Derniers sujets
Partagez | 

« Un lien plus intense que le sang » PV Shoda


Jeu 21 Sep 2017 - 1:38


☆ ☆ ☆     RIXE EN FAMILLE

Le soleil était encore bas dans sa course à l’ascension, les quelques rayons lumineux éclairant avec peine la silhouette qui déambulait. Ses pas légers le guidait hors du sentier, flux régulier depuis son arrivé qui l’animait et fendait son visage balafré d’un sourire à la chaleur éclairée. Ses recherches l’avaient guidé bien plus loin que ses prédispositions lui accordait, mais la curiosité balayait sa conscience pour apercevoir l’éclat de sa science. L’appel du sens, l’appel du devoir s’enroule autour de cette carapace et s’enfonce dans le squelette d’arbres d’un pas cadencé.

Déjà, l’éclat brillant attire les prunelles du jeune homme qui finit par s’agenouiller près de la convoitise, avant que la douce rosée du matin ne se répande sur son précieux. Les paupières papillonnent le temps d’un instant, avant d’osciller vers la gestuelle suspendue sous l’ombre d’un sourire incommodé, aussi le guerrier Bushido venait-il d’interrompre un procédé habituel d’une mécanique aussi personnelle que ses propres affaires. Le coude se pose sur le genou et la tête au creux de sa main. Son esprit suspendu s’était rapidement consumé au fond de ses iris. Les pupilles papillonnent et s’efforcent de trouver un point d’ancrage qu’est l'horizon.

« - Plus rien n’existe. Tout n’est que vide. »

La voix s’écorchant dans le silence qui s’était posé, ses jambes se replacent légèrement pour venir se poser en tailleur.
Dans son esprit, un vide blanc s’était instauré. Ne laissant aucune place au dérangement que représentait les vils émotions humaines. - Son intensité brave l’immensité azure du ciel tandis que sa concentration s’avance en roi.

« - Venir me déranger pendant ma méditation n’est sans doute pas la meilleure des solutions, Shoda-kun. »

Menace silencieuse à peine dissimulée, pour mieux contempler le visage au loin. Puis, les prunelles se plissent en un regard curieux sur la silhouette inflexible se dressant devant lui. En son sein, se forme des interrogations, les yeux de celui-ci se bardant d’une certaine appréhension, non sans sincérité ordinaire. Cependant, le statut de ce petit dragon semble complaire à son aîné, dont l’exploit pourra être révélé et retracer durant des années. Son expressivité s’éclaire soudainement, y décelant l’éclat de la réalité lorsque les souvenirs sont révélés. Cela doit être pour lui. Ses lèvres expirent un léger sourire.

Sa voix retentit par dela le brouhaha.

« Que puis-je pour toi ? » dit-il en se grattant l'arrière du crâne.



Dernière édition par Nagamasa Yoshitsune le Jeu 21 Sep 2017 - 22:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 21 Sep 2017 - 20:51
Enjoué, c'était ce que j'étais actuellement. Cela ne faisait que quelques jours que j'étais présent dans le village d'Iwa, et pourtant, je ne ressentais pas la moindre animosité actuelle d'une quelconque personne à mon égard. Croquant dans une pomme rouge pour le moins juteuse, je zieutais les environs de mon unique œil, émerveillé par le charme qui resplendissait dans un village qui me correspondait si bien. Si tout se passait bien, ma forge devrait ouvrir d'ici peu de temps ; d'ailleurs, c'est quelque chose qui manque beaucoup à Iwa. Je n'avais pas la moindre intention de faire fortune en faisant cela, mon unique objectif étant de contribuer du mieux que je le pouvais à mon village. Néanmoins, j'étais maintenant un shinobi, ce qui implique de grandes responsabilités, même si je ne fais que de commencer. Revenant tout juste d'une bonne sieste, j'avais réellement envie de retrouver Yoshitsune-sensei pour débuter un entraînement : c'était réellement ce qu'il me fallait actuellement. Où pourrais-je bien le trouver ?

Avisant les alentours d'un regard aussi vif que l'aigle, je jetais le trognon de ma pomme dans une poubelle disposée non loin de là. Pour le peu que je connaissais désormais mon maître, je savais que c'était quelqu'un d'un calme des plus respectables. Au vu de l'agitation actuelle que représente cette zone où j'étais disposé, il était on ne peut plus logique qu'il ne soit pas présent en ces lieux. Accélérant le pas dans une autre direction où la végétation se faisait davantage apparente, j'avais l'espoir de le retrouver au plus vite. Passant ma main droite à mes cheveux afin de me recoiffer brièvement tout en mettant ma main gauche dans l'une de mes poches, je pouvais constater une silhouette que je reconnaissais bien se dessiner au loin. Tandis que mes bottes se fracassaient d'une grande lourdeur contre le gravier, je ne pouvais m'empêcher de lui faire signe de la main droite, bien qu'il ne m'avisait pas encore. D'ailleurs, à peine que je me fis entendre qu'il me rétorqua que je ne devais point le déranger.

▬ Vous m'en verrez navré, Yoshi-sensei. Ce n'était pas mon but de vous importuner ainsi ; j'espère que vous oublierez vite cette offense.


Sur le coup, je forçais un peu le trait de la courtoisie, mais je m'y sentais légèrement obligé. Ce n'était pas pour me déplaire qu'un petit vent frais se faisait sentir dans le même instant, me grattant légèrement la nuque de la main droite. Scrutant le regard de mon mentor d'un air pour le moins sympathique lorsqu'il daignait m'observer, j'affichais un léger rictus lorsqu'il m'interrogeait.

▬ Disons que cela me semblait être une évidence pour vous, mais j'aimerais bien m'entraîner en votre compagnie, si vous souhaitez bien m'accorder cet honneur.

La flatterie n'en était que plus grande, désormais. Me tenant d'une droiture des plus exemplaires en sa présence, je m'approchais de pas lents en sa direction, tandis que la contraction de mes lèvres se faisait toujours présente. Soufflant légèrement au vu de la chaleur qui commençait à se faire sentir de plus belle, je commençais à adopter une stature physique plus décontractée, alors que je commençais à devenir légèrement taquin sur les bords.

▬ J'espère que vos muscles ne vous feront pas défaut, ce serait fort dommageable pour vous, sensei.


Dernière édition par Metaru Shoda le Jeu 21 Sep 2017 - 22:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1227-changement-metaru-shoda-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u225

Jeu 21 Sep 2017 - 22:11


☆ ☆ ☆     RIXE EN FAMILLE

Le soleil déchirait les nuages opalins de sa toute-luminescence transie, son éclat étincelant pourfendant les cieux océaniques et le voile de nimbus. L'étoffe du long haori qui auréolait ses courbes embrasaient les steppes qui hébergeaient les deux présences. Tsuchi no Kuni n'était qu'un illustre plateau de montagnes qui s'étendait sur une mer dont la teinte d'un azur démesuré donnait des vertiges. Chaudes et inhospitalières, les bourrasques arides venaient cingler leurs visages qui se faisaient face. Les épéistes avaient bravi montagnes et mers ; voguant sur les flots marins pour atteindre ce gangue de terre et y délivrer une énième fois une rixe. Presque synonyme de rituel, ces êtres s'adonnaient avec un plaisir malsain à croiser le fer. Leurs armes respectives étaient ancrées dans la terre et fendaient cette dernière à l'image d'un long stigmate sur la banquise.

L’astre flamboyant rayonnait par-delà les nuages, s'illustrant en maître sur l’azur immaculé, profond et radieux. Une violente alizée vient secouer les environs tandis que sur la brune arène entourée de toutes parts d’une nappe nuageuse blanchâtre, se déroulerait un combat décisif et titanesque.

Une nitescence venteuse s’abattit sur les contrées renfermées du Pays de la Terre, offrant un utopies digne d’une utopie pour de tels combattants. La raison de leurs présences en ces lieux s’avéraient être inéluctablement déductive ; ils s'obligeaient inconsciemment à repousser leurs limites respectives et à animer les braises qui ornaient leurs veines. Le vent soufflait sur leurs visages avec hardiesse, à la manière d'une cravache venant incendier leurs peaux. La paume de Yoshitsune approcha du manche de son arme légendaire, l'effleurant, le caressant, ressentant toute la vitalité qu'il lui avait conférée en cette année tumultueuse. Ses prunelles d’orages, se cherchant dans le tumulte du clair-obscur, vinrent se dresser comme deux fauves devant son enfant. Des frissons s'esquissaient sur ses bras tandis que les deux hommes se suivent dans les tréfonds des terres nomades, se mêlant aux indiscernables volutes arides qui occupaient le moindre recoin de ces lieux où régnait un silence assourdissant. Derrière leurs pas, ils avaient traîné leurs armes qui avaient cicatrisé les landes boréales.

« Tu penses pouvoir me tenir tête cette fois-ci ? Et bien montre-moi comment tu as progressé Shoda. »

Yoshitsune avait fini par se saisir de son arme, sortant Nene Kirimaru de son fourreau son épaule épousant la lame tranchante. Leur venue en ces lieux n'était pas axée uniquement sur les entraînements, mais révélaient qu'une quête secondaire et spirituelle qui allait s'épanouir lorsque leurs deux organismes pantelants allaient tomber à genoux face l'un à l'autre. La réunion d’un père et d’un fils, plus acté que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 21 Sep 2017 - 23:18
Un sourire omniprésent et à la fois gênant était d'une grande visibilité sur mon visage. Lorsque l'excitation se réveille au sein du corps d'un homme pour se mélanger à un soupçon de stress, cela formait un cocktail des plus délicieux ; un nectar dont le jus était d'une grande saveur qui réveillait le cerveau reptilien de l'individu en question. Prenant mes distances avec mon désormais adversaires alors que mon œil gauche se faisait couvrir d'une fine couche d'ombre lorsque je baissais légèrement ma tête en direction de la verdure présente, un léger rire non dénué de joie se faisait entendre à travers les alentours. L'acceptation du défi de la part de mon maître était quelque chose d'on ne peut plus exquis : c'était le moyen idéal de lui prouver la réelle valeur de mes prouesses physiques.

▬ Je ne me ferais pas plus attendre que cela pour vous montrer les fruits de ma progression, Yoshi-sensei.

Mon regard se faisait davantage neutre, bien que la sympathie qui se dégageait de moi semblait rester. D'une vitesse pour le moins remarquable, mes mains dansaient entre elles afin d'exécuter des mudras bien précis. Usant de mon habileté à créer et manipuler le métal à ma guise, une substance grisâtre se formait non loin de mon corps avant de prendre une forme pour le moins particulière et habituée des yeux du samouraï : celle d'un sabre. Lorsque celui-ci se solidifiait pour se loger robustement en ma main droite, je pointais celui-ci de manière horizontale en sa direction, le coin gauche de mes lèvres remontant très légèrement.

▬ Il est l'heure pour nous de croiser le fer de nos lames respectives. Il est l'heure pour vous de vous montrer à la hauteur de votre réputation. Il est l'heure pour moi de me montrer à la hauteur de vos espérances.

L'affrontement venait de commencer. Déposant ma seconde main sur le manche de mon sabre afin d'avoir une meilleure emprise sur celui-ci, je me préparais pendant l'espace de quelques centièmes de seconde afin d'exécuter un grand et agile bond en ligne droite vers le corps de l'antagoniste. D'un mouvement horizontale de bas en haut et de la droite vers la gauche, j'abattais mon arme de toute la puissance que je possédais en sa direction ; essayant de rétracter du mieux que je le pouvais ma lame en arrière par peur de le blesser au dernier moment, je restais à plus de trois pas de sa position après quelques déplacements en arrière.


Spoiler:
 


Dernière édition par Metaru Shoda le Ven 22 Sep 2017 - 7:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1227-changement-metaru-shoda-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u225

Ven 22 Sep 2017 - 1:26


☆ ☆ ☆     RIXE EN FAMILLE

Scandeur primale, instincts bestiaux… Yoshitsune se changeait peu à peu en un combattant aguerri.
Il restait là sur place et ne bougeait pas analysant avec clairvoyance les aptitudes du jeune Shoda. D’ailleurs, il ne s’était pas trompé sur son compte. Le borgne deviendrait sans doute un des piliers de Iwa en peaufinant ces aptitudes. D’un contrôle agile de son chakra le jeune homme matérialisa un sabre des plus simpliste dans sa main.

De ce qu'il avait analysé le samouraï, il en déduisait, que d’un seul et unique mouvement ce dernier pouvait faire une arme de cet alliage particulier, et il supposa donc que la réciproque visant à le faire disparaître en était une des nombreuses autres possibilités. Toutefois la véritable problématique subsistait. Le jeune guerrier était-il également capable d’en forger une autre ? Toute une armada ?

Ses veines s'embrasèrent alors. Son être tout entier s'ancra dans ses instincts primitifs. Sa prestance gonfla, lugubre augure de carnage. Son désir de destruction, son appétit pour l'affrontement, ne fit que croître, lui nouant les entrailles. Sa rage viscérale délia sa langue, alors que son être tout entier semblait se rétracter. Ses muscles s'enchâssaient les uns dans les autres, formant une mécanique parfaite et absurde. Ses iris devinrent acérées. Sur son front jaillissaient les vaisseaux sanguins. L'apogée de son excitation. Yoshitsune se complaisait dans sa flemme pragmatique car il ne souhaitait plus qu'on revoit en lui son paternel comme on pouvait le faire chez ses frères.

Pourtant, il ne sentait en lui aucune intention de tuer ou même de vraiment le découper comme il en serait le cas contre un ennemi de sa trempe sur un champ de bataille. Le nuage de fumée provoquait par la violence du coup de Shoda ne s’avéra pas être un obstacle insurmontable pour Yoshitsune ; loin de là. D’une tranche gracieuse propre aux enseignements Nagamasa, les vapeurs “gênantes” furent dissipées rapidement. Ainsi comme énoncé plus haut, d’une vélocité quasi déconcertante, sabre à la main, ce dernier s’élança sur Yoshitsune. Sans jamais perdre un instant, ledit samouraï, trancha littéralement l’air. Offensive que bien normalement Yoshi fut parvenu à esquiver. Enfin, à peine l’avait-il évité que s’ensuivit de sa part une balayette puis un coup de fourreau dans l’abdomen projetant Akimitsu dans le rocher le plus proche.

« Tu es sérieux ? J'espère que non. »
Technique Utilisé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 23 Sep 2017 - 14:19
Apercevant avec impuissance mon sensei éviter d'une grande aisance le misérable coup dont je lui avais fait part, j'avais déjà des remords lorsque celui-ci m'éjectais d'un puissant coup de fourreau dans l'abdomen, me faisant propulser à quelques mètres de là. Les épaules qui se heurtent contre un rocher d'une grande solidité, je toussais fortement à la suite de ce choc non anodin, relâchant à la suite de cela mon arme contre le sol pendant un court moment. Peinant à me relever pendant un laps de temps, je prenais finalement appui de mes deux mains contre le sol afin de me surélever de celui-ci, reprenant des appuis corrects contre le sol de mes pieds, reprenant au passage mon sabre de la main droite afin d'y ancrer la lame dans le sol.

▬ Je me suis retenu au dernier instant par peur de vous blesser gravement, mais j'avais oublié votre aisance martiale. Désormais, je vais me battre sérieusement.

Une seconde fois, j'effectuais une série de signe de mes mains, affichant un regard pour le moins sérieux. Dès lors, deux clones de moi semblaient se faire voir à mes deux côtés. Tirant lourdement ma lame de mes deux mains du sol afin de me mettre dans une posture offensive, les deux autres individus exécutaient de même des mudras afin de créer eux aussi un sabre on ne peut plus similaire à celui que j'ai produit, avant qu'ils n'optent pour la même posture que la mienne. Alors que nous approchions de notre adversaire commun, nous nous séparons de manière symétrique : l'un à sa diagonale gauche, l'un à sa diagonale droite, et le dernier à son dos.

▬ J'ai hâte d'observer la manière dont vous allez réagir à cela, disaient les trois hommes.

D'une vitesse comparable à celle du plus agile des félins, nous chargeons en sa direction, sans le moindre retenue. Lorsque nous étions à proximité de son corps, nos coups étaient stratégiques : celui à sa gauche le frappait au niveau de ses côtes du même côté, celui à sa droite cherchait à abattre sa lame d'une grande puissance de manière diagonale à son épaule droite, et celui de son dos cherchait à taillader avec violence l'arrière de ses jambes de manière horizontale. Dans le cas où il arriverait à nous contrer, saurait-il lequel d'entre nous est le vrai ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1227-changement-metaru-shoda-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u225

Sam 23 Sep 2017 - 17:03


☆ ☆ ☆     RIXE EN FAMILLE

Une soudaine brise nocturne, s’égarait farouchement dans ses cheveux aux nuances lipide, tandis que ses pas foulaient les roches d’iwa no kuni ; que l'air tout entier autour d'eux se mit crépir, virevoltant au moindre de leurs pas. Ce qui allait les accabler alors que grandissait le mystère accompagnant ces silhouettes imposantes. Cette excitation était à l’image d’un incurable poison, celui d'une incontrôlable frayeur parcourant le doux nectar rubicond en son sein. Ce poison que nul ne peut surmonter, glaçant le sang de la moindre de ces victimes. Et ce dans son intégralité. De leurs veines jusqu'à son ultime goutte, jusqu'au plus paresseux de ses courants. Cette sensation qui fait subir au corps de vils frissons compulsifs et écrase la conscience, faisant de ceux qui en étaient les proies, de vulgaires pantins révélant spontanément les fils dont allait se servir ce ténébreux marionnettiste venu les balayer de sa magnificence.

Yoshitsune semblait très fier de son élève. Le voir se relever encore et encore lui démontrait cette détermination hors norme- semblable à une flamme qu’il avait décelé dans le vernissage de ses yeux lors de leur première rencontre. Et pour cause, il n’avait pas tort. Le jeune genin se mit à composer une série de mudra bien qu’apparents à ceux de tout à l’heure mais différent sur la finition. Dans une quintessence de fumée firent leur apparition deux clones munis de ses sabres dont il avait le secret.

Les préparatifs terminés, la bataille poursuit de plus belle. Nene Kirimaru écaillant la surface boréale, se dressant dans les cieux pour le fendre. La lame fut saturée d'une salve bleuté qui se moira en une lance vigoureuse, déposant la signature du clan, Chakra neutre venant s'infiltrer dans son arme. S’arma de sa lance et se mettant en garde ; quand bien même les estocs eurent pour but de perler de tous les côtés à l’image d’une pluie battante tombant à torrents, le fervent Yoshitsune décida de se baisser ainsi au dernier moment, se plaçant au niveau de la taille de ses cible, et se mit à tourner sur lui même pour trancher véhément ses proies nouvelles à l’aide de sa lance. Peut-être en avait-il touché un ou deux mais le plus intéressant se trouvait dans les bruissements des fers s’entrecroisant.

Un fracas strident, que n’importe qui aurait pu entendre aux alentours. Le bruit des deux lames d’acier qui s’entrechoquent.

« Que la chasse commence Shoda-Kun. »
Technique Utilisé:
 

STRATEGIE:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 23 Sep 2017 - 18:50
L'expérience. C'était une chose qui s'accumulait au fil du temps, et qui pouvait s'avérer dans la grande majorité des cas être une des raisons de victoire d'un combat. Yoshitsune-san en possédait, certes, mais je ne comptais pas à m'arrêter à cet enchaînement. Alors que nous étions sur le point de faire de trancher notre adversaire de toutes parts, celui-ci réagissait d'une manière des plus efficaces : d'une grande agilité de sa part, il arrivait à nous taillader de son arme au niveau de notre ventre. Nous ? Non, il n'y avait que seulement mes clones qui étaient touchés, tandis que moi, j'avais eu la chance d'être le dernier à l'atteindre pour ne pas subir son offensive. Plaquant d'une grande férocité ma lame de manière diagonale contre la sienne, faisant resurgir du métal de celles-ci un grand bruit, je tentais de retirer dans le même instant ma lame sur le côté afin de la dévier dans le vide. Néanmoins, au vu précipitation dans laquelle j'avais effectué ce geste, son arme avait tailladé une partie de mon épaule gauche ; l'épiderme ouverte, du sang giclait de ma récente blessure, gémissant pendant un bref instant avant de reprendre mes distances en reculant en arrière.

▬ Si ce combat est une chasse, vous êtes une proie qui ne fait que courir à sa perte. Retarder l'échéance ne sert à rien ; je compte bien obtenir la victoire.

Grinçant des dents à la suite de la vive douleur qui me parcourait l'épaule, j'avais déjà une idée bien précise en tête qui ne nécessiterait pas forcément l'utilisation de mon chakra. Je me devais maintenant d'économiser celui-ci afin de mieux l'employer plus tard : faisant un vif mouvement sur ma gauche pour me rapprocher d'un grand bond vers un arbre après avoir préalablement pris un appui suffisant sur le sol, je tranchais celui-ci de toute ma force en bas du tronc dans l'optique que celui-ci tombe contre mon sensei. Dès lors, reprenant pendant un laps de temps mon souffle, j'avisais ce que celui-ci allait désormais faire. S'il cherchait à esquiver mon attaque, je serais à l’affût afin de contre-attaquer de plus belle. Il en serait de même s'il couperait celui-ci : j'aurais un bref temps pour l'attaquer, aussi infime qu'il soit.

▬ J'ai appris qu'il fallait jouer de son environnement afin de surprendre son adversaire du mieux possible.

Mettant le paume de mon sabre dans ma bouche afin d'avoir les mains libres afin d'exercer un mudra sans la moindre conséquence actuelle, j'avisais Yoshitsune-sensei d'un regard perçant alors que je replaçais convenablement mon sabre, gardant une posture défensive pour ne pas avoir une mauvaise surprise.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1227-changement-metaru-shoda-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u225

Dim 24 Sep 2017 - 17:35


☆ ☆ ☆     RIXE EN FAMILLE

Le combat battait son plein tandis que le soleil continuait sa course dans l’horizon.

De son côté, l’illustre samouraï tant habile il était, put esquiver de justesse le tronc d’arbre qui arrivait droit sur lui en reculant rapidement, avant que le tronc puisse effleurer son corps, portée par son réflexe inné, le Nagamasa heurta rudement cet obstacle avec l'arme. Le heurt des deux obligea l'éphèbe bleuté à reculer énergiquement, une onde le balayant pour le faire papillonner contre une stalagmite ; le pan de son long kimono noir se faisant souffler quelque peu, quand, en même temps que le mur derrière se faisait souffler par la pression du coup. La barre avait bien élevée comme il le fallait. Seulement là Yoshitsune sentit quelque chose de chaud perler le long de sa peau, plus exactement au niveau de sa joue ainsi qu’une petite pointe de douleur. Passant alors sa main à l’endroit désigné, à savoir sur sa pommette gauche, il abaissa ensuite brièvement son regard pour apercevoir un liquide rubicond s’écouler sur ses doigts; Les dents du jeune prédateur avaient quand même réussi à l’atteindre semblait-t-il.

Cela recommençait, il les percevait encore. Les battements incessants de son coeur qui s’emballait tandis qu’il s’exaltait d’un tel affrontement. Cette cacophonie insupportable qui le faisait sortir de ses gonds. Qui faisait ressurgir son nihilisme oblitérateur, source de l’incroyable force qui défiait toute logique, un héraut du carnage qui, lorsqu’enfin on relâchait son emprise dessus, enrageait presque instantanément, se transformant en incendie affamé. Yoshitsune avait beau être plongé dans une spirale d'attitude laxiste et tenter d’échapper aux gênes qui étaient également siens, en cet instant il était pratiquement réveillé. Ses instincts meurtriers formaient comme un manteau d’ombre tout autour de lui, tant ses noires intentions devenaient perceptibles. L’hostilité qui l’habitait avait de quoi faire flancher tous ceux qui croiseront son regard fantôme, caché derrière l’éminente chevelure incolore.

Dans un excès d'excitation le bushido, reprenant sa course, son parcours bien que rectiligne au début ne s’en retrouva que bien plus aléatoire alors qu’il s’avance très vigoureusement vers sa cible. Prenant appui sur le sol, Yoshitsune s’élance à l’image d’un tigre sauvage. Il était temps de mettre un terme à cette mascarade. D’une rapidité exceptionnel, de par la maîtrise au sabre de son clan, il venait d’envoyer cette technique que seul ceux venant de Tetsu no Kuni sont capable d’utiliser. Une tranche net, uniforme, rapide, au niveau des tronc d’arbre qui entourent la zone. créant un ring délimité. Le coup fut décoché et c’est accompagné d’une lueur azur que Nene Kirimaru traçait horizontalement sa route.

« Les hommes ne se cachent pas vient donc te battre. »

Un sourire s'ancra sur ses lippes provocatrices.
Technique Utilisé:
 

STRATEGIE:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 25 Sep 2017 - 20:53
Pour l'heure actuelle, j'avais décidé de me mettre en retrait dans la végétation présente. Si je voulais avoir une chance de l'avoir, c'était bel et bien en utilisant l'effet de surprise. Plaquant avec douleur ma main droite au niveau de ma légère blessure à l'épaule gauche, je compressais fortement pendant un bref instant cette partie du corps dans le but de limiter l'écoulement du sang. Je devais avouer qu'au combat au corps-à-corps, je ne faisais pas encore le poids face à un tel maître en la matière. Malgré la création de mes clones, il avait réussi à s'en sortir par le biais d'un mouvement simpliste en apparence, mais difficilement réalisable dans une telle situation. J'avais plusieurs idées qui me parcouraient l'esprit ; dans tous les cas, j'avais pour but de trouver une faille dans sa défense afin de l'avoir du mieux possible. Utilisant le mudra que j'avais précédemment effectué pour créer une nouvelle fois un clone de moi-même, je laissais celui-ci parcourir la végétation par la gauche dans une grande discrétion, je laissais aussitôt celui-ci sortir à l'arrière du corps de mon adversaire.

▬ S'il y a bien une chose dont vous devez faire attention, sensei..

D'une grande vitesse ainsi que d'une force non moindre, celui-ci encastra littéralement son genou droit en plein dans ses côtes gauches, avant de tenter de plaquer ses mains contre le manche de son arme dans le but de déstabiliser sa prise sur celle-ci, voir de lui ôter son sabre. Lorsqu'il reprenait son appui du pied droit contre le sol et qu'il tirait de toutes ses forces de ses deux mains, il fit un bref mouvement de sa tête en arrière afin d'envoyer avec violence celle-ci en plein dans son nez, lui dévoilant un sourire acéré lorsque son visage se collait au sien. Une grande détermination se faisait lire dans ses pupilles vertes : il était déterminé à ne pas lui céder le moindre petit avantage, la victoire étant la seule option possible pour moi. J'avais finalement trouvé sa faille ; je devais m'appliquer à la tâche, désormais.

▬ .. c'est qu'il ne faut jamais baisser votre garde.

M'expulsant d'un solide appui contre le sol de mes pieds, mon sabre tenu fermement par le manche, j'étais littéralement propulsé en direction de son côté droit, prêt à tout pour gagner un entraînement qui me paraissait au final pas si anodin que cela. Plissant mes yeux lorsque je n'étais plus qu'à quelques dizaines de centimètres de lui, je tailladais avec violence ses côtes droites d'une précision on ne peut plus chirurgicale, soufflant fortement alors que le chakra commençait à me manquer.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1227-changement-metaru-shoda-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u225

Lun 25 Sep 2017 - 21:50


☆ ☆ ☆     RIXE EN FAMILLE

La fierté vint rapidement ondoyer dans son corps à l’image d’un tableau divin et se répendait au fur et à mesure de ses paroles, leurs regards résultaient des démons qui leur étaient montés à la tête durant l’affrontement - tant leur gestuelle témoignaient d'une brutalité soudaine. Il crachait sa frénésie aux visages de l’épéistes avec véhémence, esquissant le dessin de son existence ; un paysage fait de démence et de tempêtes humaines. Yoshitsune ressentait de la fierté, mais également de l’ennui, combat frêle pour lequel au final il ne pouvait se donner sérieusement... Il a recherché cette puissance qui est à présent la sienne, aussi peu naturelle que lui-même l'a peu désiré pour pourfendre les terres rougeoyantes de sa vendetta. Le pouvoir est une chose éphémère, ont affirmé certains ; mais pas ce genre de pouvoir. Une fois acquis, il ne peut pas être abdiqué. Ses facultés ne ressemblant à rien de ce dont les hommes ont pu faire usage. Il ne serait certainement pas été chose aisé d'éviter cette technique assassine - arcane ancestrale du clan Nagamasa - Mais si Yoshitsune voulait véritablement élèver Shoda au rang de grand Shinobi, il fallait qu’il lui montre la triste réalité entre un Genin et un Jonin.

Prendre des coups, l’avait exténué lui l’homme qui n’avait jamais été quelqu’un de responsable. Ainsi d’un mouvement cette nettement plus sérieux, Yoshitsune se saisit du clone qui tente de le retenir avant de le jeter en direction de l’original qui virevolte au gré du vent, aidé d’un dantesque coup de pied.

Le maître sabreur comme dansant avec sa lame ; Néné Kirimaru se moire à nouveau de cette même soif de sang qu’à l’accoutumé, tandis que cette dernière pourfendit l'air et s'abattant tel un cataclysme d'acier sur la terre comme au cieux, creusant cette première ; stigmate titanique qui se dessine jusqu’à derrière le concerné.

Yoshitsune s’avance vers son disciple, dont les pulsations cardiaques semblent s'entrechoquer avec une respiration saccadée. Non par l'effort, non par l'excitation. Par quelque chose de plus mauvais qui serpente désormais, en ce moment même dans les méandres de son esprit. Une entité qu'il a toujours connue, avec qui il cohabite comme le ferait n’importe quel homme sensé : La peur.

Une entrée, fracassante, inspiratrice d'une viscérale terreur. Sa seule intonation sérieuse se devait d’être poignante, happant avant qu'ils n'aient pu l'appréhender le jeune Shoda, qui commence à trembler d’effroi, de frayeur. Et pour cause, une soudaine brise, s’égarant farouchement dans les cheveux aux nuances mordorés, tandis que ses pas foulaient la terre stérile, et que l’air se compresse autour de lui, virevoltant au moindre de ces pas.

Sa lame pointé sous la jugulaire de sa proie, le samouraï scande

« Vais-je devoir te trancher ou bien tu saisis la différence ? »

Un sourire s'ancra sur ses lippes provocatrices.
Technique Utilisé:
 

STRATEGIE:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 6 Oct 2017 - 18:49
Le retour à la réalité fut pour le moins brutal. Peut-être avais-je oublié trop rapidement de quoi est capable mon senseï ? Peut-être avais-je grandement surestimé mes capacités actuelles, qui sont pour l'heure insuffisantes contre un shinobi de sa taille ? Lorsque mon offensive fut rapidement contrée par mon adversaire et que je me retrouvais en une fraction de seconde au sol, lame sur la jugulaire, je dois avouer que j'hésitais grandement sur la stratégie que j'allais opter, puisqu'il y en avait que très peu de concevables. Il ne me restait qu'une option : faire preuve d'humilité et de bon sens en abdiquant. C'était loin d'être une honte de faire cela ; je savais trop bien que l'issue du combat allait fortement être dirigée ainsi. Grimaçant quelque peu en grinçant des dents alors que je plantais mes pupilles dans celle de mon adversaire, je lui disais dès lors ce que je pensais.

▬ J'imagine que je dois abandonner. La situation actuelle est pour le moins défavorable pour mon cas.

Scrutant de bas en haut la carrure de celui qui m'avait vaincu, j'affichais un léger sourire qui pouvait se montrer provocateur sur les bords, malgré la situation actuelle. Je restais planté au sol, impuissant face à sa charge qui m'avait fortement déstabilisé. Je veillais à ne faire le moindre geste brusque, bien que j'étais persuadé jusqu'au bout qu'il ne serait pas capable de me trancher. C'était d'ailleurs cette pensée qui m'amenait à ma seconde question.

▬ Seriez-vous vraiment capable de me trancher ? Telle est la question.

Dans tous les cas, cette remarque légèrement provocatrice ne changeait en rien que ce combat m'avait bel et bien mené à la défaite. Je me disais que peut-être, avec du temps et de l'entraînement, je pourrais sans doute arriver à surpasser Yoshitsune-senseï. Tout ce qu'il me manquait, c'était de l'expérience dans la théorie et dans la pratique. Au final, la proie n'était pas l'individu en face de moi, mais bien moi-même.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1227-changement-metaru-shoda-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u225

Jeu 12 Oct 2017 - 11:13


☆ ☆ ☆     RIXE EN FAMILLE

La rixe venait de s'achever par la victoire de Nagamasa Yoshitsune, sans équivoque ni même l'once d'une mièvre surprise. Le fossé entre l'expérience au combattant des deux bretteurs n'était que trop élevé pour le plus jeune des deux daigne espérer autre résultat. Toutefois cette merveilleuse lueur émeraude qui virevoltait dans son regard, laissait présager qu'un combattant remarquable naîtrait de ce jeune homme plein d'entrain. Shoda s'avouant enfin vaincu, Yoshitsune ne put faire autrement que de retirer cette lame qu'il maintenait face à la jugulaire de celui qui était son disciple.

Nettoyant ce qui était sien, rengainant fièrement sa lame dans son fourreau, le fervent bushido semblait encore hilare des propos que tenait le jeune forgeron qui se relevait habilement. L'hésitation. Une tare que le jonin ne possédait plus depuis bien longtemps, une explication qui semblait allait à l'encontre de ce que pouvait bien pensé le Metaru. Car l'espace d'un court instant, les composantes d'un véritable affrontement furent rassemblées. Et si tel fut le cas, il est évident pour le Nagamasa du moins qu'il n'aurait pas hésité la moindre seconde a tranché vif le jeune homme s'il n'avait que trop tarder à reconnaître sa défaite implacable, à faire preuve d'abnégation. Et cela, croyez-moi, c'est ce qui le fait rire silencieusement alors qu'il s'approche lentement de son disciple.

Il appose délicatement sa main sur l'épaule de Shoda et lui fait signe de l'accompagner dans sa marche.

« Toi plus que n'importe qui d'autre, devrait savoir que l'hésitation ne faisant pas parti du vocabulaire samouraï, la réponse à ton questionnement est évidente. »

Un sourire s'ancre sur ses lippes provocatrices puis surgit un rire gars alors qu'il se tord de rire

« Jamais l'idée me viendrait de découper mon élève préféré. »

Comprendrait-il la nuance ou bien tomberait-il dans le panneau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 21 Oct 2017 - 20:30
Me relevant lentement et lourdement, je passais légèrement ma main droite au niveau de mon épaule gauche, affichant une légère grimace. Il fallait dire qu'il n'y était pas allé de main morte, tout comme moi. Regardant le vainqueur se diriger lentement vers moi, celui-ci rigolant à pleine dents. Qu'est-ce qu'il trouvait de marrant ? Est-ce la victoire qui le rend si jovial, ou la simple vue de mon corps amoché ? Le suivant lentement sa démarche lorsqu'il daigne poser sa main droite sur mon autre épaule, j'étais pour le moins surpris lorsque j'entendais sa réponse. Cela voudrait-il dire qu'il n'aurait pas eu la moindre hésitation de m'ôter la vie si je m'étais obstiné à vouloir continuer le combat ? Quelques instants plus tard, il continuait en disant qu'il n'oserait point trancher son élève préféré. J'ai très bien compris ce qu'il voulait dire.

▬ Si l'hésitation ne fait pas partie de votre vocabulaire, cela veut forcément dire que vous n'auriez pas hésité à me trancher. Dans un affrontement, un adversaire est une menace potentielle, qu'importe le passif que vous entreteniez avec.

En somme, c'était une leçon que je devais tirer de cet affrontement : ne pas éprouver la moindre pitié face à mon adversaire. De même, sous-estimer son opposant est une chose qui peut s'avérer dangereuse. J'essayais de ne pas montrer le moindre signe de douleur, mais c'était une cause qui s'avérait vaine. J'imagine que je subirais des supplices bien plus conséquents pendant ma nouvelle vie de shinobi, et je ferais tout pour y être fin prêt.

▬ Pour l'heure, j'aurais bien besoin d'un médecin capable de me soigner. Je n'ai rien à ma disposition pour panser mes propres plaies. L'idée vous viendrait-elle de savoir qui peut s'occuper de cela ?

J'affichais un léger sourire à la suite de ma dernière phrase, qui se voulait ironique à la suite des dires de mon sensei. Même dans un tel moment, je parvenais à faire preuve d'humour.


Dernière édition par Metaru Shoda le Ven 27 Oct 2017 - 20:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1227-changement-metaru-shoda-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u225

Dim 22 Oct 2017 - 21:12


☆ ☆ ☆     RIXE EN FAMILLE

Yoshitsune n’avait jamais été père, ni même mentor pour quelqu’un appartenant à autre diaspora que le clan Nagamasa. Pourtant il se saisissait de jeune homme qu’était Shoda avant de le porter à son dos. Il n’a jamais été agréable avec qui ce soit d’autre que Chogen, Koga, Sora ou encore Shiro. Mais il le faisait ce petit, celui qu’il considérait pour dés lors comme l’un de ses garnements.

L'homme pourfendait les ténèbres, leurs ombres respectives s'étalant sur les murs faiblement éclairés par l'orbe coruscant. Ombre naissantes s'étalaient sur sa chair, venant maculer son épiderme d'opale pour se mourir dans sa nuque. Cette encre parsemait son enveloppe charnelle sans qu'il ne puisse ralentir la progression obscure. Le tatouage représentant des arabesques chimériques et se moiraient lentement en des feuillages qui chutent lentement. Bras et jambes s'effleurèrent, ravivant les vagues de jais qui s'esquissèrent en la dénomination du jeune homme de la roche. A travers ses actes le Nagamasa prouvait qu’il tenait à Shoda, qui dépendait de lui ; grattant l'appellation scellée, embrasant le blason physique de ce que pouvait être un fils. Il lâcha un mièvre soupire avant de gonfler ses poumons de l'air sépulcral. En d'autres temps, il aurait été pris de trac devant un spectacle semblable, mais ce théâtre enfantin ne lui inspirait rien de plus qu'un sentiment d'accomplissement détaché. Le bushido se sentait manipulé par des fils invisibles, poussé à se détacher de ce personnage qu’il était jadis pour se focaliser ailleurs. Sur cet héritage qu’il doit transmettre aux générations futures. Il ne tarda pas à perdre la notion du temps, rares étaient les sons qui pénétraient les lieux hormis ceux de leurs pas. Shoda pointa pratiquement du doigt ses blessures et Yoshi obliqua son faciès en sa direction. Quel paradoxe... Etre la lumière de ces ténèbres qui l'avaient bercé durant son enfance ; bien plus que les bras affables d'une mère absente. Il avait condamné la pénombre à se recroqueviller derrière son échine lorsque sa silhouette avait traversé la porte de cette boite aux cauchemars et que son organisme avait atteint l'épiderme terrestre.

« Je t’emmène manger un truc avant penses-tu bien. »

L'épéiste marqua un arrêt comme attendant une réponse et avant de reprendre la route. Il agrippait ses doigts à la bordure des pieds de ce dernier qui ornait son dos. Ses iris orages contrastaient avec cette situation nouvelle à sa vie. Un filtre inconnu s'étirait à la place d'une vision clair et réaliste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 27 Oct 2017 - 20:52
Après ma petite boutade, j'imaginais les différentes possibilités pour lesquelles j'aurais pu opter afin d'obtenir la victoire. J'étais persuadé que mon sensei n'était pas au maximum de ses capacités, ce qui renforce davantage l'idée du fossé que j'imaginais entre nous deux. Au kenjutsu, il s'est montré bel et bien supérieur à moi, et j'imaginais qu'il en aurait été de même au ninjutsu. Avant de me mettre à défier une telle personne, je me devais mieux de m'entraîner davantage sur des durées bien plus longues. Lors d'un véritable combat, de telles erreurs m'auraient été fatales ; j'en avais bel et bien conscience. J'allais travailler d'arrache-pied afin de remédier à mes faiblesses actuelles, tout en ne négligeant point de m'exercer dans d'autres domaines.

Légèrement surpris lorsque Yoshitsune-sensei commençait à me saisir avant de me mettre à son dos, je me demandais ce qu'il faisait. J'étais toujours en état de me déplacer convenablement de moi-même, mais malgré cela, je ne protestais pas à la suite de ses actes. Au final, ce n'était rien de méchant, juste une certaine preuve d'affection qui me touchait réellement. Il était un peu comme mon défunt père vis-à-vis de moi. Affichant un léger rictus lorsque j'étais à son dos, je dois avouer que l'idée d'aller manger un bout n'était pas pour me déplaire. Cela faisait un bon moment que je n'étais plus allé au restaurant.

▬ Merci pour l'invitation. Avez-vous une bonne adresse ?


Un bon bol de nouilles ne serait pas pour me déplaire, mais je n'avais que très peu idée des restaurants spécialisés dans cela dans ce village. De plus, ce n'était pas sûr que cela serait au goût de mon sensei, je ne préférais donc ne pas émettre la moindre suggestion vis-à-vis de cela. J’espérais juste que je n'avais pas trop l'air amoché visuellement afin de ne pas faire mauvaise impression quand nous serons sur place. Je me disais une chose, néanmoins : peut-être m'amène t-il tout simplement manger chez lui ? L'idée de le voir cuisiner était plutôt intrigante, je dois l'avouer.

▬ J'ai vraiment hâte que nous y sommes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1227-changement-metaru-shoda-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u225

Lun 30 Oct 2017 - 17:27


☆ ☆ ☆     RIXE EN FAMILLE

Les instants défilent tandis que Yoshitsune tranche au travers du marasme de la forêt. Cela déjà maintenant quelques bonnes minutes que le bushido marche avec fière allure. Les affres des contrées de la terre embaume les sens du samouraï à la chevelure hirsute, et il se remémore tout un tas de souvenir avec celui qui lui sert de frère.

Et alors même qu’il ne s’en rend pas compte, l‘averse est proche. Yoshitsune qui traverse les environs est attentif aux grognements sylphiques et aux nuages immaculés qui valsent et valseront sur les crêtes sombres. Il est planté dans le décor avec son disciple sur le dos, à se tenir au bord du précipice et baisser les yeux vers les escarpements et la vallée, au-dessous. Plus bas, à quelques kilomètres, il y a encore ce soleil et ses vastes plaines arables, des collines basses environnées de bois, des rizières. C'est là la ceinture rurale méridionale d'Iwagakure, une région aussi déserte que plaisante à vivre. Il est sur que le paysage devient beaucoup plus sombre et sauvage dès que l'on aborde les contreforts abrupts des falaises. Austères petites cousines occidentales de la puissante chaîne des monts du pays du feu qui dominait l’hémisphère Sud du monde, ces montagnes s'élevaient comme une dent plantée par erreur au milieu du cosmos. Pluies diluviennes qui fustigent leurs flancs escarpés, comme si leurs épines dorsales déchiquetées accrochent les bancs de nuages qui les survolent et les retiennent jusqu'à les mettre en fureur. De tous les endroits que l'épéiste avait pu effleurer de ses doigts masculins, celui-ci n'était certainement pas son favori, mais il lui permettait de s'éloigner de ses repères afin d’accroître ses aptitudes.

[…]

Après une dizaine de minutes passées à marcher activement, les deux hommes atteignent enfin la bourgade du village. Yoshitsune accède alors à cette échoppe qu’il sait fameuse, et laisse descendre le jeune Shoda de son dos.

« J’imagine que les ramens ne sont ton plat préféré mais j’ai pensé que ca pourrait t’aller. »

Yoshitsune prend ainsi place et invite Shoda à en faire autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 5 Nov 2017 - 20:21
Je commençais réellement à avoir l'eau à la bouche. Cela faisait fort longtemps que mon estomac n'avait pas gargouillé autant ; la dernière fois que cela s'était produit à un tel degré d'intensité comparable, c'était lors du premier jour de mon arrivée à Iwa. Le voyage de mon ancien lieu d'habitat jusqu'ici a été plutôt long et ne demeurait pas être une partie de plaisir tout le long de la route. Faire mes adieux à mon ancien tuteur, de même, n'était pas une chose très facile aux premiers abords, mais j'étais depuis un certain temps un adulte qui possède des responsabilités. Venir ici était un choix issu de ma propre volonté, même si j'aurais très bien pu rejoindre mon village natal.

Les douleurs que je ressentais se faisaient de moins en moins présentes, bien qu'elles pouvaient faire de vives apparitions de manière plus ou moins brutale. Je n'avais aucune gêne à montrer que j'éprouvais bel et bien du mal par rapport à mon précédent combat, considérant que cela était un signe d'humilité. Pour moi, cacher sa souffrance est une chose qui ne fait qu'empirer la situation dans certains cas.

Lorsque nous avions finalement atteint le fameux lieu de restauration dont mon sensei avait idée, je ne pouvais pas retenir plus longtemps un large sourire lorsqu'il m'annonçait que l'enseigne était justement spécialisée dans les nouilles. C'était presque comme s'il savait exactement ce que je souhaitais, chose qui était loin de me déplaire. Descendant lentement mais sûrement de son dos en veillant à ne pas bouger trop vite pour ne pas ressentir davantage de douleur, j'entrais avec lui tout en lui répondant.

▬ Je dois vous avouer que c'est exactement ce dont j'avais envie. Merci.

M'asseyant juste en face de lui, je consultais avec un certain plaisir la carte de la maison. Je ne savais presque pas où en donner de la tête en avisant tous les plats qui étaient proposés ; lorsque le serveur s'approchait de nous pour passer notre commande, c'était d'un grand calme sans cacher ma grande joie que je lui annonçait ce que j'allais prendre.

▬ Une soupe de ramen au porc et aux oeufs ainsi que du saké.

Adressant un signe respectueux de bas en haut de la tête en guise de remerciement, je braquais désormais mon regard vers celui qui m'avait emmené ici.

▬ Qu'avez-vous pensé de ma prestation face à vous, sensei ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1227-changement-metaru-shoda-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u225

Mar 7 Nov 2017 - 7:30


☆ ☆ ☆     RIXE EN FAMILLE

Un comptoir carmin et arrondi, des bouteilles sur des présentoirs en verre contre un miroir éclairé, un éclairage tamisé, des bougies flottant parmi des pétales de fleurs sur des tables rondes, des sièges chromés à l'assise capitonnée — l’ambiance du dit restaurant était à la fois élégante et voluptueuse. C’est sans doute pour cela que Yoshitsune l’apprécie.

À l’embrasure des portes se dessinent des hanches félines et des filles que l'on ne voit pas le jour promener leurs courbes lascives d’amis en soupirants, de clients en amants. Fervent habitué, le bushido sait que la rigidité hypocrite de bonne société n’a guère sa place en ces lieux sans que la qualité de l’assemblée n’en soit altérée, et c’est la raison pour laquelle, il se laisse aller à un comportement plus festif qu’à l'accoutumée. De toute façon, le propriétaire, le regard ubiquiste, semble y veiller au grain. Ainsi chaque soirée débutait de la même des manières, réglé comme du papier à musique. Les premiers véritable clients arrivent aux alentours de vingt-heures et Ayame se charge de les accueillir, l’esquisse d’un sourire aux bords des lèvres. Commande terminée, les serveuses quittent l’étage pour déambuler parmi les égarés.

La consigne est là, toujours la même — les mots avant les gallions, les uniformes avant les haillons. Si il y avait bien une monnaie de plus grande valeur que l’or, il s’agit à n’en douter des confessions auxquels se prêtent ses habitués d’après Takumi, maître des lieux. Elles font part intégrante de son fond de commerce et, si il arrivait que le citoyen lambda de Rokkusu contente son insatiable appétit, les citadins extérieures qu’il soit d’un village allié ou non, restaient son plat favori. Un met savoureux, finement assaisonné d’une pointe de détails compromettants.


Passé quelques plats, pour lui les langues ne nécessitent plus ou presque le besoin de lapper un whisky pur malt pour se délier, les cambrures salvatrices de ses filles au rythme des accords entraînants suffisaient à entrouvrir les lèvres des plus réfractaires sauf celle de Yoshitsune. Mais ça il ne le sait que trop bien.

De retour à nos deux protagonistes. Le samouraï se délecte du met qu’il lui est servi mais semble inquiet d’autre chose.

« En soi pas plus mauvaise que les autres fois. Il faut néanmoins que tu élargisse ta palette de ninjutsu, Shoda. »


Et pour cause, le proprio débarquant, n’attendant pas même l’aval de son interlocuteur pour prendre place « Tu nous ramènes un marmot ? Ou est passé celle de l’autre fois ? » ironise-t-il, tout sourire.

Les commérages... Pourquoi fallait-il qu'il en parle maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 14 Nov 2017 - 19:55
L'ambiance présente à l'intérieur des mieux était pour le moins sympathique et distrayante. Mes yeux ne manquaient pas de se perdre - involontairement bien entendu - sur les formes des jeunes femmes qui passaient par là, tout en essayant de paraître le plus subtil possible. Lorsque ma commande fut arrivée, il ne m'en fallait pas plus pour me mettre à déguster avec un immense plaisir mes nouilles ainsi que mon saké ; c'était avec un grand sourire sur les lèvres que je jugeais que ces derniers étaient d'une qualité on ne peut plus irréprochable. Pour ce coup, il faut dire que la qualité martiale de mon sensei est relative à celle de ses connaissances en matière de restaurants.

Arrêtant finalement de me perdre visuellement dans les courbes des personnes féminines présentes, je tournais dès à présent mon regard vers la personne qui mangeait en ma compagnie. Au final, il semblerait que je n'ai pas progressé tant que cela, mais ce n'était pas pour ça que j'allais être découragé par la suite. C'était une vérité que je n'avais que trop peu exercé mes talents en matière de ninjutsu ; je comptais bien remédier à cela lors des jours à venir, sans pour autant négliger mes compétences au corps-à-corps. Lorsqu'une personne étrangère semblait faire irruption lors de notre conversation, un léger rictus semblait s'afficher sur mon visage à la suite des dires de ce dernier, tandis qu'il ne cessait de grandir avant de finalement rire aux éclats.

▬ Décidément, vous me cachez beaucoup de choses, sensei. Vous me la présenterez un jour ?

Cette nouvelle était à la fois drôle et surprenante, puisque je ne savais pas qu'il se laissait à ce type de choses. Pour autant, il pouvait fort bien s'agir d'une simple amie, mais je préférais ironiser de la situation actuelle afin de le titiller. De même, j'allais rire de plus belle si ce que je disais s'avérait exact, puisque cela casserait l'image que je me fait actuellement de lui. Après avoir calmé mon fou rire, et tandis que mes douleurs se faisaient ressentir, je reprenais une bonne gorgée de saké avant de demander davantage de détails sur cette anecdote.

▬ Plus sérieusement, sans vouloir être indiscret, qu'est-ce que c'est que cette histoire ?

_________________


Dernière édition par Metaru Shoda le Ven 17 Nov 2017 - 22:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1227-changement-metaru-shoda-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u225

Hier à 1:22


☆ ☆ ☆     RIXE EN FAMILLE

L’histoire se répète, et cela un peu comme habitude quand il vient dans ce lieu d’exaltation. Les commérages, ragots en tout genre..

*FLASHBACK*

Les doigts apposés sur le cristal tandis que les sons enveloppent l'espace. Paroles et tintements, rires feutrés au dessus des verres. Jambes croisées, main sur la cuisse. Les gouttes de champagnes dorées qui perle le bord des lèvres, et les cils courbés qui papillonnent. La main remonte doucement, sur sa nouvelle propriété. La jambe frémit, se rétracte un court instant. Le regard envoûtant de l'homme rencontre le diamant des prunelles de la femme qui lui fait face et elle se laisse faire. Elle plie, puis compose un sourire sur ses lèvres roses pour gommer le sentiment qui l'a éprise une seconde auparavant. Il l’a manipule tout simplement du regard. Elle se laisse faire, docile, ses pincements de lèvres se mouvant de concert avec maladresse. Sa propriété. C'est pratiquement cela, qu'elle est cette femme. Pourtant Yoshitsune ne trouve pas cela agréable, d'avoir sa petite chose. Ce petit chaton, dans sa robe moulante avec son regard brillant et ses jolies lèvres que n'importe quel homme adorerait regarder se mouvoir... Elle ne parle pas beaucoup, cette petite chose. Et ça l'arrange, elle ne l'embarrasse pas. Il pourrait l'emmener partout. Si elle n'était pas si jolie, il oublierait presque qu'elle est là. Comme un joli volatile coloré que l'on aime exhiber, mais qui n'a pas vraiment grand intérêt. Pourtant, il n’en profite pas. Refusant de montrer le pouvoir qu'il a sur elle, le pouvoir qu'il a sur les autres. Ne pensant qu’à une femme, celle qui hante ces nuits comme ces jours. Mais elle n’est rien d’autre qu’un lointain souvenir, pour le moment.

*FIN FLASHBACK*


« Pourquoi veux-tu donc que je te présente quelqu’un que tu ne connais pas ? »


Enfin, le bushido élève les yeux vers le luminaire au mur une fois débarrassée de l'emprise étouffante de cette femme. Le Nagamasa ne crache pas même un mot, se contentant d'un simple soupir. La situation n'ayant rien de trépidant. Yoshitsune délaisse délibérément ces orbes bruns qui le ainsi jugent sans vergogne. Toujours sur son visage ce même air moqueur et narquois. Il tourne à présent le dos à Shoda qui l'accompagne depuis peu tant il est plongé dans une discussion dont il ne manque pas une miette. A vrai dire, rien de vraiment intéressant n'en ressort, mais il se voit écouter comme il parle. Le maître bushido prête attention à ses faux semblants, prête attention à ses allusions, écoute ses ironies et surtout le sous texte de ses mots. Se rendant rapidement compte que toute la conversation n'est que le théâtre de deux coqs cherchant à se découvrir. Sous les sourires et les paroles anodines, chaque syllabe claque et cherche la provocation. La bêtise de la situation distrait un instant ses yeux, la lassitude peut se lire sur son visage pourtant d'ordinaire si doux et candide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« Un lien plus intense que le sang » PV Shoda

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Crocs Rocheux
Sauter vers: