Derniers sujets
» Autour des braises // Watari
Aujourd'hui à 3:17 par Hoshino Watari

» Aller à l'essentiel
Aujourd'hui à 3:09 par Metaru Shūuhei

» Sora Uchiha (en Cours)
Aujourd'hui à 2:57 par Borukan Akimoto

» [Koga Kiseru] Un errant à Iwa et dans un Cofee Shop - Libre
Aujourd'hui à 2:26 par Hyûga Sanadare

» Oui ?... Oui ! (w/ Tsunechika)
Aujourd'hui à 2:10 par Seisui no Seifukusha

» 1/08. La manipulatrice
Aujourd'hui à 2:06 par Suzuri Kyoshi

» Question de coïncidence ; Sazuka
Aujourd'hui à 2:04 par Ikeda Sazuka

» Le bon et la brute [Shukiki S.]
Aujourd'hui à 2:02 par Metaru Nué

» Reiji / RP.
Aujourd'hui à 1:37 par Goketsu Reiji

Partagez | 

Busted ! | Ft. Kyūryū no Hanzō

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Jeu 21 Sep 2017 - 23:31
La nuit n’allait plus tarder à tomber lorsqu’ils mirent fin à l’entraînement. Cela faisait un petit moment déjà que Watari, Ayuka et Tsukiyomi se voyaient ainsi, en marge du village de Kiri, mais la lassitude ne faisait ressentir à aucun moment. La genin du clan Kaguya s’en doutait depuis le début, mais elle avait fait le bon choix, peu importent les conséquences que cela pourrait avoir. Travailler de concert avec des combattants si doués, établir des stratégies complémentaires, c’était certainement le plan le plus pertinent, une nouvelle corde à son arc qui ferait, un jour, la différence. En combat, ou auprès des siens, elle l’espérait de tout coeur dans un cas comme dans l’autre.

Ces entraînements étaient réguliers, mais Tsukiyomi en ressortait toujours épuisée, mais satisfaite. Comme à chaque fois qu’elle se dépassait, qu’elle frôlait les limites de l’épuisement total et irréversible. Chose qui ne lui était pas arrivé depuis bien longtemps avec son clan, probablement parce qu’elle connaissait un peu trop bien les méthodes employées. S’opposer à une représentante des Yuki, rivaux historiques des Kaguya d’après les dires des anciens, c’était autant une source d’angoisse que d’intérêt inépuisable.

Ils avaient pris le parti de se suivre à distance respectable pour rentrer chacun chez soi. Une erreur peut-être, mais avec le temps, leur discipline s’érodait, après tout, personne n’avait encore eu le moindre soupçon. Et pour cause, qui aurait cru voir un jour une Kaguya travailler avec une Yuki et un samouraï indépendant comme Watari ? Absolument personne. Peut-être était-ce là l’erreur qu’ils avaient commise, de penser que personne ne l’aurait envisagé. Car quiconque aurait porté un regard plus attentif sur les manières de Tsukiyomi ce jour là aurait compris bien vite que le regard qu’elle échangea avec ses amis témoignait du lien qui les unissait.

Pour ce qui était des regards, la jeune femme regretta bien vite de ne pas y accorder d’importance. Alors qu’elle reprenait son masque de Kaguya, impassible, sérieuse, absolument insoupçonnable, elle sentit qu’on l’observait. De par son vécu relativement récent, elle se méfia. La dernière fois qu’elle avait eu cette impression, la rencontre qui s’en suivit fut extrêmement angoissante. Ce fut alors à son tour de remarquer une présence atypique qui, à n’en point douter, était la source de ce sentiment. Un homme dont elle ne connaissait pas le nom, ou du moins auquel elle n’associait aucun souvenir, et dont le visage était orné d’os. Difficile de détourner son attention d’une telle spécificité lorsqu’on est du clan Kaguya. Tsukiyomi ne pouvait détourner le regard car, à cet instant précis, elle sentit son erreur. Il ne pouvait en être autrement, cet homme était un Kaguya. Les secondes passaient, et elle ne parvenait toujours pas à faire abstraction, et son immobilisme devenait suspect. Elle choisit alors de passer délibérément à côté de lui, pour essayer de percevoir, même subrepticement, s’il l’observait ou non. Car ce simple fait pouvait déterminer une bonne partie de son futur. Mais alors qu’elle passait près de lui en essayant de garder une contenance, on ne pouvait que sentir sa tension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Ven 22 Sep 2017 - 5:12

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »





Si Kirigakure avait un jour vu autant de Kaguya qu'aujourd'hui parmi ses ruelles, il n'en restait pas moins exceptionnel de voir ces berserkers s'approprier certaines des rues pour des activités diverses et variés. Vu la dégaine du Torrent et ses manières, il n'était pas difficile de l'associer à ses pairs bien qu'il fut en tous point et de tous temps différents d'eux. Son demi-loup osseux greffé à sa joue comme assertion clanique, il ne se cachait pas mais n'affichait aucun signe d'appartenance à part peut être celui aux Sabreurs en la présence de Peau de Requin accrochée à son dos, preuve qu'il était l'avatar de la Confrérie avant d'être la personnification d'une famille très connue à Mizu.

Vagabondant dans les rues en quête de personnes qu'il connaissait après son arrivé remarquée par quelques anciens qui avaient vus les premières pierres être posées et le village de la Brume sortir de terre à l'aide de ses larges paluches, la Bête Batarde profitait de son âme sœur en communiant avec elle dans le plus grand des silences, cette dernière bandée ne se privant pas de lui tenir via des bruissements une conversation qui le faisait parfois sourire seul tandis qu'il traversait les masses informes de civils, shinobis, marchands et autres dépêchés à diverses tâches qu'il n'aurait éxecuté pour rien au monde. La vie de shinobi était difficile, périlleuse, mais en aucun cas de cet ennui mortel qu'il avait si longtemps fui.

Sa torpeur et l'accalmie en résultant furent brèves car après s'être entraîné et avoir marché quelques kilomètres pour arriver à l'orée des portes il tomba nez à nez avec une congénère qui semblait elle aussi à sa manière pourvue d'un masque, possible à enlever et à remettre selon la situation toutefois, contrairement au sien. Son petit jeu n'échappa pas à l'oeil vif du porteur de Samehada qui fut intrigué, presque amusé de comprendre ce jeu malsain auquel elle s'autorisait des dérives sûrement accompagnée de quelques camarades dont elle préferait taire l'existence.

Quand elle l'eut dans son champ de vision, la demoiselle qui n'était sa cadette de quelques années comprit qu'il avait percé à jour un secret qui n'avait pour lui pas lieu d'en être un. Tsukiyomi avait visiblement du mal à détacher ses yeux clairs du bleu océan des siens, comme figée par les déductions encore transcrites en pensées du Bâtard.

Quand elle se mit en branle et essaya de passer à côté de lui en ignorant ce moment où ils s'étaient tout deux jaugés, Hanzô choisit de réagir différemment. La tension fut palpable mais il prit le risque considéré d'attraper son biceps entre ses doigts pour l'arrêter, sans y mettre pour autant la moindre force. Elle était bien plus petite que lui et il se pencha donc pour que ses mots ne soient audible que pour la destinaire.

« Tu me sembles porter un fardeau bien inutile, Kaguya. Qu'est-ce qui t'effraies tant ? » Un rictus presque taquin au coin des lèvres, elle pouvait à tout moment lui faire lâcher prise si tel était son désir. Avec le risque -même si ce n'était pas son style, ce qu'elle ignorait- qu'il aille parler de ses potentielles trouvailles aux responsables de son clan à qui elle cachait désespérément ces « choses ».





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Ven 22 Sep 2017 - 11:32
Parfois, les pressentiments sont si forts qu’on ne peut se surprendre de voir ces prémonitions prendre place dans la réalité. Ainsi, en frôlant celui qui - elle le supposait - appartenait au même clan que Tsukiyomi, la jeune femme savait qu’elle déclencherait quelque chose. Quand bien même elle espérait le contraire mais, à bien creuser la question, il valait mieux avoir une opportunite d'éclaircir la situation que se méfier indéfiniment d’un inconnu. Etrange sensation d’ailleurs, pour la shinobi, que de constater la présence d’un Kaguya qu’elle ne connaissait pas. Certes, elle avait rencontré quelques temps plus tôt un autre membre du clan venu de terres lointaines, mais ce n'était pas si courant. Et au delà de la protubérance osseuse qu’il arborait sur le visage, tout dans cet inconnu criait qu’il était tout autre. Probablement un sabreur, au vu de l’arme qu’il baladait sur son dos.

Après les paroles semi-cryptiques vint le rictus, un sourire qu’elle connaissait bien parce qu’elle l’arborait bien souvent. Un peu moins depuis ses quinze ans, mais il était assez naturel chez elle, en particulier dans ses relations avec son clan. Pour une raison qui lui échappait, elle vit dans cette expression quelque chose qui lui donna le goût défi et surtout, de la discussion.

“ Toi qui semble si bien connaitr et reconnaître les Kaguya, tu devrais être le premier a savoir que nous ne faisons pas dans la frayeur, non ? ” Répondit-elle sur le même registre vocal, lui renvoyant son sourire. Cependant quelque chose différait. Le sien était un peu moins naturel. Ses yeux trahissaient son doute et son besoin viscéral de savoir ce qu’elle encourait à se trahir ses le regard taquin de ce grand jeune homme. Comme pour convaincre de sa détermination, elle ne se dégagea pas, et soutint son regard. Tant qu’elle ne connaîtrait pas ses intentions, aucun masque ne tomberait. Son sourire s'élargit alors que son regard designa l’arme de son interlocuteur.

“Tu as l’air bien polyvalent pour quelqu’un qui arbore notre élément clanique. Traitement de faveur ? ” Poursuivit-elle, espérant toucher du doigt ce qui lui vaudrait, peut-être pas l'immunité, mais au moins le silence sur ce qu’il pourrait avoir vu. Elle n’avait jamais vu de traitement de faveur au sein des Kaguya. S’ils avaient été assez souples avec elle - dans une certaine mesure et si l’on peut considérer que ne pas la tuer était une souplesse - on pouvait compter sur les doigts d’une seule main les traitements de faveur connus des membres du clan. Une main dénuée d'extrémités. Tsukiyomi les avait toujours vus se faire une fierté de ne pas laisser passer quoi que ce soit et, par soucis de justice et d'égalité, elle agissait de même. Mais tout de meme, c’etait une tres belle arme qu’il avait la. Aucunement adaptée au style de combat de la jeune femme, effaçant du même coup toute convoitise éventuelle de son esprit, mais remarquable néanmoins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Dim 24 Sep 2017 - 2:46

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »





Toujours avec l'emprise de ses doigts marqués de callosité vu son maniement constant du sabre, du contact à la terre et aux autres éléments qui se décharnèrent sur lui, sa poigne se voulait presque douce, comme une doucereuse supplication, un ordre tacite pour la forcer à rester en place un peu plus. Comme une emprise pour qu'elle se découvre à ses yeux d'un voile bien plus intéressant que celui que peuvent être les vêtements. Le bleu de ses yeux voulait entrapercevoir son âme et ses moindres recoins. Sa curiosité aiguisée, il l'écouta sans se mouvoir, droit sur ses appuis, la dépassant par l'ampleur de sa stature sans exhaler d'une quelconque supériorité, calme comme un Torrent dirigé par ses berges.

« Je les connais, mais je n'ai pas plus que ça l'habitude de les côtoyer. À vrai dire c'est ton chakra, votre chakra qui t'a trahie. Son exhalaison que je connais si bien. Tu sens la Mort, Kaguya. Dans son essence, cette même odeur de champ de bataille où 'ton' clan s'illustre si bien. »

Il utilisait le ton comme s'il était extérieur à l'engeance bien que son hérédité en suggérait tout le contraire ; sa protubérance osseuse aussi. Pourtant Hanzô ne se sentait pas dans le déni ni dans le mensonge. Son enfance et ce qui suivit, il la passa loin des possesseurs du Shikotsumyaku sans éprouver le moindre sentiment affectueux ou triste vis à vis de la situation.

« Ne te méprends pas, je ne suis en rien l'un des tiens. Moi et Elle, on se suffit à nous-mêmes, sans intervention de votre Kekkei Genkai. »

Il afficha encore une fois son sourire satisfait tandis que son arme se mit à presque onduler, quelques écailles dépassant du tissu pour illustrer ses dires, fière et joueuse qu'elle était. Le Torrent avait hâte d'entendre ses réponses, de voir le subterfuge de la demoiselle tomber en morceaux. Peut être qu'elle se croirait manipuler, mais ce n'était pas le cas. Le Jônin était une personne crue et direct et il n'usait que dans l'obligation de ce genre de manières peu mélioratives, y préférant franchise quitte à manquer de tact. Le vernis craquelait sous les doigts toujours épris de la chair de son membre. Et à chaque fissure, celle de ses lèvres s'agrandissait, se délectant du spectacle fourni. Se délectant de pouvoir être l'élu de cette représentation qu'elle cachait si souvent.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Dim 24 Sep 2017 - 18:36
Cet appui qu’il faisait sur la part de l’identité des Kaguya que Tsukiyomi ne révérait pas tellement sonnait presque comme un reproche. Elle avait cependant bien du mal à l’envisager de la sorte en observant celui qui, de haut, la regardait avec cet air narquois. De tous les deux, celui qui semblait le plus guerrier et qui évoquait le plus la mort, c’était probablement lui. Il en avait jusqu’à l’aspect, son choix d’arborer cette mâchoire en témoignait. De son côté, Tsukiyomi avait toujours fait au mieux pour se démarquer de ce qui faisait remarquer les Kaguya en société. Voilà que son chakra la trahissait. Devait-elle avoir honte ? Elle n’en ressentait pas une once. Si elle avait ses reproches à faire au clan, en aucun cas elle ne se sentait honteuse de son héritage et de son éducation.

“Loin de moi l’idée de te soustraire à tes velléités d’indépendance, je ne suis pas l’envoyée du clan. Si tu as eu l’opportunité de t’en émanciper par choix, je ne peux que saluer ton sens des opportunités.”

La poigne se montrait aussi insistante qu’inutile. Tsukiyomi se fit alors bien vite la réflexion qu’il était temps de s’en dégager. Elle ne s’enfuirait pas, elle n’avait aucune raison de le faire, car elle devait tirer les choses au clair avant de retourner à ses petites affaires. Son programme était d’ores et déjà compromis, inutile de lutter contre ce coup du destin.

“ Inutile de me retenir, je ne partirai pas. Pourquoi le ferais-je ?” Chuchota-t-elle, d’un ton lourd de reproches. Elle n’aimait pas qu’on lui impose un contact non sollicité, en particulier lorsque le regard posé sur elle semblait accusateur.

“ Tu dis connaître l’odeur que je semble émaner. Si tu n’es en rien un Kaguya, qu’est-ce que ceci ?” Demanda-t-elle en désignant la mâchoire. “ Combien des nôtres as tu combattus pour la connaître si bien ?”

Si elle prononçait le mot “combattu”, c’était pour éviter de parler de mort. Elle connaissait les Kaguya, ils revenaient victorieux ou les pieds devant. Certains n’avaient pas peur de la honte qui planait sur leur tête en cas de retour en déroute, mais ils étaient bien rares. Et face à quelqu’un doté d’une telle arme, elle doutait que ce choix soit encore une possibilité.

“Qu’attends-tu de moi, au juste ?”
Demanda-t-elle encore, espérant avoir ce qu’il voulait. S’il se montrait si insistant dans son dédain du clan, c’est qu’il devait vouloir quelque chose d’elle. Et se délecter de son malaise était à présent hors de question. Quoiqu’elle devait encore s’assurer de son silence, ces instants de faiblesse étant impardonnables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Lun 25 Sep 2017 - 14:50

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »





La demoiselle à la peau azurée semblait décontenancée mais solide sur ses appuis dans le même temps, comme si elle refusait d'admettre l'évidence. Le Jônin n'en tint que peu compte sans pour autant défaire le lien éphémère, laissant le loisir à la jeune femme d'un petit mouvement de bras pour se libérer, ce qu'elle ne fit pas. Elle y préfera le simple dialecte commun aux êtres humains en s'adressant à lui de manière toujours plus cryptique.

« Ce n'était pas un choix, mais passons je ne suis pas le centre d'attention aujourd'hui. » Si elle croyait pouvoir se défaire de l'emprise physique du Torrent, c'était vrai. Pour ce qui est de son intérêt grandissant toutefois, il était tout autre. Le Sabreur voulait en apprendre plus sur cette personne qui était sûrement sa cousine plus ou moins éloignée, ce qui faisait d'elle la passerelle parfaite pour se tenir à jour sur les tenants et aboutissants de cette famille qui ne l'avait jamais considéré, et pour qui il n'éprouvait que peu de sentiments.

« Je n'en sais rien, visiblement tu sembles mal à l'aise de ce que j'ai pu entrapercevoir. Et je n'aime pas rester sur ma faim. » Tout en continuant de parler, il fit glisser ses doigts le long de son avant-bras pour au final perdre le contact charnel qui se termina sur le bout de son index sur la protubérance osseuse et ronde de son poignet fin. La voix de Tsukyomi était faible et presque fondue en murmures tandis que celle de Hanzô tonnait bien plus gravement, glissant pourtant sur la même fréquence sonore.

« Un vestige, un témoignage. Une réminiscence de ce que j'aurais pu être, tout au plus. » Sa maxillaire se contracta à la fin de son antithèse, faisant se mouvoir l'os qui bougeait à chacun de ses paroles, comme pour essayer de nier l'évidence. Quelques souvenirs de son enfance et de son patriarche lui revinrent en mémoire, vite happés dans les tréfonds d'une mémoire parfois sélective. « J'ai plutôt combattu avec que contre eux. Disons que mes aptitudes me permettent de déceler le potentiel et la nature de certains, ceux qui sont assez singuliers du moins. »

D'un regard il la toisa de bas en haut, avec le respect dû à une femme, le cobalt de son regard ne lui faisant pas l'insulte de s'arrêter sur ses formes. Il était pourvu d'une certaine éducation et bien qu'elle fut désirable, il n'était ici pas question de ce domaine charnel mais d'un autre tout aussi si ce n'était plus intéressant.

« À toi de me le dire... ? » Il laissa un trou de quelques secondes pour lui signifier l'intérêt de connaître son appellation. « Tu as senti mon regard sur toi et tu m'as frôlé. Ne serait-ce pas toi qui a besoin de parler de quelque chose ? De te conforter dans une certaine idée ? Tu me considères comme un des tiens, pourtant je t'expose les faits ; je suis différent. Alors cesse de me repousser à l'aide de cette façade ridicule et parle. »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Lun 25 Sep 2017 - 16:10
Toute cette discussion avait un goût de “tourner autour du pot” qui aurait pu plaire à la jeune femme, en temps normal, mais qui ajoutait comme un poids sur sa poitrine a chaque nouvelle phrase échangée. Elle sentait néanmoins un intérêt de la part de son interlocuteur, différent de ce qu’elle supposait. Il n’avait de cesse d’affirmer qu’il n’avait rien à voir avec le clan mais s'intéressait néanmoins à ce qui causait son malaise. Ce qu’elle entendait, elle, c'était quelque chose de tout de suite plus rassurant. S’il disait vrai, elle n’avait rien à craindre. Mais elle ne jouait pas qu’une paire de baffe dans l’affaire, elle pouvait tout aussi bien y perdre la vie, selon que la rancune était encore tenace ou qu’elle était pardonné sans le savoir.

“ Oh, nul besoin de parler pour ma part, encore moins à un inconnu. Les poids que pose la vie sur mes épaules, je les porte sans aide, comme on me l’a enseigné. “ Commença-t-elle avec un sourire mélancolique. Elle était fière de ce qu’elle avait retiré volontairement de son éducation. Quand bien même cela pouvait la détruire parfois, ou la mettre en grand danger. Mais l’instant de faiblesse arrivait ensuite.

“ Je vais faire le choix de croire a tes mots. Et te demander simplement. Qu’est ce que tu penses avoir vu, et comment interprètes tu mon malaise, inconnu ? “


Une nouvelle pause. Ses muscles se tendirent. Tsukiyomi n’avait encore rien admis, mais elle était en bonne voie pour le faire. Ses yeux alors baisses sur la main de l’homme remontèrent vers son visage qu’elle détailla, avant de se plonger volontairement dans les siens. Ils pouvaient être la porte grande ouverte vers la vérité tant il était difficile de les voiler, le dernier faible rempart entre le mensonge de son masque et la vérité. Et puis elle reprit, dans un souffle de voix presque imperceptible.

“ Et que demanderais tu pour tout oublier, jusqu'à mon existence ? ”

En cet instant elle se mettait définitivement en danger. Elle n’avait pas confiance, mais surtout, elle n’avait pas d’autre choix. Que pouvait-elle offrir ? Sans doute rien qu’il n’ait déjà. S’il aimait voir les gens en situation de faiblesse, il devait probablement s’en délecter à l’instant même. Elle venait tout simplement d’admettre a un inconnu qui ignorait peut être même l’origine du problème qu’il y en avait un. Mais quel risque pouvait-elle prendre ? En l'état, aucun. Tsukiyomi se maudissait pour l'inconséquence de l’adolescente qu’elle était presque dix ans plus tôt, et qui avait suspendu de ses propres mains, pour toute son existence, une énorme épée de Damoclès au dessus de sa tête. Depuis, elle devait garder ce sourire qu’elle arborait, comme pour montrer qu’elle maîtrisait la situation. Mais ses mots autant que ses yeux la trahissaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Mer 27 Sep 2017 - 0:28

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »





Elle se voulait toujours secrète, peu encline à ouvrir la porte allégorique qui cloîtrait ses vrais sentiments au Torrent qui s'insinuait tout de même de par sa nature et ses moyens, motivé par des intentions qui n'avaient rien de mauvaise. Elle n'avait peut être pas eu de chance, ou au contraire de tomber sur lui ce jour-là. Peut être avait-elle besoin de parler de choses que Tsukiyomi gardait pour elle depuis trop longtemps.

La tournure des événements ne cessait d'étonner le Squale et sa demoiselle toujours rattachée dans son dos, tandis que la proximité entre les deux êtres au sang pourvu d'allèles communes se toisaient, se tournaient autour virtuellement dans un rituel qui amusait, intriguait et excitait les sens aux aguets du pisteur.

« On dirait que tu n'assumes pas certaines choses, que tu en éludes d'autres. Que tu viens de passer des heures à t'entraîner vu ton odeur et l'état de tes muscles, tout en masquant ce fait et en te séparant de tes précédents compagnons comme si te voir avec eux était un secret inavouable. Que tu revêtis un masque pour ne pas avoir à faire face à qui tu es vraiment, ou pour ne pas le montrer dans les rues de ce village. Pour qui, pourquoi, quand est-ce que ce masque saute, je n'en sais pas plus. »

Il sentait le problème mais ne pouvait mettre le doigt sur ses origines incertaines et clandestines. Tout ce qui restait à faire, c'était lui faire cracher le morceau et à ce jeu, il pouvait se berçait d'une patience presque paranormale.

La brune semblait anxieuse et confirmait ses doutes, le poids de ses mots. Sa voix se voulait calme, et si elle avait été une personne, elle se serait recroquevillée pour n'avoir pas plus longtemps à subir la pression d'arriver aux tympans d'un Jônin curieux et trop flegmatique pour que ses intentions soient lisible à même son faciès.

« Tu me sembles avoir des atouts et des choses à offrir mais.. Pourquoi voudrais-je oublier quoi que ce soit. Tu as piqué ma curiosité, Kaguya et je ne suis point le genre d'animal à lâcher prise une fois que mes crocs se sont plantés. » Allégorie tout à fait de mise vu le monstre bandé suspendu entre ses épaules en diagonal, il fit un pas de plus, réduisant l'écart entre eux et empiétant sur l'espace vital qu'il souillait de son souffle et de son musc. Hanzô avait de quoi impressionner mais dans ce cas de figure, il s'agissait seulement d'acculer la bête pour qu'elle lui montre le terrier. De là, il choisirait si cela suffisait ou se liguerait avec elle pour le détruire. Car à ne pas s'y méprendre, le Bâtard était capable d'écouter et même d'aider son prochain, surtout s'il lui était affilié.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Mer 27 Sep 2017 - 12:11
Son choix était un pari risqué, et elle avait eu tort de le faire. Car elle réalisait en fin de compte qu’elle aurait pu ignorer le regard qui avait causé toute cette discussion. Tsukiyomi serait rentrée chez elle tout à fait naturellement, et elle ne serait pas prise dans ce tourment de complications. Mais non, il avait fallu qu’elle vérifie, qu’elle provoque le destin, et la voilà, pressée de dévoiler les plus sombres aspects de son histoire a un inconnu. Le problème, c’est qu’elle ne voulait en aucun cas attirer la pitié de qui que ce soit, et encore moins sembler pathétique et faible. C'était le sentiment qu’elle ressentait le plus lorsqu’elle revenait rétrospectivement sur sa situation depuis dix ans : la honte. De n’avoir pas su s'émanciper et d'être trop attachée à la fois à son clan et a sa morale.

“ Je me demande bien ce qui peut te pousser à vouloir m’analyser de la sorte, ton intérêt me semble, ma foi, bien facilement hameçonné par des futilités. “ Plaisanta-t-elle, dans une tentative vaine de détendre l'atmosphère ou, à défaut, se détendre elle même. Elle n’avait pas envie de faire dans l’analyse psychologique, surtout pour se livrer à cet inconnu mais cela semblait être sa seule porte de sortie.

“ Disons simplement que je survis à toutes les exigences qui pèsent sur moi comme je peux. A chacun ses méthodes, et j’ai trouvé la mienne pour répondre à toutes ces attentes efficacement. Seulement il vaut mieux pour tout le monde que mon clan l’ignore. Je fais mon travail correctement, c’est tout ce qu’il faut retenir de tout cela.”

En fin de compte, les Kaguya étaient les seuls à ignorer cette dualité dans leur enfant. Ses amis, Watari et Ayuka, savaient qu’elle agissait différemment avec sa famille, et ne la jugeaient pas pour cela. Quand bien même ils ne connaissaient pas les détails de ses raisons. Et les gens du village pouvaient avoir affaire alternativement à l’un ou l’autre de ses visages qui, tous deux, avaient leur légitimité. En revanche, personne n’avait jamais assisté à cette transition dérangeante. Cette pantomime ridicule pesait sur la conscience de la jeune femme qui devait prendre sur elle pour ne pas hurler au désespoir sous la pression. C'était la raison pour laquelle elle restait si évasive : elle n'était pas certaine de rester parfaitement maîtresse de ses mots, gestes et émotions si elle venait à expliquer en détail le problème et son historique. Beaucoup de frustration accumulée, qui se manifestait à présent dans un tremblement imperceptible, une tension qui enveloppait la totalité de son corps, comme une drapé aigre-doux, un poison lent.

“ Je ne suis pas une bonne proie, je n’ai même pas bon goût. Je doute que tu gagnes quelque chose à me torturer ainsi. Je n’ai rien à t’apporter. “

Tsukiyomi soutenait son regard, accusant l’invasion de son espace privé avec une grande difficulté. Mais sa fierté et son éducation la tenaient debout, droite, provocante. Elle resterait droite quitte à se perdre, même si elle devait sentir le doux poison de la folie l’emmener. Tentant une dernière manoeuvre, elle fit sa voix plaintive, comme gémissante d’une douleur imaginaire.

“ Pourquoi tu fais ca ? Si ce n’est pour me vendre ou me tuer, ce qui reviendrait au même, pourquoi ? ”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Mer 27 Sep 2017 - 23:23

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »





Toujours proche d'elle autant qu'il le pouvait sans intentions malvenues, le mâle fixait les flavescentes iris de la Kaguya avec l'insistance d'un prédateur ayant contraint sa proie, écoutant chacun des mots joué par ses cordes vocales dans une symphonie qui berçait le Squale. Qui le berçait d'idées préconçues ne demandant qu'à être balayées par une revers d'une main honnête et sûre d'elle, ce qu'elle n'avait pour l'instant pas. Fébrile, elle se défendait avec ses armes tandis que l'ombre du corps musculeux appartenant au Jônin l'enveloppait comme une cape obscure.

« Tu te trouves si futile ? Tu me sembles loin de l'être et comme tu peux le remarquer je n'ai pas d'autres endroits où être. » Ses pommettes se soulevèrent de quelques millimètres comme s'il s'apprêtait à sourire, son air de rapace ayant flairé une proie de choix toujours gravé sur les traits inférieurs de son faciès moins lactescent que celui de sa partenaire de palabres.

« Pourquoi laisses-tu les exigences d'autrui te nuire ? Que se passerait-il si les Kaguya venaient à l'apprendre, hein ? » Était-ce une menace ? Voulait-il vraiment mettre ceci à exécution ? Quelqu'un qui l'aurait connu mieux qu'elle aurait certifié qu'il n'était pas le genre à colporter ce genre de ragots et qu'il volait dans un ciel bien loin de cette glaise de rumeurs et de qu'en-dira-t-on. Elle, n'en savait rien. Si elle se sentait comme une enfant qui ne savait nager dans un océan, alors le cyan de ses pupilles serait l'eau dans laquelle elle pouvait désormais se noyer.

« Je voudrais bien te croire sur parole mais ne t'ayant pas goûté, je vais m'abstenir de porter un jugement. Pour l'instant... » Ses crocs, et non pas ceux se sa mâchoire se dévoilèrent à sa prose tandis qu'il affichait ses deux canines aux pointes presque aussi acérées que celle de la gueule de Samehada. « Tu te rabaisses en permanence. Futile, rien à m'apporter. Je ne compte pas te torturer, tu sais ? » Il ne connaissait peut être pas son prénom qu'elle avait tu jusque là mais il commençait à comprendre la jouvencelle et les ficelles de ces rideaux qu'elle tirait entre sa personne et le monde environnant.

« Je n'ai pas ce genre d'intentions. Comme je te l'ai dit, tu as piquée mon intérêt alors contente mon appétit et sois plus explicite. Que risques-tu après tout ? » Le ton employé pour extirper ses mots de sa gorge avait un effet presque déplaisant mais un plaisir malsain, coupable, s'ajoutait à la liste. Comme si il la tenait par la gorge et pressait ses doigts autour, comme si dans une supplique métaphorique, elle exigeait qu'il force encore, ou qu'il arrête par des propos mêlés de faux et de vrai.

D'un pas de plus, il se trouvait plus proche d'elle que jamais, alors qu'autour se pressait peuple, malandrins et patrouilles.





_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Jeu 28 Sep 2017 - 14:28
Le jeu avait assez duré et force est de constater que Tsukiyomi en était la perdante. Elle aurait pu continuer à jouer de formules pour se faufiler hors de la cage dans laquelle son interlocuteur essayait de l’enfermer. Mais elle n’aurait jamais l'énergie et la force suffisante pour lui imposer de la laisser aller en paix tout en accédant à sa requête de garder le silence et l’oublier. S’il existait une liste de gens auxquels elle ne souhaitait en aucune manière se mesurer, cet homme, avec le mastodonte qu’il transportait sur son dos, en faisait partie.

“ Très bien, puisque tu veux tout savoir, je risque la mort. ” Lâcha-t-elle, amère. Elle n’avait vraiment pas envie de se confier a un inconnu sur le plus lourd problème de son existence, encore moins sous la pression. S’il disait ne pas vouloir la torturer, c’est qu’il se rendait difficilement compte de ce que cela pouvait être, au delà de la douleur physique.

“ Les Kaguya ne pardonnent jamais vraiment la dissidence, encore plus quand elle vient de quelqu’un qui - comme moi - a été élevée par le clan lui même faute de parents pour le faire. “ Continua-t-elle en songeant pour la première fois qu’il y avait peut être un point pour lequel ses parents lui manquaient, finalement. Tsukiyomi n’avait jamais ressenti le moindre besoin de figures parentales puisque la totalité du clan représentait cela pour elle. Mais quand elle voyait certains autres membres du clan, parfois en rapport d'âge avec elle, et leur comportement loin d'être aussi irréprochable qu’elle selon les standards qu’on lui avait imposé, elle se demandait si elle n'était pas en fait punie pour son statut d’orpheline ce qui, au fond, était bien pire que tout le reste.

“ J’ai fait, en plus de petites bêtises et rebellions, une grosse erreur il y a presque dix ans. La punition de mon instructeur m’a fait frôler la mort et depuis, je suis sur la sellette. La moindre erreur pourrait me coûter la vie et, fréquenter des Yuki ou quiconque n'étant pas dans les bonnes grâces de ceux qui me surveillent c’est, dans ma situation, une erreur.”

Tout en énonçant ce fait qui assombrissait son existence depuis des années, elle n’avait pas lâché le regard du jeune homme. En aucun cas elle ne voulait avoir l’air de regretter quoi que ce soit, ni se faire plaindre. Peut-être serait elle critiquée pour son éventuel manque de tripes, mais elle avait ses raisons. Si elle devait agir de façon malhonnête pour survivre jusqu'à ce qu’elle atteigne son but, tres bien. Tsukiyomi etait prete a assumer toute la condescendance qu’elle pourrait subir pour cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Jeu 28 Sep 2017 - 16:28

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »





Finalement ce qui était un jeu d'intentions pour l'un et une délivrance enrobée de passives batailles dans sa psyché trouva une débouchée toute trouvée, celle que le Torrent attendait avec la patience d'un ours qui guette une ruche. Proche d'elle au point de sentir les effluves de sa peau pâle et d'une teinte qui n'allait pas sans lui rappeler celle de son ancienne senseï, Daisame, ils ne s'étaient que peu pour ne pas dire pas lâcher du regard et se contemplait l'un l'autre avec des envies et des attentes bien différentes. Mais le manieur de Samehada sentait qu'il agissait pour le bien de Tsukiyomi, au moins. Que la forcer à parler de ses noirs desseins et ses manigeances claniques pouvait l'aider.

« La mort n'est que le commencement à ce qu'on dit dans certaines cultures. » Rabaissant ses peurs à la justesse des légendes d'autrui, il comprenait toutefois ce qu'elle essayait de lui transmettre et l'amertume de sa prose justifiait bien que pour la Kaguya tout cela était bien réel, tangible. Comme une ancre la rattachant à une réalité qu'elle voulait éviter.

« Je partage ce trait avec toi, je n'ai pas non plus connu mes parents et l'un d'eux est un de tes semblables. D'où ce loup osseux. » Assez près pour la toucher de son coude quand il tapota la protubérance de son index, il n'en fit rien, le simple souffle provoqué par le mouvement déplaçant une mèche de sa toison ébène. Sa partenaire semblait se disperser dans beaucoup de souvenirs, et il essaya tant bien que mal de les déchiffrer en scrutant ses mimiques.

« Les frasques d'une jeune orpheline ne devraient pas lui peser sur les épaules dix ans après. Qui est ton instructeur ? L'erreur c'est de te laisser dicter une conduite sous couvert de manigances claniques, et tu me sembles assez éclairée pour le comprendre. » Il lui faisait comprendre, comme si la langue qui s'agitait entre ses dents était une main, qu'il la tendait vers elle. Son côté pédagogue refoulé, peut être. Tetsuko avait beau être comme un fils, être dans la trentaine et avoir vécu autant le poussait à vouloir paterner les membres de Kirigakure. Il n'avait sur le faciès aucun rictus moqueur et semblait bien ne pas la juger, bien au contraire.

Il se fléchit sur ses appuis pour séparer la distance entre ses yeux qui forçaient le faciès de la jeune femme à se lever vers le sien et se mit à son niveau, les mains sur ses genoux. Dans cette position, une petite dizaine sinon plus de centimètres séparaient leurs deux souffles s'entremêlant. « Je suis Kaguya Hanzô. Et me côtoyer est peut être pire que t'allier aux Yuki malgré notre filiation commune. As-tu peur... ? » Encore une fois, il laissait un petit silence à la fin de sa phrase, comme pour qu'elle y glisse son prénom.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Jeu 28 Sep 2017 - 17:05
Dans un premier temps, les lèvres de la demoiselle se pincèrent dans une moue désapprobatrice. Elle ne venait pas de livrer son plus douloureux secret pour entendre une relativisation étrange sur sa peur de mourir. C'était déjà le principal reproche de son clan, sa façon de vouloir toujours éviter la mort, la sienne et celle des autres par des calculs et manigances. Néanmoins il changea bien vite de discours ce qui apaisa l’agacement tout juste naissant dans l'âme de Tsukiyomi.

Elle arbora un petit sourire poliment désolé lorsqu’il évoqua son statut d’orphelin, bien qu’elle ne soit toujours pas capable de comprendre la souffrance qui pouvait en résulter. Pourtant il n’avait pas l’air de s’en plaindre plus qu’elle, il semblait pragmatique et cynique, comme elle. Il établissait des faits avec un naturel rafraîchissant, ce qui commençait à mettre veritablement a l’aise la genin.

Il était inutile de nommer son instructeur. Déjà parce qu’elle n’aimait pas évoquer son nom, d’une part, et d’autre part parce qu’il n'était pas le seul fautif dans cette affaire. Il avait ete la main qui mit en application la punition mais cela aurait pu être n’importe qui d’autre, au fond. Le problème ce n'était pas tellement lui, mais ceux qui avaient décidé que les gens comme elle méritait de frôler la mort, et de vivre dans la peur des représailles de sa propre famille.

“ Oh, peu importe son nom, une bonne partie du clan est tout aussi responsable que lui.”

Elle ne voulait même pas punir qui que ce soit. Evidemment, quand elle serait plus assurée, plus forte, quand elle aurait l’ascendant, elle prendrait un plaisir tout particulier a le voir changer d’attitude et lui réclamer son pardon désespérément. Une motivation malsaine mais qui la nourrissait tout autant que les autres, plus pures. Elle se refusait néanmoins à la rendre prioritaire.

“ Je sais bien que c’est anormal, je ne vais pas rester les bras ballant pendant que mon clan écrit mon histoire pour moi. J’ai bien l’intention de lui prendre la plume des mains, a ma facon.” Dit-elle avant de sourire, optimiste. Elle gardait la posture, autant que possible, mais se détendit petit à petit. Ce grand type etait peut etre dangereux a ses heures, mais il ne lui voulait de toute évidence aucun mal. Si Tsukiyomi avait du mal à comprendre la provenance de cette bienveillance, elle décida malgré tout de ne pas la balayer du revers de la main. Probablement, entre autres, parce qu’une vexation serait malvenue face à quelqu’un comme lui. Mais aussi parce qu’elle se sentait en quelques sortes liée à lui de par leur nature indépendante. Chacun a sa mesure.

“ Tsukiyomi. Je m’appelle Tsukiyomi. Et je n’ai pas vraiment peur, non. Je pourrai toujours jouer l’ignorance te concernant. Cependant, j’imagine que ma curiosité a ton egard pourrait m’attirer des ennuis maintenant que je sais que tu ne me vendras pas.” Elle jeta un oeil autour d’elle, avant de poser ses yeux à nouveau sur Hanzo, puis sur son arme. “Enfin je suppose que tu ne crains pas grand chose, arme de la sorte. Avoir une famille ne me manque pas vraiment mais un frère comme toi m’aurait été bien utile dans ces circonstances.” Ajouta-t-elle, en ponctuant sa dernière remarque d’un rire discret. A bien y regarder, Hanzo était probablement quelqu’un de très intéressant, au delà de sa puissance évidente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Jeu 28 Sep 2017 - 19:50

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »





Qu'il s'approche ou la fixe ainsi n'avait pas l'air de déstabiliser le brin de femme, contrairement à beaucoup dans ce village, la réputation du Torrent inspirant parfois crainte et soupçons en masquant ses réelles intentions extraordinairement mauvaises envers ses confrères et collègues. Elle sembla tout de même atteinte quand il lui fit percevoir sa vision sur la mort et sa personnification, le Shinigami. Ses expériences et le fait de l'avoir croisé maintes fois sur le champ de bataille, par la malaide, lui avaient appris de ne pas le redouter mais de l'embrasser à bras-le-corps, d'en faire un allié et un proche plutôt qu'un lointain ennemi qu'on redoute ; qu'on suspecte dans les ombres sur son passage. Bien sûr, il était plus que tout autre pourvu de rêves et d'espoirs, de choses qu'il souhaitait accomplir et ne comptait pas sur le fait de disparaître. Mais si cela devait arriver, il serait un compagnon de trajet sage et conciliant.

« Soka. Je ne pourrais donc pas appuyer sur une seule personne pour te sortir de tout cela. » Il semblait bien trop confiant pour qu'on ne l'estime pas se pensant capable d'affronter tout un clan, ce qui était dans sa veine de compétences, ou du moins c'est ce qu'il en pensait.

« Je serai bien curieux de voir cette dite façon, kunoïchi. » Revêtissant un sourire de défi, comme pour la mettre à l'épreuve, archétype d'un shinobi aguérri face à un élève, ses doigts pianotaient sur l'os de son genou tandis qu'il constatait la dentition blanche de l'homonyme de la Déesse de la Lune, donnant encore un peu plus de charme à ce faciès bien proportionné qui ressemblait sous certains aspects à celui de R.... À l'évocation de cette pensée, il sembla se perdre dans les limbes du passé quelques instants avant de se ressaisir.

« C'est un prénom plein de signification que tu as là. Je suis assez difficile à ignorer, attention. » Il se fendit d'un rire presque jaune tant il était dans le vrai. « Qu'est-ce que la vie si elle est morose et monotone, hein ? » Acquiesçant à son propos, il se releva un peu pour retrouver sa position initiale.

« C'est vrai, Peau de Requin et moi sommes coriaces, maintenant que nous sommes réunis. » Elle ronronna assez fort pour que la Kaguya l'entende. Bien sûr, même sans l'épée, il restait un shinobi d'exception parmi les Brumeux. « Effectivement, il faut avoir des tripes pour s'attaquer à ma famille. Ceux qui s'y sont essayés... » Il se coupa, pensant à Benten qui avait osé attaquer Tetsuko et le jeter en pâture dans une arène, émanant dans le même temps d'une aura malveillante tant il comptait broyer les os de la vieille peau et s'en délecter. « Tu n'as personne à Kirigakure ? Je veux dire, de vraiment proche de toi ? Je me souviens d'un clan Kaguya très porté sur la famille. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Jeu 28 Sep 2017 - 20:52
Ce qui avait commencé sous la forme d’une rencontre sous le signe de la tension et de l’angoisse pour la jeune femme se muait peu à peu en quelque chose de beaucoup plus agréable. Une sorte d’intérêt mêlé de confiance qui détendait l’atmosphère. Elle n’hésitait plus à bouger maintenant, et le masque était tombé, elle pouvait respirer pour de bon. Tsukiyomi se laissait même sourire et montrer un peu d’enthousiasme et d’humour, ce qui était un signe : il n’avait rien d’un vrai Kaguya, et ça n’était en rien un reproche.

“ C’est toute la singularité de mes méthodes, on est pas supposé en être témoin. C’est bien ça le problème. Mais tu pourrais bien en constater les résultats. En tout cas, je suis flattée de voir que mon cas t’intéresse.” Dit-elle, toujours le sourire au lèvres et, pour cette fois, le regard s’accordant à cette expression.

Tsukiyomi songeait à ses amis, Watari et Ayuka, lorsqu’elle voyait le visage d’Hanzo évoquant sa famille. Elle se disait que ce serait probablement le genre de sentiment qu’elle aurait vis à vis d’eux, quand bien même son lien avec son clan avait ce côté familial. Ils étaient chaleureux, les Kaguya, essentiellement avec les leurs. Mais le divorce qui s’opérait depuis presque dix ans maintenant entre le clan et elle l’avait privée de la spontanéité qui caractérise les relation familiales saines. Ils n’étaient pas à couteaux tirés, mais la pression psychologique était telle que cela devenait difficile à vivre. En fin de compte, c’était probablement ce que l’on pouvait imaginer de plus proche des familles toxiques. Une tension permanente, mais peu de conflits ouverts.

“ J’ai des amis, ceux que je viens de quitter à l’instant. Mais c’est un peu particulier puisque l’une d’elle ne serait pas approuvée par le clan. En ce qui concerne les Kaguya eh bien …” Elle fit une pause, pour trouver la meilleure façon de l’expliquer à quelqu’un qui n’avait pas grandi parmi eux, en particulier dans sa situation.

“ Oui, c’est comme une grande famille. Enfin, ça l’a été encore plus pour moi puisque c’est le clan lui même qui m’a élevée. Tout le monde fait plus ou moins figure de parents. Mais plus on a de famille, plus on a de chance de décevoir quelqu’un et créer le conflit.”

Elle ponctua cette remarque d’un rire, imaginant certains de ses frères et soeurs Kaguya en oncles et tantes rabat-joie. C’était un peu ça, la violence physique en plus.

“ On ne déçoit pas deux fois un Kaguya. Alors tu imagines bien quel genre de liens familiaux étranges ça peut créer. La famille, c’est soit disant ce qui reste quand tout le monde nous lâche, et ceux qui nous pardonnent nos erreurs. Ca marche pas comme ça chez nous.”


Tsukiyomi se raccrochait aux idées qu’elle se faisait sur la question, sur les adages et ses observations. C’était bien la seule façon qu’elle avait d’imaginer une famille traditionnelle. Et à voir le regard d’Hanzo lorsqu’il évoquait la protection des siens, elle se sentait un peu envieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Jeu 28 Sep 2017 - 23:02

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »





Si elle avait vu le vrai visage d'Hanzô, celui qui explicitait le fait qu'il était le partenaire idéal pour un squale du genre de celui de son épée, prêt à tout pour gagner, tout crocs dehors, se complaisant dans le sang et la douleur, elle aurait pensé tout autrement. Mais pour l'heure c'est l'aura apaisante et amicale qu'il revêtait envers ses camarades qui berçait les traits de Tsukiyomi. Et il n'en jouait pas, ne simulait rien du tout. Il était lui-même, démontrant que le plus grand des mastodontes pouvait être ce que beaucoup dirait faiblesse ; mais qui n'était qu'amicalité et compréhension.

« Tu peux l'être, tu m'as l'air assez singulière pour être remarquée. » Elle pensait qu'il ne verrait jamais ses sombres manipulations, il en était moins sûr. Le Torrent savait s'immisçait là où on ne l'attendait pas, recueillir des informations où nul autre ne le pouvait. Pas avec l'art des Illusions, pas par la torture -domaine où il se révelait extrêmement doué pourtant- mais d'autres moyens moins évidents.

Elle semblait peser ses propres émotions, sous-peser les sentiments de Hanzô et se comparer à ceux-là. C'était assez compréhensible.

« Tu en auras sûrement besoin, je sens qu'être un bloc sera nécessaire pour la vague qui s'apprête à heurter le Yuukan. » De ce qu'il avait vu dans les autres pays, beaucoup n'étaient pas pour la guerre complète, mais la froideur des intérêts dépassait vite la logique terre-à-terre des dommages collatéraux. Si cinquante devaient mourir pour qu'un ait ce qu'il désirait, alors dans la majorité des cas ce un l'emporterait s'il était placé correctement sur l'échiquier.

« Parfois les conflits mènent à quelque chose de bon, et c'est après les plus grandes batailles que ressortent les choses les plus intéressantes. Il suffit seulement de ne pas tout perdre pendant. » Il repensait à son combat contre Lui, la perte de sa moitié, les yeux de sa belle à la vue de sa blessure béante, qu'il effleura machinalement entre le haut de ses pectoraux.

« Rien n'est immuable. Pourquoi manipuler les choses et les gens quand tu peux changer le système ? Regarde Benten. Elle ne plaisait pas, alors elle a disparu. C'est la même chose partout, dans le monde animal et celui shinobi. Devient assez forte et tu pourras remédier à cela. » Il semblait la défier, lui ordonnant presque de prendre les armes et de trancher les gorges de ceux qui l'utiliserait pour cracher le venin corrosif qui l'effrayait tant, délivrant la sentence qu'elle s'évertuait à éviter.

« Beaucoup de shinobis ici seraient ravis de t'aider à atteindre ton potentiel latent. » S'il avait fait un clin d’œil, le Bâtard aurait rendu l'évidence bien trop tangible. Alors il laissa flotter son offre toujours bien trop proche d'elle, puis pivota pour regarder au loin, de profil face à elle. Tsukiyomi ne semblait pas dérangée d'être presque collée à lui et le Kaguya non plus.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Ven 29 Sep 2017 - 12:05
Le sourire s’installait pour un moment sur le visage de la Kirijin qui n’aurait pas imaginé en arriver la. Elle n'était pas femme à chercher l’approbation ou l’attention d’inconnus, mais elle prenait cette dénonciation de sa singularité comme un compliment. Comme si être remarquée par quelqu’un de si puissant et, elle le percevait, singulier lui même était une sorte de faveur de sa part.

“ J’ai fait l’erreur de me laisser isoler par le clan quelques temps. J’ai de la chance de les avoir. Ce n’est pas donné à tout le monde de trouver quelqu’un qui partage nos vues sur le monde.”

En ce qui la concernait, elle appréciait de fréquenter des gens qui voulaient la paix pour Kiri, appliquée de la bonne façon, en respectant une morale proche de la sienne et non la suprématie. Les allégeances étaient parfois un mal nécessaire, mais jamais ils ne pourraient construire quoi que ce soit sur le long terme sur une base aussi instable.

“ C’est certain que la paix de Kiri que j'espère tant s'obtiendra au prix de conflits. Ce serait être aveugle que de le nier. Au moins, ce serait combattre pour un idéal sain. ” Reprit-elle, le regard perdu dans le vide. Ses pupilles ambrées brillaient d’une lueur optimiste qu’elle ne s'autorisait que rarement à exprimer. Pas qu’elle se montre pessimiste en société, mais elle savait à quel point l’optimisme pouvait être fragile en comparaison. C'était une lutte de tous les instants que de maintenir un sentiment positif sur la situation.

“ On a besoin de toutes sortes de méthodes pour changer le monde, les miennes ne font pas exception. Je suis, certes, un peu limitée par mon clan mais je suis bien déterminée a passer outre tout cela. D'où mes methodes. Ça me briserait le coeur de voir le village s'entredéchirer indéfiniment, peut-être est-ce une faiblesse de ma part … mais je l’assume plutôt bien.” Ajouta-t-elle en jetant un regard malicieux au jeune homme. Contrairement à ce qu’il avait pu constater au début de cette conversation, elle ne se méconsidérait pas au delà de la modestie nécessaire à tout un chacun. Ce n'était là qu’un mécanisme de défense, paraître insignifiante pour se protéger des attaques frontales. Une méthode à l'opposé des valeurs Kaguya.

“ Sans être totalement désespérée, je prendrai toujours l’aide qu’on voudra bien m’offrir pour cela. Il faut savoir percevoir la valeur de chacun, et saisir les mains tendues, n’est-ce pas ? ” Répondit-elle avec un grand sourire. Si sous entendu il y avait, elle ne comptait pas laisser s'échapper ce genre d'opportunité. Tsukiyomi regardait les quelques passants qui troublaient le silence de ces lieux. Aucun ne semblait prêter la moindre attention aux deux individus si singuliers, cette rencontre si étrange. Et si toutes ces précautions qu’elle prenait, toute cette frustration naissait de rien ? La jeune femme préféra ne pas y songer, car son intérêt était ailleurs a présent.

“ Toi qui semble bien encourageant, à me pousser ainsi à changer les choses, quel est ton dessein ? Tu veux essayer de faire de Kiri un endroit meilleur, ou simplement protéger les tiens de l’ouragan qui se prépare ?”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Ven 29 Sep 2017 - 16:29

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »





« Il n'y a pas de meilleure famille que celle que l'on choisit, à ce qu'on dit. » Souriant, il pensait à Sôsuke, à Nagu. À tant d'autres dispersés aux quatre coins de ce large monde, à ces relations tissées à Tetsu no Kuni. Un ensemble de lien entremêlés qui constituaient son réseau, son cercle d'amis et de connaissances dans lequel il avait parfois puisé du réconfort, de la force et surtout, des conseils. L'un était devenu Mizukage, l'autre tenancière et pourtant ils partageaient un savoir commun ; ils connaissaient cette facette sympathique et tolérante du Torrent qu'il dévoilait justement devant la jouvencelle avec l'aisance d'un paon qui démontre les couleurs rutilantes de sa queue, sans qu'il en aille jusqu'à la parade nuptiale.

« C'est propre aux Kaguya de guerroyer et si je partage bien un point commun avec eux, c'est mon attrait pour les belligérances. Je respecte le fait que tu veuilles apporter un semblant de paix ici, nous en avons bien besoin. » Il regardait les mains de la femme à l'épiderme azuré, comme pour se les imaginer fermés et capable de frapper, broyer les os. Elle n'était certes pas extraordinairement pourvue au niveau de son chakra, mais elle semblait prometteuse, comme un bourgeon qui ne demandait qu'à être abreuvé de rosé pour fleurir, éclore ; allégorie parfaite pour le clan au Shikotsumyaku qui se déclinait dans certaines de ses techniques par le nom de fleurs diverses pour illustrer l'aisance mortelle à faire pousser leurs protubérances osseuses.

« Je ne pense pas que le patriotisme soit une faiblesse, ou nous en sommes tout deux porteurs. » Tout sourire du fait de s'imaginer faible, ce qu'il n'était pas à ses propres yeux sans pour autant être aveuglé de son ego grandiloquent, il semblait bienveillant et dépourvu de jugement pour elle et ses idées, la rassurant même d'un regard empli de courtoisie et d'amicalité.

« Sages paroles, Tsukiyomi-chan. » La pourvoyant d'un suffixe affectueux de la sorte semblait bien rapide mais assorti à la situation et à son comportement.

« Tu ne peux pas me blâmer pour vouloir voir l'éclosion d'une jolie fleur, hein ? Les choses les plus simples sont parfois passionnantes. Et quoi de mieux pour elle que de pousser près d'un Torrent. » Sans se détacher de cet air fraternel qu'il arborait avec la présence d'esprit de ne pas en faire trop, la nouveauté de leur relation aidant, il avança encore pour la dépasser, son bras frôlant le sien.

« C'est un peu des deux, dirons nous. J'ai ma famille, mon sang. Puis il y a Kirigakure no Satô, qui est en quelque sorte ma seconde famille. Je servirais toujours la première avec plus de véhémence, mais cela ne m'empêche pas d'être assez large pour protéger les deux des bourrasques. » Il exhalait d'une aura rassurante et pourtant férale, comme si l'eau qui dormait pouvait se changer en raz de marée d'une seconde à l'autre.

« Je trouve que le lieu sied peu à nos mots, bougeons ? » Sans attendre une réponse il se mit à marcher assez lentement, flânant dans les rues pour se diriger vers le cœur du village, sans vraiment savoir où ils se rendaient. Peut être aux quartiers Kaguya ? Peut être dans une échoppe ? Peut être manger quelque chose ? Cela dépendrait de ses envies du moment et celle de la Lunaire.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Ven 29 Sep 2017 - 23:49
S’il fallait que Tsukiyomi admette quelque chose, c’était certainement qu’au fond, elle avait hérité des siens le goût de la confrontation. Seulement elle avait naturellement développé une approche différente de la coutume. Elle comprenait donc bien ce goût de guerroyer. La jeune femme trouvait simplement plus plaisant de constater la réussite d’une stratégie bien amenée, la satisfaction de surprendre l’ennemi par derrière plutôt qu’encaisser la force brute.

“ Oh je comprends très bien ce goût là, crois moi. Le clan n’a pas autant échoué à faire de moi une Kaguya qu’ils le pensent.” Répondit-elle, un léger sourire mélancolique ornant son visage apaisé. Aussi étrange que cela puisse paraître, les souvenirs des passes d’armes échangées avec les siens faisaient partie des plus agréables réminiscences de son enfance. Probablement parce qu’à l’époque, elle était plus libre, car félicitée en chaque occasion. Si maintenant elle semblait à la traîne vis à vis des techniques frontales de son clan, à l’époque, elle était parmi les meilleures de sa génération, et elle n’avait de cesse de rattraper son retard en la matière, en complément de ses inclinations personnelles pour la stratégie furtive.

“ J’ai de quoi m’estimer chanceuse alors. Tout aussi imprévisible que puisse être le Torrent, c’est une force de la nature non négligeable.” Ajouta-t-elle dans un sourire accompagné d’un regard entendu. Un frisson imperceptible la parcourut lorsqu’il la frôla. Ce n’était pas tant son contact qui provoquait cela que son aura. Quelque chose de puissant; d’imposant, qui s’accordait parfaitement avec l’impression qu’il donnait au premier regard. Vraiment, elle était chanceuse de l’avoir à priori à son côté qu’en face d’elle dans la bataille qui l’impliquerait tôt ou tard.

Tsukiyomi acquiesça en toute humilité à l’évocation des motivations d’Hanzo. Elle pouvait aisément transposer ses considérations tant les siennes étaient similaires, dans une forme légèrement différente. Comme il l’avait justement évoqué, elle avait une famille choisie, bien qu’elle n’aurait jamais formulé la chose de la sorte devant eux, par pudeur. Quelle que soit la situation, la jeune femme songea qu’elle ne se mettrait jamais en travers du chemin de cet homme là. Par instinct de conservation d’une part, mais aussi parce que s’il était honnête dans ce qu’il disait, il serait dans le vrai. Mais parfois, les actes ne reflètent pas les intentions. Elle préférait ne pas trop se projeter.

“ Très bien, je te suis ! Enfin … Si on pouvait éviter de traîner tout de suite chez les Kaguya … Je ne suis pas si craintive mais je tiens à ma vie, pour l’instant.”

Un coup d’oeil circulaire sur l’endroit porta la jeune femme à penser qu’elle ne profitait sans doute pas assez de ce que Kiri avait à proposer. Le village pouvait être très accueillant pour qui savait se concentrer sur la chaleur de ses habitants, et passait outre leur image de cité guerrière.

“ Si les effluves de nourriture t’intéressent autant que celles du chakra, je serais ravie de partager un plat avec toi. “ Proposa-t-elle poliment. Après tout, elle sortait d’un entraînement plutôt intensif - bien que plus mesuré que le première qu’elle avait accusé avec ses amis. Nul doute que recharger les batteries lui ferait le plus grand bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Sam 30 Sep 2017 - 3:10

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »





Elle semblait animée de la même rage des berzerk que lui, capable de s'enflammer via les braises ancestrales de leurs ailleuls portant en eux ce gêne de chiens fous, et n'émanait en disant cela que de passivité et de gentillesse, ses traits peu tirés lui semblant bien sages. Peut être qu'ils partageaient d'autres dénominateurs communs ? Le temps le lui dirait. De son côté, sa jeunesse n'avait été qu'un large champ de bataille, un interminable bain de sang dans lequel sa jeune enveloppe avait baignée sans qu'il ne s'en plaigne jamais. Cela l'avait forgé et malgré l'empreinte indélébile, le Torrent était presque reconnaissant que la vie ait mis sur sa route telles épreuves.

« Farouche. » Plus dit à lui-même qu'à elle, il exprimait sa pensée par un seul mot qui résumait bien ses propos. Elle avait beau user de subterfuges, si ses crocs finissaient par déchirer la chair, qu'elle était la différence ?

« Tu sembles croire en la chance. J'y suis moins porté. Disons qu'on mérite ce qui nous arrive, tu ne fais peut être pas exception. » Son regard en disait long et ce qu'il refléta dans le sien tout autant. « Il est encore une fois bien sage de ne pas le négliger. » Il paraissait vaniteux, et c'était un fait, cela lui arrivait sans que ça devint jamais récurrent.

Il sentit la chair de la Kirijin s'hérissait d'un frémissement à son contact, ce qui le fit rapidement plisser les yeux.

« Tout de suite ? Te promener dans les quartiers du clan avec moi te paraît une perspective ? » Titillant Tsukiyomi comme il savait le faire, il cherchait par tous les moyens à savoir le moindre maux qui hantait ses pensées et ses envies pour le futur, surtout s'il était concerné. « Tu ne risques pas grand chose à mes côtés. »

« Tu me prends par les sentiments, Kaguya. Faisons donc, nous aurons l'occasion de converser un peu plus longuement ainsi. » Il connaissait une seule adresse pour cela ; une bonne. Il se rendit donc avec sa nouvelle rencontre dans l'auberge de Nasu pas très loin des portes du village, mais cependant en dehors, rebroussant chemin. C'était un endroit calme où on servait les meilleurs viandes du canton, dont il était friand. La propriétaire lui permettait souvent de manger à l’œil mais cette fois il allait user de sa monnaie pour remplir leurs deux estomacs.

De temps à autre sur la route, il lançait un regard amusé à la femme à l'épiderme singulier, tandis que Samehada gardait autant qu'il était possible son calme. Peu avant d'arriver devant la porte de ladite auberge-restaurant, voulant lui ouvrir la porte, encore une fois, les phalanges de sa main vinrent toucher celle de la lunaire. Il ne comptait pas s'excuser ou être gêné pour autant.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Sam 30 Sep 2017 - 13:13
Un regard approbateur suffit à la jeune femme pour acquiescer à ce qu’énonçait le Torrent. Il avait une clairvoyance toute particulière et appréciable, en particulier aussi rapidement après avoir rencontré Tsukiyomi. Elle appréciait cela chez les gens, à partir du moment où ils ne lui étaient pas hostiles. Nul besoin d’être trop brut dans ses propos quand on peut énoncer des vérités avec élégance. Il était toujours plus estimable, selon elle, de se comprendre avec évidence sans verbaliser grossièrement.

La petite provocation d’Hanzo concernant le domaine Kaguya la fit sourire. Il était joueur, et elle ne pouvait l’en blâmer tant elle pouvait l’être également à ses heures. Mais il y avait un fond de vrai dans ce qu’il sous entendait. Il était bien rare pour Tsukiyomi d’envisager ce genre de choses si rapidement lorsqu’elle rencontrait quelqu’un. Elle était toujours sur la réserve avec tout le monde, y compris ses amis car on ne se refait pas, mais il y avait quelque chose de singulier chez le Torrent. Peut-être son appartenance lointaine au clan Kaguya mêlé à son caractère si différent, ou bien la façon dont il avait senti si facilement son problème sans le retourner contre elle. Elle n’avait pour ainsi dire jamais rencontré quelqu’un dont les perceptions étaient si juste - hormis peut être Watari, dans certaines circonstances.

“ Je doute que tu craignes les Kaguya, tu sembles sûr de toi à raison. Je suppose que je pourrais compter sur toi pour m’éviter le pire si je devais te servir de guide dans le domaine du clan. ”
Répondit-elle dans le même ton que lui, plongeant dans ses yeux un regard espiègle.

Tsukiyomi suivit l’homme avec une certaine reconnaissance lorsqu’elle constata qu’il les conduisait hors du village. Peut-être n’était-ce qu’une coincidence que l’endroit si recommandable qu’il visait se situait loin du clan, après tout il n’avait pas l’air de craindre quoi que ce soit de ce côté là. Mais les faits étaient tels qu’elle en fut rassurée. Elle remarqua sur la route quelques regards amusés posés sur elle qu’elle eut bien du mal à déchiffrer. Mais elle n’essaya pas vraiment d’y lire quoi que ce soit. Elle admettait sans mal ne pas toujours comprendre ce quasi-inconnu, c’était bien ce qui le rendait intéressant : son imprévisibilité. La genin commençait quoi qu’il en soit à s’habituer à l’aura si particulière d’Hanzo et ne fut pas aussi surprise que précédemment lorsqu’il la frôla. Tsukiyomi n’était de toute façon pas gênée par la proximité physique de gens envers qui elle avait de l’appréciation. Toute pudeur excessive s’envolait dès lors qu’elle se sentait en confiance, en particulier avec la gent masculine. Les bénéfices d’une éducation Kaguya entourée de gens brutaux, sans doute. Elle pénétra enfin dans l’auberge.

L’endroit était pour le moins intéressant, il titillait la curiosité de la jeune femme qui s’étonna de n’y avoir jamais mis les pieds. Elle connaissait certes le village comme sa poche - et pour cause, elle avait participé à sa construction - mais les constructions alentours lui étaient inconnues pour la plupart. Il lui fallait une nouvelle fois blâmer sa passivité et sa tendance à répondre à la lettre aux récentes exigences claustrophiles du clan. Enthousiaste, elle se retourna vers celui qui l’accompagnait.

“ Bien, c’est toi qui connais l’endroit, je te fais confiance. Quel est le meilleur coin, le meilleur plat ?”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Dim 1 Oct 2017 - 4:24

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »





« C'est stupide, mais je ne crains pas l'adversité, encore moins quand je sais tout d'elle. Tu peux compter sur moi si tu venais à te perdre et que je sois à tes côtés. » Le sabreur implicitait bien peu les choses en lui faisant comprendre que se rendre là-bas pouvait être à double-tranchant mais que Samehada s'interposerait si les anciens du clan des Osseux avait un seul mot à redire à ses fréquentations ; était-il un chien errant, un de ces mendiants dont on éloigne ses filles de peur qu'elles attrapent quelconque tique ? Il ne pensait pas et l'insulter de la sorte, lui sa réputation et son honneur serait une grossière erreur de leur part qu'ils payeraient au prix du sang, dont ils étaient si friands. Mais être du mauvais côté du bâton avait ses défauts et même les plus vaillants, quand le bois de ce dernier devenait écailles déchirantes, montraient des réserves.

Elle ne semblait pas farouche au fait qu'il vint à la toucher, ce qui le rassura un peu sur son état d'esprit et les pensées que l'orpheline pouvait avoir envers lui. Loin du Torrent l'idée de vouloir plaire à tout prix et de s'intégrer. Il n'appréciait seulement pas la compagnie forcée, fournie par dépit plutôt que par envie et ne s'érigeait jamais en tortionnaire sans une bonne raison que la belle à la peau froide n'avait point donné pour l'instant.

Jetant un œil discret vers sa poitrine, l'iris attiré par son pendentif enchaîné autour de son cou, la pierre aux reflets lilas l'intriguant assez, il vint à se détacher de ce dernier pour chercher une table libre, l'établissement accueillant déjà bon nombre de client. Sans attendre il se dirigea vers le comptoir où une jeune femme le regardait de bas en haut, visiblement troublée par la présence nouvelle du Kaguya dans le troquet. Il lui adressa un sourire, maintenant assez proche pour être entendu par les oreilles de Minami. « Aurais-tu une table assez éloigné de tout ce vacarme et une carte pour moi et la demoiselle ? » Elle fronça les sourcils en posant les yeux sur Tsukiyomi puis reprit vite de son professionnalisme joint d'un sourire pour le guider d'un simple signe de main vers une table ronde au fond de la pièce, assez dans l'idée qu'il se faisait du calme dans une auberge. Une fois assis, il détacha le monstre écailleux et le posa contre le mur, sans faire attention car elle était capable de se protéger seule, après tout.

Rapprochant son siège du sien pour pouvoir regarder la même carte qu'elle, son index longeait les kanjis composant les mets à disposition. « Les gyozas sont particulièrement savoureux, les takoyakis ne sont pas en reste. J'ai un petit faible pour les Yakitoris. » Il semblait animé par un monstre tant parler de nourriture était jouissif sachant où elle finirait bientôt. « Pour moi ce sera l'habituel assortiment. » Par assortiment il entendait une pléthore capable de combler un régiment et la table allait avoir du mal à recevoir sa part de la commande.

En attendant qu'ils soient servis, le Kaguya toujours proche de la Lunaire tourna son faciès vers elle. « Tu me parlais de tes amis, et d'un, ou une Yuki. Qui sont les autres ? » Ses doigts entrecroisés, coudes sur la table, il se renseignait sur ses liens, pour comprendre. « Des choses à me faire savoir ? Tu m'as l'air de garder beaucoup pour toi. C'est l'occasion de te délester et je suis assez difficile à faire parler lorsque je sais des secrets. » Ô combien il était réel et concret, rien que de vérifier ses termes par les multiples cicatrices reçus d'interrogatoires où il n'avait pas lâché le moindre mot. Le regard sur son tatouage du pacte des serpents ornant son avant-bras, son second fait depuis son retour en comptant le Six dans son dos, il pensait, encore. « J'espère que tu as faim, Tsukiyomi. Tu as face à toi le genre qui peut avaler son poids et me regarder manger est un pauvre spectacle ! »




_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Dim 1 Oct 2017 - 12:44
La shinobi perçut le regard du sabreur sur son pendentif et, par réflexe, le saisit entre ses doigts. Il lui arrivait assez souvent de faire ce geste rassurant. Son attachement à cette pierre était entièrement factice dans le sens où elle l’avait obtenu comme héritage de ses regrettés parents, mais n’y attachait pas vraiment de sentiment en ce sens là. C’était presque plus comme un doudou, une part d’elle dont la couleur coincidait parfaitement avec son côté lunaire.

Tsukiyomi suivit Hanzo sans un mot, découvrant l’endroit avec un certain intérêt. L’auberge était bien peuplée pour un endroit dont elle n’avait jamais eu vent. Des clients de toutes sortes se mêlaient dans une ambiance plutôt chaleureuse qui ne touchait pas encore au brouhaha. La jeune femme n’était pas vraiment habituée à ce genre d’endroits mais elle avait toujours eu cette capacité innée à se fondre dans la masse et ce, malgré ses attributs physiques atypiques.

Une fois installés dans une table à l’écart - initiative qu’elle saluait intérieurement, elle n’aurait pu imaginer mieux - elle examina avec une grande attention le menu tout en se mordant la lèvre. Elle en avait l’eau à la bouche, et lire une telle liste de mets plus appétissants les uns que les autres lui ouvrait l’appétit plus que de raison. Elle n’hésita pas un instant à profiter de cette occasion pour goûter à tout ce qu’elle pouvait se permettre. Une opportunité de se genre ne se présentait pas souvent, et si elle était une cuisinière plutôt compétente, elle n’avait jamais l’énergie de préparer toutes ces choses.

“ Je vais probablement pencher pour un assortiment aussi, ce serait honteux de se limiter quand il y a un tel choix.”


Vint enfin le retour de la discussion initiale. Elle ne craignait plus vraiment de se livrer sur ces sujets tant l’échange précédent avait remis les choses en perspective. Ce sujet qu’elle avait toujours traité comme sensible et intime était tout à fait banal pour tout un chacun. Changer de considération en compagnie d’Hanzo, même brièvement, la rendait bien plus volubile sur la question. Et tout en parlant, elle pouvait se rendre compte de la valeur de ses amis pour elle. Verbaliser quelque chose apporte inévitablement un nouvel éclairage.

“ Une Yuki oui, une amie de longue date, nous nous connaissons depuis la fondation de Kiri, nous étions des adolescentes à l’époque. J’ai ensuite rencontré Watari. Il tient son propre dojo dans le village. Mon amitié avec eux deux était plutôt routinière - enfin c’est ce que je pensais. Mais depuis les récents événements dans le village j’ai pu constater que c’était plus profond que cela. Et nous nous entraînons ensemble, maintenant.”

Tout en parlant d’elle, et de ses amis, Tsukiyomi réalisait que malgré son intérêt naissant pour le jeune homme, elle ne l’avait pas encore fait parler. Il n’avait pas l’air plus tourmenté que cela par son existence, elle ne lui apporterait donc probablement rien, mais ce n’était que justice de sa part de se livrer à la lunaire.

“ Ne crois pas que tu échapperas à ton devoir de m’en dire plus sur toi. Hors de question que je suis la seule à me faire analyser.” Ajouta-t-elle en riant, posant sur lui un regard moqueur.

“ Ne t’en fais pas pour ce à quoi tu ressembles en mangeant. Tu risquerais d’être surpris. Je peux être redoutable à mes heures.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Lun 2 Oct 2017 - 19:58

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »





Elle et son bien semblaient partager un lien particulier car sa simple observation la fit entremêler ses doigts de la chaîne pour le placer au creux de sa main fine, qui pouvait au demeurant se changer en poing à en voir les jointures partiellement abimées qui témoignaient de son entraînement récent. Il n'en fit pas une histoire et se contenta de continuer à vaquer, marquant ce détail dans l'immense grimoire qu'était sa mémoire sensorielle, celle eidétique en étant une part prépodérante.

« Tu prêches un converti ! » Tout azimut d'avoir trouvé une partenaire de casse-croûte qui n'était pas un estomac de moineau, elle ne s'attendait tout de même pas à ce qu'elle venait de commander. Par assortiment, la serveuse avait compris la même chose que pour Hanzô, ce qui signifiait qu'il y aurait à parier que quelques plats joncheraient le sol ou une table voisine, tant l'arrivée allait se vouloir colossale.

« Watari ? Comme toi et ton ami du clan au Hyôton, je l'ai connu à la fondation de la Cité Brumeuse. Un bon gars, une valeur sûre si qui on peut compter. » Il était sincère dans ses propos et le hasard avait voulu qu'il soit un de ces proches. Peut être moins caché au yeux des appartenants claniques que sa consoeur Yuki, mais toujours un sujet sensible. Peut être. À l'énoncé de son nom il n'avait pu retenir ce sourire qu'un homme a lorsqu'on parle de quelqu'un qu'il connait en terme élogieux. Il le méritait, après tout.

Maline, elle déviait maintenant l'axe de conversation et les questionnements sur lui et il aurait été malvenu pour le Torrent que de l'envoyer paître, une fois que la Lunaire avait acceptée de se confier ainsi, autant. S'il voulait continuer de renforcer ce lien, il allait devoir ouvrir ses lèvres pour des réponses, plus que des questions.

« Kaguya Hanzô, même si dans les parages je suis connu comme Kyûryû no Hanzô, le Torrent. Ou encore la Bête Bâtarde si on va chercher les sobriquets acquis lors de mes va-et-viens dans Mizu no Kuni. Jônin de son état, possesseur d'une des Sept Épées Légendaires et numéro Six des Épéistes de la Brume. C'est très cérémonieux, comme présentation.. » Il lui rendit son air moqueur par un sourire qui l'était tout autant. « Je suis rentré à Kirigakure no Satô il y a peu. Avant cela, j'étais en voyage, dans tout le Yuukan. » Avec tout cela, il en avait déjà dit pas mal sur ce qu'il était, sans rentrer dans les détails.

« Nous allons vérifier cela, regarde. » D'un signe du doigt, toujours à côté d'elle, il désigna deux chariots sur lesquels étaient disposés une palette de plat à en faire pâlir un Akimichi.

Petit à petit les deux femmes déposèrent sur le bois de la table une myriade de mets et bientôt l'ébène ne fut plus perceptible tant cela était entassé. Sans attendre il attrapa sa paire de baguette et glissa au fond de son gosier une belle pièce de viande grillé. « Apportez-moi le saké habituel avec cela je vous prie. Et deux coupes. »




_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Mar 3 Oct 2017 - 12:27
La Kaguya n’avait pas la moindre idée de ce qui l’attendait mais elle se sentait prête à tout. Voilà des jours qu’elle n’avait rien mangé d’inspirant et elle ne sortait pour ainsi dire jamais dans des endroits de ce genre. Elle rentabiliserait cette occasion coute que coute. Et puis, cela n’avait pas l’air de déranger son compagnon du jour ce qui etait plutot agreable Tsukiyomi n'était pas vraiment d’humeur à faire des manieres : elle avait faim.

Aborder le sujet de Watari la fit sourire, en particulier en songeant à la tête qu’il ferait s’il la voyait se goinfrer comme elle s'apprêtait à le faire. Quand bien même elle l’avait vu se dérider en quelques occasions, elle le voyait comme quelqu’un de paisible, avec beaucoup de manières, et elle faisait bien souvent attention en sa présence. Cela n'enlevait a priori rien à la spontanéité dont elle pouvait faire preuve et à son attachement envers son ami, mais par égard pour lui, elle faisait tout de meme tres attention a son comportement. Comme si déranger quelque chose sous ses yeux tenait d’un profond manque de respect.

“ Je ne peux que confirmer tes dires, on trouve difficilement plus fiable que lui. C’est un excellent ami, en plus d’un combattant hors pair. Le village est chanceux de le compter parmi ses habitants.”


La jeune femme écouta ensuite avec une grande attention, gravant chaque information dans sa mémoire, la présentation assez succincte que l’homme fit de lui même. Elle l’avait pressenti, il avait vécu beaucoup de choses et c'était probablement ce qui expliquait sa clairvoyance à son sujet.

“ Je vois que tu as vécu bien des aventures. Tu dois avoir beaucoup d’histoires à raconter.” Commença-t-elle en jetant un regard malicieux a Hanzo. Elle avait de toute évidence bien envie d’en savoir plus, mais préférait jouer la carte de l’humour. Loin d’elle l'idée d’imposer à quelqu’un de raconter toute sa vie. “ Un expérience sans doute précieuse pour Kiri. Toutes les portes doivent t'être ouvertes, ca ne fait aucun doute. Et celles qui sont fermées eh bien …” Elle désigna l’arme du Torrent de la tête. “ Tu pourras les ouvrir sans difficulté.” Puis elle ponctua sa remarque d’un rire discret. Dans le fond, Tsukiyomi aurait bien aimé avoir ce genre de force de frappe et ce vécu qui impose le respect. De quoi cesser définitivement de se tortiller métaphoriquement devant chaque obstacle pour éviter les conséquences des jeux de pouvoirs qui semblaient se jouer dans le village.

Enfin arrivèrent les plats et la jeune femme ne cacha pas sa surprise, ni son enthousiasme. C'était bien plus que ce à quoi elle s’attendait, mais elle n'était pas femme à se laisser abattre face a un défi de taille, bien au contraire. Elle etait une Kaguya, après tout. La lunaire n’attendit d’ailleurs pas bien longtemps après Hanzo pour attaquer, méthodiquement, chacun des plats, l’un après l’autre. Les saveurs se mélangeaient aux odeurs alléchantes tandis que, sous les regards médusés de certains clients qui avaient remarqué les chariots, ils avalaient ce qui avait l’air d’etre la moitié de leur poids en nourriture. Lorsque le Torrent commanda du sake, Tsukiyomi ne put réprimer une remarque enthousiaste.

“ Tu me plais de plus en plus, toi.” Puis elle reprit, joyeusement, son plat de teriyaki.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Busted ! | Ft. Kyūryū no Hanzō

Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: