Derniers sujets
» Autour des braises // Watari
Aujourd'hui à 3:17 par Hoshino Watari

» Aller à l'essentiel
Aujourd'hui à 3:09 par Metaru Shūuhei

» Sora Uchiha (en Cours)
Aujourd'hui à 2:57 par Borukan Akimoto

» [Koga Kiseru] Un errant à Iwa et dans un Cofee Shop - Libre
Aujourd'hui à 2:26 par Hyûga Sanadare

» Oui ?... Oui ! (w/ Tsunechika)
Aujourd'hui à 2:10 par Seisui no Seifukusha

» 1/08. La manipulatrice
Aujourd'hui à 2:06 par Suzuri Kyoshi

» Question de coïncidence ; Sazuka
Aujourd'hui à 2:04 par Ikeda Sazuka

» Le bon et la brute [Shukiki S.]
Aujourd'hui à 2:02 par Metaru Nué

» Reiji / RP.
Aujourd'hui à 1:37 par Goketsu Reiji

Partagez | 

[Event N°1] Réveillons l'eau qui dort [Ft. Shikami (le traître Kumojin)]


Ven 22 Sep 2017 - 23:32
Un combat… Totale exaspération ! Parmi toutes les épreuves possibles et inimaginables pour la seconde épreuve, les dirigeants sadiques d’Hi no Kuni avaient choisi un combat dans une grande enceinte. Selon les règles mises en place pour l’évènement, il était stipulé que la plupart des matchs se feraient en 1v1, à l’exception de quelques-uns qui auraient le malheur de s’effectuer dans des matchs à 1v1v1. Et devinez quoi ? Nora eut l’immense privilège dans l’une de ces battles à trois combattants !
Une véritable journée exténuante qui commençait donc pour cette pauvre moniale. Le problème n’était pas en soi la bataille. Elle savait se battre. Et assez bien en plus. Derrière ses obus abusivement affichés à la populace se cachait une combattante extrêmement maline. Sa force principale résidait dans la justesse de ses réflexions. Les plans en découlant pouvaient être discutables quant à leur faisabilité et surtout quant à leur témérité. Dans tous les cas, il fallait qu’elle trouve l’envie de tatanes et ce n’est clairement pas dans le cadre d’une compétition ninja que sa combativité brûlerait ardemment.

Quoi qu’il en soit, l’échéance était proche et intérieurement, Nora s’enrageait déjà. Jamais, elle n’aurait dû écouter cet abruti de Shuu. Sa proposition de voyage était certes plaisante au premier coup d'oeil, car la participation à ce tournoi impliquait des balades joviales ainsi que la découverte de traditions surprenante, avec ou sans lui. Cependant, en aucun cas, son sensei chef de la police n’avait affirmé la présence d’un quelconque combat à remporter pour prouver sa valeur. En bon bâtard qui se respecte, ce dernier avait juste souligné la possible présence d’un examen écrit (qu’elle attendait toujours d’ailleurs).
Dans cet état bourrue, difficile de profiter de l’ambiance agitée monopolisant les marchés. D'autant qu'il y avait sûrement quelques articles sympathiques à prix imbattables traînant dans des comptoirs ! Mais non... Les épices pourtant suffocantes ne lui semblèrent plus respirables. Quant aux hurlements provenant des commerces, ils n’avaient même plus l’air audibles, tant son esprit était occupé à vociférer des brutalités. Elle ne marchait plus pour du lèche-vitrine, mais pour soulager cette rage bouillonnant en elle. Sans cette annonce de bagarre qui était un peu comme la goutte faisant déborder le vase, cette journée aurait pu être comme les précédentes : Joviale, gaie et tendrement saupoudrée d’une petite amertume par rapport à son investissement forcé dans une compétition ninja.

Pour les âmes extérieures l’observant, elle avait l’air tout à fait normale à quelques traits renfrognés près. Beaucoup pourraient douter à juste titre cette soi-disant bougonneuse. Des gens pourraient même la trouver mignonne à force. Chacun ses fétichismes ! De toute façon, je n’étais pas là pour parler des préférences sexuelles d’hommes incompris (A Kumo, il y en avait bien trop). Une moniale rageuse déambulait dans Shito sans la surveillance d’une personne saine ou compétente. Typiquement, elle pouvait déraper. Faire la connerie du siècle et Dieu sait qu’il y aurait un chef de la police Kumojin qui serait exaspéré de l’apprendre.
Si malheureusement, ses réflexions étaient décousues à cause d’une dangereuse instabilité, personne ne l’avait heureusement abordé. Son self-control était rudement malmené et même Nora, ignorait comment elle réagirait en cas d’interpellation même fortuite. Son maître monial resté à Kumo lui rirait sûrement au nez. Rien que l’image de ce vieillard moqueur l’exacerbait… Elle avait besoin de prier. Ou au moins de méditer sur ce récit d’évènements cauchemardesques. Grâce au peu de lucidité qui perdurait dans sa tête, elle avait agrippé cette conclusion salutaire.

Où trouver un temple ici ? Elle n’en avait croisé aucun depuis qu’elle séjournait dans ce village de la feuille. En fait, elle n’avait surtout pas fait attention à la potentielle existence d’une quelconque enceinte religieuse dans les environs. Trop occupée à ruminer dans sa barbe, elle avait enfin l’air encline à porter un regard curieux à l’endroit où elle était… et à humer l’odeur infect régnant là. Sans avoir quittée l’humble Shito et ses petites brises rafraîchissantes, elle semblait comprendre où elle venait de mettre les pieds.
Les bas quartiers. Pas l’endroit le plus glorieux de la cité. Loin de là ! Tout grand village se respectant en avait forcément un… ou plus. Les caractéristiques récurrentes à ces zones ne manquaient pas à l’appel. Une odeur indigeste de poubelle ou de macchabée, des murs décrépis par la saleté ou la vieillesse et enfin, des êtres en état de décomposition ou végétation. Une aire désolée tout simplement !

Peut-être que le destin avait mené la moniale jusqu’ici. Dieu, ne pouvant éviter les remarques désobligeantes de son adoratrice, avait décidé de la punir. Celui qu’elle devait vénérer lui avait jeté un signal fort. Le besoin de se repentir urgemment. Malicieux qu’il était, il l’avait intentionnellement jeté dans cette fosse mortuaire où la vie ne poussait sûrement plus. Un soupir enlaçait son désarroi et semblait l’obliger à rester quelques temps ici. Pour prier tout simplement.
Ces derniers temps, les accrochages avec sa divinité étaient virulents. Parfois, la rupture fut même proche. La faute à ses obstinations parfois suicidaires. Pour une fois, l’écouter serait bien. Ainsi l’ex-vagabonde pourrait peut-être apaiser les tensions paralysant leur communication et surtout, elle pourrait peut-être oublier cette sordide histoire de combat ninjas.

Au bord du sentier principal, dans une rue ne criant pas la vie, elle s’était assise par terre, les jambes croisées. Avant finaliser sa grande méditation, elle posa son sac à côté. Enfin, elle prit une grande respiration et brusquement, dans sa légendaire tenue blanche à la fois religieuse et tendancieuse, ses yeux se fermèrent et son âme quitta ce monde. Rien ne pourrait la déranger à présent…

Oui ! La moniale méditait… dans une rue absolument immonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Sam 23 Sep 2017 - 12:50
Un grand blond, au costume rouge et bleu. Les cheveux longs, noués par une espèce de ficelle, il observait le monde. Que voyait-il ?
Il ne regardait pas avec ses yeux, il regardait avec sa tête. Il n'y avait pas besoin de pupille pour comprendre dans quelle illusion le monde était plongé. Le bonheur et la joie n'étaient que le déni de la tristesse et de l'injustice, seuls les idiots ne s'en rendaient pas compte, seuls les idiots étaient heureux. Accompagné de son grand bâton, de ses multiples boucliers et de son Ninjutsu hors du commun, il défendait l’opprimé, il défendait le faible du fort, il défendait l'innocent de la victime. Un honneur ? Aucun. Une loi ? La sienne, et il frapperait de son arme blanche quiconque participait à la création des ténèbres qui abriteraient ce monde. Ironie, pour quelqu'un qui semblait ne pas l'apprécier. Mais le détestait-il vraiment ? S'adapter à un monde malade n'était pas signe d'esprit sain,
au contraire. Lui était là pour prouver qu'en étant injuste dans un monde injuste, il y avait peut-être moyen de forger une justice nouvelle, basée sur la crainte de ceux qui voulaient être craints.


S'il y avait un dieu que Shikami devait prier, c'était lui. Il n'était évidemment que le fruit de son expérience et de toutes ses imaginations, il n'existait pas. Une pensée stupide, quelque part, aucun dieu n'était déjà descendu sur terre pour partager ses croyances, engendrant nombre de fidèles buvant ses paroles. Son dieu inventé était probablement aussi réel que tous les autres. Pourquoi serait-il mauvais ? Les autres dieux jugés bons laissaient bien les plus pauvres mourir de faim, les plus faibles mourir de leurs blessures ou de leurs maladies. Dieu que ce monde était si hideux, si seulement le Nara pouvait acquérir ce statut pour créer un monde meilleur.

Sa poigne se resserra sur son épée qu'il tenait en main. D'énervement, bien sûr. Devant une telle insouciance de la population, le Kumo-Jin s'était décidé à agir de lui-même. Il n'était pas supposé le faire, évidemment, mais qui le ferait ? Un regard bien sombre, une démarche droite et ferme, il avait déjà sa destination en tête. Les pauvres étaient les meilleures cibles aux yeux des forts, c'était la destination parfaite. Ne lâchant pas son épée, il s'y dirigea, de mauvaises idées plein l'esprit.

Evidemment, le lieu n'était pas des plus accueillant. De la saleté, des poubelles, des humains ... toutes sortes de choses qui jonchaient le sol, avec une énergie et une vitalité plus ou moins remarquables ... bien qu'elle était le plus souvent quasiment inexistante, pour la plupart. En marchant dans ces ruelles, Shikami se demandait comment il pouvait agir. Mettre fin à leur jour permettrait-il de les libérer de l'étreinte immonde qu'avait la vie sur eux ? Non, il n'avait aucunement droit de mort sur des innocents, il l'avait sur les coupables, et ils n'étaient sûrement pas ici. Hélas, il n'était pas non plus de ceux qui pouvaient les sortir de leur calvaire qui leur servait de vie. Il n'avait ni l'argent, ni la nourriture, ni les habits, rien.

Dans sa même démarche, la poigne qui serrait fortement son épée se desserrait petit à petit, à chaque pas, plus il se rendait compte de son impuissance. Son regard, lui, se détendit. Non pas parce qu'il était relaxé, mais pour la même raison qu'énoncée précédemment. Il finit par ailleurs par la ranger, se rendant compte qu'il n'aurait pas à l'utiliser ici.

Son regard était fixé droit devant lui, jusqu'à ce qu'il aperçut par un coup d'oeil une jeune fille, assise au sol, un sac déposé à côté d'elle. Elle semblait inconsciente, comme si elle dormait dans cette même position. Sa tenue était étrange, elle avait une apparence qui pouvait faire croire en l'appartenance à une quelconque croyance, mais sa coupe démontait cette idée, tant son décolleté était plongé. Pour une jeune fille, rester assise au sol, dans cette tenue et en laissant son sac à côté d'elle, c'était presque de l'inconscience. Pourtant, elle était beaucoup moins sale que toutes les personnes ici, ce qui ne montrait pas son appartenance à ce bas-monde.

Il ne pouvait pas la laisser prendre le risque qu'il lui arrive quelque chose, à elle ou à son sac, dans ce lieu où un vol était si vite arrivé. Il pourrait au moins bien agir en faisant ceci. Triste était l'idée que la seule personne à qui il aura été utile aujourd'hui, ce n'était pas une des plus démunies. Mais il n'y avait pas de petite justice. Adossé au mur à côté d'elle, il scrutait les horizons, attendant son réveil. Se poser ici n'était pas une mauvaise idée, l'épreuve numéro deux commençant bientôt, un peu de repos ne lui ferait pas de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t452-presentation-de-nara-hike

Mer 27 Sep 2017 - 22:55
L’esprit se détendait progressivement. Ce dérangeant futur lui parut négligeable le temps de sa sérieuse méditation. Le superflu disparaissait tandis que l’important s’éclipsait temporairement de sa conscience. Enfin, elle ne pensait plus à l’horrible combat qui l’attendrait d’ici quelques temps. Ses autres problèmes récurrents n’avaient plus cette place omniprésente perturbant ses décisions. Au milieu de déchets matériels et humains, elle dégageait une sérénité hors norme. Vêtu d’un blanc clérical, elle ressemblait à une lumière entourée d’obscurité. Alors qu’elle aurait pu se considérer comme pénombre lorsque troublée, elle était entrée dans ce quartier, Nora brillait d’un éclat mesuré et respectueux.
Dans ce mystérieux état de sommeil mental, le temps faisait son court autour d’elle. Même dans ce refuge mortuaire, des vies traversaient les rues, par obligation ou par curiosité. Plusieurs personnes l’avaient certainement croisé dans sa blancheur totalement immaculée. Des curieux, des outrés, des farceurs ou même des abuseurs. Pendant qu’elle avait les yeux fermés, peut-être avait-elle été victime d’un odieux tour du destin. L’âme transcendée, elle ne faisait même plus attention aux potentiels dangers externes. A moins qu’on ne la violente fermement, il était fort probable qu’elle n’ouvre pas les yeux.

Dans sa bulle spirituelle, les secondes n’avaient pas l’air de s’écouler. Ce silence était une récompense addictive. Invincibilité, confiance, estimes étaient des fruits de cette concentration ecclésiastique. Il s’agissait d’une espèce de communion dans laquelle elle en apprenait tous les jours sur elle-même. Méthode abstraite pour les athées, Nora se certifiait plus sereine au réveil. Elle était plus à même de mordre la vie à pleines dents et à gérer calmement les aléas (parfois cruels) pleuvant sur son quotidien. D’ailleurs, la voilà ouvrant doucement les yeux.
Ses paupières s’étirèrent en premier tel un tracteur roulant sur l’autoroute. La brume du réveil floutait la netteté de ses premiers regards. La moniale n’avait pas vraiment dormi, mais d’une manière plus générale, son esprit avait été plongé dans un état similaire. Reprendre ses marques lui prit de longues secondes. Elle effectua d’ailleurs plusieurs mouvements de tête jusqu’à pouvoir redécouvrir la clarté de cette belle journée. Seulement maintenant, elle retrouva l’incandescent soleil au-dessus de sa tête. Seulement maintenant, elle ressentit les effluves pestilentiels de la zone. Alors qu’elle était en train de s’étirer les bras, elle se recroquevilla les mains sur le museau pour avouer :

« Pouah ! Ça pue franchement ici ! »

L’implacable honnêteté de Nora. Face à un riverain habitant le quartier, elle ne se serait sûrement pas gênée pour demander pourquoi un arôme si abject lui attaquait les narines. Quoi qu’il en soit, elle avait enfin l’air d’avoir les idées de nouveau en place. Pour le moment en tout cas. Les traits de son visage étaient à la fois doux et tranquilles, comme il l’avait toujours été. Il semblait enfin paré à affronter toutes les difficultés bloquant son avancée… et dès le réveil, elle semblait déjà avoir du pain sur la planche.
En effet, un jeune homme s’était semble-t-il assoupi à côté d’elle. D’envergure plutôt juvénile, il avait sûrement obtenu sa majorité récemment. En apparence en tout cas, il semblait avoir peut-être 18 ans. Alors qu’elle était assise par terre contre le mur, à l’endroit le moins sale qu’elle ait pu trouver, lui était debout contre ce même, la tête baissée résistant à l’appel du sommeil. Avant même de se connaître son nom ou ses origines, Nora était curieuse de savoir pourquoi ce grand dadais tout maigrichon attendait bêtement à ses côtés.

« C’est pour avoir une vue plongeante sur mes seins que vous vous êtes mis à côté de moi ? J'espère que vous vous rincez l'oeil savoureusement »


Cette raison lui paraissait évidente, si bien que sur un ton mesquin, ses lèvres s’étaient sournoisement étendues pour lui dicter cette petite pique amusante. Alors même qu’elle ne connaissait pas les intentions de ce type, l’ex-vagabonde avait déjà envoyé la première ogive. Pas la plus amical n’est-ce-pas ? Elle venait au moins de prouver qu’elle avait enfin récupéré toute sa pugnacité. Malheureusement qui dit une Nora pugnace, dit aussi une Nora ingérable, capable de sorts aussi bien choquants qu’époustouflants. La violace de ses yeux caractérisait toute la perfide résidant dans ce joli bout de jeune femme. Elle voulait se divertir grâce à cet homme et clairement, elle allait s’amuser.
Les idées ne manquaient pas. Pendant qu’elle fit vendanger les tripes de son acolyte de par sa précédente remarque, elle avait déjà préparé de quoi assaisonner leur rencontre. Grâce à un certain chef de police et à de nombreux autres pigeons, elle avait peaufiné quelques magouilles sympatoches dans le but de renflouer les caisses et de faire perdurer son rêve. Aujourd’hui, cette situation était différente, elle prenait juste un bon moment en taquinant quelques garçons.

D’instinct avant de s’adonner à un quelconque jeu, elle posa d’abord le sac sur ses jambes. Ensuite, elle le fouilla gracieusement et s’étonna exagérément de ne pas y trouver quelque chose d’important. Levant la tête vers le jeune homme en question, elle l’interpela une seconde fois sur un ton toujours calme mais aux sons un peu plus graves :

« Où est mon argent ? Il n’est plus dans mon sac ! »

Et dire qu’elle voulait juste s’amuser au départ… il n’y avait vraiment plus d’argents dans sa vieille et miteuse besace. Le karma qui l’assommait probablement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Jeu 28 Sep 2017 - 19:03
Combien de temps s'était écoulé, depuis qu'il était arrivé ? Probablement quelques heures, il ne comptait plus. Il fallait être fou, pour rester immobile sous cette accablante chaleur, mais il l'était. Non pas de la jeune fille qui était assise à côté de lui, ni des énormités qui la protégeraient d'une attaque frontale au thorax, mais sa fidélité envers son désir de justice devait être suffisamment importante pour le faire passer pour un fou. Qui restait à côté d'une demoiselle endormie pendant des heures ? Généralement, les intentions n'étaient pas des plus saines, et toute personne de toute orientation qui effectuait un tel service attendrait une récompense, sous couvert d'une raison tout à fait noble. La protéger, c'était une raison noble. Pour autant, il n'était pas de ceux là. Ceux-là, c'était le genre de personne que le Nara médisait particulièrement. La manipulation pour arriver à des fins égoïstes, suffisamment malhonnête pour être passible de toute l'amertume du Genin de Kumo.

Ainsi la jeune fille s'éveilla doucement. Ses yeux s'ouvrant lentement à la lumière du jour, elle se mut comme pour reprendre ses marques, ce qui serait logique suite à son long repos. Sa grâce était notable, jusqu'à ce qu'elle parla. Si l'on pouvait trouver ses mouvements d'éveils charmeurs, son ton l'était beaucoup moins. Mais il l'avait quelque peu éveillé, c'était au moins son mérite. Alors qu'elle tourna le regard pour observer le jeune ninja, un sourire se dessina sur son visage avant de s'adresser à celui-ci.

« C’est pour avoir une vue plongeante sur mes seins que vous vous êtes mis à côté de moi ? J'espère que vous vous rincez l'oeil savoureusement »

Ces quelques mots eurent tout l'effet escompté, si l'on peut dire. Alors qu'il luttait contre le sommeil, le sentiment de panique qu'il venait d'éprouver le tira d'un coup de l'emprise de Morphée. Rougissant légèrement de gêne, il fit quelques gestes négatifs de main qui accompagneraient ses paroles.

Non pas du tout, vous vous méprenez ! s'exclama t'il en gesticulant.

Un silence s'instaura dans son esprit. Une pensée le calma instantanément. Elle avait sourit, non pas d'un sourire intéressé, mais d'un sourire qui paraissait montrer qu'elle n'attendait que ça, qu'on la regarde. Il n'était pas dans les habitudes du Nara d'apprécier alimenter la confiance que certains avaient déjà en eux. Son air reprit son air calme qu'il arborait normalement, et il reprit la discussion.

S'assoupir dans ce genre de lieu est inconscient, je ne voulais pas qu'il vous arrive quelque chose. Enfin, maintenant que vous êtes réveillée, je peux m'en aller.

S'il entrait dans son jeu, elle ferait de lui ce qu'elle désirait, et ce n'était pas vraiment ce dont il avait envie. On pouvait appeler ça fuir, en quelques sortes. Partir maintenant démontrerait à la jeune femme qu'il n'avait aucune arrière pensée en effectuant cette garde. Pour autant, alors qu'il allait entreprendre son départ, elle se tourna à nouveau vers lui, l'air un peu plus sérieux.

« Où est mon argent ? Il n’est plus dans mon sac ! »

Alors ça, c'était beaucoup plus embêtant. Elle n'avait aucune preuve que ce n'était pas lui, bien que l'idée selon laquelle son voleur pouvait rester à côté d'elle était complètement stupide. Il s'était juré de la protéger et de la défendre s'il lui arrivait quelque chose en cet après-midi, refuser de l'aider en ce moment n'était pas dans les principes du Kumo-Jin. Pour autant, il fallait gagner sa confiance et lui prouver qu'il n'y était pour rien.
Lui tendant la main pour la relever galamment, il prit la parole pour donner les quelques renseignements qu'il avait en sa possession.

Je n'ai vu personne depuis que je suis arrivé, vous avez dû vous faire voler avant.

Qu'elle ai prit sa main ou non pour se relever, il tendit ses deux bras sur le côté. Il n'avait aucun moyen de lui prouver qu'il ne cachait rien dans ses vêtements, alors elle vérifierait par elle-même. Un moment de silence, comblé par un sentiment de gêne qui rendit honteux l'épéiste. Pour lui, il n'avait pas le choix, et puis c'était toujours embarrassant de se faire fouiller par une fille.

Bon, allez-y, faites le !

Il y avait sûrement des moyens beaucoup moins pénibles pour prouver son innocence, mais il était au moins certain comme ceci qu'elle le croirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t452-presentation-de-nara-hike

Mar 3 Oct 2017 - 23:51
Dans sa totale fourberie, Nora esquissa un court sourire sincère. La main tendue par le jeune homme était élégante et traduisait sûrement un cœur animé par de nobles causes. Encore par terre à ce moment-là, ce simple geste l’avait poussé à une petite réflexion, dans laquelle elle supposa sagement que le jeune homme n’était un gros pervers… En fait, quel que soit le verdict apposé de sa psyché, la moniale n’irait pas à l’encontre de ses envies malsaines. L’audace guidera sûrement toutes ses prochaines actions pour le plus grand malheur de sa victime du jour. Et dire qu’elle était dépressive au début de cette journée ! Il est fou de voir ô combien un imbroglio peut vous transformer du tout au tout.
Elle lui faisait penser à l’une de ses précédentes victimes. Un certain Tokage de Kumo. Certainement parce qu’ils semblaient avoir grosso modo le même âge et les mêmes rictus. En effet, ils avaient tous les deux ces petites joues sanguinolentes réagissant à la moindre allusion tendancieuse. Cette rougeur était la caractéristique emblématique des jeunes pudiques. La simple image du péché de chair les embarrassait. Se dire qu’un jour vraisemblablement, « ce sera à leur tour », avait l’air de les terrorifier. Consumés par cette évidence, les cruels fouettés ne savaient même pas que la demoiselle devant était une vierge. Effarouchée, mais vierge.

Nora était Nora. Un paradoxe. Un hôte potentiel à la luxure et à la religion. Elle pouvait si elle le souhaitait, s’adonner à la Sainte-Nitouche en attrapant cette main galante. Restait toujours que la moniale avait déjà marqué le gamin de sa patte excessivement téméraire. Ils ne devaient pas se reposer sur ce semblant d’aveu de faiblesse ou sinon les ignobles crasseries s’enchaîneraient très vite. Plus qu’un conseil, il s’agissait là d’un avertissement. Une pancarte incitant cette brebis à rebrousser chemin. Bien sûr, libre à lui de fanfaronner devant elle…
Sa coopération avait tout de louche. Les mains contre le mur, il semblait enclin à la fouille… la fouille. Serait-ce là son but depuis le début ? Être tâtée par une délicieuse jeune femme. Mourir de plaisir sous le toucher doux et parfumé d’une séduisante mademoiselle. Monsieur l’inconnu avait mûrement réfléchi à ce plan et l’hypothèse qu’elle soit en possession de son argent était intact. S’il était suffisamment malin, il l’aurait habilement dissimulé avant de monter cette mascarade visant à l’innocenter.

La moniale pensait beaucoup. La moniale pensait loin. Et l’audace répondait comme il se doit :

« Vous aviez prévu cela depuis le début ! » affirma-t-elle le visage narquois.

Elle s’approcha de lui. Très près de lui. Et ses mains commencèrent à lui caresser le torse telle une vague douce et cajoleuse. Appliquées, elles restaient dans une zone abdominale que l’ex-vagabonde travaillait pointilleusement. Toute un doigté dans lesquelles se dispersaient une envoûtante magie. Au vu des réactions gênées émises par le protecteur, elle ne semblait pas avoir besoin d’y mettre beaucoup d’effort avant de la décontenancer. Il n’avait pas cette connaissance de la femme qu’un homme comme Shuu pouvait avoir. Au cas, elle déposa sa poitrine sur le dos de sa victime et lui murmura :

« En général, les hommes payent très cher pour se faire masser de la sorte ! »
lui-révéla-t-elle sournoisement.

Des caresses et encore des caresses qui n’avaient pas vraiment l’air de chercher si oui ou non, il possédait bel et bien son argent. En fait, la seule pensée de cet homme complètement rouge l’endiablait cruellement. Nora avait d’autres moyens pour gagner de l’argent. Certains honnêtes, d’autres très discutables. Je n’étais censé en parler aujourd’hui à cause de sa déprime quant à l’épreuve de sélection des Chuunins. Malheureusement, le destin était joueur. L’audace de Nora était à son paroxysme et elle pourrait tenter des manœuvres qui rendraient Shuu jaloux :

« Pour vous rembourser, vous pourriez par exemple me payer un repas… un super et délicieux repas ! Il faut dire que j’ai EXXXXXTRÊMEMENT FAIM !!! » lui susurra-t-elle bruyamment sur un ton licencieux à souhait. Un pauvre innocent serait assurément embarrassé par toutes les nuances possibles (et perverses) sur la "faim" !

Corrompue jusqu'à la moelle, Nora ressemblait à l'une des personnes vivant maigrement dans ce quartier grâce à l'arnaque de touristes. Si elle avait malheureusement perdu son argent aujourd’hui, Nora semblait sur le point de gagner un porte-monnaie potentiellement bien garni… de quoi se remplir l’estomac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Ven 6 Oct 2017 - 13:00
« Vous aviez prévu cela depuis le début ! »

Hein ? Ah bon ? En posant son regard sur son visage pour tenter d'y desceller une quelconque intentions par ses mimiques, il ne trouva qu'une grosse joueuse. Croyait-elle ce qu'elle disait ? La vérité subjective était produit de toute interprétation. Elle semblait vouloir voir en lui un espèce de prédateur sexuel qui se jouait d'elle et qui avait profité de son sommeil pour l'approcher. Elle le verrait, même si cela n'était pas les intentions du Genin de Kumo. Et dieu seul savait que ce n'étaient pas les siennes -pas celui de la jeune fille, en tout cas. Pour autant, l'idée selon laquelle elle n'était absolument pas effrayée en voyant Shikami comme un fin manipulateur signifiait probablement qu'elle était bien pire que lui. Ce n'était pas à elle d'avoir peur, c'était probablement à lui. Mais il avait un devoir à honorer. Non pas un devoir d'amant, plutôt celui du jeune justicier qu'il voulait être.

Il était ainsi soumis à toutes ses intentions, en quelques sortes. Tant qu'elles restaient dans le domaine de la fouille, en tout cas. C'était gênant, mais ça ne durerait certainement pas longtemps. Quelques petits tapotements ne visant qu'à vérifier la présence du porte-monnaie suffiraient. Les quelques petites tapes visaient à vérifier la présence des bourses au son. Les quelques caresses qu'elle se permettait ne visaient pas à vérifier grand chose. Elle n'avait pas peur, en tout cas. Elle ne le connaissait pas, elle ne connaissait pas ses intentions. Qui sait, elle aurait pu avoir affaire au plus grand prédateur que l'humanité n'ai jamais connu, ce qui lui aurait réservé quelques surprises. Si elle avait de la chance en tombant sur Shikami, elle en aurait peut-être moins au futur, il ne donnait pas cher de sa peau. Ce fut avec la poitrine de son interlocutrice sur le dos et un teint on ne peut plus rougeâtre qu'il répondit à sa provocation.

"Je ne vous ai rien demandé, c'est vous qui avez commencé à me "masser de la sorte"", dit-il d'un air tant sérieux qu'innocent.

Et d'autres caresses, qui n'avaient toujours que pour but de le provoquer, continuèrent de se balader sur son corps. C'en était trop, elle abusait de lui. Se retournant en la prenant par les épaules, il l'écarta de lui, à longueur de bras.

"Vous ne vous souciez déjà plus de votre porte-monnaie ? Avoir faim est une chose, mais il y a d'autres priorités."

S'il rentrait dans son jeu, c'était à se demander où ils pourraient terminer. Hors de question qu'il se détourne de ses principes et qu'il entre dans le jeu d'une manipulatrice. Il ne voulait pas être "un parmi tant d'autres", il avait cette espèce d'arrogance qui l'emmenaient à vouloir être spécial pour chacun, et pas une bête victime, comme cette jeune fille devait en avoir à foison.

Je vous offre le repas si nous retrouvons d'abord votre porte-monnaie, annonça t'il d'un air solennel, bien qu'insouciant de la tromperie dans laquelle il était plongé.

Hein ? Mais ce n'était pas elle qui lui était redevable ? Pourquoi payer alors que c'est lui qui rendait service ? Sans le vouloir, il était déjà entré dans son jeu, et il ne s'en rendait absolument pas compte. Dire que cela partait d'une si bonne intention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t452-presentation-de-nara-hike

Mer 11 Oct 2017 - 21:36
Que Nora était une vile personne ! Si ses vêtements étaient toujours dirigés par cette même ligne de conduite immaculée, à l’intérieur la demoiselle s’était décolorée. Il semblait loin le temps où elle n’était qu’une moniale exclusivement dévouée à sa foi et à ses convictions. Le passé l’avait changé et pas forcément d’une excellente manière. En rencontrant l’homme, grand fléau de l’humanité, sa gentillesse et sa confiance s’étaient cachées derrière cette incommode marée de fourberie. Ce sourire sournois était une preuve conséquente de cette odieuse métamorphose. Pire, elle prenait un certain plaisir à s’afficher de la sorte…
En étant suffisamment maline, la demoiselle pouvait avoir accès à de nombreux bénéfices. Des secrets douteux ou des privilèges copieux. Grâce à des mots tentateurs, des postures tendancieuses, des touchers subjectifs, la pulpeuse moniale arrivait très souvent à ses fins. Son corps était une œuvre bénie des Dieux et lui permettait de s’employer à ces minable plaisanteries. Minables peut-être, mais délectable pour cette femme en quête de rigolade.

Aujourd’hui, elle tenait d’ailleurs le pigeon parfait. Une petite frappe toute innocente, incapable de retenir ses rougissements. Il avait des traits similaires au petit Tokage rencontré jadis à Kumo, à commencer par cette gêne immense lorsqu’il était abordé par une femme charmante. Cette réaction naturelle était la marque de fabrique des naïfs et des pauvres ignorants. Ils étaient des cibles idéales pour les virulences d’une voluptueuse catin. Les repousser ne faisait que les exciter à fomenter de futures actions bien plus espiègles. Nora était-elle une catin ? A vous de me le dire ! Une femme vierge peut-elle être considérée comme une catin ?
Tant de questions inutiles qui ne règleraient pas le bourbier dans lequel s’était empêtré le soi-disant sauveur. Alors qu’il s’était déjà résigné à lui payer un repas, il était encore fermement accroché à de bonnes volontés. En soi, il était galant et faisait preuve d’une extrême gentillesse en proposant son aide. Mais voilà ! Nora était trop en jambes pour s’arrêter. Son audace était un virulent poison qui pourrait à long terme creuser la tombe de ce valeureux garçon :

« Pourquoi me repousser ? Vous aviez l’air d’apprécier pourtant ! » affirma-t-elle injustement sur un ton coquin.

Elle se basait sur le temps qu’il avait pris avant de la repousser. Qu’il soit innocent ou non, il avait quand même traînassé avant de s’exécuter. En aucun cas, elle ne s’était sentie vexé par l’acte du jeune homme. Il n’était pas le premier à l’envoyer bouler, tout comme il n’était pas le premier à rougir comme un pauvre adolescent prépubère devant le pataquès de l’ex-vagabonde. Nora était tout simplement habituée aux réactions qu’elle suscitait.
Quand bien même, ce jeune gringalet était sincère, il restait toujours un problème de taille : l’argent. Le petit jeu qu’elle créait avec sa victime réussissait à la divertir, mais il ne faisait pas complètement oublier cette tragique perte. Pourquoi n’était-il plus dans son sac ? Mystère, mystère ! Et le peu d’indices laissé était décourageant. Espoir oblige, elle gardait confiance en l’avenir pour récupérer son argent par n’importe quel moyen. Et en parlant de moyens renflouer à nouveau la caisse, la moniale avait un plan sacrément tordu :

« Dans ce cas, faisons une pierre deux coups ! Ensuite, nous partagerons, je l'espère, un repas divin ! »
s’exclama un peu plus enjouée.

Sa démarche sensuelle ne présageait rien de bon. La pauvre belette qui lui faisait face aurait la tête qui tourne dès que la moniale se serait déployée. Après ce massage doux et licencieux, elle allait passer à la vitesse supérieure. Un haut niveau de bâtardise. Shuu était probablement le seul homme en mesure de stopper sa folie, mais quel dommage ! Il n’était pas là aujourd’hui ! Probablement occupé à arpenter les bars ou alors honnêtement enchaîné à son dur labeur.
Son absence était l’un des facteurs ayant mis Nora dans cet état catastrophique. A cause notamment de la découverte du thème de la seconde épreuve et de sa tentative de méditation finalement moyennement efficace, elle était devenue la reine des casse-pieds. La sandale conquérante, elle avait retrouvé cette place qui gênait tant le jeune homme. En face de lui, à une distance où sa poitrine frôlait le torse du jeune homme. Ses lèvres se pinçaient telle une sadique tandis qu’elle enlaçait le cou de sa pauvre victime.

Ça y’est ! Elle commençait à lui sortir la bagatelle de gourmandises d’habitude réservée à son sensei et faux-fiancé (les deux étant la même personne). Les obus s’écrasant contre la cage thoracique du pauvre emprisonné, elle approchait sa tête à côté de la sienne. Le but n’était pas de le smacker ou de l’embrasser langoureusement. Actuellement, il n’y avait qu’un homme dans ce monde ayant ce droit sacré… même si l’attribution de ce droit restait encore discutable. Au final, tout ce que voulait faire cette renarde était d’émoustiller les petites quenottes du gamin en lui susurrant à l’oreille :

« Puisqu'il est peu probable que je retrouve mon porte-monnaie, prêtez-moi de l’argent ! Une fois que mes problèmes seront réglés, je vous rembourserais en temps ET EN heure ! » insinua-t-elle sournoisement. Elle ! Avoir des problèmes ? Belle blague ! L’intonation sur les mots de liaison étaient malgré tout délicieusement appuyés et inspirait à de vilaines cochonneries. Grâce à son parler doux, elle se savait écoutée.

Vile, je le répète ! Demander à cet homme un emprunt. Elle retombait dans de mauvaises travées. Cette époque où elle harcelait les hommes pour leur soutirer se devait d’être derrière elle. En tout cas… depuis que Shuu l’avait extirpé de ce cycle infernal où les plumés voulaient sa peau, ce devait l’être. Suite à cet épisode, elle avait abandonné ses mauvaises manies pour s’occuper entièrement de sa personne. Pardonnons-lui cette rechute. De toute façon, le principal concerné n’était pas là pour la juger :

« 50000 ryos ! Une somme dérisoire pour une valeureuse personne comme vous ! Faites-moi confiance ! Je vous rembourserais comme il se doit ! »
Jamais dans l’abus, elle supposait qu’il y avait un coquet paquet de frics dans ce porte-monnaie… ce qui, entre vous et moi, était complètement faux.

La comédie partait vraiment très loin…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Ven 27 Oct 2017 - 16:51
"Ça ne me plaisait pas, je vous laissais faire ce que vous aviez à faire", énonça t'il avec d'un tant gêné que sincère.

Mais qu'est-ce qu'elle avait à faire ? A la base, elle n'avait qu'à vérifier qu'il n'avait aucun argent sur lui, que ce n'était pas lui son voleur. A la place, son doigté ne lui avait non seulement permis aucune vérification, mais cela avait même plutôt engendré une situation gênante pour le Genin de Kumo. Que voulait-elle de lui ? Un moment bestial ? Cela lui prenait-il aussi souvent que ça de vouloir s'envoyer en l'air avec la première personne qu'elle rencontrait ? Non, cette histoire était étrange. Non seulement Shikami était loin d'être du genre à vouloir s'adonner aux plaisirs de la chair avec une inconnue, mais elle n'avait pas non plus une seule raison à ses yeux de vouloir aller plus loin avec lui.

Pour autant, cela ne lui plaisait-il vraiment pas ? Non, probablement pas. Il fallait être asexuel pour ne pas ressentir certaines choses en étant abordé de cette manière. L'être humain n'était pas fait pour vivre seul, et de ce fait, une intention quelconque, un malheureux signe d'affection, une attention particulière, ne pouvait à aucun moment être ignoré par qui que ce soit. Il se mentait probablement, tant il se forçait de cacher quelques signes qui pouvaient le trahir. Mais il resterait fidèle à lui-même, il s'était promis de ne pas s'offrir à n'importe qui, même si l'inconnue était d'une beauté divine.

Si ses caresses était déjà suffisamment insupportables pour le jeune épéiste qui persistait à rester une victime tant qu'elle n'avait pas l'air persuadée qu'il n'était pas son trouble-fête, ses prochains mouvements étaient encore plus troublants. Un coeur qui battait la chamade, un teint on ne peut plus rougeâtre, telles étaient les effets de l'étreinte d'une jeune femme sur un adulescent célibataire et faussement désintéressé. Faussement ? Heureusement, il n'y avait aucun avenir dans ce monde à vouloir courir les jupons, et il s'était efforcé toute sa vie à ignorer les quelques pulsions qui pouvaient l'attirer vers une personne du sexe opposé. Maintenant, elle les provoquait énormément. Mais ce qu'elle disait allait à l'encontre de ce qu'elle montrait.

Une femme purement intéressée à l'homme et à ce qu'il avait entre les jambes et sous ses vêtements ne parlerait aucunement d'intérêt. Elle évoquerait plutôt tout le bonheur qui les attendait tous les deux, sous les draps. Par contre, ce qu'elle disait découlait parfaitement du malheur qu'elle venait de vivre. N'y avait-il pas parfaite occasion que d'utiliser ses charmes pour récupérer l'argent d'un pauvre innocent lorsque l'on venait de perdre le sien ? Cela sonnait beaucoup plus clair à l'esprit du jeune ninja, et si la chaleur et l'odeur qui se dégageaient du corps de la demoiselle envoûtait à moitié l'esprit du brun, il se força à prendre les bras de celle-ci pour la reculer et se détacher de sa démoniaque emprise.

"Vous abandonnez bien trop vite, pour quelqu'un qui tient à son argent. Je ne vous prêterai rien, mais je tiendrai ma promesse."

Il était évidemment tentant de tomber sous son charme, mais après mûres réflexions, elle le rejetterait probablement. S'il avait raison, ce n'était absolument pas ce qu'elle voulait. Cela lui ferait du mal quelque part, mais il faudrait dorénavant repousser tout type d'avance, ce sans quoi cela deviendrait dangereux pour lui. De plus, et malgré ses tentatives pour amadouer le ninja, la somme qu'elle demandait était trop importante pour lui. Il ne voudrait pas lui prêter cet argent, mais il ne le pourrait pas non plus.

"Mettons nous plutôt à retrouver votre porte-monnaie. Plus vous passez de temps à abuser de moi, moins nous aurons de chance de le retrouver.", se permit-il dans un clin d'oeil.

Il avait déjà été manipulé une fois, même s'il ne s'en était pas rendu compter, mais il limiterait quelque part les dégâts en agissant comme ça. Si elle voulait le manipuler autrement, il fallait s'y prendre de manière plus subtile. La confiance se gagnait en goutte, mais elle se perdait en litres, et elle devait quelque part tout reconstruire pour espérer abuser de lui à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t452-presentation-de-nara-hike

Sam 18 Nov 2017 - 3:02
Le jeune homme tenait bon face à la divine succube. Les avances charmeuses de cette dernière le tentaient évidemment. Ses joues rougeoyantes en étaient la preuve formelle. Il était atteint du typique syndrome de l’adolescent prépubère. Bientôt, son sang pourrait même saigner sans que cela ne surprenne la moniale joueuse. Le poussant constamment dans de gênants retranchements, cette fuite sanguine pourrait très clairement arriver. Pour désormais y arriver, il fallait juste qu’elle change légèrement son approche. Toujours de la séduction ! Toujours des allusions ! Toujours de la passion ! Seulement, elle avait besoin de parsemer ses actions d’une dose de subtilité.
Avec ce jeunot, les attaques directes ne marcheraient définitivement pas. En effet, sa détermination flamboyante se lisait sur toute la longueur de son front. Il ressemblait presque à un courageux guerrier s’armant pour affronter un effroyable monstre. Elle, un monstre ? Un étrange rire s’échappa de ses lèvres lilas. Il est vrai que rare étaient les hommes en mesure de dompter la farouche tigresse qu’était Nora. Cette élite de mâles compétents ne se comptait vraiment pas à la pelle. Les mœurs pourraient même douter de l’existence de tels surhommes…

« En fait, il y a juste un problème ! » annonça-t-elle d’une voix malsaine et pesante.

Ses manigances recommençaient… encore et encore. L'insatiable prédatrice tournait autour de sa cible, pleine de mauvaises intentions. Dans un jargon de cordon bleu, on pourrait dire qu'elle était en train de le cuisiner à feux doux. Plus vulgairement parlant, elle le préparait méticuleusement pour profiter de toute sa saveur. D’abord, des doigts fugaces caressant épaules, dos et torse. A cela, s’ajouta ensuite un enlacement floral dû à sa malicieuse fragrance. Enfin, la cuisson se termina par un rapprochement plutôt romantique. Nora derrière lui, elle avait l’une de ses mains sur l’épaule de sa victime. Sa bouche quant à elle frôlait l’oreille de l’adolescent pseudo-héroïque. Sans aucune vergogne, elle allait dérouler son plan digne du grand Machiavel :

« Je peux vous certifier que j’avais mon portefeuille avant d’entrer en état de méditation ! »
révéla-t-elle sur un ton très serpentin.

Les halètements lascifs, elle glissait de nouveau ses mains sur ce torse qu’elle avait rapidement vérifié tout à l’heure. A la recherche d’une passion grimpante, elle abusait de ses qualités pour faire monter la chaleur comme elle savait le faire. Si sa victime était un bain remplie d'eau, il y a longtemps qu’elle aurait été bouillante. Quoi qu’il en soit, ces attouchements n’étaient qu’une infime partie de tout le mécanisme mis en place par la chipie. Dès que toutes les pièces réunies s'emboiteront, la situation se débloquerait subitement... d'une bonne ou d'une mauvaise manière. L'humain est un être aussi imprévisible que surprenant. En tout cas, les prochaines paroles ne vinrent que consolider l’étanchéité du dessein se profilant à l'horizon :

« N’ayant aucune idée de toutes les personnes ayant pu m’interpeler pendant ma méditation, vous êtes le seul suspect que j’ai sous la main ! Triste, n’est-ce-pas ? » souligna-t-elle, maline.

Tout s’amorçait progressivement. D’une seconde à l’autre, il allait découvrir le pétrin dans lequel il allait mettre ce pauvre garçon. Un pauvre garçon qui n'avait absolument rien demander de mal, en apparence. Disons qu’il était là au mauvais endroit, au mauvais moment ! Contre son gré, il jouait le rôle du défouloir et nombre de punchingball n’aimeraient être à sa place, martyrisée par l’ex-vagabonde. La dernière pièce du puzzle s’apposa soudainement sur le tapis. Virevoltante, la moniale avait quitté son arrière-poste pour fixer celui qu’elle faisait honteusement tourner en bourrique. Agaçante, horripilante, elle avait l’air plus froide, plus grave. Son sourire toujours fourbe, haussa le ton dans le registre de la méchanceté :

« Et malheureusement, pour vous ! La question n’est pas de trouver le coupable, mais UN coupable ! ». Menaçante, elle enchaîna dans la perfidie, toujours le visage effrayant à souhait « Tant que les preuves sont accablantes, les autorités incarcéreront le premier coupable qu’ils trouveront ! » Face à ce défenseur des bonnes moeurs, il lui parut important le brusquer violemment. Le voir se détruire ou le voir évoluer. Inconsciemment, le malheureux avait dû comprendre qu'il était préférable de revenir aux anciennes conditions qu'elle avait fixé, à savoir un don monétaire généreux ou une invitation généreuse à manger. Se montrant plus joviale, elle redemanda alors naturellement « Le repas tient toujours, n'est-ce-pas ? » Quelle garce ! Menacer un innocent pour obtenir à manger. Il n'y a pas à dire, Nora n'était vraiment qu'une garce. La faute à qui ? Allez savoir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Sam 25 Nov 2017 - 14:03
Ses yeux s'écarquillèrent, tant il se rendait compte que plus la conversation progressait, plus il avait l'impression qu'il était le fautif et que c'était à lui de payer. Shikami s'était toujours forcé à penser tristement que tout le monde était achetable. L'argent était un vice, et nombreuses étaient les personnes qui étaient, pour lui, capable de tout abandonner pour ça. Il avait déjà entendu parler des trois vices du ninja par ses parents, et aujourd'hui était l'occasion parfaite de s'en rappeler. L'argent, qui permettait de corrompre tous les hommes. L'alcool, qui à grande consommation ne transformait les gens qu'en de faibles imbéciles inconscients et manipulables. Et les femmes, produit de la nature qui pouvaient transformer la vie d'un homme en un rêve comme en un cauchemar. Le Nara avait toujours ignoré ses pulsions, il avait toujours considéré qu'elles n'étaient qu'un ennui pour lui et qu'elles le nuiraient plus qu'elles l'aideraient. Et cette journée semblait lui prouver qu'il avait raison.

Suspect ? Lui ? Il lui avait laissé toute la liberté de le fouiller autant qu'elle le désirait, malgré sa gêne et sa pudeur. Qu'avait-il reçu ? Des caresses, de belles paroles envoûtantes dont elle avait le secret. Une moniale ? Ça ressemblait plus à une belle blague. Il allait sans dire qu'il ne pouvait rester de marbre face à toutes ces avances. Personne ne le pouvait. Mais il aurait le recul et la maturité de rediriger le sang vers son cerveau, plutôt que de les laisser vers ses parties intimes. Toutes les paroles qu'elle lui prononçait ne ressemblait qu'à du chantage affectif. Mais à quoi cela pouvait-il bien servir ? Elle n'avait aucune raison de le soupçonner en vain, pas un inconnu qui ne lui avait montré que des bonnes intentions, ça n'avait aucun sens. Le seul but qu'elle semblait rechercher était un repas. Elle faisait tout ceci pour se restaurer ? Non, ce n'était pas logique. Sauf si elle était d'une pauvreté certaine, mais l'absence de son portefeuille ne semblait pas tant que ça lui manquer.

"Ça suffit..."

Les autorités ? Un coupable ? Non, c'en était trop. Son cerveau était perdu, il n'était même plus capable de savoir jusqu'à quel point cette femme avait su jouer avec ses hormones. Elle avait un talent fou pour ça, c'était indiscutable. Cette femme avait comprit comment le monde fonctionnait, et que même si un certain machisme persistait dans un monde où les hommes paraissaient plus apte à gouverner, bien qu'il n'en fut rien, les femmes étaient tout aussi apte à agir à leur manière. Une façon plus fourbe. Derrière tout grand homme se cachait une femme, ce n'était pas pour rien.

"Les autorités n'arrêteront que quelqu'un dont ils sont sûrs qu'il est coupable. Je vous ai laissé me fouiller pendant de nombreuses minutes, vous n'avez rien trouvé."

C'est aussi parce qu'elle n'avait rien cherché. Mais il ne pouvait certainement pas se reprocher de ne pas l'avoir aidé à trouver. Il adorait rendre justice, mais il n'était pas capable de miracles. Encore moins avec une personne qui ne se souciait même pas de régler son problème.

"Le repas ne tient plus, je vous souhaite de passer une bonne journée", annonça t'il d'un mouvement de tête qui se voulait faussement poli.

A force de ne plus savoir à quel point il était manipulé, la seule chose qu'il lui restait à faire était de tout oublier, de tout abandonner. Repartir comme si de rien était, vers des personnes réellement dans le besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t452-presentation-de-nara-hike

[Event N°1] Réveillons l'eau qui dort [Ft. Shikami (le traître Kumojin)]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Événements :: Events :: Event n°1 : Une Justice pour tous :: Partie n°3 : Rencontres
Sauter vers: