Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

L'hospitalité Kumojin... FT. Chôkoku Daedra.


Ven 29 Sep 2017 - 13:43
Quelle plaie la vie de visiteur politique ! Et bravo à l'hospitalité Kumojin ! Je pouvais pas me plaindre du logement qu'on m'avait attribué étant donné que j'y avais tout le confort nécessaire et que c'était bien mieux que ce que j'avais à Kiri mais quand même ! On aurait pu m'envoyer une cuisinière femme de ménage ou au moins me faire apporter des petits plats. Ils ne s'imaginaient pas à quel point je souffrais mentalement de ne pas être au pays de l'Eau et surtout à quel point mon travail d'ambassadeur me bouffait tout mon temps, j'avais pas le temps de me préparer à bouffer moi ! J'étais affalé dans le canapé depuis deux bonnes heures à contempler le plafond, m'amusant à jeter et à rattraper une boulette de papier. Oui, j'étais en plein travail, comme je l'ai dit.

Pourtant, midi devait être passé depuis une paire d'heures maintenant et mon estomac hurlait famine au fur et à mesure que mes espoirs de voir un chef cuisinier apparaître s'évaporaient. Apparemment, on ne savait pas accueillir un invité à la Foudre et je devrais me résigner à préparer ma pitance tout seul comme un grand. Geignement de damné en me redressant pour quitter les bras de ce délicieux fauteuil et entamé ma recherche de nourriture. CLAC... Première placard vide...CLAC...second placard vide...CLAC. Merde ! Sérieusement, le frigo aussi est VIDE ?! Soit maudit Kumo ! Non seulement je devais cuisiner mais EN PLUS je devais le faire avec les trucs que J'AVAIS acheté ? Mais quelle indignité ! Le pire c'est que, pour couronner le tout, je devais le faire sur une gazinière. Ça veut dire avec du feu. Je déteste le feu.

Je sortais de chez moi en grommelant, claquant la porte avec force et balbutiant des insultes envers l'entièreté de la ville. Heureusement que j'avais eu une visite guidée du village plus tôt dans la matinée sinon j'aurais réussit à me perdre dans les rues et, par colère, j'aurais déclenché un nouveau Shito. Je pénétrais dans la première épicerie que je croisais et je sélectionnais naturellement les produits les moins chers sous les yeux étonnés des civils. Peut-être que je leurs faisais peur avec ma coupe de cheveux bicolore et mon oeil en moins. Peut-être que c'était à cause du fait que je portais le bandeau de Kiri ? Ou alors parce que les produits les moins chers avec lesquels je quittais le magasin étaient une paire de grosses saucisses, une courgette, du lubrifiant et une bouteille d'acide chlorydrique. Quoi ? Je suis allergique au lait, il faut bien remplacer le beurre non ? En plus mon évier était bouché.

Je reprenais ma balade dans les rues de Kumo avec ces objets dépassant à moitié d'un petit sac en carton qu'on m'avait donné à la caisse. Ma prochaine direction était claire : La boutique d'armement ninja.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Ven 29 Sep 2017 - 15:32
Le retour de Shîto se faisait encore très récent et se voulait dans les mémoires de tout le monde. Les événements s’y étant déroulés étaient la première expérience de la guerre du Chôkoku, qui en gardait un goût amère. Malgré tout, conscient que la vie de shinobi ne laisse parfois pas de répit, il avait accepté une mission très vite après le retour. Un Kirijin était invité à Kumo, une histoire concernant Shîto. Un prisonnier à interroger, interrogation à laquelle le Kirijin semblait devoir participer. C’était ainsi la raison de sa présence, et Daedra devait se charger de le surveiller, jusqu’à ce que quelqu’un vienne le remplacer. Observer quelqu’un à longueur de journée avait quelque chose d’ennuyeux, mais y rajouter que la personne est un shinobi de Kiri donne tout de suite plus envie de s’y coller, par curiosité, bien que celle-ci laisserait rapidement place à l’ennui. Être honnête avec lui, s’en approcher directement aurait été une façon bien plus amusante de le surveiller. C’est en tout cas ce qu’en pensait Daedra, qui malgré tout décida de jouer dans les règles, comme à son habitude.

Il avait commencé sa surveillance dès le matin. On lui avait donné l’adresse à laquelle il était logé, et Daedra s’était chargé de le suivre discrètement à travers les rues de Kumo, alors qu’un de ses camarades Kumojins lui faisait, semblait-il, une visite du village. Il avait même reconnu la tête et surtout la chevelure du Kumojin. Un personnage trop têtu, borné, pour lui. Jusqu’ici, le Kirijin avait semblé peu suspect, mais Daedra devait le suivre jusqu’à nouvel ordre. La matinée se termina et le Kirijin, dont on lui avait relevé l’identité, était rentré à son logement. Là, Daedra resta planté sur un toit, en face de la fenêtre, à l’observer rien faire, caché, pendant bien deux heures. Seul fait amusant, Metsu Jin avait les cheveux bicolores. Une étrange combinaison, qui plus est. Mais bon, cinq minutes à le remarquer, puis plus rien… L’ennui, le retour à la case départ. Mais toujours avec sérieux, il en va de soi. Et puis, il y avait quelque chose de malsain à suivre quelqu’un contre son gré, un problème moral auquel faisait face le jeune Chûnin.

Vers peut-être deux heures de l’après-midi, le Kirijin daigna sortir ses fesses de son canapé. Un peu de mouvement. C’était devenu rare, et l’œil attentif de Daedra n’avait pas manqué l’information. De quoi le réjouir, un tant soit peu… Il semblait fouiller les placards. Pas de quoi s’affoler, il avait très probablement autant faim que Daedra, après tout, et cherchait peut-être de quoi sustenter à ses besoins. Ne rien trouver dans ses placards sembla l’irriter. Chose que Daedra comprit. Ils ne lui avaient donc rien laissé ? Une attitude peu hospitalière, mais bon… Cela n’empêcha pas le Kirijin de sortir. Probablement allait-il s’acheter de quoi manger, pensait Daedra. Et il avait vu juste. Il le suivit dans les rues de Kumogakure, parcourant le même chemin que lui, de toit en toit, jusqu’à ce qu’il s’arrête à une épicerie. Daedra mourait de faim et il savait parfaitement ce que lui achèterait s’il entrait dans cette épicerie. Des tonnes et des tonnes de nouilles en boîte. Rien de plus. Rien de moins. Son ventre en gargouilla d’envie, mais il allait falloir remettre cela à plus tard. Toute mission, à compter du moment où elle a commencée, devient prioritaire à tout. Servir avant tout, telle était sa conception de la voie du shinobi.

Finalement, Metsu Jin sortit de l’épicerie, un sac de courses en mains. Daedra tenta de repérer ce qu’il y avait dedans, d’abord par souci de mission, puis ensuite par curiosité de savoir s’il avait pris des nouilles. S’il en avait pris, elles se trouvaient certainement au fond du sac. Ce qui en ressortait n’était autre que de grosses saucisses et une courgette. Rien de bien dangereux. Mais alors que le sac passait sous le bon angle, Daedra remarqua autre chose. Un produit chimique qu’il reconnut comme de l’acide chlorhydrique. Il avait la même chez lui. Rien de bien méchant en soit, lorsqu’utilisé pour les bonnes raisons. Mais un produit pouvant néanmoins se révéler dangereux. Le Kumojin ignorait ce qu’on pouvait faire d’un tel produit, mais il restait un produit suspect. Et puis, l’utilité de l’acide était notée sur la bouteille, et il y avait peu de chances qu’il sache s’en servir autrement. Il n’avait pas vraiment l’air d’un scientifique, et l’acide chlorhydrique était très récent. Une trouvaille Kumojin, d’un certain Kuber. Daedra s’y fit à l’idée, aucune chance qu’il en fasse grand-chose. Et puis de toute façon, il le surveillait sans relâche.

Mais alors qu’il s’attendait à le suivre pour son retour à son logement, le Kirijin prit une toute autre direction. La marche fut assez longue, les sauts de toits en toits nombreux. Plus ils avançaient, plus Daedra se demandait si le Kirijin avait au moins une idée d’où il se rendait. S’était-il perdu ? Non, bien sûr que non, il venait juste de faire le chemin inverse, de chez lui à l’épicerie, et puis il avait eu le droit à une visite rigoureuse de Yamanaka Washi. Il savait définitivement où il allait, et les doutes du Kumojin se dissipèrent lorsque l’étranger rentra finalement dans une boutique d’armement. Sa réaction ne se fit pas attendre. Il entra par l’arrière-boutique et arrêta un des deux vendeurs. Le prévenant qu’il était de la police, il prit son apparence et arriva quelques instants plus tard derrière le comptoir. Montrant discrètement son insigne qu’il rangea vite dans sa poche au propriétaire des lieux, il prit sa place.

- Je m'en occupe... Bonjour cher client ! Oh ! Je vois ! Notre premier client venu tout droit du village de Kiri ! Bienvenue à Ammu-Kumo ! Que puis-je faire pour vous ?


_________________

« Kneel to Kumo, Invité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t716-daedra-le-prince-de-l-argile-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai http://www.ascentofshinobi.com/u287

Ven 29 Sep 2017 - 19:34
On aurait dit un gamin de six ans dans un magasin de jouet. Autant ces salauds m'avaient obligé à partir en quête de nourriture autant les Kumojins m'impressionnaient de plus en plus au fil de mon séjour. La matinée avait clairement été chargée de surprises et de trucs classes en tout genre mais je pense que le magasin d'armement c'était l'apothéose du savoir faire de la Foudre. L'endroit devait être au moins deux fois plus grands qu'un de chez nous et était surtout rempli de tout un paquet d'armes que je n'avais jamais vu de ma vie et très certainement qui n'avait jamais frôlé le sol de l'Eau, si j'avais eu un peu plus d'argent et que j'avais pas dû le dépenser pour manger j'aurais acheté une ou deux bricoles pour la frime.

Je vagabondais quelques minutes dans les allées pour admirer la marchandise, sac en main, toujours la cible des nombreux regards Kumojin même si c'était encore pire ici puisque le lieu était rempli de shinobis qui faisaient des commentaires en tout genre sur ma personne et sur Kiri : "Tu crois que tous les Kirijins sont aussi moches ?" murmurait un genin d'une dizaine d'années à son copain. "Leur symbole est bizarre, ça représente quoi ? Quatre étrons frétillants ?" ou des questions venant de personnes un peu plus matures qui se demandaient la raison de ma venue ici et si c'était réellement une bonne idée de laisser un étranger vagabonder librement auprès du peuple. Je les ignorais. Déjà parce que j'étais en très large infériorité numérique et qu'on m'aurait rabaissé en trois secondes si j'ouvrais la bouche mais aussi parce que j'avais l'impression que le Jin maussade et irritable était resté à Mizu pendant que moi j'étais là. Faut dire que j'étais aidé, je connaissais absolument personne ici donc je pouvais pas me mettre en colère contre un ninja que je savais détestable.

Après mon petit tour du propriétaire, je me dirigeais vers le comptoir où je déposais mon sac de course, juste sous les yeux du vendeur, avant de le saluer d'un signe de tête et de prendre la parole. « Salut. C'est marrant ça, vous avez l'air content de me voir, c'est pas forcément le cas de tout le monde dans le coin ». Je lui offrais un sourire gêné. « Enfin ça doit pas être tous les jours qu'un Kirijin vient vous acheter du matos donc je suppose que ça doit être une fierté pour vous, que j'ai choisi votre magasin. Bref, je suis à la recherche de quelques choses d'un peu particulier ». Je me frottais la nuque en affichant toujours le même rictus embarrassé, faisant danser mon regard entre le vendeur et mon sac de course. « Je suis à la recherche d'une armure. Enfin... Plutôt d'une protection. Je sais pas si vous avez ça en stock ? Il faudrait que ça me protège de sévères brûlures, des flammes voir même d'une puissante explosion. Vous pensez que vous pouvez m'aider ? ». Je reconsidérais mes propos en réalisant que je n'aurais sûrement pas l'argent pour payer tout ça. « Sinon, à défaut de l'armure, une espèce de grande plaque en métal pourrait faire l'affaire. Du moment que je peux me cacher derrière pour échapper au carnage alors tout va bien ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Sam 30 Sep 2017 - 15:23
C’était la première fois qu’il lui adressait la parole, se tenait juste en face de lui. Il prenait un risque, mais c’était pour le bon déroulement de sa mission. D’aussi près, il put affirmer ce qu’il n’avait alors que soupçonné, l’un des yeux du Kirijin était dénué de couleur, probablement aveugle. Il avait déposé son sac de course sur le comptoir, qui sous le poids de la courgette courbait un peu vers Daedra. Là, il put confirmer la présence de l’acide chlorhydrique, mais aperçut également de nouvelles choses. Metsu Jin, dans son sac de courses, avait une petite bouteille de lubrifiant. Chose surprenante. Mais la question qui vint immédiatement à l’esprit du Kumojin fut, qu’obtient-on si l’on mélange le lubrifiant avec l’acide, doutant que les saucisses et la courgette aient un impact fort sur le mélange.

- Oui, excusez-les, ils n’ont pas l’habitude de voir des shinobis d’autres villages. Quant à moi, c’est vrai que je suis plutôt content de pouvoir vous servir ! Hahaha ! Quelque chose de particulier ? Nous pouvons tout vous avoir, alors dites simplement !

Il lui semblait que l’Ammu-Kumo avait un contrat avec le clan Metaru et la Raffinerie, alors il lui sembla naturel de dire cela. Mais alors qu’il écoutait attentivement le client lui faire la description de ce qu’il voulait, il commença doucement à imaginer des événements qu’il ne voulait pas voir se reproduire. Il parlait de se protéger de flammes, d’explosions, de brûlures. Devait-il l’arrêter sur de simples soupçons ? Il pouvait très bien désirer se protéger pour différentes raisons, et ne rien préparer ici. Mais tout le contraire était tout aussi plausible.

- Hm. Très bien, nous ne l’avons pas en stock, mais nous pouvons passer commande à la Raffinerie. Ce serait pour une protection que vous porteriez de manière fréquente ? Combien de temps restez-vous au village ?

Avec un peu de chance, il ne restait pas assez longtemps au village pour que la commande soit terminée. Mais s’il voulait simplement se protéger pour la simple raison qu’il était un shinobi et donc s’exposait fréquemment au danger, il ne pouvait pas lui refuser une telle protection. Daedra doutait. Il aurait aimé pouvoir deviner ses intentions, mais c’était impossible. Il pouvait le soupçonner, mais il ne pouvait pas l’arrêter pour de simples soupçons. Il décida d’aller parler au propriétaire des lieux.

- Excusez-moi un instant, dit-il à Metsu Jin avant de retourner dans l’arrière-boutique.

Arrivant devant le propriétaire d’Ammu-Kumo, il sembla chercher ses mots un moment.

- Est-ce que vous voyez une combinaison possiblement dangereuse entre du lubrifiant et de l’acide chlorhydrique ?

Sa question lui semblait bête, mais poser la question à un professionnel l’aiderait certainement.

- Eh bien, à part si votre suspect remplace le lubrifiant dans sa bouteille par l’acide pour tromper une personne qui l’utiliserait éventuellement, je ne vois pas…

Très bien. Il avait sa réponse. Retournant derrière le comptoir en affichant un sourire, il reprit la discussion où il l’avait arrêtée.

- Très bien, alors… Vous voulez une protection partielle ou complète ? Une protection complète mettrait plus de temps à être préparée et coûterait plus cher, évidemment.

_________________

« Kneel to Kumo, Invité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t716-daedra-le-prince-de-l-argile-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai http://www.ascentofshinobi.com/u287

Lun 2 Oct 2017 - 16:01
J'étais mal barré. Les questions du marchand étaient de plus en plus précises et moi je me sentais de plus en plus mal à l'aise devant cet homme pourtant très sympathique. J'avais une image personnelle à défendre et je ne pouvais certainement pas me permettre d'avouer que si je voulais une armure, c'était parce que j'avais peur de me brûler en faisant la cuisine... Mais le pire dans tout ça, c'est qu'en cherchant une réponse à lui donner je m'étais rendu compte que j'aurais tout simplement pu manger quelque chose de froid... Quoique. Je connais pas vraiment la bouffe Kumojin alors autant la purifier en la passant sous les flammes. Après avoir laissé s'installer un blanc d'une poignée de secondes, je répondais enfin à mon interlocuteur.

« Ah. Ça ne m'arrange pas vraiment, j'avoue que j'en ai besoin très rapidement... Je pourrais pas vous dire combien de temps je reste ici. En fait, je dois faire quelques choses pour le village de Kiri mais je peux pas vous dire ce que c'est, c'est confidentiel, vous comprenez ? Mon séjour dépendra de ça et faut avouer que sans cette armure je pourrais rien faire de productif ici à Kumo. Une fois que je serais parti, j'en aurais plus du tout besoin en plus... ».

C'était un véritable casse tête de devoir allier secret sur ma phobie, secret sur ma mission et petit porte monnaie. D'ailleurs, je devais pas être le seul vu la gueule que tirait l'homme avec qui je parlais et que j'avais fait fuir en arrière boutique, certainement pour demander conseil à un collègue mieux aviser. J'en profitais pour admirer les armes accrochées au mur derrière le comptoir, certainement les pièces les plus fines et les mieux travaillées du magasin à en juger par leur apparence mais surtout par leurs prix. Long soupir avant que l'employé ne revienne finalement.

« Vous me posez une sacrée colle là. Comme je vous l'ai dit j'en aurais besoin pour me protéger de dégâts potentiellement très sérieux donc une protection complète serait ce qu'il y a de mieux très honnêtement. Mais si vous me dites qu'en plus du prix il faut prendre en compte le temps de fabrication... ». Il me semblait que les forgerons du coin étaient les Metaru, capables de créer toute sorte de truc en métal, il leurs fallait vraiment autant de temps pour une armure ? Dire que je critiquais les Yuki... « Niveau temps on parle de combien d'heures ? Parce qu'il me la faut au plus vite possible, c'est une question de vie ou de mort pour moi. Si vous avez une alternative rapide à me proposer je suis preneur. ». Je tentais le tout pour le tout en posant ma main sur l'épaule de l'homme qui me faisait face, affichant un sourire bienveillant.

« La réussite de ma mission peut entièrement dépendre de vous, monsieur. ».C'était en grande partie -voir totalement- faux mais si je pouvais en profiter pour avoir de l'influence et illuminer la journée d'un Monsieur tout le monde en lui donnant de l'importance alors pourquoi ne pas tenter...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Lun 2 Oct 2017 - 16:36
Confidentiel, plus besoin une fois parti. Chacune des phrases du Kirijin le rendait plus suspect qu’à la seconde précédente. Plus les minutes passaient, et plus la pression montait dans la tête du shinobi de Kumo. Il était suspect, ses idées n’étaient pas claires… Devait-il l’arrêter ? Mais pour qui allait-il passer au sein de la police, s’il arrêtait le Kirijin et qu’il se révélait être innocent ? Mais… s’il ne l’arrêtait pas et qu’il commettait l’irréparable ? Qu’est-ce que ça pouvait bien être d’autre ? Il ne pouvait pas désirer une armure pour cuisiner ses saucisses… Non, trop improbable. Daedra eut même un petit sourire nerveux lorsqu’il se rendit compte qu’il avait osé penser une telle bêtise.

- Ce n’est pas le temps de fabrication qui pose problème. Les Metaru sont les meilleurs. Cependant, les commandes sont parfois nombreuses, très nombreuses… Une alternative ?

Daedra marqua une pause forcée à sa phrase. Le Kirijin venait de poser sa main sur son épaule, déclarant que sa mission dépendait de lui. Se foutait-il de sa gueule ? C’en était trop. Daedra ne pouvait le supporter plus longtemps. Attrapant le poignet de Metsu Jin de la main droite, le mordant de sa main supplémentaire pour renforcer la prise, il s’annonça enfin, reprenant sa véritable apparence et montrant son brassard de police.

- Metsu Jin, Kumo Keimu Butai. Je vous prie de vous laisser arrêter sans faire de grabuge. Je vous suspecte de préparer un acte de violence contre le village caché de Kumo et ses habitants. Vous répondrez à mes questions lorsque je vous aurais menotté et vous aurait emmené au bâtiment de police.

Aussitôt, ne lâchant pas le bras du Kirijin, Daedra sauta de l’autre côté du comptoir, tirant avec lui le bras du Kirijin dans son dos pour enfin prendre son second bras et les attacher ensemble.

- Je n’ai pas plus de temps à perdre avec un salaud qui se paie ma tête, alors vous allez me suivre, raclure.

Se faisant, il poussa devant lui le Kirijin, l’invitant à emboîter le pas, qu’il puisse le mener jusqu’au bâtiment de police, où il l’interrogerait. Il avait réellement le sentiment qu’il s’était moqué de lui tout du long, et il retenait sincèrement sa colère d’éclater, au risque d’éclater le Kirijin en morceaux.

- Il paraît que vous avez l’habitude, à Kiri, des geôles ! Vous allez vous sentir chez vous.

Ce genre de réplique sortait pour calmer sa colère, extérioriser la pression qu’il s’était mis. Et puis, d’ailleurs, lui aussi s’était bien payé sa tête depuis le début, à se faire passer pour un marchand d’armes qu’il n’était pas.

_________________

« Kneel to Kumo, Invité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t716-daedra-le-prince-de-l-argile-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai http://www.ascentofshinobi.com/u287

Lun 9 Oct 2017 - 14:41
Même pas le temps d'entrouvrir la bouche pour émettre le moindre son que le vendeur m'avait déjà attrapé le bras, pire, ce chacal avait enfoncé ses dents dans mon bras et la douceur ne devait pas être sa plus grande qualité à en juger par la douleur lancinante provenant de mon poignet. J'avais beau être surpris, je comptais pas me laisser attaquer gratuitement et j'envoyais mon poing gauche dans la direction du vendeur mais un, non, des bruits métalliques m'arrêtèrent dans mon élan. J'oubliais presque que j'étais à Kumo et dans un magasin remplis de ninjas, ils n'avaient pas hésité une seconde à dégainer leurs armes et à les pointer dans ma direction. « Enflure Kirijin ! ». « On aurait pas dû le faire venir à Kumo ! ». « Qu'est ce que tu prépares enfoiré ? ». Autant de question et d'insultes qui me volaient au visage sans que je ne me rende réellement compte de ma situation.

J'étais tombé dans un piège ? J'allais devenir un prisonnier politique ou pire, une source d'information sur le village de la Brume ? C'était ironique ça, je détestais sûrement mon village plus que n'importe lequel des types présents ici et pourtant c'est moi qui allait me faire taper dessus en son nom ? Non. J'étais suspecté de préparer un acte de violence contre la Foudre ? Merde ! Je finissais enfin par comprendre, à force d'essayer de cacher ma phobie du feu, j'avais laisser entendre que j'attaquerai le village... « Attendez j- ».

Ma tête se retrouvait écrasée contre le sol et mes bras attachés l'un à l'autre. Je m'étais fait insulter dans la matinée, je m'étais ennuyé et affamé au midi et maintenant j'étais humilié devant une bonne dizaine de shinobis. Pour couronner le tout, j'avais raison depuis le début et Kumo m'avait foutu un inspecteur sur le cul pour éviter que je fasse le moindre pas de travers... J'avais beau avoir la haine contre eux en ce moment précis, j'étais forcé de reconnaître la dévotion des policiers Kumojins et leur efficacité. Après avoir calmé les foules qui m'auraient bien donné un ou deux coups de pieds au cul, le "marchand" me traînait jusqu'à la sortie.

« Vous rigolez pas à Kumo... Mais je peux tout vous expliquer... » Je peinais à parler correctement avec les poussettes que me faisait le policier, pas vraiment décidé à m'entendre parler. « J'ai... J'avais faim, d'accord ? Et il me fallait une armure parce que... ». Je baissais de trois tons et mettais un petit temps à reprendre ma phrase. « J'ai la phobie du feu. Et vous m'avez rien laissé à bouffer donc je devais bien trouvé un moyen de me sustenter nan ? ». Il devait pas y avoir trois milles ninjas qui craignaient le feu et c'est tout naturellement que le blond qui m'escorter ne croyait pas vraiment ce que je lui raconté, si bien qu'on arrivait au bâtiment de police. « Vous pouvez pas m'enfermer je... Ah ! Demandez aux Kumojins qui ont combattu à Shito avec moi, ils vous diront que c'est la vérité. ».

Quoi qu'il en soit, en attendant la suite des événements, l'inspecteur qui m'avait traqué et arrêté m'a mit sous les verrous. Je savais depuis des années que je passerai un jour ou l'autre par la case geôle mais jamais je n'aurais pensé que ce serait à Kumo et encore moins pour deux saucisses et une courgette. L'avantage c'est qu'il faisait moins froid que dans celles de Kiri. Enfin... Ça j'en savais rien mais c'est ce que j'imaginais depuis toujours puisqu'elles appartiennent aux Yuki. D'ailleurs, les prisons avaient été attaquées juste avant mon départ pour le pays du feu... Bizarrement, j'avais l'impression que c'était il y a des années et que j'avais été Kirijin dans une autre vie... Pas dans celle-ci. Je riais seul, comme un abruti, en admirant la conception de ma cellule. Pour la première fois de mon existence, j'aurais préféré être à Mizu no Kuni.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Ven 13 Oct 2017 - 13:49
Les Kumojins présents dans la boutique d’armements ne s’étaient pas montrés très sympathiques avec Metsu Jin, lorsque Daedra avait entrepris de l’arrêter. Les insultes fusaient et ce clair manque d’éducation avait réussi à énerver le policier. Demandant le calme et le respect, il sortit finalement de la boutique avec son prisonnier, qui essayait maintenant de se justifier. Il balbutiait, semblait avoir peur de ce qu’il allait dire. À moins que cela ne fasse parti que d’un jeu d’acteur. Il disait vouloir se faire à manger, mais également avoir besoin d’une armure pour se protéger de sa phobie, le feu. Qui goberait une bêtise pareille ?

Son jeu d’acteur allait beaucoup trop loin et son histoire ne tenait pas debout, alors Daedra décida d’ignorer ses dires au moins jusqu’à ce qu’il l’ait placé dans sa geôle. Arrivé au bâtiment de la police, il le fit descendre avec lui les quelques marches menant au sous-sol, où attendait patiemment sa cellule. Dans l’escalier, il attrapa une lanterne et l’alluma, la plaçant sans même y penser devant lui, près de la tête du Kirijin.

Arrivé devant la cellule, Daedra l’ouvrit, alors que pendant ce temps, le Kirijin trouvait enfin autre chose à dire. Il faisait appel à des Kumojins, qui supposément, auraient combattus à ses côtés à Shîto. Il tenait là quelque chose d’intéressant. Il avait finalement ouvert la bouche et dit quelque chose capable de l’aider. Refermant la porte de la cellule, Daedra lui accorda quelques dernières paroles avant de repartir.

- Désolé pour le comportement plus qu’outrageant de mes compères. Je vais vérifier ces informations. Ne vous méprenez pas, j’espère que ce que vous dites est vrai. Seulement, votre histoire ne tient pas debout, à première vue, je dois faire mon métier.


Se retournant, il remonta les marches, laissant le Kirijin sous la surveillance des gardes. Il s’informa auprès du Taisho, qui l’invita à demander au récemment promu Nidaime, Metaru Shuuhei, qui lui sortit rapidement les rapports. Nara Shikarai et Ogawa Kintaro. Il alla alors trouver Kintaro, dont il se doutait qu’il ne devait pas être très loin. À sa question, Kintaro eut un léger rictus avant de confirmer les dires du Kirijin. Si Kintaro, celui qui avait été le second du Shodaime, le confirmait, alors Daedra ne pouvait que le croire.

- Merci, conclut-il, reprenant le pas vers le bâtiment de police.

Arrivé là-bas, il fit couler deux cafés avant de redescendre les mêmes précédentes marches. Excepté que ses deux mains occupées ne purent lui permettre d’attraper la lanterne. Il descendit donc, faisant attention à ne pas renverser ses cafés. Arrivé en bas, il s’approcha de la cellule du Kirijin et lui tendit un café. Lorsqu’il l’eut pris, il put finalement sortir les clés de la cellule et l’ouvrir.

- Le café c’est pour m’excuser. J’ai vérifié votre information, et Ogawa Kintaro, un homme de confiance avec qui vous avez combattu, m’a confirmé votre… phobie. Vous êtes donc libre, mais je continuerai ma surveillance, bien sûr.

_________________

« Kneel to Kumo, Invité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t716-daedra-le-prince-de-l-argile-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1297-equipe-01-mirai http://www.ascentofshinobi.com/u287

L'hospitalité Kumojin... FT. Chôkoku Daedra.

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: