Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Mes hommages [PV : Metaru Shûuhei]


Sam 30 Sep 2017 - 15:08
"Avec une poitrine pareille, le bandage ne tiendra jamais."
"Dé... Dé... Désolé..."
"Tu feras sans rien en haut, ça te servira de leçon."
"Mais... Mais... Mère... Je... "
"Une crise la veille de ton rendez-vous avec notre chef de clan et Nidaime ! La précédente même pas une semaine avant, ma parole ! Tu devrais avoir honte... Tu te rends compte que tu as encore pris du volume partout, qui va devoir TOUT réajuster ?!"
"Pardon..."

Au moins mon yumoji lui est en place... C'est le regard bas que je porte un kimono aux couleurs chatoyantes et une coiffure élégamment complexe et suis passivement ma chère génitrice. Bien qu'elle essaye de garder un air poli, elle est furibonde, de toute évidence je suis un casse-tête de tous les jours. Père est présent, en Kimono aussi ainsi que le grand-frère. Tous les quatre protons des couleurs très... Chatoyantes, pour ne pas dire presque agressive, mais qui va si bien à nos cheveux de feux, plus châtain pour mon père et avec les couleurs de Kumo on va dire.

Une journée calme, le ciel étant clément et qui n'annonce rien de particulier. Je sors depuis peu d'un long arrêt maladie, profitant de ses années pour me renforcer, prendre du poids et même trop et ne plus être la maigrelette petit chose. Avec les années j'ai pris en taille, maintenant je suis plus grand que mon propre père en dépassant le mètre quatre-vingt-dix. Mais le plus hallucinant on dira, c'est mon poids... Je ne le citerai pas, mais imaginez bien qu'avec ma taille, j'arrive encore à être grasse alors que je fais beaucoup d'exercice, dans un mélange de gras et de muscle qui essayent toujours l'un et l'autre de se surpasser. Résultat des courses, j'ai du volume, mais la nature étant généreuse, j'en ai surtout à des endroits avantageux.

Mère vérifie mon maquillage, j'en mets très peu, localiser stratégiquement pour éviter une crise d'allergie ou que je ressemble à un clown. Ma peau est déjà suffisamment pâle d'origine, pas la peine de me donner une allure de cadavre en remettant une couche. On marche, en petit groupe et finalement le bureau de notre grand chef, je l'ai déjà vu une fois et ce fut un moment de grâce pour moi. J'ai hâte de voir son visage, un peu moins de sentir sa main chaude et puissante sur mon popotin...

On attend, finalement l'heure d'entrer dans son bureau, au moment où la porte s'ouvre... Le bruit caractéristique du tissu qui se déchire.

"Surtout, ne panique pas et ne respire pas trop fort."
"Que ?"

J'entre, la porte se referme et je me sens vaguement seule... Un regard autour de moi et... C'est une blague ?! Ils sont où ?!

"Mère, père, je me sens un peu coupable."
"Soit pas faible fils, c'est une shinobi de notre bonne famille, elle survivra bien à une entrevu avec notre chef de clan."
"Oui mais bon... C'est un peu méchant là quand même."
"Elle n'y serait jamais allée seule, bon les Tempura que j'ai fais plus tôt ne se mangeront pas seuls."

Pendant ce temps, essayant tant bien que mal de ne PAS paniquer, je suis seul, dans un grand bureau et devant présenter mes hommages, en toute autonomie, seule, sans personne ! C'est tellement méchant ! Mais... Je ne peux rien y faire, j'aurais du le voir venir, ça sentait le piège à plein nez elle n'a pas reprise grand-frère alors que son kimono était légèrement de travers !

Les jambes tremblantes, portant à peine mon poids, je fais quelques pas vers l'homme qui quelques années plus tôt fut le premier à réellement complimenter une de mes oeuvres. Celui que je respecte le plus au monde et avec qui je suis seule, sans le moindre soutien moral, lâchement abandonné !

"Mes ho... ho... hommages... Nidaime... Fé... Fé... Félici... Félicitation...Heureuse... De... De... De... De vous revoir..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174

Lun 2 Oct 2017 - 15:10
- « Hein… ? »

Concentré. J’étais tellement concentré que je n’avais pas fait attention à la personne qui s’était faufilée dans mon nouveau bureau ; et ce, même si j’avais senti de nouvelles présences monter les étages de la gigantesque assemblée qui surplombait tout le village caché des nuages : Celles de quelques Metaru. Il faut dire que dans la famille, ma consécration avait été vécue comme une victoire. Même les perturbateurs de notre clan avaient été heureux de constater que j’avais pris mon courage à deux mains pour me présenter durant le conseil et que j’avais finalement été élu sans aucun problème. Toutefois, lorsque je relevai mon visage à l’ouïe d’une voix plus que timide, mon regard plongea automatiquement dans un décolleté tellement outrageant qu’on aurait dit que la fille qui se tenait devant moi était une « élève » de ma fiancée actuelle, professionnel en la matière. Ceci dit, je n’eus aucune réaction spécifique. Des femmes, j’en avais vu des tonnes et je préférais plus les fessiers bien volumineux aux poitrines démesurées. Rapidement alors, mon regard monta vers le minois d’une jolie belle rousse plantée devant moi et qui, visiblement, ne savait pas du tout ou se mettre. Le problème qui se posait maintenant, c’est qu’en fait...

- « Bonjour… Mademoiselle… ? »

Je ne savais du tout, mais alors pas du tout qui elle était ! J’eus donc un soupir et je lâchai les quelques dossiers que j’avais en main. Je retirai même mes lunettes avant de mieux la contempler sous toutes ses coutures. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que mère nature avait été généreuse avec elle. Très généreuse. La rousse était pulpeuse. Toute en volupté. Elle n’avait pas le charisme d’Itagami ou le sex-appeal de Nora, mais sa timidité apparente lui donnait un certain charme. Elle était le genre de meufs que j’aurai croqué sans remords par le passé. Mais heureusement pour elle, les temps avaient changé. J’étais non seulement casé ou presque, mais j’étais surtout le leadeur incontesté du village caché des nuages : Sans en faire des tonnes, je me devais d’être un exemple pour tout le monde. C’est fort de ce constat que j’avais décidé de m’assagir d’autant plus que mon cœur appartenait maintenant à quelqu’un. Par contre, il y avait des exceptions. Des mains baladeuses ça et là uniquement pour s’amuser, je pouvais parfois me le permettre mais qu’avec des gens que je connaissais et non pas avec de nouvelles proies potentielles. Chassez le naturel et il revient au galop, qu’on disait. Maxime qui était quelques fois véridiques avec moi…

- « Je vous remercie pour vos mots encourageants. Et ne soyez pas gênée. Je ne suis qu’un simple homme comme tout le monde... »

S’il y a bien une chose qui n’avait pas changé chez moi, c’était ma manière de traiter les autres. Arrogant ? Hautain ? Despotique ? Ce n’était pas moi. Ce n’était pas mon style. Il arriverait certainement quelques fois où je devrais taper du poing sur la table, mais ce fait ne serait pas récurent. La force et le dédain ne résolvaient pas tout. Je finis par me lever avant de contourner mon bureau pour m’approcher lentement d’elle. Et c’est à ce moment-là que je constatai qu’en plus d’être bien foutue, la jeune rousse était plutôt grande. Je ne faisais qu’une tête ou tête et demi de plus qu’elle. Sur ce point, elle m’étonna. Vu qu’elle était timide et une fois près d’elle, je passai ma main droite sur l’une de ses épaules et ce de façon délicate. Ce contact était une sorte d’intrusion puisque je pénétrais son espace vital, mais ma douceur et ma tranquillité finirait certainement par la tranquilliser. Tout du moins, je l’espérais. Par contre, j’eus soudain un drôle de sentiment. En la touchant, j’eus l’impression que je la connaissais depuis très longtemps. Et là, la surprise marqua très intensément mon visage. La nature de son chakra correspondait aux miens. Aux Metaru. Je finis alors par retirer ma paluche de son corps tout en arborant une mine réfléchie…

- « Que puis-je faire pour vous, sinon ? »

Et puis, en vérité… J’avais totalement oublié que j’avais accordé un rendez-vous aux miens. La faute au travail…


Dernière édition par Metaru Shūuhei le Mar 3 Oct 2017 - 2:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Lun 2 Oct 2017 - 17:29
"Bonjour... Je...Vous... Vous... semblez vous... Portez... Bien."

Un peu ridicule, pourquoi il ne serait pas bien ? Je ne lui veux pas de mal, il est dans une bonne position, les oiseaux chantent et mon esprit est toujours aussi vide. Un simple hommes, j'ai eu un léger sursaut. Non pas de surprise, mais un peu comme si de mon corps entier j'avais hurlé "c'est faux !" mais sans réussir à produire un seul son sur l'instant.

"Non... Vous... Vous... Vous êtes dé... Définitivement plus."

Ce n'est pas très convaincant, mais le simple fait de l'avoir dit est déjà en soi un exploit pour moi. Mon coeur bat la chamade, alors qu'un torrent de question et de sentiments m'inonde. J'ai tellement peur du faux pas que j'en deviens presque plus passive qu'à l'accoutumé ce qui est un peu ridicule. Il m'approche, son souffle, son corps, je reconnais cette main sur mon épaule. En fait, a ma réaction légèrement étonnée, il pourrait facilement me dire que je j'attends un autre chose qui n'arrive pas. Il me demande ce qu'il peut faire, d'un air surpris, sans le regarder dans les yeux... Je tourne la tête pour regarder mon postérieur comme pour vérifier que c'est bien cela. Oui, il s'est assagi ou alors ce n'était qu'une plaisanterie à l'époque. Oui ça l'était, je suis vraiment bête. Mais le fait de le constater fait poindre un léger sourire sur mon visage. Aussi bête et discipliner je peux être, même moi ça m'étonne qu'il soit aussi... Calme ? Mais pas calme dans ce sens... Comment dire ?

"Vous... Vous... Vous... Vous avez finalement... Fina...Réussi... à les éduquer ?"

Je parle de ses mains, d'ailleurs en fixe une pour montrer de quoi je parle, alors que j'étouffe un petit élan de rire dans l'oeuf comme un poussin tuer par une masse géante dans sa coque. Assagie ou plus responsable ? À moins qu'il n'ai juste pas envie de jouer avec une enfant cette fois-ci, de la taquiner. Le coeur d'une jouvencelle est si compliqué, même pour elle même. Mais je n'ai pas l'habitude de le cacher...

"Je... Je... Je ne sais pas si ça me soulage... Ou au au contraire ça me... Me frustre..."

Et je viens définitivement de penser trop fort... Je crois que ce qui me gêne le plus, c'est que... Peu importe.

"Je... Je... Je suis... Très... Très oubliable... Ce... Ce n'est pas... votre faute."

C'est vraie, invisible petite chose trimbalée par le temps. Le fait d'avoir passé des années loin de tout n'a rien amélioré d'ailleurs. Mais maintenant je suis en forme... Au propre comme au figuré d'ailleurs. Je prends très délicatement son bras libre de mes mains, le lui caresse et concentre mon chakra. Petit à petit du métal se plie à ma volonté, se déploie, se mue pour former sur celui-ci quelque chose dont il se souviendra peut-être. La source du plus grand compliment que j'ai jamais reçu, ce qui avait mérité son réconfort, son sourire et une main baladeuse qui m'avait fait rougir, mais au fond de moi m'avait été plus qu'agréable...

On dit que les hommes sont des porcs... Mais il faut bien des cochonnes pour les aimer aussi n'est-ce pas ?

L'arme se matérialise, le longe de son bras, avec un soutien sur son avant-bras, une poigné au niveau de sa main et une lame au bout. La barre est plus large que la version précédente, pour plus de confort et d'autres détails hérités de mon expérience puisqu'il fallait bien s'occuper pendant tout ce temps. Mais aussi et surtout, pour le plaisir des yeux des gravures sur cette création. Des flammes, la représentation d'une lumière profonde, rassurante, puissante dont nés et sort un tigre pour le courage, la force et la longévité, un dragon pour la générosité, la sagesse et une force bénéfique ainsi qu'un taureau pour la fougue et... La virilité ? Bref ! De la décoration inutile, mais que certains diront indispensable. C'est un peu le principe de la touche féminine, mais aussi de ma faculté à utiliser mon énergie pour ce genre de futilité... D'être moi en définitive.

Une fois l'arme terminée, légèrement épuisé puisque ça demande tout de même un gros effort de concentration et de manipulation de chakra, je reste devant lui, le souffle chaud et haletant, les mains jointes et se frottant mutuellement avec nervosité... Les jours plus rouge que rouge et les jambes légèrement tremblantes. Sans un mot, mon corps le supplie de se souvenir de moi, de me rendre moins invisible que je ne le suis au regard des autres, mais surtout du meilleur d'entre nous. Un appel égoïste, certes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174

Mar 3 Oct 2017 - 3:38
- « Himeka… ? »

Il n’y aurait pas pu y avoir meilleure démonstration que l’arme qu’elle avait engendrée en quelques secondes sur mon avant-bras droit. Sa création m’avait tellement épaté que j’avais poussé tous le clan à la reproduire pour une production de masse. La commercialisation du produit avait ensuite engendré des recettes colossales. L’arme avait fait un tabac dans les pays mineurs ; notamment chez les femmes qui voyaient en cet équipement un bon outil pour se défendre des différentes agressions qu’elles pouvaient essuyer au quotidien. Il faut dire que le monde ninja était parfois cruel en plus d’être misogyne à outrance. Outre cela, Himeka s’était révélée comme étant une excellente forgeronne qui avait de la suite des idées. Sauf que sa maladie avait fauché son élan ce pourquoi elle fut mise à l’écart pour recevoir soins et traitements appropriés. Sur le coup, je fus donc très content de la revoir, mais je ne pus pas m’empêcher de ressentir cette espèce de remords que de l’avoir oublié. A vrai dire, il m’était arrivé de penser à elle, mais mon quotidien faisait que je finissais par l’oublier pour m’occuper d’autre chose. Mais maintenant qu’elle était enfin sur pieds et prête à reprendre du service, je pouvais la chouchouter comme auparavant…

- « T’as pas changé toi ! »

J’eus finalement un petit rire. La rousse pouvait se méprendre sur mes dires, mais je parlais bel et bien de son caractère. Elle était toujours aussi effacée, toujours aussi timide, toujours aussi réservée. Je voulais bien être impressionnant de par ma stature plutôt imposante, mais ce n’était pas comme si j’étais méchant, si ? Quoique tout n’était plus pareil, dorénavant. Avec mon nouveau statut, les gens me voyaient dorénavant d’un autre œil. Les réactions étaient diverses et variées à mon égard, mais c’était la vie en communauté qui voulait cela. On ne pouvait pas faire l’unanimité partout, même si je n’étais pas très loin de le faire pour l’instant. Les tendances étaient encore bonnes et je surfais sur une vague de popularité qui facilitait plus ou moins tout le travail que j’avais à abattre. De bon augure pour la suite. Mais plus que ce succès, c’était de ma petite cousine qu’il était question. Alors, tranquillement je retirai l’arme qu’elle avait créée à même mon bras avant de le déposer sur mon bureau, puis je m’approchai d’elle pour l’enlacer complètement dans mes bras forts et musclés. Ses boobs assez volumineux s’écrasèrent complètement contre mon torse, mais je ne fis pas très attention à ce détail. Les loloches, c’était pas vraiment mon kif en vérité…

- « C’est bon de te revoir en pleine forme… »

J’étais content. Très content. Aussi avais-je même embrassé son front comme le ferait un grand frère avec sa petite sœur avant de la garder dans mes bras contre moi. L’histoire aurait pu s’arrêter. Vraiment. Sauf que mes yeux tombèrent inévitablement sur sa chute de reins. Et là ce fut le drame ! Si je n’étais pas du tout intéressé par les poitrines, c’était tout bonnement pour les fesses. Les croupes bien saillantes et bien rebondies. Et je dus avouer qu’Himeka avait une paire qui défiait de loin celle de Nora ou encore celle d’Itagami. Bon dieu que c’était énorme ! C’était pas possible d’avoir un cul pareil ! Mes yeux sortirent presque de leurs orbites devant une telle merveille de la nature ! Et d’un seul coup, j’oubliai aussitôt qui j’étais : Un Raikage respectable et plus que jamais proche du mariage ! Comme un automate, mes paluches calleuses coulissèrent rapidement sur son dos pour aller s’empoigner avec fermeté de ces deux grosses masses de chairs insolentes qui reçurent chacune une grosse claque. Puis un pelotage gras s’en suivit. Pendant une bonne vingtaine de secondes, je fis mumuse avec son arrière train digne d’une vraie callipyge. Pendant une vingtaine de secondes, je fus complètement déconnecté de la réalité ! Jusqu’à ce que je me reprenne brutalement !

- « Bordel de merde ! »

Je finis par la lâcher automatiquement avant de reculer de deux trois pas, un sourire désolé aux lèvres. Les mauvaises habitudes avaient la dent dure. Chassez le naturel et il revient au galop tout ça ! A croire qu’il me fallait encore un peu de temps avant de devenir quelqu’un bien sous toutes ses coutures. Le mariage peut-être. Une fois la bague au doigt, je m’évertuerais à filer doux à ce niveau-là. Mais en attendant, je me mis à rigoler comme un idiot qui se rendait compte de sa gaffe. Dans cette ère, les mariages entre membres du même clan n’étaient pas du tout mal vu. La gamine tout comme Itagami pouvaient constituer de bons partis à vrai dire… Mais non. Mon cœur appartenait déjà à une femme et j’étais tenu de rester plus ou moins tranquille : « Allez, c’était pour te taquiner un peu, fais pas cette tête-là ! Ton futur mari aura de la chance en tout cas, hahaha ! » Et pour partir sur autre chose et m’éviter une autre connerie du même genre, je tirai un siège qui faisait face à mon bureau et l’invitai à s’asseoir, avant de faire le tour dudit bureau pour poser mon cul à mon fauteuil. J’avais encore ce sourire d’imbécile heureux et les doigts qui me démangeaient désagréablement ! Nora allait faire les frais de ce pelotage ce soir. Mais en attendant…

- « Tiens, où sont tes parents ? Il m’a semblé les avoir sentis au sein de l’assemblée… » Que lui avais-je soudain demandé pour passer à autre chose et oublier ce petit incident… Regrettable. Ou presque…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mar 3 Oct 2017 - 14:14
Il se souvient de mon prénom ! JOIE ! Paillettes et petits poneys qui courent dans la prairie ! C'est... Cela me fait du bien j'avoue, certes je n'ai pas était particulièrement subtile dans mon approche pour remonter à son esprit, mais dans un clan aussi rempli, qu'il se souvienne de mon prénom, d'un parmi la masse c'est... héhé... Je n'ai pas de mot pour le dire. Enfin soit, je pense que rien que pour ça cette journée est bonne. En tout cas, s'il pense que je n'ai pas changé je ne suis pas la seule dans ce cas, ha ! Il est toujours aussi naturel. La dernière fois ça m'a intimidé, le temps de mieux le connaitre et... Voila quoi. Mais malgré ce nouveau poids sur ses épaules, ces responsabilités il est lui et je n'en demande pas plus, pas moins ? Ne soyons pas ainsi...

"Vous... Vous... non plus."

Je rougis un peu, sans plus la non plus. Ha ! Que la journée est belle. Il me trouve en pleine forme, c'est le genre de phrase difficile à contredire, mais qui ne sont pas totalement vrai. Mais je ne peux pas penser ainsi que sont les bas et pauvres petits soucis d'une petit genin qui a juste protégé sa santé face à lui et ses responsabilités ? Puis c'est vrai que maintenant j'ai bien moins de problèmes de santé, cette pause était faite pour et a fonctionné. Je me sens si bien, encore plus quand, oh ! Il me prend dans ses bras, je pourrais presque fondre, mourir de bien-être... Enfin au figuré, je n'ai pas le cœur si sensible. C'est alors que...

Ciel non ! Pourquoi !

Je...

Ce n'est pas vrai ! J'ai dû m'évanouir et maintenant je fais un rêve... Sérieusement qu'elle shinobi digne de ce nom tombe inconsciente juste en étant en tête à tête... Oui bon avec son chef de clan et Raikage, mais quand même ! Pourtant c'est tellement réaliste... Comme la plupart des rêves ? Je peux bouger mes doigts, mais passer d'un simple câlin à un massage érotique du fessier c'est...

C'était bien le moment de fantasmer ! HIMEKO SALE CHIENNE !!! Sérieusement ce n'est pas le moment, le pauvre doit... Non pas paniquer, mais il doit être embarrassé et pendant ce temps la tu laisses aller tes pulsions de chaudasse en t'imaginant palper avec fougue par un homme puissant, des mains si... Ow... Sérieusement, c'est vrai, il n'y a que des grosses truies comme toi pour aimer des porcs ! Honte, honte sur toi !

Vingt bonnes secondes de débauche mentale, agréable, mais scandaleuse plus tard... J'imagine que c'est le moment ou tu vas imaginer que tu vas avoir une réaction normale du genre... "Oh pervers ♥" et il va te répondre "Pour toi c'est Pervers-sama !" Avant de te mettre une bonne claque, t'arracher les vêtements et te culbuter avec fougue et violence. Tu aimerais ça chienne ! Tu...

Oh attends...

Est-ce que...

Attends attends attends !!! "Bordel de merde" ? Sérieusement même tes putains de fantasme deviennent timides ? Bon dieu HIMEKA ! Mais si c'est vrai alors... Oh... Ow ♥... Je... Je ne sais pas que... Il me dit de ne pas faire cette tête-là, mais je suis certaine qu'il ne m'a pas regardé... C'était un automatisme, parce qu'à aucun moment je n’ai eu un air perplexe ou dégoutté, au contraire... Plutôt frustrée et désappointé du genre "c'est tout ?" Puis finalement avec un simple sourire gêné. Oui, il n'a pas changé, je ne suis qu'un jouet jetable, mais... Au fond ce n'est pas ce que j'aurais aimé ?

Les hommes sont des porcs, mais les femmes sont des cochonnes pour les aimer...

Il change de sujet à une telle vitesse qu'on pourrait presque dire qu'il l'a fait plus vite que son ombre. Je...

Ce sourire, ça l'a rendu heureux n'est-ce pas, il a aimé ça. Je ne comprends pas, si ça lui fait du bien pourquoi arrêter ? Il est en haut de la pyramide et pourtant ça donne l'impression qu'une force encore plus écrasante fait office de garde-fou. N'es-tu pas censé être le plus fort, le mâle alpha dans un monde sinistre et dangereux, celui qu'on suit aveuglément ? Il m'a posé une question, je... Je vais y répondre.

"Ils... Ils... Ils savaient que... Seules... Je... Je ne serais pas rentré...Alors ils sont venus jusqu'à la porte puis... Puis... Plus là..."

Tu as un choix à faire ma petite Himeka... Laisser cette discussion partir dans les affres pénibles de la dînette, de la discussion creuse et sans intérêt avant de partir ou... Ou ? Ou ! Ou... Te rappeler que tu es une jouvencelle et qu'un bel homme, sexy comme un diable vient de jouer avec ton corps et te dire que ce n'est pas assez.

Tu en veux plus, n'est-ce pas ma chère gourgandine ?

Oui... Non... Je ne peux pas ! Si je peux ! Mais absolument même ! C'est... C'est une question de choix, un jour une mission te fera forcement bouger sur quelque chose qui saute... Tu peux laisser le hasard choisir ou...

Ainsi s'enclenche un blanc monumental, alors que je ne bouge pas d'un pouce l'air hagard et que discutions inintéressante et affreusement longue, un combat même entre deux pans de mon esprit et finalement... Allez dis lui que tu mouilles comme une sale garce, qu'il joue avec toi, oui approche, c'est bien... Je suis à côté de lui, parfait. Debout, bon ça serait mieux de le regarder et ne pas sourire d'un air gêné digne d'une enfant... On ne peut pas tout avoir. Allez ! Dis-le ! FAIT-LE !!!

"Vous... Vous êtes sûr que... Tout va bien ?"

Sérieusement... Bon au moins tu es proche, aller, un pas en avant. Puis bon après le blanc monumental que tu lui as envoyé à la gueule... Qui des deux va mal idiote ?!

" C'étais... Je... Enfin... Avant...Juste avant... Je... Je... J'ai apprécié... Onii-chama ♥ "

Tu es sérieuse ? Chama ? Même un gosse n'oserait pas une déformation pareil... Chama... Chan et Sama... Bon aller un point pour avoir osé de te rapprocher timidement du tutoiement. Mais tu vas devoir faire mieux petite gourgandine, bien mieux ! Peut mieux faire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174

Sam 7 Oct 2017 - 21:09
Maintenant que j’avais sa réponse et que j’y réfléchissais, j’avais l’impression que la gamine n’était pas la seule à s’être faite piégée par ses parents. J’étais malheureusement une victime moi aussi ! Sa tenue en disait long et ils n’avaient aucune raison valable de s’être enfuis après l’avoir emmené jusqu’ici. Il n’y avait aucun doute possible. Ces enfoirés « plaçaient » leur fille pour la fameuse place de première dame. Je ne voyais pas la chose autrement et ça tombait sous le sens vu la joliesse de la gamine. Il faut dire qu’elle était pile poil ce que je voulais : Mignonne. Bien roulée. Gentille. Serviable. Soumise. Le gros lot quoi. Il y avait aussi un gros trait de caractère qu’elle commençait à développer du fait de sa dernière phrase qui me crispa comme jamais : Une grosse perverse ! Une future petite tarée ! Et m’est d’avis qu’elle allait très bientôt faire fureur avec son corps plus que voluptueux. J’eus une soudaine pensée pour Daisuke avant de commencer à sourire comme un gros con. Si elle était plus ou moins tombée sous mon charme, il y avait certainement moyen qu’elle kiffe le chef de la police. Il était aussi beau et élégant que moi. Et puis, il en imposait. Question dominant, il devait être à des années lumières devant moi. Quelque part, je devais être un petit joueur devant ce père queutard qui avait même une gosse du fait de ses nombreuses escapades par ci par là. J’avais beau faire le dur qu’on ne jouait pas dans la même ligue. Du coup, il me fallait…

- « Si tout va bien, ton onii-chama va se marier très bientôt ! »

Je lui fis mon sourire le plus beau. Le but de la manœuvre ? La dé-cou-ra-ger ! Ni plus ni moins ! Vu qu’elle était assez timide, il apparaissait clair qu’elle ne tenterait rien d’elle-même comme la bonne petite soumise qu’elle était. De ce fait, puisque je n’avais pas à craindre une approche osée de sa part, il me fallait tuer dans l’œuf les sentiments ou plutôt les envies qu’elle développait doucement à mon égard. J’avais une espèce d’intuition masculine qui ne me faisait pas du tout défaut dans ce genre de cas, couplé à mon expérience, à ses réactions et à ses dires très explicites. Elle avait beau toujours murmurer que j’entendais tout ce qu’elle disait. Après tout, il n’y avait aucun bruit environnant et nous n’étions que deux. Elle avait de ce fait toute mon attention. Je finis par sortir une jolie photo que j’avais faite à l’occasion avec Nora avant de la placer tout juste devant elle en souriant : « C’est ma fiancée et elle s’appelle Nora. Elle est jolie n’est-ce pas ? J’suis sûr que tu pourras la rencontrer très bientôt maintenant que tu es sur pieds ! » Voilà ce qui s’appelait rectifier le tir ! Maintenant, il fallait juste qu’elle ne cafte pas pour ce que je venais de faire avec son putain de gros cul. Mais vraiment… Comment avait-elle pu se développer autant, surtout dans un état maladif ? C’était carrément un miracle à mes yeux… Quoique les Metaru étaient tous de beaux gosses ! Des barbares peut-être, mais des gens qui n’avaient rien à envier à quiconque niveau joliesse.

- « Tu es encore toute jeune, toute fraiche et je suis sûr que tu feras un malheur maintenant que tu es rétablie comme il faut ! »

J’étais certes un connard, mais j’aspirais au changement. Au mariage aussi. Pour de vrai. Il ne fallait donc pas qu’une grosse paire de cul vienne tout gâcher. Et dire que j’avais pris de bonnes résolutions en devenant kage. Pitoyable ! J’étais faible ! Mes convictions étaient encore faibles ! Il me fallait faire un travail sur moi-même. Eviter aussi de me retrouver dans des situations pareilles. C’était bien pour ça que je réfléchissais à faire de la moniale ma secrétaire. Avec elle dans les parages, l’envie de faire des bêtises me passerait surement ! Tout ça c’était la faute de ses parents ! Si seulement ils ne s’étaient pas barrés ! De quoi m’arracher un soupir. Puis je fouillai dans mes affaires comme un forcené. Vu que j’avais déménagé mes affaires du poste de police jusqu’ici, je devais avoir surement ce cliché quelque part ! Et après une deux bonnes minutes de fouille, je le trouvai enfin ! Encore une fois donc, je montrai une deuxième photo à la jeune femme où Daisuke partageait une coupe de saké avec moi. On était inséparables ! « Regarde ce beau gosse ! C’est le nouveau chef de la police ! Daisuke Kizuato ! Un véritable canon non ? » Sa grosse cicatrice en pleine face qui pouvait en rebuter plus d’un lui rajoutait plutôt du charme. Beaucoup de femmes séduites par cet apollon l’avaient affirmé. Fait plus ou moins inexplicable, mais c’était tant mieux. J’étais un peu un enfoiré de la faire dévier vers mon meilleur pote, mais bon, quand on veut sauver son couple et son futur…

- « Je te le présenterais quand tu veux… Et crois-moi que tu vas encore plus apprécier avec lui… »

Il n’y avait plus qu’à espérer qu’elle tombe dans le panneau !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Dim 8 Oct 2017 - 14:06
Parfois, des choses font plus mal qu'une baffe en pleine figure, certaines révélations, mais surtout quand on place celle-ci avec un contexte et certaines paroles, comme on assemble un puzzle. Il va bientôt se marier, c'est bien au-delà du problème de responsabilité, je suis plus ou moins ouvertement en train de marcher sur les plates-bandes d'une autre. Bon dans un sens, j'aimerais dire que c'est de sa faute si elle ne sait pas tenir la queue de son fiancé, de l'autre c'est moi qui suis sur son terrain... Après tout, je pourrais fermer les yeux sur mes responsabilités et continuer d'avancer sur ce terrain égoïstement, mais... Je n'en ai pas vraiment envie.

"Je ne suis pas jalouse... "

C'est ce qu'on appelé penser trop fort, quand on a l'esprit torturé par différent facteur ça arrive. Mais c'est juste le pire moment et les pires choses... Cela sous-entendait, non ça disait clairement quelque chose d'horrible et de blessant même. Certes c'est LUI qui m’a peloté, je ne l'ai forcé à rien, mais... Quand même. Dans mon coeur de jeune jouvencelle se cache une chienne en chaleur... J'imagine ? Ah oui et je ne m'en suis pas rendu compte... Dans un sens j'espère que lui non plus d'ailleurs.

"Félicitation... "

A ce moment la je... J'ai eu envie de me jeter dans ses bras, mais il y avait littéralement un bureau entre nous. D'ailleurs je m'en suis rendu compte en me tapant la cuisse contre celui-ci. Mais c'est un détail. Il sort une carte maitresse, une photo de sa fiancée... Dans un sens c'est normal, de l'autre j'ai un peu pitié de lui, le voir sortir ça comme un bouclier entre lui et ses mauvaises habitudes, comme s'il essayé de repousser un esprit malsain avec un talisman de prêtre. À moins que ce ne soit moi le vilain esprit à repousser...

La suite de ses propos ressemble de plus en plus à un appel au secours, a des manières de se défendre en m'envoyant paitre ailleurs. Il m'envoie dans une autre direction, j'ai beau être jeune et timide, je ne suis pas non plus stupide. Je n'ai pas envie de jouer à ce petit jeu, j'imagine qu'à bien y réfléchir, le kimono un peu petit et les autres defauts... Un hasard ? Allez savoir, mais en tout cas, je ne courrai pas derrière des moulins à vent, une seule question m'importe pour le coup.

"Tu l'aimes ?"

Pour la première fois de... de ma vie, j'observe quelqu'un droit dans les yeux, ma voix est ferme, je n'accepterai pas de réponse à demi ton ou de blague de mauvais gout pour changer de sujet. Finalement la réponse finit par arriver. Elle fait mal, mais une vérité douloureuse est toujours mieux qu'un beau mensonge. Je suis tellement occupée à ne pas tomber au sol, les jambes tremblantes que j'en "oublie" presque de bégayer... C'est risible. Il faut que j'ai l'impression de bruler de l'intérieur pour enfin avoir une voix douce et intelligible.

"Je sais que si j'insistais tu finirais par céder, mais... ça serait mal."

Vraiment mal, mais d'un autre côté j'aimerai ça. Mais lui, comment se sentirait-il ? Si ce n'était qu'une attirance physique, j'imagine que je m'empêcherai pas de le faire, mais c'est parce que je l'aime, pas forcement de manière romantique, mais quand même, que je ne veux pas passer cette petite ligne imaginaire, ce point de non-retour. Passé ce moment de clarté exceptionnel, les mauvaises habitudes reviennent plus ou moins au galop.

"J'imagine qu'elle... Qu'elle sais la chance qu'elle a... Il vaut mieux pour elle... Enfin ce... Ce... Ce... n'est pas une menace Ja... Jamais je ne me permettrais... Bref... Ce que je... je veux dire c'est que je Je vais rester à l'écart et... Cette discussion entre nous. "

Je suis perdu, je veux faire les choses comme il faut. Mais comme il ne peut pas s'empêcher de peloter un beau cul, je m'approche de lui et lui glisse inconsciemment quelques mots à l'oreille. D'un air... D'un ton étrange au vu de la situation on va dire. Je pourrais presque lui dire que j'ai mangé une pomme ou que j'ai envie d'un câlin avec cette voix et pourtant les paroles qu'elle porte...

"Si jamais elle t'abandonne ou te rend malheureux, rien ne m'empêchera de placer mon cul dans tes grandes et puissantes mains, mon coeur contre le tien, mes lèvres contre les tiennes et mes mains sur ta virilité... Si je ne suis pas déjà passé à autre chose..."

Je viens lui déposer un bisou sur la joue, me recule et ai un air vide, perdu... C'est une part de moi que je m'interdis d'avoir, que j'enferme au plus profond si bien qu'inconsciemment j'oublie mes propres paroles, même si je me rappelle vaguement du contexte et du fait qu'en plus d'être méchante, c'était mal, très mal... J'ai honte, j'ai envie de fuir, mais ça serait faire croire que c'est sa faute, alors que c'est la mienne... Je ne sais même pas pourquoi je vais dire ça, mais je le fais.

",Mais... Mais... Mais il... Il n'y a... Au... Aucune raison que... que ça n'arrive... hein ? N'est-ce pas Onii-chama... Non... C'est trop familier je... Désolé Shûuhei-sama. Je ne mérite pas de... Je vais vous laisser... J'ai... J'ai... Déjà, fais suffisamment de bêtises... Pardon."

Il vaut mieux que je parte, j'ai déjà suffisamment aggravé la situation, je me retourne, cache une paire de larmes naissantes et roulants sur mes joues et me dirige vers la porte.

"Himeka à était très très vilaine... "

Himeka pense comme une gamine pour essayer de supporter le poids de ses propres péchés, pathétique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174

Lun 9 Oct 2017 - 2:28
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Lun 9 Oct 2017 - 12:37


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174

Mes hommages [PV : Metaru Shûuhei]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Assemblée
Sauter vers: