Derniers sujets
Partagez | 

Kumo... Ça manque de pluie et de gens tristes. FT. Yamanaka Washi


Jeu 28 Sep 2017 - 21:05
J'ai fui. Ça ne me ressemblait pas du tout de laisser des civils en proie à la peur et au chaos mais je n'avais plus vraiment le choix. A la fin de l'affrontement contre la marionnettiste du désert, des centaines d'hommes avaient pénétré l'enceinte de Shito déterminés à augmenter les dégâts déjà causés par le titan de métal et le combat n'était plus envisageable. Nous avons embarqué Kâtenshêdo et fuit au plus vite le village, je n'avais pas rencontré de Kirijin sur le chemin et je n'ai donc prévenu absolument personne de mon départ pour les Terres de la Foudre. Pourtant, je l'ai fait, j'ai suivit les Kumojins dans leurs fuites jusqu'à chez eux et même si on me considérait certainement déjà mort ou déserteur à Kiri j'étais content de ma décision.

Aussi loin que je puisse me souvenir, je ne pensais pas avoir déjà entendu parler d'un Kirijin ayant visité un autre village en tant, justement, que Kirijin. Parce que c'est ce que j'étais, un Kirijin qui arborait le symbole de son village sur la boucle de sa ceinture et qui n'avait aucunement l'occasion de s'en défaire. J'étais là pour accomplir une mission. Quelque chose de plus grand que moi, qui méritait amplement que je sois déclaré Nukenin. Je souriais, j'étais content, fier même qu'un jour peut-être on écrirait mon nom dans les livres d'histoire. Metsu Jin le grand ambassadeur, le premier de son ère.

Je me sentais bien et le village de Kumo me le rendait bien. Faut avouer que sur le coup j'avais été un peu flippé par l'entrée de la ville : d'abord une ouverture taillée à même la roche avant d'arriver au niveau de leur arche de métal géante où j'avais subit tout un tas de vérification, de contrôle et d'interrogatoire pour être certain de ne pas être une menace. C'était clairement autre chose que nos deux portes en bois toutes pourries. Peut-être pour ça qu'on était emmerdé avec les criminels, à côté de ça notre Kiri ressemblait à une vieille bicoque délabrée. Ici, même les gens avaient l'air plus heureux et souriants, faut dire que le temps était bien moins maussade qu'au pays de l'Eau et l'ambiance général devait rendre la vie plus simple que les emmerdes politiques de Mizu. Le plus époustouflant dans tout ça c'était l'architecture, autant ils avaient fait fort pour la porte, autant construire des bâtiments dans les montagnes c'était encore trois niveaux au dessus. J'étais comme un gosse qui découvrait le Monde.

On m'avait bien entendu offert un logement des plus corrects avec tout ce qu'il fallait pour garantir un bon séjour. J'avais été prévenu qu'il faudrait attendre quelques jours avant l'interrogatoire de la femme du Soshikidan et j'avais l'autorisation de me déplacer librement même si je soupçonnais que des ninjas me surveillaient à longueur de journée. Le premier matin, une visite guidée du village était organisé pour ma simple personne et je devais me rendre à l'Arche grise -c'est comme ça qu'ils appellent leur entrée qui claque- pour y rejoindre mon guide. J’espérais qu'on me refourguerait pas un gosse de neuf ans excité par sa première mission de Rang D mais je m'y rendais quand même avec plaisir et hâte d'en apprendre plus sur le village de la Foudre. Un blond qui devait avoir mon âge m'y attendait.

« Salut. Je suis Jin, c'est toi qui doit me faire visiter le village ? »




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Ven 29 Sep 2017 - 20:09
Un goût amer : voilà ce qui le rongeait depuis cet événement funèbre. Était-ce à cause de ces conneries de liberté ? Absolument pas.
« J'abandonne. L'adolescent se souvenait de ce jour comme si c'était hier ; il ressentait encore la poussière qui avait subitement assaillit son faciès. Il se remémorait parfaitement le mécontentement du public assoiffé d'adrénaline, à la recherche du bon temps devant une scène de violence. Comme si ce n'était toujours pas suffisant, le blondinet pouvait toujours percevoir la gueule de l'inspecteur durant l'examen des portes.
Vous l'aurez compris : vous auriez du rester groupés. Le Yamanaka souriait toujours à la vue de l'hypocrisie de l'agent. La cohésion de groupe est primordiale. Il résumait parfaitement cette situation : « Y a quelques frappes qui s'oublient... »
Même si depuis son retour à Kumo ce sentiment empestait son subconscient, ces journées étaient théoriquement tranquilles : il n'y pensait même pas.

[...]

Une personne plutôt impatiente toquait répétitivement à la porte. Le domicile du Yamanaka tremblait sous les coups énervés et frénétiques du messager. Généralement la venue de cet individu, dénommé « Sombre enfoiré » par Washi, n'annonçait rien de bon : une mission. Ni une ni deux le blondinet ouvrit la porte, arracha l'ordre de mission des mains du blaireau puis claqua la porte avec force.
— Bonjour, merci c'est sympathique ! Lâcha-t-il en sautant trois quart des syllabes.
Ah vous sav...
— Ouai c'est cool. Même la porte fermée et à huit heures du mat' il tentait de gratter quelques paroles. S'il était le bien venu chez les jeunes aspirants « Oui une nouvelle mission !!!! », il était l'ennemi public numéro un en ces lieux.

Citation :
LETTRE OFFICIELLE
Yamanaka Washi.

Une nouvelle tête attendra votre arrivée aux alentours de dix heures à l'entrée du village. Vous devrez tout simplement lui faire visiter les monuments emblématiques. Veillez à prendre les précautions nécessaires.
Le blaireau baissa une nouvelle fois dans l'estime de Washi, mais l'adolescent devait se confronter à la réalité : il lui restait deux heures avant de devoir se confronter face à « cette nouvelle tête ». Il ne pouvait, malheureusement, pas boycotter cette mission... C'était avec une flemme immense qu'il se préparait.


[...]

Salut. Je suis Jin, c'est toi qui doit me faire visiter le village ?
— Tout à fait ! Je me nomme Washi et je serai ton guide ! Le blond mêlait naïveté et sympathie. En revanche, les pensées qu'il se forgea à l'instant présent ne se ressemblaient pas : « Non non, j'suis juste un mec qui quitte son village seul et sans autorisation. Rien de bien étrange quoi. » Tu vas bien ? Il le dévisagea un court instant. « Des cheveux à moitié blancs, à moitié rouges, une brûlure... C'est pire qu'un pointeur ça. » Pour ne pas perdre une seule seconde il tapa un léger mouvement de tête en direction du village. Allons-y, on commencera par l'Assemblée. Dit-il en souriant à moitié, amusé de la gueule cassée du type. Sans même attendre la réponse, le shinobi fit volte-face puis glissa ses paumes à l'intérieur de ses poches ; d'une marche totalement lente, il suivit la route principale.

Il faut s'avoir que le village est grossièrement coupé en trois zones en fonction de l'altitude. Une fois entrée dans Kumo, le Yamanaka désigna brièvement de la tête les quartiers d'habitations. Nous sommes dans la zone principale... Il y a des appartements à l'ouest ainsi que de grandes demeures à l'est. Ce qui est tout droit, en sorte de rond-point... C'est l'Assemblée. Même si le guide ouvrait la marche il ne lâchait pas du regard le petit touriste. À mi-chemin de l'Arche et de l'Assemblée, le blondinet s'arrêta devant une petite stèle.

Citation :
STÈLE
l'Assemblée.
Creusé à même l’un des pics de Kumo, l’Assemblée est un grand bâtiment à la forme ovale aux multiples couloirs et étages. La salle principale y regroupe des dizaines de siège, pour assister aux fameuses assemblées, où se mélangent les membres éminents du village. C’est dans ce bâtiment que la plupart des décisions administratives et politiques y sont menées.


Tu vois, c'est génial non ? L'adolescent reprit aussitôt la marche, il s'en foutait royalement de cette visite et le fameux Jin devait facilement le comprendre. Bon écoute, on va bientôt arriver devant. Tu fais le tour, tu regardes, tu touches à rien et on repart. C'est noté ? La voix désormais claire du Yamanaka ne laissait aucun doute possible. Interdiction d'entrer dedans. Ajouta-t-il avec mépris.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Sam 30 Sep 2017 - 11:10
« Enchanté Washi, je vais bien. Je te remercies »

J'emboîtais tranquillement le pas de mon guide et pénétrait dans le village à sa suite, tournant la tête de droite à gauche pour admirer les différents bâtiments. « L'Assemblée ? C'est quoi exactement ? Je supposes que c'est là que vous devez faire vos réunions pour les affaires shinobis nan ? Ou peut-être que c'est là que se trouve le bureau du Raikage ou... tout ça en même temps. ». Je haussais les épaules avant que le blond ne me montre la stèle du bout de son menton pour répondre à mes questions et que je ne m'avance pour la lire. L'utilisation qu'on faisait du bâtiment était basique mais son architecture n'avait rien de simple, au contraire, c'était sûrement la plus belle construction que je n'ai vu de toute ma vie. Ainsi construite dans la roche et plantée en plein milieu du village, l'Assemblée en jeté grave ! Et dire qu'on a même pas de bâtiment administratif chez nous...

Merde... Ça m'intéressait de voir les lieux importants et l'organisation général du village mais j'avais aucune envie de commencer à rentrer et à faire une visite pompeuse des bureaux. Heureusement, mon guide semblait aussi enthousiasmé que moi par l'idée. « Ça te fait chier cette visite pas vrai ? ». Je ricanais en le regardant. « J'avoue que moi aussi ça me botte pas des masses. T'étais à Shitô pas vrai ? ». Bien entendu, la majorité des shinobis étaient à Shitô. « C'est frustrant tout ça tu trouves pas ? Tu te dis qu'on ferait mieux d'agir plutôt que de te demander de faire une visite du village à un Kirijin avec une drôle de gueule ? En tout cas moi c'est ce que je me dis. J'enrage de rien avoir pu faire. Et j'enrage encore plus de poireauter ici à Kumo. ». Je ricanais de nouveau mais cette fois pour relâcher la pression et relaxer l'ambiance tendue.

« Franchement si tu peux me filer une carte j'ai pas besoin de ta visite. On pourrait faire un truc un peu plus palpitant. Limite si tu veux évacuer la frustration d'avoir reçu une mission de gosse de 11 ans on peut même se faire un petit combat. Ce serait plus marrant que de visiter la bibliothèque avec laquelle on nous rabâche les oreilles dans le Monde entier. ». Je croisais les bras, totalement à l'arrêt maintenant, attendant la réponse du Kumojin. Ce serait le cas de figure idéal puisque j'en apprendrais un peu plus sur leurs style de combat. « Si vraiment ça te dit, faut juste réussir à semer le ninja qui me file depuis ce matin. Je pourrais faire deux clones et tu pourrais sacrifier ton manteau. Avec la capuche ça devrait faire l'illusion qu'on continue la visite. ». J'essayais de rester un minimum discret pour ne pas éveiller les soupçons de celui qui me surveillait. « Et si tout ça ça te dit pas bah... En route pour la bibliothèque. ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Sam 30 Sep 2017 - 12:05
« Ça te fait chier cette visite pas vrai ? Questionna le Kirijin en ricanant.
Évidemment. Clair, net et précis.
J'avoue que moi aussi ça me botte pas des masses. T'étais à Shitô pas vrai ? L'étranger croisa son regard avec le blondinet ; il répondit positivement à sa question grâce à un léger mouvement de tête d'haut en bas. C'est frustrant tout ça tu trouves pas ? Tu te dis qu'on ferait mieux d'agir plutôt que de te demander de faire une visite du village à un Kirijin avec une drôle de gueule ? En tout cas moi c'est ce que je me dis. J'enrage de rien avoir pu faire. Et j'enrage encore plus de poireauter ici à Kumo. Puis la gueule cassée déballa ses sentiments. Washi le dévisageait en lâchant un léger soupir. C'était la première fois qu'il rencontrait un shinobi du Pays de l'Eau – visible grâce à l'insigne sur sa ceinture. Le Kumojin n'allait pas se priver de se forger un avis général de la mentalité des victimes de l'Archipel.
Un sentiment d'impuissance tu me dis ? Le léger soupir se transformait progressivement en un rictus. À partir de ce moment le Yamanaka su pourquoi il a été convié à cette mission : il était non seulement de la même tranche d'âge que le touriste, mais le blond possédait suffisamment de connaissances pour décrypter quelques mimiques faciales. Le but de cette vulgaire mission n'était visiblement pas de lui faire visiter le village, l'idée était d'obtenir avant tout le plus d'informations sur les autres shinobis.
Je ne réfléchis pas. J'exécute simplement les ordres qu'on me donne. Dit-il naïvement. « Ou plutôt... Je pense de manière rationnelle. » Pensa-t-il immédiatement. « Si nous sommes ici c'est qu'un grain de sable bloque les engrenages. » Conclut-il intérieurement. Tu me diras ce que ça fait d'être tellement faible que tu ne peux plus assumer tes ambitions. Reprit Washi en souriant légèrement.

Et c'est là que ce Kirijin désirait se faire la malle.
Franchement si tu peux me filer une carte j'ai pas besoin de ta visite. On pourrait faire un truc un peu plus palpitant. Limite si tu veux évacuer la frustration d'avoir reçu une mission de gosse de 11 ans on peut même se faire un petit combat. Ce serait plus marrant que de visiter la bibliothèque avec laquelle on nous rabâche les oreilles dans le Monde entier. La gueule cassée croisa les bras en attente d'une réponse. À partir de ce moment le subconscient du Yamanaka n'arrêtait pas de charbonner :

[...]
Le village caché des Nuages possède un recueil secret d’informations sur les grandes familles du monde entier. Et pourtant, alors qu’ils conservaient de quoi vous trahir le jour venu et ce dans le plus grand secret jusqu’à aujourd’hui, c’est vers eux que vous accordez votre confiance ?
[...]

« Et c'est là qu'il ne demande aucune information sur ce fameux ouvrage ? Il préfère combattre ? » La thèse de l'imbécillité était favorable. « Mon panel de techniques s'exercera lors d'un réel duel, lorsqu'un vrai enjeu sera menacé... La surprise reste un atout primordial. » Face au Kirijin, Washi sourit.
J'ai entendu que tu as combattu un membre de l'organisation en compagnie de deux de mes camarades. Franchement... J'suis pas chaud. Il mentit à son interlocuteur. « Si ça ne tenait qu'à moi tu serais déjà en compagnie de la prisonnière... Entrain d'être interrogé. » Il y songeait réellement. En revanche, l'étranger désirait se débarrasser d'une personne qui le suivrait depuis son entrée dans le village.
Personne ne te suit sombre imbécile. Si ce serait le cas tu ne l'aurais jamais remarqué. Dans le cas contraire... C'est juste une pression psychologique qui vise à t'intimider. Voilà pourquoi il se ferait si facilement remarqué. Il souffla un coup pour se moquer du parano.
Et si tout ça ça te dit pas bah... En route pour la bibliothèque.
En route vers la bibliothèque dans ce cas.

Cette fois-ci le duo prenait route vers la zone le plus en amont. Les demeures des plus grands clans ainsi que des plus riches commerçantes s'y trouvaient ; l'hôpital ainsi que la Grande Bibliothèque surplombaient le plateau. Les deux shinobis quittèrent la somptuosité du marbre pour se confronter au lieu de prédilection du clan Suzuri.
Les mêmes règles s'appliquent : interdiction d'entrer à l'intérieur. Si tu veux des informations, j'suis là. Le Yamanaka sourit du malheur de son touriste ; ce n'est pas aujourd'hui qu'il pourra se divertir et combler son manque d'adrénaline, ou encore satisfaire son ambition « d'agir face à l'organisation d'Hi no Kuni ».





_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Sam 30 Sep 2017 - 14:04
« Ah oui t'as entendu ça ? C'est marrant ça... Moi j'ai rien entendu du tout à ton sujet. Un parfait inconnu. ». Terminé les bonnes manières et les tentatives d'obtenir des informations sur Kumo en jouant le gars sympathique qui se préoccupe des autres. « Sombre imbécile... ». Je pouffais de rire, affichant un sourire moqueur. « N'oublies pas qui est l'ambassadeur et qui est le larbin chargé de lui faire la visite. ». Si l'objectif était de me doté du plus con des Kumojins pour mettre mes nerfs à rude épreuve lors de la balade alors la mission était réussit. Je comptais bien en profiter finalement de cette petite visite guidée et je me remettais donc en route à la suite du blond mais je ne le laissais plus mener la danse. Après tout, c'était moi l'invité non ? J'avais au moins divisé par deux ma cadence de marche ,qui se voulait précédemment rapide, dans le seul but d'emmerder le prénommé Washi. Je m'arrêtais à chaque bâtiment qui m'intéressait un tant soit peu pour le contempler et posait tout un tas de question à mon interlocuteur, qu'il y réponde ou non d'ailleurs. Pour couronner le tout, je me permettais de discuter avec les civils qui interrompaient leurs marches pour me regarder ou qui justement se posaient des questions. Je restais vague sur les raisons de ma venue ici, affirmant seulement que c'était politique et qu'il n'y avait aucune crainte à avoir. Pareillement, quand on me demandait si j'appréciais Kumo, je répondais sur le ton de l'humour que ça manquait de pluie et de gens tristes. Je voulais faire chier le guide mais j'étais très courtois avec le peuple, comme je l'ai toujours été d'ailleurs.

Finalement, après un trajet qui s'était étendu sur plus d'une heure, on était enfin arrivé à la fameuse bibliothèque. Les rumeurs étaient dans le juste, voir même un peu réductrices tant l'endroit était immense. On racontait que chaque livre écrit dans le Monde pouvait être trouvé ici et, honnêtement, j'étais prêt à le croire. « Vous faites venir des livres d'autres pays jusqu'ici ? Ou bien c'est des conneries qu'on raconte ? ». J'étais vraiment curieux de savoir ce que pouvait renfermer ce lieu puis, presque naturellement, je lançais un regard sur les paumes de mes mains... Je travaillais encore et toujours à la perfection du jutsu que j'avais créé mais le savoir que possédait Kiri sur la question était désormais trop limitée et je ne pouvais qu'imaginer une section gigantesque réservée aux Fuinjutsu dans la Grande Bibliothèque.

« C'est un endroit public ici nan ? ». Puis une mère accompagnée de ses deux enfants pénétra dans l'endroit, ce qui répondit à ma question avant même que le guide n'ouvre la bouche. « Ah bah parfait ! On m'a dit que j'avais quartier libre donc je vais entrer. Je penses pas être une menace pour des bouquins. De toutes façons il parait que vous êtes habitués à vous faire piquer des livres importants. ». J'offrais de nouveau un rictus sournois, faisant bien entendu référence au recueil dont on parlait à Shitô. Je n'en avais rien à faire que Kumo possède un tel ouvrage en réalité, après tout Kiri avait des secrets bien plus graves à cacher, mon seul but était de provoquer le garçon. « Tu viens ou tu m'attends ici ? ». J'emboîtais le pas d'un vieillard qui entrait dans la bibliothèque et, si Washi tentait de m'arrêter, je m'apprêtais à le dégager hors de ma route et à entrer. Après tout, il ne ferait pas une scène devant tous les gens à l'intérieur, si ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Sam 30 Sep 2017 - 15:14
« Ah oui t'as entendu ça ? C'est marrant ça... Moi j'ai rien entendu du tout à ton sujet. Un parfait inconnu. La gueule cassée soulevait un point dérangeant pour toutes personnes assoiffées de notoriété. Cependant, ce n'était en aucun cas la volonté de Washi ; comment expliquez-vous qu'une personne spécialisée en renseignement et collecte d'informations doit affronter le feu des projecteurs ? Issu d'un clan renommé pour son travail dans le second plan l'adolescent ne recherchait en aucun cas une satisfaction sociale : il se devait de rester silencieux et de se tapir dans l'ombre.
N'oublies pas qui est l'ambassadeur et qui est le larbin chargé de lui faire la visite. Le Yamanaka arqua son sourcil droit.
Je n'ai pas dit le contraire. Répondit-il tout gentiment. Je suis ton assistant maternel qui t'aidera à soulever ton petit cul lorsque tu boufferas le sol. Concernant ton froc que t'as baissé pour pouvoir rentrer avec mes camarades, je le remonterai plus tard. Le visage angélique pointa la direction de la Grande Bibliothèque.

En pleine marche le Kirijin décida de ralentir sa cadence de marche, d'observer chaque habitation en plus d'adresser la parole à la quasi-totalité des civils présents. Quant à l'adolescent, il le laissait totalement faire ce que le Kirijin voulait pendant l'heure de trajet. En revanche, avant d'arriver face à la Grande Bibliothèque le Yamanaka adressa une brève parole afin de s'assurer de la bienséance de cette visite.
T'as aussi fait ton petit tour à la pharmacie ? C'est pas que je veux te conseiller, mais être protégé lorsque tu te feras enculé lors de ton retour à Kiri serait bénéfique. À ce qu'il parait ton village n'aime pas trop ceux qui se font la malle. Sur un ton toujours joyeux Washi invita son petit à poursuivre.
Vous faites venir des livres d'autres pays jusqu'ici ? Ou bien c'est des conneries qu'on raconte ?
Il y a effectivement des livres reçus d'autres pays. Le clan Suzuri en produit de nombreux exemplaires.
C'est un endroit public ici nan ? Sans même la réponse du maître, l'élève entra. Ah bah parfait ! On m'a dit que j'avais quartier libre donc je vais entrer. Je penses pas être une menace pour des bouquins. De toutes façons il parait que vous êtes habitués à vous faire piquer des livres importants.
Je ne sais pas de quels livres tu parles. Aucun ouvrage n'a été volé... Le blondinet soupira puis haussa les épaules. Il entra finalement à l'intérieur de la bibliothèque en refermant la marche du Kirijin.

Une fois dans le bâtiment de prédilection du clan Suzuri, Washi murmura une petite interrogation à son petit.
J'ai une question qui me trotte dans la tête depuis pas mal de temps... Le visage du guide mêlait l'incompréhension et la méconnaissance. Pourquoi avoir raté la bateau vers l'Archipel de l'Eau ? Est-ce que tu sais que tu ne feras absolument rien à propos de la fille capturée ? Il soupira un coup pour reprendre aussitôt : Enfin non t'auras le droit qu'à une seule action... Il marqua une pause volontaire. Celle d'assister un interrogatoire similaire au sien.

Le piège se refermait sur les jambes de la victime... Ou plutôt vint de se rétracter brutalement.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Lun 2 Oct 2017 - 16:31
« Tu sembles beaucoup t'inquiéter pour moi Washi, dois-je comprendre que tu commences déjà à m'apprécier ? Ça me touche beaucoup mais ça a l'air d'être un trait commun à tous les Kumojins vu qu'on m'a bien gentiment attribué un logement au sommet du confort le temps de mon séjour. ».

J'avais baissé de ton pour parler plus sereinement mais surtout plus doucement puisque nous étions maintenant au plein cœur de la gigantesque bibliothèque de Kumo. Je commençais à rôder dans les rayons à la recherche du ticket d'or mais c'était tellement grand que j'aurais pu m'y perdre et mourir de faim dans les allées avant de trouver mon bonheur. Normal que Kumo avait beaucoup d'infos sur le reste du monde, y devait y avoir assez de bouquin pour s'occuper pendant l'équivalent de 390 vies humaines. En plus, mon guide décida de prendre la parole pour me déconcentrer encore plus dans ma quête.

« Je sais pas ce qu'on t'a raconté mais je pense qu'on a dû te dire un gros paquet de conneries mon gars. Ou alors c'est toi qui spécule sur ce qui est arrivé à Shitô peut-être ? Je vais t'expliquer les faits, si tu veux. T'arrêteras de rabâcher des bêtises comme tu le fais depuis une heure. J'étais avec trois de tes collègues Kumojins : Kintaro, Shikarai et le zombie puis on se battait contre ce qu'on pensait être un traître de la garde du Feu. On a bien galéré puis au moment d'en finir, une femme du désert est arrivée et à tuer le pauvre homme d'une flèche en pleine tête. ». Je parlais lentement et avec application, comme un professeur à son élève. « En fait le mec en question était une marionnette et la femme qui la contrôlait, Kâtenshêdo était cachée autour de nous. Je t'épargnes les détails, on a fini par la retrouver et elle s'est rendue à tes copains de Kumo pour pas que la femme à l'arc la trucide. Le ton à commencer à monter, Kintaro s'est mit à raconter de la merde et Shikarai était bien trop occupé à s'occuper de son petit ami zombifié. ». Je souriais, moqueur.

« C'est là que JE suis intervenu pour calmer les ardeurs et empêcher tes copains de se faire trucider par une ninja d'élite envoyée exprès à la chasse aux déserteurs. Tu vois où je veux en venir ? J'aurais pu soit attendre la fin du combat et subtiliser la prisonnière aux combattants affaiblis ou pire, j'aurais pu m'allier à la fille du désert et tabasser tes confrères vu qu'elle m'a proposer de l'accompagner chez elle. Mais qu'est ce que j'ai fait ? J'ai posé mes conditions sur la table et j'ai non seulement évité un bain de sang mais surtout permis à Kumo de récupérer Kâtenshêdo. Tes amis avaient bien compris que soit ils repartaient avec moi, soit ils ne repartaient pas. ».

J'arrêtais ma recherche et me tournais vers Washi, souriant toujours plus grand. « Alors dis moi, qui a baissé son froc déjà ? ». Je ricanais avant de reprendre. « Comment tu sais tout ça sur l'interrogatoire d'ailleurs ? On partage ce genre d'informations à de simples Genin au village de Kumo ? ». Je haussais les épaules puis tournais les talons vers la sortie de la bibliothèque, j'avais repéré au loin le rayon qui m'intéressait et je reviendrais seul une autre fois pour travailler sérieusement. « Au passage, Kumo non plus ne fera rien d'autre que de l'interroger. Elle est sensée être renvoyée chez elle ensuite, pour être jugée et punie par son peuple. ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Mar 3 Oct 2017 - 19:22
Même à l'intérieur de la Grande Bibliothèque le Kirijin continuait de déblatérer — certes à intonation réduite — des conneries.
Mais qu'est-ce que j'm'en fou que l'Haute Instance te file un appartement digne de ce nom ? Rétorqua sourdement et surtout sèchement Washi. Le blondinet suivait calmement son petit touriste dans les allées ; il devait surement prendre des directions aléatoires : lui-même ne savait pas où il allait. « Tu lèves la tête puis tu regardes les écriteaux qui recensent les genres. » Affirma intérieurement le parfait guide touristique.

Pour une fois les deux shinobis se déplaçaient dans le calme, mais la gueule cassée du l'ouvrir.
Je sais pas ce qu'on t'a raconté mais je pense qu'on a dû te dire un gros paquet de conneries mon gars...
Je... Un petit pronom personnel de placé.
...Ou alors c'est toi qui spécule sur ce qui est arrivé à Shitô peut-être ? Je vais t'expliquer les faits, si tu veux.
M'eeeeeeen Washi n'hésita pas une seule seconde à parler pendant la didascalie de l'étranger.
T'arrêteras de rabâcher des bêtises comme tu le fais depuis une heure. J'étais avec trois de tes collègues Kumojins : Og...
Fou littéralement. Avoua-t-il immédiatement. Le Yamanaka n'avait pas besoin d'entendre à longueur de journée les justifications d'un blaireau. Malheureusement le casse-couille persévérait.
C'est là que JE suis intervenu pour calmer les ardeurs et empêcher tes copains de se faire trucider par une ninja d'élite envoyée exprès à la chasse aux déserteurs.
D'accord, d'accord, mais encore ?! Le Kirijin n'allait décidément pas se taire.
Tes amis avaient bien compris que soit ils repartaient avec moi, soit ils ne repartaient pas. Et c'est là que l'étranger regarda le blondinet en souriant.
Alors dis moi, qui a baissé son froc déjà ?
Toujours toi, pourquoi ? Telle une évidence, Washi répondit au tac au tac. Puis bon, plus sérieusement, pourquoi devrais-je te croire ? Je n'admets que ce que je vois, désolé. Tu tenteras de gonfler ton ego avec une autre personne. Malheureusement la gueule cassée bifurqua très rapidement de sujet. Il pointait du doigt le fait que j'étais au courant. Wof t'sais, un petit genin dans mon genre ça sait beaucoup de choses. Répondit-il en souriant.

Le ton entre les deux shinobis avait clairement redescendu. Tout deux ressortirent de la Grande Bibliothèque.
Tu veux toujours continuer ta visite ? Si oui t'veux bouger où ? La nouvelle neutralité de Washi — ou plutôt son changement d'état d'esprit rapide — pouvait en choquer plus d'un. On fait comme d'hab'. Tu fais tes affaires et j'te suis. Il soupira sur cette dernière phrase pour appuyer un quelconque mécontentement qui le rongeait.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Lun 9 Oct 2017 - 15:07
Décidément, ce Washi que Kumo m'avait attribué en tant que guide avait de plus en plus de point commun avec moi. Déjà, et c'est assez rare pour le souligner, il avait l'air d'avoir mon âge et surtout il faisait la même taille que moi ce qui m'arrivait rarement à Kiri. On oscillait entre les montagnes de muscles de 2m20 ou les retards de croissance peinant à dépasser le mètre 50 avec les bras levés et les pieds tendus. Mais par dessus tout, il me ressemblait parce qu'il n'en avait rien à faire. Je pouvais le comprendre, les exploits des ninjas, la gloire et tout ce qui s'en suit lui passait par dessus la tête. Il avait l'air d'être intéressé avant tout par la connaissance. C'est vrai, j'avais tenté de gonfler mon propre ego en lui racontant ce qu'il c'était passé à Shitô mais mon idée était surtout de m'imposer et d'imposer un certain respect difficile à offrir à un étranger tout droit venu du village le plus mal réputé du monde entier. En vérité, la gloire importait peu, c'est les résultats qui étaient importants et il me semblait que le blond l'avait aussi bien compris que moi.

Cette visite n'avait aucun intérêt pour lui, et moi je ne comprenais toujours pas pourquoi on mobilisait des ninjas pour ce genre d'idiotie au lieu de donner le travail à un civil. C'était encore un exemple de la place trop importante que prenaient les shinobis dans la société de nos jours... Ils étaient moins chers peut-être ? Après tout les genins ne sont que des apprentis.... Plus facile à manipuler ? Je ricanais tout seul en y pensant. Je partais bien trop loin dans ma réflexion puisque ce n'était après tout qu'une simple visite mais c'était ma marque de fabrique... Exagérer.

On aurait pu continuer la visite, on aurait peut être même dû continuer la visite puisqu'il y avait encore mille et une choses que renfermé Kumo... Je pensais notamment à son usine de fabrication des armements ninjas mais j'avais dans l'idée de continuer à découvrir le village seul, sans personne pour m'espionner et me déconcentrer. Je voulais observé le village de la Foudre moi même et en tirer les enseignements que j'avais besoin de tirer.

« Je pense qu'on en a tous les deux ras le bol de cette visite. Raccompagnes moi simplement chez moi, si ça te dérange pas de me montrer les coins utiles sur la route pour faire d'une pierre de coup... Au cas où je veux me sustenter ou boire un verre. Je suis crevé, j'ai besoin de me reposer et de préparer l'interrogatoire. Enfin... Même si je n'y fait rien du tout. ». Je souriais, amusé. Il n'était plus question de se lancer des piques à présent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Mer 11 Oct 2017 - 14:42
Je pense qu'on en a tous les deux ras le bol de cette visite. Le blondinet observa le Kirijin d'un air amusé. Raccompagnes moi simplement chez moi[/b] L'adolescent acquiesça d'un simple mouvement vertical de la tête. Le fin rictus dessiné sur le bas de son faciès confirmait la totalité de ses pensées ; le jeune shinobi a gagné la rencontre mentale.
Je suis plutôt content d'avoir rencontré le « véritable » Jin. Le Yamanaka appuya sa phrase avec des guillemets qu'il mima. Cependant, je te ne ramènerai pas à bon port. Le regard flamboyant du blond dévisageait la gueule cassée made in Kiri. Non pas parce que j'ai une dent contre toi, mais mon travail est terminé. Le shinobi referma lentement ses paupières pour les rouvrir quelques secondes après : il croisa sauvagement son regard avec celui de l'étranger avant de reprendre : Je ne sais pas pendant combien de temps encore tu seras au village... Washi dégrafa son blouson mi-saison grisâtre ; il s'apprêta à faire demi-tour pour entrer une seconde fois dans la Grande Bibliothèque. ... mais j'espère qu'on se reverra un jour que ce soit ici ou non. Désormais habillé de son tee-shirt noirâtre à manches longues, le Kumojin adressa un dernier regard à son camarade Kirijin. Retiens bien ce nom... À ses mots, la gueule cassée pouvait facilement observer l'énorme emblème cousu au fil nacré dans le dos du tee-shirt du blond. ... Yamanaka Washi. La silhouette de l'adolescent se mêla à la foule de villageois présente à l'entrée de la Grande Bibliothèque.

[...]

Finalement, quel est le résultat de cette entrevue ?
Intéressant. Le Yamanaka déposa lourdement le poids de son corps sur le dossier d'une chaise. Une personne peu sûre d'elle mélangée à un trait narcissique. Il croisa les bras en soufflant comme si les hypothèses n'aboutissaient à rien — ou plutôt que le sujet était d'une piètre qualité.
De toute façon nous en serons plus lors de l'interrogatoire.
Je n'ai pas dit le contraire... Et encore moins baissé les bras. Exclame-t-il en souriant avant de sortir de la pièce mal éclairée.

Décidément le Yamanaka allait rester accroché à la cuisse du Kirijin tel un piège à ours, le prédateur ne pensait pas une seule seconde au fait de lâcher sa proie ; il visualisait plutôt son dépècement.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Kumo... Ça manque de pluie et de gens tristes. FT. Yamanaka Washi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: