Derniers sujets
Partagez | 

Equipe #1; Mirai : Premier test [ft. Kuraku & Itagami]


Mar 26 Sep 2017 - 20:32
Daedra avait attendu cette journée avec impatience. Aujourd’hui était le jour de la naissance de son équipe, l’équipe numéro une, « Mirai ». Il avait déjà tout mis en place pour être le Sensei du jeune Kuraku, dont il s’était et lui avait promis d’en faire un shinobi d’exception. Cependant, il ne connaissait que de nom son second élève, un membre du clan Metaru, Itagami. Le prénom ne laissant transparaître aucune appartenance certaine à un genre, il pensa avoir à faire à un autre garçon. Il avait hâte de le rencontrer. Un membre du clan de Shuuhei-sensei dans son équipe, il n’avait pas le droit à l’échec. Le nom Mirai en était la preuve, il s’était promis de former le futur de Kumo, et l’échec n’était pas envisageable désormais.

Cette nuit, le trac s’était fait sentir. Et s’il n’était pas à la hauteur, finalement ? S’il s’était trop précipité ? Être le sensei d’une équipe, c’est bien beau, mais cela implique des responsabilités énormes, à commencer par la vie de ses élèves. Il y avait déjà songé, et pensait être prêt, mais à l’approche de la date fatidique, les doutes s’étaient installés dans son esprit. Il ignorait si son coéquipier, Ikezawa Shojito, formait lui aussi déjà son équipe. Probablement. Il aurait aimé compter sur lui pour le rassurer, mais tant pis. Il avait dû se débarrasser lui-même de ses doutes, au travers de la longue nuit qui s’était profilée devant lui.

Mais le grand jour était arrivé. La veille, il avait envoyé une missive au Metaru, et avait prévenu directement Kuraku en rentrant chez lui, étant donné qu’il hébergeait encore pour le moment le jeune homme.

Missive a écrit:
Metaru Itagami, vous êtes par la présente invité à rencontrer votre équipe, l’Equipe #1 ; Mirai, demain à 10h du soir, à l’Arche Grise. Amenez avec vous un duvet, car vous ne rentrerez pas chez vous pour dormir.

Si Daedra avait le trac, il n’en était pas moins pressé de voir comment ses élèves allaient se débrouiller sur l’épreuve qu’il leur avait préparée. Il y avait réfléchi un moment, et se demandait s’ils allaient la trouver simple, auquel cas il serait impressionné, mais déçu. Le plus long fut d’attendre l’heure à laquelle il devait retrouver ses élèves au point de rendez-vous. Mais il avait su occuper sa journée en s’amusant à sculpter différentes choses, installé sur un toit de Kumo. Il ne voulait pas voir le jeune Kuraku avant l’heure du rendez-vous, et n’avait pas réussi à lui demander de quitter son appartement. Il lui avait d’ailleurs même prêté un de ses duvets pour l’occasion, n’en n’ayant remarqué aucun parmi le peu de bagages qu’il avait sur lui en arrivant à Kumo.

Peu avant dix heures, il alla se cacher près de l’Arche Grise, souhaitant observer l’attitude de ses deux élèves entre eux. Kuraku arriva quelques minutes après lui, c’est-à-dire une dizaine de minutes avant l’heure du rendez-vous. Toujours très silencieux et renfermé sur lui-même. De son point de vue, le Chûnin remarqua ensuite une femme s’approcher de l’Arche Grise. Pas moyen que ce soit elle, s’était-il alors dis. Mais il y donna une seconde réflexion. Shojito était bien plus vieux que lui, et pourtant il avait été lui aussi un élève dans la même équipe que lui. La femme s’approcha du jeune Kuraku, semblant également attendre quelque chose. Alors, c’était donc une femme, Metaru Itagami ?

Daedra accepta l’idée, et resta observateur un moment…

_________________

« Kneel to Kumo, Invité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t716-daedra-le-prince-de-l-argile-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai http://www.ascentofshinobi.com/u287

Mar 26 Sep 2017 - 21:06
La journée commençait tôt pour Kuraku qui s’était levé aux aurores pour ce qui s’annonçait être une journée très importante puisqu’en effet il allait enfin rencontrer son partenaire d’équipe, Metaru Itagami. Lorsqu’il se réveilla, Daedra avait disparu. Il lui avait laissé un duvet, probablement pour le test qui les attendait le soir même. Il était attendu à l’Arche Grise à 10h du soir pour y rencontrer son Sensei et sa coéquipière.

Kuraku n’était pas du tout enchanté par le fait de devoir faire équipe avec quelqu’un d’autre que Daedra, étant associable et peu ouvert à l’échange. Il n’avait aucun sens du travail d’équipe et s’attendait à être le seul élève du Shinobi. Qui Daedra avait-il bien pu choisir pour faire équipe avec un garnement comme Kuraku ? Etait-il au courant que l’adaptation allait être très difficile ? Peut-être était-ce là son but après tout, sortir Kuraku de ses mauvaises habitudes, lui faire rencontrer d’autres Shinobis, mais surtout le familiariser avec le travail d’équipe. Après tout, le travail d’équipe est essentiel dans la vie du Shinobi, peu importe sa puissance. En plus d’apprendre de son Sensei, Kuraku aurait la chance d’apprendre aussi de son coéquipier.

Malgré tout, Kuraku en gardait une pensée amère. Il préférait être seul.

La journée fût longue avant d’atteindre 10h du soir. Kuraku avait erré dans les rues sans fin du village caché de Kumo, profitant du paysage magnifique. A midi, il avait été mangé des nouilles dans une échoppe quelconque, son plat préféré. Le reste de la journée fût interminable, stressé par le rendez-vous qui l’attendait.

Kuraku arriva au point de rendez-vous une dizaine de minutes avant l’échéance, surpris de ne pas y trouver Daedra-sama. Il détestait les retardataires et le montrait à son visage renfrogné. Pourquoi arriver en avance si c’est pour arriver le premier sur les lieux. Arriver le premier montre qu’on est enthousiaste et enjoué, ça n’était pas le cas de Kuraku, non content de faire équipe avec un inconnu lambda.

Son coéquipier, ou plutôt sa coéquipière, arriva peu après lui. Il ne s’attendait pas à ce qu’il allait voir. C’était tout d’abord une femme. Il ne portait pas les femmes dans son cœur, peu intéressé par le plaisir charnel, mais surtout, les femmes étaient bien trop compliquées et bavardes. Kuraku étant quelqu’un de simple et de très timide, il n’avait que faire des balivernes que racontaient la plus grande majorité des femmes. Et puis, une femme pouvait-elle vraiment être si forte ? Qui plus est, cette femme semblait plus vieille que le Sensei, à quel âge s’était-elle fourvoyée dans la voie du Shinobi ? Elle était blonde, et était dotée d’une forte poitrine qu’elle n’hésitait pas à mettre en avant. Quel était le but ultime ? Pourquoi perdre son temps à travailler sur son apparence quand on mène une vie de Shinobi ? Le combat, la guerre n’est pas faite pour cette futilité qu’est l’apparence physique. Elle ne ressemblait en rien à un Shinobi. Peu importe, peut-être allait-elle le surprendre. Peut-être même était-elle vraiment forte, vraiment douée, chose qu’il doutait fortement. Elle ne semblait pas encore avoir vécu de drames, épargnée par la vie. Cela se voyait dès le premier regard. Comment allait-elle réagir lorsqu’elle sera en danger ? Comment allait-elle supporter le poids psychologique de la guerre ? En ce sens, elle allait en baver. Ca, Kuraku en était certain, lui n’ayant pas été épargné par la vie.

Malgré tout, il ne cherchait pas de querelle, et garderait ses commentaires pour lui-même. Ce n’était qu’une première impression, et il allait devoir faire avec, sachant qu’elle était dans son équipe. Son analyse terminée, Kuraku se renferma sur lui-même, impatient que le Sensei se montre. Qu’attendait-il ?

« C’est pas très pro d’être en retard au premier rendez-vous de notre équipe, quand même… J’espère qu’il aura une excuse… » Chuchota-t-il, ne souhaitant pas que sa coéquipière lui adresse la parole.

Fatigué d’attendre, il se créa un lit de sable sur lequel il s’assit dans l’attente interminable de leur Sensei.

_________________
私はあなたに報復するだろう
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 28 Sep 2017 - 2:38
Une nouvelle aurore, une nouvelle occurrence à ce cycle… quittant avec toujours une once de regret la chaleur de mon lit, je me lavai le visage et fit une petite toilette avant de me rendre sur le toit de la maison principale. Tous étaient encore dans les bras de Morphé, père, mère la plupart des serviteurs et bien entendu Kuu chan, les cieux eux-mêmes étaient encore plongés dans les ténèbres tandis que les premières gouttes de rosée peinaient à se former. M’arrachant à cette contemplation diurne, j’investis le dojo pour y répéter mes exercices, exercices qui m’avaient été inculqués bien avant que nous ne nous installions à Kumo gakure.
Du sparring sur un mannequin de fer créer à cet effet, plusieurs étirements et un enchainement de pompes, squash, flexion et j’en passais… Lorsque je commençais à l’époque, mes premières craintes étaient… hilarantes ? Je me demandais si j’allais survivre à pareil entrainement, si force de pousser ainsi mon cœur n’allait pas lâcher, ou si mes muscles n’allaient point finir par se déchirer et me laisser à l’état de légume… ce que je pouvais être sotte. Ceci dit, bien qu’elles aient changé, il existait toujours une nuance de doute en mon esprit lorsque je m’exerçais. J’arborais déjà une certaine musculature, certes pas particulièrement poussée, toute fois bel et bien présente… en continuant ainsi allais-je finir par perdre tout trait féminin ?

Quelque heure plus tard, alors que le soleil daignait pointer le bout de son nez, j’étais en plein milieu de mon jogging, alternant course soutenue, accélération et pose ponctuées de Shadow figthing. Je n’avais plus vraiment besoin de me concentrer sur ces exercices, je les avais répété encore et encore, sans relâche jusqu’à ce que chaque fibre de mon être s’en rappelle ; s’n était devenu automatique, à telle enseigne que j’avais autre chose en tête… Pourquoi m’étais-je si profondément enfoncé dans à voie du Goken ?
La réalité était une question de moyen, non pas financiers, mais matériel, et connaissance. L’individu qui m’a guidé sur la voie du nindo, maitre Nara m’a appris la grande majorité de mes connaissances du monde Shinobi. Il avait fait de moi une élève particulièrement éduquée, mais singulièrement faible sur un champ de bataille ; étant un Nara, le seul Ninjutsu qu’il n’eu jamais maitrisé était la manipulation de son ombre, qui plus était à cette époque, les rouleaux où documents grâce auxquels s’instruisent les jeunes de nos jours n’étais pas véritablement monnaie courante : même sur le domaine du Daimyo de la foudre ou nous résidions, les marchands qui y passaient n’était chargé que de parure, d’armes et de soie… après tout, qui irait vendre à un seigneur un parchemin pour qu’il apprenne à se battre de lui-même ? Il y avait de fortes chances qu’il vous rit au nez, ou que sa garde rapprochée vous fasse payer l’affront de les avoir ainsi insultés…

Impossible d’apprendre correctement le ninjutsu, impossible de véritable comprendre les différentes ficelles du genjutsu et le fuuin… y penser n’était que lubie tant cet art était réputé comme difficile. Il ne restait plus que l’art le moins technique, mais le plus chronophage… Près d’une dizaine d’années s’était écoulée depuis, la gamine que j’étais à l’époque avait bien évoluée et retouché ses exos pour qu’ils lui soient plus adaptés… seulement, le fossé de lacune qu’il me restait à combler concernant les autres arts n’avait lui fait que croire au fil des années…
Qu’était devenu mon prof d’entant ? Comme père, il était lui aussi un marchand. C’était un ancien combattant qui après que sa femme ait donné naissance à ses deux fils déposa les armes pour leur assurer un avenir ; serre une voie plus longue et ardue, mais moins risquée. Aussi bien respectais-je ce choix, que ne le supportais point… chacun sa manière de voir les choses, seulement, de ce choix allait souffrir ses fils. M’enfin… à décision avait payée, puisqu’il était encore parmi nous, sa famille et lui s’était établi dans Kumo presque en même temps que nous.

C’est plus ou moins à six heures et demie du soir lorsque s’éleva le chant du coq que je rentrai au domaine, profitai d’une douche avant de m’acquitter de ma dernière journée en tant que forgeronne en ce lieu, tel avait été le marcher entre pères et moi : « Le jour où j’entrerais dans une équipe Shinobi, marquera la fin de mes jours en tant que travailleuse du fer ! »
Je voulais m’y consacrer à 100 %, aussi j’avais jugé que porter le tablier de la forge et bandeau de ninja m’était actuellement impossible. La missive qui m’avait été livrée la veille avait simplement scellé ce destin, me permettant enfin de pleinement remplir mes journées en tant que soldate de la foudre. Cette lettre avait généré pas mal de dispute, mais… j’eu encore une fois le dernier mot, car il s’agissait de ma vie et était la plus à même à savoir ce que j’allais en faire.

Le soir venu, un sac en bandoulière sous l’épaule avec le matériel demandé, et un peu plus j’adressai une bise à la petite Metaru que j’avais bordée et me rendais sur notre lieu de rencontre. Ces questions m’avaient taraudée toute la journée. M’adapterais-je ? Comment allait être mon équipe ? Quel était le caractère de mon prof ? Me rejetterait-il à cause de mon âge ? Quels seraient mes coéquipiers ? etc… etc…
Je passai les quelques commerces nocturnes qui ouvraient à peine avant d’arriver au lieu de rendez-vous. J’y trouvai une petite silhouette semblant attendre depuis un moment déjà, curieuse je regardai l’heure, confirmai que j’avais bien cinq minutes d’avance sur le programme avant de lui accorder de nouveau toute mon attention. Jeune caché derrière des bandages, ses yeux bleus se démarquaient bien sur le peu de peau visible qu’il lui restait, et ce malgré les bandages. Un air grave sur le visage, j’en déduis qu’il devait probablement s’agir d’un réfugié, un réfugié avide de puissance, probablement pour mener à bien sa vengeance… ? Je l’observai spéculant sur la raison de son sérieux jusqu’à ce qu’l brise la glace, se plaignant du retord de notre prof commun.

- Bha… il n’est pas encore 10h… accordons-lui le bénéfice du doute… Répondis-je calmement en jetant un nouveau coup d’œil à ma montre. Il ne devrais plus tarder…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai

Jeu 28 Sep 2017 - 17:07
Daedra observa le jeune Kuraku reluquer de A à Z la jeune mais pas si jeune Metaru. Son visage ne démontra rien de bien bon à l’égard de la femme. L’idée de faire équipe avec un autre Genin ne semblait pas lui faire plaisir, mais justement, ils allaient travailler là-dessus. Dès sa rencontre avec le jeune Kuraku, le Chûnin avait compris que travailler la cohésion d’équipe allait être une épreuve, probablement la plus coriace. Mais la dame Metaru ne fut pas moins spéculatrice, le regard posé sur l’apparence du récent Kumojin. Cela promettait d’être une réelle partie de plaisir. Mais Daedra était plutôt fier de l’épreuve qu’il leur avait préparée. Kuraku fut celui qui brisa le silence. Une belle surprise, déjà, même si de là où il se trouvait Daedra ne pouvait pas les entendre distinctement. En tout cas, le visage du jeune de Kaze no Kuni affichait toujours une mine grave, donc toujours rien de bien plaisant, semblait-il.

Le jeune Chûnin resta encore un moment à son point d’observation, dépassant d’une petite poignée de minutes l’heure à laquelle il avait fixé le rendez-vous. Il voulait voir s’ils allaient simplement restés plantés là, chacun dans son coin, où s’ils allaient noués le contact, d’une façon ou d’une autre. Daedra n’avait cependant pas prévu cet écart d’âge, et s’il n’allait pas réellement poser problème, il allait falloir néanmoins en prendre compte, d’un côté il avait un enfant, et de l’autre une adulte qui semblait même plus vieille que lui. Mais alors que le temps commençait à se faire long et que Daedra ne voulait pas non plus que son épreuve dure toute la nuit, il décida d’intervenir finalement.

Il apparut en l’espace d’un instant entre les deux Genins, tout sourire.

- Salut, dit-il en se caressant l’arrière du crâne comme pour se donner un air gêné. Désolé pour le petit retard. Allez, suivez-moi, conclut-il rapidement en emboîtant le pas.

Les trois Kumojins descendirent alors toutes les marches, les menant au pied de la montagne. Ils continuèrent leur chemin une bonne petite dizaine de minutes avant d’arriver à l’entrée d’une grande forêt, face à laquelle Daedra posa son duvet et entama de confisquer ceux de ses élèves. Ceci fait, il fléchit ses jambes et leva les yeux vers ses deux Genins.

- Alors, Metaru Itagami. Je n’ai pas donné trop d’informations sur la missive, car je préfère me présenter en face. Je m’appelle Daedra, du clan Chôkoku, et je serai votre sensei. Donc, Kuraku, Itagami, je ne vais pas vous poser plus de questions que cela, car nous aurons tout le temps d’apprendre à nous connaître tout autrement.

Il ramassa une petite branche d’arbre au sol et commença à dessiner les contours de la forêt sur la terre sèche.

- Ce soir, je vais vous faire passer une épreuve. Cela n’a rien d’éliminatoire, vous ne perdrez pas votre statut de Genin si vous ne la réussissez pas. Néanmoins, la dureté de votre apprentissage sous ma supervision dépendra des résultats de cette épreuve.

Il continuait de parler en affichant toujours le même sourire, montrant bien que même en voulant faire le dur, un sourire ressortirait toujours. Il continuait en même temps à dessiner différents symboles à l’intérieur des délimitations de la forêt qu’il avait dessiné.

- La grande majorité du temps, les shinobis en mission en dehors du village campent la nuit et reportent la mission au lendemain. Néanmoins, cette option n’est pas toujours envisageable, c’est pourquoi personne ne dormira avant que l’épreuve ne soit terminée. Votre épreuve sera la suivante, dit-il en commençant à déchiffrer son dessin. Il sortit un tout petit oiseau d’argile de sa poche. J’ai disposé un total de trois oiseaux comme ceux-là à travers cette immense forêt. Evidemment, j’ai pimenté le jeu à ma façon, mais vous aurez l’occasion de le découvrir. Un oiseau, bien plus grand que ceux-ci, surveille ses bébés depuis le ciel, vous devrez donc vous montrer discrets, mais puisque vous êtes des shinobis, cela ne devrait pas causer de problème. Il y a donc trois oiseaux, vous êtes deux. Celui qui n’en attrapera qu’un gagnera le droit de dormir attaché à un arbre.

Le Chûnin se releva alors et ramassa les trois duvets qui reposaient alors par terre.

- Je les garde avec moi. Ah oui, j’oubliais, faites attention. Des bandits vivent à l’ouest de cette forêt, au pied d’une montagne.

Sur ces derniers mots, Daedra leva le bras en l’air, regardant d’un air sérieux ses deux élèves, avant de le baisser soudainement, signe que l’épreuve débutait enfin. Et alors que les silhouettes de ses élèves disparaissaient dans la nuit noire de la forêt, son grand oiseau d’argile vint le ramasser pour s’envoler au-dessus de la forêt avec lui. De là, il observerait le bon déroulement de son épreuve.

_________________

« Kneel to Kumo, Invité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t716-daedra-le-prince-de-l-argile-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai http://www.ascentofshinobi.com/u287

Jeu 28 Sep 2017 - 18:45
Il le redoutait, elle l’avait fait : la Metaru lui avait adressé la parole, entendant ce qu’il venait tout juste de chuchoter. Kuraku fît mine de ne rien entendre. D’un point de vue extérieur, il l’avait ignorée.

Il s’impatientait de voir arriver son Sensei, notamment pour qu’il l’extraie de cette situation embarrassante. Oui, la présence de cette Metaru l’embarrassait. Il ne voulait vraiment pas faire d’efforts à son égard, mais ce qu’il voulait importait peu. Il allait y être amené, obligé par les missions qui nécessitent un travail d’équipe peaufiné. Et après tout, c’était préférable de bien s’entendre avec son équipe. Il allait travailler sur ça.

Alors qu’il était perdu dans ses pensées, leur Sensei apparut d’un clin d’œil, en une milliseconde. Il était finalement arrivé à l’heure. Peut-être cherchait-il à faire une entrée spectaculaire. Ça n’avait pas fonctionné sur Kuraku. La gestuelle du Sensei semblait indiquer qu’il n’avait pas d’excuse pour être arrivé le dernier à son propre rendez-vous, mis à part qu’il était « désolé ».

Ni une ni deux, il fallait désormais le suivre. Où ? Nous ne le savions pas. Tout ce que nous savions, c’est que nous nous dirigions hors du village caché de Kumo, ce qui renforçait l’idée d’une virée dans la forêt, notamment avec la présence des duvets. Plusieurs minutes passèrent avant qu’ils n’atteignent finalement l’entrée de ladite forêt. Daedra leur avait préparé une épreuve, se chargeant de leur confisquer leurs duvets respectifs.

« Peu importe le duvet » pensait Kuraku, « Le sable se chargera de me maintenir au chaud… »

Une fois les duvets confisqués, Daedra leur expliqua la raison de leur présence ici : ils allaient participer à une épreuve. Dès le premier jour. Leur Sensei n’était apparemment pas là pour rigoler, mais plutôt pour tester leurs compétences, leur travail d’équipe. Pour les jauger, en somme. L’épreuve n’était pas inutile, bien que non éliminatoire, elle allait permettre à Daedra de leur crée un entraînement à leur hauteur. Elle comportait de nombreux challenges :

Premièrement, tant que l’épreuve n’est pas réussie, il ne leur sera pas permis de dormir.

Deuxièmement, il fallait trouver trois de ses créations d’argiles, qu’il avait parsemé dans la forêt. La forêt était immense, ça n’allait pas être une mince affaire, surtout pour de nouveaux Shinobis. Les créations étaient des oiseaux. Il ne leur donna pas plus de détails sur ce qui allait les attendre durant cette épreuve, mis à part qu’il allait les surveiller depuis les cieux grâce à son oiseau.

Troisièmement et dernièrement, celui qui ne trouvera pas d’oiseau ou qui n’en rapportera qu’un sera forcé de passer la nuit attaché à un arbre.

Il leur expliqua tout cela notamment grâce à un dessin qu’il avait fait au sol.

Avant de lancer l’épreuve, il leur parla de bandits qui vivaient à l’ouest de leur position, au pied d’une montagne. Kuraku n’était pas très content de l’apprendre, sachant que ses parents venaient juste d’être tués par des bandits. Il n’avait aucune envie de les croiser, et surtout pas tout seul. Il ne se dirigerait donc pas vers l’ouest.

C’est sans plus attendre que l’épreuve commença.

Il faisait déjà presque nuit, et les deux apprentis Shinobis se ruèrent dans la noirceur de la forêt. Ils n’étaient pas partis du même côté. Evidemment, il fallait s’y attendre, Kuraku n’étant pas très content de faire équipe. Du moins, il pensait être parti de son côté, mais n’avait pas surveillé sa camarade. Peut-être allait-elle le suivre, il n’en savait rien et s’en fichait, pour le moment.

Comment allait-il trouver ces oiseaux ? Evidemment, il allait s’aider de son sable, imprégné de son chakra. Il allait procéder de cette façon : il allait crée un nuage de sable l’entourant jusqu’à distance maximale, afin de maximiser sa perception dans le noir. Il pouvait ressentir la présence de toute chose grâce à son sable qui lui servait de radar en ce sens. Cependant, il restait un novice et son nuage ne s’étendait pas bien loin.

Il n’était pas utile de courir dans la forêt sans savoir où se diriger, il fallait réfléchir, peut-être même prendre de la hauteur. Kuraku décida donc de grimper aux arbres et de se déplacer en sautant d’arbres en arbres, lui offrant une meilleure vue d’ensemble.
Le temps passait vite, les recherches n’étaient pas fructueuses. Comment s’en sortait Itagami ? Le défaut du nuage de sable se faisait ressentir, il captait beaucoup trop de choses, comme les animaux, les plantes, bref tout ce qui vivait. Comment allait-il pouvoir y distinguer des oiseaux d’argile ? Il décida donc de préserver son Chakra et de mettre un terme au nuage de sable. Il allait s’en tenir à son œil, habitué à la noirceur de la nuit, et de son instinct.

« Je suis fatigué, je ne m’y prends pas bien » pensait Kuraku, perdant peu à peu espoir. Plus le temps passait, plus il se disait qu’il n’allait pas dormir, attaché à un arbre.

Il décida donc de se reposer, afin de réfléchir plus posément. Il s’installa donc sur une branche d’arbre en hauteur, sur son lit de sable, et commença sa réfléxion.

_________________
私はあなたに報復するだろう
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 30 Sep 2017 - 3:30

Rien, pas un mot, pas un regard, pas même une pseudo exclamation pour m’exprimer qu’il avait compris ou entendu mes dires… il m’avait offert l’attention qu’un individu offrirait à un déchet sur le bas-côté… Que faire, où me mettre, où me cacher pour éviter que l’on entende les bruits de mon cœur cognant bien trop fort contre ma poitrine. Le visage rougi sous l’effet inattendu de ce total maque de considération, je me retournai en essayant de me calmer… Il fallait que je travaille avec ce jeune homme ? Mon cœur ne tiendrait jamais s’il continuait ainsi à me traiter comme une chose indésirable !
Calme-toi Itagami chan… ce n’est qu’un enfant, c’est un enfant qui fait un caprice… MAIS JUSTEMENT PARCE QUE C’EST UN GAMIN C’EN EST ENCORE PLUS INSULTANT ! Haaaa… seule dans mon délire, visage tourné vers la robe sombre que revêtaient les cieux, je faisais de mon mieux pour taire au possible ma joie. Vivre au jour le jour ainsi, pour une noble telle que moi… quelle délicieuse humiliation !!!

Ma montre avait déjà vibré à mon poignet, m’indiquant ainsi que notre sensei avait déjà plusieurs trains de retards lorsqu’il se manifesta enfin. C’était un individu, certainement moins âgé que moi, il portait des traits fins, mais adouci par une amabilité qui chez lui semblait naturelle. De sa personne l’on pouvait aisément percevoir une certaine forme d’expérience en son domaine.
Une petite moue gênée alors qu’il semblait réellement regretter ces quelques minutes de trop, je savourais d’autant plus ma soirée. Plusieurs questions et suppositions fusaient dans ma tête, j’arrivais à miraculeusement garder un air calme, mais intérieurement… c’était la Java ! Qu’avait-il prévu de nous faire ? Quel supplice comptait-il nous imposer ? Pourquoi nous demander de venir avec des sacs de couchage alors qu’il les confisquait ? Comptait-il y dormir et nous forcer à reposer dans les branchages ? Un exercice pour renforcer notre mental ou quelque chose dans le genre ? Je voulais savoir ! Je voulais savoir à quelle sauce il comptait nous cuisiner ! Par ailleurs, quitter Kumo de nuit, nous éloignant ainsi de la législation du village, nous nous enfonçâmes dans la forêt, une zone qui pourrait servir de zone de non-lois ! Zone où il pourrait impunément commettre moult méfaits !

Après une rapide présentation, je pus enfin mettre un nom sur son visage Chôkoku Daedra, puisqu’il n’hésitait pas à me désigner comme étant la Metaru du groupe, j’en déduis qu’il devait certainement avoir déjà vu mon partenaire du moment. Ceci dit Daedra sensei ne s’y attarda pas trop, précisant que le temps nous permettrait de mieux nous connaître et surtout que c’était en cette soirée un élément qui manquait ; il nous avait prévu une épreuve de son cru.
Je me fis attentive, prêtant grande attention à ce qu’il disait lorsque je l’entendis « Personne ne dormira avant que l’épreuve soit terminée ! ». Haaaaaa…. Seigneur j’avais à peine eu le temps de me calmer que mon corps était de nouveau parcouru de frissons. Des nuits blanches ? J’en avais enchainé plusieurs dans le cadre du travail, à force C’en était devenu une habitude fonction des demandes… mais là n’était pas la question ! Comment comptait-il nous empêcher de dormir ? Il allait nous donner des coups ? Le souffle court, j’essayai de me contenir un minimum, garant pour moi mes fantasmes alors que l’explication progressait. Puis vint l’information qui m’acheva… Je manquai de tressaillir mais sus rester droite, feignant d’avoir glissé sur quelque chose en changeant de position. Le visage légèrement détourné d’eux, je remerciais le ciel être dans une zone d’ombre, même moi ne savais pas trop à quoi je pouvais ressembler actuellement, en sachant que j’allais passer la nuit attachée à un arbre, à regarder Kuraku dormir paisiblement dans les duvets…. Il profiterait de leur douce tiédeur tandis que moi serait en proie aux morsures du froid… QUELLE MERVEILLEUSE RÉCOMPENSE !

Moi Metaru Itagami jurait de lamentablement échouer à cette épreuve, même si pour cela je devais aider l’autre à gagner et profiter de sa nuit ! Comment passer à côté de pareil délice ? Qui plus était, il y avait un bonus à ce test, des brigands, des brigands auraient été aperçus à l’ouest de la forêt… Finalement, je l’appréciais ce sensei, je l’appréciais même beaucoup, en l’espace de moins d’une heure il m’avait offert plus de cadeaux que je ne l’aurais espéré !
Fonçant dès le top départ dans la forêt, j’avançai çà et là à découvert avant de progresser sous le couvert des arbres vers l’ouest. Il y avait des brigands proches de mon village quand même, je pouvais laisser cette vermine prospérer si prête de mon habitat ! C’était un acte sans arrière-pensées, ou éventuelles questions sur le traitement qu’ils réserveraient à une riche noble…. Noooon loin de là ! Ce n’était que pur patriotisme… déglutissant difficilement alors qu’une nouvelle myriade de frissons avait couru le long de mon échine, j’accélérai ma course à l’abri des branches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai

Sam 30 Sep 2017 - 13:51
Les deux Genins avaient pris tout deux des directions distinctes et il devint rapidement difficile pour Daedra de les surveiller en même temps. Heureusement, il savait qu’il pouvait compter sur les clones qu’il avait parsemés par-ci par-là à des points stratégiques de la forêt. Au moindre problème, il le saurait. Metaru Itagami avait l’air de prendre la direction de l’ouest. À quoi elle pensait, il n’en avait aucune idée, mais il n’allait pas falloir tarder à agir pour elle. Mais justement, un clone d’argile l’attendait. Pour le moment, Daedra suivait du ciel Kuraku, qui semblait changer d’idées très rapidement, puisqu’une seconde avant il marchait, et la seconde d’après courait à travers les arbres. Perché dans les cieux, Daedra pouvait disposer d’une vision d’ensemble de la forêt, mais il y discernerait beaucoup moins ses deux Genins de nuit, alors il préférait rester plutôt bas, plus proche du sommet des arbres. Là, il put suivre les traces du Genin de Kaze sans problème, et l’observa même se faire un petit lit de sable pour s’y installer. Ce gosse avait vraiment traversé le désert ? Pourtant, il ne montrait là que trop peu de détermination. Daedra décida d’intervenir. Très bien dissimulé dans le dos de son oiseau, il fit descendre celui-ci à l’intérieur de la forêt. Un gros oiseau blanc au plumage épais, de trois fois sa taille, qui se posa sur la branche voisine de celle où se reposait le jeune Kuraku. Ouvrant la gueule, le Cacatua Alba envoya un kunaï d’argile sur la branche soutenant Kuraku, qui ne manqua pas de se briser sous l’explosion. Être discret, ce n’est pas rester immobile toujours au même endroit, mais faire en sorte que l’ennemi ne connaisse jamais ta position. Voilà la raison de l’intervention de l’oiseau blanc, qui rappelons-le ne faisait que protéger ses petits.

De l’autre côté, plus à l’ouest, Itagami se faisait plus discrète. Mais ce n’était pas un problème. Un agent l’attendait déjà sur le terrain, si l’on puit dire. Avançant sous le couvert des arbres, elle semblait avoir dans l’intention d’aller à la rencontre des brigands qu’avait mentionné Daedra plus tôt. Enfin, si elle se dirigeait à l’ouest, ça ne pouvait être que ça. Et c’était d’une bêtise… Mais bon, il allait faire avec les élèves qu’il avait. Alors qu’elle avançait encore vers l’ouest, elle tomba sur quelque chose qu’elle n’attendait certainement pas. Metaru Shuuhei, agenouillé sur le sol, agonisant, lui adressant ses dernières paroles.

- N’y va pas, Itagami. Ils sont trop forts pour toi. C’est... là, le dernier ordre de ton Chef de clan… Itagami...

Il sembla s’attacher à la vie, attrapant les poignets de la Metaru, avant de s’effondrer devant elle. Comment allait-elle réagir, c’était maintenant une toute autre question… Comment allait s’en sortir Kuraku, et allaient-ils finalement se mettre au boulot ? Daedra décida de bousculer un peu la chose. Il déploya sa deuxième carte. Qu’importe ce que pouvait être en train de faire Kuraku, il vit ses parents le rattraper et le prendre par la main. Ils n’étaient pas que des statuettes. Ils bougeaient, parlaient.

- Mon chéri… commença sa mère. Tu ne dois pas te renfermer comme ça.

- Oui, reprit son père. Nous sommes là, juste ici, avec toi, lui dit-il en désignant son cœur.

- Mais tu dois rejoindre ta nouvelle camarade, te faire de nouveaux amis. Ne tire pas un trait sur nous, seulement,
avance vers l'avenir, avec les amis que tu te feras...


_________________

« Kneel to Kumo, Invité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t716-daedra-le-prince-de-l-argile-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai http://www.ascentofshinobi.com/u287

Sam 30 Sep 2017 - 14:18
Posé sur son lit de sable, Kuraku était en pleine réflexion. D’un point de vue extérieur, l’on pourrait penser qu’il ne faisait que se reposer. Cependant, c’était sa manière à lui de s’enfoncer dans son esprit, coupé de tout, afin de pouvoir mieux réfléchir, tel un fin stratège.

Il fût brusquement interrompu lorsque la branche sur laquelle il reposait s’effondra. Il avait bien tendu remarqué l’oiseau qui s’était posé à côté de lui, sur une autre branche. Il semblerait que Daedra n’ai pas apprécié qu’il prenne son temps pour réfléchir et qu’il voulait qu’il se mette au boulot.

Soit.

En chute libre, Kuraku amortis sa chute grâce à ce même lit de sable qu’il fît apparaître à son point de chute. Pas de blessure, tant mieux. Il était temps de se mettre au travail, même s’il avait été secoué. Il décida de reprendre sa route, lorsqu’il fût rattrapé par son passé. Il ne savait pas si ce qu’il voyait était réel ou pas, s’il hallucinait ou pas, mais l’impact psychologique resterait le même. En effet, ses défunts parents étaient là. Ils lui parlaient, le touchaient. Quelle était donc cette sorcellerie ? Ils semblaient si réels… Kuraku restait figé là, l’œil écarquillé, les larmes s’y accumulant. Ses parents lui parlaient, lui disant de ne pas s’enfermer sur lui-même, qu’ils seraient toujours présent dans son cœur…

Ce n’est que lorsqu’ils lui conseillèrent de rejoindre sa camarade, Itagami, que Kuraku fût pris d’une colère noire. Ses parents n’étaient qu’une création de Daedra, vouée à le déstabiliser, mais aussi à lui faire comprendre la voie du Shinobi, notamment à travers le travail d’équipe. L’œil perçant, les larmes coulant sur son visage, Kuraku s’empressa de briser cette sorcellerie en « tuant » ces clones d’argile grâce à son kunaï.

Il n’arrivait pas à s’extirper de cette colère noire, la mort de ses parents étant trop récente. Il était déterminé, mais pas assez calme pour ne pas se mettre en danger. Sa camarade s’était dirigée vers l’Ouest, où se trouvaient les bandits. C’est donc vers l’Ouest qu’allait se diriger Kuraku, afin de la rejoindre. Il n’avait pas envie de tomber sur les bandits, mais il ne fallait pas qu’il arrive malheur à Itagami.

Il n’allait pas mettre bien longtemps à la trouver, car elle aussi fût arrêtée par la sournoiserie de Daedra.

« ITAGAMI ! » cria Kuraku, « Ce n’est qu’une supercherie prévue par Daedra, l’homme n’est qu’un clone d’argile »

Faisant une petite pause, il reprit, toujours dans une colère noire :

« Faisons équipe, je te suivrais si tu décides de t’occuper de ces bandits » dit-il, un sourire sournois se dessinant sur son visage, les larmes s’accumulant toujours dans son œil.


_________________
私はあなたに報復するだろう
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 1 Oct 2017 - 2:13
Je m’étais enfoncée dans la forêt sans trop de soucis, progressant allègrement vers ma destination l’esprit plein d’espoir et mes chairs, frétillant d’impatience à l’idée de toutes ces choses qui pourraient mal tourner. Plusieurs idées m’avaient traversé l’esprit, certaines ne pouvant être rédigées ici sous peine de risquer un blâme, d’autre aussi folles que ma mise en vente en tant qu’esclave par d’éventuels trafiquants ! Et je ne parlais même pas de ce qu’ils feraient en apprenant mes nobles origines, ou la valeur qu’une Metaru pourrait avoir à leurs yeux ! Ou peut-être allait-il me considérer comme une simple forge vivante et me traiter comme un objet… !!!
Il n’y avait personne autour je pouvais me laisser aller à mes fantasmes, une expression sur le visage que trop peu de personnes n’avaient pu contempler dans leur existence je progressai vers ce qui aurait dû être ma fin, lorsque sur ma route se dressa… un imprévu, un imprévu de taille si je puis dire.



- Shuu… ? Mais… qu’est-ce qu… Balbutiai-je en mettant un terme à ma course, mortellement blessé, agonisant au sol gisait Shuuhei…

Que faisait-il là ? De ses dires je déduisis que le danger venait de la zone vers laquelle je me dirigeais, seulement. Ne parles pas Shuu reste tranquille, je vais t’amener à des secours…Fis-je en entreprenant de le prendre sur mon dos, et le ramener au village. Mon cœur tambourinait dans ma cage thoracique comme s’il voulait à tout prix s’en extirper, prise de peur, voire de terreur, je saisis celui qui fut un temps était mon homme et était sur le point de le déplacer, lorsque j’en sentis le poids… Celui d’un cadavre.

- Shuu… aller lève-toi, fais pas ta fillette… lançai-je avec un sourire nerveux, sur le visage, je le sentais, mais ne pouvais le résorber, tout comme je sentais des larmes courir sur mes joues, mais ne pouvais les arrêter. Aller Shuu… à.aa.. à arrête tes conneries ! Je te préviens que si tu essaies de me peloter je vais…j. .j.. je vais… Je ne trouvais plus mes mots, j’avais beau tirer, secouer tapoter, il ne réagissait point. Son corps était aussi inerte et dépourvu de vie que celui du garde qu’il y avait quelques années j’avais tenté de secourir lors d’une attaque sur le domaine du Daimyo. Shuu.. Fis ma voix tremblante alors que lentement j’abandonnais mes efforts de lui venir en aide.
Un massage cardiaque ? Du bouche-à-bouche ? Non dans son état et avec tout le sang qu’il avait perdu, ces méthodes reviendraient jeter un verre d’eau sur un immeuble en flammes… mes yeux chargés de larmes se tournèrent lentement vers le corps feu ex et mon Raikage, comment était-ce possible…

Hoquetant sous le choc, je regardai autour de moi avec ferveur, cherchant ou diables pouvaient-ils être, comment ces incapables avaient-ils pu laisser ceci arriver à leur Raikage ? Où était l’escorte qui était censée surveiller de loin la personnalité la plus haute du village ? Personne ! Pas un autre sillon, pas un semblant de présence ayant tenté de le suivre au loin vers l’ouest, lui-même ne semblait pas avoir essayé d’en sauver un ou d’en ramener un avec lui… avait-il eut si peur ? Était-il si terrorisé que l’homme en qui j’avais cru à cette époque, celui qui volontiers aurait offert sa vie pour en sauver une autre serait devenu si lâche ? Surtout après Kahei… ?
Petit à petit, mon visage se renfrognait… plusieurs éléments ne collaient finalement plus, le premier étant qu’il n’aurait jamais essayé de se sauver seul, le second qu’il n’aurait jamais prononcé mon prénom en entier, il le trouvait peu commode, ou trop long à prononcer ; c’était justement à cette occasion qu’il m’a créé cet insupportable surnom… « Lalatina ». Quitte à porter un nom avec autant de syllabes autant qu’il soit amusant à prononcer. Avait-il osé me sortir avant de m’en affubler. Finalement, perplexe, j’avais essuyé mes larmes et regardait le corps d’un Metaru Shuuhei, mort après avoir fui la queue entre les jambes…

- Qui es-tu… ? Peut-être était-ce l’une des phases de l’acceptation de la mort d’autrui, le rejet de cette éventualité, le rejet de cette possibilité que ledit individu soit mort… mais là, en cet instant précis, plus j’y pensais moins j’y croyais.
Il était mort des suites de blessure au combat, mais de pareilles lacérations ne sont normalement pas possibles avec le style de combat que je l’ai vu et même un peu aidé à développer, aussi et surtout… dans cette nuit noire, dans le calme plat de cette forêt, je n’avais vu, ni entendu un seul coup de tonner… j’étais bien placée pour connaitre les jutsus de mon ex, mais n’avais pas perçu à travers la noirceur de cette forêt ne serait-ce qu’un flash provenant d’une technique d’affinité raiton… Tu ne peux pas être le Shuu que je connais… Murmurai-je les bras croisés, sentant petit à petit une sombre colère naitre au plus profond de moi… Finalement, nous n’allons peut-être pas aussi bien nous entendre que je le pensais… sensei… Murmurai-je alors qu’à mon poing fermé s’écoulait du métal, prenant lentement forme autour de mon poing, grossissant encore et encore, ne s‘arrêtant que lorsqu’il eut suffisamment de volume pour pouvoir écraser une tête entre trois de ses doigts, mon gantelet de combat venait de s’éveiller de sa torpeur. Je ne pensais pas y avoir recourt en cette soirée… mais pour le coup, il fallait que je passe ma frustration sur quelque chose.

Le poing fermé, je pris position et le levai pour prendre plus d’élan ; c’est à peu près à ce moment-là que j’entendis la voix de mon coéquipier. Je l’avais vu prendre une autre direction tout à l’heure, il fallait croire que j’avais passé un certain temps dans cette petite clairière, celui-ci confirmait mes dires, il s’agissait d’une supercherie, du ninja qui aurait dû accourir pour aider son Kage puisqu’il aurait dû percevoir l’éclat argenté de ses cheveux aux reflets de la lune. -… Hééé… expirai-je en guise de réponse. C’est bien ce que je me disais. Fis-je alors qu’à poing s’étaient formée des pointes de métal. À peine Kuraku fut-il à mes côtés que s’écrasait avec rage mon poing contre cette ignominie. S’enfonçant de plusieurs centimètres dans le sol, l’effigie de Shuuhei finit littéralement broyée sous la pression alors que le sol avait tremblé et c’était en bien des endroits fissurés sous l’impact combiné de ma force et du poids du gant que moi, je ne ressentais pas vraiment.
C’est finalement mon coéquipier qui prit l’initiative, enfin, qui me proposait de tailler dans le lard de ces pseudos bandits… pour ma part. Ça m’allait, un peu d’aide, n’était point de refus, je ne savais trop ce que l’on allait y trouver, mais ma colère devenue un mixte de frustration et d’un intense désir de faire souffrir ne s’aurait se sustenter d’un simple clone jouant au mort.



- Hééé… faisons ça, après tout c’est de leur faute de s’être tant approchés de notre village et puis… on ne nous en voudra pas si quelques-uns meurent, ou que d’autre ne soient plus vraiment en mesure de coopérer… n’est-ce pas… Demandai-je en me redressant, extirpant lentement mon gant à pique de ma précédente victime, alors que mes doigts bougeaient par saccade, comme pressés d’en broyer une autre, une véritable cette fois-ci. Allons leur faire regretter leur acte… Lui murmurai-je avec une drôle de douceur, alors que derrière mes cheveux, l’on ne percevait véritablement que le sourire qui était né de cette frustration. Allons leur montrer que les proies aussi ont des crocs…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai

Lun 2 Oct 2017 - 0:58
Après avoir secoué un Kuraku installé sur son lit de sable, le véritable Daedra s’était envolé de nouveau. Alors qu’il se doutait que son clone d’argile sous l’apparence du Raikage ferait bientôt face à Itagami, il avait envoyé deux de ses clones, sous la forme des parents de Kuraku, à sa rencontre. Tout se déroula bien, et même si cela ne lui faisait nullement plaisir de mettre son élève dans un état pareil, le résultat se fit présent. Il se dirigea vers l’ouest dans le but de retrouver sa camarade, malgré une colère noire. La question restait de savoir, allaient-ils prendre les bonnes décisions ? Quelques minutes passèrent, et Daedra sentit l’expérience de son clone lui revenir. Itagami l’avait détruit, et elle comme Kuraku semblaient vouloir se diriger vers les bandits. Cela signifierait l’échec de l’épreuve. Mais Daedra ne ferait rien pour les en empêcher, ils étaient là pour prendre leurs propres décisions. Lui était là pour leur mettre des bâtons dans les roues. Et il fallait avouer qu’il s’y était plutôt bien pris. Du côté de Kuraku, il l’avait mis dans une colère noire. Du côté d’Itagami, il eut plus qu’il n’en attendait : La Genin semblait très proche du Raikage, le surnommait même « Shuu ». Il n’en attendait pas autant. Et ce fut probablement ce détail qui changea la donne.

Après quelques minutes de course, les deux Genins arrivèrent finalement à la lisière de la forêt. Là, ils purent observer trois clones de Daedra garder l’entrée d’une grotte. De son côté, le véritable Daedra survolait la zone sur son oiseau d’argile. La lisière du bois étant fourrée de pièges, un parchemin explosif s’activa à quelques mètres des deux Genins. Rien qui ne soit fait pour les blesser. L’explosion alerta les clones de Daedra, qui se mirent à chercher des yeux les deux Genins. Chose qui ne fut pas compliqué, et ils engagèrent le combat. Deux des clones envoyèrent chacun un kunaï explosif vers Kuraku et Itagami, alors que le troisième restait de marbre, prêt à défendre les deux autres en prévention d’une éventuelle offensive au corps à corps.

- Je vous donne dix secondes pour retourner à votre épreuve, annonça-t-il en parlant d’une voix suffisamment forte pour qu’ils l’entendent.

Toujours en vol, alors que le décompte de son clone commençait à voix haute, Daedra observa les actions de ses élèves. Celles-ci allaient être déterminantes pour la suite, et rien n’était laissé au hasard. Il y avait là d’innombrables possibilités. La grotte pouvait-elle renfermer les trois oiseaux, maintenant qu’ils avaient découverts que les bandits n’étaient autres que les clones de leur sensei ? L’état d’esprit des deux Genins leur permettaient-ils de ne serait-ce qu’y penser ? Etait-ce un piège du vicieux Daedra ? Allaient-ils combattre les clones, ou retourner à l’épreuve ?
Spoiler:
 

_________________

« Kneel to Kumo, Invité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t716-daedra-le-prince-de-l-argile-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai http://www.ascentofshinobi.com/u287

Lun 2 Oct 2017 - 19:44
Itagami, elle, ne s’était pas laissée abattre par le stratagème de notre Sensei, et c’était tant mieux. Elle s’était débarassée du clône d’une manière plutôt impressionnante, c’était la première fois que Kuraku voyait ce dont étaient capables les Metaru. La force brute de ce Shinobi lui était appréciable, tout comme sa façon de penser. Ils allaient finalement peut-être bien s’entendre. Tant mieux pour l’équipe.

On allait pouvoir avancer. Elle semblait déterminée à aller se faire du bandit, tout comme Kuraku, submergé par la colère. Cependant, Kuraku n’avait pas tous ses esprits, il ne répondait plus de rien, et ça allait peut-être leur causer des problèmes. Comment allait-il réagir si sa camarade se blessait, ou même pire ?

Il y avait autre chose qui trottait dans la tête de Kuraku, même s’il n’en tenait pas compte… Comment allait réagir leur Sensei s’ils oubliaient la mission volontairement pour s’amuser à tuer de petites frappes ? Est-ce que s’attaquer aux bandits signifiaient abandonner la mission ? Allaient-ils tous deux dormir attaché à un arbre, privés de duvets ?

Les deux Genin avaient pris le chemin de l’Ouest et n’avait pas changés de cap. Ils arrivèrent très vite à la lisière de la forêt où ils aperçurent l’entrée d’une grotte, protégée par ce qui semblait être trois bandits.

« Qu’est-ce que… ? »

C’est sans qu’il s’en aperçoive qu’un parchemin explosif interrompu leur course. Par réflexe, Kuraku se protégea lui et sa camarade grâce à son mur de sable, bien que l’explosion ne fût pas dangereuse. Sans qu’il ait le temps de réfléchir à une contre-attaque, deux des clones s’étaient empressés de leur jeter des Kunaï explosifs, qui entrèrent en collision avec un nouveau mur de sable. Il n’avait pas eu le temps de protéger sa camarade, et la fumée crée par l’explosion l’avait fait disparaître de son champ de vision.

Alors qu’il s’apprêtait à contre-attaquer, le jeune Genin entendit une voix venant du ciel. Toujours dans une colère noire, cette voix lui fît reprendre ses esprits. Daedra se trouvait là, haut perché sur son oiseau en vol. Un ultimatum. Soit les deux Genin retournaient dans la forêt pour finir l’épreuve, ou plutôt pour la commencer puisqu’ils avaient toujours rien trouvé, soit ils attaquaient les bandits et mettaient fin à l’épreuve, échouant lamentablement. Ce n’est pas ce que voulait Kuraku, ce n’est pas comme ça qu’il allait s’améliorer ni devenir un Shinobi respectable.

« Si je retourne dans la forêt, est-ce qu’Itagami va me suivre ? Je ne peux pas la laisser seule face à ces bandits… » Pensait-il…

« Itagami, il faut que nous retournions à l’épreuve, on ne peut pas abandonner sur un coup de tête, on s’expliquera avec Daedra plus tard… Est-tu prête à me suivre dans la forêt ou mes paroles ne peuvent te convaincre ? »

L’esprit à nouveau clair, il espérait que sa camarade fasse preuve de sang-froid et décide de le suivre. Cependant, si elle décidait de s’en prendre aux bandits, il n’allait certainement pas l’abandonner à son sort.

Pour résumer, la suite de l’épreuve résidait dans le choix de la jeune Metaru…

_________________
私はあなたに報復するだろう
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 4 Oct 2017 - 18:10
Hormis cette frustration et ardent désir de tout détruire sur mon passage, il y avait bien une chose qui me permettait de complètement ignorer l’exercice que nous avait confié Daedra. Il l’avait dit lui-même, le résultat bon, comme négatif n’était pas éliminatoire, que l’on réussisse ou échoue ça ne lui permettrait que de changer ou adapter notre entraînement… mais je pouvais déjà dire que ses méthodes me déplaisaient au plus haut point. Je n’étais pas seule au domaine pour hurler ma rage, ni seule dans le dojo pour la déverser sur des mannequins d’entrainement… en ce sens il me fallait une cible, quelque chose qui jouerait le rôle de souffre-douleur. Quelque chose sur lequel j’allais pouvoir me défouler et par la même occasion vérifier ma propre progression, ces bandits étaient en tout point la cible idéale.
Nous traversâmes la forêt assez vite, il ne fut clairement pas compliqué de tomber sur lisière ouest de celle-ci. Je ne m’attendais d’ailleurs pas à ce que l’on ait fait si bonne route, mais il fallait croire que ci, à peine hors des arbres nous eûmes juste le temps de percevoir trois silhouettes devant une grotte dans la montagne qu’explosa. J’avais pris une position défensive et était sur le poing de me matérialiser une coquille de métal lorsque je perçus du sable se mettre entre l’explosion et nous. Accordant un regard à mon coéquipier, j’eus un petit sourire en apprenant enfin les origines de ses capacités, mais ce ne fut que de courte durée. Je n’eus même pas le temps de m’étaler là-dessus qu’une nouvelle attaque nous ciblait ; il s’agissait cette fois-ci de Kunais.

Je tendis mon bras recouvert d’un gantelet de métal vers le projectile puis changeai d’avis au dernier moment, rien ne disait que la puissance allait être aussi dérisoire que le premier parchemin. Pour sure, la détonation contre le sable de Kuraku me fit reculer sur une certaine distance avant que je ne puisse de nouveau me rapprocher, écoutant la voix familière de notre sensei. Ce n’était ni excuses ni instruction, ni précision ni même des indices, juste un ultimatum concernant nos chances de rater une mission qui n’engageait en rien et ne semblait avoir pour objectif que vérifier nos talents à trouver quelque chose de nuit sur un vaste territoire parsemé de cachette éventuelle pour un petit objet…
Poussant un soupir alors que le premier chiffre de son décompte se faisait entendre, mon visage n’avait rien perdu de son séreux, même si j’étais un tant soit peu plus réveillé, mes intentions elles n’avaient pas changées ou bougée d’un iota. Presque dans le même temps, mon compagnon était revenu sur sa précédente décision, je ne pouvais lui en vouloir s’était la jeunesse, il s’adressait à moi sans suffixe d’ailleurs… nous mettrons ça sur le coup de l’équipe que nous étions sensés former.

- C’est vrai, un Shinobi ne doit pas sur un coup de tête abandonner la mission qu’il a en cour. Fis-je en gardant un œil sur les clones qui semblaient visiblement se tenir calmes en attendant la fin du décompte qui progressait. , Mais j’ai aussi tendance à penser que non pas un shinobi, mais un individu devrait savoir faire fi de certaines choses et se concentrer sur ce qu’il estime être des priorités. Continuai-je en posant mon regard sur lui, l’on y sentait plus la détermination que de la colère, mais celle-ci restait bien présente.

Disons que nous tournons les talons et retournons antre mission, soyons fous, disons même que nous réussissions tous deux la mission, car il y aurait un quatrième oiseau d’argile, mais que dans la semaine qui suis, nous somme amener à croiser des veuves et des orphelins, des pères n’ayant plus de familles et des mères ayant pleurés la mort de leur fils… arriverais tu as dormir la nuit en sachant que ce sont ces brigands que nous avons laissés filés qui ont perpétré ces massacres ? Arriverais-tu à présenter tes condoléances devant ces âmes en peine en sachant que tu aurais pu les sauver, mais que tu as préféré t’en tenir à ta mission. Fis-je en gardant le contact visuel avec lui tandis que le décompte arrivait à sa fin. Chokoku Sensei ne nous a pas dit qu’il y avait rien derrière ces clones, il nous a simplement sommés de retourner à notre mission. Mais… connaissances les possibilités que je viens de te citer… désolé, mais je n’aurais pas la force de fermer l’œil en sachant que ces gens vont s’en prendre à des innocents et que j’ai préféré partir chercher des oiseaux dans une sombre forêt. Je redirigeai mon regard vers les clones ajustant ma pose pour charger l’adversaire. Qui plus est, le clan Métaru représente la police de Kumo gakure et assurent la sécurité de tous ses habitants et compatriotes… laissés une éventuelle tragédie se produire serait tourner le dos au sang qui coule dans mes veines.

- Shadouresukonbo… ( Combo sans ombre )
Me murmurai-je les poings fermés quand retentissait le zéro.

Fronçant les yeux, tout mon corps se crispa l’espace d’un instant avant que je ne démarre en trombe ! Courir à longueur de temps m’avait été d’une remarquable utilité pour maitriser cette technique de sprint. Je raccourcis en très peu de temps la distance qui me séparait du premier clone tentant à peine arrivée d’écraser mon poing armé dans son estomac en combinant ma force à celle générée par la course avec la solidité du métal, le temps de prendre une position plus stable, j’enchainai avec un crochet du gauche avant de jeter un œil concerné vers les autres clones, m’attendant à une réaction tout aussi violente.
Hormis ce beau discourt sur les brigands et leur méfait, hormis le fait que je voulais absolument pouvoir cogner Daedra au moins une fois, même s’il ne s’agissait que d’un clone une question se posait. Pourquoi non pas un, non pas deux, mais justement trois clones protégeaient cet endroit ? De plus, n’était-ce que des brigands de l’autre côté de ce blocus ? Ou il y avait autre chose ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai

Mer 4 Oct 2017 - 19:59
L’hésitation semblait s’être installée durant le décompte de dix secondes. Dix secondes durant lesquels les supposés bandits ne s’étaient pas gênés d’attaquer, munis de kunaïs explosifs. Daedra observait le déroulement des choses depuis le ciel, toujours. Un sourire aux lèvres malgré le mauvais déroulement de son épreuve, content d’avoir l’occasion de voir de quoi étaient capables ses élèves. Il guettait aussi le moment opportun pour intervenir. En réalité, il réfléchissait aussi déjà à ce qu’il allait pouvoir dire pour conclure cette épreuve, qui n’était pas une franche réussite, même s’il n’y avait pas que du mauvais. Kuraku avait presque instinctivement protégé Itagami, chose à laquelle Daedra ne s’attendait pas. Il maîtrisait assez bien son sable, pour quelqu’un qui, quelques jours plus tôt, prétendait seulement savoir qu’il pouvait le faire.

Mais les dix secondes passèrent finalement, et Itagami décida de lancer l’offensive, parcourant la distance qui la séparait des bandits à une vitesse assez impressionnante. Mais le bandit se montra impressionnant à son tour, se propulsant en l’air à l’aide de boules blanches dans ses mains, à l’Iron Man. En l’air, il lâcha les boules blanches et s’arma d’un kunaï qu’il pointa en direction d’Itagami, alors que la gravité le rappelait au sol. Un coup rapide et précis, en somme.

- Qu’est-ce que tu attends, gamin ? dit un des bandits qui n’avait pas été attaqué par Itagami. Aurais-tu peur ?

De la provocation dans sa plus simple forme. Ce n’était pas parce qu’Itagami s’était lancée dans le combat et avait dès lors abandonnée la mission qu’il en était forcément de même pour Kuraku. Il avait encore une chance de s’en sortir. Le troisième bandit, celui qui jusqu’ici était resté les bras croisés, se rua sur Itagami pour venir en aide à son coéquipier. D’une grande vitesse, il alla asséner un coup de poing direct au visage de la jeune Genin, et alors que son poing s’approchait, un serpent sortit de sa manche et alla s’accrocher à sa cible, explosant cinq secondes plus tard.

De son côté, du côté du ciel donc, Daedra patientait, observant avec curiosité les moindres mouvements de ses élèves. Un jour, il leur proposerait un véritable combat organisé ; ce n’était pas le moment, même si ce combat lui permettait d’évaluer une première fois leurs capacités au combat.

- Alors, Kuraku… Que comptes-tu faire ? pensa-t-il, les yeux rivés sur ce dernier alors que de l’autre côté, Itagami était déjà dans un combat non sans dangers.

Puis, doucement, le Cacatua Alba, qui n’était autre que l’oiseau sur lequel volait Daedra, dessina des cercles dans le ciel, descendant tout doucement jusqu’au sol avant de se poser devant l’entrée de la grotte, la taille de l’oiseau la dissimulant désormais. Mais le sensei ne prononça pas mots, et continua à regarder le déroulement du combat.



_________________

« Kneel to Kumo, Invité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t716-daedra-le-prince-de-l-argile-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai http://www.ascentofshinobi.com/u287

Ven 6 Oct 2017 - 13:59
Itagami avait fait son choix, sans sourciller ne serait-ce qu’un instant. On pouvait dire adieu à l’épreuve, tant pis. Je n’avais pas d’autres choix que d’aller la soutenir, après tout on était une équipe et je n’allais pas la laisser se mettre en danger. Vaut mieux être deux dans ces cas-là non ? Même si je n’avais pas encore à proprement parler de techniques offensives, j’allais pouvoir m’évertuer à la protéger de toutes attaques. Elle n’aurait aucunes blessures graves, je le jure sur mon honneur.

Itagami estimait devoir se charger de ces bandits dans l’optique ou ils causeraient du tort à quelqu’un d’autre, elle s’imaginait qu’ils pouvaient faire de nombreux morts inutiles que l’on peut sauver en les éliminant maintenant à jamais. Il était très clair qu’elle essayait d’une manière ou d’une autre de me convaincre, bien qu’elle aurait pût s’en passer puisqu’en effet quoi qu’elle fasse je la suivrais.

Le décompte de Daedra-sama arrivé à terme, elle s’attaque presque instantanément aux bandits, sans réfléchir.

« Très bien… » Dis-je en soupirant, quand même déçu de devoir abandonner l’épreuve.

« J’espère que vous ne m’en voudrez pas, Sensei. »

Sur ces paroles, je rejoins Itagami aussi vite que possible, déterminé à la protéger des attaques de ces clones.

« Daedra m’a parlé de son pouvoir, il faut faire attention à ne pas être au corps à corps lorsque tu les vaincras car ils exploseront et tu pourrais finir gravement blessée. »

Itagami semblait très forte et n’hésitait pas à se ruer sur les ennemis. Tout mon contraire. Je n’ai pas eu le temps de m’entraîner et mon Sunaton ne réside que dans l’utilisation de techniques, je n’avais aucune force physique. J’allais tout de même faire tout mon possible pour lui venir en aide.

« Je vais les aveugler pour t’offrir une fenêtre de tir. Ce seras ensuite à toi de jouer. Je te protégerais tout du long afin que tu puisses te concentrer sur l’attaque. C’est notre seule chance. »

Ainsi dit, ainsi fait. Je me ruai vers l’ennemi et les aveugla grâce à mon sable. Le clone qu’Itagami avait essayé de frapper avait esquiver en se propulsant en l'air et essaya de la blesser avec son Kunaï. C'était sans compter sur les capacités défensives Sunaton, que j'utilisait donc pour protéger Itagami. Bien que j'ai réussi à la protéger de cette attaque, je ne pût la protéger d'une seconde attaque tout aussi rapide. L'explosion créa un nuage de poussière qui engloba ma coéquipière.

« J'espère qu'elle n'a rien... »

Daedra n’allait surement pas se laisser faire de la sorte, même si ce ne sont que ses clones.

Lorsque le nuage de poussière se dissipa, je pût observer l'oiseau de Daedra, posé devant la grotte.

Qu’est-ce que le Sensei nous réserve ?


_________________
私はあなたに報復するだろう
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 13 Oct 2017 - 23:55
Je m’étais élancée du mieux que je le pus, mais ça n’empêcha toute fois point ma cible d’y réagir, après tout la distance parcourue était suffisante pour permettre à un individu expérimenté d’y remédier ; mais je dois avouer avoir compté sur l’effet de surprise.
Mon regard suivit l’ascension du clone via des propulseurs blanchâtres à ses mains du regard, avant que la gravité ne reprenne ses droits et ne l’attire à moi de nouveau. Kunai en main, il redescendait en piquet avec visiblement pour intention de m’embrocher comme un vulgaire morceau de viande, levant le bras que j’avais recouvert de métal pour dévier la pointe de son arme blanche, j’arrêtai à mi-chemin, voyant un nouveau mur de sable s’ériger entre son attaque et moi. C’est un sourire aux lèvres que j’avais écouté et enregistré son conseil, heureuse qu’il ait décidé de soutenir mon implication contre ces éventuels assaillants avant de lui accorder ma confiance et donc ne plus me soucier de cette attaque aérienne à contrario, il y en avait cette autre occurrence de notre sensei qui jusqu’à présent s’était faite discrète et semblait maintenant être la plus prête à en découdre. Le troisième clone du Chokoku avait quitté sa léthargie, me prenant maintenant pour cible.

Sans perdre de temps, je frappai violemment le sol du talon, traçant un arc de cercle en sa direction, non pas pour véritablement pour l’attaquer, plutôt pour soulever un nuage de poussière pour l’aveugler, tout en profitant de la détente que m’octroyait cette position accroupie pour bondir vers celui qui venait d’atterrir.
* ça va faire mal…* L’un de mes poings prit pour cible ses cotes, frappant avec violence au corps avant que l’autre n’enchaine directement à la mâchoire de cette même cible. Profitant de l’élan générer par ce dernier crochet renforcé, c’est d’un coup de pied que je suivis le conseil de mon équipier, essayant d’éjecter ce clone dans le cas où celui-ci m’exploserait au visage.


- Merci pour le soutien ! fis-je à l’égard de l’utilisateur de sable, j’aurais bien voulu lui dire qu’il n’était pas particulièrement avisé d’informer nos adversaires de ses plans et donc d’éventuellement pouvoir s’en prémunir… ceci dit, ce qui s’échappa de mes lèvres était une interrogation tout autre. Mais qui te protège to… enfin, un début d’interrogation dirons-nous.

En effet j’avais à peine reposé la jambe qu’une violente détonation m’arracha au sol, elle souffla le nuage de poussière que j’avais soulevé, créant un nuage de fumée, me soufflant moi-même quelques mètres en arrière ; aussi bien surprise que prise au dépourvue par cette dernière. La couche de métal recouvrant mes bras s’était avérée particulièrement utile pour couvrir mes arrières au moment de la déflagration. * Ok… il faut faire attention aux Chokoku… Pensai-je en baissant la garde que j’avais levée ai l’instant ou je le put, la main sur la tête, tentant de me reprendre.
J’avais pris l’intervention du troisième clone pour une simple attaque au corps à corps, je ne pensais véritablement pas qu’il aurait essayé de me vaporiser. Enfin… le mot était peut-être un peu fort, la distance sur laquelle j’avais été repoussé était loin d’être aussi importante que cela ; notre adversaire du moment étant un chunin il devait certainement garder de la puissance de feu sous le coude. Pour ce je devais l’en remercier, si son attaque avait été plus sérieuse, ou si je me retrouvais en situation réelle, il était plus que probable que je ne m’en sorte que si peu atteinte… Mais, pour cette même raison, j’avais la très désagréable impression d’être prise de haut.

Fronçant le regard vers le nuage de fumée nous séparant l’un de l’autre, je remarquai à peine que la sentinelle volante n’officiait plus lorsque je repassai à l’offensive. Après une courte série de mudra, c’est plusieurs volées de Kunai et Shuriken que j’envoyai valser dans la purée de pois née de sa précédente attaque et puisqu’il les apprécier, à ces volées de kunais et shurikens créés de mon kekkai, s’ajoutai un intrus tiré de mon équipement de ninja, un kunai piégé d’une note explosive. Un dernier Kunai pris forme dans ma main, plus lentement que ses prédécesseurs, mais certainement plus efficaces si les autres n’atteignaient pas le but recherché. J’accordai un regard concerné à mon jeune coéquipier pour m’assurer qu’il s’en sortait avant de me reconcentrer sur la prochaine détonation qui secouerait cette forêt.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai

Lun 6 Nov 2017 - 22:21
Alors qu’Itagami était déjà en plein milieu du combat et se retrouvait dans un danger ne semblait en rien affaiblir sa témérité, Kuraku lui sembla hésiter un instant de plus. Pourtant, une seconde plus tard et il se retrouvait aux côtés d’Itagami.

Tout s’était ensuite enchaîné en vitesse. Aveuglant le premier bandit à l’aide de son sable, le garçon de Kaze no Kuni donna l’occasion à sa coéquipière de s’en sortir avec brio en écrasant complètement le premier clone avant de l’éjecter au loin, là où il pourrait exploser sans risques. Mais il sembla que la Metaru n’avait pas prévue la seconde attaque, qui, partant d’un simple coup au corps à corps, se transforma en une attaque explosive pouvant se montrer dévastatrice.

Alors que la poussière soulevée par la déflagration se dissipait, laissant les genins découvrir que Daedra était maintenant au sol sur son oiseau, devant l’entrée de la grotte, et le laissant découvrir lui qu’Itagami s’en était une fois de plus sortie sans blessures, Daedra décida de finalement prendre la parole alors que la Metaru se préparait à lancer une nouvelle attaque.

- STOP ! annonça-t-il d’une voix portante. L’épreuve est terminée. Vous avez tous les deux échoués. Vous avez abandonnés la mission pour vos histoires personnelles et avez ainsi automatiquement mis celle-ci en échec. Pour cela, vous dormirez tous les deux attachés à un arbre.

Marquant un temps de pause, il descendit de son Cacatua Alba et se rapprocha de ses élèves, alors qu’à côté ses clones retrouvaient la couleur blanchâtre de l’argile dont ils étaient faits.

- Cependant, je suis agréablement surpris de l’esprit d’équipe dont vous avez su faire preuve dans une situation le requérant plus que toute autre. Je vous invite à jeter un œil dans vos poches.

Discrètement, Daedra avait dissimulé deux oiseaux d’argile dans les poches de ses deux élèves.

- D’une certaine manière, vous avez réussi l’épreuve en faisant preuve d’un travail et d’un esprit d’équipe que je ne m’attendais pas à voir de sitôt. Soyez les bienvenus dans mon équipe, je travaillerai d’arrache-pied pour faire de vous des shinobis d’exception.

Passant derrière ses élèves pour entrer dans la forêt, prenant le chemin du retour à Kumo, il s’arrêta un instant et tourna la tête.

- Néanmoins, si vous m’en voulez pour ce que j’ai fait ce soir, alors je vous invite à me rendre vos bandeaux frontaux, car vous n’êtes vraisemblablement pas prêts à devenir des shinobis.

_________________

« Kneel to Kumo, Invité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t716-daedra-le-prince-de-l-argile-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai http://www.ascentofshinobi.com/u287

Mar 7 Nov 2017 - 19:19
Un grand nuage de poussière s’était formé sur le champ de bataille, si l’on puit l’appeler comme ça. La vision y était nulle, et pourtant, je ressentais une nouvelle présence. Cette présence s’était rapprochée, profitant du temps de pause imposé par ce nuage de poussière. C’était Daedra. Notre Sensei.

Quant à Itagami, elle s’en était sortie indemne sur la deuxième attaque qui lui avait été portée, bien que je ne pus la protéger. Tant mieux. Daedra était venu pour mettre un terme à l’épreuve, ainsi qu’au combat. Les clones étaient les siens, après tout.

« Vous avez tous les deux échoués »

Ces paroles raisonnaient dans ma tête. C’est tout ce que j’avais essayé d’éviter, mais je ne contrôle pas ma coéquipière, malheureusement. Avais-je fait le bon choix en venant lui prêter main-forte ? Il n’y a pas à réfléchir, il était plus que nécessaire que je la protège, après tout. Si elle s’était blessée, je m’en serais voulu, même si nous ne nous connaissons pas encore vraiment. Si je devais seulement protéger les personnes que je porte dans mon cœur, à vrai dire, je ne protègerais pas grand monde. Et c’est le devoir du Shinobi que de protéger ses coéquipiers. Alors oui, je pense avoir bien fait.

Nous allions finalement tous les deux dormir attaché à un arbre. Super… Je crois que cet aspect de la punition me déplait encore plus que le fait d’avoir été éliminé à cause d’Itagami.

Tout comme je suis fier d’avoir protégé Itagami, notre Sensei semblait avoir apprécié notre travail d’équipe. J’espère surtout qu’il a remarqué que m’attaquer à ces « bandits » n’était pas mon choix, et que j’en avais été en quelque sorte forcé. Je ne voudrais pas le décevoir, pas dès le début.

Il nous demanda ensuite de regarder dans nos poches. Et quelle fût ma surprise lorsque j’y trouvai deux oiseaux d’argiles. On aurait alors réussi l’épreuve, bien qu’on soit éliminé ? Je ne comprends pas vraiment.

Daedra s’empressa donc de nous expliquer qu’en quelque sorte, nous avions réussi l’épreuve à travers notre travail d’équipe.
Nous avons réussis ! Nous sommes désormais officiellement l’équipe #1 ! J’en suis ravi !

Sur ces mots, notre Sensei emprunta le chemin du retour vers Kumo. Il nous présenta alors un ultimatum : soit nous lui en voulions pour ce qu’il nous a fait subir, ce qui à vrai dire n’est pas grand-chose, et rendions nos bandeaux frontaux, marquant la fin de notre aventure Shinobi, soit nous ne lui en tenions pas compte et continuons avec ferveur notre entraînement.

Je lui jetai alors un regard déterminé, tout en resserrant mon bandeau frontal.





_________________
私はあなたに報復するだろう
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 18 Nov 2017 - 2:59
J’étais sur le point de pousser sur mes jambes pour entamer un sprint dans le souffle de l’explosion lorsque résonna avec force la voix du chef d’équipe, celui-ci nous apprenait la fin du dit examen, mais aussi la fin prématurée de ce combat que j’espérais quelque part remporter. Stoppée dans mon dernier assaut, je me figeai finalement, puis tachai de me redresser avant de me sentir défaillir. Réagissant assez vite, j’évitai de me retrouver face contre terre, mais cherchait surtout l’origine de ce malaise…
- l’explosion… Marmonnai-je avant de me redresser, c’était ce qui m’avait à ce point déstabilisé, j’avais échappé aux blessures physiques directes, mais pas au souffle de la déflagration. Ceci dit, il n’empêchait que j’avais parfaitement entendu le diagnostic de notre sensei vis-à-vis de la décision que nous venions de rendre et dans laquelle nous nous étions lancés corps et âmes.

* Nous avons échoué… vraiment ? * Me demandai-je en me redressant.

Considérait-il véritablement notre prise de décision du moment comme un échec, pour le coup celle-ci me dépassait. Peu importe la nature de la mission, peu importe la nature des éventuels dangers environnants, j’avais toujours été du type à privilégier les situations qui selon moi me paraissaient prioritaires. Ceci avait beau être présenté telle une mission, courir dans la forêt de nuit à la recherche d’oisillons d’argile me paraissait moins critique que tenter de mettre un terme aux agissements d’un groupe de bandit. Tournant le regard, je vis le visage de mon jeune coéquipier se déconfire à l’entente de notre échec, certes une bonne partie de sa face était dissimulée derrière des bandages, ses yeux n’en restaient pas moins visibles et ceux-ci en disaient long.

Lorsque reprit le Chokoku, ce fut cette fois-ci pour nous féliciter d’avoir appris à combattre ensemble et rester une équipe même dans cette situation contraignante ; et pour ce, il nous invitait à jeter un coup d’œil à nos poches... à quel moment ? À quel moment était-il parvenu à ainsi détourner mon attention pour glisser cette chose dans ma poche ?
Un peu choquée j’avais le regard dans le vide, cherchant à comprendre ce qui s’était passé. Probablement quand j’avais découvert le corps de Shuuhei ? À ce moment-là je m’étais égarée, fourvoyée et avait très certainement baissée ma garde qu’en s’enfuyaient mes larmes... mais non ; ça aurait voulu dire qu’il connaissait le résultat de cette expérience qu’il nous avait poussés à mener… ou alors pendant l’affrontement…

J’y réfléchissais encore lorsque j’entendis sa dernière tirade, si nous lui en voulions pour ses actes de la soirée, il nous réclamait nos bandeaux, et ce sur-le-champ. Venait-il de déterminer que nous ne serions point aptes à être des Shinobis sur la base d’un examen que nous avions passé et gardant en tête que ledit test n’aurait normalement eue aucune incidence sur notre avenir… quelque part ce n’était pas le cas, mais le mot « échec » résonnait encore dans ma tête.
Nous avions réussi son test « d’une certaine manière » l’envers trahissait aussi un échec, celui d’avoir attaqué des clones qui aurait pu être là pour évaluer notre niveau et ainsi nous permettre des plus apte à l’aider dans une éventuelle éradication « un camp de brigands. Oui, c’était ce à quoi je pensais, et ce depuis le début. Que ces clones lui permettraient de nous jauger et mieux mettre à profit nos capacités avant de nous lancer dans une traque de repris de justice ; c’était peut-être ce qui m’avait motivé à aller poursuivre l’affrontement.

Ceci étant dit, hormis la manière dont nous voyions les choses et celle dont nous percevions nos priorités, il avait certes de l’expérience en tant que Shinobi, mais je ne comptais tout de même pas changer la personne que j’étais pour marcher sur cette voie. Si je devais suivre les ordres au détriment de ma personnalité, ignorer mes ressentis et ma vision chevaleresque des choses pour prioriser des missions même aussi mineures pouvaient-elles être... alors Shinobi n’était effectivement pas le métier qui me seyait le plus… autant que je retourne à la forge.
Arrêtant mon mouvement alors que je levais la main vers mon bras pour me débarrasser de mon bandeau, un visage me revint, celui de l’actuel raikage, la discipline était quelque chose qui avait toujours fait défaut à Shuuhei et les dieux savaient que j’avais essayé encore et encore de le mettre sur la voie… mais si un individu aussi freelance, discipliné, mais déterminé que lui avait pu gravir les échelons jusqu’à devenir kage…. Pourquoi devais-je me remettre en question pour avoir modifié mes priorités… ?

- Hum… décidément, la manière dont nous percevons le rôle de Shinobi est selon moi bien trop divergente pour que nous puissions marcher ensemble… Chokoku sensei. Finis-je par lui avouer après un long silence. je suis certainement encore inexpérimenté en tant que Shinobi, je n’en disconviens guère, mais formation militaire ou pas, je refuse qu’une profession se fasse assez envahissante dans ma vie pour changer la manière dont je dois agir. Non je ne dénigrais en rien les Shinobis actifs du village en présentant leur activité comme un emploi banal, bien au contraire, mais ceci n’en restait pas moins une manière comme une autre de venir en aide au village en lequel nous avions foie.
Inclinant la tête face au chunin, je me redressant en lui adressant une dernière tirade. Veuillez s’il vous plaît pardonner mon impolitesse si tant il est que ceci soit perçu de la sorte, mais je pense nous rendre service en séparant ici nos chemins. lui adressai-je avec un sourire, de même qu’à Kuraku qui semblait assez attaché à lui. j’espère sincèrement que vous trouverez un meilleur équipier ou une meilleure équipière que moi… sur ce... je leur adressai un nouveau salut avant de tourner les taons pour revenir à l’endroit où nous avions déposé nos affaires. Finalement, je me voyais contrainte de faire quelque chose que je voulais à tout prix éviter ; demander à Shuu un service concernant ma réaffectation… et probablement quelque conseils pour trouver ma voie en tant que Kunoichi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai

Equipe #1; Mirai : Premier test [ft. Kuraku & Itagami]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: