Derniers sujets
» Entrainement à l'épée n°1 - Shiori
Aujourd'hui à 23:25 par Watanabe Shiori

» Le blondinet s'ennui !
Aujourd'hui à 23:21 par Aami Shôran

» Encore ... ? [Pv Shuu]
Aujourd'hui à 23:20 par Metaru Reiko

» Deux épreuves pour le prix d'une (ft. Y. Kagero & N. Sayo)
Aujourd'hui à 23:14 par Aburame Shizen

» [Equipe #4] Première rencontre matinale
Aujourd'hui à 23:06 par Kanashīdesu Inja

» Impact [Sayo N.]
Aujourd'hui à 22:35 par Nara Sayo

» La chieuse en tenue d'infirmière... [Ft.Sayo]
Aujourd'hui à 22:30 par Nara Sayo

» C'cadeau Senseï | Shojito
Aujourd'hui à 22:18 par Nara Sayo

» Pile ou face ? | Frero
Aujourd'hui à 22:03 par Nara Sayo

Partagez | 

La définition de l'Identité | PV. Kyūryū no Hanzō


Lun 25 Sep 2017 - 21:35

Je déprimais toujours. Oui, ce n'était pas vraiment une phrase qui m'allait. Une dépression ne pouvait arriver que lorsqu'on était déçu de la vie, ce qui implicitement voulait dire qu'il y a eu un moyen dans notre vie où nous étions heureux. Mais dans mon cas, je n'avais jamais eu d'attentes particulières envers ce "cadeau". Néanmoins, cela ne voulait pas dire que la vie me décevait constamment. Lorsque l'on savait que quelque chose était inutile, on l'évitait tout simplement. Voilà quel était ma véritable façon de vivre, j'évitais de vivre. Je me contenter de marcher à côté de ma route de vie, je restais sur l'herbe, je ne croisais aucun caillou sur mon chemin. Quelque part, ça avait quelque chose de plutôt noble. Il m'arrivait même parfois d'être fier de ma philosophie. Et puis, il y a eu cet évènement.

"La honte du survivant"

Connaissiez-vous ce phénomène ? C'est ainsi que l'on qualifiait ce moment où un soldat, après avoir perdu tous ses alliés sur le champ de bataille, finissait par survivre et rentrer seul au bercail. Le poids des remords s'accumulaient, et le soldat en question n'osait plus se montrer, jusqu'à vouloir se tuer lui-même afin de se faire pardonner. C'est ce sentiment amère qui m'envahissait depuis mon retour de Shîto. J'avais été confronté au chef du Soshikidan, et j'avais lamentablement échoué. En prime, de mes deux alliés, l'un fut gravement blessé... Et l'autre mourut. Le retour fut difficile pour moi, je remettais en doute mon propre grade, ma propre philosophie, celle que je clamais à qui voulait l'entendre. Aujourd'hui, j'avais besoin de recommencer.

La Confrérie des Sabreurs. Récemment, ils avaient accueillis un nouveau membre, j'étais présent lors de son "adoubement", en simple spectateur bien entendu. Le maniement du sabre. Le lien qui unissait un Sabreur à son arme, il s'agissait là d'un sujet qui m'intriguait énormément ces derniers temps. Je ne souhaitais pas devenir un Sabreur, et ni même rejoindre leur Confrérie, mais je pensais qu'en m'engageant dans une nouvelle voie, je pourrais me définir autrement. Pourquoi je pensais à cela maintenant ? Ce matin, en me réveillant, je reçu un ordre de mission à l'intérieur du village. Un réseau de trafic de drogue s'était installé durant l'Examen de Shîto, à Kiri. Ainsi, j'avais été chargé de le démanteler en infiltrant le réseau. Une mission relativement classique en somme. Cette missive s'effectuait à deux. Je m'étais donc passivement préparé, et avait rejoint le point de rendez-vous, un "faux" magasin de vêtement sur la marché ouvert de Kiri, géré par les administrations Kirijin. Alors que je tirais une latte de ma clope, je restais debout face à l'enseigne, observant le shinobi en face de moi.

- .Kyūryū... No Hanzō ? C'est ainsi que les gens t'appellent non ? Sacrée "épée" que tu as là en tout cas.

La chance que j'avais. Cet homme allait peut-être pouvoir me sauver la vie, et ça, ce n'était pas rien ! Mais bon, pour l'heure, il devait d'abord savoir à qui il avait affaire. Retirant ma clope bien entamé, je la fis tomber au sol avant de l'écraser, avant de pousser un profond soupir, le regard encore plus ennuyé que d'habitude.

- C'est un plaisir et un honneur de t'avoir pour partenaire. Noah. Yuki Noah. Enchanté.

Je lui tendis alors ma main, dans le but de serrer la sienne. Je n'étais pas habitué à ce genre de formalités. Mais il fallait bien une première fois à tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Mer 27 Sep 2017 - 20:37

« First you get a swimming pool full of liquor and then you dive in »





Le jour venait de se lever sur Mizu no Kuni et bien avant lui le Torrent avait décidé d'écourter sa nuit sans rêve pour converser un peu avec Samehada, qui avait beaucoup à dire. Malgré qu'elle fut dépourvue à la naissance du don de parole, ses grognements et son flux de chakra pouvaient déjà dire et communiquer beaucoup d'idées, de palabres et de concept. Assis en seiza devant la Belle Écailleuse, posée sur un socle de bois qui l'élevait au niveau du torse nu de son propriétaire et ami, le Jônin Kirijin avait posé une main sur la base de son bien et l'autre sur mon genou, ses yeux mi-clos ne pouvant être attiré par l'aube et son spectacle à couper le souffle dans les Brumes qui enserraient l'endroit, faisant sa réputation et son mythe.

« Tu ne comprends pas, Samehada. Je me dois d'être celui que le village a besoin et je ne peux céder à tes intentions. Bien sûr que je les partage, ne sois pas stupide. Je suis toujours le même, et mes ambitions demeurent intact. Sans ces responsabilités et mon poste dans la confrérie, pour toi hein. On serait déjà dehors à chasser de quoi te nourrir. Je te promets qu'une fois que tout sera plus calme, ou à la moindre occasion, nous partirons toi et moi chercher une proie. Tu me connais, ma Belle, jamais de paroles en l'air. » Il lui sourit avec toute la candeur d'un enfant devant son plus proche parent et elle ronronna en retour, convaincue. Ses écailles frémissaient d'une douce vibration. Elle était si jolie, éclairée par les rayons de l'astre solaire. Si elle avait été incarnée en une femme de chair et d'os, Peau de Requin aurait été magnifique, il n'en doutait pas.

Il resta là encore quelques dizaines de minutes à marmonner des mots au Squale puis se décida à se mettre en mouvement pour se précipiter sous une eau brûlante qui le sortir de sa torpeur. Une fois pourvu de sa tenue des jours habituels consituée d'une ensemble noir uniforme et d'une veste blanche aux contours mordorés, le tout laissant entrapercevoir la balafre entre ses pectoraux, il attacha son arme dans son dos et prit la direction indiquée par le rouleau reçu plus tôt dans la soirée, prêt à mettre en œuvre ses compétences de pisteur et de shinobi, pour ne pas faire mentir sa légende.

Arrivé à l'enseigne de vêtements qui servait de couverture aux lancements d'opérations internes propre au village, le personnage haut en couleurs n'eut aucun mal à être repéré par une personne aux cheveux bruns qui venait lui-même d'arriver une petite dizaine de minutes après lui, le Torrent toujours en avance sur ses horaires.

« Hajimemashite, ravi de collaborer avec le clan Yuki. Son nom est Samehada. Fais attention, elle t'entends. » Plus pour en rire qu'autre chose, elle se déplaça de quelques centimètres sur son épaule comme si elle était heureuse d'être le centre d'attention pendant quelques instants. Le Torrent serra sa main avec vigueur, sans aller jusqu'à l'écraser mais en démontrant une force en adéquation avec celle qu'il pouvait déployer.

« Pour ce qui est de notre mission, que sais-tu à propos de ce réseau ? Et qu'est-ce que tu préconises ? » Il avait déjà une idée de la façon d'accomplir la tâche mais il ne pouvait s'empêcher de savoir à qui il avait à faire, voir son aptitude à la stratégie.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Sam 30 Sep 2017 - 2:31

- Yo, Samehada, ravi de te rencontrer.

D'un air détaché, j'observais l'arme de mon partenaire de mission pendant un bref instant, avant de moi-même serrer la main à celui que l'on surnommait le Torrent. Je devais avouer qu'il avait une sacrée poigne, c'était ainsi qu'il maniait cette arme consciente ? Les Sabreurs étaient vraiment à part, une force de frappe dont Kiri pouvait être fier, et moi-même, en tant qu'habitant Kirijin, je me sentirais en sécurité avec de telles personnes... Mais la réalité était que je m'en foutais. Si le Sôshikidan attaquait notre Pays, un type comme lui pourrait-il réellement rivaliser avec les capacités de ce Nara ? Je me permettais d'en douter. Défaitiste ? Peut-être. Je ne laissais que rarement de la place au doute mais quand il y en avait, il prenait toute la place.

Hanzō me questionna ensuite sur le fond de notre mission du jour. Me grattant l'arrière de la tête, je me tournais vers la boutique en poussant un profond soupir. Qu'est-ce que je préconisais ? Fallait vraiment falloir arrêter de vous reposer sur moi, j'étais plus du genre à rester en arrière vous savez. De toute façon, je n'avais aucune carte à jouer, inutile de jouer le shinobi efficace.

- Aucune idée. Le type qui gère la boutique doit nous informer là-dessus. Donc... Allons-y.

Oui, c'était le mieux à faire. J'allais lentement m'effacer, laisser Hanzō briller de par ses capacités qui lui avaient valu son surnom, et je retournerais dans ma léthargie en réfléchissant à mes ambitions bancales. La Sérénité ? La véritable Paix ? Quel genre d'idéalité j'étais au juste ? J'avais pris les armes pour des désirs purement égoïstes, et voilà que je déprimais parce que j'étais le seul indemne de tout ce foutoir de Shîto ? Oy, faudrait arrêter de se contredire deux minutes, Yuki Noah. Si j'étais un tant soit peu expressif, je pourrais même en rire. Une fois à l'intérieur du bâtiment, une jeune femme à la crinière rousse nous accueillit alors d'un grand sourire, avant de prendre un air plus sérieux en reconnaissant nos bandeaux.

- Le marché noir de Kiri est le centre névralgique de toutes sortes de trafics. En général, ces derniers se font par l'intermédiaire d'entrepreneurs privés, notamment dans le but d'esquiver les autorités plus facilement. Cependant, un réseau a finit par se créer durant l'Examen International. Aujourd'hui, une véritable toile d'araignée s'est tissée dans le village. Nous avons pu prendre un rendez-vous avec l'un des leaders de ce réseau, un certain Kassiopée. A vous de vous faire passer pour des apprentis trafiquants, et de démanteler cette organisation de l'intérieur.

Une infiltration ? Pourquoi pas après tout. Changer d'identité pendant un temps pourrait m'aider à vrai dire. Me grattant l'arrière de la tête, j'attendais la suite de ses explications, un peu gêné.

- Des questions ?

Oh. Elle avait finit en fait. Ne prenant pas la peine de réfléchir, je retirais mon bandeau avant de le lui tendre, et de me diriger vers la sortie. M'arrêtant face à la porte d'entrée, je reportais mon attention sur mon partenaire à la Samehada.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Lun 2 Oct 2017 - 20:43

« First you get a swimming pool full of liquor and then you dive in »





Noah avait au moins une qualité ; il n'était pas trop zelé en sa présence, ce que beaucoup d'autres Chûnins et plus bas-gradés ne partageaient pas avec lui. Peut être parce qu'ils avaient entendu parler de son lien avec l'autorité en place, le Nidaime, de sa réputation de combattant émérite ou simplement de part son grade hierarchique élevé. Lui n'en avait visiblement rien à cirer ce qui n'embêta pas le Torrent qui cherchait simplement à jauger le fumeur plus qu'à tirer de lui une marche à suivre.

Quand il salua Samehada, le Requin lui répondit d'un grognement de contentement de ne pas avoir été ignoré. Cela arrivait, beaucoup ne comprenant pas le caractère de l'épée qu'il maniait et le fait qu'elle était bel et bien pourvue d'une conscience, comme un être humain, avec ses manières, ses sautes d'humeurs et ses sentiments, si bizarres soient-ils.

Ensuite, il en vint à écouter une rouquine, visiblement la mieux informée des trois, sur les tenants et aboutissants de cette mission qui se révelait d'une certaine importance. Hanzô n'avait rien contre les camés mais le trafic souterrain pouvait nuire à celui de la surface, il était donc de mise d'en nettoyer la Brume.

« Pas de questions. Donnez-moi seulement le rapport préliminaire et les descriptifs des individus que nous allons hameçonner. » D'un signe de tête, elle revint avec ses demandes sous la forme d'un dossier. Amusé de devoir avancé à visage masqué, il en tira les conclusions nécessaires mais ne se dépourvut pas pour autant de son épée pourtant voyante. Quand le moment viendrait il avait bel et bien une idée pour se travestir de sorte à n'être point reconnaissable.

Il rejoignit le Yuki sur le pas de la porte puis commença à marcher vers les abords des quartiers commerçants où aurait lieu la rencontre. Peu bavar, il se contenta de lire dans un premier temps, pour en apprendre plus sur ce Kassiopée qui semblait bien mystérieux. Les seules informations étaient qu'il fut un temps shinobi et qu'il avait stoppé l'exercice pour entrer à la retraite anticipée et se reconvertir dans l'export à l'aide de bateaux.

« Tu disposes d'aptitudes particulières ? Hormis ton Hyôton, j'entends ? » Il ne l'avait toujours pas regardé, les yeux rivés sur les dernières lignes de son document indiquant les lieux de résidences, celui de la rencontre. « Je suis pas vraiment spécialisé dans la discrétion. Allons-y doucement, et dès qu'on aura le type en vue, arrangeons-nous pour avoir une discussion privée. Le reste... » Il le regardait maintenant dans les yeux, sourire carnassier ornant son faciès laiteux.





_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Jeu 5 Oct 2017 - 17:52

Ce type était plus professionnel que je ne le pensais, tant mieux. J'avais peur que son look de délinquant -parce qu'il était habillé comme un truand, son visage indiquait qu'il était un criminel, excusez les jugements de valeurs- n'atteigne aussi son comportement, mais la manière dont il écouta attentivement les paroles de la jeune secrétaire et comment il avait répondu m'avait placé de suite dans une position de confort qui me détendit quelque peu. Il avait même penser à prendre le dossier en me rejoignant, quel homme ! D'un soupir, nous nous mettions alors en marche, silencieux, préférant laisser Hanzô se concentrer sur sa lecture. Les détails ne m'intéressaient pas vraiment. C'était une mission d'infiltration au sein de Kiri, se contenter de jouer les jeunes pousses avides d'argent devrait suffire.

Malheureusement, je ne savais pas jouer la comédie.

Le porteur de la Samehada commença alors à récolter des informations sur mes capacités de shinobi, sans décrocher son nez de ses documents, me laissant le temps de réfléchir à la question. Hormis le Hyôton, hein ? Pas grand chose à vrai dire. Enfin, aucune capacité qui pourrait s'avérer utile pour une mission de la sorte. Me grattant l'arrière de la tête, je répondis d'un ton neutre, le regard rivé droit devant moi.

- Je me spécialise en Taïjutsu... A l'avenir, j'aimerai aussi m'entraîner au Kenjutsu. Malheureusement, je ne possède rien de vraiment intéressant pour ce type de mission... Et toi ?

Il était de la Confrérie. J'avais volontairement évoqué ma volonté de m'orienter vers le maniement d'armes, car j'avais également l'intention de me mêler un peu des affaires des Sabreurs. Rien de bien méchant, juste histoire de pouvoir faire revivre ce Yuki Noah qui avait perdu la vie. Quel mélodrame je faisais de mon existence n'empêche. Je détestais déprimer, c'était ennuyeux au possible, et pourtant c'était tout ce que j'étais parvenu à faire depuis mon retour à Kiri. Pas spécialisé dans la discrétion, hein ? Avec une telle amie à tes côtés, tu m'étonnais que tu étais peu discret, le Torrent. M'apprêtant à reprendre la parole, je fus alors coupé en plein élan... Bousculé par un mystérieux individu encapuchonné. Ce dernier tomba à terre, et se releva en toute hâte, ramassant les sachets qu'il venait de faire tomber à terre.

- Pardon, pardon pardon...

Haussant les sourcils, je remarquais alors un drôle de piercing qu'il avait au nez, dépassant de sa capuche. Zieutant le dossier que tenait Hanzô dans ses mains, je pouvais voir une photo du fameux Kassiopée... Et la connexion fut toute simple.

- C'est toi, Kassiopée ?

L'individu s'arrêta alors, restant figé pendant quelques instants, avant de relever doucement la tête afin de nous fixer de ses yeux ambre. Il était roux. Un détail insignifiant peut-être, mais que j'avais jugé nécessaire de noter. Déglutissant doucement, il prononça quelques mots.

- C'est vous les nouveaux... Suivez-moi vite !

Il finit alors par ramasser ses sachets et de se relever, avant de se mettre à courir en s'engouffrant dans une ruelle. Bouche bée, je lançais un regard vers la ruelle, puis derrière moi, voyant alors deux shinobis qui couraient vers nous.

Notre vie de trafiquant venait de commencer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Sam 7 Oct 2017 - 19:48

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »



La réponse du Yuki dépressif ne se fit pas attendre et il déclina son plus gros point fort à Hanzô. Comme lui il était un féru de Taijutsu, sans utiliser d’épée cependant. Il miroitait dans ses yeux et ses paroles l’envie de changer cela et il n’allait pas sans lui rappeler son vieil ami Sôsuke qui lui aussi regardait les épées légendaires et leurs manieurs avec cette lueur intéressée. En fouillant bien dans sa mémoire d’ailleurs, il lui semblait avoir aperçu Noah lors de son affrontement avec Tetsuko pour récupérer Samehada. Il ne souleva pas ce point, tout en finissant d’écouter ce qu’il avait à dire. Il aurait été malvenu d’ignorer la rhétorique de la question et le Torrent se prêta donc lui aussi au listing de ses aptitudes. « Comme tu as pu le deviner, je me défends en Kenjutsu. Mes autres talents sont le Ninjutsu et plus particulièrement le Suiton, qui va d’ailleurs très bien avec ton don de naissance, ainsi que la sensorialité. » Sans s’étendre plus il paraissait aussi sincère que possible, ayant énuméré ses plus grandes qualités pour opérer en duo. Il se passa bien de décrire tous les aspects du Squale, il finirait bien par les découvrir aujourd’hui. Elle grogna tout de même pour montrer son mécontentement de n’être point citée.

Bientôt un étrange bonhomme vint les heurter et il fit tomber au sol ses biens, en la présence de petits packages qui contenaient, comme de par hasard, les fameux narcotiques sur lesquels ils enquêtaient. Et la coïncidence ne s’arrêta pas là puisque en y regardant bien sous le drapé de son revêtement, cet homme n’était autre que celui qu’ils recherchaient. Glissant vite fait bien fait le dossier dans une de ses poches, il fit un petit signe de tête à Noah. Visiblement ils n’auraient pas besoin de se déguiser, et l’homme trop hâtif de se cacher de ses poursuivants, ne remarqua pour l’heure pas l’immense épée d’Hanzô.

Le rouquin se mit alors à les inviter à le suivre, ce que fit le Jônin accompagné du brun, le trio partant à toutes jambes loin de l’agitation de la rue principale vers une autre plus étroite, des hommes aux bandeaux de la Brume les talonnant. « C’est dans l’entrainement du parfait petit bicraveur les courses poursuites pour rencontrer les grossistes ? » Sa voix se voulait moins rauque et gutturale que d’habitude, comme s’il camouflait sa vraie nature imperturbable, son vocabulaire changeant aussi. Aujourd’hui il était ‘La Bête Bâtarde’, celle-là même qui avait survécu dans Mizu en faisant bien pire que vendre un peu de poudre blanche.



_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Dim 8 Oct 2017 - 11:49

Et donc, nous nous étions mis à suivre ce curieux Kassiopée à travers les bas-fond de Kiri, tentant de semer des gardes qui officiellement, nous étaient hiérarchiquement inférieure. Poussant un profond soupir, je déportais mon attention vers Hanzo, afin de repérer des réactions qui m'indiquerait son état d'esprit. Visiblement, il semblait plus qu'éclairé sur la situation. En même temps, il fallait avouer qu'il avait vraiment la tête d'un criminel, c'était si flagrant que je me sentais toujours mal à l'aise en sa présence. Je revenais alors sur ses paroles. Il maîtrisait le Kenjutsu -quoi de plus normal- et se spécialisait également en Suiton, un élément qui se complétait assez bien avec le Hyôton, comme il l'avait lui-même souligner.

- C'est peut-être un signe du destin..

Bifurquant de ruelle en ruelle, nous continuons de suivre Kassiopée à la trace, qui finit alors par s'engouffrer dans la porte d'un bâtiment délabré, dans un coin assez reculé du centre-ville. Finalement, les gardes nous avaient perdus de vue, c'était déjà ça de prit. Ennuyé, je m'avançais dans les ténèbres de la pièce, laissant le dealer éclairé la zone, nous permettant de l'observer en profondeur. Chétif, et des vaisseaux sanguins visiblement éclatés dans le blanc de ses yeux, il arborait un look si cliché à l'image que les vieux se faisaient des vendeurs de drogue que je pourrais me croire dans une fiction.

- Ne perdons pas plus de temps. On m'a dit que vous étiez motivés pour rejoindre l'entreprise, vous avez un vécu ?

L'entreprise ? Il osait même employer ce mot pour définir leurs activités ? A croire qu'ils se prenaient vraiment au sérieux dans leur délire. Dénichant une chaise non loin, j'allais m'asseoir tranquillement, tout en observant le dealer disposer les nombreux sachets remplit d'une poudre bleuâtre sur une table, continuant de parler.

- Evidemment, on peut pas vous prendre comme ça. Va falloir vous mettre à l'épreuve. Et puis que vous fassiez un peu connaissance avec vos collègues... Avec un peu de chances, vous aurez même la chance de rencontrer la Marraine !

La Marraine ? Notant cette information dans un coin de ma tête, je tentais de réfléchir à un mensonge crédible, avant de soudainement déposer mon regard sur Hanzô.

- J'suis son assistant. A l'époque, on était connus comme le Duo Infernal à Kiri.

Je passais la main à mon partenaire du jour. J'avais repéré que son langage avait changé durant notre poursuite. Peut-être que finalement, le Torrent avait réellement connu un passé sombre ? Ça expliquerait la gêne que j'avais à ses côtés. Et puis, il semblait assez proche de Yuki Tetsuko, probablement le type le plus perturbé du Pays. Nan, définitivement.

Hanzô n'était pas commun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Dim 8 Oct 2017 - 17:32

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »



Le destin, hein ? Cette notion avait souvent guidé ses pas mais il s’était rendu à l’évidence ; il n’y avait pas de hasard, pas de coïncidence. Tout événement, toute rencontre, tout menait à un but plus grand et difficile à percevoir en tant que simple mortel, simple shinobi. Mais pour l’heure il n’était pas le temps aux incartades philosophiques, il avait des mètres d’asphalte à parcourir, ses grandes jambes musclées lui permettant de facilement tenir la cadence du dealer de petite envergure, ayant néanmoins mainmise sur les trafics alentours ; était-il vraiment le cerveau de l’affaire ?

Presque un kilomètre dévalé plus tard, l’encapuchonné les fit rentrer dans une vieille bâtisse ne payant pas de mine, sûrement abandonné qui servait sûrement à son petit cartel comme lieu d’échange ou de livraison. Celui qui consommait autant qu’il vendait s’adressa au duo, pendant que Noah prenait place sur une vieille chaise miteuse, cette dernière incroyablement solide pour tenir le poids d’un homme tant elle était délabrée.

Tendant une oreille attentive bien qu’en apparence affable et hautain, comme le serait un bandit qui jauge et juge, le Torrent ne put s’empêcher de sourire quand son acolyte les présenta comme le Duo Infernal de Kirigakure. Kassiopée avait l’air de gober cette histoire et pour battre le fer tant qu’il était chaud, Hanzô se mit lui aussi à ouvrir la bouche pour abreuver leur interlocuteur de mensonges qui n’étaient pour la plupart pas inventés, provenant d’une réalité déformée pour les besoins de la mission.
« Un vécu, tu dis ? Je suis le Bâtard, l’invaincu au Purgatoire. Tu dois connaître ça si t’es du coin, non ? Y a pas plus sauvage que moi, une fois enfermé dans une cage. » Il déclina son sourire sanguinaire comme une menace préventive, lui faisant comprendre qu’il était loin d’être faible.

« On a servi sous les ordres de Masashi l’Eventreur pendant quelques années avant qu’il rende l’âme pendant la purge. On était à Shito jusqu’à que ce bordel arrive et nous revoilà à l’affut de travail et d’opportunité. » Ce qu’il oubliait de dire, c’est que Masashi avait justement péri, lui et les siens, sous sa propre lame en même temps que nombre d’autres bandits. Il y avait un risque qu’il soit reconnu mais la majorité de ses opposants étant six pieds sous terre, il ne s’en faisait pas trop.

« Les épreuves, on connait. Présente nous qui tu veux, tant qu’on monte vite en selle. Seulement… La Marraine ? On va taffer pour une femme ? J’ai du mal à l’croire, on a des gueules de p’tites servantes ? » Forçant la misogynie, il avait envoyé beaucoup d’informations au dealer qui semblait perdu dans ses pensées, entre l’allègre de trouver telles recrues et le méditatif de comment procéder à la suite. La drogue bleue dans ses veines ne devait pas aider.

« J’ai entendu parler du Purgatoire oui.. La Bête hein ! Le Duo Infernal… Oui, oui. Ah, ce bon vieux Masashi, un saint homme comme peu ! Il ne manquait jamais un ryô quand il te payait, ce salopard ! Paix à sa vieille carcasse. » Il renifla bruyamment et leva les yeux au ciel, pensif. « Oh pas n’importe quelle femme ! Crois-moi, tu la rencontreras et toutes tes idées préconçues disparaîtront. Si vous passez les tests bien sûr ! On ne rigole pas, mine de rien depuis ces conneries avec la vieille truie et le nouveau patron, on en a bien profité pour étendre la toile. Le four tourne vingt-quatre sept vieux ! »


_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Ven 13 Oct 2017 - 22:50

Et voilà que je commençais déjà à perdre le fil. Sérieusement, quelle idée avais-je eu d'accepter cette mission ? J'aurai été bien plus utile à la société en restant comateux sous mon lit. M'enfin, ce qui était fait était fait après tout. Je songerai plus tard à trouver un moyen de contrôler le Temps, avec un grand T. Pendant que mon partenaire de mission prenait les choses en main en nous fabriquant un mensonge plus vrai que nature -à tel point que je commençais à me demander si certaines parties de son récit n'étaient pas vrais- je sortais une cigarette de la poche de ma veste, l'allumant et tirant une latte, tout en réfléchissant.

Apparemment, ce Kassiopée n'avait pas eu grand mal à nous faire confiance, je trouvais même cela un peu suspect. Des individus tels que nous à qui il donnait tant d'informations en si peu de temps... Je devais imaginer qu'il était une nouvelle recrue... Ou alors que le feu de l'action l'avait poussé à s'appuyer sur d'illustres inconnus... Ou bien...

Je tiquais alors lorsque Hanzô prononça le nom de Shîto. Il était à Shito lui aussi ? Pourtant, je ne l'avais vu sur aucun des navires menant au Pays du Feu. Et... Une tête comme lui, ça ne passait jamais inaperçu. Finalement, l'histoire de Hanzô sembla fonctionner à merveille auprès de notre grand ami, qui n'hésita même pas à cracher dans le dos de notre regretté Shôdaime. D'un soupir, j'expirais une nouvelle fumée de ma bouche sans boucher de ma place, tandis que le dealer reprenait la parole.

- En parlant d'four... Suivez-moi, on va régler cette connerie de teste en deux-deux, et vous faire entrer dans l'moule !

Reprenant alors ses sachets de poudres, Kassio' les rangea dans un sac à dos qu'il sortit d'une armoire, signe que ce bâtiment avait dû être prévu pour notre arrivée. Puis, il tourna les talons et, d'un signe de tête, nous invita à sortir par la porte de derrière avec lui. Discrètement, Kassio' surveillait que la pièce derrière était déserte, avant d'ouvrir une trappe posée au sol, nous offrant la vue d'un escalier en pierre semblant s'enfoncer loin dans les Abysses.

- Avec l'histoire de Namida, on avait perdu notre principal repère sur Mizu... Mais personne ne pourrait s'dire qu'il existe un second Kiri... En-dessous de Kiri, pas vrai ?

Ils s'étaient donc établis sous terre ? La vie était réellement possible ? Je pensais que le marché noir était leur Q.G, mais évidemment, si ça avait été le cas, le village les auraient déjà appréhendés. Silencieux, j'emboitais le pas à Kassio' en lançant un discret regard vers Hanzô.

- T'sais, on va peut-être s'enfoncer en Enfer là..

Lançais-je, tout en écrasant ma cigarette au sol, avant de reprendre.

- J'tenais juste à dire que t'avais une tête qui correspondait bien... Allons-y

Une insulte ? Absolument pas. Je pensais qu'il était essentiel pour une équipe en infiltration de pouvoir se faire confiance. Et si ce Sabreur m'inspirait tout sauf de la confiance, l'aura qu'il émanait m'empêchait formellement d'en faire un ennemi potentiel. Alors, montrons-nous honnête dans notre désespoir. Descendant les marches de l'escalier, Kassio' prit une torche qui était entreposé au mur et l'alluma, avant de nous montrer une nouvelle porte en bois, à laquelle il toqua, avant de voir une petit ouverture s'ouvrir, laissant apparaître deux yeux nous scrutant de derrière la porte.

- Mot de passe ?
- Arc-en-ciel d'amour !

... Silence.

Bouche bée, j'observais Kassiopée qui venait probablement de prononcer le mot de passe le plus ridicule de toute l'Histoire. Ce dernier, sentant des yeux l'épier, se retourna avec un sourire gêné, se grattant la joue avant de se justifier.

- Croyez pas hein... C'juste pour brouiller les pistes..

Et la porte s'ouvrit alors. Donc, c'était un véritable mot de passe, et valide de surcroît ? Je ne savais pas dans quel genre de trafic on venait de tomber, mais tout cela ne me disait rien qui vaille. Nous invitant à entrer, je pris néanmoins mon courage à deux mains, posant mon regard blasé sur ce nouveau monde souterrain qui s'offrait à nous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Sam 14 Oct 2017 - 17:54

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »




Le mot de passe était risible mais pas moins que l’accoutrement de l’homme, l’emplacement du sous-terrain –tellement en pleine vue qu’il en devenait difficile à trouver– ou le nom de leur contact qui semblait être un pseudonyme tant c’était original. Hanzô n’avait jamais connu de personne portant ce patronyme.

« J’ai déjà vu l’enfer et cette porte et ces gens sont bien loin du Purgatoire et de ses gardiens. Pour ce qui est de ma face, je mentirais si je trouvais ta remarque inadaptée. » Lâcha-t-il bien conscient que son masque osseux et sa présence dégageait ce côté peu rassurant et même machiavélique. Si Noah le voyait combattre il comprendrait l’étendue de la justesse de son raisonnement. Cela en faisait-il forcément quelqu’un à qui on ne pouvait se fier ? Le loup féroce ne pouvait-il participer tout de même à la vie de la meute et aider les autres mâles ? Le temps le leur dirait.

La porte s’ouvrit donc juste après ses mots, tandis qu’il jugeait clairement le dealer du regard comme pour se moquer de son brouillage de piste très tendancieux. Ce dernier semblait faire le pitre, se donner en spectacle et renvoyer une image sûrement fausse ; c’était un monde de shinobis et beaucoup jouaient sur les apparences. Il n’en était pas moins amusant de le regarder s’empêtrer dans ses fables et ses plans et si Kassiopée leur voulait du mal ou avait déjà compris, il ne s’estimait pas pour autant en danger. Cela le faisait même saliver. Il devait dessouder le cartel et pour ça quoi de mieux que de se retrouver sans masque au milieu de celui-ci ? Pourtant le Torrent bien trop calme ne fit rien pour aller dans ce sens car c’était les responsables qu’il visait, et avant toute chose il fallait les identifier.

Il s’offrit donc à leurs yeux ébahis –ou presque- une économie parallèle où de nombreuses personnes qui s’affairaient ça-et-là à voix basse semblaient profiter de la quiétude pour chuchoter, les messes basses devenant pactes et accords ; beaucoup de drogues, à en juger par les quantités faramineuses présentes, transitaient ici.

Leur guide les mena plus loin et ils marchèrent pendant quelques minutes au travers, Hanzô baissant la tête et remontant sa capuche sur son visage pour éviter d’être reconnu par un des criminels. L’assemblée semblait somme toute trop occupée pour faire attention au géant de chair et d’os ainsi que son acolyte clope au bec. Kassio’ parla un peu pendant le petit trajet, mais ses banalités n’ayant aucun rapport avec l’enquête, il fut simplement ignoré par le Jônin sous-couverture qui prenait consciencieusement soin de photographier dans sa mémoire les quelques visages. Ceci fini, ils auraient des comptes à rendre à la toute-puissante autorité Kirijin à laquelle ils se dérogeaient pour mener leurs affaires.

Il avait été comme eux mais il connaissait les risques à l’époque et il espérait qu’eux aussi. Soit, ils arrivèrent bientôt dans une large pièce, la porte de celle-ci étant estampillée d’un logo obscur représentant deux crocodiles versant des larmes stylisées. À l’intérieur une petite assemblée se tenait, tous assis autour d’une table rectangulaire et quelques torches seulement éclairaient les visages. Pas de femme et donc de chef à l’horizon ; ce qui retenu la Bête Bâtarde de passer à l’action. Il fallait s’armer de patience.

Le duo infernal fut invité à s’asseoir et prendre place tandis qu’un inconnu prenait le relais de la parole, laissant leur escorte prendre place. Il n’était visiblement qu’un pion vu sa docilité. Et si tout cela n’était qu’un piège dans lequel ils sautaient à pied joint ? Samehada elle, semblait tout à fait à sa place, prête à surgir de son linceul pour se nourrir. D’un regard tacite, il fit comprendre à Noah qu’il était bel et bien conscient de la situation et sa dangerosité.



_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Sam 14 Oct 2017 - 21:32

Je m'étais allumé une nouvelle clope alors que nous traversions les allées de cette mini-ville souterraine. Maintenant que j'y pensais, j'avais oublié de prendre des bonbons avec moi. Je ne savais pas combien de temps cette mission allait durer, et manquer de glucose durant ce laps de temps ne me convenait pas, ça me faisait même chier, oui j'osais le dire. Mais bon, c'était aussi ça d'être professionnel. Pas le temps de se reposer, pas le temps de se divertir. Aujourd'hui, j'étais Noah le trafiquant, et j'allais devoir me faire à cette nouvelle identité.

Ce qui ne semblait pas être le cas de mon partenaire à la Samehada, qui rabattait sa capuche dans le but de se cacher. Dans quels genres d'affaires avait-il trempé pour se camoufler de la sorte ? Avait-il déjà repéré d'anciens amis à lui ? Qui sait, tout cela ne m'intéressait pas. Enfin, le passé du Torrent m'intriguait, évidemment. Il semblait avoir une place au sein de Kiri qui m'échappait totalement. Avec du temps, il pourrait même s'avérer être un allié de taille pour mes ambitions. Ces dernières, au point mort, était la principale cause de ma dépression d'ailleurs. Ce serait lorsque j'aurai vaincu ma naïveté, que je pourrais sérieusement reprendre du service.

Observant les diverses substances qui se présentaient à nous, je pu reconnaître certaines d'entre elles, comme étant fabriquées à Mizu no Kuni, tandis que d'autres semblaient avoir été importées. Décidément, la régulation du trafic maritime manquait singulièrement de sérieux. Mais, c'était aussi une autre histoire, et qui nous concernait plus indirectement. Finalement, Kassiopée mit un terme à son blabla sur la vie trépidante qu'il menait depuis qu'il s'était lancé là-dedans, et nous permit de pénétrer dans une nouvelle pièce, où se tenait un comité restreint de personnes probablement influentes dans le réseau. Après avoir prit place, je notais le regard que me lançait Hanzô, avant de croiser les bras, me murant dans le silence.

Un homme d'une forte stature, barbu et au regard d'ambre se leva et prit alors la parole.

- Yuki Sôsuke. Un nom qui risque de fortement poser problème. Nous avons pu profiter des évènements de Hi no Kuni pour étendre notre commerce, et ainsi nous créer une position confortable à Kiri grâce aux efforts de notre Marraine. Mais, notre vie paradisiaque semble finalement touché à sa fin. Cette réunion doit convenir d'une solution pour évincer cet homme que l'on dit proche de l'ancien Daimyô.

Eh bah, ils en possédaient des informations. Me grattant le menton, j'observais le reste de l'assistance qui commençait alors à prendre la parole tour à tour. Attendez. Quelque chose n'allait pas. Pourquoi étions-nous ici ? Nous n'étions même pas officiellement recrutés, et voilà que nous assistions à une réunion qui, visiblement, était de la plus haute importance. Kassiopée revint alors vers Hanzô et moi, nous tendant une lettre scellée.

- Croyez pas qu'on va vous laisser assister à la Réu'. C'était qu'une intro, pour vous montrer qu'on plaisantait pas ici. Cette lettre de recommandation, remettez-la à notre Marraine, elle se trouve dans des bureaux au fond du repaire. Voilà votre épreuve. Si vous sortez de son bureau en un seul morceau, alors vous serez officiellement des nôtres !

Puis, il nous incita à quitter la pièce, alors que les autres s'apprêtaient à aborder des sujets plus sérieux visiblement. D'un soupir, je pris alors la fameuse lettre avant de quitter la salle, accompagné du Torrent. Donc, il fallait qu'on aille au fond, c'est ça ? Une grande allée s'offrait à nous, et si elle semblait vide, il était certain qu'elle ne l'était pas. Me tournant vers mon acolye, je choisissais soigneusement mes prochains mots.

- T'aurais pas des sucreries sur toi ?

Je pense que j'en aurai définitivement besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Dim 15 Oct 2017 - 19:28

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »




Les lèvres à peine trempées dans le breuvage tendu que Kassiopée le leur enleva, prétextant qu’ils devaient maintenant se lancer dans leur épreuve. Tant mieux, ils allaient rencontrer la Marraine. Et elle semblait farouche, la vilaine. Sans dire un mot, bien conscient des propos du barbu et de ce qu’ils soulevaient, le Jônin acquiesça d’un signe de tête franc pour lui faire comprendre que l’affaire était entendue, faisant grincer sans vergognes les pieds de sa chaise contre la pierre en reculant.

Si ces hommes voulaient la peau de Sôsuke, alors il rencontrerait la facette prépondérante de Hanzô, personnifiée par le Squale accroché dans son dos. Heureusement pour lui ces incultes ne savaient rien de l’épée Légendaire et pour cause. Son passé trouble l’avait entraînée hors du village puis dans le dojo des Sabreurs pour enfin revenir de droit au Torrent qui ne la maniait que consciencieusement devant certaines personnes ou s’il y était obligé.

Suivant Noah qui possédait la lettre, il ne se retourna pas, leurs visages imprimés dans son esprit. Les forbans payeraient, plus tard ou un autre jour. Regardant Noah qui semblait réclamer des sucreries, il se fendit d’un rictus et le jaugea avant de répondre, ses pas fendant le couloir éclairé par les torches murales menant jusqu’au repaire de la Mère des Vices.

« La clope, les sucreries. Tu sembles esclave de bien des manies. Qu’est-ce qui peut bien les motiver, hein ? » Il aurait bien développé sa théorie un peu plus mais un couple bras-dessus bras-dessous passa à côté d’eux, la femme portant son homme qui semblait pris d’une douleur immense. Sans y faire vraiment attention, il continua et bientôt ils arrivèrent à un carrefour. Sans un seul mudra, il se contenta de poser sa large patte sur le manche de Samehada orné d’un petit crâne stylisé. Conscient d’où provenait la plus grosse source de chakra, il prit la direction qui suivait, incitant son camarade à en faire de même.

Face à eux une large porte, ornée du même symbole que celle de la salle de réunion. Hanzô frappa par deux fois et pénétra sans y être invité. Face à eux derrière un énorme bureau, assise sur un énorme fauteuil en cuir ; une énorme femme. On aurait dit un Akimichi sous décuplement. Il ne put se retenir de sourire à s’imaginer se battre contre elle dans cet endroit si petit, et cette dernière visiblement surprise les invita tous deux à s’installer d’un signe de sa main graisseuse.

« C’est vous les deux p’tits gars ? Attend voir, cette chevelure bleu.. Hm, tu m’rappelles quelqu’un. Soit, on vous a dit ce qui vous attendez ? » Heureusement pour lui, l’époque de ses déboires les plus célèbres coïncidaient à celle où il était délesté de sa Légendaire.


_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Lun 16 Oct 2017 - 0:09

C'est qu'il posait des bonnes en plus, le bougre. Ce qui motivait mes dépendances ? Oui, on pourrait dire que j'étais totalement accroc à ces choses-là. Néanmoins, Hanzô, les choses n'étaient pas aussi simples. Alors que nous poursuivions notre petit bout de chemin jusqu'aux quartiers de la fameuse Marraine, le Torrent m'avait naturellement posé cette question, ce rictus qui le caractérisait si bien sur le visage. Blasé, je posais mes yeux sur lui, ne répondant pas immédiatement. Il me prendrait forcément pour un fou si je lui donnait les raisons que je considérais comme véridiques. Pourtant, simplement lui donner raison et lui offrir une réponse bateau ne me convenait pas tant que cela. Un soupir s'échappa alors.

- Bah, l'esclavage permet de pas réfléchir. C'est pas si mal.

Ça devrait lui suffire comme réponse, je l'espérais. Après être passé à côté d'un couple visiblement occupé avec des problèmes autrement plus importants que les nôtres, nous bifurquâmes dans un carrefour, poursuivant notre chemin, sentant une légère appréhension monter en moi. Finalement, le chemin ne fut pas si long. La preuve, on était déjà arrivés. Hanzô prit d'ailleurs les devants en pénétrant à l'intérieur de la pièce, le suivant sur les talons.

Trop luxueux. Cette pièce respirait une richesse qui me faisait vomir, on croirait presque voir le Domaine Yuki. Donc, voilà à quoi ressemblait cette fameuse Marraine ? Inattendu, c'était le mot. D'un soupir, j'attendais qu'elle finisse de parler pour finalement lui apporter la lettre, sans ajouter un mot. Le passé du Torrent semblait le rattrape, heureusement qu'elle avait l'air de pas avoir une bonne mémoire. Après quelques minutes de silence, la cheffe finit par éclater d'un rire aussi gras qu'elle, avant de poser son regard sur nous.

- Alors vous êtes les nouveaux de Kassiopée ? Ce gosse est vraiment à fond... Parfait, dites-moi, qu'est-ce que vous attendez de mon business ?

Qu'est-ce qu'on attendait ? En voilà une question. De l'argent, j'imagine ? Ca me semblait être une réponse convenable. Me grattant l'arrière de la tête, je pris la décision de parler en premier.

- Ca a l'air d'être un boulot facile pour s'faire de la thune... Faut bien tenter.

Je ne saurai trop dire si c'est mon visage blasé qui faisait ça, mais je me trouvais drôlement crédible en je-m'en-foutiste notoire. Par contre, employer un vocabulaire aussi vulgaire me gênait un peu. J'y étais pas habitué, faut dire que j'étais issue d'une certaine lignée. Bah, j'en étais pas non plus trop fier, mais fallait avouer que chez moi, c'était pas commun comme langage. Laissant ensuite Hanzô répondre, je restais en retrait, jusqu'à ce que notre "patronne" ne reprenne la parole.

- Parfait... Parfait parfait parfait ! Vous connaissez la chanson j'imagine. Les rookies sont aux services de leurs aînés. Allez faire un tour dans les repaires des autres, demandez leur du travail, faites vous un nom... Et revenez avec des résultats.

Elle nous avait pas écouté en fait. Sa dernière phrase fut prononcé sous un ton qui incluait une certaine menace, évidemment. Donc, on était engagé ? Maintenant, on allait devoir gagner la confiance de chacune des hautes têtes de ce trafic ? Ça me saoulait d'avance... Y avait pas moyen de tout faire péter ? Peut-être une mauvaise idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Mer 18 Oct 2017 - 18:40

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »




Il semblait au fait de ses addictions et très heureux d’y être enchainé. Peut-être un traumatisme. La Purge ? Benten ? Shîto ? Lui seul pouvait y répondre mais il n’était pas leur de questionner son ami le taciturne pour en apprendre plus, la mission prévalait sur sa curiosité. Blasé, il continua au côté du Torrent.

Dans la pièce fastueuse, Hanzô se contenta dans un premier temps d’acquiescer aux propos de son associé du jour et ne chercha pas plus à abreuver la dame qui semblait contente de la réponse. Quoi de plus crédible que des criminels avides d’argent et de ‘pouvoir’. Dans la société shinobi, les moyens de se faire beaucoup d’argents étaient légions mais demandaient de prendre des risques ; cela en était le parfait exemple. D’une phrase courte et presque chuchotée, il confirma Noah et ses dires, un simple Ni plus ni moins.

« On s’en doute ouai. Des résultats alors ; t’en auras. Le duo infernal triple-pèse, on va vendre tellement de poudre que ça va neiger sur le palais brumeux. » Un air stupide greffé au visage qui détonnait avec l’habituel il se leva aussi vite qu’il était arrivé et tourna le dos à la mégère pour reprendre le cours des galeries accueillant les forbans Kirijins. Un bon Suiton aurait lavé la pierre des déchets mais il n’était pas encore temps. Maintenant qu’ils avaient le visage de la femme, il ne restait plus qu’à viser ses lieutenants et de là, ils pourraient se révéler et employer leurs moyens de prédilections pour faire tomber ce château de carte.

La marche fut assez brève puisque revenus sur leurs pas, ils trouvèrent une table où étaient assis une petite équipe de balafrés et autres larbins en train de jouer aux cartes, un beau monceau de drogues en tout genre empaquetées trônant au milieu. Sans attendre le Torrent alla donc vers eux dans le but de les confronter et d’acquérir de quoi revendre, pour montrer patte blanche.

« ’Hayô les gangsterz. Ca dit quoi ? Y a moyen d’toucher un truc en gros histoire qu’on aille l’écouler aux camés ? On vient sur ordre de Marraine. » Bien que peu pris au sérieux au début de sa phrase, prononcer ce terme finit de les convaincre et l’un d’eux se leva, ouvrit une malle et en tira un sac bien dodu en les sommant de s’occuper de ça. Le dézippant, Hanzô jeta un œil au contenu où il y avait bien un kilo de différentes substances, rendit la politesse d’un merci sans même regarder l’interlocuteur et prit la direction de la sortie. Une fois seuls, prêt du point d’entrée du souterrain, il s’adressa à l’autre Mizujin.

« On va poser ça, récupérer les fonds de la ‘vente’ puis on rentre dans la grosse et on s’arrange pour que personne ne sorte pour en parler ? Ou tu veux ptêt qu’on se tape tous les mécréants de la création et qu’on gagne leur confiance ? »




_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Dim 22 Oct 2017 - 18:46

Est-ce qu'on a déjà eu un Yuki dealer dans la famille ? Je n'en avais aucune idée. Une ligne "noble" comme la nôtre n'avait bien évidemment pas le besoin de ce genre de trafics pourris, mais on répertoriait bon nombre de Yuki bâtards dans nos archives, alors qui sait. Je n'avais aucune expérience dans le domaine, et me fiait simplement aux clichés que j'avais pu apprendre dans les livres. Mais heureusement, Hanzô était un véritable homme de terrain, je pouvais me reposer sur ses compétences. En tout cas, je l'espérais. A vrai dire, j'avais un peu peur qu'il finisse par péter un câble et qu'il éclate tout le monde. Il avait bien la tête de l'emploi.

Mais c'était sans doute discriminatoire, laissons-lui le bénéfice du doute. En tout cas, notre petite promenade prit rapidement de faim, et notre premier travail nous avait été finalement confié. Une bande de gangsters jouant aux cartes, qui fournirent le Torrent en drogue de bonne quantité, avant de nous laisser quitter leur salle de jeu, ni vu ni connu. Les mains dans les poches, je haussais les sourcils face au sac que le bleuté tenait. Sérieusement, c'était un sacré paquet, comment il se fournissait au juste ? Par la mer ? Qui sait, c'était le genre de détails qui m'échappaient totalement.

- Le but c'est de démanteler le trafic. S'occuper de Marraine ne suffira pas. Il faut trouver la manière dont ils s'approvisionnent, couper tout moyen de communication avec l'extérieur...

Ennuyé, je m'avançais de quelques pas de l'entrée du souterrain, réfléchissant un instant.

- Ils doivent avoir des contacts sur d'autres îles. Et puis... Eh, le Torrent.

Posant alors mon regard sur le porteur de la Samehada, je lui demandais simplement.

- Cette femme... Tu crois vraiment que c'est elle le cerveau ?

Maintenant qu'il y repensait, Marraine avait semblé totalement se désintéressé de ce qu'on lui avait raconté, à croire qu'elle ne faisait que remplir des formalités. Il était encore trop tôt pour tirer des conclusions, mais pour l'heure, la seconde proposition de Hanzô me paraissait la plus judicieuse.

- Bah, on avisera. Pour le moment, allons livrer ce sac.

Je tournais alors les talons, en marche vers l'extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Mer 25 Oct 2017 - 19:02

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »




Hanzô acquiesça aux propos du brun, avec une moue partagée mais dans sa globalité, qui exprimait un accord tacite avec sa première phrase. Il ne fallait pas viser les têtes de l’hydre mais la base de son écailleux cou s’ils voulaient mener à bien cette mission en apparence bénigne qui se révélait peu à peu bien plus dangereuse et compliquée que celle proposée au départ ; ce qui avait le don de l’émoustiller. Bien sûr ils auraient une charge de travail plus grande mais au final, ils en viendraient sûrement à affronter des hommes et des femmes capables d’animer une telle société. Lui comme Samehada en étaient ravis.

« Le port n’est pas fini, alors si cela vient des autres îles c’est sûrement par les côtes les moins surveillées, je saurais y aller si nous y sommes obligés. Avec un peu de chance cela n’a pas changé. » Tout en parlant il reprenait le chemin inverse, sortait de la bâtisse presque en ruine du centre-ville et retournait au petit quartier général. « Non, tu soulèves un point intéressant. Nous passons à côté de quelque chose. » Ses mâchoires claquèrent tandis qu’ils rentraient dans le magasin de couverture, porteur du sac plein de drogue. Une fois déposé, ils récupérèrent chacun une mallette remplie de ryôs, le tout composant une somme astronomique. Le plan d’action se voulait laborieux et peu sûr. Tout dépendrait de l’étape devant laquelle ils seraient mis une fois le magot apporté. Bien sûr, chaque billet avait été préalablement insufflé de chakra de sorte à être pisté par un spécialiste le moment venu. Cet argent appartenait à Kirigakure no Satô, pas question de faire de cadeaux.

Mais revenir, déjà ? Ils comprendraient. Personne ne pouvait écouler cette quantité de stupéfiants en moins d’un quart d’heure. Toujours dans la boutique, Hanzô fit donc apparaître deux clones identiques à lui et les pourvus chacun d’un Henge différent puis les envoya faire de la figuration aux opposés de la ville. Ainsi, ils auraient des témoins. Le temps que le stratagème se mette en place, le pourvu du masque osseux fixa Noah.

« Ton comportement, tes manières, cet air sur ton visage. C’est Shito ? » Quoi de mieux qu’un peu de discussion, pour apprendre à connaître son partenaire Yuki ? De plus il pouvait partager son point de vue sur ces événements auxquels il n’avait pas participé. Des revenants changés, il en avait vu beaucoup.




_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Lun 30 Oct 2017 - 23:24

Voilà donc qu'on était revenu au semblant de quartier général dans lequel on s'était réfugié plus tôt. Avec nos sacs chargés de substances illicites, sortir maintenant serait assez peu convenu. Mais il y avait une tâche à accomplir, et on était devenus les larbins à tout faire de leur petit réseau, du coup fallait bien que quelqu'un s'y colle. En tout cas, cette petite transaction allait bien nous ramener un joli petit pactole, de quoi se mettre plutôt bien pour de bons mois.

Laissant Hanzô s'occuper de créer ses clones et de les métamorphoser afin de servir de diversion, j'allais m'asseoir passivement sur une chaise de la boutique, tout en tendant l'oreille à sa question. Shito ? Il en était arrivé si rapidement à cette conclusion ? Son flair ne le trompait pas, ou alors pas totalement. J'avais des séquelles psychologiques, c'était indéniable. Mais je ne voulais pas que les gens crient que je déprimais, où que je m'apitoyais bêtement sur mon sort. Pourtant, quelle autre image pouvais-je donner ? Avec mon éternel visage ennuyé, on devait bien se rendre victime de quelques préjugés.

- Tu n'étais pas à Shîto hein, le Torrent ?

Probablement que non. Un tel individu, ça ne passerait clairement pas inaperçu. Poussant un soupir, je sortais une cigarette de ma poche, la portait entre mes lèvres et prit le briquet déposé dans ma poche afin de l'allumer. Alors que la fumée s'échappait, je tentais de réfléchir, encore une fois, à tout ce qui s'est passé.

- Des gens sont morts par ma faute, dont le Daimyô... Et un Iwajin, Koga j'crois. On affronté un type du Soshikidan là-bas... Leur chef.

Et les images défilaient. Encore, toujours les mêmes. De sales souvenirs, mais quelque chose n'était pas clair. Même si je m'en voulais, j'avais cette impression de plus en plus étrange que je ne m'interrogeais pas sur la bonne chose. Fronçant alors les sourcils, je déposais mes yeux sur le visage du Sabreur, avant de poursuivre.

- Je saurais pas t'dire si ça m'affecte vraiment, mais d'puis mon retour à Kiri, j'ai l'impression d'avoir perdu quelque chose.

Quelque chose dont je ne parvenais pas à trouver le nom, mais elle était essentielle. Je fouillais le passé de ma famille, ceux des autres clans. Je tentais de trouver une réponse. Mais...

- Peut-être que j'deviens juste fragile.

C'était pas impossible non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Jeu 2 Nov 2017 - 21:23

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »




Le chûnin voulait des choses mais son attitude elle en voulait d’autres. Assis là comme cela, il paraissait l’ombre du shinobi qu’il avait été, simple apparence, coquille vide de la Flamme, du Fléau censé habiter les donneurs de mort de l’Eau. Là à fumer, Hanzô le trouvait bien peu pourvu de l’apanage qu’il imaginait aux Yuki. Mais il avait ses raisons et il ne l’avait pas jugé, car lui-même avait connu de sombres périodes qui l’aurait lui aussi fait passer pour ce qu’il n’était pas. En toute connaissance de cause, voyant qu’il avait touché juste, ses membres supérieurs se crispèrent puisqu’il était effectivement absent pendant ce simili de guerre, là où était après tout sa vraie place. Car il était créature de douleur, faite pour la donner et la recevoir, là était sa vraie place.

« Effectivement. Je rencontrais une légende en personne et bien que j’en sois ressorti grandi, tu n’imagines pas comme j’aurais voulu y être. » Hakuuja, le Grand Serpent Blanc. Son pacte, il l’avait scellé à cette période. Et le Torrent ne pouvait que s’en vouloir d’avoir sacrifié la patrie pour ses recherches décennaires. Mais le mal était fait il aurait bien du mal à revenir dans le passé, Kekkei Genkai inconnu à tous et toutes…

« Tu es loin d’être le seul, en admettant que ta culpabilité soit justifiée. Et ils sont morts pour que tu végètes et sois une simple ombre? Ce Koga, le daimyô, tu penses que leurs sacrifices ne fait pas de toi quelqu’un qui doit avoir l’impact de trois dans un contexte où chaque homme compte? Tu es pourvu d’un fort potentiel, que tu gâches. Ce que t’as perdu, c’est tes couilles pour faire face à la vérité. Fragile? Tss. »

Hanzô se leva, toisant de toute sa taille celui qui fumait encore, giflant le tube de tabac pour le faire voleter plus loin sans même effleurer le visage du Yuki dans un geste calculé au millimètre. Le Torrent n’était point énervé, chaque mois exhalé avec un calme olympien. Mais il n’était pas question de supporter une minute de plus le comportement de “ce” Noah. « Ninja. Sais-tu ce que représente ce mot et les kanjis qui le composent? Celui qui souffre, celui qui cache. Tu crois que tu es le seul revenu de là-bas avec des remords? Et tu vaques. Et tu vagabondes l’esprit embrumé. Et si nous tombions sur le chef de cette organisation lors de notre enquête, tu te penses en condition pour le combattre? Tu penses que tu ne mettrais pas d’autres vies en danger, avec cet état d’esprit ? Je ne te juge pas, j’suis passé par là. Mais trouve ce qui t’obsède et fais-y face. Pour l’instant tu n’es rien de plus qu’un gamin qui a vu le Shinigami et qui n’est pas capable de se relever après être tombé sur son petit cul de premier de la classe. Eh, la mission est terminée. On a découvert le réseau, que les forces en place mettent en branle une équipe pour s’occuper de la traque et du repérage. » Sans attendre de réponse à son court monologue, il prit la route de la sortie après avoir adressé les deux dernières phrases à la rousse. Hanzô allait rendre son rapport et vaquer à ses propres occupations en espérant que le Yuki atteigne ce dont il avait besoin. La plénitude ou au moins la compréhension que ce n’était pas la dernière fois que certains mourraient devant lui, sa faute ou pas.




_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Ven 17 Nov 2017 - 16:11

La remarque de mon partenaire me fit relever les yeux. Il y avait beaucoup d'éléments intrigants pour une seule phrase. Une légende ? Et il aurait voulu être à Shito ? En voilà des informations. Plus je lui parlais, et plus le Torrent attisait ma curiosité. En voilà un être atypique. Restant affalé le long de ma chaise, je me demandais quel genre de légende il aurait put rencontrer, laissant mes pensées vagabonder alors que mon regard se perdant dans l'horizon de cette modeste pièce de notre repaire improvisé.

Mais voilà que le bleuté vint m'extirper de mes pensées, faisant voler ma cigarette au loin d'un geste, sans même me frôler. Haussant les sourcils, voilà un geste bien inhabituel. Sans réagir, je me contentais de fixer l'individu droit dans les yeux, attentif à ses paroles. Et puis, un discours. Sur la définition d'un ninja, sur ma propre faiblesse. Des mots durs, plutôt froids, mais je sentais bien qu'aucune colère n'émanait de l'Homme. Mais, il n'y avait pas de pitié non plus. C'était amusant, pour une fois.

Finalement, il annonça la fin de la mission, avant de quitter la pièce sans demander son reste, me laissant seul, après avoir expliqué la suite. C'était vrai, maintenant que nous avions repéré le plus gros, il fallait déléguer le boulot au experts. Je ne manquerai pas de faire part de mes inquiétudes au Mizukage, sûrement. Sans répondre, j'attendis quelques minutes, seul, avant de me lever à mon tour, en direction de la sortie, avant de prendre une grande inspiration, jetant un regard vers ma cigarette au sol.

- Bah, j'en reprendrai une au retour...

Je fermais alors la porte derrière moi, gravant les mots du Torrent dans mon esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

La définition de l'Identité | PV. Kyūryū no Hanzō

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: