Partagez | 

SAMEHADA YA HAKUJA SENNIN ▬ KIRIGAKURE RAKUINKENSHI NO MONOGATARI ♛ KETSUMEI


Lun 25 Sep 2017 - 21:08

« SAMEHADA YA HAKUJA SENNIN ▬ KIRIGAKURE RAKUINKENSHI NO MONOGATARI ♛ KETSUMEI »
鮫肌や白蛇仙人 ▬ 物語 落胤剣士 霧隠 ♛ 血盟
Samehada et le Sage Serpent Blanc
le Conte de l’Épéiste Bâtard de Kirigakure ♛ Pacte de Sang





Beaucoup avançaient avoir vécu le pire à Shîto, ce petit village construit pour l'examen entre les villages cachés. Une épreuve sans égales, un traumatisme profond au sein d'une dangerosité créé par l'Organisation contre le Système menée par le Nara. Mais ils se trompaient car loin de là, toujours sur les terres marécageuses de Mizu no Kuni, un shinobi à la renommée faite agissait, au fait d'informations recueillies en une centaine, voir millier d'heures passés à accumuler des documents et des dires aux quatre coins du Yuukan. Son but, atteindre un lieu tenu secret et dont la fondation avait été faite bien avant que les Hommes acquièrent le chakra et se mettent à l'utiliser à leurs propres fins. Peu de temps avant notre histoire, Hanzô du Torrent avait grâce à ses dons de pisteur et ses talents mis la main sur la dernière pièce du puzzle pour l'atteindre ; le 龍地洞 , Ryūchidō, littéralement la Cave Terrestre du Dragon. Un endroit dont on contait les fables les vertus et le savoir qu'il contenait sans jamais qu'un hominidé y ait posé le pied. Il serait le premier, et ne comptait pas repartir les mains vides. Maintenant qu'il possédait de nouveau son bien le plus précieux, Peau de Requin, il allait pouvoir pénétrer dans cet endroit confiant et en repartir vivant avec son graal.

Il était un puit de science quand il s'agissait de décliner les différentes légendes, mythes et autre bestiaire de l'histoire de leur monde, ses pérégrinations lui ayant permis de développer encore un peu plus sa base de connaissance aux moyens de différents liens avec des villages perdus dans les montagnes, des ermites peu nets et des transmissions orales, comme il était coutume dans certaines tribus de Kaze no Kuni.

Seulement pourvu de sa Belle dans le dos, toujours dans son linceul de tissu décliné en bandes, il avait enfilé sa tenue la plus pratique et apte à la situation, sa destination lui demandant un voyage long et éreintant qui se solderait sûrement par un affrontement titanesque. Un long pantalon de toile tressée et une chemise ouverte au niveau du torse, soldant le tout d'une ceinture munie de parchemins scellés dont Kami seul connaissait le contenu, avec le Torrent bien sûr.

Il quitta le village à la nuit tombée sans donner sa destination ni son but à quiconque. Il n'y avait pas encore de Kage à qui rendre des comptes alors le Bâtard en profita allègrement, surtout qu'il aurait du mal à justifier sa propre mort s'il venait à échouer. Son entreprise était risquée mais le récompenserait grandement si le Jônin venait à triompher, bien que le doute s'immisça peu à peu en lui tandis qu'il quittait sa nouvellement retrouvée promise de toujours.

Ses pas franchirent mangrove, marécages et autres zones du pays pour enfin arriver vers la zone côtière déserte de vie humaine pour augmenter encore l'état euphorique dans lequel il était. Au loin, de la fumée semblait s'échapper d'une chaumière, sûrement des pêcheurs qui festoyaient de leur prise du jour. L'odeur arriva à ses narines et il la huma d'une grande inspiration avant de faire craquer un à un chacun de ses membres, synchronisant sa respiration avec les battements lents de son cœur. Puis il avança vers l'eau et doucement y pénétra, le froid allant jusqu'à toucher ses os sans pour autant qu'il émette le moindre frisson. Dans le liquide opalin, le Torrent qui portait bien son nom était dans son élément fétiche, comme s'il était pourvu de branchies et palmé.

Il se mit peu à peu, le poids de sa partenaire sur les épaules, à nager avec le plan de la zone en tête, qu'il avait épié des heures avant de se lancer dans tout cela. Après une dernière inspiration qui lui sembla durer une éternité, il glissa sous la surface de l'eau pour aller s'enfoncer vers la masse informe et terreuse mélangée au sable, touchant le sol du bout de son doigt tandis qu'il voguait au gré d'un courant allant dans son sens vers sa source d'inspiration du moment.

De temps en temps, comme un prédateur dans la nuit, le sommet de son crâne et ses naseaux venaient chercher de quoi se ravitailler puis il replongeait. Pendant presque quatre longues heures, il dût nager encore et encore. Peut être aurait-il dû prendre un bateau puis plonger ? L'idée l'aurait fait rire tant c'était le sous-estimer.

Après cette longue péripétie où il ne rencontra que quelques monstres de son espèce qu'il n'eut pas à dégager, la présence de Peau de Requin faisant office de répulsifs à engeances marines, il reconnut le point d'ancrage marqué d'une croix. Au fond de la mer, dans la vase et les débris de bateaux, des bancs de poissons rutilants, il voyait le symbole indiqué dans un vieux texte ; celui du 八岐大蛇 ⁕ Yamata no Oroichi, le Serpent à Huit Têtes. Un néophyte ou un non-habitué des fonds marins n'aurait pu voir tant l'eau de l'endroit était profonde et trouble mais il ne put pas le rater tant il avait obsédé ses nuits. Un kanji gravé dans la pierre, dont les traits formaient huit longs cous.

Sachant ce qu'il lui restait à faire il stationna, debout en pesanteur dans l'eau et exécuta une longue et fastidieuse série de mudras dont certains n'étaient même pas utilisés par les Shinobis eux-mêmes puis apposa sa paume. Dans un nuage de fumée vite dissipé par les flots, il disparut bonnement et simplement de l'Océan. Pour amerrir où... ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Mar 26 Sep 2017 - 0:52

« SAMEHADA YA HAKUJA SENNIN ▬ KIRIGAKURE RAKUINKENSHI NO MONOGATARI ♛ KETSUMEI »
鮫肌や白蛇仙人 ▬ 物語 落胤剣士 霧隠 ♛ 血盟
Samehada et le Sage Serpent Blanc
le Conte de l’Épéiste Bâtard de Kirigakure ♛ Pacte de Sang





Sa série de signes incantatoires l'avait emmené vers l'inconnu dans ce qui ressemblait à s'y méprendre à une grotte immense dont il ne percevait même pas le plafond. Seules quelques gouttes venaient à tomber de là-haut, encore plus froides que l'eau d'où il venait. Était-il sous la surface de la terre, dans une montagne sous-marine ? Il n'avait aucune façon de le savoir et ses dons de senseur et ceux de Samehada semblaient ne sentir aucune forme de vie ici-bas. Seuls dans l'immensité et le noir le plus complet, il se basait sur ses quatre autres sens pour se faire une idée de la topographie. Il sentait les courants du vent autour de lui, comme si le vide l'encerclait.

Sortant de sa poche intérieure et imperméable une allumette qu'il craqua contre le loup osseux de son visage, il vint enflammer sa chemise enroulée autour de son poing pour se faire une idée qui confirma vite ses doutes. Il était sur une passerelle estampillée du même signe qu'il avait tapé de sa paume, fine d'à peine un mètre et qui serpentait jusqu'à dans la noirceur. Sûr de lui avec l'agilité qu'on prête à un félin il s'aventura donc vers l'inconnu en se pressant avant que tout le tissu imbibé d'eau ne puisse venir à manquer car calciné. Après quelques minutes à l'issue desquelles il se retrouva encore une fois dans le noir, il toucha un seul étrangement mouillé et un craquement se fit ressentir sous le bois de sa geta. C'était une mue de serpent, ayant la particularité d'être si grande qu'elle semblait laissée par un titanesque reptile d'au moins deux mètres de diamètre.

Conscient des risques pris, Hanzô passa doucement sa main derrière sa tête pour attraper le manche de Samehada et la brandit avec précaution devant lui sans faire le moindre bruit. Même sa conjointe habituellement bruyante compris et resta sans la moindre interaction avec ce qui les entourait. Se servant d'elle comme une canne d'aveugle, avec la particularité qu'elle était capable de beaucoup plus qu'un simple morceau de bois teinté en blanc, point qu'ils partageaient, il avança encore. Un bruit le fit se mettre en garde, orientant les crocs de Peau de Requin un peu plus vers le ciel et le crâne du pommeau vers le sol. Un sifflement aigü fendait le silence, continu et menaçant. Pourtant, il souriait. Il touchait au but.

Bientôt, c'est plus qu'un sifflet qui vint à ses oreilles. Une mâchoire béante vint essayer de le saisir, pourvue de deux crocs suintant de venin. Il bloqua en mettant les deux mètres de longueur de Samehada en opposition pour ne pas que la gueule se ferme sur lui et instantanément les épines du derme du Squale sortirent et s'allongèrent pour condamner le monstre reptilien dont seul les yeux dorés le distinguait dans cette obscure clarté. Un feulement, suivi d'un bond en arrière où il manqua de glisser sur ladite peau usagée. Le frisson du combat parcourant son échine. Cela faisait si longtemps.

« Prête, Samehada ? » Il ricanait, les gouttes du poison généré par l'animal ennemi faisant résonner un bruit lourd de sens, tant l'acide du liquide rongeait maintenant le sol de cette cave. Cela aurait pu être sa peau.

En garde, il ferma ses paupières pour mieux se concentrer sur les sons, les sensations et les odeurs. Puis il s'élança, ayant repéré la bête farouche qu'il vint toucher de son arme. Une fois la pression appliqué, toutes écailles sorties, il tira vers lui en arrachant au passage les chairs du gardien des lieux qui persifla avant de déguerpir, sûrement pour mieux revenir. Quand il voulut pivoter pour reprendre sa route, il se heurta à une arche. D'un mouvement, il pénétra donc cette dernière et enfin, la Lumière fut.

L'éclairage lui donnait maintenant vue sur une construction qu'aucun humain n'aurait pu faire en une vie. Immense, sculptée dans un roc d'une consistance inconnue, la caverne comportait des fresques et des statues représentant différents serpents, certains écailleux et d'autres à la surface lisse comme une eau trop calme.

Son regard vadrouillait tandis qu'il avançait vers le centre de la pièce qui aurait pu abriter une ville tant elle était pensée pour des êtres démesurés. Au loin dans le fond, un large siège ombragé semblait abriter une présence, une large gueule de dragon stylisée tenant un rouleau ninja attirant ses yeux cyan.

Mais plus il avançait vers elle, plus il discernait un long et large corps étranger à la roche du support, enroulé autour de plusieurs énormes piliers. C'était un serpent, un d'un type qu'il n'avait jamais vu. Il fumait une pipe, disposait d'un turban orné d'une boule de cristal translucide qui reflétait le jour comme la nuit et surtout des anneaux le long de son corps monstrueux de plusieurs centaines de mètres, semblant faits d'or blanc. Sa chair semblait mergée avec la surface sur laquelle il stagnait et la créature n'émettait aucun bruit ni mouvement, sauf peut être la fumée d'entre ses larges naseaux.

C'était donc lui, le Sage des légendes... ? Obligatoirement impressionné, il sut tout de même quoi faire. Dans un mouvement de révérence arrivé assez près, il s'inclina et lâcha son épée qui tomba sur le sol, sans faire quoi que ce soit.

«Konbanwa, Sennin-san. Je suis Kaguya Hanzô, dit Kyûryû no Hanzô. La Bête Bâtarde. Si les légendes sont vraies, vous connaissez les raisons de ma présence. » Sans dire un mot de plus, il garda les yeux rivés sur le sol. Les Serpents de l'endroit étaient des créatures d'habitude, incroyablement égoïstes et narcissiques, alors mieux valait caresser leurs écailles dans le bon sens, au risque de les vexer et d'y perdre la main. Car il le sentait, ils n'étaient pas seuls. Des yeux vipérins étaient braqués sur lui, dans les tréfonds de cet endroit à qui on accordait malédictions comme bienfaits. « Sssss. Effectivement, j'avais prophétisé la venue d'un de ceux qui sont fait d'Os et de Ssssang. Surtout d'Os. Tu es bien prétentieux pour te poser là. Tu viens lorgner le titre de 龍地洞 立ち番 ⁕ Ryūchidō no Tachiban ; Gardien de la Grotte Terrestre du Dragon, et tu penses que nous allons céder à tes demandes aussi Ssssimplement ? » Le titanesque reptile semblait confiant, pas esseulé pour un sou qu'un mortel ait pénétré le sanctuaire. D'un signe de sa langue fourchue, il avait droit de vie ou de mort ici. « Ne vous méprenez pas, je me doute que vous n'avez pas besoin d'un simple mortel pour protéger votre illustre dynastie. Cependant, pensez à combien vos mythes sont bels et bien mythes. Ô combien il serait bon que votre caste soit représentée dans ce monde en guerre. Je suis le plus apte à cela. » Accompagnant ses mots, il tendit son avant-bras et Samehada exécuta l'ordre que venait de lui donner son maître, griffant son bras de ses écailles pour le faire saigner.

« Voici mon sang, Hakuja Sennin. Comme le dit la légende, il est maintenant de votre ressort de m'en défaire complètement ou d'accéder à ma proposition. » Ses yeux d'un bleu de tempête plongés dans ceux du Sage avec autant de détermination qu'il était possible d'exhaler, il continuait ce duel. « Cela fait longtemps qu'un Homme n'a pas foulé cet endroit. Tu me sens pourtant bien imbu de toi-même, Hanzô-kun. » Il se mettait en branle et sans que sa queue énorme fichée autour des poteaux ne bouge, il glissait hors de son siège pour que sa gueule fermée sur son crachoir de fumée vienne face à celle du Kirijin, ne bougeant pas d'un centimètre. Il humait l'odeur du demandeur. « Bien, voyons si tes convictions sont Sssssi inébranlables. »






Dernière édition par Kyūryū no Hanzō le Mar 26 Sep 2017 - 14:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Mar 26 Sep 2017 - 2:31

« SAMEHADA YA HAKUJA SENNIN ▬ KIRIGAKURE RAKUINKENSHI NO MONOGATARI ♛ KETSUMEI »
鮫肌や白蛇仙人 ▬ 物語 落胤剣士 霧隠 ♛ 血盟
Samehada et le Sage Serpent Blanc
le Conte de l’Épéiste Bâtard de Kirigakure ♛ Pacte de Sang





Toujours plongé dans son regard comme s'il était victime d'un Genjutsu, le Sabreur savait que ce qui suivait serait peut être traumatisant, ardu et que même avec Peau de Requin à ses côtés, la moindre erreur serait synonyme de mort imminente. Mais il était prêt, pour tester ses limites, pour savoir si sa propre progression reliée à l'objet de ses désirs maintenant entre ses mains marquait une différence avec l'ancien Hanzô. Si il méritait son surnom.

[...]

Il était méconnaissable. Son torse nu couvert de morsures et de déchirures, le souffle si court qu'il semblait arrêter de respirer par longs à-coups. Autour de lui, des reptiles de toutes les tailles gisaient dans des flaques de sang énormes, dont le sien qui venait à s'y mélanger pour teinter le pourpre d'un carmin moins prononcé. Son essence dilué, tout sourire, il était à une tape sur l'épaule de s'écrouler et son épée ne pouvait l'aider à panser ses plaies tant elle avait été utilisée lors du combat et elle aussi malmenée.

Il tremblait d'excitation, pourtant. Prêt à finalement affronter le Grand Sage Blanc et à y abandonner ses dernières forces à l'aide de la dernière carte de son répertoire, récemment travaillée mais peu maîtrisée. Tout autour d'eux, d'énormes quantités d'eau s'échappait des pores du sanctuaire, nettoyant un peu l'hémoglobine. Dans la bataille, Hakuja avait perdu bien des fils mais pourtant il sifflait d'envie et de contentement ; il avait trouvé un Homme capable de porter le fardeau de sa tâche, l'un de ceux qu'il pouvait considérer. Hanzô n'en avait aucune idée et ses doigts tenaient toujours, à deux mains toutefois tant il était fatigué, le manche sable du Squale, le crâne au bout du manche orné du même liquide vital qui s'écoulait de ses plaies.

Était-ce au moins réel ? Il avait cette impression de perdre pied, comme si la réalité devenait intangible et instable, happant ses désirs dans une tempête, un cyclone. L’œil de ce dernier basé sur des sables mouvants qui le tiraient inlassablement vers un trépas assuré mais si doucereux qu'il en paraissait presque attirant. Le goût de fer dans sa bouche, l'odeur du renfermé millénaire mêlé à celle de la chair exposée aux zéphyrs impétueux, tout cela semblait irréel.

Et pourtant il était bel et bien là. Il s'avança entre les cadavres vers le commanditaire, lâchant d'une de ses dextres le manche, ce qui fit traîner le bout et les dents de la Tueuse contre le sol. Le Kaguya arrivait pour le dénouement. Alors qu'il n'était qu'à quelques mètres, prêt à porter son coup, il fut interrompu par le sifflet sévère mais qui sembla la première étape d'autre chose.

« Bien. Ssssc'est d'accord. Tu as prouvé que nous pouvions te redouter, Sentinelle de la Cave. Ne reviens jamais défait. N'invoque jamais la personnification de notre puiSssance sans raison valable. Ne révèle jamais l'emplacement de cet endroit. Sois l'incarnation du Grand Sssserpent Blanc. Quand tu en Ssseras digne, tu recevras mes enseignements. Maintenant, va. »

Sa gueule se ferma sur ses derniers mots et un serpent miniscule glissa à la surface de l'eau, apportant avec lui un petit rouleau qu'il n'avait aucun mal à porter. Quand il se tortilla pour le détacher, le Pacte s'agrandit pour faire la même largeur que l'épée du Kirijin, bien que de moitié moins long. Réunissant le peu de force qu'il lui restait, Hanzô du Torrent le déplia en tirant la partie scellée par de la cire et put voir que la liste des précédents possesseurs était tout simplement vierge. Sans avoir besoin de recourir à une taille, il appliqua sa paume ensanglanté contre le papier, ce qui pourvoya son bras d'un tatouage instantanément, représentant un sceau contenant un Ouroboros.

Reconnaissant, il ne prononça pas un seul mot et se contenta de poser un genou à terre. Voilà qu'il était le garant du pacte des Serpents, son Maître Invocateur, ledit Gardien du Ryūchidō. La fierté, la douleur, la vanité, tout se mêlait dans un flot impétueux propre à un Torrent, car c'est ce qu'il était ; une multitudes de choses, de souvenirs et d'idées allant vers le même point sous les embruns de vagues titanesques et indomptables, engloutissant les problèmes et leurs solutions ; les villages et leurs décisions ; les shinobis et leurs techniques ; le chakra et ses applications. Kyûryû no Hanzô, l'Homme qui changerait un jour la face du globe par ses idées et sa détermination ; qui rendrait Kirigakure no Satô si fière d'avoir dans ses rangs un tel shinobi que son neveu, ses amis et ses connaissances ; tous devraient avouer la chance qu'ils avaient eus de le cotoyer s'il venait à disparaître dans ses élans.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

SAMEHADA YA HAKUJA SENNIN ▬ KIRIGAKURE RAKUINKENSHI NO MONOGATARI ♛ KETSUMEI

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: