Derniers sujets
Partagez | 

Le retour des zéros. [Hanzo]


Jeu 21 Sep 2017 - 0:58
Deux semaines sont passées depuis les évènements de Shito et notre bateau est enfin arrivé au Pays de l’Eau. L’examen internationale a été un vrai fiasco et ce moment de fête a été éclipsé par l’attaque des bandits. J’ai rédigé mon rapport durant notre traversée et suis prêt à le confier aux autorités compétentes. Grâce à l’aide de mon loup, nous sommes parvenus à fuir le pays du Feu. Par ailleurs, j’ai réussi l’exploit de traîner Eiichiro jusqu’à Kiri. L’aveugle est épuisé et est dans l’obligation de passer quelques temps en observation. À noter que son état n’est pas préoccupant malgré tout. Pour ma part, je suis convié à passer des tests psychologiques. À l’écoute de cette nouvelle, quelques mots me viennent à l’esprit :
▬ Sans déconner ?

Ils sont sérieux ? Je viens tout juste de rentrer, dois déposer un rapport urgent mais tout cela a peu d’importance aux yeux des médecins Kaguya qui souhaitent m’ausculter afin de, je cite ; « vérifier que j’aille bien ». Ébahi, j’assiste à la consultation la plus ridicule et à la pratique de la médecine la plus foireuse qui soit. Un jeune homme – certainement un interne – se pointe avec son carnet et se met à me poser tout un tas de question.
▬ Euh. Il y a des gens autour, vous savez. Mes réponses ne doivent pas rester confidentielles ou un truc du genre ? Je veux dire … Bon, passer un test psychologique, je veux bien. Mais on peut pas faire ça ailleurs que dans une salle d’attente ?
Nombreux sont les shinobis et civils autour de moi mais cela ne dérange pas le jeune homme qui répond avec un sang-froid incroyable :
▬ Impossible. L’hôpital est blindé. On a plus de place, plus aucune salle de consultation, rien. C’est ou bien ici, ou bien à la morgue.
▬ Tout compte-fait, on va rester ici. C’est très bien.

L’interne repose ses questions et je fais exprès de répondre totalement à côté – sur le coup j’ai trouvé drôle de raconter n’importe quoi. Après quelques minutes d’interrogatoire, le jeune homme se questionne et me montre quelques planches sur lesquelles sont dessinées des formes abstraites en noir et blanc.
▬ Que voyez-vous ?
▬ Une chèvre.
▬ Une chèvre, très bien. Intéressant. Et là ?
▬ Hum … Une chèvre.
▬ D’accord. Et là ?
▬ Laissez moi réfléchir … Une chèvre.
▬ Encore ? Vous faites une fixette sur cet animal ou quoi ?
▬ Ah bah ça ! C’est à vous de me le dire, doc’ ! Bon. Je peux y aller ? Il y a sûrement plein d’autres gens ici qui doivent passer un test psychologique. Kiri a besoin de vous.
Moi en tout cas je n’ai pas besoin de son aide. J’ai peur de ce qui pourrait m’arriver et fais fréquemment des cauchemars mais cela n’a pas grand-chose à voir avec les incidents de Shito. J’ai toujours été un poltron, les évènements de Hi no Kuni ne sont en rien responsable de ma nature profonde.
▬ Oui oui, encore quelques minutes et je passe au suivant. Ce sera bientôt à vous monsieur Hanzo.
L’étudiant fixe mon voisin de gauche, un sabreur à la chevelure azurée. Lui aussi doit passer un test psychologique ? Ahah. À en juger par sa tête, je suis prêt à parier que le résultat va révéler que cet individu est un dangereux psychopathe. Soit dit en passant l’épéiste est surpris. À croire qu’il n’était pas au courant pour ce fameux « test psychologique ».
▬ Vous étiez à Shito, vous aussi ?
La question est rhétorique. Toutes les personnes ayant le droit à ce fichu test ont été à Shito …

_________________


Dernière édition par Yuki Shinichi le Mar 26 Sep 2017 - 21:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 21 Sep 2017 - 2:39

« from dust to ice »





La vie de shinobi avait beau avoir ses côtés palpitants, il n'en restait pas moins que parfois, Kami mettait sur la route des shinobis des épreuves qui ne les éprouvaient pas directement au sens propre mais plutôt figuré, comme cette situation que le Torrent allait devoir vivre. Depuis son arrivée à Kiri et malgré ses pérégrinations il s'était installé dans un baraquement spartiate et élu un domicile qui se voulait semi-permanent au moins le temps de trouver mieux.

Il avait de longs mois transformés en années dormi à la belle étoile et se retrouver ainsi entre quatre murs lui invoquait des sentiments contraires, partagés entre le confort d'un matelas bien rembourré et le cloîtrement de ces quatre murs de bois qui le faisait intérieurement suffoquer. Ce n'était donc pas étonnant qu'il en vint à quitter sa résidence après une série d'exercices accomplis en un temps record sans verser la moindre goutte de sueur puis de s'habiller pour prendre la route du dojo où il allait affiner encore plus ses sens.

Hanzô attrapa par le manche le Requin Écailleux et répondut à ses ronronnements d'animal sortant de sa torpeur par une petite tape à la base de ce qui aurait été une garde dans le cas d'une épée normale. Une fois saluée il la mit dans son dos, sa partenaire ensserrée de bandage pour cacher sa nature déchirante.

Malheureusement il fut mis sur sa route ledit envoyé du destin en la personne d'un nabot qui faisait à peine les trois quart de la taille de son arme de prédilection, à peine capable de s'exprimer face au colosse fait de chair et d'azur.

« Vous êt.. convoqué à l’hôpital pour faire le p.. Point après qu'on vous.. »

Il ne le laissa pas finir et le dépassa en prenant la route du lieu morne qu'il n'aimait guère, préférant usuellement régler ses problèmes et blessures d'autres façons. Hanzô n'avait rien de prévu alors il se plierait à ceci pour s'éviter les désagréments d'un rappel à l'ordre, au moins pour un temps.

Bientôt il arriva dans l'immense bâtiment et se fraya un chemin jusqu'à une salle d'attente bondée qui témoignait des affrontements Kirijins vécus dans le pays du Feu. Il était à cette époque trop occupé à combattre un animal titanesque et s'en voulait presque d'avoir raté ça, ayant lu les rapports. Samehada aussi, puisqu'elle frétilla en chatouillant son dos à l'idée d'affronter un Titan.

Il écouta sans broncher le Chûnin s'amuser de la situation et vu son adoration des chèvres eut même un rictus discret, ses doigts pianotant sur son genou tandis qu'il tranchait avec la populasse muni de son bien si gros.

« Nope. J'étais occupé ailleurs, c'est dommage. »

Curieux de connaître la version de l'histoire de Shinichi, il fit rugir son sabre d'un grognement nerveux quand le médecin s'approcha de lui pour lui sommer de patienter, histoire de discuter avec le blondinet.

« Qu'est-ce qui a bien pu s'passer là-bas, et si tu m'racontais... ? »

Il soumettait l'idée qu'il lui dise son nom ainsi que son récit, préferant ceci aux sempiternelles questions pour connaître sa santé mentale, au demeurant très bonne.







Dernière édition par Kyūryū no Hanzō le Jeu 21 Sep 2017 - 19:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Jeu 21 Sep 2017 - 11:39
À ma grande surprise, l’inconnu n’était pas à Shito. Pourquoi doit-il passer un test psychologique dans ce cas ? Est-il patient régulier de ce sympathique interne ? C’est possible. Sa tête et son arme laissent à penser que notre ami n’est pas tout à fait saint d’esprit. Je regarde plus attentivement autour de moi et constate que tout ceux qui m’entourent sont ou bien dépressifs ou bien frappadingues. Où ai-je bien pu atterrir ? Certes l’épreuve que j’ai enduré à être éprouvante physiquement et mentalement mais j’ai bien toute ma tête.
▬ Oh mon dieu.

L’interne panique. Les menaces de l’inconnu ont eu l’effet escompté. Ce bon jeune homme prend ses affaires, range ses crayons et balbutie :
▬ ‘kay m’sieur. Je v-vais rég-gue-gler qu-quelques aff-ff-aires. Je reviens vers vous plus tard.
Et sur ces mots, l’homme prend ses jambes à son cou, quitte la salle d’attente et part faire je ne sais trop quoi. Je ne m’en fais pas pour lui. Nous sommes dans un hôpital, je suis certain que l’étudiant trouvera un patient à ausculter ou un chirurgien à assister.

Je me tâte à rentrer chez moi puis me ravise. J’avais failli oublier l’épéiste. Il m’a posé une question et j’imagine qu’il est de bon ton de lui répondre. Parler avec les fous n’est pas mon passe-temps préféré mais c’est parfois amusant. Qui plus est, allez savoir qui il est réellement. Si ça se trouve, il n’est pas réellement dingue, juste un peu « spécial ».
▬ Bah. C’est compliqué à expliquer. Il s’est passé tout un tas de choses en fait. Après … Si je devais résumer ça en deux mots, je dirais : Gros bordel.
On peut difficilement faire plus clair. Hi no Kuni s’est fait attaquer, l’examen chûnin a été un fiasco et le pays du Feu est maintenant sous la tutelle de bandits et autres fêlés du bocal.
▬ On a essayé à notre manière d’arranger les choses mais bon. C’était pas suffisant je crois.
Rien que d’y penser m’ennuie. C’est la deuxième fois que nous sommes mis en échec par ces bandits et sommes contraints de fuir. Il est vrai que j’excelle dans la discipline cependant j’aimerais – dans la mesure du possible – ne pas avoir à utiliser mes arcanes secrètes de lâche tout les trois jours. Entre ma mission à Namida et ce qu’il s’est passé à Hi no Kuni, je commence sérieusement à en avoir plein le dos ! Être le dindon de l’histoire n’a rien de drôle ou de jouissif à mon sens.

▬ Bref. Changeons de sujet si tu veux. Je m’appelle Shinichi. Toi tu es ? Je crois t’avoir déjà vu par le passé mais … Euh … Je dois pas me rappeler.
J’ai une très bonne mémoire visuelle mais suis très mauvais dès lors qu’il faut retenir les noms et prénoms des gens qui m’entourent.
▬ Et du coup, tu étais occupé à faire quoi ? Et plus important encore, pourquoi t’es là ? Tu es malade ? Je veux dire … Euh …
J’allais faire une réflexion sur sa tête et sur ces os étranges qui ornent son visage cependant je ne suis finalement pas certain de désirer une explication.
▬ Oublie ce que je viens de dire. C’était débile.
Non seulement c'était idiot mais en plus la réponse ne m'intéresse guère. Qu'il soit handicapé ou fou à lier ne change pas grand-chose à ma vie de tout les jours ou à celle du village. D'autant que les trois quarts des Kirijins sont cinglés à leur façon. Il suffit de se promener dans les rues cinq minutes pour s'en convaincre.

_________________


Dernière édition par Yuki Shinichi le Sam 23 Sep 2017 - 15:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 21 Sep 2017 - 19:10

« from dust to ice »




Après le départ du petit homme qui n'allait à l'évidence pas passer à son cas ou finir avec le Chûnin assis à côté, ils étaient seuls. Ou au moins tranquille même si le brouhaha provoqué par les attardés et autres blessés provoquait un climat assez spécial pour avoir une discussion saine et sérieuse.

Sa nouvelle rencontre se mit alors à répondre de façon plutôt vague ce qui eut le don de le faire s'interroger sur la vraie nature et le rôle à jouer de son interlocuteur dans la mascarade du Feu. Il avait entendu parler du titan, de l'examen où avaient été promus tout ce beau monde et compagnie, mais il aurait voulu les détails d'un combattant d'envergure, ceux que peuvent donner un frère d'arme de son accabit quand il a combattu à s'en brûler les sangs.

« Faut croire que Kirigakure no Satô est rentrée la queue entre les jambes. » Il y avait presque du dégoût dans sa voix forte et caverneuse, comme si elle venait s'extirper d'une grotte large et vide où ses cordes vocales avait tout loisir de raisonner.

Shinichi avait l'air de ne pas être particulièrement fier de cet épisode vu sa façon de l'éluder et le Torrent ne s'enquérit pas plus à son chevet, n'essaya pas de prêcher le faux pour savoir le vrai. S'il avait des choses à dire alors il écouterait mais pour l'heure il était temps d'en venir aux présentations, ce que l'adolescent fit suite à sa dernière phrase.

« Kyūryū no Hanzō, il est effectivement possible que tu m'aies croisé il y a quelques années, même si je fus un temps hors des frontières.. Pour régler différentes questions. »

Il n'allait tout de même pas raconter à l'inconnu le pourquoi de son errance dans le Yuukan après tout.

« J'étais en mission. Une longue et fastidieuse mission. Et depuis que je suis rentré on ne cesse de m’asséner ce genre de tâches ingrates, sûrement pour vérifier que j'suis pas devenu complètement fou. »

Ou bien pour s'assurer que le manieur de Samehada n'allait pas leur filer entre les pattes avec son bien et s'en servir pour renverser le pouvoir en place, peur justifiée vu l'animal.

« Ta juvénilité ne t'a visiblement pas empêché d'aller te battre au front on dirait, tu as des séquelles pour être là, jeune Yuki ? Tu m'as l'air trop développé pour n'être qu'un simple Genin ayant participé à l'examen. » Et si cela pouvait sembler étrange, Hanzô avait déjà sondé son partenaire de discussion à l'aide de ses propres dons et ceux de l'épée sans même la toucher, Samehada ne se privant pas de ronronner à l'odeur du chakra glacé de Shinichi qui était pour elle comme une friandise, pourtant interdite d'y goûter.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Sam 23 Sep 2017 - 21:29
Si encore nous étions les seuls à être rentrés la queue entre les jambes. En l’occurrence, ce sont les trois puissances shinobis qui ont perdu la face à Shito. L’examen était censé être une fête, une façon de célébrer la force et la réussite de nos trois cités et au final … Il s’est passé ce qu’il s’est passé. En d’autres circonstances, j’aurais pu rire de ces récents événements tant ils sont ironiques. Malheureusement, vivre cette expérience et être aux premières loges de la débâcle m’empêche de profiter du caractère comique de notre situation.

Je me gratte le front, passe ma main dans mes cheveux et écoute Hanzo parler. Selon ses dires, il est possible que je l’ai croisé auparavant. L’individu reste relativement vague sur les fameuses « questions » qu’il avait à régler, ce qui n’a rien de surprenant. À vue de nez, je lui donne une trentaine d’années et j’imagine qu’il ne va pas me raconter en détail quelle personne il a exécuté, quelle autre il est allé menacer de mort et j’en passe. Tout le monde a eu à faire des choses horribles au cours de la grande répression – et même avant. Encore maintenant, il nous faire des choses horribles.
▬ M’ouais. Je vois.

Le village le prend peut-être pour un fou mais en tout cas, sur la base de ce que j’ai pu voir jusqu’à maintenant, je trouve ce bon monsieur tout à fait sain d’esprit. Il a sûrement d’étranges penchants et des vices peu communs mais rien de bien grave à mon sens. Si à la moindre déviance, il fallait faire interner un Kirijin, nous serions tous à l’asile.
▬ Si ça peut te rassurer, tu m’as l’air d’avoir toute ta tête.
N’étant pas médecin, il se peut que je raconte n’importe quoi et lui donne de faux espoirs mais peu importe. La conversation se poursuit, le sabreur flatte mon ego mais, curieusement, je ne rebondis pas sur mes pseudos « aptitudes » ultra développées. Auparavant je me serais empressé de fanfaronner, de m’inventer une ribambelle de titres tous plus farfelus les uns que les autres mais il n’en est rien. Je n’ai pas la tête à ça pour le moment, fronce les sourcils et réponds simplement :
▬ Ah bon ?

Certes j’ai un peu grandi ces derniers temps mais je ne pensais pas que ma progression récente se verrait tant que ça.
▬ Je suis chûnin, effectivement. Et j’étais au front, c’est juste.
Ce monsieur, à défaut d’être fou, est visiblement très perspicace. Cependant je n’ai pas de séquelles, en tout cas pas de visibles.
▬ Je ne pense pas. Je vais bien. Je suis un peu dans le même cas que toi, je crois. Ils pensent que je vais devenir maboule parce que j’ai combattu un géant …
Dit comme ça, ils ont raison de s’en faire. Ce n’est pas tout les jours qu’on croise un individu de cent mètres et cela peut en déstabiliser certains. Cependant – et là encore je me surprends moi-même – je ne suis pas de ceux qui se laissent ébranler par ce genre de rencontre. Oui, j’ai eu peur sur le moment. Oui, j’ai eu envie de fuir une bonne dizaine de fois. Mais non, je n’ai pas été traumatisé par cette expérience. Plus que de la peur ou de la panique, ce que je ressens actuellement s’approche plus de la honte et de la colère. C’est peut-être le fait des hormones de l’adolescence ou de je ne sais trop quoi encore mais je me découvre une fierté nouvelle, une fierté propre à celle de mon clan.

▬ De nous deux, je t’assure que c’est plutôt lui qu’on devrait examiner ! Le mec s’est pris une flèche, fait enchaîner, puis décapiter !
… J’ai beau avoir mûri un peu, je n’ai pas pour autant perdu mon sens de l’humour.

_________________


Dernière édition par Yuki Shinichi le Dim 24 Sep 2017 - 10:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 24 Sep 2017 - 4:24

« from dust to ice »




Il était facile de prendre les allégations pour de la surestimation ou des louanges mais ce n'était rien de tout ça. Ses dons de senseur lui permettait seulement de déceler le potentiel et dans une foule d'infirmes et de civils, Hanzô avait facilement mesuré le potentiel latent de Shinichi, ses dons et sa réserve de chakra, ce qui était loin de correspondre au Genin lambda. Même parmi les Chûnins le garçon se trouvait pourvu d'un 'don', de quelque chose qui l'élevait au-dessus de la fange et il n'était pas homme à sous-estimer exprès son prochain, au contraire. En tant que Kirijin, il était de son devoir de tendre une main à la prochaine génération qui s'avérait déjà bien pourvue en comptant Yuki Tetsuko.

« C'est sympa d'ta part. » Il continua avec un petit sourire en coin, bien conscient que ses frasques et aventures lui avait coûté un peu de sa normalité au profit de sa part d'ombre, couvrant comme une nuit sans lune l'étendue de ses rêves et de ses besoins, ses envies. Tuer, être tué, tout cela semblait si plausible, si réel. Et il était pourtant là dans la candeur d'une salle d'attente où on croit que tous nos maux vont être miraculeusement guéris. Où 'ils' croient.

« Je suis plutôt doué quand il s'agit de mesurer la force d'un homme. Enfin, nous le sommes. » Il joignit les dires au mouvement en caressant le haut de Samehada, près de son manche, cette dernière ronronnant. Cela fit sursauter un homme assis à côté de lui qui s'écarta d'une place en bousculant son voisin, ce à quoi il ne porta que peu d'attention.

« Ca te fera une belle histoire à raconter à tes futurs enfants, ou aux gamins que tu viendras un jour à avoir sous ton aile. »

Roulant des yeux à l'idée d'avoir des enfants lui-même ou d'en assumer la responsabilité bien qu'il se montrait sous le jour d'un père pour Tetsuko sans vraiment s'y forcer, le Torrent fit claquer ses deux rangées de dents dans une mélodie qui ne dura qu'une petite seconde puis s'imagina lui-même affronter le titan avant de se sortir l'idée de la tête, triste d'avoir raté cela.

« Et t'as participé à tout ça ? Tu comptes faire quoi après ça, partir sur les traces du vieil ermite qui a scellé le Démon Légendaire pour lui botter l'cul, à lui aussi ? » Son rire fut bref mais franc, car il était aussi atteint que son compère à ce niveau-là. Pendant ce temps devant eux se pressait un cortège d'infirmières et de médecins, un pauvre homme presque à moitié sectionné en deux escorté par la petite équipe jusqu'au bloc. Il n'avait visiblement plus beaucoup de temps à vivre dans ce bas monde.

« Eh beh.. C'est un jour funeste. On dirait qu'ils ont pas tous eus ta chance, gringalet. »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Dim 24 Sep 2017 - 12:38
▬ Ah.
Tout s’explique. Ce bon monsieur a des dons de senseur, tout comme moi. L’homme parle de son arme comme si cette dernière était vivante, ce qui me laisse à penser qu’il n’est peut-être pas si sain d’esprit que ça. Intrigué, je fixe l’arme d’Hanzo. Le shinobi au curieux faciès caresse l’épée qui semble s’agiter … Ah … Finalement il n’est peut-être pas si fou que ça. En effet ce bout de métal paraît bien vivant. C’est la première fois que je vois un couteau à beurre doté de ce qui peut apparaître comme étant un semblant d’esprit.

▬ Des enfants ? … M’ouais.
Je ne crois pas que l’expression « belle histoire » soit appropriée. Pour l’heure, j’ai tout sauf envie d’être père ou d’avoir des genins sous ma responsabilité mais si d’aventure j’en ai, je me vois mal leur raconter cette expérience. Pour cause, il s’agit là du genre d’évènements qu’on préfère cacher aux gens auxquels on tient. Cela me fait d’ailleurs penser : Quels genre de tragédie peuvent bien me cacher mes parents, ma sœur et mes oncles ? Je me pose la question quand l’épéiste ironise sur mon expérience passée à Shito et sur mes ambitions futures. Je ne sais pas s’il se moque réellement de moi, me prends pour un menteur ou essaie simplement de faire de l’humour. L’un dans l’autre, ma réponse est la même :
▬ Participé, plus ou moins.
Il est possible que je réponde de façon sérieuse à une boutade mais peu importe. Dans tous les cas, j’avoue ne pas savoir ce que je vais faire dorénavant. J’imagine que je vais continuer à vivre ma vie de chûnin de la brume. Un chariot passe devant nous et transporte un guerrier de la brume vraisemblablement très mal en point. Il n’est pas nécessaire d’avoir fait médecine pour comprendre que ce gars-là est condamné.

▬ Yup. Je sais. Mais je ne suis pas certain que ce soit qu’une question de chance.
Comme le dit le dicton : la chance ne sourit qu’aux esprits bien préparés. En l’occurrence le proverbe est un poil foireux puisque je suis toujours en vie mais bon … En règle générale, j’ose espérer que cette phrase dit vrai :
▬ Enfin. Dans mon cas, c’en est mais bon ! Faut pas le dire.
J’ai été aidé par mon loup, suis monté sur le bon oiseau et ne me suis pas fait écraser par le géant comme ce Kumojin manipulateur d’encre. Il y a eu en tout et pour tout un bon nombre de concours de circonstances m’ayant permis de survivre. Et je ne parle pas de l’aide que m’ont apporté le samourai et l’autre grand dadais aux cheveux d’argents. Sans eux, je serais sûrement mort à l’heure qu’il est.

▬ Bon. La question à un million de ryos est maintenant : Que vais-je faire de ma journée ? J’ai plus ou moins évité le test psychologique, toi aussi à ce que je vois … J’ai pas envie de buter le démon légendaire ou l’ermite de je ne sais trop quel pays mais …
Mais j’ai envie de faire quelque chose. Je n’ai pas envie de rester là à rien faire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 24 Sep 2017 - 20:21

« from dust to ice »





Les yeux assortis à la chemise de Shinichi fixèrent Samehada et comme l'abîme elle sembla lui notifier qu'elle aussi elle le contemplait à sa manière en émettant un bruit guttural vite tut quand le propriétaire de l'Écailleuse claqua de son index et son majeur pour lui signifier de se taire. Il ne fallait pas qu'elle se laisse aller ici, avec tout ce sang et ces blessés, Kami seul savait ce qu'il adviendrait d'eux.

« Je suis sûr qu'il y a du positif à tirer de tout ça. Un dépassement de toi-même, des rencontres ? Que sais-je. » Il accorda au Chûnin un rictus confortant sa prose, avoir le double de son âge confortant Hanzô dans sa position. Il n'avait pas été là lors de la belligérance mais lui aussi avait vécu des choses troublantes qu'il lui avait fallu digérer. Des trahisons, des amitiés défaites par le Shinigami et des mots durs qu'il encaissa sans broncher. Au moins, le Yuki semblait au fait de ses responsabilités et ne s'écroulait pas en larmes, justifiant l'intérêt naissant du Bâtard.

« T'es bien flou. Mais ouai, comme tu le dis, c'est peut être plus que de la chance. Si t'es pas capable de repérer tes forces et faiblesses tu vas pas faire long feu. » Il était dur avec lui-même et cela se respectait mais il fallait savoir quand on réussissait et quand on échouait ou toute avancée pourrait être recul.

Son flegme était en adéquation avec ses mots visant à faire comprendre à l'interlocuteur que plus que la chance d'être en vie il devait se rendre compte que tout cela n'était qu'une étape, une minuscule miette de pain sur une destinée qui serait, pour chaque Kirijin, dangereuse et exigeante. Pourquoi était-il si paternel ? Peut être pour éviter des morts inutiles, des désistements et autres comportements déviants. Il avait été absent si longtemps qu'il fallait bien se rattraper.

« Ouaip nous voilà saints et saufs. Mais tu te sens de bouger ? Je suis pour me tirer de ce trou si tu connais une bonne adresse hors d'ici. Faut dire que j'suis plus trop à jour. »






_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Lun 25 Sep 2017 - 20:51
Le positif. Sur le moment, j’avoue ne pas être en mesure d’en voir. Cependant Hanzo n’a pas tort. Il y a forcément du bon à tirer de cette expérience. Je réfléchis à la question, écoute les dires du sabreur et finis même par trouver deux ou trois « bons » points à tout ceci. Soit dit en passant, il serait bon pour moi de me ressaisir. Certes je les circonstances font qu’il est difficile pour moi de rire ou d’être gai comme à mon habitude cependant je n’ai pas envie de broyer du noir toute la journée.
▬ Je connais mes points forts. Et mes points faibles, t’en fais pas pour ça.
Présentement je n’ai pas assez de l’un et un peu trop de l’autre mais cela va s’équilibrer sous peu, j’en suis persuadé. Quoiqu’il en soit, j’entrevois les choses avec une plus grande clarté désormais.

▬ Une bonne adresse ? Ça veut dire quoi ça ? C’est un code secret pour dire un « bar où on fait des choses pas conseillées aux gosses » ou ? … Non parce qu’au cas où ça ne se voit pas, je n’ai pas encore la majorité.
En tout cas, je suis aussi d’avis que nous devrions partir. L’interne ne reviendra pas avant un petit moment et bien que je ne souhaite pas avoir de problèmes avec les autorités Kirijins, je ne pense pas qu’on m’en tiendra rigueur si je « sèche » le test psychologique.
▬ En tout cas, si tu veux connaître des endroits cools, je suis assurément ton homme. Enfin ton adolescent. Bref, tu m’as compris.
Je ne pense pas avoir affaire à un fou ou à un idiot et j’imagine qu’il a bel et bien saisi la portée de mon propos. Alors que nous quittons tous les deux l’hôpital, je reviens sur le sujet de tout à l’heure :
▬ J’y ai un peu réfléchis et je crois que tu as raison. Il y a des choses à tirer de tout ça. Je ne sais pas encore exactement quoi. Mais il y a des trucs.
Face au titan, j’ai utilisé un jutsu que je n’avais encore jamais usité auparavant. Je ne sais pas si je peux reproduire l’exploit que j’ai réalisé ce jour-là mais si c’est le cas, j’aurais « progressé ». Par ailleurs, j’ai fait la connaissance de shinobis d’exceptions, sujets à être des modèles pour l’avenir.

▬ T’es déjà allé à la pâtisserie du croissant doré ? Non parce que moi j’y allais souvent. Je suis même devenu obèse à force de traîner là-bas. Heureusement, quelqu’un m’a aidé et j’ai arrêté.
S’il y a bien un endroit qu’il faut lui montrer, c’est celui-là. Celui où tout a commencé. C’est là-bas qu’a démarré l’opération « from obèse to balèze ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 26 Sep 2017 - 18:51

« from dust to ice »





Shinichi était un interlocuteur loquace, mais il semblait affecté et changé, bien qu'il n'ait pas connu la version qui était parti insouciante sur les lieux de ce qui s'apparentait à une guerre pour en revenir un autre homme. Il ne fallait pas se leurrer, à cette époque les enfants étaient bien vite mis sur le même piedestal que leurs aînés et il ne faisait pas exception. Hanzô trouva donc logique de le traiter en tant que tel, après tout n'était-ce pas ça le respect ? Il en disposait à son bon vouloir mais aujourd'hui le jeune blond méritait bien un peu de sollicitude. Bien sûr, il restait son cadet et n'avait pas vécu la moitié de ses péripéties et pourtant le Requin n'hésitait pas à l'estimer autant qu'un de ses frères d'arme, car le sacrifice de sa naïveté et de son idéologie, il l'avait fait pour quelque chose de plus grand que lui et méritait donc, non l'approbation, mais la compréhension. Celle de l'homme qu'il était ; un shinobi, parlant à un autre. Avare de formalités et de bienséance, il n'alla tout de même pas jusqu'à employer le côté doux de sa main.

« Tu risques de survivre alors. » Était-ce assez pour lui ? De simplement survivre ? Il était un acteur dans une pièce si vaste qu'elle en faisait tourner la tête, et tomber d'autres. À savoir si la sienne passerait à la guillotine faute à une erreur, une mésestimation, un adversaire trop redoutable.

« Haha, non. Ca se voit, et je m'adonne pas à c'genre de pratiques, laissons ça aux Iwajins. J'ai capté, et vu l'heure et ton âge, je nous vois mal aller vider les stocks de spiritueux de la Cité. » Il lui aurait presque tapé sur l'épaule en signe de contentement.

Leurs pas se dirigèrent bientôt vers la sortie et le blond qui semblait naviguer dans les eaux troubles de sa propre psyché l'invectiva sur un sujet qu'ils avaient déjà abordés, sans que cela ne gêna le Sabreur.

« C'est quand l'épée du Shinigami va trancher que l'Homme révèle son potentiel s'il en a un. Vois tout ça comme une opportunité, un pas en avant. » Il acquiesça à ses propres propos d'un rapide signe de tête, faisant écho avec ses précédentes palabres.

« Je te laisse me faire découvrir ça. Obèse hein ? Tu m'as l'air d'avoir bien travaillé, ton Taijutsu a suivi ? Ou ton Kenjutsu, à noter la lame entre tes omoplates. » Observateur, peut être que le Yuki s'adonnait à la même discipline que lui.

Peu à peu, ils avançaient vers le prochain lieu, le duo du petit et du plus grand tonant avec la simple populace.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Mar 26 Sep 2017 - 21:34
J’ai beau avoir grandi, j’ai toujours la carrure d’un adolescent selon ses dires. Tant mieux. Me voilà rassuré. Il n’y a rien de pire à mon sens que d’avoir un physique Shizenien – du nom du chûnin que j’ai rencontré à Shito – à l’âge de vingt ans. Mon interlocuteur a une grande propension à parler par énigme mais je crois comprendre ce qu’il essaie de me dire. Par ailleurs, je suis pour le moment plutôt d’accord lui.

Nous quittons l’hôpital et l’homme m’avoue ne point connaître la pâtisserie du croissant doré. Quelle hérésie. Je crois rêver. Qu’a-t-il bien pu faire de sa misérable vie ? Je plains ce sombre individu, l’écoute palabrer et réponds :
▬ Bien travailler, oui. Mais il est aussi important de se reposer. Pour cela, rien ne vaut le croissant doré. J’ai du mal à croire que des gens ici ne connaissent pas cet endroit.
Cette boutique mérite assurément d’être plus réputée encore que le palais du Kage ou je ne sais trop quel bâtiment de ce type. L’hôpital, les geôles … Tout ces endroits ne sont que fioriture en comparaison de ce noble édifice qu’est la pâtisserie du croissant doré.
▬ Sinon pour répondre, je dirais que j’ai fait des progrès mais que ce n’est pas dans ces domaines que j’excelle.
Je suis meilleur à distance qu’au corps à corps. Ce n’est pas une nouveauté et quand bien même j’essaie de combler mes lacunes, mes « prédispositions naturelles » me poussent à travailler cette discipline plus qu’une autre.

▬ Ces derniers temps, je teste pas mal de nouvelles choses. Plus ou moins malgré moi d’ailleurs … Je ne sais pas à quoi tout ça va aboutir mais bon. J’ai bon espoir de continuer à progresser dans bien des domaines quand tout sera terminé.
Là encore je reste vague. Je n’ai pas spécialement le droit de détailler la nature de mes relations avec le clan Shiranui et vais donc passer sous silence mes entraînements avec Shunsui et le chef de meute. Nous arrivons bientôt près du croissant doré et je pointe du doigt le formidable édifice :
▬ C’est là.

Je salue le vendeur et affirme :
▬ Je prends la spéciale.
« La spéciale » n’est autre qu’un méga beignet au chocolat plus gros encore qu’un gâteau d’anniversaire. Je ne sais même pas pourquoi j’ai commandé cette horreur. Cela fait des semaines, voire même des mois que je n’ai pas mangé de sucrerie et risque de ne pas supporter cette « spéciale ». Pour vous donner une idée ; Cette chose est tellement sucrée qu’elle tuerait un diabétique à la première bouchée. Ceci-étant, je me dois de prendre mes précautions et demande à mon camarade :
▬ Des troubles de la digestion ? Des problèmes rénaux ? Une difficulté à assimiler le sucre ? Si non, tu peux prendre comme moi. Dans le cas contraire, tu peux te tourner vers ça :
Je pointe du doigt les pains au chocolats. Ces derniers sont exquis. Ils sont soit dit en passant la cause de ma prise de poids passée. C’est pourquoi je me permets de mettre en garde le sabreur.
▬ Mais fais attention. Ce sont de viles créatures qui n’hésiteront pas à profiter de tes moments de faiblesse.
Oui. Je parle bien des pains au chocolat. Et oui je parle d’eux comme s’ils avaient une âme et une conscience.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 27 Sep 2017 - 22:31

« from dust to ice »





« Tu te reposeras quand tu seras mort, à ton âge tu as tellement à apprendre. Mais je veux bien profiter de ton croissant doré. Faut dire que j'ai été absent un moment. »

Son départ motivé par des raisons assez obscures aux yeux des citoyens bien que motivées par des raisons tout à fait légitimes l'avait éloigné de bien des choses, mis au pas pour bien des événements où sa présence aurait pu faire une différence. Jamais ô grand jamais avec le Torrent dans les parages, la vieille folle n'aurait pas pu ne serait-ce que porter un doigt sur son filleul, transformer Kirigakure en zone de guerre entre ses propres murailles. Toutefois Shinichi semblait accorder assez d'importance à ce lieu pour donner envie de voir à Hanzô ce dont il retournait.

« C'est le principal, la base de tout. À quoi bon t'exercer à ce à quoi tu excelles ? La polyvalence est la clé pour un shinobi qui peut affronter n'importe qui. » Il souriait maintenant sans découvrir ses dents à la pensée de sa propre personne peut être capable d'affronter n'importe quelle personne aguerrie aux arts ninjas avec toutes les chances de la défaire.

« Malheureusement je ne veux pas briser tes idées, mais ce n'est jamais terminé. Après cette crise en viendra une autre, ainsi de suite. C'est ainsi que le Yuukan fonctionne. Il est donc peu lucratif d'attendre, mieux vaut t'y jeter à corps perdu. » Sans lui adresser quelconque signe de sympathie pour contrebalancer ses propos qui se voulaient coller à une réalité bien ancrée, il aperçut enfin l'enseigne dont lui parlait le blond depuis quelques temps, entrant avec l'habitué dans les locaux. Il y avait dans les vitrines un nombre extraordinaire de variétés de viennoiseries et autres jouets pour le palais, et il ne mit que peu de temps à choisir.

Hochant négativement de la tête en bavant intérieurement comme Samehada devant une quantité de chakra astronomique à l'odeur divine, il finit tout de même par adresser quelques mots à son compagnon. « J'ai affronté les femmes de Kaminari, après cela je peux bien lutter contre quelques pains au chocolat. » D'un rire il coupa net et s'aventura vers le vendeur.

« De mon côté il me faudra un spécial, un assortiment de vos viennoiseries et trois éclairs. » Tout en finissant sa phrase il sortit les ryôs pour leurs achats, attrapa sa livraison et sortit dans la rue, un des mets déjà à moitié enfourné dans sa bouche.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Jeu 28 Sep 2017 - 20:35
« Nous nous reposerons quand nous serons morts. » Si par un hasard hasardeux, je deviens un jour chef de guerre ou général d’une armée, je reprendrais assurément cette phrase tant elle fait sens et inspire le respect. Hanzo ne dit pas que des bêtises mais ne détient pas pour autant la vérité vraie. En témoigne son affirmation selon laquelle la polyvalence est la clé de tout.
▬ Assurément une philosophie bien sympathique mais je n’y souscris pas.
La polyvalence est une qualité mais ce n’est ni la principale, ni celle qu’il faut développer en premier. Si les équipes shinobis sont le plus souvent composées de trois personnes, c’est qu’il y a une raison. Je suis mauvais dans des domaines mais j’ose espérer que mes collègues sont aptes à palier ces lacunes, de la même façon que je peux éventuellement combler les leurs. Mes compétences et les leurs sont non chevauchantes. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas chercher la polyvalence, bien sûr. Mais pour l’heure, je préfère m’atteler à la tâche qui est la mienne ; à savoir progresser dans les domaines où je suis déjà bon de sorte à être incollable.
▬ Je veux dire … Hum. Comment expliquer ça simplement.

Comme souvent lorsque je ne sais pas comment formuler mes idées, je cite des amis, des collègues ou bien des membres de ma famille.
▬ Un moine m’a dit un jour qu’il craint plus l’homme qui s’est entraîné mille fois à réaliser un coup de pied que l’homme qui s’est entraîné à réaliser mille coup de pieds différents.
… Mon dieu. J’ai sérieusement cité Akio ? Vite, il faut vite que je sorte une vanne pour pondérer le sérieux de mon propos. Je prends mon air d’enfant idiot, me gratte la tête et reprends aussitôt :
▬ Après dans l’idéal, c’est sûr qu’il faudrait faire mille fois mille coups de pieds différents mais bon. J’ai jamais été bon pour ce qui est de mettre des tatanes avec mes jambes.

Y a pas à dire … Je suis vraiment bon pour ce qui est de détendre l’atmosphère et repartir sur des considérations plus légères. Cependant, j’ai beau faire tout les efforts du monde pour parler de sujet plus gai, notre ami Hanzo vrille de nouveau sur un point sensible. Il est vrai que les guerres ne s’arrêtent jamais. La paix n’est ni plus ni moins que le laps de temps entre deux batailles. Parfois ce temps est long, parfois il ne l’est pas.
▬ C’est vrai.

Nous ne tardons pas à commander des viennoiseries. Je pensais impressionner le sabreur en commandant cette « spéciale » mais vois qu’Hanzo du torrent n’a rien d’un petit joueur.
▬ Tu … Vas sérieusement manger tout ça ?
La réponse est oui. L’homme s’enfile une moitié de viennoiserie en moins de deux. À la façon d’un héros de bande dessinée ayant rencontré le super vilain, je bégaie :
▬ Ba-Bakemono !
De mon côté j’entame ma viennoiserie mais ne suis pas en mesure de la terminer. Ceci-étant, je tends la chose à mon collègue et demande :
▬ Tu finis ? Je crois que je commence à faiblir. Ce régime a quelque peu saccagé l’aptitude de mon estomac a encaisser les coups durs.
Soit dit en passant, le voir manger autant me dégoûte. Je voulais faire le fier devant lui mais j’ai sans conteste trouver mon maître.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 29 Sep 2017 - 0:49

« from dust to ice »





Shinichi semblait polémiquer sur une de ses phrases. Et pas qu'une visiblement. Mais il ne devait tout simplement pas avoir essuyé d'échec le remettant en question assez profondément pour ne pas consacrer chaque minute de ses jours et ses nuits à se dépasser et acquérir le savoir nécessaire pour tenir ce genre de propos. Certes chaque humain était différent et pourvu de ses propres ambitions, mais en tant que 'gradé' d'un village, qui plus est Kirigakure no Satô, Hanzô estimait qu'être capable de consacrer sa vie entière à cette quête perpétuelle était un prérequis. Autant être comme ces vendeurs de pâtisseries, sinon.

« Tu ne vois pas très loin. Certes ton ami moine a raison, mais cela veut-il dire que tu ne dois savoir mettre que des coups de pied pour autant ? Notre philosophie diffère, mais le temps fera son œuvre. » Imputant, de façon égoïste et peut être même narcissique cette divergence d'opinion sur le compte de sa juvénilité avérée, le Torrent paraissait bien trop sûr de lui.

« Bien sûr que oui, sinon pourquoi l'acheter ?! » Comme étonné de la question, il se mit à s'empiffrer avec peu de savoir-vivre, la quantité de pâte et de chocolat finissant rapidement au fond de son estomac gargantuesque, à l'instar de Peau de Requin. Il avait cela en commun avec la Belle Écailleuse, une capacité à engloutir plus que son poids de ses mets préférés, bien que ceux du Squale ne soit pas quantifiable en poids.

Quand il le traita de monstre, il se contenta de sourire à pleine dents, fier de lui et assez occupé tout de même à engouffrer dans sa bouche le reste du spécial. Il avait à peine sorti de la boutique déjà fini sa part.

Il acquiesça à la demande du blond et saisit son reste qu'il ne fallut pas longtemps pour faire disparaître, le Torrent déglutissant à la dernière bouchée, presque repu d'un petit-déjeuner digne de ce nom, bien que loin des repas traditionnels des Akimichi qu'il avait cotoyé à Hi no Kuni.

« Une bonne chose de faite. Maintenant dis-moi, Shinichi-kun. Je serai partant pour un petit tour vers les endroits intéressants construits depuis deux ans. Je connais les quartiers résidentiels et les lieux ninjas principaux, mais il y a bien du nouveau non ? »





_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Jeu 5 Oct 2017 - 22:12
« Le temps fera son œuvre. » Je note aussi cette phrase-là. En effet je me vois bien – dans quelques années – dire cela à mes neveux, mes élèves ou je ne sais trop qui encore.
▬ C’est possible, c’est possible. Après moi j’aime pas mettre des coups de pieds.
Ce que je dis n’a aucun sens mais peu importe. Ce n’est qu’un détail. Passons. L’homme va bel et bien manger toutes ses sucreries. Un véritable ventre sur pattes. Je ne sais pas comment il fait ni quel type de Kekkai Genkai il utilise mais là encore peu importe. Je ne préfère pas savoir, de peur de découvrir un pouvoir immense. L’homme à l’estomac sans fond se saisit du reste de ma commande et avale le tout sans grande difficulté. Je reste bouche-bée quelques secondes face à ce spectacle avant de finalement reprendre mes esprits. L’homme au curieux sabre aimerais de moi que je lui fasse visiter le village. Pour cause, il s’est absenté deux ans et soupçonne que bien des bâtiments aient poussés en son absence. Je réfléchis quelques instants et ne tarde pas à rétorquer :
▬ On peut faire ça, oui. Un petit tour … Hum. Après … Je suis pas sûr de bien savoir ce qui a été crée en votre absence.

Il y a deux ans, j’avais douze ans – attention, c’est une affirmation issue d’un expert en calcul mental. Certes j’étais en âge de sortir toutefois je ne me souviens pas tellement des lieux de l’époque. Le village est constamment en travaux. Nombreuses sont les maisons et échoppes étant apparues depuis son départ. De là à savoir lesquelles en particulier … Quoiqu’il en soit, je fais mine de savoir et reprends la parole :
▬ Le domaine des Yuki, vous vous en souvenez ? Il y a de nouvelles maisons, de nouveaux trucs. C’est le quartier où je traîne le plus. Mais ce n’est peut-être pas celui qui va vous intéresser. Il y a un grand dojo, sensé appartenir au sabreur ; Il était déjà là à l’époque, non ? Même chose pour l’hôpital ? Même chose pour la poissonnerie Korukura ? Elle est dégueulasse. Je sais pas comment ce gars là fait pour vendre ses trucs aux gens.
Hum. Difficile de savoir quel endroit lui faire visiter. J’ose espérer qu’il sera apte à me dire ce qu’il cherche exactement ou ce qui l’intéresse le plus. À moins que …

▬ Le dojo a été agrandi je crois. Il y a désormais plus de cabanes autour du bâtiment principal. Peut-être que vous voulez voir ça ?
La question est plus ou moins rhétorique. Je suis sûr que mon interlocuteur va vouloir voir de quoi il en retourne. Après tout il s’agit en quelque sorte de son habitat naturel.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 7 Oct 2017 - 19:58

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »



Sa demande fut vite interprétée et assimilée par l’adulte en devenir aux penchants enfantins qui n’avait pas l’air plus éclairé que lui sur les lieux qui tenaient en haleine la populace. Vu son âge, il n’était pas étonnant que leurs centres d’intérêts divergent mais ils restaient deux ninjas et partageaient forcément des points communs. Hanzô haussa simplement les épaules à l’évocation d’un petit tour, curieux de voir où le raisonnement du blond allait les emmener après leur petite discussion. « Je ne suis pas allé chez les Yuki depuis plusieurs années. Il ne me semble même pas avoir mis le pied chez l’un d’eux, en fait. Je ne suis pas contre un tour chez eux puis un petit détour chez les Sabreurs. Oui, l’hopital et le dojo datent, pour la poissonnerie par contre, je ne saurais te répondre. » Il termina sa phrase par un sourire large, à l’idée du poisson peu frais jeté sur le blond qui n’avait pas sa langue dans sa poche et qui avait déjà dû faire la réflexion au propriétaire des lieux. Le Torrent avait déjà mis les pieds dans le dojo, mais le voir sous l’œil d’un externe à la Confrérie ne pouvait pas faire de mal ; prendre la température pour savoir comment était vu le clan vis-à-vis des Yuki, plus grande et influente famille de la région.

Comme une flèche Shinichi traversait les ruelles en guidant le plus grand d’eux deux parmi les petites gens, Le Torrent laissa voguer ses yeux de droite à gauche, croisant parfois de jolies et plantureuses femmes et d’autres des vieillards qui semblait trembler au simple fait de porter eux aussi une épée. Peut-être qu’ils avaient fait leurs temps pendant les guerres claniques sévissant avant la création des villages. Chaque individu avait le potentiel d’attiser sa curiosité mais pour l’heure il se concentra sur son jeune et nouvel ami, qui ne lui avait pas délivré toutes ses surprises. Allaient-ils au domaine Yuki ou préférait-il éluder cela pour aller directement au dojo ? Hanzô le saurait bien vite.


_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Jeu 26 Oct 2017 - 19:56
Hérésie. Le sabreur ne s’est jamais rendu au domaine des Yuki. Ledit quartier a beau être le lieu de résidence des manipulateurs de glace, il n’est pas pour autant fermé aux visiteurs, bien au contraire. Les membres de mon clan aiment exhiber leurs richesses et leur culture. J’ai beau être vu comme un clown par la plupart de mes confrères, je n’en reste pas moins un Yuki moi aussi. Ceci-étant, je suis doté des mêmes qualités – et défauts – que ceux-là. C’est donc afin d’impressionner le shinobi dit « du torrent » que je marche à toute allure vers mon domicile. Je ne vais pas pouvoir faire entrer l’homme dans les demeures de mes cousins – pour la simple et bonne raison que je n’en ai pas les clés – cependant il ne sera pas difficile de présenter le quartier sous son plus beau jour.

Après dix à quinze minutes de marche rapide, nous voici au fameux domaine des Yuki. Un bâtiment de grande taille a été érigé au centre du quartier tandis que plusieurs petites maisons se sont agglomérées autour de ladite construction.
▬ Comme tu peux le voir c’est grand et plutôt joli. En règles générales, nous avons bon goût pour ce qui est de l’architecture et de la disposition des maisons. Le tout doit être harmonieux. La légende raconte que, un jour, un homme aurait essayé d’installer sa demeure près de celle de mon grand-père. Ce dernier, peu content de voir son espace vital dégueulassé de la sorte aurait brûlé les bases de la construction et « convaincu », si tant est qu’on puisse utiliser ce terme, ledit monsieur de dégager. En tout bien tout honneur bien sûr. LE STYLE A SON IMPORTANCE.

Sur ces mots d’une sagesse infinie, je présente tour à tour plusieurs lieux dignes d’intérêt et maisons importantes, dont la meinne. Elle n’est pas la plus incroyable ou la plus belle mais elle appartient à mon vieux. Un homme d’une relative importance au sein du clan.
▬ Bon. On peut partir maintenant. Non parce qu’en soi … Les baraques et autres échoppes du coin, c’est marrant mais on s’en fout un peu. Tu pourras revenir si tu le désires plus tard. Direction le dojo des sabreurs ! ENDROIT BIEN MOINS ÉLÉGANT IL FAUT LE DIRE.
Quand même. Il faut le dire hein. « C’est écrit » comme dirait l’autre. En effet tous les journaux et magazine de déco affirmeraient sans le moindre mal que le domaine des Yuki est bien plus fastueux que cet endroit obscur dans lequel s’exercent les genins et autres shinobis du village.
▬ Ceci-dit, je vous accorde que votre … Euh … « Domaine » est plus pratique et utile à la communauté que le nôtre !
Histoire de ne pas offenser le monsieur du torrent, je trouve quelques bons points à cet endroit dans lequel je me suis rendu à plusieurs reprises.
▬ Bon. Voilà. Nous y sommes … Euh … Bha … Y a des cabanes et un dojo quoi. Je connais pas très bien l’endroit pour être tout à fait franc.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 27 Oct 2017 - 2:47

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »




« Effectivement ça a son charme. Par la noblesse de cet entassement de pierres, ça me rappelle quelque peu les constructions de Tetsu. Ce classicisme, cette envie ou besoin d’impressionner quitte à déployer plus de moyens qu’il n’en faut. Un vaillant, ton grand-père. Du feu pour un Yuki, en voilà un paradoxe digne de ce nom. Mais protéger son territoire, voilà un instinct bien respectable. Je ne peux qu’acquiescer à cette sagesse par les actes, qui plus est. » Il lui déclara un sourire mesquin, ayant peut-être piqué sa fierté de Yuki en les accusant de mettre du faste dans le seul but de combler un quelconque manque autre part. Il n’y avait pas de fondement à ce propos, juste l’amusement d’un adulte avec un adolescent, car il était né un petit jeu entre eux.

La petite balade continua et finalement ils arrivèrent vers le Dojo des Sabreurs. C’est là que siégeait ceux qui portaient les numéros, là où siégeait sa destinée. Là où il avait revu Kasanagi pour la première fois, là avec Hiramekarei à forger son enveloppe frêle aux affrontements à venir. Une famille de shinobi dont il était le patriarche, composée de lui et de l’éphèbe. Comparé à Shinichi dont il était l’aîné de quelques mois tout au plus, la différence était énorme. Il était teinté de noir là où le Yuki avait gardé toute la naïveté et la juvénilité liée à sa quinzaine.

« Je suis du genre à privilégier le pratique plutôt que le cosmétique. Faut dire que mes voyages m’ont habitués aux conditions de vie basiques, alors dormir dans un château ou une « cabane » comme tu dis. Tant que je dors, si j’y arrive, je ne me plains pas. Et l’endroit a le privilège d’être propice à l’entraînement, que demande le peuple ? » Là où les Yuki se complaisaient dans le luxe et le fastueux, les Sept eux ne comptaient que sur la dure réalité et la préparation à cette dernière. Choix spartiate s’il en était, mais logique et cohérent. Des guerriers, des ninjas. Dans l’essence même de ce mot.

« Je reprends aussi mes marques. À l’époque où je l’ai vu sortir de terre, le grand dojo n’était pas encore le quartier général des Sabreurs, juste un lieu de pèlerinage pour les âmes combattantes. Bien qu’elles se bousculent toujours autant ici, on dirait. »



_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Ven 27 Oct 2017 - 3:22
▬ Ah. Je savais que tu verrais les choses sous le bon angle. Et oui, en effet, du feu pour un Yuki … Moi aussi je n’ai pas tout à fait compris. Peut-être a-t-il fait cela pour ne pas se faire accuser par les autorités locales en cas de plainte ? Va savoir. Mais tu sais, dans la vie faut savoir faire preuve d’originalité et d’élégance ! Et j’ai beau être un Yuki, je dois reconnaître que le feu, c’est classe ! Ahlala. En tout cas je vois que nous sommes sur la même longueur d’onde. Ça me fait vraiment plaisir de t’avoir rencontré.
L’homme a beau esquisser un large sourire, je n’ai toujours pas saisi l’ironie dans son propos. Pour moi ses flatteries sont tout à fait sérieuses, c’est pourquoi je réponds de la sorte tout en souriant à mon tour.
Cet Hanzo du torrent a en tout cas très bon goût ! Il a beau paraître rustique, il n’en reste pas moins amateur d’art et d’architecture. Pas peu fier de lui avoir fait découvrir notre somptueux domaine, je me gratte le menton, lâche les quelques phrases citées plus tôt et me dirige vers un endroit bien moins élégant ; à savoir le grand dojo.

▬ J’ai déjà dormi dans une cabane … Ça fait mal au dos quand même.
Sans lit, à même le sol … C’est un coup à se flinguer les dorsaux et les lombaires ! Non merci.
Le shinobi de la brume me raconte l’histoire du grand dojo de Kiri tandis que, curieux, j’observe deux adolescents d’à peu près mon âge se battre.
▬ Ah … OK. J’étais là aussi techniquement quand le lieu n’était qu’un endroit parmi tant d’autre. M’enfin. À cette époque là, je … Bref, on s’en fiche.
A cette époque là, je glandais comme il n’est pas permis de le faire et ne me rendais donc pas au grand dojo. Je continue d’observer le combat opposant les deux adolescents et demande :
▬ C’est marrant, ces deux-là, ils se battent à l’épée et ils ont l’air presque aussi nazes que moi.
Ce n’est pas un compliment pour eux mais le fait est qu’il s’agit là de la stricte vérité.

Les deux gus manient très mal le sabre. C’est d’ailleurs un miracle qu’ils ne se soient pas encore bless-
▬ AAAAAH !
… Blessé. Sans le vouloir, le premier vient de trancher l’avant-bras du second. L’adolescent saigne abondamment. N’étant pas médecin, je tourne rapidement la tête de droite à gauche. Je crois qu’il nous faudrait de l’aide, quelqu’un d’apte à prodiguer les premiers secours. Par ailleurs, il est important d’emmener ce jeune ninja a l’hôpital.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 27 Oct 2017 - 3:52

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »




Sa prose n’eut pas totalement l’effet escompté mais il semblait ne l’apprécier que plus ce qui ne dérangeait pas le Torrent, envieux de rendre les plus jeunes non-hostiles à sa présence pour dispenser le savoir acquis lors de ses longues pérégrinations. Pour lui, il n’avait pas vécu tous ces dangers, ces combats et ces échecs pour ne pas en transmettre les leçons tirées. Et Shinichi, par exemple, était une de ces personnes à qui ils pourraient servir dans le futur, bien qu’il s’était jusque-là bien débrouillé sans lui ayant même survécu à un titan ce qui n’était pas une mince affaire à bien y réfléchir.


« Bah. La douleur forge un homme. Ah et c’un plaisir de te rencontrer aussi, blondinet. » Un peu tardif, mais preuve qu’il n’avait en rien oublié ces mots sympathiques. Preuve qu’entre générations le dialogue et la fraternité était possible. Et elle serait bientôt essentielle. Quand même !

Alors qu’il s’apprêtait à répondre au Yuki sur la piètre performance que les deux gamins leur offraient, Hanzô fut coupé, c’est le cas de le dire, par un coup hasardeux. Pourquoi avaient-ils de vraies lames entre les doigts à un tel niveau ? La coutume et les us voulaient qu’ils fussent pourvus de bôkens, armes en bois évitant ce genre de bêtises. Quelques centimètres de moins et un ou deux kilos de pression de plus et l’un d’eux se serait retrouvé manchot.

Sans attendre, voyant qu’il n’y avait personne pour aider, Hanzô se dévoua bien malgré lui et ôta sa veste qu’il noua en garrot tout en se servant de la manche comme compresse pour stopper l’hémorragie qui le vidait de son sang. Puis il attrapa le genin estropié et le souleva, prenant la direction de leur point de départ d’un pas rapide, courir ayant entraîné trop de mouvement pour ne pas le vider plus de son sang.

« Kso. Viens, faut emmener ce petit idiot se faire recoudre. Et toi, là-bas, tu ne mets plus la main sur un sabre tant que tu ne connais pas au moins un kata, idiot. » Il ne cria pas mais fut entendu. Déjà blême, l’enfant coupable lâcha sa lame tandis qu’ils s’éloignaient dans les rues de Kirigakure.

Direction l’hopital Kaguya pour sauver une vie. Quelle journée étrange.





_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Le retour des zéros. [Hanzo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Hôpital général
Sauter vers: