Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Cette fois-ci aussi c'est le hasard ? FT. A. Shizen


Mer 4 Oct 2017 - 14:56
La précédente rencontre avec l'Aburame libéra une charge emmagasinée sur les épaules du Yamanaka ; en quelque sorte il devenait de moins en moins anxieux et plus ouvert. Il n'était plus la seule victime — hormis son cercle familial — de la guerre civile d'Hi no Kuni au village : le blondinet pouvait désormais partager son douloureux passé. Shizen avait vraisemblablement remarqué la profonde blessure au plus fond de Washi vu qu'il reçut une missive de sa part ce matin. La lettre à l'allure prestigieuse devait être importante à cause du sceau à la cire rouge qui y figurait... « Qu'est-ce que c'est cette histoire encore ? » Pensa l'adolescent sur le moment — pas question de boycotter ou ne serait-ce ignorer les demandes d'un véritable camarade. Si l'amitié représentait une source de joies, la déception quant à elle était aussi présente. Une infinité de situations amènent une personne à écrire une requête ; le plus important est de choisir les mots justes.

La paume droite du blondinet se referma sur le papier à l'allure désuet. En une fraction de seconde le shinobi s'équipa de son blouson mi-saison grisâtre. La paume assurée du ninja referma lentement la porte de son domicile, un tour de clés et il était déjà parti : un rendez-vous au complexe scientifique. Cependant une interrogation surgit. « Ce bâtiment était jusqu'à la semaine dernière encore en construction. » Sept jours. En cent soixante-huit heures, l'édifice évolua de projet à concret. L'ensemble — trois étages en plus d'immenses serres — devait être le symbole du caractère « savant » de ce village. C'est pour cela que les précisions de l'Aburame étaient importantes aux yeux du Yamanaka. Ils devaient se rencontrer une seconde fois dans l'hôpital, au deuxième étage.

Inutile de préciser la marche hâtive de Washi — à la limite de la course. Il ne pouvait pas contenir totalement son enthousiasme au même point que son impatience : impossible. Face au bâtiment flambant neuf l'adolescent se précipita à l'intérieur.
« Bonjour, que puis-je pour vous jeune homme ? Face à la secrétaire le garçon sourit.
Bonjour ! Je dois me rendre au second étage de l'hôpital pour un rendez-vous. L'intonation calme et sereine se contredisait avec l'allure frénétique qu'il dégageait.
Prenez à droite puis suivez les indications sur les écri...
Merci ça sera suffisant ! Washi s'élança en direction des ascenseurs. Ce n'était qu'une fois en tête à tête contre la porte métallique que le shinobi capta l'indication colorée : la machine était utilisée. Put... Il souffla.

Une fraction de seconde suffit au Yamanaka pour rebondir. Il emprunta les escaliers en gravissant les marches quatre par quatre. Un coup d'épaule aux portes servit pour les ouvrir ; rapide et efficace. Arrivé dans un long couloir composé d'innombrables portes — sûrement des bureaux — Washi agrippa la missive froissée. Il la déplia en souriant. « Retrouve moi sous le panneau A9 ». Un vif coup d'oeil permit au blondinet d'analyser la situation dans laquelle il se trouvait. Il s'élança sur la porte sous la pancarte désignée par l'Aburame puis l'ouvrit calmement. Il s'introduit dans la pièce avant de la refermer.
Shizen ! Un rapide coup de tête d'haut en bas salua le camarade. Ça va ? Dès que j'ai vu la lettre je suis venu. Un petit souffle saccadé et rythmé venant du gamin était audible, il souffla un grand coup pour calmer sa respiration. Je suis là. Termina Washi en souriant.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Mer 4 Oct 2017 - 17:55
Tranquillement installé dans mon bureau « officiel », tasse à la main, la vue des serres derrières le complexe s'offrait à moi. Un moment tranquille comme j'aime les apprécier. Surtout qu'aujourd'hui, en dehors du calme, une autre chose vient de combler ma personne. La finalisation du fameux complexe scientifique. La nouvelle Ombre de la Foudre, Metaru Shuuhei a tenu toutes ses promesses. En plus d'assurer la rénovation de l'hôpital pour un bâtiment beaucoup plus grand et offrant encore plus de possibilités, le temps qui m'avait été communiqué fut respecté. Si le deuxième du nom souhaitait marquer très rapidement sa nouvelle responsabilité, c'est réussi. De nombreux villageois contemplaient cette structure, sans forcément y rentrer. En même temps, ce n'est pas un endroit où n'importe quel villageois peut y circuler librement. Les deux premiers étages sont totalement consacrés au cadre hospitalier. Si de nombreuses salles se trouvent au premier, c'est quelques bureaux qui se trouvent au deuxième. Dont le mien. Quant au troisième, il offre tout simplement du matériel pour satisfaire quelque personne dans leurs possibles recherches. Bien que j'occupe un espace au deuxième étage, ce n'est pas mon lieu de travail. Celui-ci me permet simplement de recevoir officiellement des Kumojins dans un cadre précis. C'est plutôt au sous-sol que j'ai à faire.

Et c'est justement la raison qui m'a poussé à convoquer le jeune Yamanaka en privé. Lors de nos retrouvailles, je m'étais porté garant pour qu'il soit à son aise au sein du village. Nous avions même commencé à travailler ensemble sur différents sujets. Grâce à ces activités, j'ai pu remarquer que Washi semblait beaucoup plus épanoui. Ceci est certainement dû à mon origine qui lui offre une certaine confiance, ou tout simplement le fait de se focaliser sur une tâche précise. Quoi qu'il en soit, pour que ce sentiment perdure, je me vois dans l'obligation de convier le blond à participer avec moi dans mon projet. Même si à l'époque, ce n'était pas concret, je lui avais tout de même fait une promesse. Aujourd'hui, je me dois de la respecter.

Alors que je sirote mon café en profitant toujours de la vue, un bruit de porte se fait entendre. Puis mon nom. Bonjour, Washi-kun. Un détail me dérange. Quand il y a une porte, ce n'est pas pour la négliger. J'aurais pu être en rendez-vous ... Dans une situation comme celle-ci, je me sens obligé de partager un problème. Enfin, passons. Comment vas-tu ? Tout semble ok pour lui. Nous pouvons commencer. Je me lève pour fermer la porte du bureau à clé. Ensuite, je pousse l'armoire pour laisser visible une nouvelle porte que j'ouvre. Suis-moi. Nous descendons donc une cage d'escalier qui amène directement au sous-sol. C'est un des nombreux accès qui mènent au sous-sol du complexe. Lors de notre discussion près de la Grande Bibliothèque, je te parlais d'un projet. Nous arrivons finalement devant une porte, que j'ouvre de nouveau. Celui-ci s'est achevé avec le support du conseil du village. La porte rend sur un très grand espace. De nombreux laboratoires et bureaux se présentent, avec un grand personnel. Certains travaillent déjà, tandis que d'autres terminent des installations mineures. Une place t'attend ici. Une énième gorgée de café, tandis que j'observe le blond pour jauger sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mer 4 Oct 2017 - 18:52
Le regard jade du Yamanaka se posa sur la silhouette de l'Aburame — plutôt exaspéré de l'attitude irrespectueuse de l'adolescent.
« J'étais... « Être pressé n'est pas une excuse. » Pensa-t-il vivement. Désolé, j'y veillerai la prochaine fois.
Enfin, passons. Comment vas-tu ? Pour cette fois Shizen ne retint pas la faute. Le mioche aurait pu passer un mauvais quart d'heure en sachant que son interlocuteur était à cheval sur le respect et ses règles.
Je ne peux pas mieux me porter. À la surprise du blond Shizen ferma la porte à clé puis poussa une armoire. « Que fait-il...? » Le regard de l'adolescent se plissa sur les escaliers qui se dévoilèrent au fur et à mesure que le meuble massif se déplaçait.
Suis-moi.
D'accord... Répondit-il quasi-silencieusement.

« Où veut-il en venir ? » Une multitude de questions assaillirent le jeune shinobi ; son coeur palpitait à l'instar des bruits de pas qui résonnaient dans la cage d'escaliers. « Un passage secret ? Un lieu caché ? » Il sourit car toutes les preuves amenaient à cette conclusion : « Un endroit inconnu du grand public. » Shizen parlait d'un accès au sous-sol du complexe. Que soi-disant ce qu'il disait à la Grande Bibliothèque n'était qu'un simple projet, désormais ce rêve était réalité... Un bon gros paquet d'informations. Une seconde porte se présenta au duo après plusieurs minutes de marche. Shizen l'ouvrit en souriant intérieurement.
Une place t'attend ici.
Qu...? La dernière demi-syllabe ne voulait pas sortir. C..C'est une blague ? Le Yamanaka ne remettait pas en cause l'offre de son congénère, mais plutôt la présence d'une telle pièce. Largement ébahi, l'adolescent observa l'Aburame. Sérieusement ? Lança le blond ; il n'en revenait pas du tout. Pour se faire à l'idée il balaya une seconde fois la zone à l'aide de son regard jade.

Un équipe de laboratoire au point de la technologie : une hotte permettant l'extraction des vapeurs toxiques, d'innombrables colonnes de distillation, autres appareils de mesures tels des spectrophotomères et calorimètres, de la verrerie en quantité quasi illimité... C'était sans fin.
C'est donc ce secret... que renferme le Complexe ? Malgré que Washi soit encore sous le choc d'une telle découverte il adressa un sourire ambitieux à son interlocuteur. Le Yamanaka se voyait déjà à la place d'un des membres du personnel entrain d'enchaîner de nombreuses expériences. C'est ici... que je... travaillerai ? Il soupira de plaisir et commençait à ne plus pouvoir tenir sur place. Du coup ça consiste en quoi ? Les questions s'enchaînèrent. T'es le boss de tout ce monde ou un simple employer ? mais encore Je commence quand à travailler ici ? puis Vous étudiez quoi ? L'enthousiasme était à son paroxysme. Dis-moi en plus ! Conclut Washi prêt à s'accaparer de, ne serait-ce, que la moindre information utile. Il espérait que ce n'était pas qu'une mauvaise blague de son camarade.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Mer 4 Oct 2017 - 19:43
Parfait. Il n'a pas mal pris ma petite remarque concernant son manque de respect. D'ailleurs, il s'excuse. C'est une bonne chose, je ne veux pas passer pour le grand méchant loup à ses yeux. Néanmoins, ce genre de détails ne m’échappe pas. Fidèle à ma personne, je me sens en permanence obligé de partager ce qui me dérange. Un cas de figure qui s'applique et qui s'appliquera encore pour Yamanaka Washi. Je suppose qu'avec le temps, il s'habituera. Sauf si ses faits et gestes ne me poussent pas à lui fairedes remarques. Ce qui est tout à fait possible. Je vois mal un garçon comme lui me forcer à le corriger. En revanche, l'effectif qui travaille au sous-sol aura le privilège de m'entendre. Désormais, nous avons d'importantes responsabilités. Et celles-ci attendent des résultats concrets qui satisferont la haute sphère Kumojine, ainsi que le peuple pour les verdicts publics. Autant dire que je serais à l’affût avec les nouvelles recrues. Ils auront l'impression d'être surveillé durant toute la journée. Un sentiment réel, car c'est ce que je ferais lorsque j'aurais du temps libre. Oui, du temps libre. J'ai beau avoir un nouveau poste, ce n'est pas ce qui va m'inciter à chômer. Au contraire. S'il y a bien une chose que je n'aime pas, c'est ne rien faire.

C'est surprenant n'est-ce pas ? Ça l'est. Qui pourrait penser qu'en dessous de l'hôpital se trouve un pseudo repaire avec de nombreuses personnes qui « travaillent dans l'ombre ». Ce sont des années et des années de boulot pour en arriver là. Enfin, encore fallait-il être crédible devant la haute sphère. Une nouvelle gorgée. Je savoure la réaction du blond qui semble impressionné. Alors forcément, je m'attends à une pluie d'interrogations. Voilà qu'elle tombe. Un secret ... Oui. Disons que les recherches les plus sensibles seront faites ici. C'est une source supplémentaire de savoir qui doit être protégée. Il enchaîne sans même me laisser le temps d'en caser une. C'est ici que tu travaillerais si tu acceptes. Bien que je ne me fais pas de soucis à ce niveau-là. C'est un institut. Disons que le terme de complexe scientifique ne me plaît pas trop. Il y a trois départements en tout, avec des bureaux qui répondent à différentes tâches. Tu trouveras ici différents profils. C'est très varié. Tu peux trouver des médecins qui vont travailler sur différents sujets, comme des experts du traitement d'informations. Et ce n'est que deux exemples.Tu auras le droit à des documents qui te fourniront une meilleure explication. Nous avançons afin que je récupère de la paperasse. Je ne suis pas le « boss ». Il y a un conseil, néanmoins, je suis celui qui assure la communication entre l'institut et la haute sphère. Disons qu'au moindre problème, je suis tenu pour responsable. Ce qui me place aux yeux de nombreux membres : directeur. Tiens. Je lui donne le document. Qu'est-ce qui t’intéresses ? Tu commences dès que tu sais où tu veux être. Si en temps normal je m'occupe de répartir l'effectif, aujourd'hui il a l'occasion de se placer lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Jeu 5 Oct 2017 - 18:29
« Très surprenant même... Si le faciès de l'adolescent démontrait gaieté et étonnement, son subconscient le tira vers le fond « Des années et des années dit-il ? » Lors d'une demi-seconde un sentiment de doute s'installa. « Crédible devant la haute-sphère ? Serait-ce le Nidaime qui a accéléré le processus ? » Le blondinet n'avait pas oublié les hypothèses — certainement pas.
C'est une source supplémentaire de savoir qui doit être protégée. Le regard du jeune se plissa à l'entente de cette phrase.
Doit être protégée... « Shizen aussi serait un participant de ce funèbre événement ? » Le Yamanaka plongé dans l'obscurité ne possédait pas assez d'informations ; il devait s'éclairer.
Qu'est-ce qui t’intéresses ?
J'ai le choix ? L'adolescent s'accapara du document ainsi que de son contenu. Zaikūgai...Murmura-t-il en dévisageant les lignes inscrites sur le papier. Il relâcha la feuille du regard puis observa droit dans les yeux son interlocuteur. Le Bureau du Traitement de l'Information. Très simple : Je souhaite intégrer ce Bureau. Non surprenant pour un profil de ce genre. Washi adressa un énième sourire pour prouver sa satisfaction. Cependant le sourire s'amplifia en léger soupire ; il plissa son regard puis mouva plusieurs fois sa tête d'haut en bas.

La défaite reste coûteuse, n'est-ce pas ? De quoi parlait-il ? Le blond bifurqua brutalement de sujet. La destitution du Shodaime... Je n'y crois tout simplement pas. Une tête désolée se présenta au regard de Shizen : une simple paranoïa. « Il a été prouvé que Nara Seijiro a truqué les résultats des précédentes élections. » À l'instar de ce jour, Washi répéta mot pour mot la phrase prononcée par le Nidaime. Non seulement les événements de Shitō puis ça ? Quelque chose incitait le Yamanaka à se méfier de ce nouveau conseil. T'as vu comme les gens ont l'air heureux ? On dirait des bêtes traquées. Faut les voir lorsqu'ils, blêmes et apathiques, s'impatientaient devant l'Assemblée entrain d'écouter un zombie qui leur parle d'un bonheur qu'ils ne connaissent plus. Tu vois cette merde et cette masse de gens informes parqués dans ce village ? Ils ignorent tellement tout qu'ils pensent se situer à un centimètre du bonheur, bonheur qui restera pourtant inaccessible. L'adolescent recula de quelques pas pour s'écarter de l'Aburame. Était-il devenu fou ou tout simplement réaliste ? Figure favorite élut avec cinquante-cinq pour cents des votes. De nombreux Kumojins s'étaient relayés pour surveiller ces urnes... Si le scrutin semblait se dérouler sans le moindre problème ces résultats rassurèrent tout le monde... Pourquoi ?

Si le cas de Washi — âgé de dix-sept ans il ne pouvait pas voter — était similaire aux jeunes pousses, ses parents possédèrent cette chance de pouvoir exprimer leurs opinions.
J'veux des réponses Shizen... Ce village cache trop de choses : cet endroit en est le parfait exemple. Déterminé dans son hypothèse, le Yamanaka observa droit dans les yeux son interlocuteur. Méfiance, psychose, acte réfléchi ou réflexion poussée ? Très bonne question.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Jeu 5 Oct 2017 - 20:20
Tu l'as. Disons que c'est un cadeau de bienvenue. M'ouais. Ce n'est pas le bon terme, finalement. Ce n'est pas réellement un cadeau. Concernant les personnes qui travaillent ici, ce sont des mois et des mois d'observations pour savoir dans quelle branche les placer. Sachant que je sympathise avec le Yamanaka depuis peu, je ne peux pas être certain de son domaine de prédilection. Je lui laisse tout simplement choisir la branche qui peut l'intéresser. Même s'il ne connait rien, il pourra toujours être formé par les personnes compétentes de l'institut. De toute manière, on ne peut pas exceller sur différentes tâches. Sauf si on prend le temps nécessaire pour avoir une base solide et approfondir ses compétences. Je laisse Washi prendre le temps d'observer les documents qui expliquent brièvement la structure de l'institut, ainsi que le fonctionnement global. Voilà qu'il fait son choix : le Bureau du Traitement de l'Information. Ce n'est pas surprenant. Si je devais miser sur un bureau pour ce jeune homme, c'est bien celui-ci que j'aurais choisi. Si tu es sûr de ton choix, parfait. Tu seras donc sous la supervision de Suzuri Aijirô. C'est un brave type, tu vas te plaire avec lui. Normalement, le blond ne devrait pas avoir de problèmes pour trouver ses aises dans ce bureau. Je mets même ma main à couper qu'il s'illustrera tout en attirant l’intérêt du conseil. Ah, aussi. Dans cette branche, tu seras souvent amené à coopérer avec la police sur quelques missions. Une dernière gorgée. Va m'en falloir un nouveau. Mais tu ne répondras qu'aux ordres du chef. L'ivrogne Kizuato Daisuke. On ne sait jamais si des membres malintentionnés de son effectif voudraient profiter de notre service. Mais je ne me fais pas de soucis pour ça. Même si ce cas arrive - ce qui serait surprenant - le Yamanaka ne devrait pas avoir de soucis à comprendre la magouille.

Nous avançons dans les bâtiments de l'institut afin que je lui montre son futur lieu de travail. Pendant que nous marchons, Washi adopte un comportement bizarre. Tu parles de Shitô ? S'il y a bien une défaite écrasante, c'est Shitô. Lors de sa seconde phrase qui fait référence à Nara Seijiro, je décide de m'arrêter. Je ne sais pas à quoi il pense, mais il va falloir tirer cette histoire au clair. Qu'est-ce que je dois comprendre ? Tu n'es quand même pas en train de penser que c'est un complot de notre village ? C'est possible qu'il pense ce scénario étant donné que Seijiro est originaire du Pays du Feu. Le blond vide alors son sac et souhaite de nombreuses réponses. Des réponses que je n'ai pas forcément, bien que je vais tenter de le satisfaire un maximum. Un zombie ... ? Le deuxième du nom est un homme respectable, malgré quelques antécédents qui lui font tâches. Les mêmes histoires qui font la réputation de Kizuato Daisuke. Après un événement comme celui-ci de Shitô, ne faut-il pas une personne pour continuer de croire au bonheur ? Je suis certain que le Raikage fera tout pour tenir sa promesse. Mais dans son discours, il ne pouvait que donner de l'espoir. Ce même espoir que nous n'avons pas eu à Hi, Washi. Qui sait ce que nous serions devenu là-bas avec de l'espoir ... ? Ça m'attriste de voir Washi penser de cette façon. L'enquête sur Nara Seijiro n'est pas du vent. Tu dois penser que depuis l'attaque à Shitô par le fameux Nara, le village fait tout pour écarter ce clan ? C'est impossible. Après-tout, en plus de salir sa réputation, le village perdrait un atout considérable.

Je pose ma main sur la chevelure du blond. Kumo a ses secrets. Comme ce fameux recueil sur les clans de notre monde qui est maintenant connu dans le reste du monde. Crois-moi, il y a plus important à faire que de se soucier des problèmes internes. Le véritable danger se trouve à l'extérieur. Et pour l'information, je ne suis pas plus informé que toi. Nous reprenons notre route vers la section du Bureau du Traitement de l'Information. Tu dois arrêter de croire qu'à cause de notre origine, nous serons pris pour cible. Et même si cela arrive, crois-tu que je laisserais cela impuni ? Moi, ainsi que d'autres personnes. Je lui indique la porte de son supérieur. Enfin bref. Tu as du boulot, vas donc récupérer les ordres de ton supérieur. Je mime le fait de toquer à la porte et m’en va en lui adressant un sourire. Je ne sais pas si j'ai répondu à ses questions, mais je pense avoir répondu au plus important.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Jeu 5 Oct 2017 - 21:14
« Tu seras donc sous la supervision de Suzuri Aijirō.
Bien. Le directeur du Bureau était donc un membre du fameux clan Suzuri : l'illustre famille qui tire les ficelles. « Gérant de la Grande Bibliothèque puis une place de choix dans l'Institut... Sûrement une de plus au conseil. Décidément ce clan possède de l'influence. » Pensa l'adolescent.
Mais tu ne répondras qu'aux ordres du chef. Une seconde précision extrêmement importante.
Évidemment. Si la collaboration est un atout des plus précieux il ne faut pas confondre les échelles hiérarchiques des deux groupes ; basique. Puis vint la tempête, les plus profondes pensées du Yamanaka ressortirent en une remise en question du village et doutèrent même de la légitimité du Conseil.

Tu n'es quand même pas en train de penser que c'est un complot de notre village ?
C'est possible. Le blond dit ça d'une façon cash, presque naturelle. Très rapidement la discussion tourna autour du Nidaime ; C'est votre marionnette... Murmura-t-il lors des réponses de l'Aburame.
Je suis certain que le Raikage fera tout pour tenir sa promesse.
Il a intérêt tu veux dire ? Les deux shinobis — ou plutôt Washi — connaissait la suite des événements si cette seconde Ombre échouait : se faire remplacer au profit d'un autre.
Tu dois penser que depuis l'attaque à Shitô par le fameux Nara, le village fait tout pour écarter ce clan ?
Juste les personnes dérangeantes. La totalité du clan ? Ce serait contre-productif. Déterminé sur sa vision obsidienne le jeune shinobi persévérait sur sa version. Lorsque certains peuvent ressentir de la folie à l'intérieur de ce jeune corps d'autres ressentiraient une demande d'aide : la jeune pousse était visiblement perdue et avait impérativement besoin d'une réponse, elle devait être reconduite sur le bon chemin.

La position défensive de Shizen amplifia la détermination de l'adolescent.
Crois-moi, il y a plus important à faire que de se soucier des problèmes internes.
Tu penses ? Le Yamanaka ne partageait pas la même longueur d'onde. S'il n'y a qu'une et une seule règle maintes fois répétée — transmission du savoir des aînés aux jeunes — c'était qu'il fallait impérieusement se méfier des affaires internes. Si un village — au même titre qu'un conseil impérial ou d'une simple amitié — pouvait être détruit de l'extérieur, la solution de l'implosion était également possible et très probable. Le duo reprit route et passa outre les hypothèses paranoïaques du jeune blond ; sûrement une mauvaise, très mauvaise période.
Tu as du boulot, vas donc récupérer les ordres de ton supérieur. Face à la porte le Yamanaka observait son confrère Aburame repartir en direction de ses quartiers. Alors qu'il mimait l'action de toquer à une porte, Washi plaqua sa paume droite au niveau de son coeur. Il observa ensuite sa paume : il voyait déjà le fluide sanguin se répandre dans le creux de sa paume, une énième lame destinée à son coeur venait de transpercer son dos. Comme demandé par Shizen le blondinet — avec une tête dépitée — toqua à la porte.
Entrez. C'est sur ce dernier mot que le jeune shinobi lâcha du regard la silhouette de son confrère ; il entra dans le bureau en prenant soin de refermer la porte derrière lui.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Cette fois-ci aussi c'est le hasard ? FT. A. Shizen

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Complexe scientifique
Sauter vers: