Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Premiers pas au Dojo [Ft. Watanabe Shiori]


Jeu 5 Oct 2017 - 22:17
En rentrant de l’Hôpital Général, Meiji et ses parents firent un détour afin de rendre visite à un vieil ami de la famille. Ils arpentèrent les rues et ruelles de Kiri en se frayant un chemin parmi tout ce monde qui était venu assister à l’événement. Quel grand brouhaha il y avait. Tout le monde ressassait le discours du Mizukage fraîchement élu. Chacun partageait sa colère, ou a contrario l’espoir qu’avait su insuffler le membre du clan Yuki. Quelques débats prenaient des allures de joutes verbales, justifiant chez certains une forte véhémence aux limites de la violence. Meiji n’y faisait pas réellement attention, il n’avait qu’une hâte, rentrer chez lui et se jeter sur son canapé.

« Demain tu passeras au Dojo des Sabreurs Meiji. Je suis sûr qu’ils pourront t’apporter de l’aide dans ton apprentissage. »

Coup de massue pour le jeune Ikeda. Le Grand Dojo… Il n’y avait jamais mis les pieds mais la réputation du bâtiment n’était plus à faire. Un temple du travail, une véritable institution de Kiri. C’était le haut lieu des 7 Épéistes, de grands combattants armés d’épées légendaires, tout l’opposé du genin. Il n’avait aucune envie d’y mettre les pieds, et encore moins d’y quémander de l’aide. Mais comme à chaque fois, il ne voulait pas tenir tête à son père et acquiesça, sans grande conviction.

Il avait prévu le coup. Il rentrerait à l’intérieur, demanderait à parler à l’un des Sabreurs, ce dernier sera trop occupé pour perdre du temps avec un simple aspirant ninja et il pourra rentrer chez lui tranquillement. Il racontera à son père qu’il a tout essayé mais qu’il était impossible d’obtenir de l’aide.

Le lendemain, ce fut une énième grasse matinée détruite par son père, hurlant dans le couloir qu’il était temps de se bouger. Meiji enfila sa tenue d’entrainement pour parfaire sa tromperie, prit le soin d’attacher son bandeau noir autour de son front et se leva d’un pas déterminé. C’est l’impression qu’il essayait de donner tout du moins. Il franchit le seuil de la porte d’entrée et prit la direction du Dojo. Il faisait beau, pas une trace de nuage, une belle journée qu’il aurait préféré consacrer à une petite séance de lecture au pied d’un arbre. Mais non. Il était contraint, forcé, de se rendre dans ce satané Dojo pour « parfaire son entrainement » comme le disait son père.
Au bout de son long et éprouvant périple (quelques dizaines de minutes de marche en réalité), il arriva devant l’immense bâtisse. Fièrement, se dressait devant le jeune Kirijin, le Grand Dojo. Le lieu transpirait d’histoires, on pouvait observer une architecture en décalage avec les autres bâtiments du village. Ce temple du combat était bien plus ancien, il avait été restauré à maintes reprises, mais sans jamais perdre de sa grandeur.

Meiji pénétra dans l’enceinte du bâtiment. Plusieurs personnes lui faisaient face. Des shinobis. Frappant dans le vide, matraquant des mannequins de bois, le regard déterminé, le front en sueur.

« Quelle galère… » souffla-t-il.

Il s’approcha d’un jeune homme sur sa droite, qui semblait être en train de reprendre son souffle. En feignant de sourire, il lui demanda :

« Hey ! Excuse-moi de te déranger pendant ton entrainement. Tu ne saurais pas où est-ce que je peux trouver un des Sabreurs par hasard ? »

Son interlocuteur répondit d’un simple geste. Il désigna une femme au loin, qui semblait se diriger vers la sortie, elle était dos à lui, il ne pouvait la décrire physiquement. Meiji s’approcha d’elle et, sur le ton nonchalant qui le caractérise, l’interpella.

« Excusez-moi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 5 Oct 2017 - 22:35
J'avais encore du mal à croire, que la veille, je m'étais adressé à tout le village ou presque au nom du Nidaime Mizukage. Moi, qui avait été connu comme une opposante à la précédente ombre de l'eau, me trouver là avait été assez étrange, mais en même temps, cela avait envoyé un signe aux Kirijins, leurs indiquant ainsi que l'ère dictatoriale de Benten était maintenant finie, que son successeur avait l'appui des sabreurs, en plus des Yuki, mais également des Kaguya, de par le choix du lieu de son discours officiel d'intronisation au pouvoir. Il n'était pas si stupide que ça le déshérité au final. Il avait assez facilement envoyé un message puissant et ce malgré son discours assez court. Mais on sait tous que long ne veut pas dire de qualité. Parce qu'au final, on ne peut pas tout retenir, et si, j'avais plus ou moins retenu ce qu'il avait dit concernant ses premiers actions, ce qui me restait surtout en tête, c'est « Je ne serai pas l’Ombre du sang, mais celle de l’écoute et de l’action. » Une phrase simple et pourtant tellement significative. Il se comparait à Benten qui avait fait couler trop de sang et propose par là, sa solution, celle d'être à l'écoute. Quand à l'action, j'ignore réellement ce qu'il voulait entendre par là. Il agira, mais dans quel sens ? Est-ce qu'il ne risque pas de partir dans une pseudo dictature, comme Benten qui était vachement dans l'action ? Non, parce qu'il y a l'écoute. Enfin, je dois arrêter de me prendre la tête sur ce discours.

Soupirant un peu, remettant un peu mes mèches blondes en place après mon entraînement un peu trop matinal. Néanmoins, l'avantage de venir avant l'aurore pour s'entraîner, c'est la tranquillité. Il y a bien moins de monde, voir personne ainsi, il est plus facile de se concentrer, de méditer et surtout d'avoir un véritable entraînement. L'inconvénient, parce qu'il y en a un, c'est l'obligation de devoir affronter un mannequin ou ses propres clones. Pas très pratique dans les deux cas, manque de surprises et aucune différence de niveau entre les clones et moi-même. Je soupire un peu. Je vais finir par pousser Tetsuko pour qu'il vienne avec moi de bonne heure je pense. C'est bien mieux.

M'étirant donc je marche vers la sortir, réajustant un peu Dokuyaku à ma ceinture alors que l'on m'interpelle. Pivotant sur mes pieds pour faire un demi-tour silencieux et rapide. J'observe le jeune homme qui me fait face. "Bonjour." Soufflais-je en le regardant, me demandant bien qui il pouvait bien être. "Que puis-je pour toi ?" Lui demandais-je dans un demi-sourire, pour me montrer serviable et à l'écoute, comme je savais si bien le faire avant et comme je tente de réapprendre à le faire, oubliant mes démons. Chimères que j'ai un peu trop partagé dernièrement, avouant à tout les membres de la confrérie ce que j'avais subis entre les mains du chef des Yuki quand Benten m'avait livrée à lui pour me punir de lui avoir tenu tête.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

Mer 11 Oct 2017 - 14:05
À la grande surprise de Meiji, la femme qui lui faisait désormais face, ne paraissait pas bien méchante. Il s'était fait une rude image des Sabreurs, les imaginant telles de vraies brutes aux regards sombres et transpirant le sang. Mais non, ce n'était visiblement pas le cas, pas son interlocutrice du jour tout du moins. Elle paru agréable au premier abord, elle lui décrocha même un sourire et semblait prête à l'écouter. Il était un peu désorienté. Elle était aux antipodes de ses préjugés sur les épéistes. Son visage doux et ses longs cheveux très clairs laissaient paraitre une certaine innocence chez la Kunoïchi. Ce n'était pas quelqu'un de méchant, ou alors elle cachait très bien son jeu. Meiji était rassuré, quelle plaie ça aurait été pour lui de faire face à un gros dur. Bref, il lui sourit en retour, et tout en se grattant l'arrière du crâne, il lui dit :

" Bonjour. Vous êtes bien membre de la Confrérie des Épéistes n'est-ce pas ? Vous auriez quelques minutes à m'accorder ? Mon père aimerait que je vous demande de l'aide pour mon entrainement... Mais vous devez être occupée non ? Je peux repasser une autre fois..."

Son regard trahissait sa pensée. Le jeune homme semblait bien peu convainquant de par son discours, il ne s'était même pas présenté. Il espérait tellement que ce soit le cas. Qu'elle lui dise de s'adresser à quelqu'un d'autre, que les Sabreurs n'ont pas que ça à faire. Tout était bon à prendre pour pouvoir rentrer à la maison. S'entrainer à devenir plus fort, récolter des conseils, prendre exemple sur les plus forts. Tout ça ne faisait pas parti des plans du jeune Ikeda, il aurait tellement aimé qu'on le laisse tranquille, qu'il puisse se laisser porter par le courant de la vie, sans encombre, ni rien. Un idéal en parfait décalage avec la vie d'un shinobi dans le contexte mondial actuel.

Il attendait sa réponse, le regard hésitant et quelque peu désespéré. Autour d'eux, les craquements de bois provoqués par les assauts des ninjas sur les mannequins retentissaient dans l'ensemble du dojo. Il y régnait une ambiance de travail très sérieuse, presque solennelle. Meiji n'y était pas à son aise et ça se voyait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 13 Oct 2017 - 18:19
Un hochement de tête aussi basique et simple puisse être ce geste pour répondre à sa question sur mon appartenance au clan des Sabreurs. Ne pipant donc aucun mot, je le laisse parler, poursuivre son petit monologue avant de finalement lui laisser entendre un petit rire. Un peu amusé de le voir me donner une pseudo-excuse pour ne pas m'occuper de lui et de ses questions. "Hélas pour toi, j'ai du temps libre, ayant commencé mon entraînement tôt ce matin, j'allais prendre mon déjeuner. As-tu prit le tien ?" Le questionnais-je alors innocemment. J'avoue qu'il me fait un peu rire avec son question et réponse. Je crois que c'est la première fois que je me retrouve face à quelqu'un qui se permet ainsi de choisir mes réponses, d'une certaine façon. Choisir pour moi si je suis libre ou pas, dans le seul but de s'arranger lui. C'est étrange, un peu déroutant, mais pas des moins, ennuyant. J'avoue que ce petit homme m'intrigue maintenant, j'ai réellement envie d'en apprendre davantage sur lui.

L'invitant alors à me suivre. "Tu m'accompagnes ?" Le questionnais-je alors, parce que peut-être qu'il déciderait de prendre la fuite et trouverait une excuse puéril pour dire à son père que nous n'avons pas été disponible, alors que depuis le début, nous, les sabreurs, cherchons à transmettre mais aussi apprendre des autres. Du moins, de ce que je sais pour Kasanagi et moi. On fonctionne comme cela tout les deux dés lors, j'ose espéré qu'il en est de même pour les autres sabreurs, même si j'en doute un peu en vue du caractère respectif de chacun d'entre eux. "D'ailleurs, je ne me suis pas présentée. Je suis Watanabi Shiori." Annonçais-je doucement tout en commençant à marcher, réellement désireuse d'aller me chercher un petit truc à me mettre sous la dent pour éviter la honte d'entendre mon vendre gargouiller. "Et toi?"


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

Dim 15 Oct 2017 - 20:04
Hélas, la femme semblait avoir du temps à lui consacrer. Elle paraissait même ravie de pouvoir échanger avec un tout jeune ninja. Elle était agréable, souriante et avenante, loin de l’image qu’il s’était mise en tête. Il était rassuré, mais pas sorti d’affaire pour autant. Comment allait-il pouvoir éviter ce calvaire maintenant ? Bien conscient du pétrin dans lequel il s’était mis, il ne pouvait plus faire machine arrière. Il faisait face à l’une des 7 Épéistes, et il venait de s’engager malgré lui. Bien qu’il n’en eût aucune envie, ça aurait été mal vu de tourner le dos à la sabreuse désormais.

Après tout, elle semblait plutôt courtoise, pourquoi pas. Elle l’invita à déjeuner puis se présenta sous le nom de Watanabe Shiori. Meiji n’avait jusqu’alors pas entendu ce nom. Il faut dire qu’il ne s’est jamais réellement documenté sur Kiri et son histoire, trop barbant pour lui. Il se rappela néanmoins d’une chose soudainement. Cette dame qui se tenait devant lui, il l’avait déjà vu quelque part. C’était le jour précédent, lors du discours de Yuki Sosuke, c’est elle qui avait intronisé la nouvelle Ombre du village, sur le toit de l’Hôpital Général. Devait-il en déduire que les relations entre les Sabreurs et la haute direction du village étaient bonnes ? C’est ce qu’il fit en tous cas, maladroitement peut-être. Après s’être présentée, Shiori demanda au jeune genin son nom.

« Enchanté… Moi c’est Meiji… Ikeda Meiji. »

A sa grande surprise, il était un peu embarrassé devant la kunoïchi. Pourtant pas de nature timide, le fait de se retrouver face à l’un des 7 Épéistes provoqua chez lui une certaine gêne, il n’était pas tout à fait à son aise. Rien que d’imaginer son père apprendre que son fils s’est mal comporté avec une personne aussi importante suffisait à l’alerter. Il ne devait pas décevoir.

Les deux shinobis prirent la direction d’une petite échoppe située tout près du dojo. Cette dernière était très prisée par les ninjas qui se rendaient au Grand Dojo. Il est toujours agréable de se remplir le ventre après un entrainement intense, le patron de l'enseigne l’avait bien compris. En chemin, Meiji s’efforça de faire la conversation avec Shiori, toujours dans l’optique de ne pas trop passer pour un mou du bulbe.

« Je me souviens de vous… Vous étiez sur le toit de l’Hôpital hier, n’est-ce pas ? Vous semblez être quelqu’un d’important ! »

Meiji laissa échapper un grand sourire en direction de son interlocutrice. Une touche d’humour un peu maladroite, celle d’un adolescent après tout. Il essayait tant bien que mal de masquer sa gène, et son manque d’assurance. Il reprit, sur un ton plus sérieux.

« Vous êtes proche du Mizukage ? Comment est-il ? »

Son père, Isashi lui avait aussi demandé de se renseigner sur tous les événements de la veille. Peut-être allait-il pouvoir obtenir quelques informations auprès de l'épéiste. Elle semblait proche du Mizukage, du moins assez proche pour avoir l'honneur de l'introniser devant le village tout entier. Rapporter des renseignements sur le nouveau dirigeant du village servirait de preuve de son passage au Dojo. Il regarda la kunoïchi qui se tenait à ses côtés, attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 15 Oct 2017 - 21:52
"Enchantée Ikeda-san." Soufflais-je doucement, arborant toujours ce petit sourire en lui faisant face. Cherchant dans un sens à le mettre un peu en confiance. Après tout, il n'était pas un membre du clan Yuki et je n'avais donc aucune raison d'avoir des appréhensions sur lui, même si la méfiance doit toujours rester un peu de mise. Marchant donc en compagnie de ce garçon pour sortir du Dojo et se retrouver rapidement dans la rue. "Quel âge as-tu ?" Questionnais-je rapidement avant même que lui ne me questionne, pour tenter de connaître mon lien avec le Nidaime Mizukage. Si moi-même, j'étais déjà au courant de cela, je serais ravie, sauf que j'en sais rien. J'ignore comment aborder cet homme, n'arrivant pas réellement à le cerner. Enfin, avec le temps, j'arriverais peut-être à le savoir. Réfléchissant alors un instant, je me mets dans la file devant l'échoppe pour pouvoir commander un petit déjeuner correct.

"En effet, c'était moi. Il m'a demandé de le faire, alors en vue de sa fonction, je ne pouvais pas refuser. Mais comme tout le monde, je ne connaissais pas son existence avant sa nomination il y a de ça une semaine." Soufflais-je, lui avouant ainsi que cette nomination est officiel depuis plus d'une semaine alors que le grand public le sait seulement depuis hier. "Je peux juste dire qu'il semble bien moins secret et mauvais que la Shodaime." Murmurais-je alors que j'avance d'un pas pour faire face au responsable de l'échoppe derrière sa petite vitrine. "Que veux-tu manger ?" Une question assez simple, bien que le choix est assez grand, ce qui n'est pas pour être déplaisant. La possibilité de venir manger souvent tout en changeant souvent de plats. Reportant mon attention sur l'homme. "Un Gyoza ramen pour moi et pour lui..." Je tourne alors la tête vers l'adolescent, attendant qu'il termine ma phrase pour faire sa commande.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

Mar 17 Oct 2017 - 17:26
« Je viens tout juste d’avoir 15 ans. »

Les deux shinobis échangeaient de manière courtoise. La tension et le stress que ressentait Meiji au départ s’estompaient petit à petit, Shiori était parvenu à le détendre. La jeune femme lui paraissait fort sympathique, il était même surpris qu’elle prenne le temps de parler à un simple genin tel que lui.
Elle lui expliqua qu’elle ne connaissait pas réellement le nouveau Mizukage. Il semblait sortir de nulle part, tel un sceau d’eau qu'on renverse pour éteindre le feu provoqué par la vieille Shodaime. Meiji avait entendu qu’il était un ancien amiral, c’est surement ce qui lui a valu la place de Kage. Shiori lui expliqua qu’on lui avait demandé d’introniser Yuki Sosuke il y a une semaine de ça, surement dans le but de symboliser les liens avec les Sabreurs.

"Je peux juste dire qu'il semble bien moins secret et mauvais que la Shodaime."

L’épéiste semblait éprouver une forte amertume envers l’ancienne dirigeante du village, Mamy Seringue. Meiji n’avait pas vraiment suivi toutes ces histoires mais il n’était pas sans savoir que la côte de popularité du Shodaime n’était pas bien haute au sein de Kiri. Son propre père, Ikeda Isashi détestait la vieille dame et le lui répétait sans cesse. Il en était venu lui-même à ressentir une certaine rancœur envers elle sans même savoir ce qu’elle a fait, tel un enfant qui répète le discours de ses parents.
Meiji se contenta de baisser les yeux, un signe d’approbation en quelques sortes. Il ne pouvait pas vraiment poursuivre cette conversation, son savoir ne lui permettrait pas. Les deux ninjas arrivèrent au comptoir de la petite échoppe. La kunoïchi s’adressa au responsable.

« Un Gyoza ramen pour moi et pour lui... »

« La même chose ! S’il vous plait. »

Meiji ne prit pas la peine de lire la carte, il se contenta de suivre. Il n’avait pas tellement faim, mais il n’arrivait pas à dire non. Quelques minutes passèrent puis, le vendeur leur apporta leurs bols. Les deux shinobis prirent la direction d’un petit banc, à quelques mètres sur leur gauche. Ils s’installèrent puis, déballèrent leur nourriture.

« Alors vous faites partie des 7 Epéistes… Vous devez être vachement balèze non ? »

Le jeune homme esquissa un grand sourire et se gratta l’arrière du crâne, il n’était pas à l’aise avec ces sujets. Le combat, la force, etc. ce n’était pas son truc, et ça se voyait. Mais pour lui, quelqu’un qui appartient à la confrérie des 7 Sabreurs est forcément très puissant. Il était impressionné, sans même savoir de quoi elle était capable.

« Mon père m’a dit que je ferais mieux de vous demander des conseils, vous en avez à donner à un jeune genin ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 18 Oct 2017 - 13:55
Une question assez indiscrète que je viens de lui poser et pourtant, il y répond rapidement. Me donnant une réponse qui me surprend même un peu. Le même âge que Tetsuko... Comment dire que cela me perturbe un peu. Parce que je me retrouve dés lors en face de cette réalité malsaine. Le Yuki et moi, une relation contre nature... Je suis trop âgée pour lui et je me prends un peu une claque en plein visage à cet instant précis. Parce que je vies de rencontrer ce jeune homme, du même âge que celui que je peux nommer amant. Un âge fort similaire, une attitude totalement différente... Mais les faits sont là. Lui ressemble réellement à un adolescent dans sa façon d'être, son manque de confiance, son respect des aînés que je peux clairement percevoir dans sa façon de parler. Oui, il est à mille lieu de mon partenaire... Vraiment et c'est déroutant, sauf qu'ils ont le même âge. Ne pouvait-il ne pas me répondre ou bien me donner un âge différent ? Cela ne m'aurait ainsi pas trop perturbée. Mais non il avait répondu et maintenant, je me perdais dans mes pensées, à constater mes actions immorales avec un jeune de son âge. Pourtant, je n'en dis pas un mot, et tente de cacher au maximum mes pensées troublantes. Je devrais peut-être mettre un stop à Kasanagi, qu'on arrête tout ça, qu'on tente de redevenir de simple ami et partenaire de mission... Sauf que j'en suis incapable, je le sais bien. J'ai besoin de lui, de son attention, de sa présence. Je ne pourrais pas, non en fait, je ne veux pas qu'on refasse un bon en arrière. Il m'est devenu bien trop important.

Me concentrant alors sur ce que le jeune à mes côtés me demande, je lui réponds du mieux que je peux même si mes réponses restent assez imprécises, ne sachant pas réellement moi-même ce que je peux bien répondre. Mais bon, j'essaie, parce que même si je n'ai pas encore complètement cerner notre Nidaime Mizukage, j'ai été plus proche de lui que le genin.

Commandant ensuite mon repas, je me tourne vers lui pour qu'il commande aussi avant de rapidement payer l'addition. Après tout, je peux bien faire ça pour un Kôhei. Attendant ensuite notre repas en silence, une fois les biens en mains, on s'écarte un peu de l'échoppe et on prend place sur un banc. M'installant à côté du blanc, je déballe rapidement pour nous distribuer nos plats respectifs, même si l'un comme l'autre sont identique.

Je relève le regard vers lui à sa question et rit un peu, nerveusement. "Oui, je suis membre des sept épéistes, mais non,je ne me considère pas réellement comme balèze. Disons plutôt que je me débrouille bien avec mon épée." Murmurais-je, peut-être un peu trop modeste, parce que je sais que si Kasanagi était là, il me taperait sur les doigts en me disant que je n'étais pas n'importe qui et que si, j'étais balèze, parce qu'en très peu de temps, j'avais acquis bien plus de connaissance que bon nombre de ninja, au point de me hisser assez rapidement à un rang assez élevée et d'avoir une place respectable et mérité dans notre confrérie... Il faut dire que la jeune femme que j'étais il y a presque deux ans avant mon arrivée ici à bien évoluée... Oui, je suis réellement différente et ma vision du monde à bien changer.

Fronçant maintenant les sourcils, je le regarde un peu perplexe par sa question. "Ton père, mais toi, est-ce que c'est ce que tu veux ?" Le questionnais-je alors franchement, parce qu'il ne cessait de parler de son père, encore et encore, cherchant des excuses pour fuir ma présence par exemple ou à écourter notre pseudo-entrevue. "Si tu ne veux pas progresser, tu n'avanceras pas. Que du contraire, parce que tu continueras sans cesse de baisser les bras devant la difficulté. Alors, si tu le fais pour ton père et non pas pour toi, je n'ai pas de conseil à te donner. Parce que ce n'est pas ton père qui sera envoyé en mission, ce n'est pas sur ton père que tes possibles coéquipier se reposeront mais sur toi." Je le fixe alors un instant avant de finalement commencer à manger mes ramens.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

Premiers pas au Dojo [Ft. Watanabe Shiori]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: