Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Toi, viens par-là une seconde ! [Ft. Metaru Kinzoku]


Mer 27 Sep 2017 - 21:03
Ah, le petit enfoiré… à peine ai-je eu le dos tourné qu’il osa me voler mon bien le plus précieux. Non, rectification, mon second bien le plus précieux. Enfin, cela ne changeait en rien que le mec qui s’éloignait en sifflotant, la main droite plongée dans la poche intérieure de son gilet, avait eu l’audace – et la bêtise – de me voler mon fidèle Kiseru. Moi qui ai toujours croisé des gens étrangement serviables et généreux à Kumo, me voilà finalement face à un parasite de la société… Non mais regardez-moi cet idiot, il n’essaye même pas d’aller se cacher au fin fond du village. Non, il reste dans la rue, comme si j’allais réussir à le louper. Sauf qu’un Shinobi remarque aisément un non-shinobi qui fait le malin.

Caché derrière un petit muret, les jambes plissées et la tête à peine sortie, j’observais le voleur tourné en rond, regardant de temps en temps les ornements, ma foi plutôt très esthétiques, de son butin fraîchement récolté. Il fallait que je la joue finement, car avec mes bracelets et mon collier métalliques de prisonnier, si je charge un homme en plein milieu d’une ruelle, ça n’allait pas le faire. Enfin, je pourrais m’expliquer en temps voulu, mais sincèrement, je n’avais aucune énergie à dépenser dans des explications aussi futiles qu’épuisantes. Il me fallait donc inventer quelque chose… mais quoi ? Je pris quelques instants pour observer autour de moi afin de trouver une action intéressante à effectuer. Bien sûr, mon regard quittait très peu de temps l’imprudent. Il ne fallait pas qu’il transmette le Kizaru à un mec de passage. Les environs étaient plutôt vides, malgré le passage de petits groupes de personnes. Il y avait surtout des gens posés aux bars afin de siroter une boisson. Je ne me voyais pas trop déranger ces pauvres gens qui ne demandaient qu’un peu de tranquilité. Du coup…

Soudainement, mon regard fut porté sur un gaillard plutôt excentrique. Notamment remarquable de par ses quelques attributs physiques plutôt particuliers. Enfin, pas que je trouvais ça bizarre, mais au moins, ça passait pas inaperçu. Et puis, avec mes accessoires de prisonniers et mon bandeau rose, je pouvais cordialement fermer ma gueule en ce qui concernait les particularités vestimentaires.

- Oi, mon gars, approche.


… Fais chier. Au vu du bazar que font le groupe assis dans le bar d’à côté, il n’a sans doute pas remarqué ma présence. Bien qu’un gars comme moi accroupi derrière un muret c’est pas franchement invisible, quand on y pense. Enfin ! Passons aux choses sérieuses : aux grands maux, les grands remèdes. Je me levais et écrasais mon pied au sol en faisant légèrement bouillir mon chakra pour augmenter momentanément ma force afin de ramener le mec à l’étoile sur la joue vers moi.

- Bon, écoute moi bien, l’ami. Tu vois l’enfoiré, là-bas ? Il m’a volé mon Kiseru, et c’est impardonnable. J’vais avoir besoin de toi pour lui coller une raclée. Mais on va devoir la jouer fine pour pas s’emmerder avec la police. Qu’est-ce que tu proposes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mer 27 Sep 2017 - 22:03
Une belle journée d’été pour glander sur les terrasses des bars. Comme beaucoup en ce jour, je m’attèle à la tâche et je sirote paisiblement mon cocktail en compagnie de mon pote, Shikabù Nara. L’avantage de la saison, c’est que les filles n’hésitent pas à se dévêtir, et ça les amis, c’est vraiment un bonheur. Le petit Nara a déjà une gonzesse, alors il fait mine de rester droit sur ses bottes, même s’il pense que je ne vois pas ses yeux se détourner de temps en temps. Il se prend trop la tête. Du moment qu’il ne fait que regarder, c’est pas un problème en soit, sa gonzesse fait probablement la même chose. Enfin personnellement, je ne me prive absolument pas du spectacle.

Mais alors qu’on se chambre, comme à notre habitude, un type semble m’appeler discrètement. C’est qui ce type accroupi derrière ce muret ? Bon, honnêtement, c’est pas très rassurant donc j’esquive le regard. Je sais bien que ce n’est pas très cool, qu’il a sûrement besoin d’aide, mais la place est bondée de monde, il y a bien un âme charitable qui répondra à son appel. Alors les secondes défilent et toujours rien. Les gens sont pourtant cool sur Kumo. Qu’est-ce que je dois faire ? Ça sent les embrouilles cette histoire. Shuuhei va me réprimander si je me retrouve mêlé à une drôle d’histoire.

Quand même le destin veut votre peau, je vous assure que rien y fait. Le type de toute à l’heure me saisit, me pointe du doigt un autre type, puis m’explique finalement que ce dernier lui a volé son Kiseru et qu’il a besoin d’un plan pour le récupérer. Ça tombe bien car le boss de la stratégie est juste… pas là. Où est passé ce connard de Shikabù ? Il a toujours eu flair ce salopard, c’est probablement en sentant le bourbier qu’il a prit la fuite. Bon, pas le choix, va falloir me débrouiller sans lui sur ce coup.

« La stratégie n’est pas mon fort, l’ami. Tu t’es adressé à la mauvaise personne pour ça. Cependant, ceci étant fait à présent - que mon pote s’est tiré -, je veux bien t’apporter mon aide, dis-je en me frottant les mains. »

Enfin un peu d’action. Sauf que je reste complètement figé sur son bandana. Du rose. Sérieusement, c’est légal de porter ce genre de chose ? Il dit ne pas vouloir d’emmerde avec la police, mais en mettant à leur place, j’arrête immédiatement ce type pour l’interroger. Pourquoi du rose ? Au-delà de ça, je remarque des chaînes sur ses poignets, ressemblant étrangement à celles que l’on pourrait trouver en prison. Hm. Cette aventure m’a l’air à la fois excitante et suicidaire, mais j’aime bien.

En réfléchissant un peu plus, qu’est-ce qu’un type avec un physique pareil, probablement un passif de taulard et une voix aussi roque, fait appel à un type comme moi ? Mais je reste dubitatif ce qu’il est réellement. C’est-à-dire que le mec a tout parfait méchant, mais à côté de ça, il a quand même un bandana rose avec des plumes roses et blanches sur les cheveux. À part ça, ça ne dérange que moi ?…

« C’est un voleur, n’est-ce pas ? Logiquement, en te voyant s’approcher de lui avec ton allure très peu rassurante, il va indéniablement prendre la fuite. L’idée est dans l’emmener vers un endroit où personne ne nous dérangera pour lui casser sa gueule. J’ai l’habitude de chasser avec mon cousin, alors ce genre de chasse à l’homme, ça me plaît bien. Bref. De mon côté, je bloquerais les issues qu’il compte éventuellement prendre. »

J’esquisse un regard diaboliquement machiavélique. Je m’ennuie depuis tellement longtemps qu’à la moindre occasion, je deviens totalement excité. D’une tape à l’épaule, j’incite mon nouveau camarade à commence dès maintenant.

« Deux petites secondes, l’ami. On l’emmène vers le sud du village, il y a un grand terrain vague où vont-être construits des logements pour accueillir les nouvelles arrivées. »

Qu’il ne me demande pas comment je sais, je vagabonde simplement régulièrement. Si on parvient à l’emmener là-bas, je vais n’en faire qu’une bouchée de ce tocard. C’est pas mon objet que l’on a volé, c’est simplement une raison de casser la tronche d’un pour subvenir à mes pulsions meurtrières. Je suis un animal. J’ai besoin de sentir du sang couler. J’en salive d’avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Jeu 28 Sep 2017 - 19:03
Bien. Première bonne nouvelle, il n’était pas un coincé qui s’enfuit en courant au moindre petit imprévu. Certes, il aurait pu réagir au fait que je l’ai un peu forcé dans cette affaire, mais il le prend bien. Au fond, je pense que l’affaire l’intéresse davantage qu’elle ne le dérange. En revanche, il fallait immédiatement que je lui annonce les informations importantes.

- Retire ton regard de mon bandana. Il est beau en plus d’être confortable. Avec ton étoile et tes cheveux rouges, je pense qu’on joue à jeu égal !

Voilà, d'un très rapide ricanement et maintenant que c’était posé, j’écoutais plus attentivement son plan concernant le voleur. Il n’était pas stupide et proposa immédiatement du concret. Parfait, on n’allait pas perdre de temps en bla bla inutile. Y a rien que je détestais plus qu’attendre et ne pas avancer. Il avait apparemnent un peu d’expérience acquise auprès de son cousin. Bien qu’on ait pas réellement affaire à un animal sauvage, un voleur angoissé pourrait tout à fait répondre aux mêmes instincts qu’une proie, donc… bien, admettons ! Il proposait de bloquer les issues, et ma vitesse allait me permettre de bloquer l’une des deux sorties possibles. Ça me semblait être un plan réalisable.

- Pourquoi pas. Il y a trois passages, dont un mène au sud. Je pense que l’allée principale, qui mène à la Place de Kumo, est trop bondée pour qu’il s’enfuit là-bas, donc inutile de bloquer cet endroit. Je peux me diriger droit vers la sortie est, et tu n’auras qu’à l’inciter à passer par le sud. Une fois là-bas, je te permets de l’exploser par toi-même, mais mon Kiseru est précieux, donc on le récupère avant de lui faire payer sa bêtise !

Profitant de ma relative bonne vitesse ainsi que du fait que le voleur ait le dos tourné, je me dirigeais vers mon objectif alors que je laissais le mec aux cheveux rouges s’occuper de son côté. Une fois positionné, j’imposais le pied au sol et fixais le voleur jusqu’à ce qu’il me repère. Comme l’avait prédit mon compagnon de ‘’mission’’, il se fit discret et accéléra le pas pour s’enfuir au plus vite. Il tomba rapidement nez à nez avec ce dernier et constata assez rapidement qu’il n’était pas son allié non plus. Cette fois, pas de subtilité, il vit l’impasse au nord et prit la fuite par le sud. Il bousculait plusieurs affaires et autres détritus sur le chemin, mais rien ne nous ralentissait vraiment. Et puis, nous étions plus rapide que lui.

- Barrez-vous ! Vous savez pas à qui vous avez affaire !


L’enflure… il passait par une ruelle et là, la poubelle qu’il fit tomber boucha non seulement le chemin, mais éparpilla dans tous les sens des dizaines de boîtes. Même passer sur les murs n’était pas possible pendant quelques précieuses secondes. C’est pourquoi j’avais décidé de faire confiance au mec que j’ai forcé à m’aider !

- Prépare-toi, le mec à l’étoile ! La réception doit pas te faire perdre du temps ! Tu me le choppes à tout prix !

Les mains sur ses épaules, je le soulevais plutôt aisément et l’envoyais par-dessus ces obstacles. Si j’étais Chûnin, je n’étais clairement pas infaillible et on aurait pu perdre du temps. Maintenant, il faut qu’il gère la poursuite, voire mieux, capture carrément le voleur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Jeu 28 Sep 2017 - 22:44
Bon, le temps nous manque, j’ai pas spécialement envie d’en prendre davantage, mais je n’apprécie guère que l’on parle ainsi de mon tatouage et de mes cheveux. La génétique, on ne contrôle pas et on ne choisit pas. Ma foi, je détourne simplement le regard à l’opposé de ce dernier avant de me recoiffer, l’air un peu agacé par ces remarques impertinentes. Il remonte cependant dans mon estime en validant mon brodé en quelques secondes. Ça, j’aime assez.

Assez rapidement, on se retrouve pris de vitesse par notre « proie », qui semble connaître le terrain mieux qu’on ne le connait. Il chope une ruelle en nous obstruant le passage avec des débris, par lesquels je passe par-dessus, et ce grâce à l’aide mon camarade d’infortune et une force étonnamment impressionnante. Je pèse lourd tout de même. Le souci étant que je ne suis pas certain de pouvoir rattraper le voleur avant qu’il ne quitte la ruelle, et s’il tourne à gauche en sortant, notre plan tombe à l’eau.

« Oï ! Fais-le tour et réceptionne-le par la rue à gauche ! » crié-je mollement dans le vide.

Ça manque certainement d’entrain mais cela devrait être suffisant pour l’effrayer. Aucune science le prouve, c’est juste un coup de bluff après tout. L’habitude de trainer avec un Nara, les automatismes rentrent à force. Et comme convenu, alors que mon collègue ne s’y trouve probablement pas, le type tourne finalement à droite, toujours en direction du sud. En espérant que le type au bandana rose suive par la rue parallèle.

Je quitte enfin la ruelle, à la poursuite du même guignol, mais plus nous nous enfonçons vers le sud et plus la rue se dégage. Eh oui, petit imbécile, tu quittes la zone commerciales où se trouve tous les commerces, toutes les activités du village. D’ici deux cents mètres, approximativement, il n’y aura plus rien en face de toi. Tu aurais fait ça l’année prochaine, étant donné les travaux et les projets en cours, alors là… Honnêtement, j’aurais laissé l’autre malade dans sa merde, une mission impossible. Mais là c’est cadeau. T’es cerné.

Le terrain vague est visible à présent. Pas de témoin, pas de passant, aucun risque de nuire à qui que ce soit. Je dégaine un kunaï dans la petite poche attribuée pour cela et le balance sur le mollet du poursuivi, qui tombe instantanément après perforation de ce dernier. Il hurle de douleurs comme une tafiole. Le pas ralenti, je reste tout de même méfiant au cas où l’on me sauterait dessus de nulle part.

« - Allez, ferme-là abruti, je risque de rapidement perdre patience.
- MA JAMBE ! TU M’AS DÉTRUIT LA JAMBE !
- Tu réfléchiras avant de voler un bien la prochaine fois. Puis t’as un peu gâché mon après-midi de détente, dis-je en me craquant les doigts.
- Que… Que vas-tu me faire !?
- Récupérer le Kiseru pour commencer, et de suite, ne joue pas au plus malin.
- Tiens ! dit-il en me jetant l’objet. Et… Et maintenant !?
- Maintenant… Je vais te casser la gueule, dis-je en craquant mes doigts et en esquissant un bilan sourire. »


Il regarde rapidement les alentours, puis il sourit à son tour.

« - C’est bon les gars, je crois que son pote ne l’a pas suivi.
- Oh. Je vois. Un traquenard. Intéressant.
- Tu comptes casser de la gueule de qui maintenant, p’tit rigolo ?
- La tienne et celles de tes copines. »


Je suis excité par le tournure que prend l’événement, mais quand je vois les deux types armés qui sortent des faussés juste derrière, je me remets légèrement en question. L’un des avec des poings métalliques, l’autre avec une batte en bois et enroulée de fils de fer, c’est quelque peu dérangeant. Qu’est-ce qu’il fout monsieur bandana rose, là ? Je suis là pour sa vieille pipe, et au final quand j’ai besoin de lui, il se permet d’être aux abonnés absents.

Le type aux poings métalliques, très bronzé de peau et avec un horrible bonnet, charge sur moi en me balançant de nombreux directs. Tout en reculant, j’esquive ses attaques en analysant précisément ses mouvements. À un moment, comprenant son enchaînement systématique, presque informatisé, j’abaisse mes appuis en décalant vers ma gauche, son poing passant le vide, je faufile mon bras dans sa garde, finissant le mouvement par un puissant uppercut, poussant sur mes jambes pour donner de la puissance et envoyer mon adversaire au tapis.

Sauf qu’à cet instant, je me rends compte de mon erreur. À aucun moment, je n’ai prêté attention au deuxième qui se cachait dans mon angle mort, pendant que l’autre attirait mon attention. La batte de fer m’arrive en pleine tronche, j’ai juste le temps de placer mes bras en protection. Celui-là porte aussi un vilain bonnet, bronzé de peau également, je dirais qu’ils sont frères. Des corps très massifs, et vu où le coup me balance, ce n’est pas que de l’esthétique. Je souffre silencieusement. Mes deux avant-bras me font énormément souffrir. J’ai plaies et du sang coule. Aussi désespérée soit la situation, je suis de plus en plus excité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Sam 30 Sep 2017 - 13:32
C’est pas vraiment que je suis inquiet pour le type qui a eu le courage de ne pas me laisser en plan, mais des embuscades fourbes à la con, j’en ai connu. Et c’est pas ceux qui semblent le plus fort qui en organisent le plus, donc forcément, j’ai un petit à priori. Mais déjà, sortons de cette ruelle à la con. Le gars aux cheveux rouges avait pris pas mal de vitesse donc je me dirigeais instinctivement sur les toits afin d’avoir une meilleure vision de la situation. Ainsi, après avoir fait quelques sauts pour arriver au sommet du bâtiment, je pris un moment pour regarder dans la rue si mon compatriote n’y était pas. Le problème, c’est qu’il avait de toute évidence continué à courser le voleur, et qu’il était partit depuis un petit moment étant donné qu’il n’y avait aucune trace de lui.

J’avais fait une foutue connerie car le temps perdu, en plus de me retarder, pouvait être un réel problème si notre cible n’était pas seule. Je l’avais compris il y a quelques jours que des petites bandes orchestraient de temps à autres des crimes à Kumo. Un suzuri est même recherché, d’ailleurs. Mais pas le temps d’y penser. Je me propulsais en avant à coups de grands coups de vapeurs et tombait finalement sur la zone dégagée à laquelle pensait mon collègue improvisé.

Bien qu’il ait maîtrisé aisément le fuyard, qui retira avec une sale grimace le kunai planté dans son mollet, je vis rapidement que d’autres enflures étaient cachées. L’un d’eux parvient à frapper l’étoile-sur-la-joue, et ça, il allait sincèrement le regretter. Faisant bouillir mon chakra, une légère fumée se dégagea de ma position, ou plutôt, de mon ancienne position. J’écorchai le sol alors que je bondis en direction de la zone dégagée. Si ces enfoirés font les malins à trois contre un, voyons comment ils s’en sortiront lorsqu’un connard avec un bandana rose leur fera cracher leurs poumons.

- Oi.

Prenant massivement appui sur ma jambe gauche, mon pied va se loger droit dans la côte du salopard avec sa batte. Et je ne lâchais pas. Je n’étais pas forcément une brute en ninjutsu, mais si je te colle au cul, t’es mort. Et là, le gars était mal parti. Mon coup de pied ne lui laissa pas profiter de la relative distance entre nous, car j’étais déjà prêt à le mettre hors combat. Une simple série de coups de poing suffisait amplement à le mettre K.O. au vu de la violence du coup de pied précédent, renforcé par l’élan et la surprise.

- Donc, vous volez mon Kiseru, et vous attaquez un ninja à trois en bon traîtres que vous êtes ? Pas de bol, enfoirés, on traîne aussi en bande.


Malgré sa blessure au mollet, le voleur charge avec un petit sabre mon collègue. Ce n’était pas un ninja et je savais donc que ce dernier pouvait s’en occuper. En plus, il en avait envie, donc autant lui laisser ce droit. De mon côté, j’avançais d’un pas las vers le second aux poings métalliques. Il était sans aucun doute plus expérimenté que celui à la batte, car ce sont ses déplacements qui ont pesé sur l’angle mort de mon coéquipier.

- On en prend chacun un, ne les défonce pas trop non plus, on va les ramener à la police après. Mais... on va pas se priver de cogner un petit peu nos agresseurs, quand même. Désolé, les gars. Mais justice frappe à votre porte.

Enfin, je disais ça, mais j'espérais que mon pote d'infortune tenait debout. Sinon, ça allait être plus compliqué. Je tournais légèrement mes épaules et enfonçais tout de même mon poing droit dans ma paume gauche afin d'intimider un peu l'enflure face à moi.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Dim 1 Oct 2017 - 16:11
Le collègue arrive finalement sur le lieu de l’affrontement. C’est gentil de m’aider mais je pouvais m’en sortir seul. Quoique je ne sais pas encore si je suis réaliste, ou si c’est ma sale fierté de Metaru qui parle pour moi. Il en démonte d’un coup de pied très puissant. C’est pas un peintre malgré son bandana rose, il sait donner des coup celui-là. Mieux vaut l’avoir dans son camp que l’inverse. Je peux vous dire que les trois guignols en face ne rigolent plus tellement.

Le petit voleur, blessé au mollet et armé d’un petit sabre, charge sur moi un comme un buffle. Ce petit gars au regard apeuré quelques instants auparavant, lance un regard d’assassin qui me donne davantage envie de lui faire mordre la poussière. Mon partenaire du jour m’a demandé de ne pas trop les amocher, mais je ne sais honnêtement pas comment faire pour me canaliser. Je suis né pour combattre. Mon corps est une arme vouée à se battre.

Viens donc t’engouffrer dans les abîmes de mes poings. Je suis totalement concentré sur mon combat, tout est ralenti autour de moi, les mouvements de mon adversaires sont analysés au peigne fin. Anticiper les actions, c’est la recette des meilleurs combattants. Une course maladroite, une prise novice de son arme, des mouvements maladroits… Je ne suis pas encore un prodige du combat, encore moins du ninjutsu, mais je sais que ce guignol m’attaque désespérément pour ne pas être ridicule.

À approximativement deux mètres de moi, le sabre en avant, je saute juste au-dessus de ce dernier pour en esquiver le coup, mais également pour lui foutre un puissant coup pied en pivotant légèrement vers la gauche pour donner de la puissance au coup. Il lâche son arme sur l’impact et tombe sur le dos. Malgré la douleur qu’il ressent, il se redresse aussitôt en se méfiant du danger, et il a bien raison. En effet, à peine le pied posé au sol, je me projette vers ce dernier - le poing armé - avant de lui en coller une au visage.

« J’ai le droit de l’amocher jusqu’à quel point ? » dis-je en léchant la lame ramassé de mon adversaire.

J’écrase sa tête avec mon pied et ramasse sa lame. Je l’entends gémir de douleurs, mais ce n’est pas encore assez à mon goût. Cependant, je sens une masse d’ombre arriver par ma gauche. Je ne dispose que de quelques instants pour planter le sabre sur la jambe du voleur, puis de plonger vers la droite pour esquiver le coup de mon assaillant. Bon, là, ça commence à devenir épuisant. Mais je suis tellement content. Enfin des combats où j’ai des chances de me faire cogner un peu.

« Yes ! hurlé-je joyeusement. »

Le gros bras ne perd pas un instant. Il passe au-dessus de son collègue agonisant et me fonce dessus. Il me balance de nombreux coups de batte que j’esquive de peu à chaque série. Je sens le fer de son arme frôler ma pauvre peau. D’ailleurs, du sang en découle légèrement, se rassemblant jusqu’à mon menton ou de grosses gouttelettes tombent au sol. Je souris en essuyant ces vilaines traces. Ça annonce un combat intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Mar 3 Oct 2017 - 20:23
Les gens, même si c’est uniquement pour se donner un petit côté sérieux, disent souvent que c’est sur le terrain, durant un combat, qu’on apprend à connaître un individu. Personnellement, je ne suis pas toujours d’accord avec cette expression, mais il faut dire que dans le cas de mon collègue – dont je ne sais d’ailleurs toujours pas le nom – se révèle entièrement durant cet affrontement. Il semble être une personne animée par le combat, qui prend un véritable plaisir à se tenir face à un adversaire. Ca peut avoir des avantages, mais j’espère qu’il ne va pas devenir trop téméraire, ce serait con.

Enfin, pour le moment, j’en avais pas grand chose à foutre étant donné que mon adversaire, spécialiste du pugilat visiblement, était prêt à bondir. On sentait qu’il était un peu hésitant après la frappe que j’ai balancée à son pote, mais dire qu’il avait peur serait clairement se foutre de la gueule du monde. Son pied d’appui était tendu. D’un moment à l’autre, il allait filer droit sur moi. De quelques pas, je reculais et m’approchais ainsi de mon coéquipier. J’avais confiance en lui, mais au cas où, je devrais être prêt à intervenir contre celui au mollet perforé.

- Crève salopard ! cria mon adversaire, qu’il s’élança – non sans une certaine hargne – sur moi.

Ce n’était définitivement pas un shinobi, mais il cognait dur. Je n’avais bien entendu pas besoin d’utiliser mon Futton, mais je ne devais pas non plus baisser bêtement ma garde. Il frappait vite, il frappait fort et avait de la technique. Un style assez semblable à mon Goken, en soit, sauf qu’il n’a pas de chakra pour passer à la vitesse supérieure. Etant peut-être plus raisonné que mon fougueux ami du jour, je me décidais à seulement bloquer ses attaques et lui asséner quelques simples coups de temps à autre histoire de l’affaiblir. Après quelques crochets de sa part, je vis aisément qu’il fatiguait. C’était le moment. D’un mouvement prompt, je lui inflige un uppercut parcouru de Raiton. L’électricité se répand alors dans son corps, affaiblissant ses mouvements et le bloquant légèrement. Sa fatigue fait qu’il tombe lentement à genou, le temps que ma technique disparaisse.

Du côté de mon coéquipier, son adversaire au mollet perforé était plus motivé que prévu, et ne cessait pas son offensive. Heureusement, le type au cheveux rouges se battait, ma foi, plutôt bien. Il n’était pas le dernier des pécores et avait un minimum d’expérience. Il parvenait même à gérer le mec à la batte qui était parvenu, contre toute attente, à se relever – même s’il était totalement dans les vapes.

- Vous… allez…

Tournant ma tête vers l’homme aux poings métalliques, je vis qu’il laissait tomber son discours pour consacrer toutes ses forces au lancer d’une bombe explosive. Là, par contre, c’était vraiment gonflant. Ils allaient subir beaucoup de dégâts aussi, mais l’objectif, c’est qu’on s’en sorte entier. Pas le choix…

- Oi ! On décampe !
signalais-je tout en l’agrippant avec l’entièreté de mon bras.

Une très large quantité de vapeur se répandit dans mon dos, me permettant d’emmagasiner très vite de la force et de l’impulsion. Avec cette dernière, je nous projette en avant, sur quelques mètres, histoire de limiter les dégâts. On prend chacun de nous deux de légères blessures, mais rien de grave.

Du côté de nos opposants, il n’y avait plus que le mec au poings métalliques. Alors, en signe de camaraderie après toutes les merdes que j’ai causé à ce mec, je lui passe ma chaîne métallique afin qu’il s’en occupe puis l’attache ensuite.

- Lui, tu peux encore l’amocher un peu. Après, on se casse. Merci pour l’aide, en tout cas.


Faisant quelques pas en avant, je pus voir mon Kiseru au sol, heureusement intact malgré l’explosion. Après un rapide ‘’nettoyage’’, j’y déposais un peu de Kizami puis profitais, enfin, de la fumée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mer 4 Oct 2017 - 19:08
« Fume un coup, je me charge de finir notre dernier rescapé, dis-je en esquissant un sourire mesquin en direction de mon nouveau collègue. »

À nous deux, gros tas de muscles, au cerveau non proportionnel à sa masse globale. Être costaud, c’est cool, mais pouvoir réfléchir en même temps c’est mieux. Là, je suis face à un homme visiblement très peu réfléchi, qui plus est endommagé par les nombreux coups reçus. Concrètement, je n’y vais pas un combat titanesque, seulement pour le finir honorablement. Tu parles, c’est juste ma folle envie de faire couler du sang qui surgit de nouveau.

Je débute une course titanesque en direction de ce dernier, le dernier debout des trois voleurs, alors qu’il se met en garde et prêt à m’en mettre une. Lorsque je rentre dans son périmètre de frappe, il envoie l’un de ses poings en direction de mon visage. Ses mouvements sont largement ralentis. J’abaisse mon centre de gravité, passant sous son coup, c’est alors que je sors un second kunaï de ma sacoche avec lequel j’entaille profondément le genou, rendant l’appui sur cette jambe insupportable. Me voici à présent dans son dos.

Pensant que j’irais aussitôt m’attaquer à son autre jambe, il pivote sur celle-ci pour me faire face, sauf que j’ai déjà entamé ma course. En effet, je me retrouve à proximité de sa jambe d’appui et, à l’instar du coup précédent, j’entaille son genou afin qu’il soit cette fois-ci sur les rotules. Il pèse si lourd que sa chute provoque une légère secousse, laquelle me fait légèrement tressaillir. Un sacré monstre physique malgré tout. Un coup, j’étais certainement dans les vapes.

« Alors, dis-moi à quoi servent tes poings maintenant ? Me moqué-je gentiment. »

Je rassemble les deux autres minables autour de leur pote à genou, silencieux et sage, que j’attache les uns avec les autres grâce à la chaîne métallique confiée par le shinobi au bandana rose. Puis je me retourne vers ce dernier, toujours le sourire aux lèvres, et j’approche tranquillement vers sa position, alors qu’il semble savourer chaque inhalation de son Kiseru. Pourquoi pas. J’aimerais tout de même revenir sur ses performances.

« Dis, tu m’as l’air plutôt expérimenté, je me trompe ? T’as dû en voir des vertes et des pas mûres… chanceux ! »

Oui, je jalouse ce genre d’individus. Ma vie est trop calme. Je n’ai même pas pu participer aux récents événements, à l’instar de Shito, où de nombreux et horribles combats ont eu lieu. Je me sens souillé par cette absence, je ressens un profond dégoût.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Mer 4 Oct 2017 - 19:57
Après avoir profité de quelques bouffées de fumées issues de mon Kiseru, je m’étouffais presque en lâchant un très rapide ricanement. Y avait rien à faire, ce mec était vraiment spécial. J’avais plus ou moins pigé qu’il était voué corps et âme à tout ce qui se concernait la confrontation et le combat, mais de là à me considérer chanceux des sales trucs que j’ai vécu… enfin, ça ne fait rien.

- Ouais, j'ai dû pas mal bosser pendant et après avoir fait sept ans de prison non-méritées. J'y ai développé cette capacité liée à la vapeur, le Futton. Mais bon, voilà, en ce qui te concerne, ne sois pas trop pressé, t’as toute la vie pour connaître des instants de merde. Pour ressentir des douleurs à des endroits dont tu n’imaginais même pas l’existence. Pour cogner des mecs que tu croyais tes amis mais qui étaient en fait des traîtres.

Après avoir serrer la poigne de mon compagnon du jour, je fis quelques pas en direction des trois idiots qui ont eu la malchance de tomber sur nous deux. On allait les ramener à la police histoire d’éviter à un autre pauvre homme de perdre son Kiseru et pour éviter à un autre brave gars de s’engouffrer dans un merdier de ce type.

- Enfin, j’veux pas te faire chier, hein. Mais t’en fais pas, t’en connaîtras des moments qui te feront frissonner au point, peut-être, de ne plus être en extase pendant un combat.


Prêt à traîner les prisonniers, je faisais face à l’homme qui m’a aidé à récupérer mon joujou pour fumer. Enfin, « joujou », c’était un objet particulièrement beau et plutôt bien orné.

- Au fait, je m’appelle Akahoshi Hisao. Je viens d’Humy, une île à l’est de Kaminari. Je pense sans trop m’avancer que tu es Genin. Mais sache que t’as déjà de sacrés bons mécanismes. Tu bouges bien et tes enchaînements sont pas aussi prévisibles que ne pourraient l’être ceux d’un autre Genin. T’as du talent. Tu dois bien t'entraîner, non ?

Il fallait le reconnaître quand quelqu’un avait de bonnes capacités. Rien qu’avec le basique du Taijutsu, il a mené un combat très habile et m’a bien aidé sur la confrontation. Ca restait des non-shinobi, mais il m’aura éviter d’utiliser bêtement du chakra et de l’énergie. Ses compétences proviennent sans doute de son amour du combat, mais avec de l’entraînement et de l’expérience, il était voué à devenir un ninja vraiment solide.

- Je me rends au poste de police pour ramener ces trois enfoirés. Si tu veux m’accompagner, parfait. Sinon, je te souhaite une bonne continuation l’ami.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Jeu 5 Oct 2017 - 13:44
La prison, bof. J’aime bien trop la liberté pour me retrouver cloisonner dans une cellule entouré de… Mais oui ! Il s’agit donc de cela, les détenus, il a forcément dû se défendre à l’intérieur de la prison. Si j’en crois les récits racontés, en prison, c’est la loi du plus fort. Si t’es faible, tu ne seras qu’un larbin, un pallaisson sur lequel on s’essuiera les pieds. À choisir, je préfère me faire casser la gueule tous les jours, plutôt que d’être le jouet de ces connards. Après, c’est mon goût pour la violence qui me pousse à raisonner ainsi.

Pour ce qui est des évènements qui pourront m’arriver, nous le saurons bien assez tôt, mais c’est effectivement la voie de tout shinobi. Je ne suis qu’un simple Genin, pour autant, je ne connais aucun shinobi supérieur à ce rang qui n’a vécu aucune mission ou autre situations traumatisantes. Cela me fait presque frissonner d’excitation. De la peur fusionné à de la hâte. Je suis un véritable taré. ‘Faut que je me calme. Il va m’être difficile de trouver des collègues en laissant apparaître la folie qui est en moi.

« Enchanté, Hisao. Tu es donc originaire du pays de la foudre, toi aussi. Kinzoku Metaru, et comme tu l’as parfaitement bien deviné, je ne suis qu’un petit Genin. Merci pour ces éloges, mais je crains hélas d’être bien trop faible encore. Je m’entraîne régulièrement et ce n’est visiblement pas assez. Ton concernant, si je dois comparer le peu que j’ai avec mon cousin - contre qui je me bat souvent -, je dirais que tu es un… Chunin ? »

Mon cousin, Metaru Shuuhei, aussi crétin soit-il, reste un monstre de combat. Je suis bien trop loin de son niveau actuellement. Je ne parle même pas de l’expérience qu’il emmagasiné tout au long de sa vie. C’est un fou furieux ce type. Autant, je suis malade mais je prends parfois le temps de réfléchir. Lui, c’est que de l’instinctif, et avec sa force de frappe, ça passe crème. Je pense m’entraîner un coup avant de rentrer à la maison.

Hm. Autant finir le boulot jusqu’au bout, je t’accompagne volontiers. De toute manière, il n’y a rien qui me presse. »

Quand j’y repense, le nombre de vols survenus ces derniers temps, j’ai du mal à croire que ce soit seulement trois types qui s’en soient chargés, surtout sans que personne ne les attaque. Hisao est peut-être malin et fort, mais ce n’est certainement pas le seul. Je ne suis pas passé au commissariat, j’imagine cependant que les cellules sont pleines et que les vols n’ont pas diminué pour autant. Là où je veux en venir, c’est que cette affaire n’est probablement pas terminée et que nous sommes probablement toujours en danger dans cette zone. Alors que nous avions entamé la marche, je m’arrête en me tenant le menton.

« Hisao… Plus je réfléchis, plus j’ai l’impression que nous avons encore des choses à régler dans les alentours. Trois malheureux voleurs, après ces vols à répétitions, on a bien vu qu’à eux trois c’est très peu plausible. Je ne suis pas enquêteur, mais je reste convaincu que leurs congénères tapissent dans l’ombre, ou pire encore, nous observent en attendant la bonne occasion pour nous sauter dessus. »

Je lâche un terrible regard vers la fenêtre d’une nouvelle bâtisse, pas encore vitrée, où j’ai la nette sensation que quelqu’un nous observait. Prudemment, j’avance vers celle-ci quand, juste derrière moi, des cailloux roulent jusqu’à mes pieds. Je comprends alors qu’il n’est pas seul, que nous sommes encerclés, et que la situation change tout à coup en quelque chose de plus sombre pour nous. L’analyse du terrain est automatiquement faite. En restant ainsi groupé, tous les deux, nous sommes des cibles faciles pour l’ennemi.

« Tu saisis la suite, Hisao ? On se retrouve ici même dans quelques minutes, dis-je d’un ton assez sérieux cette fois-ci. »

On peut remarquer un changement de regard, l’état d’esprit n’est définitivement plus le même. Ce coup-ci, je sens que ma vie est mise en jeu, et ça, ça change beaucoup de choses. Sans attendre un instant de plus, je dégaine un troisième kunaï de ma sacoche et cours en direction de cette fenêtre, laissant seul mon acolyte qui, à mon humble avis, n’a absolument pas besoin de mon aide au vue de ce qu’il a déjà démontré auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Jeu 5 Oct 2017 - 21:15
Au milieu d’un bâillement, je fus interrompis par la remarque plus que pertinente du Metaru – d’ailleurs, au vu de son clan, pas étonnant qu’il se débrouille bien. Il me fit donc remarquer que cette petite bande de trois malfrats ne représentaient sans doute que la face immergée d’une organisation plus grande. Baissant la tête, je lâchais un soupir. D’un côté, je savais qu’il avait raison, mais ce n’est pas parce qu’on est shinobi qu’on doit agir n’importe comment. On ne sait pas combien ils seront et on ne sait pas les emmerdes qu’on aura pour les avoir attaqués. Mais bon, Kinzoku semblait plutôt enclin à nettoyer la zone, qui est sans doute le repaire de ces enfoirés qu’on avait battus. Le problème, comme il l’avait souligné, c’est qu’on était effectivement encerclés.

- En tant que Chûnin, je suis en quelque sorte responsable de toi, mais ils sont en gros groupe, je crois. Aies confiance en toi, mais surtout, défonce-les avant qu’ils ne le fassent.


D’un ricanement, je tentais de lui faire comprendre que j’étais confiant, mais qu’il allait devoir se donner au maximum de ses capacités. Craquant lentement ma nuque, je tentais de réguler ma respiration. L’air de rien, il allait falloir que je sois sérieux. Au niveau de mon sensoriel, je parvenais à repérer environ six ennemis. C’était beaucoup. Ca n’allait pas être facile, quoi que tout à fait abordable Mais, j’ignore s’il était au courant, mais le Metaru a très bien fait de s’éloigner de moi. Ma vapeur aurait pu le blesser et surtout, il y en a quatre de mon côté. En revanche… je crois ressentir du chakra. Mais je ne sais pas chez qui.

- Bon, fini les conneries. Ca va chier.


Du côté de Kinzoku, un homme se révéla, prenant l’initiative d’enjamber la fenêtre avant que Kinzoku n’arrive. Il avait en sa possession un kunai à chaque main et semblait vouloir l’atteindre au contact. Le second était pour le moment resté dans sa cachette. De mon côté, trois individus sortirent de leur cachette en voyant leur allié s’en prendre à mon camarade aux cheveux rouges.

Il était temps de jouer un peu stratégique. Enfonçant une main dans la poche intérieure de mon manteau, je fis éclater à environ un mètre de moi la bombe fumigène que je possédais, me rendant ainsi invisible aux yeux de mes adversaires. Je sortis alors trois shuriken que je lançais sur chacun de mes agresseurs. Deux furent légèrement touchés, le troisième parvint cependant à esquiver. Mais ce n’était pas un problème, car même s’ils faisaient attention en restant à bonne distance de la fumée produite par mon fumigène, cela n’allait malheureusement pas suffire pour eux.

Ecrasant le sol avec tous les muscles de mes jambes, je m’élançais d’un vif bon en avant. Je tombais nez à nez avec un homme chauve, qui n’avait rien pu faire pour éviter mon premier coup de pied. Cette entrée était classique, mais efficace dans ce genre de situation. En lançant un kunai en avant, je fis paniquer l’un des bandits qui dû parer grossièrement mon projectile, mais surtout, encaisser un enchaînement - ma fois simple - de ma part. Au contact, je lui assénais un coup de poing rapide, puis d’un mouvement de rotation, fit abattre mon poing gauche sur le sommet du crâne de ma cible avant de le finir d’une charge genou en avant.

Profitant de ma relative supériorité – bien que plutôt épuisante – je pouvais scruter les actions et la situation de mon allié Metaru.

Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Dim 8 Oct 2017 - 20:51
Oh ! Un type est sorti de nulle part, par la fenêtre que je vise, sans être certain pour autant que ce soit celui que je visais. Soit, je prends tout ce qui me vient. J’observe pendant ma course, je compte un kunaï dans chaque, un gabarit moins imposant que les deux gros monstres qu’on a affronté il y a peu, mais avec cependant une vitesse plus importante. Alors qu’une dizaine de mètres nous séparent, il commence à m’envoyer un de ses kunaïs que j’esquive aisément tout en continuant mon ascension, puis le second que j’esquive tout aussi facilement en continuant de gratter du terrain.

Désarmé, prit de court en pensant me ralentir avec ces banalités, mon adversaire semble hésiter le temps d’un instant. C’est l’instant de trop. Lancé comme un bufflé, le poing gauche armé le serait une flèche sur un arc, je lui fais manger un puissant direct du gauche en pleine tronche. Une dent s’échappe de sa bouche, accompagnée d’une trainée de sang. Je rentre dans un état d’ébullition. Au sol, bien qu’il ne soit plus un danger, je continue mon combat en lui assénant un second direct du gauche en plein dans le bourre-pif. Là, il est complètement éteint. Je n’épargnerai personne.

Le type caché ne semble pas vouloir se montrer. Avant d’entrer de force, j’équipe un kunaï d’un parchemin avant de le balancer derrière la fameuse fenêtre. Le parchemin commence à s’illuminer, le vilain sort de sa cachette, mais aucune explosion. En effet, c’était un simple leurre, aucune envie de détruire tout se travail effectué par ses pauvres ouvriers. Cette fois-ci, le monsieur tient un arc, me donnant la réponse à ma question : pourquoi se cache-t-il au lieu de m’attaquer avec son collège ? La réponse est simple : c’est un archer.

« Tu en as mis du temps à sortir, mon brave. Malheureusement, je suis d’humeur massacrante aujourd’hui, et les lâches comme toi me donnent encore plus envie de faire couler du sang, dis-je en léchant le sang de son collègue sur mon visage. »

Mes habits sont tachés de sang, sauf que vêtu intégralement de noir, cela ne se voit absolument pas. Enfin presque pas. Quoiqu’il en soit, le temps que je perds à observer mes vêtements permettent à mon adversaire de se ressaisir malgré sa mine hésitante, et à me viser avec son arc. Je ne sais pas trop comment réagir face aux utilisateurs d’armes à longue distance. Logiquement, si je me rapproche de ce dernier, son arme ne lui sera plus d’aucune utilité, même si j’imagine qu’il m’empêchera d’avancer vers lui. De toute manière, je n’ai pas tellement le choix.

« Tu m’excuseras mais je manque cruellement de temps. Je dois nettoyer l’immeuble quoi doit être remplit de pourritures comme toi et ton collègue. Abrégeons, veux-tu. »

Suite à ces paroles, j’entame ma course en direction de mon adversaire, non de façon linéaire mais plutôt en variant sans cesse mes trajectoires de course. L’archer tente tant bien que mal de m’atteindre, sauf qu’il est bien difficile d’atteindre une cible mouvante qui, en plus de bouger sans cesse, esquive les flèches presque facilement. J’insiste sur le « presque », car les flèches me taillaient de petites plaies à chaque passage.

Bon, allez, finissons-en. Je me remets dans l’axe, je dégaine un kunaï que j’envoie en direction de l’adversaire. Il est forcé de baisser son arc pour se déplacer. Va-t-il esquiver par la droite ou par la gauche ? Droite. S’en suit une grosse impulsion de ma part, ma dernière accélération afin d’arriver suffisamment proche avant qu’il ne se remette à tirer. Deux mètres nous séparent à présent, c’est trop tard. Il arme aussitôt une flèche qui, au moment de la lancer, se prend verticalement mon pied qui projette celle-ci dans le ciel. L’homme, apeuré, lâche son arme et recule.

La flèche retombe au-dessus de ma tête, je la saisis avant de perforer le bras de mon adversaire. Il hurle. Il hurle tellement que ça en devient exaspérant. Un pas, puis un deuxième pas accéléré, se terminant avec un poing droit sur son thorax, laissant ce dernier sans voix et inconscient au sol. Je jette un coup d’oeil du côté d’Hisao, mais à priori tout baigne pour lui. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il s’agit d’un génie, surtout après avoir essuyé les coups de Shuuhei, mais il se débrouille plutôt très bien. Il est temps pour moi de continuer le grand nettoyage. Je passe par-dessus la fenêtre commence l’exploration des lieux. Je ne sais pas absolument pas sur quoi je vais tomber, mais mes sens sont à l’apogée de leurs capacités. L’obscurité est omniprésente, je suis à la merci de mes adversaires.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Lun 9 Oct 2017 - 21:03
Peu amateur de la fausse modestie, je n’avais pas trop de mal à voir que le travail de mon côté était entamé plutôt rapidement et efficacement. Après, des non-shinobi face à un Chûnin n’allaient pas risquer de me faire peur, de toute façon. En revanche, il fallait reconnaître que le Metaru avait un talent certain pour le combat. Il a du progrès à faire sur pas mal de domaine, mais s’il continue comme ça, il progressera vite, assez vite pour ne pas tarder à passer également Chûnin. Il est facile de battre ces bandits, mais il y avait la technique qui pesait dans la balance. Je regrette ce goût du sang qu’il possède, mais bon. Tant que c’est sur des ennemis de Kumo, ça va. Il faut juste faire la part des choses entre brigands aléatoires et personnalités d’un autre village, enfin voilà, c’est une autre histoire ça.

De mon côté, après avoir rapidement mis hors combat la cible qui était au corps-à-corps contre moi, je profitais que les deux autres étaient blessés par les shuriken pour les ruer de coups. Ils étaient vraiment mous et ne parvenaient pas à imposer un quelconque rythme. Un poing à gauche, puis un à droite, puis le même enchaînement encore et encore. Impossible de me faire toucher par ceci. Je fis un long pas en avant, les poings levés au niveau de mon visage et le dos proche du sol pour remonter et asséner un violent coup au menton du premier. Quant au second, je fissurais le sol avec mon pied pour le faire tomber, puis, amorçant une rotation en élevant le talon en l’air, je venais le faire s’abattre sur le ventre du criminel. La cage thoracique aurait explosé, donc autant le faire vomir puis s’évanouir pour éviter les dégâts.

Pendant que Kinzoku se démerdait plus ou moins bien contre l’archer, je gardais les oreilles et les yeux ouverts. Il y avait toujours quelqu’un avec du chakra dans les parages, mais je n’étais pas assez expérimenté pour savoir sa position. Mais soudain, une femme chargea en ma direction. Elle était rapide, très rapide, mais après une esquive prompte grâce à ma maîtrise de la pression de la vapeur, je parvins aisément à créer une ouverture sur son flanc. Souhaitant la rendre moins apte à combattre, je fis parcourir d’électricité mon poing et frappa ses côtes. Sauf que…

- Merde… un clone !
après cette constatation, je sentis une présence importante près du bâtiment puis élevais donc la voix en direction de mon collègue. Oi ! Ca devient sérieux, fait gaffe !

Situation de Kinzoku:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mer 18 Oct 2017 - 11:15
Le terrain est obscur. C’est-à-dire que je ne vois pas grand chose dans ce noir quasiment absolu. Des bruits, oui. J’entends des sons très peu rassurants. Seule la silhouette de cartons remplis d’outils de travaux, la silhouette des escaliers et des portes me sont plus ou moins visibles. L’horrible sensation d’être observé se fait de plus en plus persistante et, comme justification, deux chiens enragés, étrangement formés me foncent dessus. Enfin, « enragés », je me suis peut-être un peu emporté, ce sont des agneaux.

J’effectue rapidement quelques mudras, puis l’instant d’après il y a une dizaine de senbons électriques qui fusent sur les deux chiens qui finissent par ne devenir qu’une flaque d’encre. Effectivement, leur résistance est ridiculement pathétique pour que cette ait pu les neutraliser. Mais quelques instants plus tard, j’entends alors une voix - plutôt féminine - qui semble ne pas apprécier ma présence. De là, un terrible grognement… Ça ne sent vraiment pas bon. Je recule vers la fenêtre où la lune éclaire brièvement ce qu’il se trame face à moi dans une zone assez réduite.

C’est à cet instant qu’un espèce de tigre, aux traits véritablement effrayants, qui s’approche de moi très lentement. Ces techniques… Le tigre semble fait de la même consistance que les deux chiens de toute à l’heure. À ma connaissance, ce sont des techniques qu’utilisent les Suzuri, à moins d’une erreur de ma part, mais je ne vois personne d’autre capable de faire ça. En y réfléchissant bien, une telle mafia ne pouvait être organisée que par une tête pensante, d’où le fait qu’un Suzuri et ses aptitudes intellectuelles qui peuvent permettre une organisation si minutieuse. Qui l’aurait soupçonné ?

Bon, maintenant face à cette bête, je dois m’en défaire avant de signaler la situation à Hisao. Mes poings s’électrifient, parcourent mes poings métalliques assez rapidement, pendant que j’observe attentivement le tigre. Ce dernier me bondit dessus en levant une patte avec laquelle il compte m’attaque. L’attaque, que j’esquive in extremis, parvient tout de même à m’érafler un des pectoraux, déchirant ainsi cette partie de mon débardeur. Je ne m’arrête pas là pour autant. D’un mouvement de pivot, mon poing part du bas et se dirige vers le haut - en direction de la gueule du tigre - pour impacter violemment le menton de la bête qui est presque au-dessus de moi.

Un flux électrique parcourt l’ensemble du dessin fait d’encre, l’engourdissant temporairement, mais suffisamment longtemps pour qu’il se liquéfie à son tour. Avant qu’un autre mauvais tour me survienne, je dois impérativement retrouver Hisao. Je saute par la fenêtre, mais j’oubliais que j’étais monté assez haut dans la tour. Je dois faire attention à l’utilisation de mes techniques, j’en abuse excessivement. Revenons-en aux bases après cela. Je concentre mon chakra au niveau de mes pieds et m’agrippe au mur que je descends rapidement avec une course de sprinter. Ah ! Voici mon camarade qui semble en avoir fini en bas.

« Oï ! Une drôle de dame, probablement une Suzuri, semble mener les affaires et ne pas apprécier notre présence ici. J’ai hésité à m’en occuper seul, mais il m’a semblé plu judicieux de venir t’en parler, je t’ai déjà trop mis dans l’embarras. », dis-je presque en m’excusant.

Je ne le connais que très peu mais maintenant que je suis avec lui, je sens qu’il n’hésitera pas à charger sur notre ennemi. C’est essentiellement pour cela que je suis descendu le rejoindre. Je ne connais pas le niveau de notre adversaire et moi, qui suis plutôt instinctif, j’ai ressenti une drôle de sensation. Presque un malaise. Foncer tête baissée n’aurait pas été judicieux. Sauf quelques rares moments, j’analyse toujours le possible niveau de mon adversaire avant de l’attaquer. Il subsiste toujours des signes.

Or, ce coup-ci, l’obscurité obstruée totalement ma vue, je n’ai seulement pu me fier qu’à la maîtrise de ses techniques spéciales. Je ne contrôle pas encore les techniques de mon clan, alors c’est certainement que je ne suis pas encore à la hauteur. Conclusion certainement hâtive, sauf qu’on ne me reprochera pas d’avoir été vigilant.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Jeu 19 Oct 2017 - 20:10
Afin d’économiser des forces, je me suis dirigé vers la bâtisse sans pour autant utiliser de chakra, agrippant au passage ma chaîne. Mon camarade était un Metaru et il serait capable de se défendre convenablement pendant une courte période de temps, ce qui se confirma lorsque je le vis sortir du bâtiment. Mais comme je m’y attendais, il venait surtout m’alerter de la présence d’un ennemi plutôt que de revenir entièrement triomphant.

- Ouais, une des personnes du groupe contre lequel je me battais était un clone. C’est donc elle la kunoichi. Mais bon, t’es entier, donc le pire scénario est derrière nous. Qu’est-ce que tu peux me dire sur elle ? Des capa-…

C’était invraisemblable, mais notre adversaire avait décidé de passer à l’offensive plutôt que de rester tapisser dans le bâtiment. C’était un choix tactique pour le moins étrange au premier abord, mais qui n’allait pas tarder à nous causer quelques problèmes. En effet, des shuriken fusèrent sur nous. S’ils ne représentaient aucun danger vu la distance, ils étaient entourés d’un jutsu Futon, qui augmentèrent leur rayon. Si je parvenais à grossièrement les esquiver, Kinzoku vit son bras droit se faire légèrement écorcher. Rien de grave, mais qui annonçait la couleur.

En revanche, le premier tour n’était pas fini, car tandis que je bondissais en avant, je sentis un picotement au niveau de ma nuque avant de ressentir une vive douleur, comme une morsure. Ecrasant ma main contre l’intérieur de mon épaule, je constatais que deux petits serpents faits d’encre s’étaient faufilés sur moi, sans doute en utilisant le Metaru comme un transporteur. Mes défauts en sensorialité m’avaient fait défaut, suffisamment pour que je finisse par me pencher et me mettre quelques secondes à genou en raison de la douleur. Mais j’étais solide et il m’en fallait beaucoup plus pour me blesser. Et mon ‘’souhait’’ ne tarda pas à arriver.

La jeune femme bondit en dehors du bâtiment, laissant probablement tous ses pièges de côté pour mener un assaut de face. « Quelle conne… se montrer comme ça... » commentais-je tout en frottant ma nuque pour faire passer le picotement. Mais en même temps que j’abaissais le bras, c’est un dessin d’aigle qui fuse en direction de Kinzoku tandis qu’un amas semblable à un ours me chargeait. Ils étaient largement infusés de chakra et allaient être plus coriace que tout ce qui a été dessiné préalablement par la kunoichi.

- Oi, attrape ça. T’en auras besoin. Moi, je m’occupe de cette connerie au sol.


Après lui avoir passé ma chaîne métallique afin qu’il puisse, s’il le désire, l’utiliser contre l’encre volante, je bondis droit devant moi, m’approchant ainsi de l’ursidé. Si je commençais à charger mon corps avec la pression générée par la vapeur, je ne l’utilisais pas contre mon ennemi actuel. Je réservais une frappe violente sur la Suzuri. A la place, alors qu’il balayait devant lui avec une de ses puissantes pattes, j’éjectais une très légère pression au niveau de mes pieds pour me faire bondir sur place, esquivant dans un premier temps la frappe ennemie. Mais toujours en l’air, j’assénais un violent coup de pied qui vint se loger droit sur le ‘’menton’’ de l’amas d’encre. Au sol, j’écrasais totalement le sol pour remonter avec violence, enchaînant un, deux, trois puis quatre coups de poings avant d’exécuter purement et simplement l’ours avec mon pied gauche. Notre ennemie était peut-être puissante, mais à deux contre un, c’était perdu pour elle, surtout après son erreur stratégique.

Je chargeais droit devant, elle invoqua une petite meute de loups dont je m’occupais rapidement, subissant quelques griffures ci et là. Pendant ce temps, l’aigle tentait des frappes piquées pour profiter de sa supériorité aérienne. Kinzoku était légèrement acculé, mais il était sûrement capable de s’en charger.

Récapitulatif:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Ven 27 Oct 2017 - 21:48
Ô misère. Je dois me confronter à un aigle d’encre. Hisao me file sa chaîne avec laquelle j’ai déjà pu me familiariser quelques temps auparavant. L’animal ailé m’a déjà lancé quelques attaques, m’égratignant légèrement le visage et les bras. Mais en y repensant, la taille de cet aigle me perturbe légèrement. Tu me diras, c’est à l’appréciation de celle qui l’a dessiné, alors forcément…Elle m’a dessiné l’animal original en taille XXL. Les chaînes sont très utiles, elles me permettent de repousser ses attaques, mais je ne peux cependant pas l’atteindre. Je suis trop court.

Alors qu’il ressente une attaque du même style, je cours en direction du bâtiment en construction, mais absolument pas vers l’entrée de celui-ci car mon objectif n’est pas de me planquer. Non. Je malaxe mon chakra au niveau de mes pieds et, d’une impulsion assez virulente, je me retrouve sur le mur à continuer ma course. Perpendiculaire au mur, parallèlement au sol, ça donne quelque chose d’assez stylé. En montant, j’aperçois le dessin animé qui charge en ma direction. À une dizaine de mètres de moi, je bondis, calculant aléatoirement que j’atteindrais ma proie au vue de la vitesse à laquelle il tente me rejoindre.

Et à l’instar d’un harnais que l’on enfile à un cheval, la chaîne enveloppe son cou, puis j’atterris brusquement sur son dos. De là, je tire pour stopper sa course en direction du mur. Ce n’est pas forcément l’idée la plus brillante que j’ai eu. Je n’ai jamais piloté ce genre de truc. Instinctivement, je tire sur la gauche pour viser sa « maîtresse », qu’Hisao tente de défaire. Tant que j’ai cet atout, autant m’en servir. Un bon coup de talon, l’aigle accélère brutalement en direction de la cible. La vitesse employée me surprend assez.

Il va si vite que je suis à quelques mètres de l’utilisatrice. J’ai toujours rêvé de retourner une attaque contre son utilisateur. J’esquisse un vilain sourire, restant tout de même méfiant, car absolument tout peut se produire. Et pour preuve, alors si prêt d’une bute, en un seul et unique mudra, la technique s’annule et je me trouve dans les airs, sans absolument rien. Je termine ma chute vers cette femme qui, sans perdre un seul instant, réduit la distance entre nous et me fout son pied dans le bide, alors que je protégeais mon visage.

Le coup me fait valser sur une dizaine de mètres. Je reste à terre un bon bout de temps. La douleur ne fait pas partie de mon vocabulaire, mais ce coup de pied m’a sacrément fait mal. En me redressant légèrement, j’essuie ma bouche avec le dos de ma main, à présent ensanglantée. Elle ne m’a pas raté. Là, on a à faire avec un véritable adversaire, et non pas un cloporte inutile. Mon sang bout de nouveau. Un sourire d’enfant s’affiche sur mon visage, je suis très envieux de me frotter à cette garce. Cependant, je préfère garder mon sang-froid et laisser Hisao s’en charger, ne surtout pas le déranger. Qui sait, il aura peut-être besoin de moi. Une fois debout, je reste éloigné du combat, les mains dans les poches.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Dim 29 Oct 2017 - 13:36
Notre adversaire était beaucoup plus gênante que les pauvres cafards qui s’étaient mis en travers de notre route il y a quelques minutes. Elle n’était clairement pas du niveau d’un Genin et était capable de faire des choses particulièrement tenaces. Si c’était le propre d’un manieur d’encre de pouvoir animer ses dessins, on restait tout de même sur un haut niveau de Ninjutsu. Elle avait même cherché à prendre avantage de nos défauts de combat, avec une créature aérienne pour Kinzoku et un animal résistant pour moi. Cependant, malgré quelques difficultés, nous parvinrent tous deux à nous en défaire. Le Metaru eut même l’excellente idée de tenter de retourner l’attaque de la criminelle contre elle. Malheureusement, étant donné qu’elle avait jeté sur moi une meute supplémentaire, elle avait pu voir la contre-attaque venir et enclencher une violente riposte sur mon coéquipier. Putain d’emmerdeuse…

Mes adversaires canins finirent par tomber. J’étais bien fatigué, notamment à cause de ma très faible réserve de chakra, c’est pourquoi je m’étais permis de me consacrer à du taijutsu ‘’basique’’. Mais une simple action me fit changer d’avis. Elle avait décidé de me quitter des yeux pour tenter de mettre totalement hors combat le Metaru. Peignant trois serpents, elle désigna Kinzoku comme leur cible, ce qui me libéra un champ d’action. Je n’allais pas me retenir, car il fallait la mettre hors combat maintenant. Mon coéquipier était bien affaibli et je ne sais pas s’il allait pouvoir résister longtemps à des conneries mouvantes comme ça. Et de mon côté, en plus d’être fatigué, je ne pouvais pas me permettre de le défendre. Alors c’était parti pour une offensive.

Depuis tout à l’heure, je faisais fortement bouillir mon chakra, de la vapeur s’échappait notamment de mes bras. Il était temps de relâcher la pression sur notre cible. Le brave Genin m’avait été d’une plus grande aide que prévue. Jamais je n’aurais imaginé tomber sur un gang aussi gros, mais là, j’allais tout donner vu le merdier. Mes épaules tombèrent doucement vers l’avant alors que mes jambes compressaient le sol. Je pris une gigantesque impulsion pour réduire les ridicules petits mètres qui me séparaient d’elle, et en un instant, je l’écrasais de mon ombre. Tous les muscles de mon bras droit étaient contractés et j’allais libérer la frappe. Néanmoins, elle me prit de cours. Un coup de pied d’une grande rapidité cogna le haut de ma jambe. Bordel quelle douleur infernale soudainement… Mais l’adrénaline m’interdisait formellement de plier. Son regard trahissait alors sa panique. Mon pied avait cédé quelques centimètres, mais mon attaque se refermait petit à petit sur elle. Elle n’avait désormais plus la rapidité pour exécuter une autre action. Je serrais les dents, plongeant également un regard ardent sur l’ennemie, puis relâchais un puissant :

- Fun…suiken !


La vapeur fut relâchée à très haute pression au niveau de mon coude. Ainsi accéléré et renforcé, mon poing vint se loger droit contre l’épaule – qu’elle avait réussi à interposer entre ses organes et mon coup. Sauf que la violence de choc était telle que la jeune blonde fusa en arrière, s’écrasant contre le faible mur qui se dressait derrière elle. S’il ne se brisait pas, il fut ébréché et manquait de céder malgré tout. Je lâchais un râle de fatigue tout en évacuant le reste de la vapeur accumulée dans mon corps. Je prenais de grosses bouffées d’air pour récupérer un minimum. Je tournais la tête vers Kinzoku, les serpents devraient avoir disparus avec la femme au sol…

- Tout est ok de ton côté, mon gars ?

L’un des enfoirés qui étaient sous les ordres de la femme se releva et s’approchait lentement de Kinzoku. Il était au bout de sa vie, mais il espérait lui porter un gros coup. Je lâchais un « Derrière toi ! » en espérant que le Metaru puisse conclure cette bataille plus tendue qu’elle ne paraissait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Lun 30 Oct 2017 - 16:48
Quel merveilleux combat. Hisao est en train de se surpasser, c’est indéniable. Il titube, transpire comme un dingue, mais n’abandonne pas pour autant. C’est donc cela, un shinobi qui se rapproche de l’élite du village ? Force est de constater que j’en suis encore bien loin. Qu’est-ce qui l’anime ? Moi, c’est inévitablement la violence qui sommeille en moi, qui me pousse à toujours surpasser mes limites. Mais lui, qui n’est absolument pas comme moi, qu’est-ce qu’il en est ? Je suis incapable de percevoir ce genre de subtilités.

C’est quand il hurle, dans un dernier élan avant de retrouver son souffle, que je comprends d’où provient cette flamme qui l’habite. Comme un message, je décrypte les raisons de son engagement dans ces combats : la protection du village. Ce n’est pas le premier Chûnin que je rencontre. Et tous, disposent de cette volonté de protéger les siens. Le village de Kumo. Shuuhei s’est également fait voir en combattant avec cette même fougue. Difficile pour moi d’intégrer ces notions, plutôt solitaire et égocentrique de base. Ma foi, il n’est jamais trop tard pour apprendre.

« Je l’ai, rétorqué-je à mon compagnon. » Mon visage de profil, mon adversaire aperçoit un de mes yeux de reptile, en plus de ma majestueuse musculature dorsale. En effet, mon débardeur est quelque peu déchiré. Mais pour grand bonheur, cela ne suffit pas à l’intimider. Il tient fermement une épée avec laquelle il charge en ma direction. Il semblerait que la cible de son attaque soit mon beau visage. Tout mon buste bascule vers l’avant, en équilibre sur une seule jambe, tandis que l’autre jambe - alignée à ma buste - s’élève, le talon finissant sur le menton de mon adversaire. Il décolle légèrement.

« Désolé mec, l’autre type là-bas a fait bouillir mon sang, dis-je avec une expression peu rassurante. »

Je pivote sur moi-même pour être face à mon adversaire, précédemment dans dos, puis en sortant une de mes mains des poches, on remarque des étincelles qui se forment. Le poing serré, les étincelles s’intensifient, et c’est là que le poing électrifié s’entrechoque contre le sternum de l’individu, qui se craquèle sous la puissance du coup. Sans même observer ce qu’il advient, je remets ma main dans la poche et me dirige le plus tranquillement possible vers mon acolyte. Mon opposant valse, lui aussi, contre le faible mur qui s’effrite au poids de ce dernier.

« La zone est dégagée de mon côté. Mais tu devrais faire attention, la gonzesse ne semble pas avoir donné son dernier mot. Besoin d’un coup de main, « mon gars » ? »

Je ne devrais peut-être pas trop faire le malin, je suis quasiment à sec. De plus, j’ai malgré tout reçu plusieurs dégâts insignifiants pour un corps aussi fortifié, mais la somme de tous ses dégâts commencent à peser lourd sur moi. Certes, je peux encore aider mon camarade si besoin en est, mais ne devrais-je pas récupérer un peu et intervenir en cas d’extrême nécessité. Il est le plus à même de prendre une décision. Je manque cruellement d’expérience en combat en équipe. Alors même si je n’aime guère cela, je lui laisse le choix de choisir ce qu’il en est.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Lun 30 Oct 2017 - 22:29
- C’est décidé, j’arrête le Kiseru.

Sur un ton humoristique, je me fis une réflexion à moi-même tout en reprenant petit à petit mon souffle. L’avantage d’être une personne spécialisée dans le Taijutsu, c’est qu’on parvenait à vite récupérer un minimum d’énergie après avoir respiré un coup. Cependant, je restais vraiment exténué à cause de mon manque de chakra. Quelle plaie bordel. J’avais vraiment une réserve pathétique. J’allais devoir travailler ce côté-là pendant mes entraînements. Je profitais de ce bref instant tout en regardant Kinzoku se débarrasser avec aisance de son ennemi. On pouvait dire ce qu’on voulait sur le niveau de ces vermines, le Genin Metaru n’était pas dénué de talent. Il était autant crevé que moi et avait subi un violent coup. Pourtant, ce que je suppose être son adrénaline le maintenait debout et paré au combat. Mais je voyais bien dans ses mouvements qu’il s’épuisait. Il vainquit son adversaire mais, me signalait que la manieuse d’encre n’avait pas dit son dernier mot.

Sans déconner, il lui fallait quoi de plus ? Je l’ai littéralement propulsé et écrasé contre un mur… Je lâchais un long soupir tout en me retournant vers elle. Il fallait s’attendre en effet à ce genre de ‘’prouesse’’ vu son niveau en ninjutsu. Mais chacun ses faiblesses, et j’aurais pensé qu’encaisser une frappe de cette envergure aurait eu raison d’elle. Mauvaise pioche, on dirait. Le problème, c’est que vu l’état de Kinzoku, je n’allais pas pouvoir grandement compter sur lui. D’autant plus que vu mon état de chakra, on risquerait de se gêner plus qu’autre choses.

Cela dit, il serait bien arrogant de ma part de le mettre simplement de côté. Mais il serait également bien naïf de le penser apte à continuer le combat. Je savais pas quoi faire, mais pressé par le temps, je finis par lui lancer un bref :

- Reste à distance. Utilise tes shurikens pour me couvrir.

Je ne pouvais pas lui en demander plus. Le principal atout de la Suzuri était ses invocations. Et ça, à distance, il pouvait grossièrement s’en occuper. Je lui jetais ma besace, qui contenait encore deux shuriken et cinq kunai. J’ignorais s’il en avait sur lui, donc au moins, il pourra utiliser ça. De mon côté, je vis la jeune femme se relever avec beaucoup de difficulté, le dos complétement courbé et le visage ensanglanté. Le choc avec le mur lui avait fait beaucoup de dégâts, finalement. Pas assez pour qu’elle reste allongée, cela dit.

- Sales… bâtards…

Ses jambes frissonnaient, elle allait finir par tomber toute seule. Mais malheureusement, Kinzoku et moi n’étions pas les seuls à être poussés par l’adrénaline. Elle semblait enragée, comme le démontrait les traits grossiers qu’elle se mit à peindre, laissant sortir des amas brouillons et incompréhensibles. Deux sortes de… tas fusèrent sur moi en rampant. C’était vraiment une vision cauchemardesque. Mais pas le temps d’y penser, forçant sur mes muscles, je me projetais à nouveau en avant, lâchant un râle après la propulsion. La fatigue était pesante, mais tant pis. Je frôlais les deux amas, les ignorant complètement en espérant que Kinzoku couvre mes arrières et exécute ces merdes.

Au contact, j’enchaînais quelques poings rapides qui mirent à mal la jeune femme. Elle parvient cependant à esquiver mon dernier coup, lui permettant de pivoter et de me décrocher un coup de pied dans le tibia. Salope. Mais elle faiblissait. Usant d’un sceau sur son poignet, elle fit apparaître une sorte de loup que je frappai avec violence avec mon pied, le projetant vers Kinzoku.

Mon adversaire était dos au mur, acculée et prise au dépourvue, mon dernier enchaînement, utilisé précédemment sur l’ours, allait avoir raison d’elle. Mais j’étais dos aux créations affaiblis de la Suzuri. Je comptais sur le Metaru, là. Il fallait qu’il gère ce simple job.

Mon coup de genou était lancé en direction de la femme. Elle ne tenait plus debout, mais pour éviter tout problème supplémentaire, il fallait que je sois tranquille pour ça.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mar 31 Oct 2017 - 10:12
Couvrir Hisao ? Hum. Je pense qu’il a parfaitement saisi que je ne sois pas au mieux de ma forme. Belle analyse. Je m’incline face à tant de perspicacité et de réalisme. Cependant, mon boulot n’est pas terminé. Je fais le point sur mon stock d’arme : 3 shurikens seulement. J’ai usé de tous mes kunaïs durant les affrontements du jour. Mais c’est là qu’Hisao, en grand fournisseur, me file sa besace qui contient deux shurikens et un cinq kunaïs, soit un total de cinq de chaque. C’est un peu mieux que ma situation de départ.

Tiens, qu’est-ce donc ? Des vers de terre ? Oï, c’est bâclé ces merdes. Elle ne nous respecte plus, à moins que cela vienne du fait qu’elle soit elle aussi à bout de force. C’est une théorie qui se tient. En même temps, il faut admettre qu’Hisao lui a foutu un sacré coup quand même. Les trucs indéfinissables coursent mon coéquipier, et c’est là que j’interviens, car mon unique mission est de justement couvrir ce dernier.

Très concentré sur les deux « larves », je vois un espèce d’ours voler vers ma direction. Pour cela, il n’y aura rien de plus efficace que mes poings.Toujours armé de mon arme métallique qui renforce mon poing, j’arme ce dernier avant de décharger les dernières forces qu’il me reste sur cet ours mal léché. L’impact est puissant et engourdi tout mon bras. J’atteins mes limites, c’est pas beau comme ressenti. Le dessin s’écrase violemment au sol avant de s’évaporer. Même pas le temps de souffler un coup, le sens des responsabilités m’incombe une nouvelle fois.

Saloperies de mollusques. Je leur cours après comme un maître ayant perdu le contrôle de son animal de compagnie. Après avoir effectué des mudras, je saisis dans ma sacoche - fraîchement garnie - deux shurikens pour chacune de mes mains, puis les lance avec force en direction de mes cibles. En plus de l’effet circulaire, celles-ci s’électrifient et stoppent la course des dessins inachevés. Profitant de cette occasion, je leur saute dessus en plantant un kunaï chacun au sommet de leur crâne. Mon job est terminé.

« Tes arrières sont assurées, sempaï. Termine-moi cette vermine, dis-je en léchant le sang présent sur mon visage. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Mar 31 Oct 2017 - 21:58
Parfaitement couvert par Kinzoku, notre adversaire finit par ne voir que les ténèbres autour d’elle. Mon genou vint brutalement se loger dans son estomac, l’écrasant encore plus contre le mur qu’elle avait précédemment heurté. J’étais complétement à bout de souffle, mais elle n’avait pas volé ce dernier coup. Sincèrement, je savais même pas si Kinzoku et moi avions fini par la tuer. Et j’en avais pas grand-chose à foutre. Du moins, pour moi-même. Mais je finis par m’agenouiller pou contrôler son pouls. Je n’aimerais pas que le Metaru ait des emmerdes à cause de ça. Après tout, c’est moi qui l’ai embarqué là-dedans, donc ça me ferait chier d’être responsable de ça.

Finalement, je pus vite constater qu’elle était vivante. Peut-être pas pour longtemps, mais elle l’était. Nous aurons le temps de l’emmener au Kumo Keimo Butai, normalement. D’un long soupir, je me relevais. Physiquement, je repris très vite mes forces, mais une affreuse douleur – que je me refusais à montrer – se fit sentir à cause du cruel manque de chakra dont je souffrais. On fera avec, mais pas d’entraînement demain, de toute évidence.

- Je pense qu’on en a fini avec ces déchets. lançais-je tout en agrippant la jeune femme pour la poser sur mon épaule. Tu m’as beaucoup plus aidé que ce que j’imaginais. T'as du talent. J'voudrais bien m’excuser pour les emmerdes, mais je crois que t’as apprécié cette dose d’adrénaline. Donc on va considérer ça comme un entraînement efficace.

Je lui adressais un rapide ricanement alors que j’allais me saisir de deux autres épaves qui jonchaient pitoyablement le sol. Déjà qu’en temps normal, c’était difficile de se trimballer plus de deux personnes adultes, mais alors là… Je me faisais un peu violence, tant pis. J’invitais également Kinzoku à m’assister pour l’un d’eux. Du moins, s’il était en état.

- On peut aussi utiliser ma chaîne pour attacher les derniers. On signalera la position à l’unité policière. Ils se démerderont pour venir ramasser le reste.


Et après cette réflexion, je fis s’écraser au sol le plus costaud que je transportais. J’avais vraiment trop besoin de fumer pour me faire violence en portant celui-là. Ainsi, bien qu’avec quelques difficultés, je parvins à allumer le Kazumi fraîchement entassé, puis prenais une bouffée qui me fut libératrice.

- Tu sais quoi, je pense qu’on va se quitter là. Laisse-moi m’occuper du merdier disons… administratif. C’était un plaisir de leur casser la tronche à tes côtés.


Après avoir ajusté la position de celui que je portais au niveau de la hanche, je lui tendis la main. Je transportais depuis tout à l’heure l’un de mes bracelets de prisonnier, qui avait cédé durant le combat. Quelle poisse. Enfin, la main ferme, je vins le saluer une dernière fois avant de prendre la route jusqu’au centre de police.

- A la prochaine. Va à l’hôpital surtout.


Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mer 1 Nov 2017 - 23:24
J’esquisse un sourire victorieux. Intérieurement, je reste quand même bien content que l’on ai pu, à nous deux seulement, défaire tout un réseau de « vols et reventes » en décimant un bon nombre d’ennemis. D’une après-midi posée, je me retrouve à combattre le crime, poussé par un type qui ne m’a pas demandé mon avis. Ce fut assez éprouvant. C’est probablement la première fois que j’use autant de mon énergie. Pourtant, loin d’être les plus valeureux combattants face auxquels j’ai eu à faire, mais le nombre fait quand même la différence.

Quelle expérience ! Hisao ne le sait peut-être pas, mais l’observer m’a permis de développer certaines aptitudes que je n’avais pas en me levant ce matin. Il est intéressant d’observer ses aînés, c’est une grande source d’apprentissage. Il s’est surpassé lui aussi. Comme je le pensais, il est trop fier pour montrer le moindre signe, mais le simple qu’il ne veuille pas de mon aide pour ramener les types au commissariat, à mon sens, c’est plus qu’un signe de gentillesse. Heureux de pouvoir enfin profiter de Kiseru, il se l’allume. C’est la raison de notre périple après tout.

« Hm. Effectivement, on ne peut pas vraiment que cela m’ai déplu de participer à ce chantier, dis-je en lui tendant également la main. Si un jour vient le besoin de faire dégâts, tu sais où me trouver. »

Du coup, je laisse profiter de son temps de répit bien mérité. De toute manière, je ne pense pas qu’il y ait encore du danger dans les alentours. Et avec le boucan qu’on a foutu, les forces de police sont probablement déjà en route, le voisinage a dû le signaler. Tiens, c’est peut-être également pour cela qu’il m’a proposé de m’en aller. C’est un peu plus tranquille que je me dirige vers le centre ville. À tous les coups, je vais tomber sur une soirée intéressante et, qui dit soirée intéressante dit forcément que mon ami du clan Nara y sera également.

Mais après avoir quitté la zone de construction, à peine arrivé au centre ville, je sens mon corps tout entier trembler de fatigue. Des douleurs resurgissent, gardées sous silence durant les combats, et me contraignent de m’arrêter. Impossible de rentrer chez moi, c’est bien trop loin de ma position. Un énorme arbre se trouve au centre de cette magnifique place. Normalement attribué aux tourtereaux, je m’assieds aux pieds celui-ci, dévisagé par les passants interrogés, puis je m’endors malgré tout.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Toi, viens par-là une seconde ! [Ft. Metaru Kinzoku]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: