Derniers sujets
Partagez | 

Le travail c'est la santé... [PV : Aami Shôran]


Jeu 5 Oct 2017 - 14:20

Ne rien faire c'est la conserver ? Rho ! Il faut bien se remettrez au travail, se remettre en selle et pour ma part c'est parti d'un travail basique, mais intéressant. Le métal noir est si particulier, qu'il demande des soins qui le sont tout autant. Si j'aime mon travail, il est d'autant plus sympathique de varier les plaisirs, d'ailleurs j'ai longuement étudié le travail du métal permettant d'altérer sa teinte pendant ma mise au repos pour soins.

J'ai donc bichonné cette lame comme un bijou, m'en occupant presque avec amour et m'assurant qu'elle soit rendue par la suite dans un état impeccable, rutilante et prête à servir son maître encore et encore. Bon évidement cela n'empêchera pas le besoin d'un entretient régulier, mais je pense pouvoir dire qu'elle est comme neuve, peut-être même mieux tiens ! Oui j'ose ! Dans que c'est qu'entre moi et moi, peut-être moi-même je peux ! Puisque jamais je n'oserai parler en de tel terme, il ne me reste que mon fort intérieur pour ce genre de chose... Ah...

En tout cas, elle est prête.

"Himeka, ton frère est en mission, tu vas livrer cette arme à son propriétaire."
"Je..."
"Oh ! J'ai vu que tu portais beaucoup ce kimono chatoyant, je suis si fière de toi ! Moi qui ai eu peur que tu continues de te cacher derrière des vêtements épais, moche et des gros tas de laine à cols roulés comme plus jeune... Surtout qu'avec tes formes actuelles..."
"C'est..."
"Du coup, je t'en ai pris d'autres pour varier les plaisirs ! J'ai même quelques accessoires et un nouveau produit pour les lèvres."
"Mais..."
"Ma fille, qui met enfin des vêtements présentables, mieux adoraaaable ! Tu seras si belle dedans. N'est-ce pas ma chérie ?!"
"Me... Me... Merci..."
"J'ai hâte !"

Pour ma mère, je ne suis parfois rien de plus qu'une poupée de porcelaine, un jouet à habiller, coiffer et maquiller à ses envies. Je n'ai pas envie de casser son entrain, mais elle se rend compte qu'elle m'envoie jouer les coursiers dans une tenue de noble ? J'aurais dû être là-dedans pour aller voir le Raikage plutôt.

"Tu es belle comme un cœur !"

On dirait presque une tenue de mariage... Maman quand même ! Si papa me voyait ainsi il piquerait une crise... Elle a bien choisi son jour en sachant pertinemment qu'il ne serait pas présent pour râler. Je me regarde dans un miroir, c'est encore pire que ce que je l'imaginais. Je ressemble vraiment à une poupée de porcelaine ! Je vais avoir l'air de quoi quand il va me voir débarquer chez lui comme ça ? Plus à une prétendante, une bourgeoise ou une geisha à la limite qu'une petite artisane. Enfin petite avec ma taille approchant des deux mètres et mes formes voluptueuses c'est vite dit. Bon, vu que je ne dirais jamais non à ma mère, la question est réglée. C'est sous son regard ébloui et fière, remettant en place une des fleurs dans mes cheveux que je me dirige vers la résidence que l'on m'indique.

À cause du poids de la tenue et et sa longueur, je suis obligé de prendre une posture un peu plus rigide et de faire des mouvements lents, ça me donne un faux air de grâce qui ne me correspond pas forcement. Une fois devant le bon endroit, enfin je l'espère. J'inspire fort, fais savoir d'une manière où d'une autre que je suis présente et quand la porte s'ouvre tend l'arme, entouré d'un drap en satin et fermé par une cordelette avec un noeud inutilement complique, mais jolie.

"Aa... Aami-San ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174

Jeu 5 Oct 2017 - 21:44
Les missions ne s'affolent pas, au contraire, elles se font rares en ces temps là. Pourtant, il y a tellement de choses à faire : notamment vaincre ce fichu Soshikidan. Je n'arrive toujours pas à comprendre comment ce groupuscule a réussi à prendre Hi no Kuni. J'ai beau y réfléchir, mais j'ai l'impression qu'ils ne font pas forcément le bien comme ils le prétendent. Enfin, la réflexion n'est pas une chose où j'excelle le plus, mais il faut des réponses à ses questions. Les hautes sphères kumojine vont s'en occuper, j'en suis persuadé.

Allongé sur un banc dans un des parcs du village caché des Nuages, j'attends que le temps passe. Mes pensées s'en vont, réfléchissant à l'équipe que j'ai à diriger ainsi qu'à mon entrée maintenant officielle au Kumo Keimu Butai. C'est ce que j'ai toujours voulu, mais j'ai cette phobie de ne pas être à la hauteur. La journée passe sans que je m'en rende réellement compte, je décide de rentrer à la demeure familiale. Aujourd'hui, un Metaru doit passer me voir afin de me rendre l'épée que je leur ai passé.

Depuis que je l'ai, je n'ai jamais fait attention à celle-ci. Elle a décidément besoin d'une peau neuve, ainsi je l'ai envoyé aux Metaru afin qu'ils me la rendent impeccable. Je n'attend pas longtemps puisque la sonnette se met à retentir dans la maison. Je m'y dirige, ouvrant la porte et découvrant une magnifique femme qui me tend mon arme, entouré d'un drap en satin. Je souris, même si mes joues se sont teintés de rose. Elle est ravissante, il n'y a pas dire. Sa voix est douce, mais peu audible, je tends l'oreille pour entendre ce qu'elle a à me dire.

« Oui, c'est bien moi. Vous pouvez m'appeler Shôran, ce sera plus pratique. », je réponds d'une voix calme et légèrement timide à mon tour, prenant l'épée qu'elle me tend. Le drap en satin est vraiment doux. « Je ne savais pas que les personnes qui livrent les armes étaient ainsi vêtues... ». Mes yeux la regardent de haut en bas, s'arrêtant un court instant sur sa poitrine assez volumineuse. Je reviens à son regard plus perçant qu'autre chose.

« Vous voulez un thé ? Un café ? », je propose, gardant cette teinte rosée sur mes joues.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Ven 6 Oct 2017 - 22:35
Je suis donc devant un inconnu dans une tenue beaucoup trop sophistiquée au vu du travail effectué. Enfin soit, j'imagine que je ne peux plus rien y faire maintenant qu'on en est là. D'ailleurs, ça commence bien, il me propose de l'appeler Shôran ? Son prénom, sérieusement ? Nous ne sommes pas si proches, pire sans suffixe et dé la première fois ça ne serait pas juste familier, cela aurait des connotations que je refuse d'imaginer. Bref, il n'en est pas question et j'espère qu'il ne compte pas faire de même si... En même temps c'est peu probable puisqu'il ne connaît pas mon identité. Plus pratique ? La politesse n'est pas faite pour être pratique, mais... A d'autre tenant et aboutissant que je ne comprends pas toujours, mais qui sont nécessaires.

"Dé dé désolé... Je ne... ne...ne peux pas... Me per...permettre d'être si... Familliaire."

Forcement avec la tenue que je porte, le bégaiement et la voix trop délicate ne conviennent pas trop. On s'attendrait plus à une voix claire, calme et posée avec un timbre plein de maturité et de confiance en soit. Raté. Il parle de la tenue, il n'a pas tort, c'est vraiment une tenue trop habillée et riche pour ce genre de tache.

"C'est... C'est... Un cas particulier... Lu... lubie de ma chère mère."

Je ne peux pas dire que c'est un cas spécial sans rien derrière, ça serait la porte à des quiproquos particulièrement embarrassants ! On entre dans un concours des joues les plus foncés, que je gagne rapidement puisqu'il va simplement au rose là où je suis plus empourpré. Je ne sais pas trop quoi dire où faire, alors sa proposition d'un rafraichissement, enfin d'une boisson chaude est la bienvenue.

"Un... une thé S'il vous plaît..."

J'imagine que cela veut dire que je vais rentrer chez un inconnu, difficile de penser qu'il me proposerait de le boire debout, surtout avec ce que je porte je me tacherai certainement. Enfin, je ne saurais le dire il ya autant de manières de penser qu'il ya de personne dans le monde, même si certaines choses sont plus facilement commune à certaines catégories de gens. D'ailleurs, je me pose une question et dans ce genre de cas le meilleurs moyen d'avoir une réponse et bien... C'est de demander.

"C'est... C'est... C'est une belle lame... Avec un grand vécu... Est-ce qu'elle... elle a une histoire ? Si... Si... Si ce n'est pas trop... Indiscret."

Peut-être a-t-il sauvé la veuve et l'orphelin, vaincu de grand adversaire avec ? Lui ou des prédécesseurs ? Chaque arme à sa vie, même un simple objet à du vécu quoi qu'il arrive et ce genre d'histoire est toujours captivante... Enfin pour peu qu'on accepte de le révéler, c'est tellement indiscret de ma part, je me surprends à oser demander ce genre de chose à un parfait inconnu. Enfin depuis que je suis sortie de l'hôpital, je me surprends tous les jours à faire des petites folies journalières.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174

Lun 9 Oct 2017 - 11:02
Sa timidité me fait sourire et rougir à la fois, il faut dire que je suis moi-même embarrassé face aux femmes. Je n'ai jamais su comment me comporter face à elles, à part en combat. A Shitô, je me fichai pas mal que mes adversaires soient des femmes. Non, je les avais combattu comme si elles étaient des hommes. Des ninjas. Je lui propose de m'appeler par son prénom, elle n'ose pas et ne peut pas se permettre d'être familière avec moi. Je peux comprendre, mais je suis sûr qu'elle n'est pas plus âgée que moi. Puis, je fais une remarque sur son accoutrement, sa réponse ne se fait pas attendre : c'est une lubie de sa mère. Doucement, j'hoche la tête pour dire que j'ai bien compris.

Je ne suis pas insensible à son charme, loin de là, mais j'arrive à combattre cette timidité pour l'inviter à rentrer dans ma demeure familiale et lui proposer un café ou un thé. Un thé, c'est ce qu'elle veut. Je l'invite à rentrer, me poussant légèrement de l'entrée de la porte. Derrière elle, je referme puis je l'indique où se trouve le salon. Elle me questionne par rapport à mon épée.

« Euh. Elle a été conçu à Tetsu no Kuni, lors de mon trajet de Hi no Kuni jusqu'ici. J'ai toujours rêvé d'avoir une épée, je me suis spécialisé là-dedans et c'est comme si la créatrice de cette lame y avait enfermé une partie de mon âme. Depuis ce jour, je ne me sépare que très peu d'elle, elle fait parti de moi, de mes victoires et mes défaites. C'est d'ailleurs avec cette épée que j'ai réussi à passer Chuunin lors de l'examen de Shitô. », d'un coup, mon regard s'assombrit.

Shitô... Je n'ai pas été performant pour aider au mieux les victimes. Je pense à Kahei, son état qui me rend confus. Je ne sais plus vraiment quoi en penser.

« Oh, je ne sais pas votre nom, d'ailleurs ? », je finis par lui demander puisqu'elle ne me l'a toujours pas dit et puis également pour changer rapidement de sujet. Je commence à partir dans la cuisine pour chercher le fameux thé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 9 Oct 2017 - 14:55
Ainsi j'entre, on m'offre le thé et même une histoire. Décidément j'ai de la chance, est-ce que c'est grâce à mon corps ? Non, je ne pense pas, j'ai cette impression profonde que même la plus laide des femmes pourrait avoir le droit à son hospitalité... En fait j'en suis même la preuve vivante, car, si je suis belle extérieurement, qu'en est-il au fond de moi ? Je ne saurais le dire, est-ce que je le fais que je m'interroge est un pas en avant ou en arrière ?

Je l'écoute donc, il y a des rêves singuliers, une arme peu elle être si importe en tant que tel pour une personne qui n'est pas... Parfois, on m’a dit que le katana renferme l'âme du samouraï qui la manie... Mais étrangement quand il m'a parlé de mettre une partie de soi dans sa création j'ai eu une pensée terriblement simple.

"Cela a dû faire mal... "

Est-ce que ça fait mal de perdre une partie de soi ainsi ? Finalement une fois encore j'ai parlé avant de réfléchir, ça me rappelle ma rencontre avec un certain homme l'autre jour. Mais il a raison, une simple coursière n'a pas à se présenter, une invitée si.

"Metaru Himeka."

Je zozote moins, je commence à m'habituer à être en sa présence. Cela ne veut pas dire que je serais familière en un instant, mais au moins je commence à devenir un peu plus intelligible. Maintenant qu'il en a parlé, un chûnin, je lui dois encore plus de respect c'est un supérieur. Mais aussi une question idiote me vient à l'esprit.

"Je... Je me demande... A quoi... ressemble une âme..."

C'était une image quand il en avait parlé, mais puisqu'il y a des nécromants, de personnes aptes à cracher des boules de feux, à plier le métal ou invoquer des animaux extraordinaires... Est-ce que ça serait si difficile de croire qu'une âme puisse avoir une apparence propre et se matérialiser ? Je le remercie d'un geste poli quand il m'offre un thé et viens discrètement y mettre au moins le double de sucre qu'une personne "normale" mettrait. On ne se refait pas n'est-ce pas ? C'est bon le sucre, mais c'est avec ce genre de chose que je suis plus que rondelette aussi. D'ailleurs à bien regarder, à bien y réfléchir, après il répondra ou non.

"Pourquoi noire ?"

Dit sans le moindre bégaiement, d'une voix claire et intelligible... Douce aussi. Oui ça arrive parfois que j'ai ce genre de voix.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174

Mar 10 Oct 2017 - 1:07
Elle dit quelque chose, mais ce n'est pas très audible. Est-ce important ? Dois-je le relever ? Au final, elle enchaîne en m'indiquant son nom : Metaru Himeka. Un bien joli nom pour une jolie fille. Sa voix se fait plus présente, j'arrive à bien l'entendre sans avoir besoin de tendre l'oreille. Alors que je m'en vais chercher son thé, je l'entends se demander ce à quoi ressemble une âme. Alors que je reviens avec mon thé que je lui sers, je me permets de lui répondre.

« Je ne sais pas... à vrai dire, je n'ai jamais vu d'âme se matérialiser... »

C'est vrai que je me pose désormais la question. Est-il possible d'une telle chose ? Après tout, je peux réanimer des cadavres... Je ne doute pas qu'une personne peut matérialiser son âme. Alors que je suis dans mes pensées, j'aperçois le nombre énorme de sucre qu'elle met dans son thé. Contrairement à moi qui n'en met qu'une très petite quantité, je bois une gorgée de ma boisson chaude.

Alors que je m'installe face à elle, la Metaru me demande pourquoi la lame de mon épée est noire. Cette fois-ci, sa voix est bien plus posée que tout à l'heure et bien plus claire. Je me mets à réfléchir, buvant de mon thé avant de lui répondre.

« Je ne sais pas... Au moment où j'ai transvasé mon âme dans l'épée, elle est devenue noire... Je n'en ai jamais tiré de conclusions, je ne sais même pas ce que cela voudrait dire. Mais voilà. »

Est-ce parce que je suis nécromant ? Utiliser cette capacités spéciale agrandit une certaine noirceur et folie en moi, je le sais, je l'ai vu sur bien d'autres nécromanciens. Cette partie s'est-elle enfermée dans ma lame ? Une question dont je n'ai clairement pas la réponse.

« Et toi... vous, excusez-moi, vous êtes une shinobi ? Ou bien, vous ne vous occupez pas de tout cela ? »

C'est vrai que dans cette tenue, elle n'a pas l'air du tout d'être une kunoichi. Puis, je ne connais pas beaucoup de shinobis faisant des courses.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 12 Oct 2017 - 11:57
Il n'a jamais vu d'âme se matérialiser. Dans un sens normal, dans un autre zut ! J'étais déjà légèrement curieuse. Enfin soit, c'est normal dans un sens, enfin je crois ? Bref, ce n'est pas grave.

"Peut-être plus tard..."

Dans un monde comme le nôtre, tout est possible, d'ailleurs dans le tout son explication sur le noir de sa lame me rend perplexe. Juste comme ça et... "Au moment où j'ai transvasé mon âme dans l'épée" ?! J'ai haussé un sourcil tellement haut qu'il aurait pu se décrocher de ma tête tellement j'ai était prise de court. Il ne peut pas voir d'âme, mais il sait qu'il a mis celle-ci dans son arme... C'est une image ou au sens propre cette fois-ci ? Le temps de réfléchir, il me pose une autre question, en tout cas moi j'observe l'épée avec un air à la fois concentré et interrogateur. Qu'est-ce qu'ils ont fait sérieusement ?!

Enfin soit, il me demande si je suis shinobi, c'est vrai que la question peut se poser vu que je joue la coursière, le tout dans une tenue improbable. Un petit rire plus tard je luis fais un sourire un peu plus franc.

"Oui..."

Puis comme pour justifier de ma condition, je fais des mudra et fait apparaitre un clone de métal... C'est moi mais... chromé. Un peu comme si on m'avait moulé et qu'on avait mis que du métal dedans c'est bizarre et pas très discret. Mais il a d'autres avantages qui compensent le fait de ne pas pouvoir me fondre parmi eux pour qu'ils prennent les coups à ma place quand j'en invoque plusieurs. D'ailleurs, le clone lui est plus extraverti, il fait un grand coucou de la main à Shôran avec un grand sourire... Il est tellement conscient de ne pas être moi qu'il en arrive à agir différemment, les joies de la psychologie je suis sûr que je pourrais tenir occupées des séances entières avec un spécialiste sur le sujet.

"Désolé... Je n'aurais pas du déployer une technique sous ton toit... C'est invasif."

Et aussi il aurait pu croire à une attaque, le problème du shinobi, c'est qu'il est paranoïaque, le second c'est qu'il a toutes les raisons de l'être... Bref, je fais partir le clone, qui met plus de temps qu'un clone classique à disparaitre. Enfin c'est surtout que je manque de concentration, cette lame m'intrigue et puis voilà.

"Merci pour le thé... Si vous souhaitez d'autres choses, n'hésitez pas a... À repasser nous voir ?"

Et si vous souhaitez que je ne parte pas tout de suite à me le dire... Himeka sale cruche ! Il va croire que tu es pressée ou que tu n'aime pas sa compagnie, quel boulet !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174

Jeu 12 Oct 2017 - 16:06
J'imagine mon âme comme si l'on voit un esprit, c'est surnaturel. Je ne sais pas si une telle chose a une explications, mais ce n'est pas du tout rationnel. Non, loin de là, mais nous vivons dans un monde qui ne l'est clairement pas. C'est vrai, ce n'est pas très rationnel d'invoquer les morts, les esprits, le métal, les affinités. Enfin, je n'arrive pas à comprendre, je n'en ai pas forcément l'envie également. Elle me répond être également une shinobi, elle doit être une genin car je ne l'ai pas vu dans les shinobis de moyenne-classe encore. Il faut dire que j'ai essaye de mémoriser la plupart, je pense que j'aurai reconnu une telle personne que Himeka.

Puis, alors que je ne m'y attend pas et comme pour me montrer la réalité de ses propos, elle entreprend une série de signes incantatoires afin de créer un clone de métal. Je reste sur mes gardes et bouche bée, il est rare de voir des aspirants ninja pouvoir créer un clone élémentaire. Mais, je ne doute pas que c'est une technique apprise à la majorité des Metaru. Les yeux rivés sur le clone, ce-dernier me salue et semble bien plus à l'aise que l'originale. Pour le coup, je ne sais comment réagir puisqu'il s'agit d'un clone et je laisse afficher un petit sourire sur mes lèvres. La manipulatrice de métal demande à être pardonnée d'avoir utiliser une technique dans ma demeure.

« Non, ne vous excusez pas ! C'est une technique intéressant que vous me montrez là, pour ma part, je ne sais créer que des clones d'ombres ! »

Les fameux Kage Bunshin. Pas sûr qu'en un contre un, le Kage Bunshin fasse le poids face au clone de métal d'Himeka. D'ailleurs, celui-ci disparaît lentement et Himeka veut prendre congé. Surpris par cette décision, je m'adresse rapidement à elle.

« Déjà ? Je suppose que vous avez d'autres devoirs à faire au sein de votre clan... J'aurai aimé discuter plus longuement avec vous ! »

Sur ce coup là, je ne mens pas. J'ai cette envie d'en apprendre plus sur la genin, elle semble en plus s'accommoder à ma présence.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Mer 25 Oct 2017 - 9:29
Je l'ai tutoyée, il me vouvoie toujours, j'imagine que c'était un peu... Trop tôt à défaut d'autre terme. Précipité ? Enfin soit, que des clones d'ombres ? En même temps c'est déjà une technique puissante et difficile et tout le monde n'a pas de capacité particulière... Enfin dans le sens d'avoir une affinité singulière, je ne dis pas qu'il n'a rien de spécial ! En même temps et heureusement, je me suis contenté de penser cela et de ne pas le dire tel qu'elle... Cela aurait pu être problématique. Un simple :

"Merci..."

C'est alors que je fais mon petit faux pas, il m'indique vouloir échanger plus longuement ceux que j'aimerai aussi d'ailleurs malgré mon impair. C'est même plus que tentant... Après tout rien ne m'interdit de rester et je suis même persuadé que père me dirais qu'avec tout le travail que j'abats chaque jour en plus de mes devoirs de Shinobi, papoter quelques minutes ne me ferait pas de mal.

"D'a... D'accord..."

Par contre trouver un sujet de conversation va être certainement plus dure que de vouloir converser en fait. Je ne parle étrangement que bien peu avec des personnes de mon âge si on exclut au sein du clan. Donc je ne sais pas trop quoi évoquer... Le temps et les évènements ça serait un peu... Étrange. Vouloir parler c'est bien, mais pour dire quoi... Je n'y avais pas réfléchi, en même temps je ne m'y attendais pas. Est-ce que les personnes plus normales réfléchissent vraiment à leurs sujets de conversations ? Peut-être que c'est improvisé sur le moment suivant ceux qui les entourent et des liens particuliers... Le problème, c'est que je viens de le rencontrer donc, les liens particuliers je pense qu'on peut oublier. Il doit y avoir autre chose...

Ce fut le moment un peu gênant ou j'ai laissé un blanc s'installer de mon côté, car, prise un peu de court je n'ai pas grand-chose à dire j'avoue. C'est au-delà de la timidité, c'est un manque de profondeur, mais surtout d'expérience. J'essaye plusieurs fois de parler, mais je n'ai tellement pas d'idée que rien ne sors... Une fois la politesse de base passé je suis en dehors de tout dommaine ou terrain connu.

"Dé... Dé... Désolé... Cela ne... ne....ne doit pas être drole d'être... Avec quelqu'un de... De si passif..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174

Mer 25 Oct 2017 - 13:20
Le Kage Bunshin a été la première technique de shinobi que j'ai réussi à maîtriser, sans penser à la capacité spéciale que je maîtrise. Je n'ai jamais été à l'aise pour créer des techniques plutôt intéressante et je me contente de copier ce que les gens savent faire. Je m'approprie leurs technique et je les personnalise à mon goût. Ainsi, c'est comme ça que je fonctionne. Je bois doucement le thé que je me suis servi, il est encore un petit peu chaud mais je peux le boire comme ça. Je me mets à réfléchir, elle doit avoir un sacré niveau déjà pour pouvoir créer ce genre de clone d'affinité. En effet, ce n'est pas si aisé de créer ce genre de techniques et moi-même j'a mis beaucoup de temps à maîtriser le clone d'ombre.

Elle doit partir, j'aurai aimé discuter un peu plus de temps avec elle et je le lui fais savoir malgré tout. Après tout, je n'ai rien à faire de mon côté pour le restant de ma journée et cela doit être différent pour elle. Peut-être doit-elle livrer d'autres colis à d'autres personnes ? Au final, la Metaru se décide à rester un peu plus de temps avec moi et elle montre une certaine envie d'apprendre à me connaître. Pourtant... un long silence s'installe alors que nous nous regardons. Il est vrai que ce n'est pas une chose à laquelle je m'attendais, cependant Himeka est quelqu'un de timide... Difficile d'engager une conversation avec ce genre de personnes, mais c'est à moi de briser ce silence.

« Je mentirai si je disais que je ne suis pas perturbé par votre présence. A vrai dire, vous m'intriguez. »

Au moins, c'est dit. Sa présence me donne quelques papillons dans le ventre, je n'ai jamais été comme cela auparavant. Auparavant, j'aurai sorti une blague un peu douteuse, mais les récents évenements à Shîto font que j'ai profondément changé de caractère. J'ai mûri, j'ai grandi et il en est fini du garçon un peu trop naïf et stupide. Celui qui ne réfléchit guère avant de parler. C'est un nouveau Aami Shôran qui se présente à Kumo, son village caché.

« Je suis désolé de te demander ça, je sais que ça ne se demande pas. Mais, quel âge as-tu ? »

C'est une manière d'engager une conversation surtout, puis cela me permet d'en apprendre plus sur la rousse. Puis, je me suis permis de la tutoyer, comme ça elle se sentira bien plus à l'aise et adieu les conventions de politesse ou autre. Je bois une tasse de thé, ne quittant pas Himeka de me yeux gris.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Ven 3 Nov 2017 - 10:12
Intriguer... Dans quel sens ? Enfin il y a-t-il vraiment un sens dans ce genre de cas ? Si je commence à mélanger tout dans ma tête, ça ne va pas finir en fait. Donc oui, il porte un intérêt pour moi... Cela ne semble pas physique... Pas que ça me dérangerait outre mesure, mais c'est un point à prendre en compte. Enfin soit, je ne sais pas trop quoi rétorquer à une phrase de ce genre. Oui ? Certes, mais en même temps toute conversation n'appelle pas forcement une réponse ma mère me l'avait apprise, c'était un fait. Juste après il me demande mon âge, mais surtout il commence à me tutoyer... Qu'une personne ayant sensiblement mon âge et n'étant pas de la famille me tutoie soudainement ça me déstabilise un peu, cela se voit à mes joues prenant une teinte rosée et mon regard encore plus fuyant. Enfin cela ne m'interdit pas de répondre pour autant.

"19 ans..."

Cela ne m'empêche pas pour autant d'agir comme une enfin, enfin c'est un autre sujet. Il m'observe intensément, ça me gêne... Enfgin non... Oui, mais pas dans le sens que je n'aime pas ça, mais que ça me fait quelque chose d'inhabituel qui m'empêche encore plus d'agir normalement. C'est difficile à dire, je me sens un peu chaude, un peu chose, un peu, même beaucoup bigarre. C'est la première fois que je suis seule avec un garçon dans un environnement un minimum fermé et... Je me fais des idées, mais j'ai le droit il parrait que c'est de mon âge. J'essaye de concentrer mon attention sur autre chose voyons... Cette tasse ! Parfait... Jusqu'au moment où il porte sa main dessus pour la prendre. Non, pas parfait je... Suis sa main du regard l'air un peu perdu.

"T... Toi aussi ? A... À peu près ?"

Ce n'est pas spécialement folichon, mais c'est mieux qu'une autre séance de silence pesant et pas très drôle. Cette main m'intrigue... En fait non, mais puisque j'étais concentré sur la tasse je suis resté concentrer sur tout élément entrain en contact avec celle-ci, sa main et finalement... NON ! Pas bien Himeka, regarde ailleurs... On ne se concentre pas sur ce genre de partie de l'anatomie... Les yeux oui, la bouche non ! C'est vulgaire, bon pas autant que bien plus bas, mais quand même ! Finalement sans réfléchir, je porte ma main sur la sienne, laisse ma peau entrer en contact avec et faisans suite à cette suite d'évènement, après caresser sa... Mais non quelqu'un, frappe à la porte, me faisant tellement sursauter que j'aurais presque pu toucher métaphoriquement le plafond. J'étais sur le point de faire une bêtise, on ne touche pas ce genre de chose aussi... Simplement... Une voix derrière la porte.

"Himeka ? Votre père vous fait demander, veuillez rentrer au plus tôt."

De toute évidence, je n'aurais pas le loisir de faire des bêtises aujourd'hui, tant mieux en fait. Je me lève, fais une révérence à mon hôte avec un air d'excuse.

"A une... Prochaine fois ?"

Avant de prendre mes affaires... En fait je n'en ai pas si on exclut ce que je porte... Et de prendre congé de manière un peu abrupte. Les affres du devoir.

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174

Ven 3 Nov 2017 - 11:00
Le silence est pesant, mais je lui avoue rapidement qu'elle me perturbe et m'intrigue. Pourquoi ? Je ne saurai pas du tout le dire, à vrai dire je n'ai été que très rarement dans cet état là. Peut-être que je n'aurai pas dû dire cela, parce que je vois que la situation est plutôt malaisante maintenant. Il aurait mieux fallu que je ferme ma bouche, je note cela dans un petit coin de ma tête. A nouveau d'ailleurs, le silence s'est installé et je me rends compte que si je n'avais pas déclaré une telle chose, la situation aurait été tellement différente. Je suis complètement idiot sur le coup, mais désireux de ne pas laisser le silence s'installer, je lui demande alors son âge tout en la tutoyant. C'est déstabilisant pour elle peut-être, mais je préfère une relation comme celle-là. En tout cas, elle me répond qu'elle a dix-neuf ans. Elle n'est pas plus âgée que moi bien que j'aurai dit qu'elle le soit. A son tour, elle me retourne la question et arrive à me tutoyer. Au moins, nous arrivons à un peu à se parler.

« Oui... Je ne suis pas plus vieux que vous, j'ai vingt et un ans. »

Une voix un plus confirmée que tout à l'heure, mais je n'arrive pas à casser définitivement ce silence. Peut-être qu'à force de la voir, nous serions plus à l'aise ? Il faut déjà que l'envie de me revoir lui parvienne. En tout cas, je prends ma tasse et je sens la main chaude de la Metaru se poser sur la mienne. Mon regard sur cette main, puis sur elle, je ne bouge pas ne m'attendant pas à un tel geste de sa part. Alors que je vais prendre la parole pour dire quelque chose, nous somme interrompus par quelqu'un frappant à la porte de ma maison.

Nous entendons seulement une voix annonçant que Himeka est demandé par son père. Elle doit partir, dommage.

« J'espère que nous nous reverrons. Bonne journée... »

Je lance un sourire alors que je l'accompagne jusqu'à ma porte et de la voir s'en aller.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Le travail c'est la santé... [PV : Aami Shôran]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: