Derniers sujets
Partagez | 

Songe d'une nuit d'été


Ven 6 Oct 2017 - 12:01


Noirceur dissimulant les contours de l'horizon. Brumeuse toile, voilant les perspectives établies de la raison. Ténèbres baignant ostensiblement dans l'atmosphère, rendant ce monde irréel. Des âmes en peines marchant dans les ruelles sombres et sinueuses d'un village infernal. Semblants animées de nul but dans leur périple d'éternels tourments. Contemplant ce spectacle, sous le son semblant celle d'une horloge tapant la cadence, d'un bruit mécanique omniprésent. Le pavé du sol se résumait à une fine flaque interminable, nimbée d'un rouge écarlate.

Étais-ce un rêve ou étais-ce la réalité ?

Déambulant dans ce monde fantasmagorique, mais néanmoins horrifique, l'intrépide se dirigeait sans once de repère dans ce théâtre morbide. Croisant les innombrables faciès sans visages qui le peuplaient. Ces badauds suivaient divers chemins, mais ces derniers menaient pourtant bel et bien tous au même endroit. De manière plus ou moins détournée, certes. Se faufilant tel un spectre, l’héroïne vêtue de noir de jais, semblait vouloir élucider ce mystère. Parcourant inlassablement les chemins changeants, se modifiants subrepticement à chaque tintement du temps. Labyrinthique et insondable. Y avait-il une fin ? Une once d'espoir de réussite ?

Soudain, des perles aqueuses tombèrent des cieux assombris par un abyssal néant. Cette fine pluie d'un rouge sans chaleur recouvrait les protagonistes de l'onirique scène. Avant de ruisseler sur eux et finir par rejoindre le sol. Les hurlements de souffrance de ces êtres pourtant sans bouche étaient si gutturaux et effroyables, qu'ils en formaient certainement la partition préférée des enfers.

Finalement, on pouvait discerner, encore difficilement à cause des ténèbres brouillant la vue, un grand escalier, montant de façon chaotique vers les hauteurs dignes du céleste. Tous les habitants semblaient se regrouper devant au final, plusieurs files se présentant en ce même point de rassemblement. Hâtant le pas, la demoiselle aux cheveux d’ébène démarra l 'ascension, sans prendre en considération les poupées de chairs en haillons se lamentant. Les marches semblaient être sans fin, continuant de les passer une à une, sans once d'arrivée visible.

Pourtant, le terminus escompté se présenta, prenant la forme d'un plateau suspendu dans le néant. Au milieu, une sorte de trône formée d'os de squelettes semblant mystérieusement animé au rythme des grincement des uns sur les autres. Dessus, une jeune femme, portant des habits assez noble, ainsi qu'un grand manteau dont la fresque arboraient des couleurs chatoyantes et chaudes tranchant avec l'austérité évidente du décor. Une chevelure de soie semblant outrageusement longue. Des yeux malicieux, malgré un corps assez gracile. Tenant une lame et prenant place dans une position assez sûre d'elle, bien qu'assez nonchalente.

Se présentant face à face, un échange de regard prit place. Se dévisageant entre elles, la tension pourtant déjà à son paroxysme, ne semblait qu'aller crescendo.

Ouvrant ses paupières, le songe s'acheva. Il ne s'agissait donc que d'un bête rêve après tout. Découvrant qu'elle s'était assoupie sur ses notes, elle se toucha la tempe du bout de ses doigts. Encore à moitié assoupie, elle regarda ce qu'elle avait noté dans son carnet. Cela était en rapport avec les événements s'étant déroulés à Shîto. Rien de bien concret, que des hypothèses concernant tous les faits étranges s'étant déroulés là bas. Tout cela n'avait aucun rapport avec ses recherches, elle se demandait donc pourquoi elle s'était fourvoyé plus que de raison à essayer de comprendre certaines choses. Comme le géant de cent mètres par exemple. L'utilisation d'une capacité couplé à une drogue de combat très certainement. Cela était évident. Beaucoup de mystères se posaient encore, mais malheureusement, il avait fallut quitter ce village maudit en proie à la destruction et aux forces du mal. Préserver son intégrité physique était primordial après tout.

Fermant ses notes et les posant sur le coté de son bureau, la jeune femme se leva de son siège. Elle avait prit la fâcheuse manie de se trimbaler en fauteuil roulant. Suite à sa blessure, bien que cela était complètement exagéré, cela avait certains avantages. Mais se dégourdir les jambes de temps à autres était nécessaire.

Sortant de son laboratoire de recherches de fortune, après avoir salué sa collection pelucheuse qui trônait sur une grande étagère contre l'un des quatre murs, elle descendit dans le salon, croisant une de ses servantes.

« Je sors. » -dit-elle, affichant un air audacieux-

« Mais, Runaka-sama, il se fait tard. » -d'une voix inquiète-

Contemplant le crépuscule à travers le verre invisible de l'une des fenêtres un instant, elle ramena ses cheveux derrière son oreille.

« C'est une belle nuit pour chasser. »

Puis elle sortit de sa demeure. Bâtisse qui en ces heures avait tout d'un lieu paraissant hanté d'ailleurs.

Se mouvant sous une lune pastelle, la jeune femme allait faire un tour en ville, en essayant de trouver quelque chose attisant son intérêt.


_________________
Lights Emerging
Laughts Converging
Blissful Silence
Endless Violence


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t930-amano-runaka-en-cours#4618 http://www.ascentofshinobi.com/t1008-amano-runaka-et-le-carnet-de-recherches-pelucheux#5198

Songe d'une nuit d'été

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: