Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Badim badoum [Hanzo]


Mer 27 Sep 2017 - 21:28
Cela fait plus d’une semaine et demie que je m’entraîne avec Shunsui et les autres loups de la forêt Shiranui. Les premiers jours ont été difficiles mais je commence peu à peu à prendre le rythme. Je songe par ailleurs à suivre les conseils de mes mentors, à savoir m’entraîner plus fréquemment avec les humains sur mon temps libre. Il est actuellement dix-sept heures, j’ai dormi toute la matinée ou presque et me promène en ville à la recherche d’une activité « stimulante ». Toujours en quête d’un passe-temps, je fredonne un petit air :
▬ Badim badoum ♫
Cinq, dix puis quinze minutes passent et ma balade au centre-ville commence à m’ennuyer. Il n’y a rien à faire ici si ce n’est manger, faire des emplettes inutiles et croiser des inconnus. Rien de stimulant en somme.

Je ne suis pas sûr de ce que j’avance mais il y a fort à parier qu’Arukisa soit au dojo des sabreurs. Si tel est le cas, je peux demander à la rouquine de s’entraîner avec moi. La connaissant, elle ne risque pas de refuser, bien au contraire. C’est donc dans le but de m’entraîner avec ma partenaire d’équipe que je quitte le centre-ville, direction l’antre des sabreurs. Je n’ai jamais aimé cet endroit – sûrement parce qu’on y trouve trop de manieurs d’épées – et me rendre là-bas m’ennuie au plus haut point. Cependant, que je le veuille ou non, c’est au dojo qu’on rencontre les gens les plus enclins à s’entraîner. Ceci-étant … Je presse le pas et continue de fredonner mon petit air :
▬ Boum badim bim badoum ♪

Me voici face au dojo. Comme souvent, l’endroit est bondé de monde. J’ouvre la porte et vois plusieurs personnes s’exercer au maniement du sabre. Malheureusement pour moi, parmi tout ces gens aucun ne répond au signalement de ma partenaire. En effet Arukisa est introuvable. Je quitte le bâtiment principal et me rabats sur les différentes petites cabanes entourant le grand dojo.
Toujours pas d’Arukisa en vue. Certes il y a des gens mais ils sont tous plus ou moins occupés à travailler entre eux. Je n’ai jamais été timide de nature toutefois je ne me sens pas d’imposer ma présence à des inconnus. Je pousse un long soupir d’ennui, fais volte-face et m’apprête à rentrer chez moi quand je croise le regard d’un grand homme aux cheveux bleus.
▬ Oh.

Mais c’est ce cher Hanzo du torrent ! Le seul. L’unique. Le formidable. Le majestueux. Le sublime. Je n’ai pas envie d’ennuyer les inconnus avec mes problèmes mais il n’en est assurément pas un.
▬ Bonjour bonjour. Belle journée, non ? Que viens-tu faire ici ? En ce qui me concerne, je cherche une salle libre et un partenaire disponible.

Je ne vais pas lui faire un dessin, je pense avoir été assez explicite. N’empêche que la situation est comique. Pour la première fois depuis longtemps, je souhaite m’entraîner et personne n’est à ma disposition. Ni Arukisa, ni ma sœur, ni mes vieux. Je me sens présentement comme un enfant voulant aller à l’école un jour férié.

_________________

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 28 Sep 2017 - 0:41

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »





Comme beaucoup de jours depuis qu'il était revenu, le Torrent avait passé sa matinée à soumettre son corps à toute sortes d'épreuves diverses et variés, à entraîner le lien intangible avec son Épée des Sept et à réviser ses katas appris lors des longs voyages qu'il avait entrepris. Homme du monde, son style de combat se basait sur la multitudes d'adversaires qu'il avait pu avoir, et il s'était allègrement inspiré de ces figures du monde moderne pour développer sa propre école maintenant couplée à celle qu'il avait fantasmé d'avoir lors de longues nuits sans rêves. Maintenant qu'elle était sienne toutefois il n'avait pas freiné son rythme effrené pour peut être le rendre plus vif encore, ne laissant à ses chairs aucun moment de répis. Quelques heures passées et déjà il sentait les tendons et les nerfs tiraillaient des suites aux larges poids qu'il s'entraînait à soulever et de ces mouvement répétitifs mais important qui faisait de lui une véritable machine à tuer en corps-à-corps.

Pour ce qui était du Ninjutsu, le lieu ne se prêtait pas à l'utilisation de ses techniques la plupart de grande ampleur et il se contenta donc d'améliorer son Kenjutsu bien que le terme soit grossier puisque plus qu'une épée il agissait en tandem avec une coéquipière pourvue de capacités bien différentes du simple métal.

Alors qu'il s'affairait au milieu des élèves et des maîtres dont certains braquaient leurs regards sur lui, le Kirijin put percevoir avant qu'il arrive à son niveau un chakra particulier qu'il connaissait ; celui de Yuki Shinichi, le blondinet qui lui avait fait découvrir son fournisseur attitré de déjeuner, le Croissant Doré.

« Je suis un Sabreur, Shinichi-kun. C'est mon habitat naturel. » D'une tape sur l'épaule il fit presque frémir la pâle carrure du manieur de Hyôton. « Suis-moi, j'ai ce qu'il te faut. » Sans dire un mot de plus il prit la direction d'une salle habituellement réservée à son engeance, vide de monde et munie de larges tatamis. Elle était parfaite pour ce qui allait suivre. « Je serai ton adversaire. Montre-moi ce que tu peux faire. » Lâchant Samehada au sol, qui rampa jusqu'à un côté de la salle, il attrapa un sabre posé là à la garde en forme de losange, et le dégaina. Pas besoin de recourir à elle, pas tout de suite. « Montre-moi. »









Dernière édition par Kyūryū no Hanzō le Lun 2 Oct 2017 - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 1 Oct 2017 - 15:48
Comment vient-il de se justifier là au juste ? ... Intrigué, j'observe le jeune homme, me gratte la tête et demande :
▬ Ton habitat naturel ?
L’expression est mal choisie à mon sens. À moins que ce soit mon esprit qui soit tordu, j’imagine le sabreur dormant, mangeant, et effectuant ses plus basses activités en ces lieux. Plusieurs scènes et images cocasses traversent mon esprit. Ces curieuses pensées me font esquisser un sourire. Sourire qui disparaît quand l’homme d’une bonne dizaine d’années mon aîné me tape sur l’épaule et me somme de le suivre. Je m’exécute et entre bientôt dans une salle libre, habituellement réservée aux « locataires des lieux ».

Hanzo laisse tomber son sabre qui rampe à même le sol et se saisit d’une lame plus commune. Ceci-fait l’épéiste accède à ma demande tacite et dit vouloir m’affronter.
▬ Okep’.
Je dégaine mon arme et fixe Hanzo. Même sans son sabre magique, le Jonin de la brume est sûrement plus doué que moi au corps à corps. Ceci-étant, je ne suis pas certain de vouloir me frotter à lui dans ce domaine. Je songe à prendre de la distance mais me ravise aussitôt. Si je veux apprendre à utiliser cette arme, il faut bien que je l’utilise. Si cela passe par me vautrer comme une chèvre devant l’homme aux cheveux bleus alors soit. Tant pis.
Je m’avance avec la rapidité d’une huître diabétique en surpoids et effectue une frappe circulaire qui – à n’en pas douter – sera esquivée par mon vis à vis. Une fois cette action réalisée, je fais quelques pas vers l’arrière et prends à nouveau de l’élan afin de toucher Hanzo. Je réalise ainsi des mouvements tous plus hasardeux les uns que les autres, en vain. Après deux à trois tentatives infructueuses, je recule et réfléchis. La stratégie adoptée n’est assurément pas la bonne. Je suis en train de me fatiguer pour rien. Le mieux est encore de le laisser venir à moi. Ça semble risqué mais qui sait … Je suis peut-être plus doué en défense qu’en attaque. En tout cas j’ai du mal à voir comment je pourrais le toucher dans ces circonstances. S’il attaque et si je parviens à éviter ses assauts uns à uns, le sabreur se fatiguera sûrement avant moi …
▬ …
Mes pensées me font sourire tant elles me paraissent naïve. C’est sûr qu’il va me toucher si je le laisse m’attaquer. Et quand bien même j’arrive à éviter ses assauts, combien de temps vais-je tenir ? À bien y réfléchir, je ne pense pas être plus endurant que lui. Je suis même quasi sûr du contraire.

Spoiler:
 

_________________

Spoiler:
 



Dernière édition par Yuki Shinichi le Jeu 5 Oct 2017 - 15:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 2 Oct 2017 - 21:12

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »





Bien que Shinichi releva ses mots, il était trop occupé à se perdre dans un fil de pensée brouillon qu'à vraiment vouloir répondre à cette petite taquinerie qu'il avait très bien compris, tout de même. À son invitation le Yuki ne perdit pas de temps et sortit son propre acier de son fourreau. Se sentant jaugé, le Torrent découvrit quelque peu ses dents dans un sourire de défi, sa seule main gauche autour du manche tandis que la droite elle restait le long de son corps.

Il avait pendant des années était délesté de Samehada et avait dû manier le simple métal forgé en lame contre des adversaires qui auraient fait pâlir Shinichi par leurs seuls chakras. Les Nagamasa, les Miyamoto, tant de clans qu'il avait défié et auxquels il avait survécu tant bien que mal. Même sans sa consoeur il n'en restait pas moins un épeiste de talent qui avait su tirer le meilleur de ses expériences ; le Chûnin allait le découvrir à la dure.

Avec la vélocité qu'on connait aux débutants le blondinet venu donc à la Bête pourvue de son arme qu'il arborait en temps plus calme entre ses épaules et tenta de déchirer sa chair dans un coup en arc de cercle que le Torrent n'eut même pas à parer, tant le manieur de glace semblait lui-même peu convaincu de sa démarche. Aucune intention meurtière, aucune feinte, un simple coup. Dans son propre dojo, il était sous-estimé, Shinichi était très mauvais, ou il s'échauffait. Dans les trois cas, Hanzô laissa les choses se faire. Dans un nouvel élan il tenta encore de lui asséner quelque tranche, ce que le Jônin n'eut aucun mal à parer sans pour autant en venir à répliquer ou contre-attaquer. Il essayait d'examiner son niveau pour calquer le sien dessus et ne pas le couper en deux ; ce qui aurait été une perte pour le village. Un tel chakra à quatorze ans...

L'adolescent sembla alors réfléchir, ce qu'il le laissa faire, tenant sa lame droite devant lui, à deux mains cette fois. Une fois qu'un peu de temps eut passé, le sabreur à la crinière azur prit donc la décision d'attaquer à son tour, ce que le Yuki semblait vouloir. Soit.

Dans un mouvement tempéré au niveau de sa rapidité, il vint chercher à frapper Yaato une fois, puis deux, trois. Il assénait les frappes sans jamais chercher à blesser son sparring-partner. Mais très vite, au bout d'une dizaine d'attaques, sa force prit le dessus, intentionnellement. Allait-il pouvoir tenir son manche entre ses mains et ne pas être désarmé ? La pluie de coup terminée, il tendit la pointe vers le Chûnin, recula d'un pas. Il devait être bien difficile de parer tant et de ne pas en être affecté par les vibrations provoquées.





_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 4 Oct 2017 - 23:30
Sans surprise, mes coups ne touchent pas leur cible. J’adopte donc une nouvelle stratégie et laisse donc le guerrier du torrent venir à moi. L’homme s’avance puis frappe. Je parviens à parer sans trop le vouloir et continue petit à petit à … Non. Ce n’est pas ça. Ce n’est pas moi qui suis en train de contrer ses attaques mais lui qui cible volontairement mon épée. Peut-être essaie-t-il de ne pas me blesser ou bien de me provoquer. L’un dans l’autre, peu importe. Le fait est que je ne suis pas en mesure de contre-attaquer. Ses frappes sont lourdes et j’ai bien du mal à garder Yaato. Mon poignet faiblit. Entre deux coups, je change mon arme de main – comme quoi ça a du bon d’être ambidextre – et continue de me protéger comme je peux. Vient le moment où mon second poignet lâche et où l’épée me glisse entre les mains et glisse à même le sol.

Me voilà désarmé. Je fais un pas en arrière, compose un unique mudra et une dizaine de clones d’ombres apparaissent. Ces derniers ne sont pas réels et ne peuvent rien faire à proprement parler – c’est à peine s’ils bougent, c’est dire – toutefois leur présence aux yeux de mon adversaire peut me permettre de gagner quelques secondes. Je mets ce temps à profit pour me jeter sur mon épée. Le laisser venir à moi était définitivement une mauvaise idée. Arme en main, je profite du laps de temps gagné par les clones – si tant est qu’ils soient parvenus à réellement gêner la vision de mon adversaire – pour créer une plaque de glace sous les pieds d’Hanzo. Ceci-fait, je crée une boule de glace dans mes mains que j’envoie sur mon adversaire. YOUHOU. Le projectile de la mort. La technique ultime ! Attention ! Qu’il craigne mon courroux !
Blague à part, même si je venais à toucher mon adversaire avec ça … Enfin bref. Vous avez compris.

Après cette formidable combinaison d’attaques effectuée, je … Bah je fais rien. Comme quoi, il faut vraiment que je songe à apprendre des jutsus offensives ! Si je n’avais pas autant sécher les leçons de Feng, je n’en serais peut-être pas là à l’heure qu’il est. En tout cas j’ai beau réfléchir, je ne vois pas bien ce que je peux faire pour mettre à mal le Jonin. Je ne vois rien si ce n’est cette attaque. Celle-là même que j’ai utilisé contre le titan. Seul problème ; Je ne suis pas en mesure de reproduire cette flèche ! Dommage !

Spoiler:
 

_________________

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 5 Oct 2017 - 0:09

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »




Comme il le suspectait, ses frappes successives vinrent à faire lâcher prise à Shinichi qui se retrouva désarmé face à la pluie d'assauts. Il n'était pas un monstre musculeux et faisait facilement deux têtes de moins que le Torrent. La technique n'étant pas de son côté, c'était évident qu'il allait en pâtir. Les mains nues, le shinobi face à lui n'en démordit pas, n'abandonna pas. Son caractère qui paraissait fuyard prouvait bien qu'il était un tant soit peu dôté de la férocité commune à certains Kirijins.

D'un mudra il fit apparaître une flopée de ce qui s'apparentait à des clones. D'un coup d'épée dans la tête de l'un d'eux, il comprit qu'il n'était que subterfuge, incapable de la moindre action, le fait qu'ils restent immobiles comme indécis l'aiguillant dans ce sens. Pourtant il ne vint pas à l'assaut directement, y préférant l'attente. Dans un combat réel, il aurait profité de ce mudra pour fondre sur l'utilisateur de ninjutsu et profiter de la faille pour trancher mais il n'en fit rien, attendant la deuxième semonce de son partenaire d'entraînement, qui abandonna l'idée de n'utiliser que le Kenjutsu. Shinichi venait de récupérer Yaato, bien.

Sous ses pieds, il apparut bien vite une fine couche glissante de l'élément héréditaire du blond qui vint le gêner pour se mouvoir décemment. Assorti à cette dernière, une boule de la même matière vint se précipiter sur lui. Hanzô, pas assez bête pour essayer de se déplacer, coupa simplement le projectile en deux parties distinctes qui s'écrasèrent sur ses côtés, avant d'enfin pousser de son talon pour, vélocement, s'élancer encore vers le Yuki.

Il lui manquait de respect à utiliser de si faibles techniques pour essayer de le blesser. Le Jônin comptait bien lui inculquer le danger à sous-estimer et tester son adversaire quand on savait d'emblée la différence de niveau, et il se laissa glisser sur la patinoire, sans perdre pied, jusqu'à lui.

Toujours armé du métal tranchant, il vint à porter la même myriade de coups que précedemment. À ceci près que cette fois, il frappa quatre fois Yaato puis visa l'épaule de Shinichi, pour ensuite s'en prendre à son buste, sa joue. Non satisfait, ayant retrouvé le ferme du tatami, il tournoya en demi-cercle pour déclencher un coup de geta au niveau de son plexus qui visait à envoyer valser son adversaire contre un des murs en bois, terminant sa rotation par le lancer pur et simple du katana. Il visa simplement les côtes du garçon sans chercher à le transpercer, juste l'érafler assez.

Non content du résultat, il continua de se mouvoir à grande vitesse vers lui et déclencha un coup de genou dans sa mâchoire, avant de reculer encore. Samehada, au sol, semblait vouloir s'approcher, participer. Avec elle, c'était sûr que Shinichi sortirait marqué à jamais de cette session de formation.

« La prochaine offensive brisera tes os. Si tu ne veux plus être un shinobi, dis-le. Tu te moques de moi ? Je ne suis pas un genin, accorde-moi le respect dû à mon rang. Bats-toi, Shinichi. Ou je te ferais ressentir ce que Shîto n'a pas su te démontrer correctement ; perdre, c'est mourir. »

Spoiler:
 



_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 5 Oct 2017 - 19:06
Ah bah oui. Evidemment. Cette boule blanche – semblable à une grosse boule de neige malformée– n’occasionne quasiment pas de dégâts et est, par-dessus le marché, d’une fragilité sans pareille. J’avais oublié ce léger détail. Ainsi mon adversaire tranche le projectile de glace d’un simple coup de sabre et glisse vers moi, utilisant ma technique censée le déstabiliser à son avantage. Ah bah oui. Super. 

Le voilà qui attaque. Comme précédemment, l’homme cible mon arme. Je pare donc les coups à quatre reprises quand, soudainement, Hanzo change de stratégie et se met à viser plusieurs parties de mon corps. J’esquive difficilement la première attaque, puis la seconde et la troisième mais finis par me faire toucher. Ce coup dans le bide a pour effet de me faire cracher un filet de salive et me projette quelques mètres plus loin. Mon dos fait connaissance avec le mur du dojo tandis que l’homme à la chevelure azure n’est pas disposé à s’arrêter en si bon chemin. Il utilise son arme comme un projectile et l’envoie vers moi. Par réflexe, je « roule » le long du mur et évite l’arme – qui de toute façon n’avait pas pour vocation de me toucher. Dans le même temps, j’essaie de réfléchir à une méthode ou une stratégie pouvant me permettre de mettre à mal le jonin de la brume. À peine ai-je le temps de méditer sur la question que le sabreur arrive et me frappe au niveau de la mâchoire. Blessé, je lâche à nouveau mon épée et essaie de reculer. Cela s’avère impossible, mon dos touche déjà le mur … Aïe. HEY ça fait mal ça ! L’homme recule alors que je reprends mes esprits et tâte ma mandibule gauche. Je n’ai rien de cassé selon toute logique mais s’il continue comme ça, l’os sera dans un sale état ! Il manquerait plus que ça.
Qu’il me pète l’os et les nerfs faciaux permettant de sourire et de me marrer. Ce serait là un drame. Un châtiment plus infâme encore que la mort.

Cette pensée stupide me traverse l’esprit en plein combat et me fait presque sourire. De son côté, le jonin de la brume prend les choses avec bien moins de philosophie. Le voilà qui me sermonne sur l’importance de s’entraîner avec assiduité. L’épéiste me menace et fait mention des évènements de Shito … L’enfoiré. Je crache de la salive ensanglantée et réponds d’un ton méprisant :
▬ Ouais ouais. C’est ça.
Qu’il continue de se moquer de moi. Je vais lui montrer à ce monsieur de torrent qui est le ninja ici. Agacé, j’observe mon opposant avec un regard noir et me mets en position. Je ne sais pas si c'est imputable au fait d’avoir craché du sang et de la salive à deux ou trois reprises mais je me sens soudainement plus léger. Je ne réfléchis pas à la marche à suivre, à la procédure à exécuter. Stimulé par un soudain shot de je ne sais trop quelle hormone, je place ma main gauche face à moi et la droite vers l’arrière. Je ne tiens pas d’arc mais une flèche de glace apparaît. Celle-ci grossit encore et encore.
▬ …
Absorbé par mon mouvement, je ne prends pas conscience d'un détail qui a son importance : La flèche que je suis en train de réaliser est légèrement différente de celle utilisée à Shito. L’arc apparaît un poil tard et le trait – un peu trop gros – emprunte une trajectoire inadaptée à la situation. Le projectile part avec une vitesse incroyable, certes néanmoins, au mieux, je ne ferais qu’effleurer la joue du sabreur.

Spoiler:
 

_________________

Spoiler:
 



Dernière édition par Yuki Shinichi le Dim 15 Oct 2017 - 1:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 7 Oct 2017 - 19:34

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »



Le Yuki encaissa tant bien que mal et le Torrent bien qu’il n’eut pas frapper de toute sa force pour éviter de grossir la longue liste des blessés gravement depuis Shitô, put remarquer que le blond crachotait un peu du liquide carmin si habituel aux échauffourées. Shinichi s’orna même d’un sourire avant de lui répondre, comme si tout cela ne l’effrayait pas. Ou sa tête était ailleurs ? Dans un combat réel, cela aurait signifié son arrêt de mort que de montrer ce genre de signes à l’ennemi sans les masquer. Une seconde d’inattention suffisait à un shinobi bien formé pour ôter la vie, mais dans ce cas de figure Hanzô se contenta de le regarder cracher venin comme salive.

Il le laissa le jauger du regard, sa lame toujours à la main. Se tortillant à côté, Samehada se mit à couiner dès lors que Shinichi malaxa son chakra, aux prémices de sa technique. Si elle avait bien un don, c’était de percevoir les flux chakratiques et celui de l’adolescent l’affola tant la quantité préparée présageait d’un assaut de taille. Pour rien au monde elle n’aurait voulu manquer ça. Arquée sur ses crocs, le manche en l’air, elle glissait sur le tissu du tatami et s’approchait de son maître tandis que les mouvements du garçon se faisait plus précis, mimant un arc. C’était donc cela qu’il avait utilisé contre le titan ? Ce qu’il oubliait c’est qu’au contraire de ce dernier Hanzô était bien plus mince et dur à toucher, bien plus véloce et difficile à prévoir.

Entre ses doigts se formèrent arc et flèche, prêt à transpercer le Jônin de la Brume sans attendre, preuve que le garçon avait été réellement piqué par ses mots. Et c’était le but ; voir ce dont il était capable en faisant fi des risques. Dès la première rencontre il avait décelé son potentiel, il était temps de pouvoir le palper. Sa création grossit jusqu’à prendre des allures gargantuesques et le projectile était assez conséquent pour qu’il n’ait aucun doute sur les dégâts causés si touché de plein fouet. Mais sa technique était brouillonne, mal maîtrisée. Le chakra mal sculpté, sa précision sommaire.

Le trait gelé partit, et avec lui l’envie belliqueuse du Chûnin matérialisée. Dans le temps où il arma son bras, Hanzô avait pu réfléchir à une pléthore de façon de se protéger de ce qui arrivait en le visant et malgré l’absence du Squale, il n’en restait pas moins capable.

Une fois dans les airs, les fendants à une rapidité exceptionnelle, il dût feinter de tout son poids vers l’opposé et le bout de la flèche vint tout de même heurter son épaule, légèrement, arrachant un peu de chair tout en cautérisant la plaie par le froid dont elle était faite. Ne s’ârretant pas en si bon chemin, le tir traversa le mur, puis celui de l’autre côté du couloir, et encore un autre.

Alors c’était de ça qu’il était capable ? Il fixa Shinichi en lui adressant un sourire carnassier. Cette fois, il lâcha son uchigatana et en tendant la paume, son arme de prédilection vint se placer dans cette dernière. « Voilà qui est mieux. Mais confus. Ça te dirait pas de faire mieux ? Cette fois, j’ai fini de m’échauffer. »



_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 15 Oct 2017 - 17:56
Ma flèche part en direction d’Hanzo qui tente d’esquiver le projectile. La trajectoire du trait me paraît correcte au premier abord mais il n’en est rien. Selon toute logique l’attaque ne devrait pas être en mesure de toucher efficacement le sabreur. En effet le tir est médiocre et la cible bien moins facile à toucher que ce géant rencontré à Shito. Ceci-dit et malgré les efforts du sabreur, le trait gelé frôle l’épaule gauche de mon vis-à-vis, arrache en parti son vêtement et le blesse de façon très superficielle.

À défaut d’avoir mis KO l’épéiste, le projectile transperce plusieurs murs les uns après les autres et finit par s’empaler une quarantaine de mètres plus loin sur ce qui m’apparaît comme étant être un vieux chêne. Wow. J’avoue être moi-même surpris. Je ne m’attendais pas à ce que la flèche ait ce genre de propriétés. Je savais ma technique tranchante et rapide mais de là à transpercer la pierre avec autant de facilité. C’est à la fois fier et gêné que je souffle un petit :
▬ … Oups.
J’ai comme qui dirait saccagé les lieux. Dans l’embarras, je me gratte la tête et me demande combien cette histoire va coûter à mon pauvre porte-monnaie. Étant la plus grande pince de Kiri, je ne suis pas disposé à débourser le moindre centime et songe donc à me faire la malle sans la moindre gêne. D’autant que je commence sérieusement à fatiguer et que je ne pense pas avoir les réserves de chakra suffisantes pour réutiliser pareil jutsu. Ainsi, je pense en avoir fini avec l’entraînement quand l’homme qui me fait face m’explique en être qu’à son échauffement. Dégoulinant de sueur et un poil essoufflé – car oui, utiliser cette technique fatigue –, je souris et passe succinctement en revue sa lame puis ses yeux.
▬ Je crois pas que ça va être possible. Moi j’suis mort.

C’est évidemment une façon de parler. Je ne compte pas passer l’arme à gauche de sitôt, n’en déplaise à mon interlocuteur. Cependant la fatigue est telle que je ne me vois pas poursuivre très longtemps. Par principe, conformément aux enseignements d’Arukisa et de Shunsui et car je tiens toujours debout, je récupère mon sabre, me met en position et m’apprête à éventuellement parer les assauts futurs de mon opposant néanmoins je ne me fais pas d’illusions. S’il utilise son arme de prédilection, je ne donne pas cher de ma peau ou de mes maigres défenses.

_________________

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 15 Oct 2017 - 19:38

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »




« C’est ce que t’as dit au titan de Shito, hein ? ‘je suis mort’ ? c’est pas possible’ ? T’es mignon mais ça n’est fini que pour toi. Et définitivement si tu continues comme ça. »
Le dédain était perceptible dans sa voix gutturale, il jaugeait l’enfant de son mètre-quatre-vingt-dix visiblement déçu et malintentionné. Bien sûr il ne mentait pas, sa réserve semblait au plus bas et pareil jutsu à cet âge l’avait sûrement fatigué même physiquement, tout le traduisait. Mais il comptait bien le pousser dans ses retranchements. Il pensait avoir vécu le pire à Hi no Kuni ? Shinichi se trompait lourdement.

Face à lui une Bête Bâtarde bien plus effrayante se tenait et elle tenait dans sa main le prolongement terrible de son bras, Peau de Requin, la légendaire Lame qui n’avait pour vocation que de briser et déchirer les chairs. Il ne faisait pas exception, et bien qu’elle se tienne tranquille faute au chakra très peu élevé du blond, ses écailles suffiraient à arracher sa peau.

D’un mouvement rapide, sans faire attention aux dégâts causés que le contribuable ou le clan Yuki immensément riche se contenteraient de payer, le Torrent s’élança vers lui et d’un coup de bras, de poignet, abattit la monstruosité vers lui, ses écailles se coinçant contre le fer dans un premier temps. D’une rotation qu’il avait déjà vu, il tenta de faire voler l’acier plus loin au risque d’écorcher sa paluche au passage puis vint porter un coup sec et précis au niveau de son torse. S’il ne se défendait pas dans l’interstice, il y gagnerait une belle cicatrice.

Après celui-ci, Hanzô dégaina de sa manche un seul et unique kunaï qu’il envoya au niveau de son pied pour le clouer au sol et lança Samehada, sûrement teintée de sang, contre un des murs de l’arène. Ses mains se mirent alors qu’il reculait d’un bond sec à faire des mudras ; une série exceptionnellement longue. Il ne pouvait rien savoir de ce qui allait en sortir, car c’était du simple bluff. Il ne comptait lancer aucun jutsu mais ça, Shinichi ne le savait pas. Hanzô avait frappé fort, il devait penser qu’il cherchait à l’achever. Qu’allait bien pouvoir faire le Chûnin face à cela ? Fuir ? Réunir ses dernières forces ?


_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 18 Oct 2017 - 18:38
Note à moi-même : Ne plus jamais demander à ce monsieur du torrent d’être mon partenaire d’entraînement. En effet le shinobi est du genre à ne pas savoir quand s’arrêter. S’il est vrai que le jonin de la brume a encore du jus, il est faux de croire qu’il en est de même pour moi. Pour cause, je suis un simple chûnin faiblard et peu habitué aux exercices de longues durée. J’ai plusieurs points faibles mais mon endurance est assurément le plus grand d’entre-eux. Faisant fi de cette information, le sabreur me somme de poursuivre et, essoufflé, je réponds :
▬ Ouais ‘fin …
Il n’en a probablement pas conscience mais ce qu’il me dit là ne fait pas sens ! Le géant n’a pas eu à me dire ça puisqu’après avoir reçu ma flèche en pleine gorge, le bougre est tombé tel une chèvre estropiée ! Je songe à lui faire noter ce détail de taille mais me ravise rapidement. En effet, l’homme n’a pas l’air disposé à négocier ou à revoir son jugement. À en juger par son comportement et ses réactions, il ne me lâchera pas tant que … Euh … Et bien allez savoir ce qu’il attend au juste. Quoiqu’il en soit, je suis contrains de continuer et vais donc faire de mon mieux pour tenir le plus longtemps.

Le voilà qui s’élance, arme en main. Hanzo effectue un coup circulaire de sorte à me désarmer, chose qu’il parvient à faire sans grande difficulté. Après m’avoir fait lâcher mon arme, l’épéiste de la brume tente de me toucher au torse, signe qu’il ne blague vraiment pas. Un réflexe salvateur me permet de bouger avec assez de vélocité pour esquiver l’attaque.
Fiou. Je l’ai échappé belle. Encore une fois. Cela s’est joué à peu.

Je roule au sol histoire de mettre de la distance entre nous deux, en vain. En effet Hanzo lance un kunai au sol et me plante le pied gauche. Un cri de douleur quitte mes lèvres tandis que mon adversaire recule en composant une série de signes incantatoires anormalement longue. J’imagine qu’il s’agit là d’un puissant jutsu et me dépêche donc de me remettre en position. Pour ce faire, j’arrache le kunai planté dans mon pied, me relève et réalise à mon tour plusieurs mudras. Je suis vraisemblablement plus rapide que le shinobi de la brume et érige bientôt un imposant mur de glace. La création bleue et blanche se dresse entre Hanzo – et sa future attaque – et moi-même.
Pour ma part, je suis à court de chakra. Mes forces et ma lucidité me quittent peu à peu tandis que je commence à voir flou.
J'hyperventille et ne vais pas tarder à tomber dans les pommes si le combat se poursuit.

Spoiler:
 

_________________

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 18 Oct 2017 - 22:12

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »



Là où l’adolescent juvénile voyait un fauve qui n’avait pas de limite un œil plus averti aurait compris qu’il cherchait simplement à le pousser dans ses derniers retranchements pour en tirer sa quintessence ; le faire progresser. C’était en atteignant ses limites maintes et maintes fois qu’il avait pu devenir ce shinobi, le ‘Torrent’. Il n’en désirait pas moins pour Shinichi et dans ce but seul, il allait lui montrer la véhémence d’un guerrier de niveau supérieur.

Harassé mais assez agile, il put esquiver la morsure féroce de la lame d’Hanzô mais ne put en dire autant du projectile ninja qui vint à se planter dans sa chair jusque dans le sol, l’immobilisant. Toutefois des deux offensives il en avait évité la plus dangereuse –et de loin- au vue de son état chakratique. En absorber plus l’aurait possiblement mis dans un petit coma et justifier cela aux autorités se serait avéré compliqué.

Il n’eut aucun mal à s’infliger plus de douleur en arrachant le fer de son pied et en malaxant son chakra pour ériger une muraille de glace entre eux, se protégeant de la possible invocation élémentaire de la Bête Bâtarde, qui se contenta une fois masqué par le jutsu de Shinichi de s’arrêter de malaxer son chakra dans le vide. Revêtant ses pieds d’une fine couche de chakra, il se mit à escalader tranquillement le mur puis une fois sur la tranche de ce dernier se contenta de sauter pour arriver face au Yuki épuisé.
« C’était pas trop mal. Ton taijutsu reste très vague, tu manques d’entraînement. Il faut que tu passes plus de temps à te vider de tes réserves, cela les forcera à être plus large. Ta résistance, aussi. Sommaire. Ton ninjutsu par contre… » Il lui sourit, fixant sa propre épaule un peu endolorie, et posa sa large main sur la sienne. Il était temps d’arrêter les frais au risque de briser cet élément prometteur. Mais ce n’était pas la dernière fois qu’ils en viendraient aux mains il en était certain.

« Allez, sans rancunes. J’crève la dalle. »





_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 27 Oct 2017 - 1:13
Mon mur est en place, prêt à encaisser la prochaine offensive du shinobi de la brume. Je ne sais pas de quelle nature sera la technique du ninja du torrent cependant à en juger par la quantité de chakra malaxé et la longueur de sa série de signes incantatoires, j’imagine que le jutsu en question sera dévastateur. Si tel est le cas, je ne donne pas cher de ce mur et – par extension – de ma peau mais peu importe. Advienne que pourra.

Bien que fatigué, je garde les yeux grands ouverts et observe à travers le mur de glace – transparent donc – l’épéiste. Ce dernier cesse de malaxer son énergie. À croire qu’il a changé d’avis et ne souhaite plus utiliser de jutsu à distance. Ainsi, le voilà qui s’avance lentement vers moi, monte sur le mur et ne tarde pas à rejoindre l’autre côté ; à savoir celui où je me trouve. Olala. Ça sent mauvais pour mes fesses. À tout les coups je vais recevoir une patate dans les dents ou un coup de sabre dans les côtes. Bref, quelque chose qui fait mal quoi.
Ayant la sensibilité d’une fillette de six ans et la résistance d’un enfant en bas-âge, je ferme les yeux, grince des dents et m’apprête à souffrir. Loin de me cogner, l’homme réalise un bilan de cette courte, mais néanmoins instructive, séance d’entraînement. Dans la foulée, le shinobi aux tendances bipolaires – tantôt gentil, tantôt diabolique – me donne quelques conseils afin d’améliorer mes performances physiques. Fatigué, j’avoue ne pas avoir la lucidité suffisante pour saisir dans le détail ce qu’il me raconte.

En tout cas Kyuryu no Hanzo comme on l’appelle crève la dalle et le fait savoir.
▬ Eh mais … Du coup votre truc là … C’était du bluff ? Le méga machin, le malaxage de la mort qui tue avec tout un tas de signes ?
Oui, c’était assurément du bluff. Je me suis fatigué à créer ce fichu mur pour rien ! QUELLE HONTE. QUELLE INFAMIE. J’aimerais crier, lui dire que : « C’était bas comme procédé » mais suis un poil trop fatigué pour cela. Ceci-étant, je vais me contenter de me taire, le laisser partir et m’estimer heureux. J’ai fini cet entraînement en un seul morceau. D’ailleurs en parlant de morceau, j’ai moi aussi la dalle et songe à aller me faire un casse-croûte avant de m'affaler dans mon lit comme la vulgaire tanche que je suis.

_________________

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Badim badoum [Hanzo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: