Derniers sujets
Partagez | 

La forêt Shiranui - De deux à trois.


Jeu 21 Sep 2017 - 13:08

Il y a six ans – Au pays de l’Eau.
Ma soeur s'élance dans les airs, virevolte, esquive plusieurs obstacles et transperce trois mannequins en un instant avant de se retrouver face à moi. Perplexe, j'affirme d'un ton désinvolte :
▬ M’ouais. Ça ne sert à rien. Je suis pas bon là-dedans. Tu fais ça mieux que moi. Allez, à toute.
Sur ce, je laisse ma sœur en plan et m’en vais vaquer à de plus futiles occupations. Abasourdie et exaspérée la brune me répond :
▬ Tu es sérieux là ?
▬ Bah … Ouais ? Je veux dire … On est d’accord que je n’y arriverai pas ? Ou que même si j’y arrive, toi ou quelqu’un d’autre fera ça mieux que moi ? Si oui, ça sert à quoi ? À rien. Allez salut.
▬ Eh bah. J’aurais tout entendu. Fais comme tu veux après tout. Mais tu sais, tu ne peux peut-être pas être le meilleur mais rien ne t’oblige à être le pire.


Aujourd’hui – Forêt Shiranui.
▬ Notre réunion arrive à son terme. Quelqu’un veut-il aborder un dernier sujet avant que nous nous séparions ?
▬ Oui. J’ai un sujet à soumettre à notre famille. Cela concerne l’humain que nous avons pris sous notre aile. Que devient ton petit protégé Shunsui ?
Le grand canidé gris reste stoïque, maîtrise les battements de son cœur, observe ses congénères droit dans les yeux et mens calmement à ses camarades. Il sait ce qu’il doit dire. Il sait ce qu’ils ont besoin d’entendre. Il sait ce qu’ils veulent entendre et c’est précisément ce qu’il va leur donner.
▬ Je n’en ai pas la moindre idée. Il ne semble pas conscient des avantages que lui confère son appartenance à notre clan. Je pense que c’était prévisible, non ? Tel que nous lui avions présenté la chose, il est notre esclave et non notre égal. Son statut est amené à changer mais il ne semble pas avoir bien compris l’étendue de notre propos et ne m’a jamais appelé une seule fois. Loin de moi l’envie de m’en plaindre.
▬ Et nous, avons-nous requis son aide d’une façon ou d’une autre ces derniers mois ?
▬ Je ne crois pas. Maître, pouvez-vous confirmer ?
Le grand loup blanc hoche la tête de sorte à appuyer le propos de Shunsui. Ceci-fait, il prend la parole :
▬ L’humain nous a aidé, il a dit à ses congénères ce que nous voulions qu’il dise. Il me semble digne de confiance. Sommes-nous d’accord sur ce point ?
Les trois quarts des loups acquiescent d’un signe de tête et cela clos le sujet.
▬ Bien. Y a-t-il autre chose ?
Tout le monde pense la réunion terminée quand le chef de meute reprend la parole :
▬ Dans ce cas nous pouvons aborder un dernier sujet ; un sujet que je vous soumets. À savoir la réévaluation des droits de l’humain dont nous parlions à l’instant.
▬ Vous n’y pensez pas sérieusement ? Ce pacte a été signé à la va-vite de sorte à régler une affaire et nous assurer de sa loyauté. La situation telle qu’elle est nous avantage. Si nous revoyons son statut maintenant, nous prenons un risque. C’est à peine si nous le connaissons. De plus, les rumeurs racontent qu’il s’agit d’un véritable clown, la risée de son clan.

Agacé, la bête grise prend la défense de son protégé :
▬ Et que proposes-tu ? Que nous ne fassions rien ?
▬ Précisément. Le blond n’a pas l’air très futé. Comme tu l’as souligné Shunsui, il ne sait même pas quels sont les avantages auquel il peut prétendre et ce n’est pas plus mal. Quand il comprendra quel pouvoir il a sur nous, il s’en servira et …
▬ Et nous ferons notre travail de la même façon qu’il sera amené à faire le sien lorsque nous l’appelons. C’est le principe même du pacte.
▬ Nous ne l’avons pas appelé une seule fois hormis pour régler une affaire qu’il a lui-même provoqué.
▬ Mais nous pourrons éventuellement avoir besoin de son aide plus tard.
▬ Je ne crois pas.
▬ Qu’en savons-nous ?
▬ Il est faible et trop frêle. Ce n’est pas un bon parti, tout le monde ici l’a bien vu.
▬ Dans ce cas, allons-y, brisons le pacte dès maintenant.
▬ Ce n’est pas la solution que je préconise mais c’est une possibilité, oui.
▬ Assez.
Le maître fait taire les deux canidés et enchaîne :
▬ Atsumu, combien d’humains avons-nous accueillis dans notre meute depuis la naissance de cette dernière ?
▬ Soixante-dix sept.
▬ Combien d’humains encore vivant sont actuellement liés à nous par le sang ?
▬ Un seul.
▬ Et combien de fois avons-nous brisés un pacte au cours de ces trois derniers siècles ?
▬ Jamais.
▬ Précisément. Nos ancêtres avant nous ne sont jamais revenus sur leur parole. Voulez-vous être les premiers loups à trahir un pacte de sang ?
A nouveau, tous les membres de la meute se taisent.

▬ Bien. Nous n’avons qu’un seul et unique allié. C’est peu. Nous avons le choix. Ou bien nous lui présentons les avantages qu’offre notre partenariat ou bien nous attendons qu’il apprenne de lui-même quels sont ses droits. Et ce jour-là, qu’arrivera-t-il selon vous ? Il profitera de ce pouvoir, en abusera peut-être et, s’il est assez rancunier, nous fera même payer notre désinvolture à lui enseigner ce qu’il aurait dû apprendre étant jeune.
Shunsui déglutit … Il est le seul ici à être au courant de ce qu’il s’est passé à Shito …
Le prédateur blanc prend une pause, note l’étrange comportement de son camarade grisâtre et développe son argumentaire :
▬ Des semaines sont passées. Il aurait pu nous dénoncer mais il ne l’a pas fait. Les rumeurs vont bon train le concernant, je le conçois. Mais cela fait longtemps que je ne prête plus attention aux racontars. Seuls les actes comptent. Et au vue de ses agissements, ce garçon est digne de confiance. Je pense qu’il est préférable pour nous de l’aider à comprendre quel est le pouvoir qu’il a entre ses mains. Il est encore jeune et malléable, c’est à notre avantage. Il faut agir vite et le rallier à notre cause de façon définitive. Si nous n’entretenons pas de relation saine et équilibrée avec lui, nous pourrions le regretter amèrement. De plus, que nous le voulions ou non, notre clan s’affaiblit. Et nos récentes querelles intestines n’arrangent rien. Nous étions alliés à des membres de sa famille quand notre clan était à son apogée. Ce Yuki peut être un camarade de poids dans le futur. Cependant, j’en conviens Atsumu, il est pour l’heure trop faible pour nous servir convenablement. C’est un problème. C’est pourquoi je propose que nous le fassions venir ici, que nous lui apprenions ce qu’il doit apprendre et le formions. Qu’en pensez-vous ?
Les membres de la meute sont sceptiques mais nombreux – par principe – se rangent du côté du chef. D’autres préfèrent se taire mais aucun n’ose s’opposer à son avis, pas même le loup blanc nommé Atsumu.

▬ Je vois que nous sommes tous d’accords. Shunsui, tu te chargeras de son éducation.
L’animal au pelage gris esquisse une grimace de mécontentement mais ne conteste pas les ordres du chef. La réunion est maintenant terminée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 27 Sep 2017 - 13:38
Vêtu d’une armure traditionnelle, j’affronte un samourai masqué vraisemblablement originaire du pays du fer. Curieusement, mon le sabreur porte les mêmes vêtements que Yaken, l’homme que j’avais rencontré à Shito et avec lequel nous avions démantelés un réseau d’arme. Yaato en main, je passe à l’offensive. Mon adversaire contre mes assauts sans grande difficulté et ne tarde pas à contre-attaquer. Ses coups sont élégants et fluides, ses mouvements simples et sans fioriture … En bref, il est bien plus fort que moi. La différence de niveau est telle que sa lame ne tarde pas à effleurer mon épaule. Je fais quelques pas vers l’arrière, observe ma blessure et constate que cette dernière ne m’handicape pas plus que ça. Effectivement je pense être en mesure de continuer le combat sans trop de problème. Un sourire carnassier se dessine sur le visage de mon adversaire et me fait tressaillir. 

Perturbé par un curieux souffle qui caresse mes joues, je m’arrête et demande au samourai au masque de fer : 
▬ Dis, tu trouves pas qu’il caille un peu là ?
Je ne suis pas en train d’utiliser un stratagème ayant pour but de déconcentrer mon adversaire et ma question est tout à fait sérieuse. La samourai ne répond pas et s’avance lentement vers moi. Toujours intrigué par le caractère mystérieux de ce vent, je demande : 
▬ Non mais sérieusement. Il fait vraiment froid. C’est normal ? Y a cinq secondes, il faisait plutôt bon, non ?
Toujours aucune réponse. 

Un courant d’air gelé frappe mon visage et me fait hurler.
▬ Ah !
Je me lève en sursaut, observe les alentours et constate que je me trouve en pleine forêt.
▬ Bonsoir.
Whuuuu ? Je fouille dans mes poches, cherche un kunai mais ne trouve rien de tel. À défaut de pouvoir lancer un projectile de fer, je lance un paquet de chewing-gum qui traînait dans la poche arrière de mon pyjama. Dans la seconde qui suit, je tourne la tête et vois le loup éviter le projectile sans grande difficulté. 
▬ …
▬ Ah … Merde. Désolé.
Attendez, pourquoi c’est moi qui m’excuse alors que Shunsui m’a emmené dans la forêt sans me concerter au préalable ? Certes le loup du clan Shiranui m’a aidé au cours du combat contre le titan mais cela ne lui donne pas tout les droits ! 
▬ Je fais quoi ici ? Tu sais que c’est illégal de faire des trucs comme ça ? Kidnapper les autres à cette heure-là … C’est peut-être normal chez les loups mais chez nous autres humains, c’est un crime. Et comment t’as fait pour entrer à Kiri sans être vu ? C’est dingue ça.
▬ Je ne t’ai pas kidnappé. Je t’ai invoqué, nuance.
Invoqué ? Super. Ça sent l’embrouille cette affaire. 
▬ Le maître veut te voir. Sois prêt dans deux minutes.
Je suis en pyjama, n’ai ni vêtements, ni armes, cela va être difficile d’être prêt mais qu’à cela ne tienne. Angoissé, je demande : 
▬ Je vais avoir des problèmes par rapport à … Tu-sais-quoi ?
Je veux bien entendu parler du fait que j’ai transgressé la règle tacite selon laquelle je n’avais pas le droit d’invoquer un membre du clan Shiranui. 
▬ Je ne pense pas. J’ai gardé le secret. Fais de même et tout devrait bien se passer.

Je pousse un soupir de soulagement et suis le loup gris à travers la forêt. Nous rencontrons bientôt le maître qui me salue. 
▬ Bonsoir Shinichi.
Le chef de meute est toujours aussi grand. J’effectue une courbette et demande : 
▬ Bonsoir maître. Vous m’avez appeler pour ?
▬ Selon toi, pour quel motif ai-je bien pu te convoquer ? 
… Il sait. Je suis quasiment certain qu’il est courant de cette histoire à Shito. Je tourne la tête, observe Shunsui qui reste stoïque, déglutis difficilement puis mens en me faisant le plus convaincant possible : 
▬ Je n’en ai pas la moindre idée.
Le loup blanc esquisse un sourire en coin et reprends : 
▬ Très bien. Tu es ici pour te former. Nous t’avons cachés quelques détails concernant ce rouleau que tu as signé. Ton appartenance à notre meute te donne accès à certains droits. Parmi eux, celui de nous invoquer en cas de besoin. 
J’étais déjà au courant. J’avais compris ce qu’était ce rouleau bien avant qu’il ne me l’explique. Pour cause, ma sœur est elle aussi liée à un clan animal et m’avait rapidement montré la série de signes incantatoires permettant d’appeler un allié. Je fais mine d’être surpris et laisse le loup poursuivre son laïus :
▬ Jusqu’ici, la relation que nous entretenions avec toi était unidirectionnelle. Nous songeons à revoir cela. Cependant, tu es présentement trop faible pour nous servir de réel allié. 
▬ …
Au moins il ne s’embarrasse pas avec les mesures de politesse et est plutôt direct. Le canidé est bon pour ce qui est de palabrer longuement mais le message est clair et peut se résumer en quelques mots : « T’es nul. » 

▬ C’est pourquoi, à partir de maintenant, nous t’invoquerons tous les soirs et ce jusqu’à ce que tu deviennes le shinobi que tu aurais dû être depuis bien longtemps. Shunsui sera ton mentor cependant tu es libre de demander l’aide à quiconque ici, y compris moi. Cela te convient-il ?
« le shinobi que tu aurais dû être depuis bien longtemps. » Il n’y a pas à dire, il est vraiment bon pour ce qui de trouver les mots qui font mal. Ceci-dit il n’a pas totalement tort. À mon âge, ma sœur était jonin et mon père guerroyait. Certes être chûnin à quatorze ans n’a rien de déshonorant mais, compte-tenu de mes prédispositions, je suis sans nul doute capable de mieux. En tout cas, je suis assurément le plus nul de toute ma lignée. 
▬ Ça me va. Nous commençons ce soir ?
▬ Ça va être difficile … Je te rappelle que tu es en pyjama et que tu n’as ni épée, ni arc, ni bouclier, ni équipement shinobi avec toi.
▬ Ah. Oui … C’est vrai. J’avais oublié ce détail.
▬ Vous commencerez demain. Sois prêt. Shunsui, emmène donc ton protégé faire un petit tour des lieux, qu’il se familiarise avec la forêt.
Sur ces mots, Shunsui baisse la tête, se glisse entre mes jambes et me fait monter sur son dos. Ceci-fait, il bondit d’arbres en arbres et me guide à travers la forêt Shiranui. Je reconnais par moment certains cours d’eau et autres embranchements bien singuliers.
Alors que la « visite » se poursuit, je me décide à lui poser une question qui me trotte dans la tête depuis un petit moment : 
▬ Je peux savoir un truc ? … Pourquoi tu ne leur as rien dit ? 
À défaut de répondre, le canidé gris s’arrête.
▬ La ballade est terminée. J’espère que tu as bien retenu ce que je t’ai montré et est désormais capable de te repérer seul. Nous nous verrons demain. 
Je tends le bras, m’apprête à lui dire d’attendre quand pouf ! Dans un nuage de fumée, je disparais et me retrouve dans ma chambre. 
Bon … Bah j’imagine que j’aurais le droit à une réponse la prochaine fois !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 4 Oct 2017 - 17:00
Allongé à même le sol, j’observe les étoiles et reprends mon souffle. Cela fait plus d’une dizaine de jours que je m’entraîne tous les soirs ici et je pense avoir progressé. Selon toute logique, Shunsui et les autres loups ne devraient pas tarder à me laisser tranquille. Sentant le canidé gris arriver, je pousse un soupir d’agacement, chose que ne manque pas de relever l’animal.
▬ Déjà fatigué ?
▬ Ça fait trois heures …
▬ Trois heures sur sept, soit à peine la moitié.
Je crois que Shunsui n’a pas conscience de mon état de fatigue. Ces derniers temps, je passe ma vie à m’entraîner, à réaliser des tâches ou des missions pour le village et ne dors presque pas – ou à des heures décalées. Tenir un tel rythme une à deux journées passe encore. Mais conserver un mode de vie pareil sur un laps de temps aussi long n’a rien de bien physiologique. 
▬ Tu sais qu’entre mes nuits ici, mes missions et mes cours de navigation, c’est …
▬ Tu recommences Shinichi … Tu recommences.
▬ Recommencer quoi ?
▬ A te chercher des excuses. Ce que tu fais en dehors de ces soirées m’importe peu. C’est toi qui a voulu apprendre à naviguer, non ? Quant-aux missions, tu peux les refuser ou chercher à les esquiver d’une façon ou d’une autre. Tes histoires ne me regardent pas. Tu peux partir si c’est vraiment ce que tu veux, rien ne t’en empêche. Moi en tout cas je ne te retiens pas. Mais je ne viendrais plus te chercher si tu quittes maintenant.
Je me lève difficilement, grogne et reprends l’exercice. Il a raison. Je ne dois pas me chercher d’excuse. C’est moi qui me suis mis dans cette galère seul. Shunsui est bien gentil de m’aider. J’imagine que, lui non plus, cela ne l’amuse pas de passer ses soirées en ma compagnie.

***
L’air est de plus en plus frais. Le soleil ne va pas tarder à se lever tandis que je suis de nouveau allongé afin de reprendre mon souffle.
▬ On s’arrête là. Tu peux rentrer chez toi. Demain, je ne m’occuperai pas de toi.
▬ Pardon ? C’est par rapport à ce que j’ai dit tout à l’heure ? Je suis resté je te signale.
▬ Rien à voir. J’ai dit que je ne m’occuperai pas de toi. Je n’ai pas dit que tu avais interdiction de venir ici. Tu bouges comme une tortue, tu frappes comme une moucheron et as l’endurance d’une lapine.
▬ Wow … C’est pas gentil ça.
Moi qui pensais avoir fait des progrès, le constat du canidé fait mal. Je suis donc si faible que ça ?
▬ Et pourtant, c’est la vérité. Je vais continuer à t’aider à progresser mais je ne peux pas faire de miracle. Tu n’auras jamais la robustesse ou les capacités physiques d’un des nôtres, pas en quelques jours ou semaines en tout cas. Tu as probablement mieux à faire et moi aussi. Le maître a dit que tu pouvais demander de l’aide à plusieurs loups … Je pense que d’autres de mes congénères seront plus à même de t’aider dans d’autres disciplines.
Wow. Je viens de me faire jeter comme une vieille chaussette par Shunsui. Incroyable. Je reste bouche-bée, me gratte la tête et finis par accepter ses tristes observations.

Le lendemain soir, je retrouve la forêt Shiranui et Shunsui.
▬ Et du coup … Je fais comment sans toi au juste ?
▬ Je t’ai montré la forêt, tu t’en souviens ? Dans ce cas bouge, vois les autres, débrouille-toi. Qu’en sais-je.
Dis comme ça, c’est simple. Le problème c’est que je suis mauvais en orientation et ne me souviens pas du tout de ce qui m’a été montré. Quoiqu’il en soit, je suis les conseils de l’animal et me mets à explorer l’endroit. Je croise quelques canidés mais aucun d’eux n’est enclin à m’aider. Entre les louveteaux, ceux qui ne peuvent pas me blairer – comme Atsumu – et les autres … Il est difficile pour moi de trouver un partenaire d’entraînement. Ceci-étant, je passe la moitié de ma soirée à … M’exercer seul. Et ce jusqu’à ce qu’un animal étrange au pelage roux passe devant moi à toute allure.
▬ Euh ?
Je n’ai pas l’impression que cette chose est un loup. La bête en question était bien trop petite et plus élancée. Curieux, je tente de suivre la créature. Cette dernière est bien plus vivace que moi. Je ne tarde donc pas à la perdre de vue mais suis en mesure de la pister – la chose produit du chakra comme tout objet vivant – et de la rattraper. Caché, j’observe la créature. Le curieux animal est de dos et parle présentement avec le maître.
▬ Oups.
Je ne devrais peut-être pas être ici. En effet je ne suis pas certain que le chef de meute apprécie les petits curieux qui l’épient. N’ayant pas envie de m’attirer les foudres du grand loup blanc, je fais volte-face et m’apprête à partir quand :
▬ Shinichi.
Je tressaillis. Mon sang ne fait qu’un tour et je souffle un poétique : « Et merde » avant de me retourner. La créature grise – que je reconnais comme étant un renard – s’en va et je prends sa place.
▬ Je n’ai rien entendu si c’est ce que vous voulez savoir. Vraiment rien.
▬ Je sais. Je t’ai senti arriver. Ce que je ne sais pas par contre c’est pourquoi tu es là, seul, sans Shunsui.
J’explique brièvement la situation au chef de meute et essaie de m’éclipser quand ce dernier m’interrompt sur ma lancée pour la seconde fois :
▬ Attends. Ne veux-tu pas savoir de quoi nous parlions à l’instant ?
▬ Euh. Non. Sans façon.
C’est à tout les coups un piège ou ce que j’appelle communément « un faux plan ». Je préfère rester dans l’ignorance. Je suis certain que cela vaut mieux pour moi.
▬ Nous parlions du pays du Feu. Kotaro est un renard de Hi no Kuni, il est issu d’un clan ancien, tout comme le nôtre. Il est venu me parler des évènements de Shito. Tu es de Kiri n’est-ce pas ? Tu n’es au courant de rien.
… Je l’observe dans les yeux et déglutis difficilement. Il est au courant. Cela ne fait aucun doute. La dernière fois déjà je l’avais « senti » et cette fois encore, je me doute qu’il attend de moi que je lui dise tout. Ceci-étant et histoire de ne pas me faire plus idiot que je suis, je consens à tout raconter au chef de meute. Absolument tout. Le canidé était évidemment au courant de tout. Ou du moins avait de gros doute, y compris sur la participation de Shunsui.
▬ J’apprécie ton honnêteté. Un peu tardive, certes mais ton honnêteté tout de même. Tu ne sais donc rien de plus ? Ni sur le géant, ni sur ces hommes ?
Je réponds négativement à sa question et finis par demander l’autorisation de quitter les lieux. Il est bientôt l’heure pour moi de rentrer à Kiri, sans quoi des gens vont finir par se rendre compte de mon absence. Le chef de meute répond positivement à ma requête et m’annonce que demain, c’est avec lui que je m’entraînerai … Je ne sais pas s’il s’agit là d’une faveur ou d’une punition pour lui avoir menti. En tant que bon peureux, je m’attends en tout cas au pire.

***
De retour à la forêt Shiranui, je cherche le maître et finis par le trouver près d’un cours d’eau.
▬ Bonsoir.
L’animal se tourne et me salue. Puis, sans plus tarder, il me lance ce que reconnais rapidement comme étant une illusion. Mes forces me quittent. Je me sens léger, comme apaisé. L’animal avait utilisé cette même technique lors de notre première rencontre.
▬ Tu sais ce que c’est, n’est-ce pas ? Tu le savais déjà à l’époque. Maintenant tu devrais normalement pouvoir t’en sortir.
Sortir de l’illusion ? J’imagine que c’est possible avec une technique adéquate ou en se mutilant. Ainsi, je me force, m’empare d’un kunai et me le plante dans l’avant-bras. La douleur me fait sortir du genjutsu du maître et me fais mettre un genou à terre.
▬ C’est une façon comme une autre de quitter l’illusion. Pas la plus judicieuse mais c’en est une. À ton tour.
De lui lancer une illusion ? Ahah. La bonne blague. Je ne suis pas doué dans le domaine en question. C’est à peine si je sais comment créer des clones d’ombres. Quoiqu’il en soit, je suis les ordres du chef de meute et m’exécute. Plusieurs versions de moi apparaissent aux yeux de l’animal. La supercherie ne fonctionne pas et il voit cependant clair dans mon jeu, affirmant par la même occasion que « je peux mieux faire ». Ainsi, je réitère le procédé en changeant cette fois la nature de l’illusion. De la même façon qu’il l’a fait avec moi, j’essaie d’apaiser l’esprit de mon vis à vis afin de le faire « somnoler », de le faire entrer dans un état d’euphorie et d’extase second, me permettant ainsi de prendre l’avantage sur lui pendant un court instant. Cependant là encore le jutsu ne fonctionne pas.
▬ Pour un premier essai, ce n’est pas si mal. Mais c’est loin d’être suffisant.
Les tentatives se multiplient mais aucune ne parvient à fonctionner sur le maître. Problème de réalisme, manque de chakra, incompétence de ma part ? Allez savoir ce qui cloche. Le jour commence à se lever et il est maintenant temps pour moi de rentrer à Kiri. J’aurais toute la journée pour méditer sur la question.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 26 Oct 2017 - 22:07
De retour pour la énième fois dans la forêt Shiranui, je pars trouver le maître et, ensemble, nous reprenons l’entraînement là où nous l’avions laissés. Le canidé doit m’apprendre à créer une puissante illusion mais est dans l’incapacité de détailler en des termes clairs la procédure à suivre. Pour lui, il s’agit d’un talent simple, de quelque chose de naturel qu’il ne saurait expliqué et quand bien même il met des mots savant sur ces pensées, rien de ce qu’il affirme ne m’aide. C’est même tout le contraire.
▬ Franchement … Je comprends que dalle à vos explications.
Le grand loup blanc reste stoïque et me somme de reprendre. Je m’exécute sans grand succès.
▬ Peut-être me suis-je trompé sur ton compte. Tu n’es peut-être pas fait pour cette discipline.
« Pas fait pour cette discipline. » Je commence à en avoir marre d’entendre ces loups me répéter à longueur de journée que « je ne suis pas bon en ci » ; que « je suis mauvais en ça ». Le concept de ces séances nocturnes est précisément de m’aider à mettre le doigt sur ces disciplines où des lacunes subsistent et les combler dans la mesure du possible. Si je dois abandonner à chaque fois qu’une difficulté se présente à moi ou que je manque selon eux de « prédispositions », autant arrêter tout de suite l’entraînement.
▬ Vois-tu, si j’arrive à apaiser les esprits d’autrui, c’est car je suis moi-même en paix. Il me suffit alors d’utiliser ce que vous autres appelez le chakra, de le malaxer convenablement et l’illusion se créée d’elle-même. Sans excessive concentration, il m’est possible de réaliser ce genjutsu. Dans ton cas les choses semblent différentes.

Être en paix ? Je crois bien qu’il se moque de moi. Si en tout cas il faut être heureux et mentalement stable pour réaliser cette technique alors oui, en effet, je n’ai pas du tout les bonnes prédispositions. J’ai beau faire le clown, je suis d’un naturel anxieux. J’imagine toujours le pire et ne suis pas réputé pour mon optimisme. De la même façon, je suis de ceux qui ont peur de tout et de rien. Peur de mourir, peur de me blesser, peur d’échouer, peur de décevoir et même peur de vivre pleinement ma vie.
▬ Je crois que je commence à comprendre.

Je ne suis pas un loup. Je ne suis pas comme eux et n’ai définitivement pas les mêmes aptitudes. Cela ne veut pas pour autant dire que je suis mauvais. S’il est capable de réaliser une illusion en utilisant ses propres sentiments positifs, alors je peux techniquement faire de même en utilisant mes pensées les plus sombres. C’est en partant de ce principe simple que je me remémore les évènements de Shito, la dispute avec Arukisa, les querelles internes aux Yuki et tout les moments frustrants vécus jusqu’à maintenant. Après avoir accumulé une grande quantité d’affects négatifs, je malaxe mon chakra et tente de créer une illusion conformément aux instructions de mon sensei de fortune. Ainsi, je ne tarde pas à communiquer ma peur et ma détresse au gigantesque canidé. Surpris, ce dernier fait quelques pas vers l’arrière puis se concentre afin de réaliser un puissant kai. Une bourrasque fûton ayant pour origine le maître lui-même me balaie moi et mes sombres desseins.
▬ …

Ce n’est pas vraiment le résultat qu’il aurait espéré, je m’en doute. Cependant c’est assurément « ce pour quoi je suis fait ». La discipline dans laquelle j’excelle est celle d’avoir peur. Et si je peux communiquer mes craintes à mes ennemis alors qu’à cela ne tienne ; faisons-le.
▬ Recommence.
Loin de se mettre en colère ou de juger ma technique « perfide », le canidé semble me conseiller de poursuivre sur cette voie. C’est ce que je fais et réitère plusieurs fois le jutsu jusqu’à finir par – au bout de quelques heures – le maîtriser convenablement.

Les jours puis les semaines s’enchaînent et me voilà bientôt libéré de cette corvée d’entraînement nocturne. Le maître, Shunsui et les autres ont estimé que j’avais réalisé suffisamment de progrès ces derniers temps. Je suis donc libre de dormir dorénavant.

***

Quelques heures plus tard.

▬ Vous l’avez libéré de son devoir. Atsumu est au courant ?
▬ Il le sera très bientôt. Et je ne pense pas qu’il aura quelque chose à redire cette fois-ci.
▬ Dois-je comprendre que l’enfant a- progressé ?
▬ Il a progressé, en effet.
▬ Bien. Que sait-il faire dorénavant ? Quel type de mouvement lui avons-nous appris à utiliser ?
▬ Rien. Nous ne lui avons rien appris … Il a appris tout seul.
▬ Ah ? C’est une bonne nouvelle je suppose.
▬ Je n’en suis pas si sûr Shunsui … Je n’en suis pas si sûr.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La forêt Shiranui - De deux à trois.

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: