Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Un arsenal à disposition [Ft. Metaru Itagami]


Sam 23 Sep 2017 - 12:53
Etant arrivé que récemment à Shitaderu – merde, à Kumo plutôt - je suis toujours pas parvenu à bien me repérer. Le village est gigantesque et même si toutes les montagnes qui bordent les routes esthétiques et symboliques, on s’y perd rapidement quand on n’est pas habitué. Ca fait quelques jours que je cherche des lieux qui me seront vraiment utiles, tels que la Grande Bibliothèque et surtout le terrain d’entraînement, mais pas moyen de mettre le pied là-bas. Pourtant, malgré la présence des nuages qui obstruent la vision, ça ne devrait pas être très difficile d’y arriver. Mais après plusieurs jours de recherches, je parvins enfin à trouver mon bonheur. C’était purement par hasard, mais les quelques cris de fatigue et de combat m’avaient indiqué la direction.

Une fois sur place, je constatais que la totalité des morceaux de bois et des mannequins d’entraînements étaient actuellement occupés. Fais chier… et le pire, c’est que certains endroits étaient occupés vraisemblablement par des équipes qui discutaient. Donc soit ils sont sur le point de partir, soit on en a pour des heures. Et vu que j’ai aucune patience, ça va pas aller. Alors que j’étais sur le point de partir, un fracas métallique alerta mes sens et fit tourner mon regard sur la gauche. J’y pus voir une femme blonde multiplier les armes. Elle donnait quelques coups et balançait ensuite l’arme sur le côté. Ce qui était dingue, c’est qu’elle semblait les sortir de nulle part. En m’approchant de sa position, j’ai pu rapidement comprendre que c’était une Metaru. Mais elle ne semblait pas utiliser ses talents comme on utiliserait bêtement un Katon ou un Suiton. Elle semble créer préalablement des armes. Sans doute pour les utiliser en combat… mais pourquoi autant ?

- Oi, désolé de t’interrompre en entraînement, mais je peux pas m’empêcher de me poser des questions sur ce que tu fais. demandais-je tout en allumant mon calumet. Tu cherches à trouver une arme adaptée à ton style de combat ? Car là… ça commence à faire beaucoup.

D’un geste lent, je crachais la fumée par le côté de ma bouche et regardais plus attentivement les armes. Chaque Metaru est capable de faire des chefs-d’œuvres avec le métal, mais il faut quand même de l’expertise. Et les armes créées par cette femme semblent vraiment bien foutues. Elle doit pas être à son premier coup d’essai.

- Tu te spécialises dans le Kenjutsu ? C’est vrai que ce serait plutôt logique quand on y pense mais j’ai pas souvenir de connaître beaucoup de Metaru qui utilisent des armes de leur propre confection en combat.




Dernière édition par Akahoshi Hisao le Mer 27 Sep 2017 - 17:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Sam 23 Sep 2017 - 14:08
Six heure moins le quart, assise sur les marches du dojo du domaine alors que je venais de rentrer du jogging qui clôturait mes exercices matinaux, je reprenais mon souffle, le regard baisser sur mes mains, cherchant à savoir ce que ces dix doigts feraient de plus que forger, ou cogner. Je travaillais le fer depuis seize hivers maintenant, s’était une pratique qui n’avait plus aucun secret à mes yeux, le reste n’étant que question de gout, de quantité et de réponse à un appel d’offres en tant que commercial. Ceci dit, ce monde avançait, il avançait dans une direction que nous n’avions sue anticiper… et maintenant, j’accusais d’un regard conséquent sur ma génération. Fronçant les yeux en fermant les poings, j’étais encore à la recherche de mon style, non pas que je me lançais ainsi à corps perdu, dans ce monde sans rien pour y survivre, non… non, j’étais plutôt à la recherche une nouvelle manière d’appréhender mes ennemis, une manière plus noble, moins directe, plus… classieuse et mon barbare.
Après une bonne douche et le premier repas du matin, j’investissais le terrain d’entrainement encore vide pour l’heure à laquelle je m’y étais rendue. Quelques étirement et séance de Shadow figth plus tard, je me positionnai devant un mannequin de combat, réfléchi un instant avant de déplacer le pauvre objet. Pour l’utilisation que je comptais en faire, le bois n’était clairement pas la meilleure solution. Je m’en construisis donc un à l’aide de mon Kekkai et créai de celui-ci ma première occurrence d’essai ; une épée.

Voyez vu ces rêves d’enfants ? Où les preux chevaliers sauvaient des princesses en détresse, ces braves gens arboraient toujours triomphant, une épée à une main d’un magnifique éclat, ou un mastodonte pourfendeur de dragon. Alors aussi bien les admirais-je quand j’étais haute comme trois pommes, que les respectaient maintenant en tant que bretteurs d’exception.
Le souffle court alors que j’avais cumulé les essais, une petite heure s’était égrainée devant cet adversaire de taille. Le Mannequin de combat… il n’avait pas une seule égratignure. Comment l’avais-je créé pour qu’il esquive ainsi mes attaques ? [Narrateur :] …. Ye Ye Ye Réveil toi Itagami c’est toi qui fend l’air et le sol du terrain d’entrainement sans jamais réussir à toucher une cible immobile avec ces épées… [Itagami :]… [Narrateur : ]Et arrête d’ignorer tes spectateurs. balançant cette nouvelle création sur le petit tas d’épée qui était déjà en train de se former, alors que s’élevait lentement la rumeur des conversations sur le terrain se remplissant, je me concentrai un instant, à la recherche de l’arme avec laquelle j’aurais un meilleur feeling, mais… ça semblait être peine perdue.

Un lot de lance, de morning stars, de faux et même de marteau de combat plus tard, j’en étais revenu au fil de l’épée que je refusais d’abandonner ne serait-ce que pour le message véhiculé par un combattant brandissant une épée ou un katana. Mais aussi bien avais-je eu du succès avec plusieurs des précédentes armes, qu’avec l’épée reprit ce spectacle déroutant… Je n’atteignais pas ma cible… JE NE SUIS PAS BIGLEUSE QUAND MÊME IL EST JUSTE DEVANT MOI CE MANNEQUIN !
Puis finalement dans mon dos résonna une voix, une voix masculine plutôt grave, je me retourner de sorte à mettre un visage sur cette teinte sonore, découvrant qu’il s’agissait d’un des ninjas du village. Au vu de l’assurance qu’il semblait dégager l’on lui ressentait une certaine expérience du métier, tirant sur son calumet il osa là où je suppose que l’occupant du terrain avait fui l’approche. Jetant un coup d’œil au tas d’armes qu’il avait désigné du regard, je ne pus m’empêcher d’avoir un sourire nerveux en me demandant, commet diable allais-je débarrasser tout ça. Il fallait dire que j’en avais changé certaines parce que le desing ne me plaisait pas ou qu’elles semblaient mal équilibrées… du moins à mes yeux.

- Hum… ce n’est pas tant que je veuille m’y spécialiser, mais j’aimerais pouvoir en utiliser une au moins, ça se résume à réaliser un rêve d’enfant… mais je ne sais pas si ce sont mes créations qui sont mal équilibrées, ou si c’est simplement moi qui suis complètement nulle. Fis-je en croisant les bras, ma dernière œuvre en main en cherchant ce qui n’allait pas dans mes tests… lorsque je me servais de mes poings, mes cibles n’avaient que peu de chances d’y réchapper. Mais avec des armes demandant une manipulation définie… c’était une tout autre histoire.

Finalement je la lui tendis, ma dernière lame avec un sourire sur les lèvres, même s’il ne répondait point à mon interrogation, s’était son expérience qui allait le faire :

Pourriez-vous l’essayer s’il vous plait ? Elle vous siérait peut être mieux et sinon… dans ce cas ce serait l’équilibrage et pas mes compétences que je devrais remettre en questi… m’interrompis-je brusquement en portant une main devant la bouche, mais ou étaient donc mes manières ? Veuillez excuser mon manque de politesse, je me prénomme Metaru Itagami, mais je vous en prie appelez-moi simplement Itagami à les entendre tous les jours au vu de la richesse de notre famille, je commençais à en avoir plein la coupe de ces titres honorifiques.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Sam 23 Sep 2017 - 16:05
Passant ma main sur ma nuque, j’écoutais sa réponse concernant une éventuelle spécialisation. Je fis quelques pas en direction du tas qu’avaient formé les nombreuses créations de la Metaru. C’est assez intéressant comme certaines lignes, certains détails apportés aux armes qu’elle avait confectionnées étaient visiblement esthétiques plus qu’utilitaires. Pas que cela me semble stupide, bien au contraire. Mais ça reste étonnant. Je pliais les genoux et posa mes coudres sur mes jambes afin de prendre appui. Mon regard tourné vers elle, je la vis tendre une lame.

- Pour être totalement franc, le maniement des lames ne fait pas partie de mon domaine d’expertise. Je suis quelqu’un qui frappe essentiellement avec les poings. Je suis capable de faire bouillir mon chakra pour augmenter la force et la vitesse de mes attaques. Mais, voyons voir ce que je peux dire de ce arme.


Je me relevais en relâchant lentement un petit nuage de fumée tout en examinant dans un premier temps la lame. Après un rapide coup d’œil, je décidai de la prendre en main et de tenter de raisonner comme certains manieurs : évaluer l’équilibre, la technique et la flexibilité. Je fis quelques mouvements de poignet avec la lame avant de donner quelques coups au mannequin. Si je parvenais à toucher parfaitement les cibles, ce n’était pas non plus des passes d’armes de haut niveau. Mais au moins, j’avais de quoi discuter un peu à propos des interrogations de la femme qui se tenait face à moi. Elle prit soin de se présenter au passage, je répondis d’un léger hochement de tête en retour.

- Très bien Itagami. Moi c’est Hisao, du clan Akahoshi. Si ça t’arrange de laisser tomber les noms de clans, c’est pas moi qui vais m’en plaindre.


Lâchant un très rapide ricanement, je lui tendis la lame qu’elle avait créée et jetai un coup d’œil à l’énorme diversité d’objets qui se trouvait à mes pieds. C’est dingue, elle aurait pu se contenter des lames, ou plus généralement des armes tranchantes. Mais non : il y a aussi des marteaux et des morgenstern dans le tas.

- En ce qui concerne ton arme, j’pense que je n’ai rien à redire. J’suis pas un expert, mais j’ai eu du confort à la manier. dis-je en rallumant le feu du calumet, qui s’était étouffé entretemps. Elle est flexible, confortable et solide. Un excellent équilibre dans sa confection. Le seul reproche est peut-être l’esthétique. Pas en matière de style, mais en matière d’utilité. Tu cherches toujours une arme adéquate, donc laisse tomber ces détails. Ils te font perdre du temps. T'auras tout le temps que tu veux de rendre ton arme unique une fois que t'auras trouvé ce que tu cherches.

Avec pas mal de précaution, je déplaçais avec mon pied le tas métallique afin de voir les armes qui s’y trouvaient. Après quelques secondes d’observation, je remontais le menton, inspira dans mon calumet et imposais mon regard sur Itagami.

- Tu n’as pas essayé des armes plus petites ? Moins portées sur l’allonge ? Qui sait, peut-être qu’une lame idéale pour toi serait des dagues. Voire même des armes de pugilat. Quelque chose qui entoure simplement ton poing.

Je haussais les épaules. Après tout, pourquoi pas ? Peut-être est-ce la distance qui la gêne et qu’elle cherche plus le contact.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Sam 23 Sep 2017 - 18:35
Je l’avais observé en silence, jauger les armes, commenter son avis, tester les épées qui lui semblaient correctes, pour un peu il imita même les mouvements de certains épéistes quand bien même m’avait-il affirmé ne pas être un manieur de la lame. Dans un premier temps c’était la forgeronne qui le scrutait, jugeant de la qualité de ses œuvres après seulement s’exprima la Kunoishi, comprenant que ses tentatives précédentes n’étaient pas dues à son armement, mais plutôt à son manque d’expérience Narrateur : Ou à un manque flagrant de talent… . Je poussai un léger soupir en le voyant faire ces mouvements de lame qui jadis m’avaient séduite, mais n’étaient maintenant signe que de frustration.
À l’entente de son nom, j’inclinai légèrement la tête en signe d’approbation et de nouvelle salutation, maintenant que je savais à qui j’avais affaire. Un élément me dérangeait ailleurs dans la présentation de ses aptitudes au combat, il faisait bouillir son chakra ? Une petite pensée pour mes leçons sur cette énergie me rappela que celle-ci était normalement fluide, volatile et dure à manipuler, au que cas seuls certaines personnes étaient aptes à le déployer sou certaine forme. J’avais par exemple appris de mon professeur Nara qu’il existait dans son ancien village un clan appelé Hyuuga qui se battait principalement à coup de projection de chakra… mais jamais je n’avais entends parler d’individu à même à briser l’état fluide de cette énergie pour le porter à ébullition et avec cette énergie perturbée donner des coups plus violents… C’est d’un œil plein de curiosité que j’observai donc celui-ci s’affairer sur le mannequin de fer.

Je ne revins véritablement à lui qu’après qu’il ait jeté un œil aguerri dans le tas d’armes que j’avais conçu et qu’il ne me propose de me diriger vers de plus petites armes. Dagues, poignards et Katai… ce genre d’outil… je gardai le silence un moment, jugeant du pour et du contre des choses, ne parvenant toutefois pas véritablement à trouver un point positif à utiliser ces armes. Non pas que sa proposition était mauvaise, bien loin de moi cette idée ; Mais… elle n’était pas valable pour une personne qui comme avait été éduquée dans la noblesse et l’abondance. Enfin, peut-être n’était-ce que les principes de ma famille… Ceci dit peu importe comment se tournait cette situation, je voyais d’un mauvais œil une personne de mon statut utiliser des dagues non pas comme arme de jet, mais comme arme de corps à corps…

- De plus petites armes seraient effectivement une éventualité à mon problème, mais… pour diverses raisons, il s’agit malheureusement d’un style que je ne puis me permettre d’employer. Fis-je avec un petit sourire. Comme je vous le disais, mon style de base est déjà établi, mais je suis à la recherche d’une autre discipline. Comme vous je suis une cogneuse, comme vous la destruction de mon opposant dans une pluie de coups des plus brutaux… tel est mon style actuel ; et effectivement… Quittant la place dont je n’avais pas bougée depuis. utiliser mon métal pour faire des gants de combat est mon style actuel !

Un grand « BLONG !!! » avait retenti sur le terrain alors que mon poing s’était dangereusement enfoncé dans le mannequin, je le ressortis recouvert d’un gant de métal aux jointures un peu plus épaisses que la moyenne pour donne un effet de coup de poing américain. Ni une ni deux j’enchainai avec un autre coup, puis un autre et encore un autre, montant à chaque fois d’un cran la vitesse, tournant autour de ma cible telle une boxeuse enchaînant crochet et coups au corps.
Après quelque minute de sparing… ou plus je ne faisais que rarement attention au temps lorsque mes poings se fermaient pour cogner, je ne lâchai le mannequin que lorsqu’il eut l’apparence d’une branche de bois tordu… entièrement ramasser sur lui-même.

- Ceci est mon style de combat ! l’informai-je d’un air satisfait, enfin heureuse d’avoir réussi à maltraiter cette cible d’entrainement comme il le fallait. Par contre, je dois vou… t’avouer une chose Hisao, cette capacité à porter ton chakra à ébullition m’intrigue depuis que tu en as parlé, c’est un kekkai comme notre habilité à créer du fer ou bien… ? Fin ! Pourriez-vous m’en faire une démonstration ? S’il vous plaît ! Je suis curieuse de voir comment ça se présente…. Et certainement les quelque genin qui nous observent depuis tout à l’heure aussi Ajoutai-je d’un petit signe de tête vers les ninjas qui avaient arrêté leur entraînement pour suivre mon combo contre mon mannequin de fer… faut dire avec tout le vacarme que ça a produit…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Sam 23 Sep 2017 - 20:16
Intéressant. Je ne pensais pas les Metaru éduqués dans un cadre de noblesse. Bien au contraire d’ailleurs : ils ont cette passion et métier commun d’être dans la construction, de bâtir des œuvres métalliques avec une incroyable aisance et surtout une grande résistance. Mais peut-être est-ce que quelques familles Metaru diffèrent de la norme ? C’est tout à fait possible. Après tout, c’est un clan vaste et puissant, il doit y avoir de tout. Cependant, à l’entendre, il semblerait que le Metaru adroit au Kinton et frappant vite et fort en combat est quand même enfouie quelque part en elle. Elle se revendique elle-même cogneuse. Mais alors, pourquoi s’est-elle accommodée de ce style de combat si sa famille ou si ses racines nobles lui obligent un art plus… subtile ? Je passais ma main sur mon menton, perplexe et curieux. Par la suite, elle me fit une démonstration… disons… musclée de ses talents martiaux. Elle avait du talent, et surtout, un style bien à elle. Quand j’avais proposé du métal pour recouvrir ses poings, je n’aurai jamais pensé que c’était vraiment rentable. Et encore moins que c’était déjà des armes qu’elles maniaient.

Sa démonstration dura quelques minutes, que je ne vis pas forcément passées. C’était intéressant de voir des variantes du style Gōken. Elle avait ce qu’il fallait pour être solide dans un Taijutsu de ce style-là : la vitesse et la précision des frappes. Cela dit, il y avait manifestement de gros progrès à faire sur certains coups, notamment lorsqu’elle a enclenché une petite série.

- Belle démonstration. Je ne suis pas un expert en Taijutsu mais je peux voir que tu as clairement du talent. Je trouve ça presque con de passer à côté de ça, mais je peux comprendre les contraintes familiales.

J’amenais à ma bouche mon kiseru et rendit le tabac orangé alors que j’inspirais la fumée. Je m’approchais d’ailleurs du mannequin qui avait été salement amoché par une Metaru plus brutale qu’il n’y paraissait. Penchant la tête sur le côté, j’écoutais Itagami qui se posait quelques questions sur ma capacité. D’ailleurs, des questions dont je n’avais pas forcément la réponse. C’est con mais, même en réfléchissant, je n’arrivais pas à trouver quelque chose pour la satisfaire.

- Hm, bonne question en réalité. J’ai développé cette technique malgré moi pendant des années… compliquées, juste après mon adolescence. Elle est née d’une grande frustration mêlée à de la rage. Je viens d’une famille de marins, et à part le Suiton, je ne pense pas que nous maîtrisions un Kekkei Genkai. Mais je peux me tromper.


Elle me fit ensuite remarquer la présence de Genins qui avaient été attirés par les fracas métalliques, qui ont, il est vrai, raisonné dans tout le terrain d’entraînement. Amusé, je me prêtais au jeu et acceptai, d’un hochement de tête, de lui montrer la nature de ma capacité. Elle prit d’ailleurs l’initiative de former un mannequin de fer. Parfait, il fallait au moins ça.

- Je vais commencer avec des coups normaux. Tu verras par toi-même le changement lorsque j’activerais mon Futton.


Je m’avançais d’un pas, écrasa avec violence mon pied au sol et donna quelques coups de poings précis. Mes épaules avançaient au rythme des frappes afin d’accentuer le choc produit par mes coups, mais c’est bel et bien lorsque de la vapeur commença à se dégager de mon corps que le rythme s’intensifia. Les frappes étaient violentes, elles sifflaient presque en perçant l’air. Le mannequin finit rapidement en miette. Après avoir pris quelques secondes pour reprendre mon souffle, je dégageais le surplus de vapeur provoqué par le bouillonnement de mon chakra.

- Je parviens à contrôler la vapeur. A l’intérieur de mon corps, je m’en sers pour augmenter ma force. A l’extérieur, je m’en sers comme de propulseurs. En augmentant la pression, la vapeur accélère la vitesse de mon poing. Ce qui est intéressant, c’est que je peux utiliser cette pression dans n’importe quelle partie de mon corps. Je dois encore pas mal bossé sur ce pouvoir, bien sûr. C’est très imparfait.

Je resserrais mon bandeau et passait ma main sur mes bracelets de prisonnier, qui étaient remontés jusqu’aux coudes. Je regardais les Genins s’exciter un peu avant d’être rappelé à l’ordre par leur sensei.

- Alors, Itagami. Si ce n’est pas indiscret, qu’est-ce qui te force à t’emmerder avec une épée si ce n’est clairement pas ce qu’il te faut ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Dim 24 Sep 2017 - 12:19
Il y avait quelque chose d’intéressant avec cet individu, il était… comment dire, hum, « bon public » ? Hisao restait subtile dans ses dires sans être invasif pour autant, il m’avait sagement écouté et laissé agir à ma guise pour lui démontrer mes capacités et avait même eu la générosité de m’en donner une appréciation. Par ailleurs ses premiers mots mire nt le doigt sur un éventuel quiproquo, en effet il était ainsi probable que mon partenaire d’entrainement en cette matinée m’ait mal compris sur les raisons de ma présence ici ; ceci dit, je gardai le silence, pendue à ses lèvres pour comprendre sa capacité qu’il avait accepté de m’expliquer.
À son approbation en rapport à ma demande de démo, je lui créai un mannequin métallique qui comme moi allait lui servir de punching-ball et démarra le spectacle. Le sol trembla presque lorsqu’il y écrasa son pied pour fortifier ses appuis, ne serait-ce que de par cette différence de position, je cette différence de position je pus certifier une chose. Son style de combat ne se basait point sur la poursuite de ses adversaires tout en leur assenant des coups, mais plutôt sur une destruction posée de ceux-ci à une place fixe ; son répertoire technique en comptait probablement une pour les immobiliser, ou alors… ou alors il avait une confiance absolue en sa puissance et vitesse de frappe.

Les coups… Normaux… ? De l’Akahoshi se présentaient déjà comme plus impactant que les miens, je l’avais créé, mais surtout avais gardé un lien avec grâce à un fin filin de métal me reliant à lui que je puisse en suivre l’altération avec plus de précision… j’étais donc en mesure de l’affirmer, les chocs subis par le mannequin avaient beau être aussi dévastateurs que croissant en puissance la différence entre nous n’était qu’en rapport à la posture… Du moins… Jusqu’à ce que le corps de mon sensei du moment se mette à fulminer. J’observai le phénomène avec curiosité alors que sa vitesse croissait ses assauts accéléraient et couplée à cette célérité la force d’impact contre l’objet n’était que plus terrible encore… Il était clairement passé à un autre niveau, là où mes coups étaient restés puissants, mais constant, les siens sous l’influence de ces cette nappe de vapeur était passés d’une pluie à une véritable tempête de coups…
La structure de fer ne tin finalement pas le coup sous cette déferlante, acculé le mannequin parti morceau par morceau, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus grand-chose. Il ne semblait pas être au courent, mais si mes souvenirs étaient exactes, le Futton qu’il l’avait lui-même présenté était bel et un bien un Kekkai… un Kekkai qui de par cette démonstration avait bien réussi à satisfaire ma curiosité. Ses dires quant à ce qu’il me restait encore à apprendre de l’art du combat prirent lors tous leur sens.

- … vou… tu peux me dire ce que tu veux comme quoi tu n’es pas un expert en taijutsu… le résultat reste le même… Fis-je en regardant alternativement les restes cabossés de ma cible, et les quelque débris jonchant le sol qui restaient de la sienne.

Je croisai les bras, l’index et le pouce tenant mon menton tandis que je mettais en ordre aussi bien les idées qui me venaient en tête que les nouvelles informations qu’il m’avait apportées sur le goken. La puissance de frappe ne fait pas tout, la vitesse, la célérité et l’accélération des coups joue un rôle capital dans le combat au corps à corps… ces variations de vitesse peuvent aussi faciliter les feintes… et plus encore. Me marmonnai-je, le regard fixé sur Hisao, mais semblant voir autre chose que le Shinobi.

Je n’avais jusqu’à présent que pris en compte le coté puissance brute dans l’art que je pratiquais, serte je jouissais d’une certaine vitesse et mon corps féminin d’une certaine souplesse ; mais des accélérations telles les siennes m’étaient actuellement nettement hors d’atteinte. Je savais ces éléments importants, mais ne jaugeait que maintenant de leur importance dans un style de combat que nous semblions partager.

- Excusez-moi… Finis-je par dire lentement en tentant d’arracher mes pensées aux éventuelles évolutions ou possibilité que son style de combat lui offrait. Ma famille ou, disons plutôt mon père s’est toujours opposé à ce que je devienne une combattante à part entière, mais, ce n’est pas ce qui m’a empêché de le devenir… je voulais juste préciser que ses pensées et désirs n’étant point les miens, je m’en suis d’une certaine manière émancipé. Mon style de combat est et sera probablement toujours le Goken, mais… en tant que Shinobi je m’estime à la traine… Fis-je en regardant les Genins plus jeunes qui reprenaient leur entraînement. J’ai techniquement plusieurs années de retard et c’est mon désir de combler mes lacunes qui me poussait à entreprendre de me lancer sur un nouveau style… une nouvelle manière d’appréhender les choses… Continuai-je en baissant légèrement de ton, non pas de nouveau en train de réfléchir, mais me rendant surtout compte que j’étais loin très loin du compte. , mais comment me lancer dans un nouveau style, alors qu’il me reste encore tant à apprendre sur celui que je pratique actuellement… Poursuivis-je de plus en plus faiblement, baissant les yeux devant mon immaturité.

Moi plus que tout autre devait savoir à quel point il était néfaste de se diversifier en l’apprentissage d’une discipline, plus d’une quinzaine d’années d’orfèvrerie et de forge me l’avait enseigné, alors pourquoi cherchais-je maintenant à sauter des étapes…

- merci beaucoup Hisao san… vous m’avez été d’une aide, bien plus précieuse que vous ne l’imaginez… Fis-je en inclinant légèrement la tête. D’ailleurs, avez-vous entendu parler de ces ninjas qui se battent non pas avec le poing fermé, mais avec des vagues de chakra pur ? lui demandai-je en misant sur l’expérience qu’il semblait avoir. Maitre Nara m’en avait parlé, mais jusqu’à présent, il s’agissait d’un concept que j’avais du mal à assimiler… peut-être avec un individu en ayant déjà fait l’expérience…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Dim 24 Sep 2017 - 15:26
C’était plutôt rare, mais je lui adressais rapidement un sourire après son commentaire sur mon Taijutsu. Ca faisait toujours plaisir à entendre que l’entraînement payait. Ce genre de choses sont inhérentes à chaque utilisateur de Taijutsu. En raison de la faible quantité de chakra que nous utilisons, nous misons l’essentiel de notre progression sur la pratique quotidienne et assidue de notre puissance, de notre vitesse et de notre précision. D’ailleurs, je fus surpris de la voir prendre aussi rapidement note de ce que je lui avais montré. Elle était très loin d’être stupide et avait vite vu que certains détails comptaient pour beaucoup. Mais elle passait à côté de quelque chose d’important pour moi.

- Je te remercie pour tes observations, mais laisse-moi compléter ces informations avec autre détail, qui a bien entendu son importance : Au vu de ce que j’ai vu de ta démonstration, tu n’es pas sans savoir qu’un entraînement rigoureux – voire draconien – est essentiel pour avoir un bon niveau en Taijutsu. On ne peut pas se reposer sur des acquis de naissances. On peut bien sûr s’aider de cela, mais il ne faut pas que cela prenne le pas sur l’aptitude physique. Et cela mène à un point fondamental et encore plus important, c’est l’aptitude du ninja à se confronter à un adversaire directement au corps-à-corps. Tu peux avoir la force, tu peux avoir la vitesse, voire même avoir la technique et ne rien pouvoir faire. Car qu’on le veuille ou non, si tu as des mouvements grossiers et prévisibles tout en étant incapable de comprendre comment fonctionne ton adversaire, c’est inutile de continuer.


A nouveau, de manière mécanique et habituelle, j’amenais en bouche mon kiseru, prenant quelques bouffées avant de relâcher la fumée. Elle continua de s’exprimer mais sur un autre sujet, plus personnel. Apparemment, elle n’a commencé que très tard à s’entraîner. Ca semblait un peu la travailler alors, après quelques secondes d’hésitations, j’ouvris la bouche et confiai quelque chose d’assez personnel.

- Je t’ai parlé tout à l’heure d’une adolescence difficile, n’est-ce pas ? En tant que marin, je n’ai commencé que très tard à suivre une formation de ninja, aux alentours de quinze ans. Même si j’étais déjà grand, j’ai eu une progression plutôt lente pendant deux ans. A dix-sept ans, à cause d’une erreur, j’ai été enfermé sept ans.

J’élevais mes bras quelques secondes, montrant à Itagami les chaînes de prisonnier que je possédais, puis, avec mon doigt, pointait l’imposant collier de métal qui entourait mon cou. J’expirais un léger soupir.

- Mais ça, on s’en fout. Le truc, c’est que si tu regardes bien mon histoire, tu remarques qu’en plus d’avoir commencé réellement à m’entraîner à partir de vingt-quatre, voire vingt-cinq ans, j’ai pu atteindre un niveau plutôt acceptable jusqu’à maintenant. J’en ai vingt-sept aujourd’hui. J’ai fait de bons progrès. Donc t’en fais pas, si tu es accrochée à ton Goken, tu ne vas pas rester derrière très longtemps. Au final, on s’en fout du rythme que tu prends. C’est la courbe de progression qu’on doit prendre en compte. Au pire, je suis disponible pour quelques entraînements si un jour l’envie t’en prends.


D’un geste lent et las, j’enfonçais mon bras gauche dans la poche de mon long manteau en cuir noir tout en abaissant ma main droite, qui tenait donc mon kiseru. Je l’écoutais me parler d’un autre style de Taijutsu, quelque chose lourdement lié au chakra et à sa manipulation. Comme elle l’expliquait, j’avais un peu de mal à comprendre exactement ce que c’était. J’ai eu trop peu de temps en dehors de mon ancienne prison pour tout apprendre. Mais j’avais une petite idée, peut-être était-ce ce dont elle parlait.

- Désolé, mais je saurais pas trop t’en dire. J’ai pas mal de lacunes niveau connaissance du monde shinobi. Il y a bien le clan Hyûga qui utilise un Taijutsu étrange basé sur le chakra, mais je n’en suis pas sûr… des vagues de chakra pur ? Ca me semble bizarre. C’est bien de Taijutsu dont on parle ? Ca ressemble à une forme de ninjutsu à mes yeux.


Intéressant, ça. Je pourrais peut-être en apprendre plus là-dessus. Mais elle semble me demander ça en tant que personne curieuse et pas réellement comme si elle avait beaucoup à dire au sujet de ces vagues de chakra. Mais qui sait, peut-être qu'avec de plus amples explications, je pourrais l'aiguiller.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Lun 25 Sep 2017 - 16:24
L’on me disait souvent que les personnes arborant toujours une expression grave, ou un visage toujours sérieux étaient celles qui étaient les plus susceptibles d’avoir un beau sourire. C’était probablement parce qu’à force de se dire qu’ils resteraient sérieux à vie, le fait de les voir arborant cette expression était aussi beau que surprenant.
Je suivis avec une attention particulière ce qu’il m’inculqua sur la maitrise de notre art. Effectivement le Taijuttsu se démarquait véritablement de l’arsenal de connaissance de tout ninja, dans le sens où il s’agissait d’une discipline que tout un chacun était en mesure d’utiliser, mais il allait très certainement différer d’une école à une autre et d’un individu à un autre. De ce que j’avais entendu de ceci, il existait tant de style différent, des styles francs et directs, d’autre plus tordu et ambigus, ainsi que certain si incompréhensible que le seul fait de les voir se dandiner n’importe comment donnait des migraines… confrontés à certains styles, si le nôtre ne savait se montrer assez souple pour réduire la distance et assener nos coups … nous serions aussi efficace que ces mannequins sur lesquels Hisao et moi avions fait os démonstrations. Cependant, ce problème était quelque chose sur lequel avait déjà planché mon professeur d’entant ; il avait pensé mon entraînement de sorte à inclure ces éventualités, et aujourd’hui, maintenant que je comprenais que je ne me montrais pas simplement ridicule lors de mes joggings je n’étais que plus heureuse d’avoir cru en lui. J’étais sur le point d’en faire la remarque lorsqu’il me rendit l’appareil. Je m’étais ouverte à lui et lui avait parlé de ma famille, il se sentit visiblement obligé de faire de même.

J’en appris quelque une sur mon senpai, il était à l’origine un marin, toujours sur les flots et certainement occupé à l’entretien du navire. En ce sens, il ne s’est intéressant qu’assez tard à l’art des shinobi. Ceci dit, suite à des complications qui lui valurent les chaines et entrave qu’il me présenta, son éducation en tant que ninja resta en suspend bien des années encore… Mais… mon regard était resté un long moment bloqué sur ces entraves, avant d’enfin réussir à en détacher le regard, l’esprit plein de … nouvelles idées. L’espace d’un instant, je fermai les yeux pour tenter de me reprendre, essayant de faire taire ces deux voix qui avaient été réveillées par cette vision et ces idées.
Je dus ailleurs faire un effort considérable pour ne pas craquer lorsqu’il me proposa un entraînement avec lui, un sourire sur les lèvres enfin j’espérais, j’avais simple acquiescé d’un signe de tête comme quoi j’aimerais effectivement échanger des coups avec lui, tout en essayant de ne pas trop me concentrer sur ses chaînes. Quant au fameux style de combat que j’avais abordé, encore une fois il minimisait ses propres connaissances.



- Il était bien question du clan Hyuuga ! Affirmai-je en reprenant lentement mon calme. J’avais entendu de mon professeur, un Nara, qu’ils n’attaquaient pas avec leurs poings, mais plutôt avec leurs paumes. Leurs adversaires finissaient généralement avec des lésions internes et de drôle de commotions, venant de l’intérieur de leur être et non de l’extérieur. Pour le coup il ne fallait pas être un génie pour deviner que leur style de combat frappait l’adversaire de l’intérieur et non de l’extérieur… comme le disent la plupart des professeurs, manipuler le chakra à l’état pur n’est pas aisé, lui attribuer un élément le rend plus malléable, surtout que ce n’est plus de l’énergie brute, mais un élément ne s’épanouissant que dans les différents cadres d’action de celui-ci… mais eux l’utilise non seulement à l’état pur, mais en font des projections directes dans le corps adverse. Poursuivis-je en regardant ma main, m’imaginant devoir faire des expulsions d’énergie à chaque fois que je frappais… la conversion sensée rendre l’exercice plus facile était elle-même si compliquée que l’on se servait de mudra pour s’aider à la tache… alors, manipuler cette énergie pendant toute la durée d’un affrontement au corps à corps...

lorsqu’il m’en avait parlé, j’ai essayé, véritablement essayé, mais c’est à peine si j’ai pu voir le chakra s’échapper de mes doigts, l’entrainement au goken est draconien… le leur doit certainement être herculéen… Réalisai-je alors que j’éclaircissais mes connaissances.

Je levai enfin les yeux pour de nouveau faire face à mon interlocuteur : Je serais ravie de vo… de t’avoir pour partenaire d’entrainement Hisao san, mais pour le moment il me faut encore peaufiner mon style pour être une adversaire digne de ce nom, dans le pire des cas, croiser le poing avec moi en cet instant pourrait même baisser votre niveau… Fis-je d’un air sérieux. , Mais ne vous inquiétez point, ça ne saurait tarder ! Je dois encore gonfler mon répertoire pour mon shadow figthing et mes séances d’affrontement virtuels, mais faites-moi confiance, j’y arriverais

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Lun 25 Sep 2017 - 21:10
Arquant lentement le sourcil, je constatais avec étonnement qu’elle ne se concentrait plus vraiment sur moi ou la conversation et fixait avec insistance mes chaînes. Le visage impassible bien qu’avec un peu d’amusement, je déplaçais mes bras très lentement, confirmant ainsi que ses yeux étaient rivés sur ceux-ci. Elle parvint finalement à se reprendre après, semble-t-il, une certaine lutte intérieure. Etrange, je ne saurais trop dire ce qu’il s’était passé, mais peut-être est-ce qu’elle a pris un peu peur. Ce serait pas impossible, après tout. Qui se balade avec des chaînes de prisonniers, si ce n’est des criminels en fuite ? Elle ne connait bien sûr pas la véritable signification de ceux-ci, mais j’espère ne pas l’avoir choqué ou quelque chose comme ça.

Enfin, elle mit rapidement mes pensées et ‘’inquiétudes’’ de côté. Totalement redevenu elle-même, Itagami me confia qu’elle parlait bel et bien du style du clan Hyûga. Après de plus amples explications, je pus en effet reconnaître plus précisément leurs habilités aux combat. Je n’avais pas visualisé la bonne chose lorsqu’elle m’avait parlé de chakra pur, mais cela fait sens, finalement. Les mots clés avaient été ‘’lésions internes’’ et ‘’paumes’’. Là, tout était clair.

- Hm-hm, je visualise mieux ce que tu voulais dire. Tu m’as appris pas mal de choses sur ce clan, mais en effet, ils visent le système circulatoire du chakra en les désactivant et en les endommageant. Une sacrée saloperie pour les adversaires au corps-à-corps. C’est au niveau de leurs yeux,
dis-je en pointant mon index en direction de l’œil de la Metaru, que c’est gonflant. Leur style se base sur la rapidité et la technique. Un coup et te voilà affaiblit comme si tu t’étais pris de multiples coups. Et plus ça va, pire c’est.

J’inspirai une bouffée blanchâtre qui se répandit lentement autour de moi après l’avoir expulsé par le nez. Itagami regardait sa main, sans doute en s’imaginant utiliser ce style de combat. Cela se confirma lorsqu’elle me raconta avoir essayé. Sauf que comme je l’ai dit, ce n’est pas seulement le style qui est déterminant.

- Je ne crois qu’ils s’entraînent autant que ceux utilisant le Taijutsu Goken et autres variantes. Leurs yeux leur permettent de voir parfaitement nos flux et, mine de rien, ce sont des sortes de génies, tous autant qu’ils sont. Un peu d’entraînement technique et les voilà prêts au combat. Mais ce genre d’entraînement sont vites limités, crois-moi, Itagami. Ces mecs sont vites rattrapés par la réalité, tôt ou tard. Et c'est seulement à ce moment-là qu'ils progressent vraiment.


Je portais à nouveau en bouche mon Kiseru, mais sans fumer pour autant. Mais ce truc faisait partie de mon apparence générale. L’avoir au bout des lèvres me semblait presque normal. Et puis, cela m’octroyait le droit à une petite pause dans les discussions tout en réfléchissant à ce que nous disions. La blonde, qui ne m’avait pas répondu auparavant, me confia ne pas vouloir s’entraîner avec moi pour le moment. Ses raisons me semblaient un peu confuses, mais je respectais son choix, sans dire au passage un avis, comme à mon habitude.

- Baisser mon niveau ? Tu te sous-estimes beaucoup, ou, au contraire, tu me surestimes bien trop. Même un Jônin peut avoir intérêt à s’entraîner avec un Genin. Que ce soit pour apprendre à enseigner, pour expérimenter des capacités en phase de création ou pour transmettre quelque chose, ce n’est jamais perdu. Au contraire, si tu touches une personne de haut niveau, celle-ci saura où était son erreur et saura la pallier par la suite.

Mon large manteau se levait lentement à mesure que j’haussais les épaules. Je ne savais pas trop si je disais n’importe quoi ou si cela avait du sens. Je ne suis hors de prison que depuis peu de temps, et je ne m’en accommode pas très bien encore. Je parais sage avec mon kiseru et mon calme, mais on est assez loin de la réalité. Du moins, pour le moment.

- Enfin, si l’envie t’en prend, tu n’auras qu’à venir me trouver. J’habite un peu plus à l’Ouest de la Place de Kumo. Je m’occupe de choses au jour le jour, donc ça ne me dérangerait pas. Mais n’oublie pas que c’est en condition réelle qu’on apprend. Pas avec des simulations et des calculs. Et ça, je pense que ton professeur, bien que ce soit un Nara, te l’a déjà expliqué. Enfin, je dis ça, mais je serais curieux de savoir comment les Nara entraînent des combattants de contact. Ca ne leur ressemble pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Mer 27 Sep 2017 - 17:29
À croire qu’il suffisait simplement que je précise qu’ils étaient les fameux combattants dont je parlais, il m’apporta à leur sujet pas mal de précision vis-à-vis du dit sujet. Par exemple que s’était leurs yeux qui les rendaient aussi exceptionnels, et non pas un entrainement plus acharné que ceux qui suivaient le Goken. Après, avec une pareille capacité à légumier son adversaire, il n’était pas surprenant qu’ils se hissent facilement au haut de la chaine alimentaire en tant que taijutsu master. Mais… comme Hisao le disait lui-même, le combat au corps à corps ne s’arrêtait point à la technique, à la force ou à la vitesse, un énième facteur rentrait en ligne de compte la versatilité des pratiquants face à X, Y ou Z situation. L’une des choses qui rendaient les Hyuuga si imposants était probablement le choc psychologique qu’infligeait leur style de combat si particulier… Les sourcils froncés, je me rendais compte d’une chose, le travail du fer comme le travail du corps, les deux se rejoignaient finalement sur un point bien précis. « De bonnes bases sont vitales pour exceller dans l’un comme dans l’autre. »
Il répondit finalement à mon refus de m’entrainer avec lui, me donnant plus de raison d'accepter l’invitation que le contraire. Non pas qu’il avait tort, j’avais simplement trop peu confiance en mes capacités, ben entendu au cours de ma jeune expérience en tant que Shinobi j’avais eu à pratiquer à plusieurs reprises, mais… il subsistait toujours ce frisson d’excitation couplé à cette étincelle de doute lorsque je faisais face à un nouvel éventuel opposant ; c’était ce cocktail de sentiment qui présentement me retenait vraiment.

Puis, plus j’y réfléchissais, plus se posait la question, avais-je progressé ? Pourrais-je l’atteindre ? mes coups seront-ils efficaces, toutes ces heures de Shadow et Virtual figthing porteront-elles leurs fruits ? Le Taijtsu était presque la seule branche dans laquelle je m’étais véritablement spécialisée, l’usage du Kinton m’étant commun depuis plus d’une vingtaine d’années, je n’avais eu qu’à l’adapter à mes nouveaux besoins. Mais surtout… je pouvais enfin me frotter à supposément plus fort que moi ! Un frisson couru le long de mon échine, j’étais sur le point de revenir sur mon refus lorsqu’il reprit la parole.
Qu’importe comment où le voyait-il, parlait définitivement comme un combattant aguerri, une personne qui avait certainement survécu à plusieurs batailles et voulait en vivre de nouvelles. S’était l’expérience qui parlait et d’elle je ne tirais que leçon, il était vrai qu’ajouter un nouveau style et lui créer des variations pour mes séances de Shadow me ferait le plus grand bien, mais d’où le tirerais-je si jamais je ne me battais ? Finalement j’avais de moins en moins de raisons de refuser son invitation et surtout… Jusqu’à quel point voulait-il me mettre à mal ?



D’accord, tu as raison après tout ! Je serais ton adversaire ! Fis-je en réduisant inconsciemment la distance.

Haaa… j’avais fini par craquer… mais comment dire nom à une personne si pressée de me faire subir mille supplices ? Que voulait-il réellement faire durant cet entraînement ? Jusqu’où allait-il repousser les principes et jusqu’où enfreindrait-il les lois pour parvenir à ses fins ? Parce qu’il devait forcément y avoir une raison pour laquelle ceci lui tienne à cœur pour qu’il insiste de la sorte ! Ou alors c’était qu’il voulait être la victime de deux mille supplices et crouler sous mes assauts, cherchant à y survivre ou tâchant de me résister…
Finalement j’avais de plus en plus de mal à attendre sa réponse, mon cœur battait la chamade, tout mon corps sembla frémir alors que pendue à ses lèvres j’attendais dans un pseudo calme, inspirant et expirant lentement en me demandant s’il allait prolonger mon agonie <3 ou raccourcir la sienne…

- Donc… ou et quand le ferons-nous ? Demandai-je d’une petite voix comme s’il n’était pas évident que c’était les informations qu’il était sur le point de donner.



_________________


Enceinte de 4 Mois 1/2

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Jeu 28 Sep 2017 - 18:21
Eh bien… à ma plus grande surprise, elle finit par se raviser, acceptant ainsi ma proposition pour un éventuel entraînement. Je pense qu’elle avait finalement compris l’importance de se frotter à un réel adversaire, qu’il soit ou non du même niveau : l’expérience apportée était bien plus significative que des simulations effectuées seul. Elle réduisit après quelques pas la distance qui nous séparait, ce qui me fit arquer le sourcil tout recrachant une dernière bouffée de fumée issue de mon Kiseru, que je finis par enfoncer dans une sacoche à moitié ouverte. Il y avait quelque chose d’assez étrange chez elle, dans son caractère. Certaines intonations de voix, certaines réactions… c’était assez indescriptible. J’avais, comme à mon habitude, le visage détendu et droit, mais au fond, une centaine de questions inondait mon esprit la concernant. Mais on connait un adversaire qu’après l’avoir combattu, alors inutile que je fasse des théories inutiles.

- Bien, bien, content de l’apprendre ! Je te laisserais choisir le type d’entraînement que tu souhaites, mais je pense que la meilleure solution, c’est qu’on commence sur quelques bases et qu’on termine par une confrontation afin d’évaluer ce que je te transmettrais. Vu ce que tu as montré, je suis plutôt confiant de ta future progression !


D’un geste las, j’enfonçais mes deux mains dans les poches, qui cessèrent de descendre uniquement lorsque les chaînes à mes poignets bloquèrent le mouvement. J’élevais un peu mon menton et m’apprêtait à parler tandis qu’elle réengagea la discussion en me demandant – d’une voix… fine – de fixer un horaire. Je la fixais du regard quelques instants, intrigué par ses incessants changements de comportements, puis le coin de ma bouche s’éleva très légèrement, pendant deux à trois secondes, soulignant mon amusement – et mon incompréhension.

- Hm… eh bien, oui, j’y réfléchissais. Je ne suis pas amateur de l’entraînement trop matinal, bien que je puisse me conformer à ça si c’est ce qui t’arrange. Mais idéalement, l’entraînement débuterait dans l’après-midi, 16h, environ. Pour ce qui est des jours, je m’en fous. Je souhaite m’entraîner chaque jours afin de me forger un peu, donc tu ne risques pas de me louper. Donc à nouveau : C’est quand tu veux, la Metaru.


Je retirais finalement les mains de mes poches afin de resserrer mon bandana et remettre en place mon manteau. Ce fut une rencontre très agréable, mais je vais devoir passer aux choses ennuyeuses à la grande bibliothèque. C’est pas que je détestais lire, mais c’est vrai que c’était pas ma tasse de thé. Mais il fallait bien ça pour rattraper cet infernal retard que j’avais pris sur le reste des gens.

- Moi, j’vais te laisser. Sympa de t’avoir rencontrer, Itagami ! Frappe avec l’entièreté de ton corps pour massacrer tes adversaires, ne l’oublie pas jusqu’à notre entraînement ! Et aussi, essaie d’exercer tes enchaînements. Inconsciemment, tu suis un schéma qui deviens prévisible.


Emboîtant le pas et écrasant la terre de terrain d’entraînement, je donnais quelques tapes sur l’épaule de la Metaru et m’en allais. Et au passage, je sortis mon Kiseru… j’aurai tenu cinq minutes sans fumer, c’est pas mal.

Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Mar 3 Oct 2017 - 1:28

Comme je le pensais, comme je l’avais espéré, c’était bien une confrontation qu’il désirait. Je vous les épargnerais, mais un indénombrable nombre d’images me traversa l’esprit tandis que se profilait ma défaite en mon for intérieur. Devrais-je proposer un gage pour le perdant ? Pour lui faciliter la vie et lui permettre de m’imposer n’importe quoi ? De laisser entièrement libre cours à ses désirs les plus indicibles… ? Mon cœur qui sprintait comme un malade finit par aller du sprinta la course d’obstacles. Prise de palpitation, j’en avais presque le regard trouble, écoutant presque sagement ce que me proposait mon futur tortionnaire.
Je le fixais avec tant d’intérêt que je ne manquai pour rien au monde le rictus qui passa rapidement sur son visage, j’en retins mon souffle, le sprinter lui aussi curieux arrêta une seconde ou deux sa course comme pour marquer son intérêt à cette éventuelle révélation sur le Kumojin… ça me parut dès lors claire, très claire…

*Il va te défoncer Itagami chan !*

Je n’y pouvais rien, tout mon être réagissait à ce genre de pensées, l’idée de finir chose d’une personne me rendit parfois toute chose… d’autres fois s’était tout l’inverse ; c’était l’idée de faire d’une personne ma chose qui m’embrasait. Le souffle toujours aussi court, je restai silencieuse alors qu’il titillait l’autre aspect de ma personnalité sur lequel j’avais un contrôle aussi inexistant que le précédent. Ma proie me laissait choisir le jour et l’heure de l’après-midi à laquelle je pourrais venir la chasser.
Comme moi il s’entraînait tous les jours à la recherche de perfection et comme moi il semblait vouloir pousser son art à son maximum, d’où l’acharnement dont il faisait preuve et que je respectais et pour donner corps à ce respect, je me devais de lui répondre… comme il se devait ! Il me fallait être un adversaire de taille, certes Hisao complimentait-il mon potentiel, mais toujours était-il que c’était ce que c’était, un potentiel loin d’être correctement exploité. J’avais les connaissances, mais pas l’expérience, à méthodologie, mais pas la pratique… Sensei m’avait inculqué les bases et donné quelques conseils certes, mais tout le reste, tout ce qui faisait mon bagage en tant que Kunoichi actuellement n’était qu’autodidactique… Pouvait-on véritablement me reprocher de manquer de confiance en moi ? Ces entrainements qu’il me proposait restaient une excellente solution pour pallier ce problème ; mais… l’idée de décevoir un camarade de Taijutsu m’horripilait au plus haut point.

- Hai… ainsi soit-il. Fis-je en reprenant la parole toujours de cette même voix presque mielleuse. je déciderais donc de la date de notre prochaine rencontre.

C’est sur quelques nouveaux conseils aussi avisés l’un que l’autre que nous nous séparâmes, enfin qu’il me laissa à la parcelle du terrain d’entrainement que j’occupais. Je l’observai lentement s’éclipser, savourant d’avance la perspective de notre nouvelle rencontre, jusqu’il soit complètement hors de porter de mon regard.
L’on disait de battre le fer lorsqu’il était encore chaud n’est-ce pas ? À peine s’en était-il aller que je recréais un nouveau mannequin, pour y vérifier des connaissances… Utiliser tout mon être pour frapper… de la jambe aux hanches, des hanches au dos et transmettre cette rotation et le flux du dit mouvement au poing. J’en comprenais le principe, voir l’appliquait pour tout ce qui était coup décisif, mais son utilisation au cours des combos et enchainement était… un exercice difficile, j’avais toujours sacrifié la puissance pour le nombre de coups… mais il devint certainement avoir un autre moyen de parvenir au mime résultat avec une vitesse autrement plus élevée…

- Aller Itagami… tu as beaucoup à travailler… Fis-je en soufflant un coup devant mon punching-ball métallique, espérant faire descendre toute cette excitation avant de sérieusement me mettre au travail

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Un arsenal à disposition [Ft. Metaru Itagami]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: