun mal à tenir. Mais certains entre les murs de la cité brumeuse bénéficiaient à ses yeux saphir de permissions moins étroites ; en somme d'un régime de faveur.

Au sein de cette caste chère à ses yeux, deux se démarquaient par leurs liens de sang avec le Torrent ; son demi-frère tout d'abord, puis sa progéniture qui se voyait surnommée la Pie du Brouillard, Tetsuko.

C'est à la recherche du gamin dont il était le filleul qu'il se lança donc, son simple uchigatana à la ceinture, voguant dans l'enceinte de cette civilisation qui n'avait pas encore atteint sa première décennie, bien décidé à avoir une discussion avec lui ainsi qu'un topo de ce qu'il avait raté pendant son errance.

Certes, on lui avait déjà servi des détails mais il fallait à la Bête un appui à ces dires par une personne qui lui semblait digne de confiance, et qui de mieux que Kasanagi avec qui il partageait une relation parfois conflictuel mais au demeurant franche et exempte de toute trahison ou mensonges.

Il connaissait les lieux préférés du manieur d'Hiramekarei et il se mit donc à vadrouiller vers chacun d'eux. D'abord, il passa devant le dojo des Épéistes dont les portes étaient fermées. Après avoir frappé vigoureusement et n'ayant aucune réponse, il abandonna l'idée. Son regard d'un bleu mordant sur les kanjis de la devanture, il ne pouvait s'empêcher de penser à son bien perdu. De la mélancolie naissait en son sein, autant qu'une colère tacite dirigée vers lui et ses mains couvertes du sang de son détracteur, ce qui n'avait pas suffit à la récupérer.

Après un soupir, il alla donc vers le second endroit le plus logique, le terrain d'entraînement du père et du fils où l'homme à l'armure apprenait parfois à son marmot les choses élémentaires à ses yeux, parfois de façon brutale, même pour le Jônin prospecteur.

Finalement, au loin il put discerner la forme de ce petit haori bleu imprimé de magatamas couleur nuit. Aucun doute, c'était bien lui qui agitait la limande-sole avec une vigueur qui l'impressionnait presque. Le Chûnin avait fait du chemin depuis leur dernière rencontre et les événements qui l'avait marqué l'avaient rendu indubitablement plus fort.

« T'as les boules contre quelqu'un pour agiter Hira' avec autant d'insistance ? Allez viens dire bonjour à ton parrain. »
 
Il manifesta son contentement par un large sourire bien que soucieux de l'intrigue dans laquelle était fourré le fils de Gattsu, continuant d'approcher.

« Ton allumé de vieux est pas dans les parages ? Faut que vous me teniez à jour, j'ai dû en rater des choses. »




Dernière édition par Kyūryū no Hanzō le Jeu 21 Sep 2017 - 4:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Jeu 21 Sep 2017 - 0:53
...


Chaque mouvement était synchronisé avec le kiai intense et agressif du Yuki. À chacun de ses gestes, c'était la terre qui supportait sa rage et l'air qui éprouvait les tranches de sa large lame. Sa transpiration s'insinuait dans l'atmosphère et trempait le sol. Comme à son habitude, il n'était pas question de lésiner. Il manquait de vitesse, il n'avait pas de force, ses réflexes n'étaient pas aiguisés, il était faible. Alors il s'entraînerait jusqu'à ce que le sang coule, et même plus. Il n'était plus question d'avoir des limites, lorsque ses muscles brûleront, il en fera plus, lorsque ses bras tomberont, il en fera plus, et lorsqu'il tombera inconscient et anéanti, il se rélevera de plus belle.

Plantant son poids aiguisé dans le sol, il était l'heure de varier les plaisirs. Squat ! Saute ! Grimpe ! Lance ! Soulève ! Les larmes en tomberaient presque tant son corps criait de souffrance, néanmoins, le jeune ne s'arrêtera uniquement lorsqu'il ne sentira plus une once de douleur le parcourir... et encore. Pour Kasanagi, le sens de la vie est de toujours rester affamé. Le but de cette chienne de réalité n’est pas seulement d’exister, de survivre, mais d’avancer, de monter, de conquérir. Il n'était pas question en cette journée de s'exercer pour le village, pour les beaux yeux de Shiori ou pour une idée de vengeance, non, aujourd'hui il le faisait pour lui.

Reprenant Hiramekarei de plus belle, se réappropriant son mouvement vertical une voix familière vint briser l'inconscience volontaire qu'il venait de mettre en place. Serait-ce... Car oui, en ce jour commun, vint un événement peu commun. L'oncle était de retour.
« ONCLE BÂTARD ! »
Rares étaient les moments où on aurait pu voir le visage de Kasanagi dessiner une trogne si enchantée. Relâchant l'amour de sa vie qui reprenait racine dans le sol, c'est une accolade franche et robuste qu'il partagea avec le Torrent qui était de retour avant de répondre à sa réplique.
« Je pensais justement à comment en finir en un coup avec un Kaguya un peu trop bavard ! Quel bon vent t'amènes ? »
De la familiarité, une attitude de bon vivant, il n'était plus l'heure de jouer le Sabreur Ténébreux ou le puceau fragile, non, la Bête Bâtarde est de retour et mérite mieux qu'un adolescent pré-pubère en quête d'identité et de sensation. Il aurait aimé profiter de cet instant de gaieté, seulement vint le temps de la question fatidique. Aucune émotion particulière ne prenait alors position dans l'esprit de la pie, il avait fait son deuil il y a de cela plusieurs semaines malgré le manque de certitude à ce sujet. Et c'est donc avec une expression peinée qu'il fit comprendre d'un signe de tête la situation inquiétante du père.
« Je préfère me dire qu'il s'en est allé chasser la gueuse dans une autre contrée... »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Jeu 21 Sep 2017 - 1:50

« Making a secret society expose their purpose, making 'em unleash info and explode in my surface »



C'est tout teinté de la sueur si commune à l'entraînement que le jeune manieur d'Hiramekarei vint l'éteindre avec autant de virilité qu'un jeune homme de sa carrure était capable. Il l'accueilit avec tout autant d'entrain, passant son bras autour de ses épaules sans perdre son sourire d'un blanc cristallin. Les liés par le sang, bien que de deux lignages différents au niveau clanique, paraissaient bien heureux dans ce moment éphémère et pourtant si important pour l'un comme pour l'autre. Il lui avait manqué, indubitablement.

Un œil sur l'épée qui tenait droite dans le sol sous son propre poids, il pouvait sentir le parfum musqué de sa chair, presque occupé d'idées qu'aurait eu un paternel.

« Tu m'as l'air assez vif pour fendre quelques crânes, Tetsuko-kun. Haha »

Il ne le sous-estimait pas, après tout il partageait son sang et quelques parties de son anamnèse, il ne serait donc pas étonnant de le voir capable de fracturer les os de l'espèce réputée pourtant d'une solidité extraordinaire, même si en analysant le peu qu'il avait vu, Kasanagi avait encore un long chemin à parcourir.

« Faut croire que la Brume me manquait. Ou peut être ses femmes. Ou un neveu frêle qui aurait bien besoin d'être guidé ? »

Il émit un petit rire guttural en relâchant le corps de son cadet, laissant de la proximité entre eux. Il paraissait content de voir son oncle et c'était réciproque. Mais le ton vira peu à peu au déconfit quand il en vinrent au sujet épineux du Berserker à l'Armure.

« Ça ne serait pas si étonnant. Soit, qu'est-ce que tu racontes ? J'ai raté quoi depuis mon errance ? »

Faisant craquer sa nuque dans un bruit qui aurait glacé le sang d'une personne fragile, il ne lâchait pas du regard le jeune homme, bien curieux de savoir ce qu'il avait raconté et prêt à écouter tout ses mots.






Dernière édition par Kyūryū no Hanzō le Jeu 21 Sep 2017 - 4:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Jeu 21 Sep 2017 - 2:23
...


On aurait pu croire à une pièce de théâtre tandis qu'ils vaquaient à s'échanger des répliques toutes aussi béates que les autres. Cependant, si les quelques premières palabres qu'ils avaient pu communiquer relevaient bel et bien d'une allégresse partagée, ils avaient choisis de rapidement prendre la voie des mauvais songes et des noires nouvelles. À peine retrouvés, les voilà déjà plongés dans les affaires familiales, à tenter d'élucider un mystère et d'entrevoir les péripéties infectes qu'avait pu connaître Kasanagi durant son absence.

Lui agrippant l'épaule d'une poigne endiablée, il aurait aimé lui attraper le cou de son bras afin de l'astreindre à le suivre et instaurer un climat bon-enfant. Néanmoins, il lui manquait encore une bonne tête pour cela et il n'était guère certain de pouvoir atteindre sa taille un jour. Un signe de tête et il était l'heure de faire une petite marche afin que le Chûnin se détende les muscles et qu'il puisse évoquer dans un cadre apaisé le récit que son oncle eut manqué.
« Si tu savais ojisan'. Ce village, à peine construit a déjà connu une époque, troublée dirait-on. Il faudrait bien plus qu'une petite balade forestière pour que je puisse t'étaler mon récit. J'ai connu les geôles, l'arène et le sang. Mais qu'importe, j'y viendrai. Avant de sombrer dans mon conte, il faut déjà que tu sois tenu au courant d'un élément fondamental qui risque de t'intéresser. »
Tirant son haori volontairement bien trop grand, il laissait dès lors à la vue de son oncle son bras totalement découvert. En outrepassant la vision d'un nouveau tatouage signataire d'un kuchiyose, le Torrent pouvait se rendre compte du #2 qui était gravé à l'encre sur le dos de la main du neveu.
« Il se peut que je n'aie plus de père, néanmoins maintenant, les Sabreurs ont une Confrérie, mais ça, tu le savais déjà non ? »
Un regard de défi était partagé entre les liés par le sang. Il n'était pas sot, Kasanagi pouvait entrevoir la réelle motivation qui avait poussé l'individu aux cheveux azur à replonger dans la brume. Il avait plusieurs raisons à avoir dérobé le titre de Gardien du Grand Dojo, et une de ses motivations se trouvait juste à ses côtés à cet instant-même. Un fin sourire aux lèvres, il conjecturait un avenir belliqueux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Jeu 21 Sep 2017 - 4:26

« Making a secret society expose their purpose, making 'em unleash info and explode in my surface »



Le gamin était perspicace et comprit bien vite où voulait en venir son aîné lorsqu'il se mit à avancer vers le centre du terrain tout en commençant à mouvoir ses lèvres pour lui conter dans un premier temps un résumé vague et concis qui attisa les flammes d'une curiosité de parent comme de shinobi. Il avait beau avoir aidé à fonder cette grande cité, son intérêt personnel dans la traque de Samehada et son chapardeur fut une raison suffisante pour l'en éloigner assez longtemps pour qu'il en rate beaucoup. Trop.

Cependant il était là désormais, bien réel, ses pieds sur ce seul meuble à qui il avait offert trop de gorgées de sang, assez pour abreuver son ire et permettre l’ascension de la belle Brumeuse. Le souffle de Kanasagi avait retrouvé de son calme et il fut donc écouté sans être coupé.

« J'ai cru comprendre qu'un Shodai avait été élu effectivement. Tu as raison ce n'est pas le moment pour un cours d'histoire, nous aurons tout le temps pour ça plus tard. Je t'écoute, otōto. »

Avant qu'il ne se soit mis à parler encore, il put remarquer plus clairement ce qu'il avait déjà décelé alors que le chérubin maniait sa briseuse d'os. Sur le revers de sa main gisait-là un numéro encré à jamais sous son derme prenant la forme de « Deux ». Était-il le second ? Voilà qui était fâcheuse sur une échelle de puissance. Directement, Hanzô s'imagina le premier et lui-même allant s'enquérir de le dénicher pour tester son potentiel, si tant était qu'il fut effectivement supérieur à son cher neveu.

« Va savoir, on finira bien par tirer cela au clair. Il est vrai que j'ai appris aussitôt arrivé par Dosan l'existence d'une telle guilde. Mais toi, intégré dans un groupe ? C'est presque surnaturel. Et ce numéro... »

Il s'esclaffa doucereusement pour marquer son étonnement, lui qui pensait que le louveteau resterait un solitaire ad vitam eternam vu ses manières féroces et s'interrogea autant sur qui pouvait bien assimiler dans une meute le jeune prodige.

« Tu connais ma prochaine question, Tetsuko. »

Il émanait d'un sérieux palpable, comme si le bleu cyan de ses yeux venait de virer au noir orageux. Si ils étaient lesdits Sabreurs, s'ils avaient unifiés les porteurs, alors il y avait une chance, maigre, qu'elle soit là. Depuis quand, combien de temps étaient passées, lui au loin à chercher son bien qui l'attendait dans son foyer ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Jeu 21 Sep 2017 - 22:22
...


Guilde ? Il n'aimait guère ce mot, et à vrai dire, le terme de "Confrérie" non plus n'était pas de son goût. Peiné, il repensait dès lors à ses débuts dans le village. A son envie de fracasser un village à peine construit et à son aspiration à conquérir toutes les épées légendaires de l'archipel. Un moment de pause, il en avait besoin pour démarrer son conte, d'une voix peinée.
« Tu te souviens de ta leçon ? Nous parlions de prédation et tu m'as sorti quelque chose du type : Les prédateurs les plus efficaces ne sont pas nécessairement ceux qui se jettent sur leur proie pour la capturer de force. Ils la traquent, l’appâtent et parfois la séduisent. J'ai cru bon à tenir ton conseil le jour où j'ai participé à la création du groupuscule, je me sentais fier, rusé comme un loup, malin comme une pie, pour qu'au final, je rejoigne de moi-même le troupeau. Et me voilà ici, à errer parmi les moutons et les poules, à me morfondre dans leur quotidien, à en perdre mon appétit sauvage. J'ai été faible, mais paradoxalement, ça me convient très bien. »
Malgré ces mots, demeurait dans l'esprit du Chûnin un vide inexplicable et inextricable. Il se sentait comme émasculé, nostalgique du temps où il avait encore des crocs. Qu'est-ce que le monde ? Une compétition de dents et d'estomacs. Soit on est mangeur, soit on est le mangé. L'univers ne connaît pas d'autre loi, il nous propose deux places, prédateur ou proie, deux positions aussi instables qu'interchangeables, malheureusement. Il avait envie de retrouver le goût du sang, de se repaître de la chair de ses ennemis, de les voir le supplier quand il leur arracherait leurs bourses et leurs biens. Le jeune homme voulait se délecter de nouveau d'opulence du crime bien fait, du brigandage propre et de la béatitude de voir sa collection de trésors grandir à perte de vue. Mais triste était le sort, la pie avait perdu ses ailes dans sa chute et devait à présent se contenter d'errer parmi les insectes.

Tsss Cliquant des dents, il exprimait sa désapprobation interne, le signe de son échec. Néanmoins, il suffisait juste de quelques mots pour que le neveu retrouve un intérêt à la situation.
« Tu connais ma prochaine question, Tetsuko. »
Alors voilà qu'il a perdu le sourire et qu'il en a fini avec les faux-semblants ? Un sourire perverti par le goût du défi, la pie badinait sous l'horizon de sa déclaration.
« Ne t'en fais pas, Samehada est dans notre dojo, à l'abri des fripons. Ne compte même pas t'infiltrer dans ma demeure, on a déjà tout prévu à ce niveau. Pour regagner ton bijou, il n'y a qu'une seule voie possible, tu devras prendre ta place dans la confrérie en te soumettant à l'avis des élus spadassins. Mais avant ça, tu devras affronter le maître des lieux, le Gardien. Tu le reconnaîtras aisément, c'est.. »
Son bras se relevait dès lors tandis qu'il refaisait face au maître d'armes. Sa main venant bercer la quasi-totalité de sa face, seul un œil et un fragment de son sourire stridents demeuraient apparent alors qu'il reprenait parole. Il souhaitait redonner la possibilité au Kaguya déchu de pouvoir contempler de nouveau l'encre chiffrée de sa dextre.
« C'est ... le #2. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Jeu 21 Sep 2017 - 23:26

« Making a secret society expose their purpose, making 'em unleash info and explode in my surface »





Les rôles étaient inversés et ce fut le plus jeune qui se mit à baratiner sur le passé comme l'aurait fait un ancien à sa progéniture sous l'oreille attentive d'un Hanzô particulièrement calme et contenu, intéressé de surcroît par les aventures et les métaphores de Kirigakure no Kasanagi dont il avait perdu le fil au gré de ses voyages, perdant le contact familial pour gagner un savoir sans prix. Tsuchi no Kuni, Kaminari, toutes avaient été foulées, ses gens affrontés et même s'il n'était pas allé jusqu'à fouler les villages cachés le Torrent avait pu se faire une idée des engeances de ce monde. Parmi toutes, il n'en restait pas moins aussi intéressé par la sienne ; son sang.

« Je m'en souviens. À l'époque tu me semblais bien différent et pourtant t'avoir en face me laisse interrogatif, je sens toujours cette même flamme inhérente aux nôtres qui brasille et vibre en toi. Si tu en es venu à appliquer mes enseignements, tu sais aussi qu'il n'y a de nature changeante. Un loup restera un loup, le requin un requin. Lui couper une patte ou lui arracher une dent n'en fait pas une autre créature. Toute blessure se soigne et tu sembles oublier que même au sein des inférieurs, le prédateur peut prospérer. Tout ce que tu as à faire, c'est chercher ailleurs sans oublier ce que tu dois, et à qui. »

L'appel de Tetsuko, il l'avait bel et bien reçu. Ce vide, il l'avait comblé en partant voguer vers d'autres horizons et il avait retenu de ses expériences de quoi guider les mâchoires d'un animal cru pris au piège. Tout ce qu'avait à faire le Chûnin, c'était de s'octroyer le droit, d'assimiler ses devoirs à la Chose qu'il était. Sombres penchants partagés dans un regard qui en disait long, loin des voiles qu'on met entre les inconnus pour masquer une nature honteuse. Du même bois, de la même veine. Différents, mais complémentaires.

« Soka... Je m'en doutais un peu, tu confirmes donc. N'aies crainte, je ne viendrais pas vous dépouiller comme des malpropres, j'ai trop de respect pour l'institution qu'un des miens s'est efforcé de bâtir. »

Il infirmait la thèse du vol, et pendant toutes ces années il n'avait jamais menti à son neveu. Pas de raisons de commencer. La nouvelle d'un affrontement avec le Yuki possesseur du titre de Second fit apparaître une rayure sur son visage opalin et l'excitation d'un combat à venir, avec enjeu, était palpable. Ce serait l'occasion de le tester dans des conditions presque réelles bien qu'encore mystérieuses.

« J'ai hâte de voir ce que vous valez en jouant de concert toi et Sole-Limande, Tetsuko. J'espère que tu t'es armé de ton plus beau requiem car ton oncle est venu pour danser. »

Sourire carnassier au coin des lèvres, il exprimait à son interlocuteur ô combien il était pressé, ô combien lui aussi était pourvu de la soif intarissable de prouver une valeur pourtant acquise et connue de tous. Il viendrait pour lui, même si pour l'heure, il n'était pas temps de se battre.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Ven 22 Sep 2017 - 2:33
...


Admiratif était le neveu devant l'oncle. Cette éducation, ce sens des principes et des valeurs, voilà ce dont il avait besoin. Lui qui vaquait dans ces brumes seul s'était accoutumé à la compagnie de personnes toxiques et néfastes. Cette remise en question, ce discours inspirant s'insufflait en lui comme un air revigorant. Quelques mots n'iraient pas changer sa vision pessimiste de sa propre situation, mais qu'importe, le principal était qu'il avait en Hanzô un soutien indéniable qui consolidait ses choix et qui donnait de la pertinence au changement du jeune Yuki. Un seul mot dévoile un caractère aux yeux d'un observateur. Il avait beau être connu dans l'archipel pour les récits sanglants qu'il crée dans son sillage, il en restait que son discours était tout sauf chaotique. Il maniait les mots avec une agilité particulière pouvant totalement changer le fond grâce à la forme. Même si Samehada était absente, il est restait bel et bien équipé d'une épée à la place de sa langue, aussi affûtée que souple. Elève tes mots, pas ta voix, car c'est la pluie qui fait pousser les fleurs et non le tonnerre. Il contait intérieurement les maximes du Torrent qui refaisaient surface une à une. Là la beauté des mots, ils ont une histoire, ils ne tombent pas de notre bouche comme un œuf du jour, car, en effet, la vie a beau être moche, ce sont les souvenirs qui lui donnent du charme.

Se réapproprier le temps perdu est un passe-temps allègre, mais tout autant distrayant, il n'était pas l'heure de tourner autour du pot, un sujet piquant était sur la table.
« Chacals et chacalettes ont déjà voulu croquer dans la galette mon oncle. Tu ne feras pas exception, tu le sais. Je ne suis plus l'enfant lutin qui jouissait d'une dague comme d'une claymore. Donc, oui, prépare ta robe ma mignonne, car demain, tu valses ♫. » répliquait-il en mimant des claquettes.
Empoignant son épée, il la tendait vers le ciel, non sans intention de démontrer sa nouvelle force qui, bien encore trop faible pour pouvoir prétendre à être un digne héritier, restait tout de même glorifiant pour un jeune homme non gâté par la nature.
« J'espère que tu me donneras de quoi me mettre sous la dent, les vrais défis se font rares ces derniers temps. Le fait de te voir sans ton squale sera aussi pour moi l'occasion de tester les nouvelles capacités des jumelles face à autre chose que des mannequins dociles. »
Il faisait ici référence à la faiblesse naturelle dont faisait preuve Hiramekarei face à sa cousine vorpale. Cet aspect déplaisait au jeune Yuki qui avait compris il y a de cela plusieurs lunes qu'il n'aurait jamais aucune chance en situation réelle face à la Bête s'il était accompagné de l'autre bête. Mais le sort fut clément envers Kasanagi, car voilà que le seul artefact au monde capable d'annihiler son pouvoir était aux mains de son lié par le sang. Il n'y avait aucun doute à ce niveau, aussi bien par la famille que par les épées, ces deux-là faisaient la paire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Dim 24 Sep 2017 - 0:45

« Making a secret society expose their purpose, making 'em unleash info and explode in my surface »





Ses mots avaient eu l'impact escompté, il pouvait le voir à la façon qu'avait le visage de Tetsuko d'exhaler de cette naïveté enfantine, balafrée d'une maturité qu'il avait acquéri au même âge. Sur ce plan, ils étaient les deux faces d'une même pièce que le temps s'amusait à tourner entre ses phalanges, tombant souvent mais revenant toujours entre le majeur et l'index. Une main pleine de dextérité. Une main qui voulait les aider mais qui les punissait souvent en leur retirant ce qu'ils aimaient pour leur rendre plus. Ou moins.

Cette fois elle leur avait rendu leur lien si fort, qui ne se désagregea pas le moins du monde malgré la distance, faisant mentir au passage l'adage. S'il avait été une femme, Hanzô aurait serré ce bout d'homme entre ses bras pour le rassurer. En tant que personnification paternelle, il se contenta de lui adresser un regard plein de fierté à l'énonciation de ses mots et de son défi. Il n'aurait pas pu lui faire plus plaisir qu'en le challengeant de la sorte, réveillant en lui la Bête qui n'avait point besoin d'être reliée à son épée vorpale pour exister en lui. Car au fond de son être un prédateur bien plus aguerri et mesquin que Peau de Requin avait élu domicile, l'un de ceux qui nagent en eaux profondes et chassent les plus grosses proies. Ceux dont la mâchoire est pourvue de tant de rangées de crocs qu'on les pensent inutiles ; jusqu'à qu'elles nous marquent ardamment.

« Compte sur moi pour foutre mon p'tit bordel, continuer l'vacarme sans ramener d'arme. Prêt à faire péter l'thermomètre ? ♪ » Il citait les mots de son père comme des maximes pleines de sagesse, pour lui rappeler leur lien. Pour illustrer le fait qu'Hanzô comptait bien montrer le fossé au jeune loup, lui donner encore plus faim d'augmenter son potentiel déjà bien révélé au grand jour.

Les yeux rivés sur Sole-Limande qui jouissait des rayons du soleil pour mettre en valeur son métal percé par deux fois au bas de la large lame. Il lui rappelait lui-même à son âge, s'évertuant à agiter Samehada pour se prouver inconsciemment ô combien il était capable à cette tâche qui était la base de la 'relation'.

« Je suis bien curieux. À propos des jumelles... As-tu tissé ton lien avec elle ? Tu sais que chaque épée des Sept à son âme, Tetsuko ? Ou ne t'a-t-on rien révelé pendant mon absence ? Connaître le nom de quelqu'un ou quelque chose n'est en soi foncièrement pas connaître ladite chose. Et si tu n'établis pas ce lien, alors tu ne vaux pas plus qu'un samuraï qui manie le simple acier. Si tu savais ô combien cette facette est importante. Pour l'heure tu te bats seul.. Mais ça peut, et ça va changer. »

Il lui sourit. Il implicitait son aide mais aussi celle de Sole-Limande qui devait être bien triste que son propriétaire la pense muette, et incapable de ressentir. Hanzô ferait son travail, Kirigakure no Kasanagi deviendrait plus fort que lui, il en était sûr. Car il avait un senseï qui était rongé par l'envie de le voir dépasser toutes limites connues.






Dernière édition par Kyūryū no Hanzō le Mer 27 Sep 2017 - 20:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Mer 27 Sep 2017 - 3:11
...


Hehe. Peu d'hommes pouvaient se targuer d'avoir l'assurance et la présence du Torrent. Ils n'étaient pas de ceux qui, orgueilleux à l'extrême, gonflaient leurs mots afin de maintenir leurs fragiles images de soi. Non, chacuns de ses morphèmes étaient ancrés à la réalité. Si un jour, il mouftera qu'il réduira à feu et à cendre un pays, le daïmio de la dîte contrée a tout intérêt à fortifier ses remparts s'il ne veut pas payer l'erreur de ne pas avoir eu foi en la volonté de sa puissance. Il sera donc au rendez-vous. Les pulsations se faisaient de plus en plus grande tandis qu'il visionnait déjà la rixe en tête. Seulement, son imagination n'alla pas très loin. Bien que lié par-le-sang avec l'individu, il en demeurait ignorant quant à ses réelles capacités et la limite de sa force. Toute sa vie, il l'avait perçu, à l'image de Gattsu comme le plus haut pic de ce monde qu'il se devait de gravir. Un Dieu doté d'une toute-puissance qu'il se devait de conquérir un jour. Sourire nerveux, œil aiguisé, pas de doute, la pie était impatiente.

Soudain, un changement de sujet.
« Mon lien avec les jumelles ? »
Bien que les mots du Jônin ne sonnaient pas non plus creux dans la tête du neveu, il demeurait cependant confus face à de telles palabres. À ces yeux, Hiramekarei ne pouvait être considéré comme l'égale de l’Épée vivante. Kasanagi n'irait pas jusqu'à dire que l'épée n'est qu'un simple outil, néanmoins, lui attribuer une conscience était un concept qu'il n'avait, au-delà de ses songes enfantin, jamais appréhendé. Il contemplait l'épée-double avec un regard inquisiteur, comme s'il tentait de découvrir une facette qu'il n'avait jamais pu discerner.

Simple métaphore ou réel conseil, le jeune demeurait perplexe quant aux derniers mots de l'oncle. Il ne savait guère définir s'il parlait de manière littérale ou s'il lui commandait simplement d'exceller son kenjutsu au point où, symboliquement, il ne ferait qu'un avec la lame.

Néanmoins, une idée persistait à lui trotter en tête. Il était assailli du songe plaisant de conjecturer que la lame avait bel et bien une âme, un esprit, et que par-delà sa simple faculté de façonner le chakra, cet acier abritait une entité qui pourrait combattre à ses côtés.

À la fois intrigué et stimulé, c'est de nouveau un regard de défi qui transperçait la Bête Bâtarde.
« Apprends-moi, je veux tout savoir. »
Il avait faim de connaissance. Habité de cet objectif insatiable et perpétuel de la puissance infinie, la conquête de la sole-limande représentait à ses yeux une marche plus de plus qu'il allait dominer. Il n'était pas question de rechercher un ami dans son fer, de faire copain-copain avec un esprit afin d'invoquer le pouvoir de l'amitié en combat. Non, non, non, il était trop peu crédule pour ce genre de futilités. Si Hiramekarei était réellement investi d'une présence, il la séduirait, l'apprivoiserait pour finalement faire d'elle sa chienne de guerre qui lui permettra d'absoudre n'importe quel champ de bataille. Tel était le crédo du louveteau : Pourfendre quiconque en viendrait à croiser sa route.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Mer 27 Sep 2017 - 21:50

« Making a secret society expose their purpose, making 'em unleash info and explode in my surface »




Visiblement ses propos avaient touchés le jeune Kirijin et comme il s'y attendait personne ne lui avait enseigné ce que Daisame avait passé la plupart de ses années juvéniles à lui inculquer aux cours de longues séances. Cela signifiait-il que tous les Sabreurs de la Confrérie ignoraient aussi ce point ? Lui avait été formé pour au final les manier toutes mais seul les deux Épées Poissons étaient moins drapés de mystères, faute à un maître qui les avait cotoyées toutes deux. D'entre ses dents pointues il avait acquis un savoir centenaire remontant à une époque où même les Hommes les plus aguérris n'avaient aucune idée du chakra et son maniement, un comble quand on savait le pouvoir de Peau de Requin sur ce dernier.

Tetsuko semblait s'interroger, à raison, sur ses palabres qui semblaient venu d'un vieux conte, et pourtant. Il avait pu en vérifier chaque mot. Pour s'assurer de la véracité de ses mots, il tendit une main amicale vers le manche de Hiramekarei et son neveu ne se gêna pas pour la lui présenter, manche vers lui, ce dernier vite saisit par sa poigne. Le chakra du Torrent investit dans le fer à une vitesse vertigineuse qui prit la forme d'un long serpent aux formes peu tracées n'apparut que quelques secondes et pendant ce laps de temps, il ferma les yeux et murmura des mots que lui-même ne pouvait entendre. À la suite de ces derniers, le phénomène s'arrêta mais tira avant cela un grand sourire sur son faciès délabré d'une demi-mâchoire osseuse.

« Elle semble t’apprécier. Mais elle ne parlera qu'à son porteur. » Il taquinait le garçon en portant son sourire vers lui, conscient de ses attentes qui se traduisirent par une prose lancinante et une moue pressée. La fougue de la jeunesse.

« Tu vas bien vite en besogne. Tu auras l'enseignement que tu mérites,saihyou. Ce sera dur, tu échoueras, mais fais-moi confiance. Si tu es bien de mon sang, tu peux croire que tu manieras Sole-Limande comme il se doit avant que le prochain hiver n'arrive. »

Comme si le temps était une monnaie dont il disposait à son gré, il rendit le regard de défi à l'éphèbe avec hâte de le voir se débattre dans des problèmes métaphysiques qu'il avait lui-même traversé.

« Vu que tu as l'air pressé, commençons par les bases. Met toi en seiza et coupe ton ouï, ton goût, ta vue... Il ne doit te rester que le toucher. Sens Hiramekarei, et une fois que tu arriveras à ce que je désire, nous passerons à la prochaine étape. » Sans demander son reste il posa les genoux à terre, face à la Pie. « Plus que ton chakra, tu dois lui faire parvenir une idée claire et nette. Quelque chose qu'elle peut partager et comprendre ; si tu y arrives, nous devrons quitter les frontières de Kirigakure no Satô pour un lieu spécial et passer à la suite. »






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Dim 1 Oct 2017 - 2:32
...


Un voile de mystère survolait l'espace tandis que le Chûnin prenait compte de la situation. Elles communiquent ? Hirame et Karei sont vivantes ? Il avait, de par la foi qu'il détenait envers son oncle, maintenant la certitude que l'épée vivante était belle et bien vivante. Reprenant son fer en main c'est avec une expression béante qu'il restait fasciné et frisonnant derrière la nouvelle. Un soupçon de honte demeurait cependant ancré à l'esprit du jeune Yuki. Après toutes ces années, comment ai-je pu passer à côté de cela ?

Il s'en rendait compte dès lors, au fond de lui, cette nouvelle n'en était pas une. Voilà plusieurs années qu'il vivait aux côtés des jumelles et qu'il les traitait telles ses sœurs, ayant même pris l'habitude d'invoquer leur nom et de déclarer son commandement vocalement, ce qui lui a d'ailleurs valu sa défaite au Grand Dojo il y a de cela quelques semaines. Dès lors, tout prenait sens. La nécessité de les sentir auprès de lui en permanence, ces voix inaudibles lui procurant des conseils quant à la maîtrise du fer, ce savoir d'origine inconnue quant aux capacités propres de la sole et de la limande, de leur réserve, de leur limite.

Abasourdi par cette révélation, il prenait dès lors conscience de la réelle portée des mots de son oncle, qui venait de prendre racine au sol.
« Ojisan', il n'avait jamais été question de les faire parler. Je m'en rends compte à présent, elles ont toujours été là, elles m'ont toujours porté mot à l'oreille, j'étais simplement... hermétique ... assourdi. »
Dès lors cette confession attristée, aux yeux du Chûnin, les sœurs océanes perdaient leur considération d'arme pour s'élever en réelles entités. Portant l'oeil sur l'homme en contrebas, il signifiait d'un signe de tête un refus. Il ne s'assiérait pas, le plan était déjà dicté et tracé. Les deux manches tenus fermement, la lame trouvait repos à la verticale dès lors sur le front de Tetsuko qui récitait dès lors une complainte qui trouvait son origine dans l'imaginaire inconscient et brumeux de la pie. Là était le point de rencontre entre l'épée et son épéiste, là se trouvait l'interface de leur relation, un monde déconnecté de tout ancrage terrestre.

Perdu, j'ai un peu l'impression d'être un enfant perdu, juste un peu...
Tout a beaucoup changé, je n'ai pas aimé toute cette douleur...
Perdu, troublé, beaucoup de choses sont difficiles à accepter...
Et pour cela, tout a changé, je pensais pouvoir supporter la douleur...

Perdu, j'ai un peu l'impression d'être un enfant perdu, juste un peu...
Tout a beaucoup changé, je n'ai pas aimé toute cette douleur...
Perdu, troublé, beaucoup de choses sont difficiles à accepter...
Et pour cela, tout a changé, je pensais pouvoir supporter la douleur...

Rien n'est parfait...
Rien n'a d'explication...
À l'exception de vous, mes sœurs...
Votre frère est de retour...
Ô grand jamais vous ne me quitterez...
Pour l'éternité, pour l'au-delà, je serai vôtre, vous serez mienne.

Les rouages de temps suspendaient dès lors leur activité cyclique le temps d'une escapade spirituelle. La pie voguait dans les méandres de son âme, jacassant son ode à la réunion avant de finalement apercevoir au loin deux formes, qui, malgré leurs silhouettes trop lumineuses laissaient apparaître les traits de deux femmes qui demeuraient, les bras tendus dans l'attente de l'aboutissement de plusieurs années de solitude. Habillant l'atmosphère d'une flopée de plume, c'est de ses deux ailes à l'envergure démesurée que le corvidé vint à la rencontre des jumelles, entrelaçant leurs galbes, ceinturant leurs tailles, et venant les accueillir dans la douceur de son manteau. Miennes.

Réveillé, troublé, ce sont deux grands yeux écarquillés qui vinrent baigner l'oncle d'une pincée d'ambition.
« Ojisan', j'en veux plus. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Lun 2 Oct 2017 - 22:25

« Making a secret society expose their purpose, making 'em unleash info and explode in my surface »




Son plan avait l'air de marcher. Le turbulent sabreur s'était fondu en une masse nette et claire au milieu du terrain d'entraînement dans une prière qu'il savait technique et peu simple à mettre en œuvre, dans laquelle il semblait oeuvrer pour le mieux. Dur pour lui de se rendre compte à quel point il était dans le vrai, mais au moins il n'avait pas essuyé le même refus catégorique que Hanzô. Sa première fois avec Samehada lui avait valu des écailles sous la peau, un amour propre bafoué et une peur grandissante dévorant son estomac. Des deux sœurs, l'une semblait plus tempérée et magnanime que l'autre ; car Samehada arrachait et tranchait là où Hiramekarei pouvait devenir une entitée à part entière, de chakra et de fer, capable de caresses et de raison, là où le monstre n'était qu'un ventre. Un abyssal estomac. Mais pas que...

« Ne sois pas trop dur avec toi, Tetsuko. Tu es jeune, ta quinzaine vient d'arriver. Tu brûles d'un feu qui te consumeras si tu ne l'alimentes pas correctement. Et je suis là pour être le Torrent qui viendra l'éteindre s'il attaque tes chairs de ses flamboyantes ambitions. » Métaphorique bien que ancré dans le réel, la métaphysique bien qu'étant un de ses sujets favoris, n'était pas le point prépondérant de sa prose.

Mais il en voulait plus, et comme Hanzô le comprenait... Lui-même s'était enfermé pour approfondir tout cela à peine le lien forgé, faisant fi des blessures, des risques. Et si le fleuve sur lequel marchait Kasanagi semblait tranquille, il ne connaissait rien de son fond, de ses vagues titanesques prêtes à le noyer.

« Je comprends. À chaque jour suffit sa peine, et je pense qu'avec cela, tu en sais assez. De plus tu n'as pas répondu à ma demande. Tu dois leur faire passer une idée claire et nette. Pas forcément par des mots, mais je veux entendre la réponse de la Sole. Celle de la Limande. Choisis ce que tu veux. Tu as bien une question pour celles qui ont vécues dix, vingt fois ton existence ? Elles sont sages, sûrement de biens meilleures conseillères que moi. Dès que cela sera fait, nous enchaînerons. Mais attention, Kirigakure no Kasanagi. » Il posa ses deux mains sur ses épaules, fléchissant les genoux pour que son visage arrive face au sien. « Elles sont comme toutes les femmes. Si tu les brusques ou tu ne leur accordes pas le respect, que tu troubles leurs attentes, elles vont se fâcher. On ne parle pas de Watanabe, ici. La colère de Hiramekarei tient plus de la tempête que de la bise ; réfléchis. Elles attendent ce premier contact, elles l'ont pensé des milliers de fois. Maintenant, duplique. » Sans attendre une réponse à sa petite pique concernant leur relation à lui et Shiori, qu'il avait deviné aux yeux de la Pie sur la sabreuse, il s'asseya face à lui et fit un mudra qui n'existait pas, dans le Ninjutsu traditionnel.

« Maintiens le signe. Si tu le lâches, je te sortirais de là. Si tu arrives à y aller. Mais quelque chose me dit que tu n'auras aucun mal à rejoindre le 新世界 - Shinsekai... » (tr:Nouveau-Monde)

*新世界 - Shinsekai (tr:Nouveau-Monde)* ▬ À l'instar d'un Genjutsu jeté sur soi-même, n'importe quel ninja ayant établi une relation assez puissante avec sa Lame peut rejoindre un univers alternatif une fois un niveau de concentration assez élevé mis en place -semblable à la méditation-. Dans ce dernier, sa Légendaire à tout contrôle et peut décider de se montrer sous sa véritable forme aux yeux de son manieur. Les dégâts subis dans cette emphase se répercutent selon l'Épée d'une manière différente dans la réalité.

_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Jeu 5 Oct 2017 - 15:30
...


Essoufflé, il s'en rendait à présent compte, le voyage n'était pas de tout repos. Les mots de l'oncle traduisaient le manque de confiance à l'égard du jeune. Tsss... Il parlait de jeunesse, de feu et d'eau, juxtaposant ses mots d'un soupçon métaphorique censé signifier la nécessité de la tempérance. Seulement, l'arrogance de la pie était imperméable face aux leçons du squale, il n'avait pas le temps pour user de sagesse ni l'envie de se bercer de circonspection. Il n'était pas empli d'une ardente flamme, il était lui-même cette flamme ardente, cette fournaise infinie et affamée qui désirait consommer et consumer. Tais-toi vieil homme, et comprends que ton nom est le "Torrent", tu n'es pas un fleuve tranquille et moi je ne suis pas une braise asséchée, alors frappe le fer tant qu'il est chaud, car je ne compte pas embrasser ta pitoyable pitié. Tu aurais dû laisser de côté ta petite frustration de ne pas être père, car je ne compte pas être ton fils. Cogne et ne relâche pas la cadence, je ne suis guère un shinobi inférieur qui a besoin d'une délicate attention parentale, alors cogne, frappe, et cingle. Fais fi de toutes tes retenues, ta miséricorde, je m'en contrefous. Ruminant ses pensées, il ne déclamait guère son aigreur, lui qui se contenait de défier oralement le respect de l'instructeur.

Tsss... Il avait atteint sa dignité prépubère et le voilà qu'il s'attaquait dès lors à sa relation avec la dame azur.
« ... Tu ne l'as guère vu se repaître de sa colère en privant de ses yeux un homme qui l'avait atteint. Elle est bien plus que la mademoiselle inanimée que son apparence prétend. »
À présent libéré de cette réflexion qui le taraudait, ses yeux à nouveau portés sur les jumelles il songeait à la précédente parole du squale. Se dégageant de son emprise, ne mouftant plus sa rengaine, il s'accroupit dès lors, obéissant à l'exigence du sensei. Il était curieux, avide de pouvoir et impatient de rencontrer à nouveau les mystérieuses entités. Il n'avait pu apercevoir qu'un semblant de leurs personnes au seuil du Shin Sekai. Il était à présent l'heure de forcer les portes et de s'introduire, de gré ou de force dans cet univers nébuleux. Il lui avait conté la personnalité de deux femmes exigeantes, il était l'heure de la grande rencontre.

Accroupi, sa flamberge enracinée dans le sol devant lui, il maintenait dès lors le mûdra-clé. Invoquant un calme qui lui faisait défaut, il ne tarda pas à faire le vide dans son esprit, libéré de toute animosité et dévêtu de cet esprit malsain qui l'habitait. Un souffle, il était enfin prêt. Concentré, il mobilisa toute son énergie cognitive en son for intérieur afin de plonger dans son subconscient, totalement déconnecté de son enveloppe physique. Voyageant au-delà de ses pensées, à la recherche du portail tant attendu, la porte était là, aussi inconsistante qu'imposante et solide, ne laissant pas le moindre rayon de lumière se dégageait de l'endroit qu'elle protégeait. Tel un feu follet, il tentait vainement de commander l'ouverture, d'imposer sa volonté et briser cette frontière immatérielle qui le privait des jumelles. - L'impatience se faisait ressentir dans le monde des vivants. Mordant ses lèvres jusqu'au sang, il ne supportait plus le barrage -. C'est dans un moment irascible, lorsqu'un fin filet de soleil se dégageait de l'ouverture qu'il comprit dès lors les règles de ce monde. La quiétude n'était pas la clé de ce nirvana. Pour atteindre les sœurs, il fallait respecter leur volonté de voir ce qu'elles ont toujours affectionnées observer : Un esprit ardent, rompu de courroux et baigné dans le péché de la colère. C'est ainsi qu'en brisant toutes ces restrictions d'ataraxie que dans un sursaut de clameur, il méprisa l'injonction au calme et libéra l'accès à un univers sombre et aqueux. Avalé dans un torrent océanique, ce n'est qu'après avoir retrouvé son équilibre qu'il prenait compte de l'habitat insubstantiel et intemporel de la Sole et de la Limande. Il avait beau être plongé dans les abysses de cet océan que nulle lumière ne perçait, il ne manquait pas d'oxygène, comme libéré totalement des lois du monde vivant. Soudain, un écho. Ce qui s'apparentait au début comme un simple bruissement marin, prenait petit à petit la forme d'une mélodie, d'une plainte à l'encontre de l'intrus. Au loin, au-delà des ténèbres du gouffre, se dessinaient une puis deux silhouettes à l'aspect folklorique qui voguaient à la rencontre du navigateur perdu. Ningyo ?! Elles étaient là, s'apparentant à des sirènes voluptueuses armées de dents de poisson et laissant leurs chevelures éclatantes danser au gré de leur nage.
« Tu sais Tetsutetsu la vie est difficile quand on a un maître si... puéril et incompétent. »

Leur voix était telle un chant incommodant qui instillait l'effroi à la moindre syllabe. Elles étaient là, dessinant de leur nage des cercles de plus en plus petit, se rapprochant, frôlant le corvidé qui tentait vainement de capter de ses yeux leurs mouvements. Elles berçaient de turbulences la pie qui était victime de leur jeu provocateur. Sous peu, il craquerait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Ven 6 Oct 2017 - 16:52

« It's not gonna work for you, nobody can equal me »



Cela n’étonna pas le Torrent quand le plus jeune de sa lignée, ou peut-être pas, vint à défendre sa ‘dulcinée’. Une réaction somme toute assez prévisible à laquelle il ne répondit que par un sourire, presque moquer, bien que compréhensif. Il la connaissait mieux que lui, mais de là à comparer sa Légendaire à la fougue d’une kunoïchi dans la fleur de l’âge… Ô combien il se trompait. C’était mettre sur un pied d’égalité étincelle et incendie, flaque et lame de fond. Mais il comprendrait vite.

Tetsuko ne vint toutefois pas le défier sur le terrain du combat ou de la palabre. Il se doutait sûrement du peu de fondement de ses paroles, ou de l’animosité qu’il pouvait provoquer chez son protecteur et oncle. Car de Gattsu il n’avait pas que le sang ; mais aussi les manières guerrières. Là où il voyait retenue et miséricorde, ce n’était qu’une large porte fermée, pour le protéger de ce qui le heurterait un jour ou l’autre. Et s’il savait que son hérédité était toute trouvée, que sa descendance s’animait de chair et d’os, peut être que Tetsuko se serait estimé heureux d’avoir le Squale pour lui tout seul.

Le Chûnin s’exécuta ensuite et vint se positionner face à lui, répliquant ce qu’il lui avait été commandé sans trop de zèle mais avec assez de talent pour qu’il lui soit possible d’accéder à cette ombrageuse zone. À son flot de chakra perturbé qui se voyait mêlé de celui d’Hiramekarei, il comprit que le brun avait bel et bien passé la première et plus facile des étapes, encore une fois. Cette fois il savait où il mettait les pieds. Est-ce que ça le sauverait ?

Lui-même il n’avait pas vécu cette communion depuis bien trop longtemps et d’une certaine façon il enviait ce petit bout d’homme ; il ressentait le besoin implicite de foncer au Dojo et d’occire de son simple uchigatana la simple adversité pour récupérer Peau de Requin. Mais là n’était pas l’objectif et il se contenta de scruter les réactions de son filleul, ne pouvant franchir ce pas si particulier sans sa propre Tueuse.

Il semblait aux prises avec les Sœurs dans quelque chose qui n’était pas un combat. Caressé par le chant des Sirènes, il ne le sentait peut être pas, mais par endroit, sa peau se déchirait en fissures sanglantes, peu profondes, comme les crocs d’un banc d’un millier de poissons affamés passant son corps au crible. Mais il ne lâchait pas le signe incantatoire.

C’était l’effet pervers de Sole-Limande, une douce mélodie qui pouvait cacher à son propriétaire la pire des douleurs dans le monde qu’elles avaient construit.

Hanzô n’attendit pas le dénouement qui était évident. Tetsuko n’était pas prêt et en quelques minutes il avait effectué un pas de géant. Peut-être que ce ne serait pas assez pour lui, sûrement même. Mais il fallait être raisonnable et même si ce n’était pas sa qualité première, il posa sa main assez grande pour enserrer les deux de son lié-par-le-sang, brisant le signe et sa connexion. Plongeant l’azur dans le noir charbon des pupilles de Kasanagi, il lui adressa un sourire contemplateur et plein de fierté qu’il ne pouvait décemment retenir. « Tu as les clés pour ouvrir la Porte. Dès que tu auras la réponse d’Hiramekarei je serai là pour l’entendre. Je compte bien rester dans les parages, de toute façon. » Et même si Tetsuko se voulait un shinobi égal, il n’en restait pas moins l’enfant que le Torrent avait juré de protéger et il ébouriffa ses longs cheveux corbeau, se relevant en même temps.

« Bon, ceci fait, qu’as-tu d’autre à dire à ton oncle ? Je me posais la question, qu’est-ce que Gattsu t’a dit sur ton hérédité, exactement ? Tu sais que tu es un Yuki, mais pour ce qui est de la branche paternelle ? » Comme pour l'aiguiller, il tapotait son loup osseux.


_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Mar 10 Oct 2017 - 16:21
...


Il sentait leur volonté néfaste s’engouffrait jusqu'au plus profond de sa fragilité. Il les voyait rôdait, avide de l'envie de semer le doute et l'effroi dans son esprit. Cependant, c'était sans compter sur la perspicacité de l'oncle Hanzo qui extirpa le neveu du cauchemar aqueux.
« Fiouuuuuuu... » répliquait-il tandis qu'il reprenait lentement ces esprits, se déconnectant graduellement de cet univers immatériel.
Il prenait dès lors conscience de son immaturité, de son désir puérile de faire face à deux entités bien trop puissantes et perverses pour sa petite personne. Il était prévenu, il n'était pas prêt, cependant insufflé de cette surconfiance il avait dû faire front de lui-même à ce danger intérieur pour comprendre et assimiler dès lors la leçon. Néanmoins, il en restait qu'après cette sensation profonde de se sentir happer par la mort, il demeurait plus galvanisé que jamais, pensif à l'idée de retourner dans ce Nous intérieur, dans cette mer de doute et de torrent qui ne demandait qu'à être domptée. Ça viendra. Soupirait-il, suintant encore cette peur liquide qui ne semblait pas vouloir le quitter.

Arigato ojisan', ne t'en fais pas, la réponse viendra sous peu. Il faut juste que je trouve un moyen d'éviter de me faire aspirer. Elles sont si... perfides. Ça en devient perturbant quand je sais qu'elles ont toujours été là pour moi.

Détournant le regard de sa paume qui vibrait sous l'émotion, il reprenait dès lors contact avec le Maître Épéiste, qui le jonchait du regard et le berçait d'une poigne dans la chevelure, l'interrogeant sur un passé tumultueux et les liens filiaux.
« Une famille de coupe-jarret, de larron et d'écorcheur ? Un sang possédé par cette envie de tout voir brûler et anéanti ? Des os endurcis par une histoire teintée de rouge ? C'est tout ce que je sais à vrai dire, et ça, je l'ai appris par moi-même. De mémoire, ce liquide qui coule dans mes veines est un véritable poison qui a semé la fureur dans les heures les plus sombres de ce pays. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Mar 10 Oct 2017 - 22:07

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »



Comme il s’en doutait, le jeune homme n’avait que peu, voir pas d’informations. Au mieux des bribes, des rumeurs, une image globale. Il n’avait aucune idée de ce que le mélange des deux branches faisait de lui. Ce sabre à la main, il était la réunification tant attendue par Kirigakure no Satô, le savant mélange en part égales d’engeances illustres. Hanzô regardait toujours son sang de la même manière, bien que sa main vint à s’enlever de ses fins cheveux en bataille pour retomber à sa ceinture.

La Bête et l’Enfant paraissaient bien différents mais sa révélation allait sûrement les rapprocher, au moins au niveau de leur ADN en commun. Il allait éclairer sa lanterne. Sortant de sa poche une cigarette, ce qui était extrêmement rare, le Torrent ayant abandonné cette habitude bien des années auparavant, il prit son temps, laissa les derniers mots quitter la bouche de Tetsuko tandis que la sienne s’embrumait de la fumée si commune aux tubes de tabac.

« Soka. Tu as raison sur toute la ligne. Et selon toi, quel clan a été, est connu pour cette dite férocité ? Pas les Yuki, culs bénis et noblions. » Il s’étira d’un sourire moqueur, expulsant la nicotine plus loin, ne lui laissant pas le temps de proférer ses hypothèses. « Kaguya Ichizoku. Notre parent commun, à moi et Gattsu. Il en faisait partie, répudié car ses manières, même au sein des Berserkers, étaient jugées trop extrêmes. » Le vague était perceptible dans le bleu acier. Il n’aimait pas parler de cet homme, ou de son passé si lointain. Le Torrent voulait oublier, à tout prix. « Yuki, Kaguya, manieur d’Hiramekarei. Tu comprends ? Poison, soit. Mais antidote à la crise qui régit notre contrée. Tu es le pire ennemi des opposants à la paix mais la mèche qui peut tout embraser. » Il se fléchit alors sur ses appuis, fixant les yeux et la réaction de Tetsuko. C’était dur à encaisser, s’il en palpait les contours, les conséquences. « Mais plus que tout ça, tu as raison. Notre famille est connue pour ça; le renier serait stupide. Et tes crocs me semblent déjà si long que tu pourrais en saisir la lune... »



_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Mer 11 Oct 2017 - 16:22
...


Sa fureur n'était donc pas orpheline. Lentement, il reconnectait les moindres aspects de sa personnalité qui ne trouvaient pas racine chez les Sabreurs et les Yuki, il faisait dès lors face à la grande révélation, un sourire maniaque se dessinant sur ses lèvres.

Les mots de l'oncle sonnaient comme une ode à la gloire du jeune Sabreur. Il comprenait dès lors son importance dans ce monde, la toute-puissance de son sang, le symbolisme de sa personne. Un rire machiavélique envahissait l'espace tandis qu'il externalisait la louange de son prestige. Je suis l'élu. Sa position dans ce village prenait un tournant qui ne fut pas envisagé, il se voyait comme le messie, le prince, envahit d'une responsabilité macabre de faire de kirigakure sa chienne, de se faire Roi et Dieu, de siéger sur la place qu'il lui revient de droit. Les Spadassins, les Yuki et maintenant les Kaguya. Il possédait le sang-mêlé des Rois, celui du kirijin ultime qui bercerait ce village de son autorité et de son omnipotence. Il se voyait grandir, portant son ombre sur ces sujets et caressant ce village, ce pays, image de son hégémonie.
« Autrefois, les trois grands clans de ce pays se sont formés afin d’asseoir leur pouvoir. Ces trois grandes familles ont, de part leur capacité, leur force d'esprit et leur conviction, posé les bases de cette société qui prend vie, de cette fourmilière candide qui s'active. Les filiations ont tracés leur chemin au gré du temps, pour que, quinze ans plus tôt, germe le fruit de la destinée, l'héritier de la brume, la Pie de Kirigakure. »
La maladie du pouvoir l'avait atteint et s'immisçait dans son être, s'enracinant dans ses pensées les plus profondes.
« Je comprends mieux. L'avenir est donc à nous mon oncle. »
Je le savais. pensait-il. Au fond de son être, avait survécu durant toutes ces années la conviction, que dis-je... la certitude, d'être voué à de grands travaux. "Bâtard" l'avait-on surnommé, "Prince" se voyait-il. Ravalant ses ambitions d'un coup de langue, il reprenait dès lors le contact visuel avec l'ambassadeur de l'illumination. Il se voyait à ses cotés, épée contre épée, voguant dans le pays en quête de puissance, à la recherche de ce qui lui faisait défaut ces derniers temps : Le défi.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Mer 11 Oct 2017 - 18:22

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »



Sa prose eut l’effet escompté sur sa progéniture par décision. Le brun semblait atteint de mégalomanie, mais pas celle qu’on peut juger fausse ou injustifiée. Il tenait quelque chose entre ses doigts et libre au jeune épéiste de l’appréhender de la façon qu’il voulait ; tant qu’il ne se brûlait pas les ailes. Le rôle d’Hanzô serait donc de jouer de sa carrure pour éviter que les plumes de son ramage n’en viennent pas à brûler sur les assauts répétés de ses ambitions, tantôt malsaines, tantôt parfaites pour un shinobi pourvu de desseins comme les siens.

Il se sentit toutefois obligé d’être la barrière à sauter, érigée dans le seul but d’être le rempart pour une lumière qui avait l’air de l’aveugler, un miroir pour refléter la réalité concrète et imbriquée dans la terre meuble et marécageuse de Mizu no Kuni. Hanzô ne put toutefois incarner l’avocat du diable totalement. « Il n’en revient qu’à toi d’appuyer tes propos, car plus que le sang et les appartenances, c’est tes actes qui induiront en erreurs ou en vérités ces allégations que je partage. Mais je te fais confiance pour montrer sous le jour crépusculaire de tes ambitions Yuki Tetsuko, le Brise-Glace. »

L’avait-il plus encouragé que ramené au réel ? Au final, il n’en avait que peu à faire. D’un signe de main il lui fit comprendre qu’il était temps de quitter cet endroit froid et peu accueillant pour aller se remplir la panse, partager un moment privilégié. Avant d’être le Torrent et la Pie, ils étaient oncle et neveu, parrain et filleul. Le lien dépassait les seuls attributs de senseï à élève, de Gardien à demandeur. Ils auraient tout le temps du monde pour développer le potentiel et réduire la distance entre la main juvénile et le trône pour Kasanagi. Pour l’heure, il avait à lui raconter. Benten, Shiori, tous ces paramètres flous qui ne lui permettaient pas de juger sur le village par les yeux de son lié-par-le-sang.



_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

shark's jaw and magpie's tail ♛ Kirigakure no Kasanagi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: