Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Une nuit meurtrière - pv Shokugeki


Ven 29 Sep 2017 - 4:17
Une nuit meurtrière ft. Hyûga Sanadare & Hayai Taishi


La nuit était sombre et froide. La pluie s’abattait sur tout Iwa depuis des heures maintenant. Dans les rues, pas une seule âme qui vive. Les gens avaient mieux à faire que de trainer dans le déluge par une température pareil. Malgré tout, quelque part perdu au beau milieu du quartier résidentiel, il y avait un attroupement d’hommes. Par les fenêtres des maisons adjacentes, les curieux tiraient les rideaux pour tenter de comprendre ce qui se passait dehors. Des hommes criaient des ordres ici et là à qui pouvait bien les entendre, d’autres suivaient des chiens qui reniflaient la rue de long et en large. Les hommes avaient encerclé une petite maison bien ordinaire du quartier est. Des cordes avaient été tirées dans la rue pour éloigner quiconque voudrait s’approcher. Soudain, un éclair fend le ciel noir en deux. À la lumière vive et spontanée, les curieux remarquent le blason argenté sur les imperméables des hommes qui s’affairent dehors, les deux maillons qui s’enchaînent, la marque des Spectres de la montagne.

À l’intérieur, chaque pièce est éclairée au maximum afin de ne laisser aucun recoin à l’ombre de la nuit. Le sang et la boue se mélangent sur le plancher de bois et imbibent les tapis. Deux hommes discutent dans l’entrée de la petite maison.
- Le patron est là?
- Non, pas encore.
- C’est tout un foutoir qu’on a là…combien cette fois?
- Quatre…Un de plus que la dernière fois.
- On est sûr que c’est le même gars?
- Même mode opératoire, même résidu argileux, mêmes marques d’explosion. Ça ne fait aucun doute que c’est lui.
♦♦♦

Akimoto n’aimait pas être extirpé de son sommeil, encore moins en plein milieu de la nuit. Avec les responsabilités qui s’accumulaient, le Borukan trouvait ses nuits de plus en plus courtes, à son grand désespoir. Mais cette nuit, il ne pouvait pas rouspéter, il n’en avait pas le droit… À l’autre bout de la ville, dans le quartier résidentiel, quatre personnes avaient été retrouvées mortes dans une petite maison. C’était la troisième fois en deux mois qu’on le réveillait de la sorte pour la même raison. La troisième fois qu’il frappait…Aussitôt debout, Akimoto s’était empressé d’envoyer le messager samouraï du Yamagenzō venu le réveiller à ses deux apprentis, Sana et Taishi. Rien ne l’obligeait à les convoquer, le reste des forces policières suffisait amplement pour l’épauler dans cette tâche, mais le roux avait besoin qu’ils soient avec lui. Il enfila sa veste grise – celle portant la marque de son unité spéciale – puis glissa son imperméable sur ses épaules avant de décamper à son tour.

Marchant sous la pluie, Akimoto réfléchissait à tout ce merdier…Depuis le premier meurtre, survenu il y a plus de deux mois maintenant, il avait cette vague impression de connaître le meurtrier. Pour une raison étrange, le rouquin se sentait familier avec les scènes de crime laissé dans le sciage du coupable, comme s’il avait déjà été témoin de ses actes par le passé. Un nom lui revenait souvent en tête…Seitamaro…Mais c’était impossible, il avait quitté Iwa depuis bien trop longtemps. Pourquoi serait-il revenu jusqu’ici?

Au bout d’une bonne demi-heure, le colosse franchit le cordon de sécurité qui entourait le lieu du crime. Ses hommes le saluèrent sur son passage avant de se remettre au travail. « Pouuua, satanée pluie! » beugla-t-il en entrant à l’intérieur. « C’est par où? » demanda-t-il au jeune homme qui gardait l’entrée. « Au salon m’sieur. » Akimoto se pressa, le plancher de bois craquait sous ses lourds pas. Dès qu’il tourna le coin du corridor pour entrer au salon, le colosse se figea devant l’horreur de la scène : quatre victimes, chacune dépossédée d’une large partie de son corps, du sang, des viscères et de la cervelle éparpillés aux quatre coins de la pièce. « Bordel de merde. »

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Jeu 5 Oct 2017 - 4:39
« …Et c’est à ce moment là que j’ai décidé de dédier ma vie à la science, à la poursuite d’un but plus grand que moi-même, un sein Graal, vois-tu ? »

Taishi affichait un visage sincère, et la plantureuse brunette avait des étoiles dans les yeux. Satisfait, il baissa les yeux dans un faux air déprimé.

« Évidemment, c’est une voie qui n’est pas toujours facile. J’ai perdu maintes fois de précieux amis aux mains de fausses idoles, c’est un combat sans fin pour connaître la vérité et trouver la perfection… Tout est de ma faute, en réalité… »

« Oh mais non, Taishi, ce n’est pas ta faute ! Tu as un si grand cœur… »

C’était dans la poche, il ne restait plus qu’à lui promettre le ciel, parler de ses émotions qu’il ne peut supposément confier à personne, à quel point il est un homme fragile à l’intérieur. Ensuite il l’emmènerait faire un tour des remparts, question de la fatiguer, puis ils passeraient de manière bien *infortunée* devant sa maison. Il l’inviterait à entrer pour un dernier verre. Puis, un peu de science ! C’était un plan imbattable.

Évidemment, le destin avait d’autres plans. Il allait parler de son enfance difficile lorsqu’un shinobi générique, le type « je suis devenu chunin grâce à mon acte de présence » interrompit son début de monologue. Des meurtres, quelques parts, par quelqu’un. Ok, pourquoi tu me dis ça ? Comment ça je dois m’en occuper ? Unité spéciale ? Hein ? Il soupira. Akimoto avait bien fini par les enrôler dans son petit club. Yama-quelque chose. Quelqu’un avait déposé un badge dans sa boite aux lettres l’autre jour. Il chercha mentalement une excuse pour ne pas y aller, mais son plan avec la brune était fichu même s’il refusait, surtout quand ça faisait une demi-heure qu’il vantait son infaillible sens du devoir. En d’autres termes, il était coincé. Soupirant, il promit le monde à… hum, il n’était pas sûr de se souvenir de son nom… Et accompagna le type, jurant alors que la pluie l’accueillit dans ses bras dès sa sortie du bar.

***

Il passa la tête dans l’embrasure de la maison au même moment que le roux s’exclamait. À la vue du désastre corporel sous ses yeux, Taishi ne pouvait pas dire grand-chose de plus. Le chunin n’était vraiment pas familier avec le dossier mais avait lu les journaux. Ça faisait combien de fois, trois ou quatre, que ça faisait la une ? Le plus incroyable, c’était qu’il réussissait à passer entre les doigts des senseurs à chaque fois.

« Akimoto. »

Il avait dit ça simplement pour signifier sa présence, même si ce n’était pas vraiment nécessaire. Il s’accroupit près d’une des victimes en replaçant son manteau vert. Un passage éclair à sa maison avait suffi pour récupérer son badge de gentil gendarme accroché à sa manche. Quel gâchis, quand même. Au moins, aucun spécimen scientifique ne faisait partie des victimes. Le shinobi générique lui avait donné les derniers détails.

« En supposant qu’on essaie pas de faire porter le chapeau à quelqu’un d’autre, on pourrait voir un modus operandi assez logique. Le type pose des bombes qui explosent avec un certain délai, sans activation à distance comme avec un sceau. On l’a bien vu avec notre petit exercice avec ton ours, les senseurs pourraient percevoir l’activation, et déterminer l’origine. Le mec s’en serait sorti une fois, mais pas deux fois. »

L’expérience de l’Hayai en explosions était faible mais lui et Sanadara avait bel et bien un petit incident, à leur arrivée au village, en fait.

« C’est rigolo, ça me rappelle un truc qu’on avait eu avec un Chukoku il y a quelques temps. Il avait fait exploser une auberge, les occupants compris. Sanadare l’avait mis en colère je pense. Mais c’était qu’un imbécile complètement détraqué. »

Et un genin. Le type qui faisait ce genre de truc était plus expérimenté. Restait aussi à savoir pourquoi eux en particulier.

« Es-ce qu’il y a le moindre lien entre les victimes ? »

Taishi n’avait pas vraiment envie de jouer aux enquêteurs, mais avec un peu de chance, il pourrait se rattraper avec… hum… enfin bref, si il réussissait à résoudre ce truc rapidement. Sanana allait bientôt se pointer de toute manière, elle ferait un bon rebond dans tous les cas.

_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Jeu 5 Oct 2017 - 8:32
Le verre en face d'elle était aussi plein que la bouteille commandée pourtant depuis déjà deux bonnes heures. Ce n'était pas très ressemblant à la Hyuga un gâchis pareil. Plutôt que de boire, elle se contentait de faire rouler le liquide dans son récipient, étonnant à chaque fois le barman qui la servait par son habilité à jouer dangereusement avec les bords, sans jamais rien renverser. C'était un peu toute l'histoire de sa vie qui pouvait se résumer ainsi. Méchant retour en arrière sur le parcours, elle était là à ne rien faire, si ce n'était patienté que les heures passent l'emmenant d'un jour à l'autre, puis un homme s'était rapproché, posant un document à son attention sur la table. C'était enfin le bon moment pour boire d'une traite son verre.

-T'es au courant que je ne peux pas lire hein ? Peut-être un jour vous serez assez malins pour utiliser le braille que vous m'avez forcé à apprendre...

-Justement, c'est le bon moment pour vérifier tes acquis sur le sujet. Lui glissait-il dans les oreilles du tact au tact.

C'était que le messager et elle n'étaient pas vraiment étrangers, bien qu'aucun lien possible à nommer ne les liait. Ses doigts glissaient à leur tour sur le parchemin en relief après que son petit rire amer eut retenti.

-En quoi ça me concerne, votre service est si désespéré que ça en senso ?
Long soupire, sûrement un caprice du roux pour gâcher sa nuit libre service. L'ordre dans une main et la bouteille se faisait saisir par l'autre toujours libre.
-Laisse la bouteille ici. Avait tenté sa nounou du soir, en vain.

Pour seule réponse il avait eu un haussement d'épaules et la fille avait rejoins les pavés dans une démarche tranquille sous la pluie battante. Comme une jongleuse expérimentée, elle faisait danser entres ses doigts le saké, suivie de près par celui venu la chercher. Bien sûr, elle avait bien fini par lui demander s'il n'avait rien d'autre à faire. Et comme bien souvent, il lui répondait qu'il avait gardé la plus chiante pour la fin.

-J'ai connu des douches bien plus chaudes avec toi... Se plaignait-elle. Dis m'en plus a moins.

En chemin, les pas tranquille pour elle et quelques tentatives pour lui de l'accélérer, il lui faisait un rapide rappel de la situation. Un peu plus d'une demi-heure s'était écoulé quand ils arrivaient devant la bâtisse cernée...

-Arf... Ca me donne froid dans le dos.
-Oui l'intérieur est pas beau à voir, mais dans ton cas de toute... Il riait doucement quand même pour ne pas attirer l'attention, cela serait de mauvais goût... Comme les remarques de Sana' qui lui avaient valus soudainement tous les regards des environs...
-Non, je parle de toute la fourmilière de shinobis 'spécial' attroupée ici. Aussi nombreux qu’inefficace. Petite secousse de la tête, et le coup de coude de son accompagnateur n'y ferait rien. C'est le problème quand on se contente d'être juste réactif.
-Va falloir revoir tes méthodes d’intégration. De quoi tu parles au juste ?... S'interrogeait son messager.

Là dessus, elle faisait plusieurs bonds pour rejoindre les toits, suivi bien évidemment par sa nouvelle ombre, qui répétait sa question, mais la Hyuga avait déjà attisé ses sens pour capter tout et n'importe quoi. En vain visiblement.

-C'est simple pourtant, je dis que se contentait d'agir quand le mal est fait est une connerie. Il faut éradiquer les maux à leur source avant qu'ils naissent de préférence.
-Je vois que les notions de règles, de lois et de droits ne te parlent toujours pas beaucoup... Le boss est à l'intérieur, tu devrais y aller maintenant que je puisse valider ma tâche exécutée.
-Pourquoi faire ? Y en aura bien un qui lui dira que je suis là, ca doit puer là dedans, et puis...

Là dessus, elle s'accroupissait irrésistiblement attiré par une faible intensité d'un résidu de chakra. En dessous d'une tuile, son doigt se frottait pour récupérer une sorte de boue nauséabonde. Un échantillon de la scène macabre probablement échappait d'un soulier. Elle laissait échapper sa bouteille qui roulait sur les tuiles jusqu'à éclater en contre bas agitant l'assemblée un peu surprise. L'aveugle frottait la boue entres ses doigts, elle qui lui donnait une sensation particulière tandis que la pluie l'éliminait.

-Un angle mort. Si j'avais un clone ou une création immatérielle capable de me rapporter la scène, je la placerais là pour pouvoir me foutre de votre gueule de loin.

-Qu'est-ce que tu racontes encore... S'exaspérait son accompagnateur.
-Cela doit être satisfaisant pour l'égo toute cette masse pour un seul gars. C'est comme tiré les fils de marionnettes. Je pourrais aimer ça aussi... T'as pas du travail qui t'attend toi ? Allez dégage tu me gênes dans mon travail.
-Un bien grand bec grand ouvert pour une genin ! Va chercher tes instructions plutôt. Lui rappelait-il en s'éloignant en bonne patte. C'était aussi et surtout qu'ils avaient des spectateurs devant qui il fallait faire bonne figure. Aucune importance pour la Hyuga qui ne se gênait pas de lui faire un doigt très expressif sur la remarque de son grade.


_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Dim 5 Nov 2017 - 1:42
Une nuit meurtrière ft. Hyûga Sanadare & Hayai Taishi


Le grand colosse à la chevelure rousse était toujours planté au milieu du salon à contempler la scène de crime. La pièce et les détails de l’horreur étaient bercés dans la lumière des lanternes qui les éclairaient tant bien que mal. Un éclair pourfendit le ciel, projetant une lumière bleutée dans tous les recoins de la petite maison.

En plus de l’armada de policier qui inspectait le périmètre, ceux qu’Akimoto surnommait les « Spécialistes » scrutaient la scène de crime au peigne fin. Composé d’Eisei-nin et de senseurs particulièrement efficaces, ils étaient les rats de labo du Yamagenzô. S’extirpant de sa stupeur, Akimoto s’approcha de l’un d’entre eux qui venaient de terminer l’examen préliminaire de l’un des corps. « Megane-san, qu’est-ce que vous en dites? » demanda-t-il. « Difficile d’apporter une réponse exacte sans l’examen complet au labo. Mais la signature chakratique est la même tout comme les traces d’explosion contrôlée et les résidus argileux. Quatre corps ; deux ont eu la tête explosée, le troisième a un trou en pleine poitrine et le dernier il lui manque une jambe et la moitié d’un bras, ce n’est probablement pas l’explosion qui l’a tué, il s’est vidé de son sang. C’est un Chôkoku ou un Bakuhatsu particulièrement violent à qui nous avons à faire… » Le rouquin marmonna, l’air perplexe. Toujours les mêmes informations qui revenaient meurtre après meurtre. « Rien de nouveau? Un indice? Quelques choses de plus? » demanda-t-il une pointe d’impatience dans la voix. « Absolument rien par ici. Le coupable est un véritable fantôme. » répondit-elle en baisant le regard, sachant pertinemment que les maigres réponses qu’elle apportait à son supérieur le rendraient furax.

Rouge de colère, Akimoto s’était alors retiré pour ventiler, près de la fenêtre, regardant vers l’extérieur. Il espérait vraiment que cette fois-ci soit la bonne, que le meurtrier ait commis une erreur, même minuscule, pour leur permettre de l’attraper. On aurait pu penser que comme le champ des possibilités avaient été réduit aux membres d’un seul clan, il aurait été facile de débusquer le coupable, mais pourtant…Dès le second meurtre, la première fois où ils avaient trouvé des résidus argileux sur les lieux du crime, Akimoto avait demander l’aide de la cheffe du clan Chôkoku, mais jusqu’à présent rien…Un véritable fantôme, voilà ce que le Borukan pourchassait.

Entre temps, Taishi s’était finalement manifesté et avait promptement commencé son investigation. « Nous n’avons pas été en mesure d’identifier les deux sans tête pour l’instant…Mais les deux autres sont les propriétaires des lieux, un couple de marchands d’art. » répondit Akimoto en se tournant pour se rapprocher. L’air pensif, il plongea sa main vers l’intérieur de son manteau pour en extirper un petit calepin. Il le feuilleta un instant, toujours un air interrogateur sur le visage. « Hum…Plusieurs victimes encore non identifiées pour l’instant…Un médecin, d’autres commerçants, un sans-abri, un facteur…Quel peut bien être le lien entre tous ses gens? Pourquoi eux plus que d’autres? »

Akimoto avait beau posséder toutes les cartes nécessaires pour mener l’enquête, mais il y avait quelque chose qu’il ne comprenait pas dans tout ça. « Un hasard peut-être? Non…Un meurtrier impulsif ne serait pas aussi méticuleux dans ses meurtres, on l’aurait attrapé depuis longtemps, il aurait commis une erreur. Il y a une constance dans ces crimes…une planification…c’est comme si… » Le Borukan prit du recul et contempla de nouveau les cadavres, le sang, leur disposition. « C’est comme s’il produisait un tableau à chaque fois. Une œuvre d’art. » Soudainement, tout lui parut trop agencé pour être naturel, la disposition de chaque corps par rapport à l’autre, le sang et les appendices manquants méticuleusement placés, même les traces d’explosion lui paraissaient maintenant planifiées. « Megane-san…trouvez-moi les dossiers sur les autres meurtres. Je veux savoir comment étaient disposés les corps, les explosions, tout. » La jeune femme acquiesça puis quitta à la hâte.

« Sana n’est pas avec toi? » demanda le mentor à son protégé. Habituellement, ces deux-là étaient inséparables, Akimoto s’attendait à les voir débarquer ensemble.

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Mer 22 Nov 2017 - 1:20
« Sana ? Cette idiote est probablement ivre et à moitié nue dans un caniveau quelque part. Autrement dit, elle ne doit pas être loin vu l’état de cet endroit. Je pense que j’ai entendu son piaillement dehors il y a une minute »

Taishi rajusta son manteau vert, pensif. Les mots d’Akimoto amenaient des hypothèses mais il aurait préféré que le roux précise sa pensée. Une œuvre d’art ? Si Pépé Orange voyait de l’art là-dedans, il avait des goûts plutôt sinistres. Le résumé des blessures par l’un des scientifique l’avait fait rire brièvement. Typique des civils ou des shinobis qui ne sont pas habitués aux combats.

« Si c’est vraiment un chukoku, c’est pas si violent que ça, on est même plutôt chanceux de trouver des morceaux… Quoi ? On parle d’un clan spécialisé en explosions, à quoi vous vous attendiez ? »

Il secoua la tête. Il en avait déjà marre que tout le monde appelle le type un fantôme. Non, juste un gars assez intelligent pour ne pas être sur les lieux quand les gens se mettaient à crever.

« Ok, donc des victimes qui semblent être au hasard… Ou bien qui sont spécifiquement faites au hasard. Si le type cherche à terroriser la population par exemple, ce serait logique qu’il ne s’en prenne pas uniquement à des gens haut placés. Qui plus es, la plupart des gens importants dans ce village sont de foutus shinobis, ceux qui peuvent résister ou bien déceler les explosifs. Au lieu de ça, on a un tueur qui s’attaque à toutes les classes sociales du peuple, du sans-logis au médecin… Peut-être que son profilage, c’est de faire comme s’il en faisait pas. »

Une idée comme une autre.

« Pourquoi on a aucun info de la part du clan d’ailleurs ? Ils sont certainement capable de faire une liste des membres postés à Kiri, et établir leur horaire des dernières 24 heures, non ? Ce truc, c’est frais. »

Taishi n’était au final qu’un autre investigateur, c’était Akimoto qui avait les vrais pouvoirs dans la matière. Mais autant dire que ça avait un mauvais air de ce point de vue, comme si quelqu’un cherchait à couvrir l’affaire. Il avait besoin de prendre l’air, alors il se releva et passa la porte pour recueillir une goulée d’air frais nocturnal. Coup du destin, voilà l’idiote qui se dandinait en multipliant les profanités. Il soupira en se rapprochant.

« Hé, genin, la belle réputation que tu nous donnes, du grand spectacle. Erf. »

Il s’appuya contre la rambarde. Les badauds se massaient en espérant voir quelque chose de sensationnel, nope, juste une pro reconvertie en détective. Ajoute deux pièces de monnaie, elle va jouer avec tes indices. Ha.

« Akimoto est à l’intérieur. Il pense que le tueur place les corps de manière précise, comme une œuvre d’art. Un sandwich humain, ouais. »

Il haussa les épaules.

« Le tueur a l’air de réfléchir avant d’agir, mais pas tant que ça. Comme une haine projetée. Un autre type floué par le système, victime d’Iwa la corrompue ? On est quand même un centre économique. Tu perçois quelque chose qui a échappé aux rats de labo ? »

Ils avaient les pièces du puzzle, il suffisait de mettre en place. Taishi n’était pas exactement dans son élément, c’était bien plus facile d’atteindre une cible quand on pouvait la voir…

_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mar 28 Nov 2017 - 2:36
A nouveau cette histoire de doigt qui se pointait en avant, décidément c'était son grand soir à lui.

-Faut bien que je donne un semblant de crédit à ton titre de chunin. Sur la loi de la comparaison tout ça, tout ça...

Elle avança d'un pas lent vers son coéquipier, fallait dire que même sans utiliser sa sensorialité, elle pouvait le flairer à des kilomètres ce coco. Ah oui, un scientifique, ne fais pas ta mauvaise langue Sanadare ! Le Senseï dedans ? Non sans blague, elle aurait jamais trouvé sans lui, se retenait-elle de lui répondre, faudrait un jour qu'il arrête quand même d'insulter comme ça ses capacités. Puis à quoi ça lui servirait de rentrer voir la scène, elle était aveugle pour rappel...

-Hum... Eh bien, y avait des traces sur un toit en amont. J'imagine que je me jetterais pas en personne dans ce genre de chose. Elle prit la place opposée de la rambarde pour s'appuyer. Encore un ego à renflouer. Les mecs... Elle lui indiqua d'un bout de doigt le toit où elle se tenait jusque là. J'ai trouvé des traces là dessus, une sorte de point mort de la scène. Tu sais, comme l'envers d'un décor où le marionnettiste joue de ses fils. Mais la pluie détruit toutes les traces. C'est peut-être un élément ça. Il pleuvait les autres fois ? Tu le sais toi ?

Elle n'avait pas lu le dossier, ah ah, évidemment, mais elle n'avait pas non plus chercher à se le faire conter. Parce que pour elle c'était un peu sans intérêt, Akimoto et Taishi étaient là pour se creuser les neurones, elle pour ramasser les méchants qu'ils désignaient du bout du doigt. C'était tout le charme de la hiérarchie. Sur leurs doigts qu'on taperait, innocente genin de main d’œuvre qui s'en tirait à bon compte. Eh eh, ce grade avait ses avantages, plus que ses inconvénients au final. Le maître de cérémonie apparaissait enfin, elle le salua d'une main, la même que le doigt avait insulté son partenaire, mais dans une position moins offensante.

-Hey Senseï-sama, t'as pris ton parapluie j'espère. Le temps est pas de la partie ce soir.

Sur quoi, elle ajustait sa cape imperméable, tant pis pour la science le Hayai ! Ou en tout cas pas avec elle. La Hyuga partageait alors son petit détour par le toit et les quelques détails, puis elle reportait les mêmes interrogations qu'à son partenaire sur leur mentor.

-Le pire, c'est qu'on peut même pas concentrer nos patrouilles, c'est impossible de prévoir où le faire. C'est quoi le plan maintenant du coup ? A part attraper la mort et dire adieu à notre temps de sommeil... On peut s'offrir un café au moins ?



_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Dim 3 Déc 2017 - 5:03
Une nuit meurtrière ft. Hyûga Sanadare & Hayai Taishi


Le Borukan écouta attentivement son élève et son analyse de la situation. Les deux shinobis échangèrent ainsi leur opinion et leur analyse sur la situation. L'hypothèse de l'Hayai sur le profil des victimes était sans doute la plus plausible d'entre toutes. Les victimes étaient de monde totalement différent, de castes sociales aux antipodes les unes par rapport aux autres. S'il existait bel et bien un lieu entre elles - autre que leur mort de la main d'un fou furieux - il était complètement invisible aux yeux d'Akimoto et des autres enquêteurs pour l'instant. "C'est l'option la plus probable...Peut-être que j'accorde trop de mérite à ce dégénéré aussi...Si ça se trouve, ce psychopathe a eu une mauvaise journée et a décidé de faire exploser les quatre premiers venus." lança-t-il à son élève.

Voyant que Taishi ne comprenait pas tout à fait ce qu'il voulait dire par "oeuvre d'art", Akimoto décida de clarifier sa pensée. "J'veux dire...Le mec fait exploser ses victimes, sans même tenter de dissimuler ses crimes. Alors pourquoi autant d'efforts? Pourquoi ne pas tout simplement faire sauter leur baraque? C'est plus simple non?" Il quitta la fenêtre de nouveau pour se retourner vers la scène de crime et les différents corps qui allaient bientôt être emballés pour la morgue maintenant que l'inspection préliminaire des lieux avait été terminée. "Plutôt, il se casse à tête, il démembre précisément ses victimes avec des explosions. Il y a quelque chose d'intime, de personnel dans ses crimes. Et s'il ne les connait pas - ce que laisse présager l'absence de liens entre elles - c'est qu'il doit prendre son pied avec tout ça.Tu sais comme moi comment les Chôkoku sont généralement obsédés par l'art...Et si pour notre meurtrier, c'était ça l'art, la beauté, plutôt que deux trois oiseaux en terre cuite?"

"Ce n'est pas que le clan Chôkoku nous refuse des réponses, mais plutôt qu'ils n'en ont pas de concluante à nous fournir..." ajouta le rouquin en soupirant de nouveau. "Enfin...c'est une réponse en soit. Nous savons au moins que nous cherchons un Chôkoku ne faisant pas partie de la caste militaire ou sinon un prétendu mort..." Il fallait bien voir le positif dans chaque chose, au moins cela réduisait légèrement leur champ de recherche...c'était mieux que rien. Et à une heure aussi tardive, avec un nouveau désastre sous les bras, Akimoto devait s'encourager du peu qu'il avait pour l'instant.

Les deux shinobis quittèrent l'intérieur de la maison à tour de rôle pour rejoindre l'extérieur. Sana les attendait sous la pluie. L'aveugle leur fit un compte-rendu que le Borukan trouva des plus intéressants.  »Offre-toi tout le café que tu veux Sanadare-san. Tu vas en avoir besoin." Akimoto porta alors son attention vers ce toit que la kunoichi lui désigna, le perchoir du meurtrier, là où il avait mis en scène son crime. "Tu as trouvé un résidu argileux sur place, non? Et si..." Il s'arrêta un instant, réfléchit. Il n'avait pas pu être aussi idiot..."Si ça se trouve, nous nous efforçons à passer cette maison au peigne fin, mais il n'y a jamais mis les pieds...Il trouve ses victimes ailleurs, leur pose une bombe dessus, puis les suit jusque chez eux où il les regarde exploser depuis l'extérieur. Et la météo se charge du reste..."

"Depuis le début, nous ne nous posons pas la bonne question...On se contente du QUI, à savoir ce que les victimes ont en commun - c'est-à-dire rien - plutôt que se demander OÙ - quels lieux ont-ils tous fréquentés en commun la journée de leur mort?" La réalisation frappa Akimoto comme un mur en pleine face. Comment avait-il pu être aussi idiot? Et comment se faisait-il qu'aucun des petits génies qu'il payait grassement pour penser à tout ça ne lui avait jamais soumis cette piste?

Le rouquin enfila sa capuche, puis sortit sous la pluie. Sans se retourner, il fit signe à ses deux élèves de le suivre. "Shokugeki, à la bouffe! Je vais avoir d'un estomac plein et d'une bouteille de saké bien pleine pour réfléchir." Tout en s'éloignant, il demanda à Megane-san de les suivre avec les dossiers des autres enquêtes et des autres victimes. La petite troupe prit alors la direction du restaurant encore ouvert le plus proche.

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Ven 22 Déc 2017 - 17:39
Taishi soupira en secouant la tête, dubitatif.

« Les Chukoku, des artistes obsédés par les explosions ? Pas grand-chose de nouveau. Si on se met à chercher tous les Chukoku un peu psycho dans la ville, on va en trouver beaucoup, quand je dis beaucoup, pratiquement tout le clan en fait. On ne rigole pas. »

Le roux faisait des liens entre les victimes et l’idiote aimerait bien être ligotée tout court, pas grand-chose à en tirer. Beaucoup de théories, très peu de certitudes, sauf peut-être une, le type allait frapper à nouveau, encore et encore, jusqu’à se faire avoir. On pouvait voir dans ses actes des gestes de défiance qui ne faisaient qu’augmenter. Les propos de Sanana sur la pluie faisaient du sens mais ne faisaient que renforcer les suspicions envers un Chukoku, puisqu’ils étaient nécessairement au courant des propriétés de l’argile lorsque mouillée.

« Soit, il est à distance. Encore une fois, on pouvait s’en douter, surtout vu la nature de l’arme, je veux dire, il a pas intérêt à se faire exploser lui-même non plus. On a besoin d’un nom ou d’un élément distinctif, parce que je doute que le clan va apprécier si on embarque tous ses membres… Ça finirait mal je crois. »

Les deux autres devenaient obsédés par une tasse de café alors Taishi obtempéra. Il avait déjà raté son coup de la nuit, Sanadare serait le matelas de fortune en attendant de trouver mieux, genre un chat à moitié mort derrière les gouttières. Enfin…

« Un prétendu mort ? On se rapproche de plus en plus de ce psychopathe de l’auberge, Sanadare ! Il est devenu quoi lui au juste ? Je suppose que tu joues plus au strip-poker avec lui ? Oublie pas que le poker vient avant le strip, la prochaine fois… »

Il haussa les épaules en suivant Akimoto bien décidé à se remplir la panse au milieu de la nuit et de la pluie. Taishi ne pouvait pas se plaindre, amateur de la bouffe qu’il était. Bouffe gratuite surtout. On volait se gaver au lieu d’arrêter un criminel psychotique ? No problemo ! Jetant un coup d’œil à l’autre kunoichi qui trainait péniblement une immense pile de dossier, il haussa les épaules. Ça pouvait expliquer les penchants gastronomiques du roux. Les derniers mots d’Akimoto flottaient dans sa mémoire alors qu’ils s’installaient dans le restaurant. La serveuse tendit un menu mais l’Hayai se contenta de lui dire de tout amener sur le menu, il choisirait ensuite ce qu’il ne voulait pas. La femme ne semblait pas comprendre, mais sa science était insuffisante pour captiver l’intérêt de Taishi. Déjà il se servait un verre de saké chaud.

« Un endroit où ils seraient tous allés ! Ils sont issus de toutes les classes sociales, le seul endroit qui me vient en tête, c’est le marché public. Pauvre ou riche, on a tous besoin d’y aller pour se ravitailler de temps à autre. C’est un endroit ouvert, accessible à la pluie et tout le tralala. Vu l’effusion de pickpocket, pas très difficile de subtiliser quelque chose, ou bien de faire l’inverse, et mettre quelque chose dans la poche de quelqu’un. »

Ça restait assez large mais c’était peut-être une piste. Il en avait déjà trop dit et la bouffe commençait à arriver, assiette par assiette fumante.

« ITADAKIMAS ! SHOKUGEKKKKKKKKKIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII »

Le chaos s’ensuivit.



_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Lun 25 Déc 2017 - 22:20
Allez manger après une exposition de boyaux ? Pourquoi pas, de toute façon, la Hyuga était la mieux logée, elle n’avait pu rien voir et dans son système de vision radar, rien n’était jamais vraiment choquant au final. Elle écoutait ses partenaires sans prendre part sur le chemin vers le ravitaillement, la kunoichi n’aimait pas les spéculations sans les éléments l’y amenant. Perte de temps, comme l’idiot et ses remarques stupides si elle y répondait. Ceci dit, un élément ou deux fracturaient sa mémoire, quel strip poker, quel auberge ?

Les pas supplémentaires lui rafraichissaient la mémoire, par chance ou pas, vu qu’elle n’avait pas bu comme un trou ce soir-là, alors elle voyait de quoi il lui parlait, enfin, façon de parler. Ce taré la qui avait fait exploser une auberge-grâce a elle, alors qu’elle n’avait même pas commencé à être détestable. Petite nature. Elle se souvenait parfaitement de sa nature chakratique, vu qu’elle avait pu par le biais de ses capacités de senso, anticipé son attaque explosive quand il avait chargé son argile de chakra. Avant que l’idiot les pop en dehors de la en un instant bien sûr. Fallait toujours qu’il se mêle de tout celui-là et gâche la fête. C’était toujours le Hayai qui l’avait attrapé par la tignasse pour l’empêcher d’aller lui mettre une bonne correction, persuadé qu’il était, qu’elle avait avoir le massacre du bâtiment et qu’il valait mieux du coup faire profil bas. C’était pour ça qu’elle avait gardé une trace dans sa mémoire de ce gars-là, puisqu’elle me reconnaissait les gens que par cette sorte d’aura finalement. Puis la routine alcoolique lui avait sorti de l’esprit son affaire en cours…

Instinctivement, ayant en mémoire la chose, son radar balayait la zone à sa recherche, à aucun moment elle pensait faire mouche et pourtant… Son sourcil s’arquait, il était en retrait de leur position sur un toit tandis que le trio continuait de marcher. Ce fameux psychopathe… la senso le garda dans sa ligne de mire et se surprenait intérieurement de le voir suivre le même itinéraire qu’eux, il les suivait ? Elle en aurait vite le cœur net. A l’intérieur Taishi face à la bouffe se fit stupide pour ne pas changer et elle bien trop sérieuse contrairement à d’habitude, sa concentration totalement happée à l’extérieur sur sa cible qui s’était elle aussi stoppé dehors, toujours avec la même distance…

-Ou un bar.

Qu’elle rajoutait pour compléter la théorie à table, histoire de faire mine de participer malgré tout, on pouvait les observer depuis leur place facilement par la fenêtre. L’assistante du mentor s’était assise entre elle et ce dernier, sa pile de dossier encombrait la table et l’espace vital de la Hyuga qui sans crier gare, se lever pour ramasser ca et le placer sur une table voisine. Ignorant les protestations. Une enveloppe ou plutôt son contenu attirait son attention.

-Qu’est-ce que c’est …? Il avait comme un faible ressenti de chakra à l’intérieur.
-Ah on vient de nous le faire parvenir pour l’enquête en arrivant. Lui indiquait l'assistante du roux.
-Qui ?

Un individu aux couleurs de l’unité les approchait au signe de main de la jeune femme tandis que la Hyuga examinait l’infime trace qui avait attiré son attention, la même que celle sur le toit… Ce qui lui donnait un écho étrange dans la pièce même au fur et à mesure que le messager se rapprochait toujours les bras chargés. Un clone ? Ici tout se jouait très vite à peine le temps de dire au Hayai d’attraper l’individu et débarrasser au loin-des civils de préférence, espérant qu’il comprendrait par lui-même de ne pas rester à proximité quand il exploserait…

Ce n’était peut-être pas quoi, ni ou, mais simplement ca la réponse, un clone explosif sous un henge serait facilement invité par des victimes, une fois détruit il pourrait offrir toute l’excitation du sadisme à son créateur qui n’avait qu’à attendre au loin sans prendre de risque… Pas le temps aussi de faire un débriefing, supposant sur la réactivité de l’éclair vert, la kunoichi enchaînait très vite en passant la fenêtre, indiquant à son mentor sa cible sur le toit du bout d’un doigt.

-Environ à 15m à 14h ! Lui fournissait une indication plus orale pour leur prise en chasse…





_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mar 2 Jan 2018 - 7:26
Une nuit meurtrière ft. Hyûga Sanadare & Hayai Taishi


Alors qu’ils étaient tous là, autour de la table et de leur bouffe et des dossiers, à se casser la noix pour trouver leur prochaine piste, contre toute attente, ce fut Sana qui comprit toute l’affaire avant tout le monde. Un sixième sens peut-être? Ou bien était-ce l’absence de vision qui avait éclairé son esprit avec l’enquête si soudainement?

Son flair aiguisé la poussa à questionner. Ce qu’Akimoto et les autres avaient vu comme une simple missive remise par un messager du Yamagenzo quelques instants plus tôt, elle l’avait vu comme une composante de l’arme du crime. Aussitôt que l’Hyûga s’exclama, le Taisho réalisa ; l’uniforme n’était pas le bon, pas tout à fait, les proportions de l’écusson sur le plastron n’étaient pas les bonnes. Une illusion? Les avait-il tous bernés aussi facilement grâce à une illusion? Ses victimes étaient tous des civils, des gens ordinaires qui n’étaient pas accoutumés aux subtilités du chakra et de ses manipulations. Facile de les berner eux…Mais pas des shinobis aussi expérimentés que ceux installés autour de cette table.

Alors que Sana criait à Taishi de se débarrasser de l’homme d’argile, Akimoto lui emboita le pas avec fougue, à travers la fenêtre et ses débris. « Environ à 15m, à 14h » lui dit-elle en pointant du doigt les toits de l’autre côté de la rue. C’est alors que, sous la lueur d’un éclair, Akimoto l’aperçut, sa longue et mince silhouette élancée, sa chevelure écarlate. Il ne discernait pas son visage, mais il devinait son regard froid et son grand sourire terrifiant. « Seitamaro… » murmura-t-il.

Sans attendre, le Colosse se lança à la poursuite du suspect, Sana à ses trousses. Jusqu’alors accroupi, l’homme se dressa avant de lancer dans leur direction une multitude de billes d’argile. Ils ne pouvaient pas le laisser s’enfuir, hors de question, pas aussi près du but. Toujours en course, à mi-chemin vers la toiture, Akimoto prit une grande inspiration tout en formant un unique mudra, avant de recracher une gerbe de flamme et de lave en direction des billes qui fusaient vers eux, emportant la majorité d’entre elles par la même occasion.

Atterrissant sur toi, Akimoto remarqua que le suspect n’avait pas pris la fuite, Seitamaro était resté là, figé. « Kukuku » rigola-t-il. Son rire était tout aussi sinistre que dans les souvenirs du rouquin. « Akimoto-sensei…Content de vous revoir après tout ce temps. » Ses craintes étaient donc fondées…Devant lui se tenait le Chôkoku qu’il s’était promis de sauver. « Seitamaro…Mais pourquoi? Je te croyais mort. » Le Borukan s’était porté à son secours, voulant le sauver de sa folie meurtrière. Mais il était mort durant l’attaque de l’hiver, il avait vu son nom sur la liste des victimes. « Huhuhu…On ne tue pas l’Empereur des Explosions aussi facilement! Tu as voulu me dompter Akimoto-sensei, faire de moi quelqu’un que je n’étais pas. J’ai préféré disparaître. Huhu » répondit-il en restant de marbre. Choqué, Akimoto ne comprenait pas…Il avait offert à ce gamin une chance de rédemption, une chance de devenir quelqu’un de bien…mais il avait choisi la folie.

Avant qu’il ne puisse tenter de la raisonner davantage, le visage du gamin se fendit d’un nouveau sourire. Un clone s’invita alors sur le toit avec eux, bondissant depuis une ruelle adjacente, et se rua aussitôt vers Sana. « Tututut. Par ici Sensei ! » hurla Seitamaro au rouquin alors que ce dernier allait se ruer sur le clone pour protéger son élève. Une nouvelle pluie de bille s’abattit sur lui, mais cette fois la distance était trop courte pour qu’il puisse réagir. Et s’il esquivait, c’est Sanadare qui prendrait chère. Akimoto recouvrit alors ses avant-bras d’une épaisse couche de roche volcanique, formant ainsi une sorte de bouclier, et plaça ses bras devant lui pour encaisser l’attaque. Au contact de sa peau et du roc, les petites billes déclenchèrent de micro-explosions qui lui arrachèrent un hurlement de douleur.

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Mer 3 Jan 2018 - 0:42
Taishi se contentait d’enfourner la bouffe comme une baleine et un banc de poisson, du moins si Sanadara avait l’allure de la baleine. Les gens parlaient mais lui ne vivait, ne voyait, ne comprenait à ce moment que la bouffe. Tous les soucis de l’univers pouvaient être résolus avec une quantité de bouffe illimitée, d’où le nom de la team, Shokugeki. Le All-U-CAN-EAT était roi dans cet endroit.

Mais rapidement, l’idiote commençait à se plaine, manifestement insatisfaite son traitement. La pauvre avait pas encore vu la facture, au dirait. Là elle aurait des raisons de pleurer ! Taishi songea qu’elle était tellement plus agréable le visage enfoncé dans un oreiller. Il continua son massacre culinaire, n’épargnant aucune assiette, aucune partie de son festin payé par quelqu’un d’autre. Mais voilà que l’idiote lançait maintenant des documents un peu partout. Il l’ignora, plus de bouffe pour lui, il était désormais un compacteur humain, un conquérant sur une nation alimentaire. Un instant passa et elle lui criait après. Il releva la tête, la bouche obstruée de bouffe en tous genres.

« HMPHwoi ? »

Elle lui pointait un shinobi qui s’approchait d’eux, les bras chargés d’un paquet. Taishi ne comprit pas dans l’instant, n’ayant aucune aptitude en sensorialité, mais il pouvait quand même percevoir quelque chose de bizarre dans son apparence, comme si elle était inconsistante. Peut-être sa démarche, mais il ne semblait pas déplacer son poids comme il l’aurait dû. Les choses se passèrent alors très vite. Roux-Sensei et l’imbécile venait de se jeter par la fenêtre qui volait en éclats. La main de Taishi fonça dans son manteau alors qu’il recrachait une quantité phénoménale de bouffe, comme un geyser nutritif. Un kunai verdâtre tourna dans sa main et fila dans l’air, allant se planter dans le paquetage du shinobi inconnu. Un éclat verdâtre, la main de l’Hayai se fermait sur le couteau et l’autre attrapait l’épaule du type. Le chakra déferla alors qu’il cherchait un sceau, ayant une idée de ce qui allait se passer dans les prochaines secondes.

La lumière verte secoua la tempête et il s’accrocha au kunai planté dans le flanc rocheux, à proximité de la cascade derrière sa maison et celle de son imbécile de voisine. Il fut alors freiné dans son élan, mais lâcha l’épaule de son adversaire qui vola dans les airs, échouant dans la cascade. Un instant plus tard, un grondement sonore secouait l’espace et une titanesque explosion détona du shinobi administratif. L’eau vola de partout et il but la tasse, secoué comme un pantin. Son kunai sous l’impact se délogea et il alla s’écraser sur le sol, trempé et sonné mais plus ou moins intact. En tout cas, Taishi songea qu’il avait bien failli finir comme les précédentes victimes. L’idiote voulait sa mort en fait, voilà qui en faisait la preuve !
Il se releva en râlant et s’approcha du bassin au pied de la cascade. Aucun débris ou morceaux du shinobi. Tout pointait vers l’idée de clone, au dirait. Secouant la tête, il chercha la signature du sceau dans la tignasse de la crétine. Un éclat de lumière plus tard, sa main se ferma dans les mèches blanches. Mauvais moment, un autre gars se jetait sur elle. Sanadare avait jamais été aussi populaire, dis-donc ? Ils devaient être aveugles eux aussi, si ça se trouve. Toujours est-il que ce mec-là était facile à reconnaitre. Seitamaro ?! Vivant !? Taishi était estomaqué malgré lui. L’Hayai était pas convaincu qu’il cherche à faire un group hug de réconciliation non plus. Il soupira, jetant la dévergondée sur le côté grâce à son emprise sur ses cheveux. Ce qui semblait un autre clone se jeta sur eux. L’Hayai jeta un kunai en arrière vers le fond de la ruelle, et il disparut dans un éclair verdâtre en même temps que le clone.

L’explosion retentit dans la ruelle…


_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Dim 7 Jan 2018 - 4:31
Le titan roux marmonnait un nom et la Hyuga s’imaginait dès lors qu’ils se connaissaient. Quand leur suspect lui offrait le doux sobriquet de « Sensei »…

-Ah bah alors là tout s’explique.

Échappait de la bouche de la Hyuga. Cet homme-là semblait avoir le don de choisir les pires spécimens possibles pour disciple, suffisait de regarder Taishi pour le comprendre. La remarque silencieuse fit sourire la Hyuga elle-même, puis elle se stoppait pour écouter ce qui se tramait, ceci dit, elle n’avait pas le souvenir que le roux lui ait parlé d’une équipe antérieure… Est-ce que c’était pour cela qu’il était plus distant avec sa nouvelle fournée ? Pas le moment d’y méditer visiblement. Le ressuscité lui rappelait quelqu’un, elle. La prétention une peu moins colossale ceci dit, mais que dire de la folie. Si la kunoishi ne bronchait pas, c’était surtout qu’elle-même y avait pensé, disparaître, pas tuer des gens, mais jamais elle n’aurait été assez stupide pour revenir pas vrai ?

Les sens sensorielles de la Hyuga se mettaient en alerte, plusieurs menaces et peu de temps, méfiante, elle se concentrait sur le tir, divisée entre elles et le clone qui n’avait pas échappé à sa vigilance, elle restait en garde, le premier qui arriverait qui serait géré, un travail d’instinct, comme tout chez elle… mais ! Mais c’était sans compter sur un emmerdeur de première classe. Un nouveau chakra apparaissait soudainement et la kunoichi se fit balancer à terre… comme ça. Un tic nerveux happait son sourcil tandis qu’elle se redressait visiblement contrariée. Au loin une détonation, mais elle sentait encore le chakra et la présence de l’idiot, malheureusement pour lui. OU elle.

-L'idiot va bien. Informait-elle leur sensei. Ou du moins il est vivant. Pour le moment. Fit-elle en haussant les épaules sans pouvoir contempler le visage crispé de leur adversaire.

Ce chakra en revanche…

-A toi. Le taré de l’auberge. Elle fit craquer ses doigts en se rappelant qu’elle lui devait une raclée. Vivant je suppose ? Fit-elle un ton de déception dans la voix pour son senseï en se demandant pourquoi il n’avait pas esquivé l’attaque ?

Bof, un colosse après tout, sûrement qu’elle ne lui avait rien fait, et puisqu’elle ne l’entendait pas se plaindre et ne voyait rien à proprement parler… Puis les deux s’occupaient déjà d’eux même, le fou lui balançait les mêmes billes explosives, qu’elle esquivait de bonds sur les côtés étant capable de les repérer à leur création, comme la dernière fois dans l’auberge. Ainsi frustré, il s’acharnait ce qui l’obligeait à pivoter donnant peut-être un angle mort ? Ou alors c’était ce qu’il aurait voulu qu’ils croient, la Hyuga n’était pas tenté par un corps à corps avec lui. Elle préférait distraire son attention avec des mots bien choisis, comme ce soir-là où elle l’avait déjà hors de lui…

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Lun 29 Jan 2018 - 20:48
La couche de roc volcanique qui recouvrait ses avant-bras s’effrita lentement, suite à l’impact des nombreuses billes explosives. Si les bras du colosse étaient intacts, il avait bien reçu quelques projectiles à la poitrine et aux épaules, réduisant une partie de sa tunique en lambeaux. Akimoto n’eut le temps que de laisser échapper un nouveau soupire de dédain envers son ancien protégé avant d’apercevoir sur son flanc les reflets des éclairs verts de Taishi. Ce dernier s’éclipsa tout aussi rapidement qu’il n’était apparu sur le toit, puis une explosion retentit dans la ruelle en contre-bas. « Taishi! » hurla-t-il tout juste avant que l’aveugle ne le rassure sur la bien portance de son coéquipier, grâce à ses dons de sensorialité bien développée elle avait été en mesure de détecter sa présence.
 
Akimoto laissa échapper un soupir de soulagement avant de porter son attention de nouveau vers Seitamaro. Le grand roux à l’allure flegmatique les dévisageait, Sana et lui, avec son énorme sourire psychédélique. Comment avait-il pu changer autant? S’il avait toujours été en garçon troublé, il y a quelques mois à peine, il ne semblait pas autant dénoué de toute émotion que ce soir.
 
Sana lui lança une réplique qui attira son attention, le salopard décida alors de s’en prendre à elle en lui envoyant à la figure une nouvelle salve de projectiles explosifs. Il allait devoir faire mieux qu’il voulait se débarrasser d’eux. Profitant de la diversion que l’Hyûga lui offrait, le Taishô s’élança vers le jeune homme à vive allure, un kunai à la main. Arrivant sur le meurtrier d’un seul bond rapide – presque gracieux si on ne tenait pas compte de sa carrure d’ours roux – il enfonça sa lame dans ses côtes. « Ne tente plus rien, Seitamaro. C’est fini. » dit-il en fixant le jeune fou dans les yeux de son regard sévère.
 
Le rouquin était d’une froideur sans mesure, malgré la lame figée dans son flanc, il ne laissa transparaître aucune douleur, aucune émotion. Sa main tremblante se posa sur l’épaule du colosse, avant qu’il n’affiche un nouveau sourire carnassier. « C’est fini…pour toi tu veux dire. » De sa manche, sortie alors un long serpent d’argile qui s’enroula autour du bras d’Akimoto avec force. Eh merde…

Sans réfléchir, par réflexe, la montagne laissa échapper de son corps tout entier une vague de chakra, qui se manifesta du même coup par une aura brulante aux reflets orangés tout autour de lui. La pluie s’évaporait aussitôt à son contact et, rapidement, la créature d’argile formée autour de son bras se mis à sécher et à craquer. D’un simple mouvement de bras, il suffit à Akimoto pour la réduire en poussière. Il agrippa alors le Chôkoku par le coup, lui arrachant par la même occasion un cri de douleur à cause de la chaleur qui se dégageait de son corps, avant de l’envoyer valser en direction de Sana pour qu’elle puisse, normalement, en finir avec lui.

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Sam 3 Fév 2018 - 3:10
Le seul moyen de devancer une explosion, c’est de la précéder. Du moins, c’était la logique toujours aussi fautive de l’Hayai. Quand le clône lui fonça dessus, le recul le poussa vers l’arrière tout en retenant la création de chakra par le bras, se déplaçant dans un éclair verdâtre sur le kunai qu’il venait de jeter dans la ruelle. À l’instant même où sa main se refermait sur l’arme, son pied s’enfonça dans les côtes du clône pour le repousser, mais c’était également le détonateur de l’explosion. La lumière l’engouffra alors qu’il repérait une autre marque posée dans le restaurant où ils étaient il y a à peine quelques instants. Il faut savoir que Taishi laissait toujours des marques partout où il était, la ville en était désormais truffée. C’était très pratique pour voyager dans la ville, mais aussi pour survivre à des psychopathes explosifs, qui l’eut crût.

Malheureusement, les réflexes de Taishi ne pouvaient tout simplement pas être aussi rapides que sa vitesse de déplacement, ainsi lorsqu’il apparut dans une lumière verte, il s’écrasa dans le restaurant, envoyant valser ce qui restait de mobilier intact. Le souffle de l’explosion avait été partiellement déplacé avec lui, après tout. Dos contre le sol, il essaya de reprendre son souffle et faire l’inventaire. Jambe 1, jambe 2, bras 1, bras 2, tête… Cheveux... Et hum un autre truc aussi… Ok ! L’essentiel est toujours là. Son manteau était fumant et allait avoir besoin de sérieux travaux, mais il s’en tirait bien pour un type qui venait de se prendre une explosion en pleine tête.

Une des serveuses s’approcha, affolée, à son chevet.

« Es-ce que ça-ça va, monsieur le shinobi ? »

Il la détailla de la tête au pied, mesurant son coefficient scientifique, donna une note acceptable, et réussit à décrocher un sourire.

« Disons que j’ai été soufflé par votre beauté, mademoiselle »

Pendant qu’elle devenait pivoine, il entreprit de se relever. Le choc l’avait laissé sonner et désorienté, il allait être plutôt inutile pour les prochaines minutes, ce qui n’était définitivement pas le moment. Papy Roux pouvait se débrouiller toute seule mais Sanana était douée pour se faire tuer sans babysitting constant. Quelle empotée quand même, une senso qui peut même pas éviter un clône explosif ? Dur à croire que c’est elle qui lui a appris les rudiments du chakra, il y a de ça des années déjà. La serveuse l’aida en lui tenant le bras, mais Taishi était surtout intéressé par les renflements importants de son uniforme qui se pressait contre lui.

« Vous-vous devez vraiment y retourner ? C’est dangereux… »

« *sourire flirt lvl9000* Un héro ne pense pas au danger ! »


Un couteau tourna dans sa main et il le projeta par la fenêtre avant de lui faire un clin d’œil puis disparaître dans un éclat d’émeraude. Ses pieds retrouvèrent le toit, derrière Akimoto et l’idiote. Le Borukan venait d’envoyer paître son adversaire droit sur l’imbécile.

Sanadare était désormais si pathétique qu’on devait lui créer des instants de gloire ?

_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Lun 5 Fév 2018 - 4:45
Seitamaro… ? Non, rien à faire, le nom ne le lui disait pas grand-chose, mais elle était au moins sûre qu’il s’agissait du même gars qui avait fait exploser l’auberge quelques mois plus tôt. Contrairement à ce qu’en avait dit Taishi à l’époque, personne n’était jamais venu leur poser des questions à ce sujet. Gardant ses distances, la kunoishi faisait un dernier bond en arrière tandis que l’ogre roux était littéralement tombé sur le kamizaze, d’un sourire narquois, elle narguait allégrement leur poisson qui avait mordu à l’appât-elle…

-Mais quel abrutit… Marmonnait-elle dans sa barbe. Dommage, si t’étais moins empoté, tu aurais pu être dangereux…

Elle haussait ses épaules persuadée qu’Akimoto finirait de le plier en quatre, l’emballé et… Ses sens toujours actifs la faisaient sourciller devant l’information d’une source de chakra sur le bras du Borukan, mais une être émanant de lui et connaissant sa nature spéciale… La kunoishi plaignait presque le petit gars entre ses griffes, presque, fallait pas oublier qu’il avait faillé la faire exploser dans le temps et que la Hyûga était rancunière. Alors oui, son petit cri de douleur lui donnait cet air satisfait, elle appréciait le détail de sa capture et si jusque-là tout semblait plus ou moins bien tissé… Quand, va savoir pourquoi, Akimoto jetait leur suspect vers elle, la kunoishi s’esquivait pour le laisser poursuivre son envol, s’écraser sur les tuiles, avant de rouler pour tomber du toit. Le sourcil de la femme, le seul visible s’arquait…

-Mais qu’est-ce que tu fous Akimoto ?.. Fit-elle dubitative…

En bas, une femme se mettait à hurler, soit parce que ce n’était pas à voir sa face écrasée, soit parce qu’il avait opté pour le choix d’un otage. Ce qui ne semblait pas traumatisée, ni inquiétée Sanadare. Elle levait un doigt en l’air pour se donner peut-être un air plus sérieux ou convainquant, cette folle…

-Hey vous deux-là, je vous vois venir, c’est moi qui l’assomme, donc c’est moi qui le ramène et me cogne toute la paperasse… C’est non, vous entendez, non !

Une question de priorités comme toujours. Un second cri perçait en contrebas, la Hyûga elle n’avait pas besoin de regarder pour savoir ce qu’il se passait, pas que ça changer grand-chose, mais bon, elle persistait.

-Quoi ? Vous attendez quoi ? Les héros de ses dames ne devraient pas se mettre en action là ?

Son ricanement raisonnait sur les toits le pire, quand elle leur lançait un salut de la main tout en se déplaçant nonchalamment vers une autre ruelle que celle où il avait perdu le fou explosif-grâce à elle. Tant de professionnalisme dans cette femme, c’était sidérant. Il était évident que le concept de la hiérarchie lui échappait encore…



_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mer 7 Fév 2018 - 21:05
Toute cette histoire tirait bientôt à sa fin. Et il était temps. Depuis trop longtemps cet individu ridiculisait la police et se jouait des forces de l'ordre. Ce soir, à cet instant présent, tout se terminerait enfin.

Akimoto avait envoyé valser le criminel, Seitamaro, après lui avoir carbonisé une partie du visage, dans l'espoir que Sana lui mette une dernière correction pour en finir une bonne fois pour toutes. Mais bien évidemment, comme le Borukan aurait dû s'en douter, rien ne pouvait être aussi simple avec elle. Plutôt que de lui foutre la rouste qu'il méritait, l'Hyûga se contenta d'une courte esquive latérale pour que le fou des explosions termine sa course contre le carrelage du toit et dégringole jusque dans la rue et la boue. "AH BAH BRAVO SANA! Beau boulot!" hurla-t-il. Entre temps, Taishi les avait rejoints sur la toiture dans un éclair vert, et il regardait la scène avec un air tout aussi dubitatif que son mentor. Comme à son habitude, Sanadare tenta de se défiler de son boulot, ce qui arracha au Taisho un soupire réprobateur. Un jour...Une seule fois...Il espérait que Sana puisse faire preuve de maturité et faire son boulot correctement.

Voyant bien qu'elle allait se défiler en partant dans la direction opposée, Akimoto s'attrapa rapidement par le collet de sa veste...et l'envoya valser à son tour en bas du toit, dans la direction où le Chôkoku était tombé. "Tu ne m'auras pas comme ça une autre fois!" lui dit-il alors qu'elle valsait dans les airs. À son tour, le Borukan s'élança dans les airs pour atterrir dans la ruelle. Devant lui, toujours au sol et tentant de se relever péniblement, l'autre rouquin gémissait. L'espace d'un instant, Akimoto eut pitié de lui. Mais cette pitié disparut aussitôt qu'il se rappela toutes les atrocités qu'il avait commises.

"C'est fini pour toi Seitamaro..." Il le saisit par le collet pour le redresser, puis le força à placer ses mains derrière son dos avant de lui passer les menottes. "Taishi, conduit-le jusqu'au poste. Pas la peine de remplir la paperasse, je m'en occuperai plus tard." Demeuré à l'écart depuis l'incursion du meurtrier au restaurant adjacent, Megane rejoint le groupe, visiblement toujours secoué par les derniers évènements. "Tu tiens le coup Megane-san? Accompagne donc Taishi jusqu'au poste, tu feras vérifier cette vilaine plait. Ah! Et vous penserez à faire venir un médecin...j'ai pas envie qu'il claque dans notre prison. Ça serait un calvaire à gérer..." Akimoto tourna son regard vers l'Hyûga, souriant à pleine dent. "Et toi tu payes la bouffe. Ça t'apprendre à vouloir te défiler. Beau boulot tout le monde!" dit-il en rigolant.

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Sam 17 Fév 2018 - 7:49
Quoi ? À quoi ils s’attendaient ces deux idiots ? Elle n’avait jamais fait aucun effort, elle n’en ferait jamais, à moins que ça serve ses intérêts et ce n’était peut-être même pas suffisant en fait. Par contre, la borgne avait mal présumé de la vélocité du roux qui l’envoyait valser en la prenant par surprise. Pour le coup, la kunoichi avait presque du… respect ? Avec son radar toujours actif, c’était dur de la prendre en lui coupant l’herbe sous le pied. Pas pour rien qu’elle se permettait de chercher la chicane à tout va. Une bonne bête pour l’anticipation. Quoi qu’il en soit, la voilà bien obligé de démontrer sa souplesse en tomber vers le vide. Elle roulait sur le sol en atterrissant avant de finir sa course toujours sur ses pieds. Bon trempe et boueuse maintenant, mais bon, pas le genre de détails qui la choquaient.

-Pff. Vieux naze.

Qu’elle marmonnait et le sentant atterrir tout proche d’eux. Il semblait secouer leur prise, une pour qui la femme éprouvait un intérêt certain. Toujours la moue sur sa face, son esprit avait pourtant déjà commencé à exploser d’idées, elle ne faisait jamais rien pour rien. Quelle chance que ce soit le Hayai qui se charge de l’amener en cellule, d’autant plus qu’elle s’était foutue d’eux pas mal en parlant de paperasse. Elle était aveugle, elle n’en faisait jamais, parce que c’était toujours faire perdre un temps fou à son partenaire dans la police, Shin.

-Tu veux dire, les Hyuga payent non ?

Car sans hésitation, elle retournait à l’intérieur pour envoyer le propriétaire leur donnait la note, pour la nourriture, la fenêtre, le dérangement, ect. Elle lui précisait bien de surtout bien leur dire que ça venait de la part de Sanadare. Même qu’elle lui laissait un petit mot. Entre elle et le clan s’était encore la guerre mignonette. Elle faisait des conneries, ils les enterraient en sortant les ryos pour sauver la réputation. Si seulement on avait pu s’en limiter à ça. Quant aux félicitations, la kunoichi n’en tenait même pas cas, à l’intérieur du restaurant elle confisquait une bouteille de sake en s’asseyant sur une table ses jambes croisées. Pensive en suivant grâce à ses dons sensoriels l’arrestation. Difficile à gérer les morts en prison hein… Elle se frottait le menton en souriant. Toute cette soirée avait finalement était plus instructive qu’elle ne l’aurait pensé. Seitamaro hein ? Elle gravait son nom en sirotant son alcool lentement. Il était du même clan que son partenaire Shin non ?

-Qu’est-ce qui te fait rire ? T’as encore pas raté l’occasion de te faire remarquer. En mal j’entends.

En parlant de tête de laitue, le voilà. Elle lui tapotait sur une joue en restant silencieuse, ce qui l’exaspérait d’autant plus…

-Hrp : Je t'ai pris ton tour Taishi, comme ça je fais chier mon monde jusqu'au bout xD

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Une nuit meurtrière - pv Shokugeki

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers résidentiels
Sauter vers: