Derniers sujets
Partagez | 

Des mots silencieux. - Feat Aburame Shizen


Mer 20 Sep 2017 - 2:38

Le vent venait de tourner dans le village. Me déplaçant furtivement dans les méandres de la nuit, je me dirigeais vers un lieu bien particulier. Quelques jours plus tôt, Metaru Shuuhei m'avait confié la création d'une nouvelle unité. Celle-ci serait apparemment dirigée par un Shinobi que je connaissais, bien que lui ne pouvait pas me reconnaitre sous ma sombre tenue et mon masque de spectre. Cet homme m'avait vue arriver dans le village et ayant le même âge que lui, nous avions tout de suite entretenu une relation particulière. Son calme, son esprit et sa discrétion me plaisait tout particulièrement chez lui. Il n'était clairement pas comme la majorité des fortes têtes du pays de la foudre, il était différent. Voguant de toiture en toiture, je me déplaçais telle une ombre dans les ténèbres. Mes compétences me permettaient de tel déplacement et c'était en partie ce qui m'avait valu le poste que j'occupe aujourd'hui. Transportant avec moi un parchemin, le contenu de ce bout de tissu nécessitait la plus grande des discrétions. Il fallait dire que sa contenance était connue que des cinq personnes dans tout le pays et il en serait le sixième.

J'avais moi-même fait la copie quelques heures auparavant. Le livre étant dans la pièce la plus sécurisée de Kaminari, j'étais la seule à pouvoir pénétrer dans la salle. Shuuhei pouvait également pénétrer dedans, mais d'une manière bien différente.

Je me dirigeais vers le sud de ma position, je n'avais pas vraiment de trajet, car j'allais dans un proche quartier. Ma cible habitait dans un des appartements de la zone, j'avais d'habitude coutume de passer par la porte d'entrée quand il m'invitait à boire un verre. Mais pour une fois je n'allais pas prendre ce chemin. Sur le toit de son immeuble je repérais une dernière fois la zone. Je devais absolument être certain que personne ne m'avait suivi.

Quelques lumières étaient encore allumées dans les bâtiments voisins malgré l'heure tardive. Dans les rues, seuls des chats et des chiens erraient sur les pavés. La zone étant sûre, je concentrais mon chakra dans l'extrémité de mes membres pour descendre tête en avant comme une araignée sur sa toile.

Arrivant sur le balcon de l'homme que je devais voir, je me remettais en bonne posture. Ce n'était pas que cela me dérangeait d'avoir la tête à l'envers, mais c'était plus pratique d'être debout pour pouvoir discuter. M'approchant de sa fenêtre tout en regardant derrière moi une dernière fois, je toquais sur le verre.

Les rideaux s'ouvraient sur Aburame Shizen. Contrôlant les vibrations de ma voix, je modifiais l'intonation de celle-ci pour qu'il ne puisse la reconnaitre. Mes paroles maintenant plus aiguës, je lui indiquais la raison de ma présence. « Aburame Shizen, je suis en mission pour vous remettre un objet. Veuillez m'ouvrir ! » Je n'étais pas aussi rude avec lui d'habitude, mais le cadre était tout autre cet fois-ci. Je ne doutais pas non plus qu'il me laisserait dehors, les masques Yurei étaient assez connus dans le pays pour ne pas nous reconnaître.


_________________
"When the white sheep sleeps, the wolves breath."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1221-when-the-sheep-sleeps-the-wolves-take-heart

Mer 20 Sep 2017 - 17:08
Dans l'obscurité totale. Seule une bougie éclaire une très petite partie de la pièce. Un moment de travail dans le plus grand calme qu'il soit. Une boite en verre se trouve sur une table proche de la source de lumière. Dedans, un paysage forestier est parfaitement reproduit. Cet environnement irréel est le foyer temporaire d'une nouvelle espèce d'insecte. Juste en face de ces êtres-vivants, il y a moi. Il est tard, alors c'est l'occasion parfaite pour observer le comportement de cette nouvelle espèce durant la nuit. Sachant qu'en plein jour, mon analyse est déjà faite. J'observe depuis maintenant de longues minutes et je prends régulièrement des notes sur quelques parchemins. Dans ce genre de travail, il faut réellement faire preuve de patience. Tout comme il ne faut pas être n'importe qui. Dans un contexte comme celui-ci, nombreux se moqueraient. Une attitude compréhensible car le caractère de l'homme n'est jamais le même. Quoi qu'il en soit, je prends goût à ce genre de moment. De toute manière, j'ai toujours préféré la nature à l'espèce humaine. Autant dire que je m'amuse avec mes nouveaux amis. D'ailleurs, rien de si alertant pour eux. Ils se déplacent rarement en pleine nuit mais ressentent rapidement une présence extérieure. C'est un peu classique, mais toujours aussi intéressant. Je finis de prendre mes notes et je pense être bon pour partir me coucher. Néanmoins, je prends soin de relâcher les insectes avant de partir m'allonger dans mon lit. Je rends à la nature ce qui appartient à la nature.

Le moment est venu d'aller faire de beaux rêves. C'est le problème avec ce genre de travaux, on doit souvent passer la limite fixée pour les horaires. Enfin bref, je m'allonge et quelque chose m'interromps avant même que je commence. Quelqu'un toque à ma fenêtre. Une nouvelle plutôt surprenante à cette heure-ci. J'enfile mes lunettes et me relève pour prendre la direction de ce grabuge. Jusqu'au moment où une voix m'interpelle. Une personne en mission qui a pour objectif de me remettre un objet ? J'ai bien entendu un objet ? Voilà une information très intéressante, quelqu'un a enfin reconnu mon talent ? Sûrement une occasion pour faire mes preuves à l'échelle du village. Sans plus attendre, j'ouvre la fenêtre et tombe sur une personne qui n'inspire en rien confiance. Bien qu'après avoir regardé la personne, je remarque que c'est un membre de cette fameuse unité d'élite. Le masque qu'elle porte est facilement identifiable. Il permet d'inspirer une certaine crainte par le biais de nombreuses rumeurs et de faire réfléchir à deux fois les ennemis des nuages avant qu'ils tentent quoi que ce soit. Bref, j'ouvre la fenêtre et convie cette personne à entrer. Il est tard. Que me vaut l'honneur de votre visite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen http://www.ascentofshinobi.com/u392

Jeu 21 Sep 2017 - 15:48
Le voir m'ouvrir ses portes me ravissait, non par plaisir de le voir, mais parce que je ne comprenais pas pourquoi il s'acharnait à porter ses lunettes extravagantes même en pleine nuit. Sans un mot, je pénétrais dans son habitat « Veuillez fermer votre porte-fenêtre je vous pris et installons-nous. » Me dirigeant vers sa table, je m'installais silencieusement sur une de ses chaises. Attendant qu'il vienne se mettre en face de moi, je regardais autour de moi. Rien n'avait changé depuis la dernière fois que j'étais passée, bien que cela fît déjà un petit moment. Tout était rangé à sa place, rien ne semblait être en désordre comme à son habitude. Shizen était du genre à être organisé de nature. On ne pouvait pas dire ça de tous les Kumojins.

Shizen une fois assis devant moi, je me lançais dans une série de mudrâ. Une vague sonore jaillissait de mon corps et celle-ci entoura la pièce laissant percevoir comme un léger champ de forces autour de nous. Retirant mon masque face à Shizen et en reprenant ma voix « Désolé mon ami, mais comme tu le sais je suis obligée de prendre toutes ses précautions quand je me déplace pour quelque chose d'aussi important. » Je prenais le parchemin que je transportais sur moi pour le mettre sur la table. Celui-ci comportait un sceau unique permettant le scellement de l'objet. Comme Shizen pouvait l'imaginer en voyant le document, c'était quelque chose d'extrêmement secret. « Shuuhei est venue me voir dans les grottes pour me donner l'ordre de t'apporter ceci. » Lui montrant le rouleau sur la table. « Ton projet d'unité a été accepté mon ami ! »

Je voulais lui annoncer moi-même la bonne nouvelle. Il fallait dire que ses idées avaient eu un fort impacte dans l'esprit de notre nouveau et ami Raikage. « Je dois t'avouer que Shuuhei a de suite été emballé par ce que tu lui as proposé. Daisuke et moi n'avons même pas eu besoin d'appuyer ton projet pour qu'il accepte. »

« Ce document est une copie d'une des pages d'un livre que j'ai en ma possession. Il en va de soi que tu n'en sauras pas plus, mais cela devrait t'aider grandement dans tes recherches. » Avant de lui passer le parchemin, je mettais ma main sur le rouleau pour en lui retirer le sceau de protection. Cela serait dommage de détruire ce texte avant qu'il puisse le lire. « Tiens ! »



_________________
"When the white sheep sleeps, the wolves breath."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1221-when-the-sheep-sleeps-the-wolves-take-heart

Jeu 21 Sep 2017 - 21:09
Il suffit de voir l'ensemble des précautions qu'elle prend pour comprendre que sa visite est réellement importante. Je me demande bien dans quelle histoire je vais être mêlée. Comme elle le demande, je prends soin de fermer la fenêtre et d'empêcher une personne extérieure de voir à l'intérieur par le biais des rideaux. Tout est bon pour qu'elle m'annonce la nouvelle pressante. Enfin, je suppose que c'est urgent. Il suffit juste de voir à l'heure à laquelle elle vient pour m'apporter ce fameux objet. Sans plus attendre, je décide de la rejoindre pour écouter ce qu'elle a à me dire de si important.

Seulement, elle prend une énième précaution avant de se lancer dans la conversation. C'est par le biais de son don inné qui est le son qu'elle forme un périmètre. Si je ne me trompe pas, celui-ci permet de bloquer les sons qui proviennent du lieu en question. Ce qui s'avère très utile quand on veut partager une information confidentielle ou assassiner une personne. Dans le cas où ça se passe mal, le grabuge ne se ferait pas entendre et éviterait potentiellement l'arrivée de renforts. Après, je peux me tromper. Des excuses ne sont pas nécessaires, je comprends parfaitement. Une personne comme elle doit agir dans l'ombre en permanence. C'est un style de vie qui s'approche plus ou moins du mien. Seulement, les raisons sont différentes. Elle me parle ensuite de Shuuhei, notamment de mon petit projet personnel. Et j'apprends que celui-ci a été accepté. C'est une très bonne nouvelle pour moi. Je comprends par ses dires que mon projet est d'ores et déjà considéré comme une unité à part entière. Dans l'idée, je partais plus sur une petite enseigne locale. Néanmoins, avec d'aussi grandes ambitions, ce projet s'est élevé à un tout autre niveau. C'est une très bonne nouvelle. Une autre personne qui ne me connaît pas pourrait penser que je ne suis pas du tout emballer par cette nouvelle. Mais connaissant mon caractère, elle doit savoir qu'au fond je suis très content de cette annonce.

Elle vient ensuite à ce fameux document qu'elle a pour mission de me remettre. Une copie d'un livre qu'elle seule a. Une personne comme Hitsuji qui a su s'illustrer et gagner une place importante au sein du village doit avoir énormément d’informations. Celles qui me font adorer le monde shinobi et ses secrets. Je l'observe briser le sceau de protection pour ensuite accéder à cette fameuse source de savoir qui pourrait m'aider dans mes recherches Voyons-voir ce que m'offre cette copie. Oh. Si Hitsuji a d'autres copies comme celle-ci, elle a de quoi se vanter. Me voilà en possession d'informations sur un clan qui appartient à un autre pays. C'est ce qui me fascine chez elle. Elle a le don pour détenir des ouvrages comme celui-ci. Néanmoins, je ne vais pas tout lire devant elle. Le début suffit de me donner une idée sur l'importance de ce document, tout comme la chance que j'ai de l'avoir. C'est un cadeau très intéressant. La haute sphère attend un certain retour de ma part vis-à-vis de ce document ? Si c'est le cas, ce travail doit être fait uniquement par moi ? Je ne sais pas si je dois spécialement mener une étude à ce propos. Ce document a l'air bien complet. D'ailleurs, pour mener à bien mon projet, suis-je disposer à recevoir certains fonds ? La réalisation de mon projet demande un certain investissement pour être utile au maximum. J'espère l'obtenir, autrement, je me débrouillerais. Autrement, comment ça se passe pour toi ? Ça fait un petit moment que nous ne sommes pas vues. Prendre des nouvelles, c'est toujours bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen http://www.ascentofshinobi.com/u392

Jeu 21 Sep 2017 - 22:35
Lisant le document, Shizen avait l'air aussi existé que d'habitude devant la nature du texte. L'infime sourire s'extirpant de son visage laissait transparaitre son agitation. Heureusement que cela faisait neuf ans que nous étions amis, sinon je serais en train de penser qu'il s'en ficherait royalement. Cela expliquait d'ailleurs pourquoi il n'avait pas un grand succès avec les femmes. Pourtant, il était un bien meilleur homme que plus de la moitié de Kumo. Mais pendant que je réfléchissais à qui je pourrais de nouveau le présenter, il me demandait le pourquoi de ce qu'il tenait.

« Considère que c'est un point de départ. Shuuhei connaît tes projets et m'a autorisé de te donner ses informations pour tes recherches. C'est un peu comme un cadeau de bienvenue dans les services secrets du pays. » Lui disais-je avec un magnifique sourire. « Pour ce qui est de ce document, tu te doutes bien qu'une partie de ta future équipe recevra les habilitations nécessaires pour travailler avec toi. » Cela me faisait plaisir pour lui que sa passion puisse évoluer à ce point. Je savais que trop bien qu'il adorait les études de ce genre et je savais également qu'il allait encore plus apprécier la réponse à deuxième question. « Pour les fonds, tu as déjà surement compris que tu allais avoir une équipe avec toi. À vrai dire, une extension de l'hôpital va prochainement être construite pour ton toi, cela sera la partie visible du projet. Un sous-sol est en train d'être construit dans le plus grand des secrets sous l'hôpital, réserver justement à ce type de document. » Et le meilleur pour la fin « Un espace d'un demi-hectare dans les jardins inoccupés du bâtiment te sera donné. » Une bonne nouvelle pour un homme de science. Je pouvais déjà deviner ce qu'il allait faire de tout cet espace de verdure. Je pouvais encore voir ce très léger sourire apparaitre, comme quoi il avait vraiment l'air d'être heureux.

Entament un sujet plus privé, je me levais pour aller me servir un verre d'eau. Je connaissais ses armoires comme ma poche et je pouvais être sûr de trouver ce que je cherchais avec un tel rangement. « Je peux ? » Lui demandant avant d'attraper l'objet. « Pour moi, c'est un peu la course en ce moment. Comme tu dois le savoir, les retours de Shîto ne sont pas bons et mon service bosse à cent quarante pourcents pour en apprendre plus sur Aldebaran et le Soshikidan. » Revenant à ma place avec l'eau en main. « Et il a aussi ses trois Shinobis dont on n'a encore aucune trace. » Repensant au débriefing que j'avais eu avec mes camarades, je me disais que je n'aurais peut-être pas dû envoyer Kintaro sur un tel projet. « Et toi Shi' ? Toujours pas de dame Aburame en vue ? » Rigolant de la situation.



_________________
"When the white sheep sleeps, the wolves breath."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1221-when-the-sheep-sleeps-the-wolves-take-heart

Ven 22 Sep 2017 - 0:45
Alors c'est un cadeau. J'ai le privilège d’accéder à une information confidentielle pour l’officialisation de mon projet. C'est un honneur pour moi, quand on sait qu'une information comme celle-ci pourrait déclencher d'importants conflits. Il va falloir prendre de nombreuses précautions afin d'éviter les problèmes. Les sceaux seront fort utiles afin de préserver ce document aussi longtemps qu'il faut. Concernant ceux qui allaient m'entourer dans mon travail, certains allaient recevoir les autorisations nécessaires pour accéder aux informations de ce genre. C'est une bonne chose qu'on m'accorde ce point. Etant donné que j'ai déjà une idée de l'équipe que je veux à mes côtés, je sais déjà à qui j'accorderais l'accès à certaines informations dans le cadre du travail. Merci pour ce fabuleux cadeau. J'en saurai tiré profit. Ah bah oui. Quand on m'adresse un document de cette envergure, je suis dans l'obligation de travailler dessus comme un dingue. D'ailleurs, je serais déjà en train d'entamer mes recherches dès demain. Je vais certainement passer de nombreuses nuits blanches, bien que j'ai horreur d'entraver mon sommeil. Il faut dire que je suis beaucoup trop fasciné par ce genre de sujet pour patienter. C'est comme une drogue.

Mais ce document n'est pas la seule grosse nouvelle. Non, on va même offrir un complexe pour mon enseigne. Je pensais au début déboucher des personnes capables de répondre à mes demandes pour avoir un endroit où opérer. J'apprends alors qu'une fondation va être créée sous l'hôpital exclusivement pour ça. Je ne connais pas encore les mesures et tout ce qui suit, mais je me doute bien que la place sera suffisante pour exercer différents travaux. J'avais une idée bien précise quant à la construction de mon enseigne. Il me fallait de l'espace. Énormément d'espace. L'organisation hiérarchique était toute faite et l'enseigne partait dans l'optique d’accueillir un grand personnel. Qui dit grand personnel, dis beaucoup de bureaux. Et la cerise sur le gâteau, une aire extérieure. J'ai l'impression d'être d'un gosse qu'on gâte à son anniversaire. Pour le coup, je ne peux cacher ma satisfaction. Depuis plus de cinq ans je bataille pour me faire une place dans le milieu scientifique. Je n'ai jamais rien lâché et aujourd'hui, mon travail est récompense. Que demander de plus ? Je ne m'attendais pas du tout à ça. Il faut dire que le village ne fait pas les choses à moitié. Quand est-ce que les locaux seront opérationnelles ? Forcément, je ne peux qu'être impatient après avoir entendu tout ça.

Je réponds évidemment « oui » à sa demande un peu plus personnelle. Je peux préparer du café, si tu veux. Elle connait bien mes appartements, il fut un temps où on se côtoyait pas mal. Elle partage les mêmes idéaux et fait partie des rares personnes que je fréquente réellement. Sachant qu'elle m'a annoncé la nouvelle, elle veut sûrement en apprendre plus sur ma situation actuelle. C'est vrai que l'incident à Shito est triste. Le chef du clan Suzuri y a laissé sa vie, comme de nombreux Kumojins ... Triste, c'est petit comme mort. Autrement dit, Hitsuji a du pain sur la planche. Il est évident que cette affaire te donnera du fil à retordre, sans compter le danger qui plane. Soit prudente, au même titre que tes hommes. Clairement. Elle doit faire attention dans ses agissements. Pendant la discussion, je prends le temps de préparer un café. Je lui en sers un aussi au cas où et dépose les deux verres sur la table. Pour mon cas, le café n'a pas d'heure. Pour elle, je ne sais pas. Une dame Aburame ? Ah-ah, non. Je dois avoir un problème avec les femmes. C'est comme toi avec les hommes, tu leur fais peur. Une petite pique vis-à-vis de ses activités. Mais je n'ai surtout pas la tête à ça. Je vais devoir m'activer avec le travail qui se présente. Puis, j'accorde un peu de mon temps libre à un jeune Yamanaka. Je prends une gorgée. C'est tout de même marrant. Qui aurait cru que deux personnes qui ne viennent pas d'ici se aillent aussi loin ? D'ailleurs, songes-tu à regagner tes terres, un jour ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen http://www.ascentofshinobi.com/u392

Ven 22 Sep 2017 - 2:52
« Les fondations pour le sous-sol seront finies dans la semaine, mais il faudra que tu donnes à Shuuhei une liste des équipements dont tu auras besoin. Et pour le bâtiment extérieur, les travaux commenceront dans deux semaines et devront finir deux semaines après. » La conversation continuant sur nos vies respectives, j'acceptais le café de mon ami. Bien qu'extrêmement réserver, Shizen était un gars rempli d'attention. En me prévenant de faire attention à moi, il montrait encore une fois à l'attachement qu'il me portait. Mais je ne pouvais répondre que d'un signe de tête pour le remercier. Bien évidemment, il ne pouvait qu'imaginer mes actions en dehors du village et il ne connaissait pas mes vrais agissements. Outre l'espionnage, j'étais aussi la seule à avoir l'autorisation de tuer dans le village et je ne pouvais pas affirmer que je ne l'avais pas fait. Le sang qui tâchait mon âme n'était malheureusement impossible à nettoyer, mais c'était le choix de vie que j'avais prise.

Me voyant rien dire à ses propos, il comprit surement ce qui se tramait dans ma petite tête et il enchaîna une pique sur ma personne bien méritée. « Haha, en effet. Pas un seul n'arrive à rester plus d'une semaine. » Me rapprochant doucement de lui je le regardais droit dans les lunettes. « Qui sait. Peut-être que si dans dix ans nous n'avons toujours personne, on pourrait … » Ne pouvant plus me retenir, je pouffais de rire en face de lui. Shizen était un homme bien, mais je le considérais plus comme un frère qu'un possible amant et je savais très bien que c'était la même de son coté.

M'avouant qu'il allait être débordé maintenant que son unité allait être enfin créée, il me dévoila qu'il s'occupait actuellement d'un jeune garçon bien particulier. « Ah, tu parles du jeune Washi ! Un gamin prometteur, je suis d'accord. Mais il lui manque du plomb dans le crâne, j'espère que tu arriveras à lui donner plus de maturité et à le ramener dans mon unité. Car je dois te l'avouer, ses capacités me seraient forte utiles ! »

C'était vrai qu'un peu d'humour ne pouvait pas nous faire de mal, mais Shizen et moi étions du même tempérament et nous revenions rapidement à un sujet de conversation beaucoup plus sérieux. « C'est vrai que c'est étonnant de nous voir maintenant à ce niveau. Qui aurait cru il y a neuf ans qu'on finirait chacun par être responsable d'unité spéciale ? » C'était vrai que vu mon passer, je ne pensais pas en être là aujourd'hui. Je n'avais même pas pensé être accepté au sein du village. « Tu sais maintenant ma vie est ici, je n'ai plus de raison de retourner à Oto. Nos familles ont tous étés brisés par la guerre d'Hi no Kuni. » Mes parents avaient succombé face à la guérilla pour me permettre de vivre. « Mais je dois t'avouer que cela ne me ferait pas de mal de revoir un jour un visage familier. » Shizen et moi avions aussi ce point commun, nous étions tous les deux des expatrier. « Les Aburames ne te manquent pas trop dans ton cas. Et pour ce qui est de la situation du pays du feu, tu en penses quoi ? »



_________________
"When the white sheep sleeps, the wolves breath."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1221-when-the-sheep-sleeps-the-wolves-take-heart

Ven 22 Sep 2017 - 19:20
Cinq semaines. C'est le temps que je dois attendre pour que les locaux soient prêts à accueillir le personnel. Ce n'est pas si long que ça, bien qu'une personne comme moi peut devenir impatiente pour des minutes. Alors pour des semaines ... Je vais devoir être fort. Il va aussi falloir préparer une liste d'équipements qui seront utiles dans le cadre du travail. J'ai déjà ma petite idée, j'espère seulement qu'on ne va pas penser que j'abuse dans ma démarche. Car la liste va être longue. Le temps est parfait. J'ai hâte. Même si la fondation principale sera achevée dans la semaine, il est préférable d'attendre que l'ensemble des espaces mis à dispositions soient prêst. De cette manière, l'enseigne évitera d'être temporairement bloquée à cause d'un détail qui est encore en construction. Afin d'être efficace, il faut avoir toutes les cartes en main. Autrement, les résultats seront minimes. La réputation de l'enseigne ainsi que la mienne prendra un sacré coup. Cinq semaines, c'est le temps parfait pour s'organiser sérieusement et être d'attaque le jour j. Cette longue attente me permettra surtout à sélectionner soigneusement de potentiels recrus. Même s'il me faut un grand personnel, ceux qui auront le plus d'accès seront des personnes de choix.

Elle rebondit ensuite sur nos fameuses histoires de couple. D'un côté il y a moi qui n'a clairement pas l'âme d'un tombeur. D'un autre, il y a elle.. Je ne sais pas comment la décrire. Mais bon, avec son quotidien, ça doit être difficile de vivre avec une femme pareille. Elle doit s'y prendre mal avec les hommes, tout comme moi avec les femmes. Voilà qu'elle me fait une mauvaise blague en s'approchant de moi, en sous-entendant qu'on pourrait voir pour un avenir à deux. Je tire un sourire un peu gêné et prend une gorgée. C'est tout de même long dix ans. J'espère pouvoir rencontrer quelqu'un prochainement et fonder ma petite famille. Mine de rien, la mienne qui est restée à Hi me manque. Un peu de réconfort familial ne me ferait pas de mal. Le fait qu'Hitsuji prend du temps pour moi en pleine mission me fait plaisir .C'est ce que fait un ami.

Quand je fais référence au Yamanaka, elle comprend directement que je parle de Washi. Elle le connaît ? C'est étonnant. Comme elle le dit, ses capacités lui seraient sûrement utiles. Si elle s’intéresse à lui, c'est que ce garçon a du potentiel. C'est un jeune homme brisé par les événements de son pays. Quand il sera réellement un homme, il sera voué à un grand avenir. J'en suis certain. Du moins, je l’espérais. Je le considérais comme un petit frère depuis nos retrouvailles.

Il suffit d'avoir de l'ambition. Le village va dans ce sens et j'espère que ça continuera. Tout comme moi elle est décidée de rester définitivement à Kumo. Elle semble avoir la tournée la page de son pays d'origine. Je ne pourrais pas dire que ma famille ne me manque pas. Ce serait irrespectueux et hypocrite de ma part. Si j'ai l'occasion d'aller dans l’intérêt de mon clan sans interférer dans les histoires de Kumo, je le ferais sans doute. Enfin, je ne sais même pas ce qu'il devient maintenant. La situation actuelle du Pays du Feu ne présage rien de bon pour mon clan. Je suppose qu'il restera dans son coin ou se soumettra à l'organisation qui contrôle le pays. Comme je l'ai toujours pensé, l'avenir n'est pas permis là-bas. Les événements récents le confirment. Mais il est difficile d'accepter ce qu'il s'est passé. Je prends une gorgée et marque un blanc. Mon regard se pose sur celui d'Hitsuji. Comment vois-tu cette situation ? Je n'imagine pas Kaminari négocié avec Hi. Nombreux disent que nous avons perdu la bataille. Considères-tu que nous sommes en guerre ? Si c'est le cas, il faut s'attendre au pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen http://www.ascentofshinobi.com/u392

Lun 25 Sep 2017 - 19:52
Shizen avait les mêmes avis que moi concernant Hi et ses pays proches. La stabilité n'était pas sur leur terre et la vie dans ses régions n'étaient pas saines pour ses habitants. Me demandant ce que je pensais de la situation, il utilisa des mots comme : bataille et guerre. Deux mots que j'avais marre d'entendre dans le monde. Pourquoi fallait-il que cette planète comporte des individus malveillants, je n'avais pas de réponse. « La situation est chaotique je dois te l'avouer. » C'était même pire qu'avant. Le daïmio qui contrôlait Hi no Kuni avait fait des choses inamissibles, mais contrairement à Aldebaran il était contrôlable. Le seigneur recherchait à se faire reconnaitre aux yeux du monde d'où la création de son examen. « Aldebaran sera impossible à contrôler contrairement au Daïmio. Il est à la recherche d'une vengeance physique et spirituelle. Parlant de justice à tout va, il ne respecte même pas ses camarades. Son esprit fou est renforcé par un charisme naturel qui l'aide à s'entourer de personne simple d'esprit. Tous ceux qui le rejoignent n'ont pas l'intelligence de voir ce qui fait vraiment. Il sait manipuler les foules et c'est ça le plus dangereux. »

« Kaminari ne rentrera pas en guerre, je ferais tout pour que cela n'arrive pas en tout cas. » Shizen connaissait mon passé et il savait également ce que j'étais capable pour ne pas provoquer la guerre. « Tu sais très bien ce que je vais faire Shizen. J'ai toujours fait ma propre justice et contrairement à Aldebaran, je n'implique que deux personnes dans mon tribunal. Moi et ma cible. » Mon visage était devenu plus sombre sous ses mots.

« Il faut que j'y retourne mon ami. » Indiquant que le parchemin est à garder en lieu sûr, je ne doutais pas sur sa discrétion. Remettant mon casque et modifiant de nouveau ma voix, « Nous nous reverrons lors du conseil, il ne devrait pas tarder normalement. » Retirant ma bulle acoustique de son appartement, je retournais sans un bruit sur le bacon.

Il était temps pour moi de retourner dans mes quartiers, j'avais encore beaucoup de travail à préparer. Aldebaran, les disparues, la prochaine annonce du seigneur et aussi trouver une autre personne pour remplacer Kintaro. Je n'allais pas pouvoir me reposer avant bien longtemps. Mais passer vingt minutes avec mon ami m'avait fait énormément de bien, surtout quand les ténèbres s'approchent.



_________________
"When the white sheep sleeps, the wolves breath."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1221-when-the-sheep-sleeps-the-wolves-take-heart

Des mots silencieux. - Feat Aburame Shizen

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: