Derniers sujets
Partagez | 

Renforcement [Shojito, Shôran & Hisao]


Mer 4 Oct 2017 - 14:07
Une nouvelle ère. Il y avait eu du changement en peu de temps ici à Kumo. C'est fou comment une personne qui a de l'influence, un charismes et des idées est capable de relancer complètement un village voir un pays. Avec Shuuhei comme Nidaime, le village était prospère. L'économie était de nouveau lancé, avec une prochaine intensification de la production d'arme. Un complexe scientifique était entrain de voir le jour, avec comme artisans les Metaru bien évidemment. Puis, il y avait eu du changement à la police aussi. Avec son nouveau grade, la direction de cette institution m'a été légué. Je m'y attendais, c'est vrai, déjà depuis mon retour de Shîto, mais je ne pensais pas que cela arriverai si rapidement. J'avais maintenant une place importante dans la vie Kumojin, et je devais assumer mes responsabilités. Je dois avouer aussi, que depuis mon passage à l’hôpital, j'ai changé un peu de mentalité. Je reste toujours le même malgré tout, je ne compte pas devenir un autre homme. Mais je dois devenir plus rigoureux maintenant.

Je n'étais plus l'adjoint de Shuuhei, j'étais devenu le Taicho de Kumo. Le chef de la police militaire. J'avais déjà la responsabilité de la sécurité intérieur du village et du pays, mais aussi, un devoir envers mes hommes. Je devais montrer l'exemple, être juste mais à la foi impartiale. Je pense que j'étais bien la bonne personne pour diriger de la Police. Et j'avais déjà quelques idées pour l'avenir. Tout d'abord, je devais me constituer un entourage de confiance. Je vais quand même devoir déléguer certaine chose, car je ne peux pas tout faire non plus. Alors, pour ceci, j'ai prévu de faire du recrutement. Mais pas n'importe comment. Déjà, je veux du sang neuf. Et pour cela, rien de mieux que de piocher chez les Chunins fraîchement promu à la suite de l'Examen, qui était quand même catastrophique à la fin, mais assez prometteur. J'aurais bien vu Ryûka dans la police, mais malheureusement, elle n'était jamais rentré au village. Peut-être morte, peut-être déserteuse, peut-être kidnappé. Je ne savais pas, et d'ici, je ne pouvais pas agir pour elle. Je devais faire avec. Mais en compensation, j'avais une petite liste d'individu que je voulais rencontrer, pour savoir si mon projet les intéressaient. Parmi ceux qui avaient un profil correspondant à la police, il y avait trois nom qui retenaient mon attention : Ikezawa Shojito, Aami Shôran et Akaoshi Hisao. Les deux premiers étaient récemment promu, quant au dernier... un ancien prisonnier, mais c'est pas son passé qui va m'empêcher de le recruter, loin de là, puis c'est pas moi un ancien bandit criminel qui va juger quelqu'un sur son passé.

J'avais donc pris soin d'envoyer aux trois une missive de toute urgence. J'avais bien stipuler à l'intérieur que je voulais les rencontrer le plus vite possible. Plus vite ce sera réglé, plus vite je pourrais commencer mes manœuvres. La sécurité de Kumo était quelque chose de principale pour moi. Et en plus de ça, la police était aussi chargé de la garde personnelle de l'Ombre du village. Je ne devais donc pas lésiner sur les moyens. Tranquillement installé dans ma chaise de bureau, j'attendais patiemment l'arrivé des trois zigotos. J'avais prévenu les officiers de police que les trois allaient arriver dans la journée, et donc, de les laisser passer. Je connais mes troupes, à la vue de certain Kumojin, ils peuvent se rendre parfois... assez grossier. Enfin bref, avec mon cigare dans la bouche et un bon verre de saké dans l'autre, je regardais par la fenêtre le magnifique ciel bleu qui était présent aujourd'hui, annonçant une journée radieuse.



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mer 4 Oct 2017 - 20:00
Kumo Keimu Butai ou la police militaire des Territoire de la Foudre... Un poste que je souhaitai réellement, un poste de policier qui correspond parfaitement à mes capacités, mon envie et mon caractère. Je suis à Kumo depuis peu de temps contrairement à d'autres, mais ce village m'a tellement tant donné. En venant ici, avec ma famille, je cherchai à être loin de la solitude qui m'entourer jusque là, à décupler mes connaissances à travers les science du village. Tout ceci me réussit pour l'instant, plus le temps passe et plus j'évolue. En bien. J'ai postulé pour le fameux recrutement qui a eu lieu, me disant parfaitement prêt pour passer à cette étape là. Le suis-je réellement ? Je le saurai bien tôt ou tard.

Posé sur mon lit, dans la demeure familiale, mes yeux se ferment doucement, commençant alors à tomber dans les bras de Morphée. Je n'ai pas de missions, pas de devoirs, juste le repos que je me suis imposé. Mais, cela ne dure qu'une poignée de secondes. Ma mère débarque dans ma chambre, m'indiquant une missive urgente. Comme l'est stipulé en gros et en rouge sur la dite enveloppe. Je souris, remerciant ma maternelle pour m'avoir amené ce courrier. Déchirant l'enveloppe, je déroule le fameux parchemin.

Il s'agit d'une convocation. Mes efforts sont enfin récompensés, je suis convié par le chef de la police militaire. Unité spéciale que je souhaite rejoindre depuis bien longtemps maintenant. Le dénommé Kizuato Daisuke souhaite me rencontrer au plus vite, n'ayant rien de spécial à faire, c'est avec rapidité que je me sors hors du lit. Déjà vêtu, je n'ai plus qu'à me rendre jusqu'au bureau de la police militaire. Une rapidité extrême me parvient, arrivant en seulement quelques minutes au quartier général.

Je me présente à l'accueil, y montrant ma fameuse convocation. Je suis amené jusqu'au bureau auquel je rentre après avoir toqué à la porte. D'un pas, je me fixe en une sorte de garde-à-vous.

« Aami Shôran, chunin de Kumo. Vous m'avez demandé ? »

Un ton solennel, un sourire radieux sur mon visage. Je suis peut-être un peu trop professionnel sur les bords mais je suis ravi d'être ici.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Mer 4 Oct 2017 - 21:09
Quelle ironie. C’est avec mes brassards de forçat et mon collier métallique de prisonnier que je lisais non sans humour la missive fraîchement arrivée. Moi, qui fut enfermé sept ans à cause d’une erreur judiciaire, venait de me voir attribuer la chance de servir dans le domaine que je souhaitais améliorer et rendre plus efficace. Le Kumo Keimu Butai était, d’après ce que je savais, une organisation policière assez récente et faisait suite à la décision de Metaru Shuuhei et de Kizuato Daisuke de créer une brigade militaire chargée de la défense. C’est justement ce dernier qui m’a convoqué. Il ne souhaitait d’ailleurs pas perdre de temps et c’est pourquoi je répondis aussitôt à sa requête en me dirigeant vers son établissement.

En chemin, je ne pouvais m’empêcher de me demander sur quels critères Daisuke – qui avait d’ailleurs une réputation solide au village caché des nuages – avait décidé de se baser concernant les éléments possibles de la police de Kaminari. Entre deux bouffées de mon fidèle Kiseru, je ne parvenais pas forcément à me souvenir d’une action ayant pu me faire honneur pour rejoindre l’effectif du Kizuato. J’ai bien ramené trois malfrats il y a peu, accompagné de Metaru Kinzoku, mais c’est du bon sens civil. En tant que shinobi, faut bien que je m’occupe de ce genre de salopards qui sévissent dans nos rues.

Lâchant un soupir, je me dis qu’il fallait simplement que j’arrête de sur-analyser ces choses-là. D’ailleurs, est-ce que la convocation disait vraiment que j’étais recruté ? Merde, alors que je suis en route vers le point de rendez-vous, je me rends compte que la réalité m’est totalement sorti de la tête. C’est ça de penser à trop de détails inutiles, on oublie le plus important. Bah, on verra bien une fois là-bas. C’est peut-être une certaine forme de pression que je ressens-là. Ça m’était pas arrivé depuis ma sortie de prison, ça m’avait pas manqué.

Une fois sur place, on m’autorise sans problème à entrer. Je n’ai même pas le temps d’éteindre le tabac de mon Kiseru qu’on m’invite à avancer en direction du Taicho. Quelques tapes sur le mur afin de signaler ma présence. Un homme, plutôt jeune, se trouvait déjà là, attendant les instructions du chef de la police.

- Oi. Vous m'avez demandé, Taicho. Je suis Akahoshi Hisao, ravi de vous connaître. dis-je tout en marquant une petite pause avant d’ajouter. Vos collègues étaient bien aimables, mais mon Kiseru est encore allumé, ça vous dérange ou ça ira ?

Un homme de goût, face à moi. Un cigare de bonne manufacture au bec. Bien qu’il fumait, ça restait son bureau, donc je préférais demander s’il désirait que j’éteigne ça. De toute manière, le Kazumi contenu dans mon Kiseru tient pas une tentaine de bouffées non plus, donc bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Dim 8 Oct 2017 - 18:10
Ce matin une missive en recommandé spécial était arrivée au domicile de Shojito. Apparement, dire à Shuuhei qu'il réfléchirait vis à vis de son offre à rejoindre la police n'étais pas passé inaperçu auprès du nouveau capitaine répondant au nom de Kizuato Daisuke, la lecture de ce nom lui rappelait inévitablement la dernière discussion qu'il avait eut avec la traîtresse, et bien évidemment cela lui faisait froncer les sourcils. Quoi qu'il en soit il se devait maintenant de se rendre dans son bureau au plus vite ce qui ne l'enchantait pas tellement. S'il était sûr d'une chose c'est qu'il n'était pas fait pour être policier mais beaucoup semblait penser le contraire, il allait donc devoir se résigner à les croire et peut-être finalement intégrer les forces de l'ordre.

Avec tout la bonne volonté du monde le blond ne pouvait s'empêcher de prendre tout son temps pour se rendre sur les lieux, il n'arrivait pas à se sortir de la tête qu'il n'avait pas les compétences pour intégrer un service aussi important que celui qu'était la police. Quoi qu'il en soit le pas lent il arrivait enfin au poste et dans un soupire il s'installait au pied d'un arbre regardant les allé et venue de chacun, il n'était décidément pas résolu à entrer, il lui fallait toute une préparation mentale, plutôt ironique lorsqu'on sait à quel point Shojito résonne rapidement. Les entrées et sortie étaient plutôt rare mais alors qu'il pensait qu'il serait le seul à fouler le pied dans le hall d'entré un jeune homme avoisinnant la vingtaine entrait en trombe dans l'accueil, suivi de très prêt par une personne que le blond avait déjà eut le plaisir de rencontré vu qu'il s'agissait d'Hisao. "Eh bien, me voilà rassuré, je ne suis pas le seul à avoir été convoquer" Conclusait-il dans un soupire de soulagement avant de lui aussi fouler le pas de la porte. Suivant les deux face à lui et sans un mot il ne prit même pas le temps de saluer qui que ce soit à l'accueil, il se disait simplement que ceux-ci comprendrait qu'il accompagnait les deux autres.

En entrant dans le bureau il se tenait droit regardant les deux autres se présenter avant de lui aussi signaler sa présence de sa voix grave. "Pourquoi nous faire venir tout les trois dans votre bureau taicho ?" Il soupirait suite à ses propres dire avant d'ajouter l'air de rien. "J'ai cru comprendre que c'était urgent alors ? Que ce passe-t-il ?"


HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Dim 8 Oct 2017 - 19:05
Je n'ai pas eu besoin d'attendre bien longtemps avant de voir arriver un par un les Chuunin à qui j'avais envoyé une missive d'urgence pour venir me voir. Le premier à rentrer dans mon bureau était Shôran. Il avait l'air d'être quelqu'un d’extrêmement poli, et d'ailleurs, il était prêt à me saluer comme son supérieur quand il m'adressa la parole. C'était bien d'avoir des personnes comme lui dans la police, qui connaissent bien l'autorité. Je crois savoir que c'était le plus jeune que j'avais convoqué. Le plus jeune, le premier arrivé et donc en avance sur les deux autres. Ce jeune homme a de l'avenir ici en tout cas. Sans dire un mot, je l'ai fixé pendant quelques minutes. Je voulais qu'il ai l'impression que je le juge, alors que ce n'était pas vraiment le cas. S'il n'avait pas les capacités pour faire parti de la police, je ne lui aurais jamais envoyé de missive.

« Installes-toi Shôran, il en manque deux à l'appel avant de commencer. »

Quelques minutes plus tard, ce fut donc au tour du deuxième de faire son apparition. Déjà, je pouvais sentir une odeur de tabac différente de celui de mon cigare se répandre dans mon bureau. Quand il entra dans mon bureau, j'ai pu voir un mec avec un look bien spéciale. Il avait de long cheveux, un bandana sur la tête ainsi qu'un large manteau avec un col montant. C'était sur que ce type avait une certaine allure. Mais comme on dit, c'est pas l'habit qui fait le moine. Mais j'avais déjà quelques informations sur le passé du fameux Hisao. Sept ans de prison, ça forge une personne, qu'il soit coupable ou innocent. Je pense qu'il en avait à revendre. Ça devait aussi lui faire bizarre de se retrouver ici à la police. Il m'appela par mon grade, Taicho. C'était bien vu de sa part. Il me demanda aussi s'il pouvait continuer de fumer son Kiseru.

« Tu peux le finir, tu as encore le temps Hisao, on attends une dernière personne de toute façon. »

Il ne restait donc plus que Shojito. Bizarrement, je m'attendais à ce qu'il soit le dernier à venir. J'avais eu quelques informations sur lui aussi. Je savais qu'il traînait souvent avec Ryûka, quant elle était encore à Kumo bien-sûr. Finalement, cela ne me dérangeait pas plus que ça. J'avais beau être tout le temps derrière elle, je ne lui en ai jamais voulu de fréquenter du monde, par contre, ce qui me foutait en rogne, c'est qu'elle ne me disait jamais avec qui elle sortait. Enfin bref, maintenant, c'est du passé tout ça. Je pense qu'elle doit être morte à l'heure actuel. Elle a du faire parti des victimes de Shîto. Et donc, pour finir, l'Ikezawa rentra dans mon bureau. Voilà, tout le monde était présent. Il avait l'air de connaître Hisao, vu son regard vers lui. Par contre, il avait l'air blasé d'être ici. Bizarre... Shuuhei m'avait parlé de lui, et de ce que j'avais compris, le jeune homme était intéressé par la police. Enfin bref, on allait le savoir rapidement. Posant mon verre de saké sur mon bureau, j'ai attrapé ma canne afin de pouvoir me lever de mon siège. Par contre, j'avais toujours mon cigare en bouche. J'ai fais quelques pas dans la pièce, avant de me mettre dos à eux pour profiter de la vue qu'offrait mon bureau sur tout Kumo.

« Bon, vous trois, déjà, merci d'avoir fait au plus vite pour venir ici. La situation n'est pas du tout urgente, mais je voulais voir votre réaction à ce genre de missive. Fort bien, vous êtes tous dans les temps. »

Le fait d'arriver rapidement était déjà une petite épreuve pour voir leurs motivations. C'était un critère de sélection. Un gars qui arrive en retard alors que le Taicho le demande expressément, ça ne mérite même pas le titre de Shinobi, et donc encore moins de policier. C'est alors que j'ai arrêté de regarder le paysage, pour cette foi-ci me retourner et regarder dans les yeux un par un les Chuunin.

« Si je vous ai fais venir ici, c'est pour vous proposez quelque chose. Sachez que je me suis renseigné sur vous trois. Je vous connais donc. Je sais que deux d'entre vous on participé aux Examens international à Shîto, et donc on assistés au débâcle des trois villages ninjas face au Soshikidan. Je sais aussi qu'un d'entre vous à fais sept ans de prison. Vous n'êtes donc pas des aspirants comme l'on peut trouver en nombre à Kumo. Je vous poses donc cette question : êtes-vous intéressés par le Kumo Keimu Butai ? Avez-vous déjà pensés à l'intégrer ? »



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Lun 9 Oct 2017 - 11:03
Je me fixe, restant professionnel face au Taichô. Je ne l'ai jamais vu personnellement, je ne sais pas encore qu'il est réellement, mais il semble être une personne droite et franche. Que me veut-il ? Je commence à avoir des doutes quant à ma présence ici : dans le bureau de la police, avec le Taichô, je me doute bien que Kizuato Daisuke ne me convoque pas pour quelque chose de bénin. Je me mets au repos, mais je reste tout de même debout et droit malgré le fait que le Taichô m'accorde le fait de m'installer. Il m'annonce que deux autres personnes doivent nous rejoindre. Etant le premier arrivé, je vais avoir l'occasion de voir l'arrivée des deux autres personnes.

Le premier qui arrive après moi est Akahoshi Hisao. Je ne connais pas cette personne, il a un kisaru aux lèvres. Il est plus grand que moi, porte un bandana aux cheveux. Il demande si cela gène que son Kisaru reste allumé, le Taichô, toujours sympathique, lui laisse le temps de le finir. Pour la seconde personne, il s'agit d'un blond. Je ne connais pas son prénom, il ne se présente pas non plus. Peut-être connait-il déjà le chef de la police ? En tout cas, il m'a l'air nonchalant et pas réellement motivé à cet entretien.

Le chef de la police prend la parole, nous annonçant que la situation n'est clairement pas urgente. C'est une sorte de test et nous avons tous bien réagis, il faut dire que je suis arrivé en premier et j'ai en plus l'air d'être le plus jeune des trois convoqués. Daisuke se retourne, nous regardant successivement dans les yeux. Pour ma part, je ne le lâche pas des yeux. Il a entendu parler de moi lors de l'Examen International de Shitô, sait-il donc mon nouveau surnom ? Le Nécromant. C'est ainsi que je me suis fait surnommé suite à l'utilisation de ma capacité spéciale. Mais, la dernière question me surprend. Intégrer les Kumo Keimu Butai ? Un sourire s'affiche sur mes lèvres.

« Je me permets de prendre la parole en premier. J'avais déjà fait part de mon envie à quelques camarades de rejoindre les Kumo Keimu Butai, je suis donc bien sûr intéressé par cette unité spéciale de Kumo et de l'intégrer. Je pense avoir les capacités nécessaires pour vous rejoindre. »

Est-ce un nouveau test ? Y'aura-t-il autre chose ? Tout cela me semble tellement facile pour l'instant.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 9 Oct 2017 - 19:22
Sans réelle surprise au vu de l’ambiance de la pièce et des habitudes du Taicho, je fus autorisé à finir ce qu’il restait de tabac dans mon Kiseru. C’était l’affaire de quelques bouffées, de toute manière, mais ma demande restait légitime. Il ne valait mieux pas faire mauvaise impression d’entrée de jeu. Entre deux bouffées, je vis Shojito foulé d’un pas désinvolte la pièce où nous nous trouvions. Je l’accueillais d’un calme salut de la tête tandis que le Jônin se leva après avoir posé son verre sur le bureau. Nous n’allions pas tarder à en savoir un peu plus sur notre présence sur les lieux. Et en effet, après une rapide introduction pour nous expliquer que la missive urgente n’en était pas réellement une, mais davantage un moyen d’évaluer notre réactivité, et peut-être également notre sens des priorités. Mais là n’était pas le point important de cette convocation. En effet, il nous révéla sa volonté de nous recruter au sein du Kumo Keimu Butai.

Ce qui est intéressant, c’est que pour nous sélectionner, il devait forcément recueillir des informations plus ou moins spécifiques. Si son choix s’est logiquement porté sur des gens déjà expérimentés qui ont vécu des merdes comme l’assaut de Shîto, il avait fait l’effort d’aller chercher dans les archives ou les rapports policiers des autres villages pour atteindre mon dossier. Il est probable que Kumo ait récupéré cette information peu après mon arrivée, mais je ne m’attendais pas à ce que ce soit un jour un argument pour me proposer un poste tel que celui-ci. Il était évident qu’on m’avait finalement classifié innocent, mais sept ans en prison, peu importe la raison, ça provoque une mauvaise image. Je l’ai d’ailleurs un peu appris à mes dépends, même si on m’a globalement bien ‘’accueilli’’.

Quoi qu’il en soit, la question qu’il posa me fit pas mal réfléchir. Mes objectifs étaient en constante évolution depuis ma sortie de prison, mais il y a, et il y aura toujours cette volonté de renforcer le système judiciaire. Quoi de mieux que d’accepter ce poste, alors ? … Sauf que c’était plus facile à faire. Je n’avais rien contre le Taicho, surtout après ce que j’ai vu à la commémoration et en raison de sa réputation au sein du village, mais on ne fait pas disparaître une intense rancœur envers l’autorité en un claquement de doigt. Inévitablement, après la réponse énergique et motivée de Aami Shôran, une pause fut marquée par mon rapide silence. Les yeux qui vagabondaient, je finis par porter mon regard sur Kizuato Daisuke.

- Vous connaissez mon passé et ce que j’ai enduré. Ca ne s’efface pas facilement. Mais je serais con de me retenir pour une rancœur qui n’a pas lieu d’être ici. Kumo m’a volontiers ouvert ses portes et la mentalité des gens impose le respect. Si, à travers cette offre, je peux montrer ma gratitude tout en servant de manière plus officielle Kaminari, alors je suis prêt à accepter une invitation au sein du Kumo Keimu Butai. Et puis, cela coïncide avec ce que je désire faire dans le futur. J’avais pensé à l’intégrer, mais je pensais que cette voie me serait fermée après ces sept années.

Ma réponse donnée, j’inclinais la tête en espérant qu’elle lui convienne. Mais maintenant, j’avais le regard tourné vers l’Ikezawa pour savoir ce qu’il en pensait, lui.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Lun 9 Oct 2017 - 19:52
Que pouvait-il bien faire ici ? Trois personne, toute trois fort différentes les unes des autres. D'un côté il y avait cet Aami Shôran, qui selon le peu d'information du blond est un jeune Chûnin prometteur de Kumo. De l'autre un ancien détenu gracié quoi qu'il ait pu faire, celui-ci avait été apparemment déclaré innocent, mais en plus de cela, Shojito l'avait déjà rencontrer et il avait eut l'impression ce jours la de voir une autre facette de sa propre personnalité car celui-ci avait un opinion tout aussi tranché que lui. Et au milieu, notre Ikezawa national, avec pour seule grosse particularité d'être une porte de prison derrière la quel était caché un honneur et une loyauté sans faille. Qu'avaient-ils tous en commun ? Shojito se le demandait très sincèrement mais pour l'heure il n'aurait pas ces réponse là car Daisuke se retournait vers eux et prenait la paroles.

Les questions que le blond venait de poser n'avait tardé à trouver leurs réponses. Comme il s'en doutait, il s'agissait de parler de rejoindre les forces de l'ordre. Une décision très dur à prendre pour l'Ikezawa toujours autant persuadé qu'il n'avait pas vraiment les capacités pour cela. D'un autre côté il était conscient que s'il y avait bien une chose qui était en totale cohésion avec la vision de son clan, c'était bien Kumo Keimu Butai. Considérant cela le blond de son air froid faisait un pas en avant de soupirer et d'ajouter. "Comme j'ai pu le dire à Shuuhei-sama, c'est une chose à la quel j'allait réfléchir, ce que j'ai fait... J'ai peser le pour et le contre avant de prendre ma décision et à l'heure actuelle, je ne suis toujours pas sûr de la réponse. Alors au risque de vous décevoir Taisho, je ne suis pas aussi enthousiaste que ce shinobi qui pense être en mesure de vous apportez quelques choses, ou celui-ci qui n'y croyait pas trop et se retrouve surpris d'en avoir l'opportunité. Je ne suis qu'un ninja au service de Kumo, et j'irai toujours là ou Kaminari veut me voir. Si votre souhait et de me voir intégrer les rangs de la police je le ferai, ma loyauté et celle de mon clan à toujours été destiné à servir Kumo, aussi loin que l'histoire puisse le démontrer, mon clan à toujours servit le village et ce bien avant son changement de nom. Donc en sommes refuser cet offre sera renié mon serment de défendre le village au péril de ma vie. Je ne sais pas si ma réponse est clair, ou même si elle vous convient, cependant c'est la seule que j'ai à vous offrir." Finissait-il avant de faire un pas en arrière pour se remettre dans le rang.

S'il avait adopté un style militaire pour présenter son discours c'était uniquement pour appuyer le fait qu'il respectait énormément Daisuke, non pas en temps que Taisho, mais en temps qu'homme qui selon sa réputation à su prouvé à bien des égards qu'il était à la hauteur du poste qu'il venait de décrocher.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Dim 15 Oct 2017 - 14:11
Trois recrues potentiel qui étaient bien différent les uns des autres. C’était justement ça qui m’avait motivé à faire appel à eux. La différence peut servir à façonner un effectif fort. Parmi eux, il y en avait un qui avait déjà tapé dans mon œil, mais j’avais besoin de plus de temps avant de lui accorder vraiment toute ma confiance, comme Shuuhei le faisait pour moi quand j’étais son adjoint. Pour le moment, j’avais déjà deux sur trois qui étaient quasiment certain de rejoindre la Police. Fort bien. Quant au dernier, Shojito, je pense qu’il fallait le secouer un petit peu pour qu’il se comprenne que sa place est véritablement ici. Il a toutes les qualités pour, et il fait partit d’un clan qui souhaite protéger Kumo, il lui manquait juste un peu de confiance en lui. Appuyé sur ma canne, j’étais droit devant eux. Je ne laissais que peu d’expressions sur mon visage. Il faut dire que je ne suis pas du genre à être un plaisantin, je suis plutôt quelqu’un de stricte dans la vie. Seul quelques personnes ont le droit de me voir décontracté et insouciant, mais cela prend du temps avant de me voir ainsi.

« Je suis bien heureux de voir que vous avez envie malgré tout de servir Kumo. C’est une qualité ici dans la police. Mais il est évident que cela ne fait pas de vous un Policier confirmé. J’attends de vous de la rigueur, de la discipline, de la volonté, un esprit déterminé. Pour toi Shôran, cela ne fait aucun doute, tu seras policier, que ce soit aujourd’hui ou demain, ta carrière est déjà toute tracée d’ailleurs. Pour toi Hisao, le fait que tu étais un prisonnier ne me fais ni chaud ni froid. Nous avons chacun un passé. Je m’en fou ce que tu as pu faire avant, que tu sois coupable ou innocent, cela ne me regarde pas. Ce qui compte pour moi est l’homme que tu es aujourd’hui, et j’ai évidemment besoin de gens comme toi parmi mes rangs. Quant à toi Shojito… je peux comprendre le fait que tu sois encore indécis. C’est assez normal d’ailleurs. Mais tu dois bien comprendre que si j’ai fait appel à toi, c’est parce que j’ai confiance en tes capacités. Je t’ai vu à Shîto, comme Shôran d’ailleurs. Je sais ce dont tu es capable. Tu n’as cas franchir le pas, et tu verras que tu as un grand potentiel en toi. »

Comme certain, je me voyais encore mal policier il y a quelque temps. En seulement quelques années, je suis passé du statut de paria à celui de Taicho. Cela montre bien que n’importe qui, avec de la volonté, peut accomplir ce qu’il souhaite. Quand je suis arrivé ici, je n’attendais qu’à être façonné par le système du village ninja. Maintenant, je suis fière du parcours que j’ai accomplis dans ma vie, peu importe les erreurs de jeunesse. Mais je sais que dans la police, parfois, nous sommes obligés de faire certaines choses qui demande une grande force intérieure. Malgré le fait que nous représentons l’autorité au sein du village, il faut parfois savoir mettre de côté nos idéaux pour accomplir notre devoir.

« Maintenant, j’aimerais savoir quelque chose. Qu’est-ce-que vous seriez capable de faire pour la police militaire de Kumo ? Je m’explique. En plus d’être des ninjas, nous sommes une force armée, qui a pour but de protéger des villageois et de punir les criminels qui troublent l’ordre public. Et, certaines fois, nous devons faire des choix, qui demandent de mettre de côté nos idéaux, nos préceptes. Êtes-vous capables de faire ainsi ? »


_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mar 17 Oct 2017 - 11:09
Il est important pour moi de rentrer dans cette unité policière, j'ai besoin d'être reconnu par mes qualités et c'est ce qui se passe exactement là avec le Taicho. Je lui fais part de mon envie de rejoindre le Kumo Keimu Butai, sa réponse me touche réellement au plus profond de mon cœur. Il le sait, c'est une carrière qui m'est destinée et toute tracée. Serai-je un bon policier ? Réussirai-je les missions qui me seront données ? Je ne sais pas, il y a tellement de questions sans réponses. Il est important de leur prouver qu'ils ont raison sur mon compte, je compte bien montrer les capacités que j'ai et leur prouver que je ne suis pas un fardeau. Je suis le Nécromant de Kumo. Puis, il parle des deux camarades. Je ne connais aucun des deux, mais j'apprends que l'un a fait de la prison tandis que l'autre se sous-estime.

Cette fois-ci, le Taicho nous parle plus sérieusement. C'est attentivement que j'écoute les paroles du chef de la police du village, ce-dernier nous demande si nous sommes prêts à laisser de côté nos principes pour la réussite d'une mission ou de la protections des villageois. Mes yeux quittent un léger instant la pièce, me remémorant le souvenir de Kahei. Encore fois, ce personnage restait dans ses pensées. Il avait sacrifié sa vie pour Shikaraï et moi, le meilleur exemple possible. Revenant à la réalité, je me permets encore une fois d'être le premier à prendre la parole.

« Pour ma part, je ne me suis jamais posé la question. Je ne sais pas ce dont je serai capable tant que je ne suis pas en situation, mais je suis prêt à tout pour protéger Kumo. Quitte à... Oui, je suis prêt à renier mes principes pour prendre les meilleurs choix possibles. »

Je ne mens pas, j'ai bien compris ce que doit être un shinobi. Surtout un shinobi policier. Je suis donc prêt à tout pour être le meilleur possible. Pour autant, je ne dois pas faire disparaître cette partie de moi. Elle doit être présente également dans mes choix, je le sais bien.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Mar 17 Oct 2017 - 19:36
Quelque part, bien que les avis extérieurs ne m’atteignent pas spécialement, j’étais rassuré de voir que mes années de prison n’avaient absolument aucune importance. Visiblement, ce qui lui importe, c’est celui que je suis aujourd’hui. Tant mieux, car si les geôles m’ont changé, on ne peut pas considérer que c’est un changement négatif ou néfaste. Je n’oserais pas dire que ça m’a été bénéfique, mais j’ai pris un chemin que je ne peux pas réellement regretter. Bien sûr, comparé au jeune discipliné et droit dans ses pompes et au blond qui a servi toute sa vie Kumo, j’étais un cas à part. Mais c’est peut-être justement un aspect que je peux apporter au Kumo Keimu Butai. Quoi qu’il en soit, Kizuato Daisuke souhaita approfondir la discussion en nous soumettant ce qu’il attendait de nous, en nous questionnant ainsi ce que nous étions capable de faire pour la police. Je ne vais pas mentir, j’avais cligné deux-trois fois des yeux tellement j’avais rien à dire. Que l’Aami réponde en premier m’aura au moins permis d’y penser. D’ailleurs, sa réponse m’inspira également.

- Sauf votre respect Taicho, ça dépend des idéaux de chacun de nous. Avant d’être enfermé, j’étais marin, où la discipline, l’écoute et l’obéissance étaient les valeurs clés, surtout en cas d’attaque. Je suis prêt à me plier aux ordres, je suis prêt à me jeter tête baissée dans une situation compliquée, mais je ne pense pas être capable de mettre de côté ce qui m’importe le plus depuis ma libération : La justice doit être absolue, mais elle ne doit pas être aveugle. Si je vous rejoins, et si la situation nous laisse le temps de réfléchir, je n’hésiterais pas à donner mon avis si quelque chose me déplaît dans les ordres que je reçois.

D’un mouvement de main, j’allais prendre le Kiseru qui était rangé dans ma poche avant de me raviser. J’ai pas l’habitude de discuter sans fumer et encore moins l’habitude de l’avoir dans ma poche. Mais là, la situation m’obligeait un peu à le laisser tranquillement ranger. Mais alors que je marquais une pause, je pris encore une fois la parole avant que l’Ikezawa puisse répondre.

- Je vais être honnête, j’ai du mal à vraiment saisir ce que vous attendez de nous. Mais comme l’a dit celui-là, je suis prêt à servir convenablement Kumo et donc à respecter un serment envers la brigade policière. Être shinobi implique déjà des responsabilités qui peuvent être difficiles à assumer. Si je suis là, c’est que je suis prêt à endosser un rôle tout aussi complexe. Même si j’espère toujours rester dans mes préceptes, car c’est intimement lié à mes objectifs.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Jeu 19 Oct 2017 - 13:20
Le propos du capitaine n'avaient pas manqué leurs cible, convaincre Shojito qu'il pouvait apporter quelques chose à la police. Il avait eut du temps, très longtemps pour réfléchir à cette proposition. Malgré tout en venant il était toujours indécis, cependant la donne était tout autre car ce n'était pas la première fois qu'on lui annonçait qu'il s'était fait remarquer à Shîto, après tout il s'agissait ici du Taisho et donc il connaissait parfaitement le sujet si lui même était persuadé que le blond pouvait apporté quelques chose à la police il était maintenant sur de sa décision et relevait le monter avec un regard maintenant déterminé.

La question suivante était cependant devenue une colle pour lui. Bien entendu, Shojito serait prêt à tout pour Kumo, jusqu'à donner sa vie mais ceci soulève une question qu'un jeune scientifique avait déjà essayer de creuser. Changerait-il de position si le village vas à l'encontre des valeurs qu'il à toujours défendu jusqu'à maintenant ? Bien entendu qu'il en changerait, et ce sans hésiter. La question maintenant était de savoir s'il devait se retenir de le dire ou jouer la carte de la sincérité... Un choix qui ne tardera pas à ce faire car ayant attendu qu'Hisao termine il ouvrait la bouche avant de sa faire couper par ce dernier et de l'écouter. 

Il n'avait pas tort. En réalité Hisao avait raison sur toute la ligne. C'était pour cette raison que le blond soupirait avant de prendre la parole, espérant faire au plus. Qu'importe le poids de ses propos. "J'ai bien saisit, j'ai la capacités pour intégré la police et j'accepte avec plaisir l'offre après tout c'est tout à fait normal pour un Ikezawa de continuer à suivre ses préceptes qui perdure depuis des années maintenant. Ce que je suis prêt à faire pour Kumo et son service de protection des citoyens ? Je pourrais donner ma vie pour ce village et ce sans hésiter... Il ne fait aucun doute que je n'ai aucun problème avec l'autorité, cependant je dois vous confesser une chose. Je n'hésiterai en aucun cas de montrer mon mécontentement lorsqu'un de mes supérieurs fait ou me demande de faire quelques chose qui va à l'encontre de mes convictions. J'aime profondément ce village peut-être parfois trop, je veux plus que tout protéger les citoyens et leurs montrer qu'ils sont en sécurité alors autant vous dire qu'il me serait tout bonnement incapable de laisser passer une injustice." Il laissait un temps pour que ses propos aient un peu plus de poids avant de continuer sur sa lancer. "L'autorité donne l'accès à certains privilèges et je serais bien fou de cracher dessus, mais il est hors de question d'en abusé ou de laisser un de mes collègues en abuser au quel cas ma fidélité Kumojin pourrait se retourner contre les personnes qui réalise ce genre d'actes. Enfin de compte, je suis qualifié pour le poste et je suivrai les ordres peut importe ce qu'il m'en coûte du moment que cela ne coûte pas plus que de raison au citoyen." Finissait-il en regardant le capitaine dans les yeux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Sam 21 Oct 2017 - 15:27
Je pense que si Shuuhei m’avait posé cette question avant de rejoindre la police, j’aurais été incapable lui répondre sincèrement. Déjà, je suis quelqu’un qui n’a peu de principe. Ce que je souhaite, c’est la prospérité de de Kumo ainsi que mon bien-être et celui de mes proches. Je suis prêt à faire les pires atrocités. Je sais, ce n’est peut-être pas la meilleure des qualités pour devenir Taicho, mais je dois ça à mon passé de brigand. Mais je comprends que les gens peuvent avoir une autre façon de penser. Peut-être est-ce mon expérience et mon âge qui me permet de les comprendre, je ne sais pas. Devant moi, les trois recrues avaient chacun une façon de voir la question. Shôran avait l’air d’être prêt à tout, Hisao était plus clément et cela pouvait se comprendre au vu de son passé, et Shojito voulait avant tout le bien de Kumo. Trois visions différentes.

« Je vois… vous savez, je n’attendais pas une réponse en particulier. Je voulais avoir votre point de vue surtout. Mais j’attends au moins de vous un esprit aiguisé, à l’affut. Certaines fois, vous tomberez sur des affaires extrêmement compliquées, et c’est uniquement votre jugement qui rentrera en jeux. Faites ce que vous pensez de juste, c’est tout ce que j’ai à dire. »

Maintenant, j’en avais assez vu et entendu pour savoir que les trois chuunins étaient prêt pour rejoindre la police militaire de Kumo. Il ne me restait plus qu’à m’occuper de la paperasse pour leurs adhésions, à savoir le contrat d’engagement. Rien de bien compliqué, rien de bien spécifique, mais c’était quand même indispensable. Ce bout de papier les reliait à la police, et ils ne pourront plus se désengager en un claquement de doigt, mais ce n’était pas non plus à la vie à la mort. J’ai donc ouvert un tiroir de mon bureau, et j’ai sorti trois formulaires. J’ai ensuite posé le tout sur ma table de bureau, et j’ai aussi sorti trois pinceaux ainsi que de l’encre. J’avais juste besoin d’une signature et d’une empreinte digitale. Après quoi, je suis sorti de mon bureau, le temps de laisser les recrues faire ce qu’elles avaient à faire

« Je reviens, remplissez le formulaire en attendant. »

Dans la police de Kumo, il n’y a pas d’uniforme. Shuuhei n’avait pas voulu en imposer un, et je comptais faire pareil. Cependant, j’ai demandé la création d’un brassard avec l’emblème de la police pour l’ensemble des troupes. C’était un moyen de reconnaitre les membres de la police sans que cela soit visible à des kilomètres. Et je trouvais aussi que cela avait une fonction symbolique. Personnellement, je ne le portais que pendant les sorties officielles, mais à chaque fois qu’il était accroché à mon bras, je me sentais fière. Et j’espère que Shôran, Hisao et Shojito seront aussi fières de le porter. C’est ce que j’étais parti chercher, trois brassards.
Après quelques minutes, je suis revenu dans mon bureau. Les formulaires étaient paraphés et je pouvais donc ranger le tout. J’ai donc distribué à chacun un brassard. Par la suite, j’avais juste une dernière chose à dire au groupe avant de les laisser partir.

« A partir d’aujourd’hui, vous représentez l’autorité de Kumo. Vous avez donc des responsabilités. Je vais compter beaucoup sur vous dans un avenir proche. Bientôt, il y aura une distribution de mission pour les shinobis de Kumo. Par conséquent, j’ai déjà présenté vos noms, en espérant que vous serez choisis pour les accomplir. Vous serrez peut-être ensemble, ou non, mais j’attends de vous que vous réussissiez. Montrez de quoi est capable la police. Sur ce, je vous laisse partir, à part si vous avez des questions. »


_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Dim 22 Oct 2017 - 23:49
Ai-je bien répondu ? Ou peut-être que j'en fais trop contrairement aux deux autres ? Ces-derniers sont plus terre à terre, ils se basent sur ce qu'ils ont vécu. Il est vrai que je pars sur un point où j'ai cette idée de protéger Kumo et ses habitants, que je peux être capable de tout faire tant que ça marche dans l'intérêt du village. Oui, je peux mettre de côté mes idéaux et mes principes, mais ces-derniers marchent en corrélation parfaite avec les missions d'un policier. En soi... je n'aurai pas à changer. Le Taicho prend la parole de nouveau, le conseil qu'il nous donne me convient. Faire ce qui nous semble juste. C'est bel et bien là ce qui correspond à la Police.

Je ne parle pas, j'attends de voir ce qu'il va se passer par la suite. Va-t-il y avoir un test pour rentrer réellement et officiellement au Kumo Keimu Butai ? Je me pose énormément de questions, pourtant... ce n'est pas le cas. En effet, Daisuke sort trois formulaires de son bureau et il s'absente, nous demandant de remplir cela.

« Et, c'est tout ? »

Je ne sais pas, je m'attendai à plus que cela. Le Taicho s'en va, je me mets à écrire les renseignements demandés dans le formulaire. Un écrit fait en quelques secondes, j'ai le temps de jeter un coup d'oeil à mes deux nouveaux collègues.

« Je suis ravi de pouvoir travailler à vous deux. »

Je ne les connais pas, mais je sais que je vais apprendre plus sur eux dans les jours et semaines à venir. Daisuke revient, il nous passe à chacun un brassard. Qui plus est, il nous annonce qu'il a donné à chacun nos noms pour des missions. J'espère pouvoir en avoir une, je le saurai bien tôt ou tard, c'est sûr.

« Bien, Taicho, reçu. Vous ne serez pas déçu, dans ce cas. »

Après un salut, il est temps pour moi de vaquer à mes occupations.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 23 Oct 2017 - 20:45
D’un hochement de tête, j’assimilais les paroles du Taicho, qui résonnèrent quelques instants entre mes deux oreilles. Il n’y avait rien de bien précis à comprendre dans son discours. Quelque part, il nous faisait confiance mais comptait sur nous pour agir en tant que policiers kumojins. Mais ça revient à la raison d’avoir fait appel à nous trois. Je doute que nos réponses aient vraiment changer quoi que ce soit. Le seul moyen de peser concrètement dans la balance, c’est de dire quelque chose qui va à l’opposer de l’esprit du Kumo Keimu Butai et du village en général. Quoi qu’il en soit, il nous exposait ensuite les formulaires qui nous lieront à cette unité. C’était vraiment bizarre et ironique que je fasse ça, mais bordel, j’avais une chance monstre. Au contraire de Shôran, je n’ajoutais rien de plus et me contentait de remplir le papier. Je reprenais ensuite mon Kiseru en main, espérant qu’on soit libéré, ou du moins, qu’on sorte du bâtiment.

Finalement, Daisuke revint avec trois brassards nous permettant de représenter notre unité tout en indiquant aux autres que nous appartenons à cette dernière. La fin de son discours était en réalité une conclusion à notre présence ici. Nous fûmes recrutés et nous servions désormais la police de Kumo. Tout en prenant le brassard, je secouais quelques fois la tête de haut en bas, comme satisfait de tout cela.

- Merci pour votre confiance Taicho. On va se monter digne de vos attentes. Et merci de nous avoir proposé pour les missions à venir.

Sans demander mon reste, je pliais bagage et commençais même à mettre du tabac dans le foyer de ma pipe métallique. Le brassard en main, j’attendais de rentrer chez moi avant de me décider à le mettre. Bien entendu, avant de sortir, je m’étais tourné vers mes deux confrères pour les saluer.

- A très bientôt dans ce cas, Shôran, Shojito, Daisuke.


Je n’avais aucune autre question. Rien qui ne figurait pas dans le formulaire. Au pire des cas, je les poserais une fois que nous allions nous retrouver à nouveau. Mais après tout ça, j'avais surtout envie de rentrer pour me changer les idées. J'avais beau voir tout cela comme une chance inouïe, ça restait difficile pour moi compte tenu de mon passé.



_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Sam 28 Oct 2017 - 16:01
Shojito n'écoutait qu'à moitié Daisuke après tout ses consignes étaient plus que clair elles étaient limpide même le plus idiot des idiots aurait pu les comprendre alors pour Shojito c'était simplement d'une logique implacable. Le Taicho était obligé de faire se léger rappel et il n'y avait pas grand chose à rajouter si ce n'est que la signature des contrats.

En parlant d'eux Daisuke les sortaient de son tiroir avant de le présenter sur le bureau et d'y mettre un stylo pour chacun, enfin le blond allait pouvoir retourner à son entrainement plutôt que de traîner ici à ne rien faire. Saisissant l'un des contrats pour le signé Shojito regardait ensuite le capitaine quitter la pièces avant de répondre à Shôran le sourire au lèvres. Il n'était surement pas aussi ravi que celui-ci de travaillé ensemble mais il avait comme d'habitude hâte de pouvoir en apprendre d'avantage sur ses camarades Kumojins et leurs capacité. Donc non, ce sourire n'était pas forcé pour cette fois. "Je suis ravis aussi, hâte de voir ce que vous valez tout les deux !" Finissait-il alors que Daisuke entrait de nouveau dans la pièces muni de brassard qu'il tendait ensuite à ses nouveaux membres en leurs donnant quelques explication supplémentaire. De nouveau des banalités qu'il aurait pu s'abstenir d'ajouter mais qu'il se devait tout de même de dire pour que tout soit clair. Tout comme ses camarades il saisissait le brassard le mettait en poches avant d'ajouter. "Merci Taicho, je ferais tout pour être digne de la confiance que Kumo m'octroie. Merci pour tout." Finissait-il en saluant celui-ci.

Il n'y avait plus rien à ajouter et les deux autres Kumojin avait déjà quitter la pièce, un léger rire se faisait entendre alors que lui aussi quittait la pièces sans un mot de plus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Renforcement [Shojito, Shôran & Hisao]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: