Derniers sujets
Partagez | 

En mémoire du chien errant - Ft. Hyûga Takashi


Sam 23 Sep 2017 - 2:50

En mémoire du Chien errant - ft. Hyûga Takashi

Si Akimoto avait connu la guerre et qu’il avait été élevé pour la faire, ce n’était pas le cas de tout le monde. Depuis la construction de Rokkusu – le prédécesseur d’Iwa – le Pays de la Terre était plutôt calme. Mais dans la jeunesse du Borukan, il en était autrement. Les clans du nord se faisaient toujours la guerre, livrée à une compétition féroce, et les pays avoisinants menaçaient constamment d’envahir. Lors de son adolescence, la mort était partie intégrante de son quotidien. La génération actuelle n’avait pas connu tout cela, elle avait eu le luxe de voir le jour dans une période relativement stable pour la majorité du Yuukan.

Si on homme de la trempe d’Akimoto avait pu trouver les évènements de Shîto particulièrement traumatisants, il n’imaginait même pas ce que les plus jeunes avaient pu ressentir. La scène avait été horrible, alors que les remparts avaient volé en éclat, on se serait cru dans un cauchemar. Il faudrait bien du temps pour réparer les cicatrices laissées par cette attaque sur le monde shinobi. Et la tâche serait plus difficile pour certain que d’autres. Pour le Borukan, la chose était simple. Il faisait la même chose depuis la mort de sa femme. Lorsque la peine se faisait trop grande, lorsque la terreur revenait le hanter, il prenait un verre. Se le rouquin avait l’habitude de boire quotidiennement, on pouvait aisément remarquer quand quelque chose le tracassait puisqu’il commençait à boire davantage et plus fréquemment. Heureusement pour lui, les membres de sa famille tenaient assez bien l’alcool et ce, peu importe la quantité ingurgitée.

Ce soir-là, la nuit était particulièrement chaude et anormalement humide pour les montagnes. L’été avait bel et bien frappé aux portes de Tsuchi. Akimoto patrouillait les rues du cœur commerçant avec quelques jeunes recrues du Yamagenzō dont il assurait la formation. S’il n’en était pas encore officiellement le chef, cela ne saurait plus tarder. D’ici là, le rouquin voulait s’assurer que tout soit parfait au sein de l’unité policière pour sa prise de pouvoir. Les cinq hommes déambulaient en formation sur l’avenue principale, le long des restaurants et des bars qui ne tarderaient plus à fermer pour la nuit. Ils portaient tous le même uniforme, conçu selon les spécifications demandées par Akimoto pour un usage optimal. Ce dernier était composé d’une unique veste rembourrée grise pour offrir plus de protection, marqué du logo noir de l’unité spéciale dans le dos. C’était simple et efficace, comme le Borukan le souhaitait. Ainsi, tout le monde savait que les shinobis la portant appartenaient à la police du village.

Était-ce dû à la pleine lune ou au début de l’été, Akimoto ne savait pas trop, mais ce soir-là, les passants étaient particulièrement casse-couille. Sur la rue principale, on aurait dit que c’était soir de fête. En passant devant l’enseigne d’un bar particulièrement fréquenté, le colosse se frappa à un jeune homme éméché qui sortait de l’établissement. Celui-ci était sorti en titubant sans regarder où il mettait les pieds et l’avait frappé de plein fouet. Bien entendu, le Borukan était solide sur ses pieds et par sa taille et son poids, resta complètement immuable alors que le jeune homme au teint pâle et à la chevelure ébène se fracassa le nez contre sa poitrine avant de tomber à la renverse au sol. « Fais attention où tu marches gamin. » dit-il de sa voix de ténor. C’est alors qu’il remarqua le regard blanc de l’éméché. D’un signe de main, il fit signe aux autres policiers de continuer leur ronde. « Je vous rattrape plus tard, j’en ai pour un instant. »

Akimoto tendit la main vers l’Hyûga pour l’aider à se relever. « Je ne me souviens pas la dernière fois où j’ai vu l’un des tiens dans cet état… » Le membre du clan au Byakugan était réputé pour leur retenue et leur calme. Il n’était pas dans leur habitude de consommer de la boisson au point de s’alcooliser de la sorte. « Tu as besoin d’aider gamin? »


_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Sam 23 Sep 2017 - 3:23
Tous les jours et tous les soirs la même histoire, moi, Hyûga Takashi, en train de boire du saké dans une échoppe spécialisée dans la vente d'alcool. Moi encore une fois, en train d'allonger la note des Hyûga et donc principalement de mon père. Malgré tout ce que je pouvais acheter pour picoler, il continuait de régler mes additions pour moi tous les jours, il continuait de veiller sur moi alors que je lui avais dis de ne plus le faire. Je lui avais dis de m'oublier pendant un petit moment, le temps que ce jeune homme insupportable que je suis devenu disparaisse. Cela pouvait être dans une semaine comme dans dix ans alors s'il avait vraiment l'intention de faire ça toute sa vie, ça lui coûterait cher. Je suis son fils, il ferait tout pour moi et il continuait de me le prouver malgré que je me comporte très mal vis à vis de lui. Bref, à cette heure-ci je m'en fous, tout ce que je veux c'est ma bouteille de saké.

"Ma bouteille !!!" Le patron m'avait tout de suite lancé un regard noir, il n'avait pas vraiment apprécié que je crie de la sorte, mais cela ne m'avait pas empêcher de lui rendre son regard. Voir même le menacer sans prononcer un mot et il finit par s'exécuter, mais en me précisant qu'il fallait que je la finisse dehors car il fermait dans cinq minutes. Déjà ? Il était déjà si tard ? Décidément, avec l'alcool on ne voit pas le temps passer. Je m'empressa de l'ouvrir pour me remettre à boire après avoir attendu au moins une demi heure, facile. J'avais été déçu par le service de cette échoppe et je n'y retournerais sans doute plus jamais, mais au moins maintenant que j'étais servi, je pouvais les envoyer totalement chier. Je voulais également entamer le plus possible la bouteille avant de sortir histoire de rester peu de temps dehors ce soir, cela faisait deux jours que je n'étais pas rentré et j'avoue que je ne dirais pas non à mon lit pour une fois.

Après avoir quasiment vidé la bouteille en un claquement de doigt j'entendais le patron crier la fermeture en lancant des regards sur moi, il devrait croire que j'allais lui causer des problème. Il avait tord, heureusement pour lui. J'ai laissé tout le monde sortir avant de spécifier au patron de mettre ça sur la note des Hyûga. Je titubais complètement et c'était de pire en pire à cause de ma descente de bouteille que je venais de faire. En sortant, j'ai eu l'impression de me cogner à un mur, mon visage s'écrasa contre une montagne et je finis le cul par terre. J'étais tellement dans les vapes de base que je n'arrivais même pas à m'énerver, je n'avais plus envie de bouger du tout en fait. Sauf que je finis par lever mon regard pour voir apparaître devant moi un monstre. En essayant de ne pas loucher je finis par reconnaître cet homme... Borukan Akimoto, le père de mon coéquipier, le chef de son clan et un des meilleurs shinobi du village. Pourquoi il fallait toujours que je tombe sur les mecs les plus balaises quand je suis dans cet état ? J'étais vraiment malchanceux au plus haut point en ce moment.

Il me tendait la main pour m'aider à me relever et je l'ai pris à contre cœur, j'aurais préféré rester dans ma position assise. Il marquait un point avec sa phrase, il était rare de voir des Hyûga boire déjà alors être dans mon état, tu vois pas ça tous les jours. Enfin... Sauf si tu reste auprès de moi ces derniers jours et les prochains, mais vous m'avez compris. Il me proposa son aide, mais j'en avais pas envie alors une fois debout je le lâche et le regarde dans les yeux en essayant de tenir correctement debout. "Je pense que... J'aurais... Ça ira !" J'avais envie de dire des choses, mais rien ne sortait, j'avais trop peur de dire une connerie. Je me retourne pour lui faire dos et commence à tituber sur le passage, bousculant une ou deux personnes au passage. "Déso..." Je finis par tomber par terre une nouvelle fois, mais cette fois-ci dans ce qui semblait être des sacs poubelles, malgré l'odeur c'était confortable au moins. Trop en mauvais état pour me relever de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t925-hyuga-takashi-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t983-hyuga-takashi-carnet-de-bord#5008

Sam 23 Sep 2017 - 5:51

En mémoire du Chien errant - ft. Hyûga Takashi

Un jeune homme déboussolé, complètement ivre, tenant à peine debout…Akimoto n’avait d’autre choix que de se sentir interpelé. Combien de fois sa femme l’avait-elle retrouvé dans un tel état? Si sa consommation d’alcool était élevée en ces temps troubles, elle l’était encore plus dans sa jeunesse, où il buvait pour en oublier sa colère et sa jalousie infinie. Le jeune Hyûga accepta sa main et se releva péniblement. Sans l’aide du Borukan, il serait certainement resté cloué là comme un idiot. Aussitôt sur ses jambes, le jeune homme aux cheveux ébène lâcha le Borukan, comme s’il ne pouvait accepter sa charité. « Je pense que... J'aurais... Ça ira ! » lui dit-il en tentant de se tenir droit sans chanceler de gauche à droite.

Avant que le grand rouquin ne puisse le rattraper, le gamin fit demi-tour et l’abandonna sur place. À peine quelques mètres plus loin, il bouscula un groupe de passants avant de s’écrouler de nouveau, cette fois-ci la tête première dans les vidanges. Akimoto laissa échapper un long soupir. ‘Pauvre gamin’ se disait-il. À quoi bon gâcher sa vie ainsi? Avec un petit moment d’hésitation, le Borukan décida de se porter de nouveau à la rescousse de l’Hyûga. Les regards sévères et moqueurs des passants se jetaient sur le jeune ivrogne, des regards que le chef de la police ne pouvait pas tolérer. « Circulez! Y'a rien à voir! » hurlait-il aux passants curieux en brandissant son énorme poing dans les airs. Si secourir les ivrognes ne faisait pas partie de la description de tâches principale d’un policier, aider un gamin en détresse le faisait. Son instinct paternaliste le poussait à au moins tenter de raccompagner le jeune homme jusque chez lui.

Akimoto ne pouvait que deviner le nombre de consommations que l’Hyûga avait ingurgité. Il sentait l’alcool à plein nez, comme un véritable alcoolique digne de ce nom. Le rouquin entra dans l’établissement adjacent – celui que le jeune homme venait tout juste de quitter – et demanda une grande cruche d’eau froide à la tenancière. Il n’y avait rien de mieux qu’une bonne douche pour réveiller les esprits. De nouveau dehors, Akimoto retrouva l’Iwajin là où il l’avait laissé, la tête dans les poubelles. « Allez, on se réveille gamin! » dit-il en lui versant l’eau froide directement sur la tête.

Si l’exercice n’allait certainement pas faire disparaître l’alcool de son sang, il aurait au moins comme effet de le ramener à la réalité l’espace de quelques instants. Suffisamment longtemps espérait Akimoto pour pouvoir s’identifier et lui expliquer la situation. Le colosse n’offrit pas son aide à l’Hyûga cette fois-ci, il la lui donna de force. Glissant son bras sous celui du jeune homme, il le redressa d’un seul bond. Non seulement il empestait l’alcool, mais maintenant, ses vêtements sentaient les subtiles odeurs des détritus. « Alors…Si tu commençais par me dire ton nom ? » Toujours en le soutenant, il l’attira en retrait de la rue, vers un banc inoccupé où il l’invita à s’asseoir d’un geste. « Qu’est-ce qui amène un Hyûga comme toi à boire autant? » Une fois l’homme installé, le rouquin recula d’un pas et se tint bien droit, contrastant avec la posture de celui qu’il tentait d’aider.

D’un coup d’œil, Akimoto devina que le jeune homme n’avait rien à célébrer. Il lisait sur son visage – en plus de la fatigue – une sorte de tristesse profonde. Non, ce gamin avait la mine d’une personne qui buvait pour oublier. Quelque chose qu’Akimoto ne savait que trop bien faire.


_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Sam 23 Sep 2017 - 16:07
J'étais dans une position inconfortable socialement parlant mais j'étais tellement bien dans ces sacs poubelles. Je ne m'intéressais même plus à ce qu'il se passait autour de moi et je regardais le ciel étoilé. Je pouvais m'endormir facilement maintenant, mais une grosse voix imposante prit la parole et m'empêcha de m'endormir, c'était Akimoto qui disait aux gens d'arrêter de s'intéresser d'aussi près de moi. C'était un noble geste, faisait-il cela car j'étais un Hyûga ou le faisait-il avec n'importe qui ? Peut-être que j'avais le droit à moins de dureté de sa part par rapport à un autre citoyen, mais cela me rassurais de voir qu'il y avait des gens plus tolérant. Dans tous les cas, mon regard restait vide et mon visage aussi neutre que n'importe qui qui ne ressentait rien. Je comatais tranquillement, il semblait que même le Borukan m'avait laisser seul, dans ces détritus.

Non, en fait pas du tout, sans que je m'y attendes de l'eau froide me tomba dessus. Comme une cascade coulant sur mon visage, mais ça s'était vite arrêté et la grosse voix de tout à l'heure était réapparut. Je me redresse rapidement, secouant la tête et regardant Akimoto directement, mais toujours avec ce visage sans sentiment, sans vie. "Ou... Oui !" Je savais que je ne pouvais rien faire d'autre que de l'écouter, suivre ses conseils et me réveiller. Ce n'était absolument pas un endroit où dormir, je le savais très bien, il fallait que je rentres... Mais j'avais peur d'aller dans cette maison où il y avait ma famille. Ils savaient très bien ce que je passais à faire de tout mon temps et j'avais honte finalement, je mettais la honte sur clan Hyûga et je savais que cela m'aiderait absolument pas dans le futur.

La montagne à la voix grave me prit par le bras et me força à me lever en portant à moitié. Il m'avait offert son épaule pour que j'arrive à tenir debout pendant que nous marchons. "Taka..." J'allais le dire machinalement, mais je n'aurais jamais dû commencer, je ne devais pas lui donner officiellement une mauvaise image de moi, mais de toute façon c'était trop tard. "Shi." Voilà il allait maintenant comprendre que j'étais le coéquipier de son fils et l'élève de Chôgen, quelle belle image donnée au père d'un potentiel ami. Cela dit, ça me rappel ma première rencontre avec sensei, il était pas encore dans mon état, mais elle était pas mal celle-là maintenant que j'y pense... Je comprenais mieux, il avait perdu sa sœur, maintenant Koga, je n'imagine même pas dans quel état il est. Je finis par m'asseoir sur le banc et je regardais le sol, d'un air vide.

Il venait de poser une question qui me rappelait totalement pourquoi j'étais dans cet état. J'avais de nouveau envie de fuir, mais mes jambes refusaient, mon cerveau refusait, car il aimait la présence d'un homme à la fibre paternel, mais pourtant moi je ne voulais pas. Je fuyais mon père, ce n'était pas pour me taper celui d'un autre, je devais trouver un moyen de fuir sans répondre à sa question. "Je fêtais ma promotion..." Dis-je sans conviction, tellement pas crédible que même moi j'avais envie de crier au mensonge et me rigoler au nez. Que pouvais-je faire ? Je n'avais absolument pas envie de parler de ça et c'était pour cela que je fuyais absolument toutes les personnes que je connais, car ils veulent me parler.

Je réussi à me relever et faire face au Borukan, je ne tenais pas vraiment beaucoup debout, mais il fallait dire que j'avais aussi tellement envie de m'en aller que j'arrivais, grâce à mon chakra, à me faire tenir à peu près correctement. "À votre âge, je suppose que vous savez ce que c'est... Je ne pense pas avoir besoin d'expliquer ce qu'il m'arrive." Je n'étais pas stupide malgré mon état, je pouvais très bien comprendre que le shinobi en face de moi avait dû en voir des vertes et des pas mûres dans sa vie, alors je me doutais bien qu'il allait facilement comprendre ce qu'il m'arrive. Sauf que je ne pouvais pas prononcer son nom, je ne voulais pas, je devais juste oublier ma peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t925-hyuga-takashi-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t983-hyuga-takashi-carnet-de-bord#5008

Dim 24 Sep 2017 - 5:31

En mémoire du Chien errant - ft. Hyûga Takashi

L’eau froide atteignit le jeune Hyûga comme une claque en plein visage et il se redressa rapidement à l’écoute de la voix grondante et probablement terrifiante d’Akimoto. Piteux et honteux, voilà de quoi il avait l’air alors qu’il se faisait trainer à travers la foule jusqu’au banc. Il n’avait certainement pas l’air d’un Hyûga, habituellement fier et pompeux, symbole de droiture et d’excellence. Finalement, d’une voix tremblotante et nerveuse, presque dans la honte, le jeune homme finit par s’identifier : Hyûga Takashi.

Akimoto haussa les sourcils. Ce nom lui était familier. S’il n’avait jamais rencontré Takashi auparavant, du moins pas aussi directement, il reconnaissait son nom. Le gamin faisait partie de la même équipe que son fils Akahiko. Qui plus est, il était l’élève de Chôgen-dono, le Gunjiteki. « AH! Tu es le coéquipier d’Akahiko, n’est-ce pas? Je suis son père. » Non seulement Takashi n’avait pas l’attitude d’un Hyûga, mais il n’avait pas celle non plus de l’un des élèves du samouraï. Chôgen était un homme fier et discipliné par des années d’entraînement intensif chez les samouraïs. S’il apprenait à quoi son élève s’adonnait le soir, il ne serait certainement pas impressionné. Le jeune éméché ne parlait pas, il se contentait de fixer le sol à ses pieds, le visage absent de toute émotion.

« Je fêtais ma promotion... » répondit Takashi à la question du Borukan, fixant toujours le sol, sans confiance apparente en ce qu’il disait. Il ne fallait pas être un brillant détective pour comprendre que le gamin mentait. « Ne me prend pas pour un idiot Takashi-kun. Je sais faire la différence entre quelqu’un qui boit pour fêter et quelqu’un qui boit pour oublier. Je suis déjà passé par là, crois-moi. » Si la célébration ressemblait à ça, elle était bien triste. Akimoto ne connaissait absolument pas Takashi. Il aurait très bien pu le laisser sans ou le ramener tout simplement chez lui sans poser davantage de questions. Mais son instinct paternaliste le poussa à agir et à au moins tenter d’aider le garçon en lui tendant une perche. Avec un peu de chance, si l’Hyûga voulait vraiment s’en sortir, il l’agripperait avec force. Qui plus est, Takashi était un ami de son fils. Pour ces raisons, le rouquin se sentait obligé d’agir.

« À votre âge, je suppose que vous savez ce que c'est... Je ne pense pas avoir besoin d'expliquer ce qu'il m'arrive. » ajouta-t-il après s’être relevé – de peine et de misère – pour faire face au colosse. Chancelant, il ne semblait pas du tout confiant, mais il semblait au moins avoir compris qu’il ne pourrait pas duper Akimoto bien longtemps. Ce dernier esquissa un petit sourire, mais se ravisa au même instant. En effet, il n’avait pas besoin d’en entendre plus pour confirmer ses intuitions. « Je comprends oui…tu n’as pas besoin d’en dire beaucoup plus. Shîto nous a tous marqués d’une manière ou d’une autre. Certain plus violemment que d’autres. » Takashi, tout comme son fils, avait vécu les évènements de Shîto. Comme pour tout le monde, cela avait dû être un traumatisme pour le jeune homme – particulièrement troublant à voir comment il s’inhibait avec l’alcool. Pour un homme ayant connu la guerre et ayant côtoyé la mort à de nombreuses reprises, il était aisé d’oublier et de passer au-dessus d’un tel incident. Mais pour un novice en la matière, un jeune ninja à peine sorti des fourneaux de l’enseignement…C’était une autre paire de manches. « Nous avons tous perdu quelque chose ce jour-là…Ou quelqu’un…Je ne prétends pas pouvoir t’aider, après tout tu ne me connais pas et je ne te connais pas non plus…Mais as-tu songé en parler à son sensei? C’est un peu aussi ça son rôle, par seulement l’enseignement, mais également de soutenir et d’épauler, servir de pilier. Et Chôgen-dono a perdu un être cher également lors de l’incident…Son frère…Koda* je crois ? » Akimoto glissa sa main dans sa barbe rousse – qui commençait à se faire longue – et fit mine de réfléchir. « Dans tous les cas, boire jusqu’à en oublier ton existence même n’est pas une solution. Demande à Akahiko, il te dira toutes les erreurs que j’ai commises à cause de cela. » Sur ses dernières paroles, le Borukan extirpa de l’une des pochettes de son blouson un petit sachet de viande séchée. Il en engloutit un morceau et tendit les autres à l’Hyûga. Manger un peu lui ferait peut-être du bien. Ou en tout cas, la cuite du lendemain serait peut-être un peu moins violente s’il n’avait pas l’estomac vide.

* Ce n’est pas une erreur de typo, Akimoto se trompe tout simplement de nom. Pour faire tiquer Takashi peut-être ? ^^


_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Dim 24 Sep 2017 - 22:14
Comme je m'en doutais en disant avec honte mon identité, il m'avait tout de suite reconnu en tant que coéquipier de son fils. Il ne se doutait même pas que moi je l'avais déjà reconnu, malgré son rôle, sa place, son grade, il n'avait pas prit la grosse tête. Il n'avait pas l'air de se douter que la plupart, si ce n'est tous, des shinobi le connaissait. Malgré sa réputation, il restait un homme qui prenait le temps de s'occuper d'un cas comme moi et qui continuait de se présenter, le genre de personne que j'aimerais être quand je serais plus vieux. Si je voulais être fière de moi quand j'aurais son âge, je me devais de rester pareil, humble.

Mon mensonge n'était évidemment pas passé sauf qu'il se fourfoyait sur mes intentions. Je ne voulais pas le prendre pour un idiot, loin de là, je voulais juste éviter un sujet qui pesait trop sur mon cœur. Comme à mon habitude, je fuis les problèmes au lieu de les régler, je les regardes au loin et ne fait rien pour les gérer. Je suis un homme faible, c'est tout ce que je pensais de moi en ce moment. Malgré les leçons des Nagamasa, je restais une personne qui avait peur des responsabilités et je finissais toujours par trouver des excuses pour ne pas me lancer dans mes quêtes.

Il était bien passé par ça lui aussi, je m'en doutais et c'est pour cela qu'il était un peu plus patient avec moi, il me comprenait. C'est pour cela qu'il avait décidé de faire ce que je ne voulais pas, discuter avec moi. "Pourtant les gens continuent de vivre comme-ci de rien n'était, ils déambulent les rues avec de grands sourires et se moquent des autres qui sont en deuil... Que des égoïstes dans ce bas monde." Je ne voyais pas la vie si noire habituellement, mais là j'étais clairement pas dans la meilleure des formes psychologiques.

Quand il commença à faire allusion à mon sensei, de la honte pouvait encore une fois apparaître sur mon visage, mais elle partit très vite pour laisser place à de l'énervement. "Koga..." Dis-je sur un ton un peu sec, comme-ci je lui en voulais à mort d'avoir écorché le nom du chien errant. Il ne l'avait peut-être jamais rencontré et c'est pour cela qu'il ne connaissait pas vraiment son nom, mais moi je trouve ça important qu'il le dise correctement. Je n'allais pas non plus l'agresser ou quoi que ce soit, mais j'espérais qu'à partir d'aujourd'hui il n'oublie jamais son nom. Sinon, je savais qu'il avait raison, il se prenait même en exemple alors je finis par dire d'un ton curieux. "Comment faîte-vous ? Pour continuer à vivre normalement avec tous ces amis perdus ?" Je me demandais réellement, parce que quand je vois comment la mort d'un seul ami me touche, comment ferais-je pour supporter cela toute ma vie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t925-hyuga-takashi-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t983-hyuga-takashi-carnet-de-bord#5008

Mer 27 Sep 2017 - 1:40

En mémoire du Chien errant - ft. Hyûga Takashi

Le jeune homme qu’Akimoto avait devant lui avait des pensées bien sombres. Inquiétantes même. Takashi était sur une pente abrupte et descendante, le menant tout droit vers un précipice mortel.

« Koga? Ah oui c’est bien ça! » s’excusa le colosse à la hâte après avoir massacré le nom du frère cadet de Chôgen. Le Borukan ne le connaissait pas réellement, n’ayant passé que quelques instants avec lui. Mais il le connaissait de réputation. La mine toujours plus basse, le jeune homme lui demanda comment il avait été en mesure de surmonter les pertes. Au fil des années, Akimoto en avait connu de nombreuses…Chacune amenant son lot de peine et de rage. Mais voulait-il vraiment lui dire qu’il devenait de plus en plus facile d’accepter la mort? Considérant l’état de Takashi, il se doutait bien que là n’était l’angle à aborder.

« Comment je fais? » Akimoto parut surpris par la question. Comme si pour lui la réponse était une évidence immanquable. « J’honore leur mémoire. Chaque jour, chaque instant. Je continue à vivre comme ils auraient aimé que je le fasse. Cette personne que tu as perdue – car j’ai bien compris que c’était de ça qu’il s’agissait – aurait-elle vraiment voulu que tu baisses les bras? Que tu te caches chaque soir dans la boisson comme tu le fais? Où aurait-elle préféré que tu lui rendes hommage, chaque jour, par les actions que tu entreprends ? La question n’est pas d’oublier. Il en est hors de question. Mais c’est d’accepter ce qu’ils nous ont donné de leur vivant. Et de le chérir quotidiennement pour grandir. »

« Je conçois que cela peut paraître plus facile à dire qu’à faire…Mais chaque départ nous lègue un petit quelque chose qui nous transforme. » Le géant s’arrêta une nouvelle fois. Il se surprenait lui-même à quel point il s’ouvrait à ce gamin en peine. « De ma femme j’ai appris le contrôle et la joie de vivre. Et c’est grâce à elle que j’ai toujours ce sourire idiot. De mon ami Ryûko, malgré l’enfoiré qu’il était de son vivant, j’ai appris la détermination et la persévérance. C’est grâce à lui que je fonce autant. De mon mentor, Kyuusei, j’ai appris la sagesse. C’est grâce à lui que je suis le chef de clan que je suis. »

« La peine s’estompera, mais cela ne signifie pas l’oubli. Car à mesure qu’elle disparaîtra, tu te remémoreras Koga et tu grandiras. » Oui, le Borukan avait bien fini par comprendre. Si le jeune Hyûga n’avait pas clairement indiqué que c’était cette mort qu’il tentait d’oublier si sauvagement, Akimoto l’avait compris à la manière dont ce dernier l’avait repris lorsqu’il avait écorché le nom du samouraï.

Maintenant que les choses étaient dites, il fallait que Takashi passe à autre chose. Et ça, personne ne pourrait le faire à sa place. Malgré tous les conseils qu’on pouvait lui donner, il n’y avait personne d’autre que lui-même qui pouvait s’extirper de ce malheur. Qu’Akimoto tente de le faire à coup de grandes baffes dans la tronche, cela serait sans effet. Comme avec chaque perte, il y avait un moment d’adaptation, de solitude et de peine intense…Il fallait seulement être en mesure de trouver la sortie. Chose qu’Akimoto espérait que Takashi était en train de faire. Soudainement, le rouquin se leva du bond sans prévenir et il se retourna pour faire face à l’Hyûga. « Allez. Je te raccompagne jusqu’au quartier Hyûga. Comme ça au moins, on sera certain que tu ne termineras pas dans une autre poubelle. » Sur ses paroles, il lui tendit de nouveau son bras.


_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

En mémoire du chien errant - Ft. Hyûga Takashi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: