Derniers sujets
Partagez | 

Les cicatrices ? Preuve que le passé n'est pas un rêve... [PV: Watanabe Shiori]


Ven 6 Oct 2017 - 20:59
♦ La lune brillait particulièrement ce soir-là, illuminant ce ciel, plongé dans les ténèbres de la nuit depuis à peine quelques heures. Un silence de mort prédominait les plaines, traversant les environs malgré des bourrasques de vent. Leurs souffles étaient assez puissants pour faire plier les branches et agiter les feuilles des arbres bordant la région.

♦ Une silhouette, que dis-je, une ombre arpentait le village de la brume à allure furtive, ne laissant derrière elle qu’une légère brise ; impossible à repérer, par quiconque de non initié aux déplacements furtifs et silencieux d’un ninja. Cette obscurité sembla ensuite se diriger vers l'hopital général qui se trouvait au sud des quartiers principaux du village. Arrivée à une distance raisonnable pour ne plus être vue ou entendue par les civils qui passeraient dans le coin, le mystérieux personnage arrêta enfin de se mouvoir...c'était l'ancien pirate Kamasu, plus connu à Kiri sous le nom de Maeda Kazuya.

♦ Le tout récent shinobi, à l'époque, profitait de ces moments-là pour sortir de ses appartements et bénéficier de l’accalmie qu’offrait son village aux heures avancés de la nuit. Bien sûr, il n’était pas la seule essence à rôder le soir. Quelques uns – plus ou moins honnêtement à vrai dire – jouaient aux noctambules voulant très certainement vaquer à leurs occupations à l’abri des regards. Le borgne semblait plongé dans ses pensées, les questions affluaient dans sa tête de manière torrentielle, lui donnant une démarche ralentie et n’indiquant nulle direction précise…mais quelques minutes plus tard Maeda sentit une présence arriver sur les lieux.


♦ C’était une jeune femme, assez jolie. Elle semblait beaucoup moins vieille que lui mais tout autant tourmentée. Sa petite mine et ses jolies cheveux blonds pouvait en aveugler d'autre, mais Kazuya lui n'était pas dupe. Cette jeune kunoichi éveilla la curiosité de Kazuya qui décida de rentrer en contact avec elle. Après quelques secondes d’observations, sa mémoire lui indiqua qu’il avait déjà vu cette fine silhouette dans le village, il ne savait plus trop où, mais l'apparence de la demoiselle correspondait à celle d'un récit récent lui étant étrangement familier. Se concentrant un peu plus sur la profondeur de ses yeux et surtout son son langage corporel, une révélation le frappa comme lorsque d’un seul coup, une idée de génie sort de votre cerveau sans que vous l’ayez consulté.

***Comment ai-je pu oublier une fille comme elle ?*** se dit-il

♦ En effet, l'ex boucanier se souvint avoir déjà croisé quelques fois cette personne pendant certains rassemblements de kirijins. Kazuya se souvenait d’elle parce qu’il avait déjà entendu quelques ragots venant de mauvaises langues. Les partisans de Benten l'avaient considéré comme une traîtresse puis fut jugé et condamner à l'emprisonnement sous la garde d'un Yuki. Certaines rumeurs affirmait même qu'elle avait été torturé avant sa spectaculaire évasion.

♦ Cette blondinette avait donc un point commun avec notre vieux shinobi. Tout deux avaient côtoyé la torture, mais chacun jouait un rôle différent. On pourrait croire que toutes ces choses feraient naître un sentiment de rapprochement entre Kazuya et la blonde, mais il n’en était rien...

« Bien le bonsoir ma p'tite demoiselle, je sais que ma jolie gueule peut-être impressionnante, mais quelque chose me dit que vous vous y connaissez en matière de balafres douloureuses... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1380-maeda-kazuya-terminee

Sam 7 Oct 2017 - 15:55
Une visite à l'hôpital, comme trop souvent. Un petit chekup. Après tout, j'avais feint pendant un temps une pseudo-amnésie pour être tranquille, mais maintenant que la vérité avait éclater, on voulait me voir, m'examiner pour savoir si je suis encore stable et surtout, apte à remplir des missions ou autre tâche que le Nidaime pourrait me confier. Soupirant alors que je sors de cette heure d'entretien avec cette Kaguya, je suis bien contente de pouvoir quitter cet endroit trop immaculé, qui m'a, bien trop souvent vu c'est derniers mois. Pourtant, alors que je me dirige vers la sortie... 

« Bien le bonsoir ma p'tite demoiselle, je sais que ma jolie gueule peut-être impressionnante, mais quelque chose me dit que vous vous y connaissez en matière de balafres douloureuses... »

Je me retourne vivement en entendant une voix s'adresser, je suppose à moi. Fixant alors l'individu qui sort de l'ombre, je réprime de justesse une grimace devant son faciès des moins communs. Marque de brûlures, désagréable à la vue. Visage déformer par la souffrance de cette même blessure. Longue vie, probablement pénible qu'il a du vivre. Je me retrouve devant un homme, probablement bien plus âgé que moi et surtout plus expérimenter. Mais expérimenter dans quoi exactement ? Parce que ses paroles raisonne en moi comme une douce menace. Référence à des marques que je ne dévoile jamais ou presque. Seule les stigmates de sur mes mains restent dévoilées aux yeux de tous, mais elles sont fines et presque imperceptible. Alors, peu sont les gens qui s'arrêtent dessus ou les remarques tout simplement. 

"Je ne vois pas de quoi vous voulez parler. Vous devez vous tromper de personnes." Soufflais-je aussi calme que possible. Je ne vois pas, pourquoi je parlerais de tout cela à un étranger. Le mentionner à mes confrères les sabreurs et ensuite à notre Mizukage avait déjà été assez pénible, alors en parler encore et encore... cela ne m'apporterait rien de plus, juste à revivre encore et encore cet événement que je cherches sans cesse à oublier, à chasser de mon esprit pour tenter de pouvoir avancer correctement. Alors oui, j'agis dans le déni, repoussant cet homme aux visages hideux comme je peux. Oubliant même la politesse de le saluer comme lui, a pu le faire. Mais comme je l'ai dit, peut-être qu'il s'est  trompé de personne et dans le fond, c'est réellement ce que j'espère. 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u208

Lun 9 Oct 2017 - 18:18
♦ Comme il l'avait imaginé, la réaction de la femme fut assez défensive. Il est vrai qu'avec l'expérience et le vécu, une femme sait qu'il devient difficile de se promener seule sans être dérangée par une présence étrangère. Avoir de la sympathie pour un homme inconnu peut s'avérer fatal pour sa réputation et les femmes guerrières sont souvent celles qui sont le moins accessible. Une kunoichi, souffre déjà suffisamment de sa position qui est parfois inconcevable pour certains hommes et même certaines femmes. Même si celle qui avait envoyé balader Kazuya n'en souffrait pas directement, la méfiance qu'elle éprouvait à l'égard du borgne confirmait qu'elle était tourmentée. Kazuya ne pouvait pas lui donner tort,car elle avait tout à fait raison de se méfier de lui.

♦ Kazuya un excellent menteur, physiquement et verbalement. Il ne laisse rien transparaître et il le fais si bien que pour l'instant personne n'a réussi à le percer à jour sur sa nouvelle identité. Malgré son apparence actuel d'homme droit et discipliné, en vérité, il reste un hors-la-loi, qui se cache derrière une grande illusion. Kazuya n'était pas le seul à se cacher derrière un mirage, la demoiselle lui donnant dos cachait son mal-être derrière une attitude froide et distante.

« Hahahahaha... En général,les gens comme toi ne présentent pas de symptômes apparents, leur vie est dominée par une insécurité intérieure. Leur existence a la fragilité d’un château de cartes. Si tout va bien, ils n’ont rien à craindre, mais dès qu’ils doivent lutter contre un vent contraire, leur intégration risque de s’effondrer. » commença Kazuya en prenant un ton un peu plus sérieux.


« J'en ai transformé beaucoup des comme toi. De jolies demoiselles, dans la fleur de l'âge et vivant dans un monde dicté par leurs envies et leurs pulsions. La réalité est tout autre, la naïveté a un prix qu'il est difficile de payer lorsque l'on rencontre un homme sans cœur et sans scrupules aussi bien avec ses alliés qu'avec ses adversaires. Planifiant et contrôlant toujours tout, et n'hésitant pas à punir quiconque avec l'envergure qu'il se doit.» poursuivit-il en suivant son interlocutrice tout en restant en retrait.

♦ Après de telles paroles, la guerrière pu se faire une idée du genre d'homme avec lequel elle se retrouvait. Si Kamasu inspirait tant de craintes aux prisonniers de ses équipages, ce n'était pas uniquement pour ces capacités à torturer ou pour sa qualité de manieur d'armes. Maeda Kazuya était tout simplement un homme très dangereux dans sa manière de penser et dans ce que tout cela impliquait. Il ne doutait jamais de ses convictions et toute question trouvait toujours réponse. Kiri comptait en son sein un homme ayant semé le trouble dans le Pays de L'eau pendant plusieurs années et cela allait peut être encore recommencer...

« Ton profil ressemble à celui d'éternels optimistes, celles qui voient la coupe à moitié pleine plutôt à moitié vide. Le genre de femme qui lorsqu'on les torture refuse d'abandonner, combattant jusqu'à la dernière seconde. Ta dignité ta été prise et tu ne sais pas encore comment vivre avec... n'est-ce pas ? »

♦ Kazuya était allé droit au but. Kiri était le village avec lequel la politique correspondait le plus à ses objectifs et même si cette femme n'était qu'une gamine de plus pour lui, elle cumulait à elle seule, une force frappe non-négligeable. Kazuya sentait naître en elle un potentiel d'horreur intéressant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1380-maeda-kazuya-terminee

Ven 13 Oct 2017 - 21:03
Désireuse de m'éloigner de lui, je m'étais retournée, argumentant qu'il se trompe de personne, néanmoins, l'homme ne lâche guère l'affaire, que du contraire. Je lève alors les yeux au ciel avant de me retourner pour lui faire face. Le toisant un peu, malgré ma taille, inférieure à la sienne. Ecoutant sa première tirade, je suis un peu agacée par ce qu'il avance. Prétextant une pseudo-fragilité chez moi. Passant alors ma main devant mon visage pour remettre une mèche blonde en place derrière mon oreille, je continue de le fixer. "Quitte à me répéter, je ne vois pas de quoi vous parler. Ensuite, je doute réellement qu'une personne puisse être comparable à un chateau de carte." Parce qu'un château de carte, c'est trop fragile, pas assez stable. Une personne, c'est bien plus complexe, elle peut ne pas s'écrouler totalement et sombrer doucement dans la folie. En réalité, la comparaison la plus exacte, aurait été un château de sable, parce qu'il ne s'effondre pas totalement si on cherche à l'écraser, juste une partie, celle touchée, celle visée.

Fronçant maintenant les sourcils en entendant ses palabres, je reste incrédule de l'entendre se vanter d'une telle chose. Une boule au ventre de peur s'étant formée dans mon abdomen. Je n'aime pas ça. Ses paroles, son attitude, son aura. Si de base, j'ai été répugné uniquement par son visage, en réalité, c'est tout son être qui me dégoûte. Ainsi, il me contraint au silence de par ses mots. Incapable de prononcer une seule syllable alors que j'ai cette impression de me retrouver face à une sorte d'Eiichiro numéro deux. Un autre tortionnaire. Un autre nom, un autre visage, mais une idéologie commune en quelque sorte. Le sadisme à l'état pure et il me glace le sang.

Déglutissant maladroitement, aveu de ma faiblesse, de cette satanée réalité qui fait de moi la victime du Yuki. Je fixe l'homme, mes doigts déjà crispée sur la garde de mon sabre légendaire. Les iris posées sur lui alors qu'il me pose cette question. Dégainant alors mon sabre, je tends le bras devant moi, laissant mon chakra glisser lentement dans ma garde pour former cette lame de chakra pure, fine et tranchante. "Vous vantez de torturer des femmes n'est pas la meilleure idée qui soit, surtout quand vous le faites devant une femme. Etes-vous désireux d'expier vos fautes ?" Soufflais-je, tentant de garder mon sang-froid, alors que je ne peux m'empêcher de trembler légèrement, alors qu'il semble prendre un malin plaisir à remuer le couteau dans la plaie qu'Eiichiro m'a infligée il y a de ça plusieurs semaines.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u208

Ven 27 Oct 2017 - 17:39
♦ La main sur son arme, la demoiselle fit par à Kazuya de son désagrément quant à la divulgation de ses anciennes activités. Il était vrai que dans beaucoup de cultures, le genre d'hommes comme celui qui se retrouvait devant elle étaient conspués. Tout comportement méchant voir sadique était sévèrement réprimandé. Depuis le début, personne n'était au courant de la véritable identité du genin... du moins c'est ce que notre pirate pensait. Pour tout les habitants de Kiri, il était Maeda Kazuya et tant que certaines conditions de son plan n'étaient pas entièrement réunis, il resterait Maeda Kazuya.

« Du calme... je ne te veux aucun mal. Si je t'ai offensé, cela n'était pas mon attention. Merci de confirmer ce que je pensais. J'ai aussi été dans la même position que toi et j'en ai tirer avantage pour m'élever. Je me nomme Maeda Kazuya » dit l'ex pirate qui levait les bras vers le haut pour prouver qu'il n'était pas là pour nuire.

♦ Le tout récent shinobi voulait calmer le jeu, combattre cette femme ne serait pas productif et il le savait. Il ne voyait pas en elle une ennemie, mais une potentielle allié. Bien sûr, Kazuya ne proposerait aucun rapprochement amicale ou aucun pacte de ce genre, il se sentait au dessus de ça et n'avait confiance en personne. La perte de la quasi totalité de son influence sur son environnement poussait le genin à ce genre d'initiatives afin qu'il puisse retrouver gloire et fortune. Le maître d'arme pensait que pour y parvenir, il devrait être entouré. Lorsqu'il fut un jour vice-capitaine sur un prestigieux navire de pirate, il possédait un groupe autour de lui même si ses anciens subordonnés avaient mieux à faire qu'avoir confiance en lui. La seule chose qu'il pensait proposer à cette femme affichant clairement ses maux, c'est qu'ils pourrait collaborer ensemble vers la victoire,rien de plus. En ces temps de changements pour le pays de l'eau, savoir qui était dans son camp était chose utile.


♦ La kunoichi n'était pas seulement une combattante sans cervelle qui tuait son prochain sans se soucier de l'impact de ses actes. Elle n'était pas non plus le genre de personne sans croyances, se sentant obligé de suivre celles des autres pour exister. Kazuya pensait que cette femme, de part son vécu, possédait en elle le sentiment de survie le plus pur qui soit. Depuis la nuit des temps, seuls les espèces faibles s'étaient éteintes. Seuls les créatures sans défenses, étaient dévorés par les prédateurs. L'ancien renégat devina aux légers tremblements de ses mains que certaines de ces blessures mentales n'avaient pas totalement cicatrisés. Un esprit simple dirait qu'elle avait été traumatisée par son expérience avec Eiichiro et cela ne serait pas inexacte, mais pas totalement...

« Les personnes qui sont entré dans le monde délicat de la torture, peuvent développer une force peu commune dans notre métier. J'aimerais te permettre de l'exploiter, mais bien sûr tu devras toi aussi m'aider sur un autre point. Qu'en dis-tu ? » lança Maeda qui avec un ton calme, mais assuré prononçait les premières phrases de sa réponse.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1380-maeda-kazuya-terminee

Mar 31 Oct 2017 - 9:49
Mon regard reste rivé sur l'homme, incapable de croire réellement ses paroles. Un tortionnaire peut-il changer ? J'en ai réellement des doutes. Surtout quand il n'a aucune raison de le faire. Alors qu'est-ce qui peut bien l'avoir pousser à arrêter ses crimes odieux ? Je me mets alors à le fixer, le dévisageant clairement tout en cherchant une explication plus ou moins plausible. M'imaginant des scénarii assez étrange dans l'unique but de me dire que je peux le croire. Sauf que j'ai réellement du mal. Ne dit-on pas, chasser le naturel, il revient au galop ? Si aujourd'hui, il ne le fait plus, peut-être que demain, cela ne sera plus le cas... Pourtant, je ne suis pas là pour chasser les hommes comme lui, les sadiques, mais uniquement les ennemis de Kiri, je le sais bien... Mais je ne peux m'empêcher de garder mon bras tendu, la lame de Dokuyaku toujour matérialisée et menaçante dansant tout près de sa gorge. "Je doute que les situations aient été les mêmes. Je doute également que l'on parle du même genre d'élévation. Mais allez-y parler, je vous écoute. Détaillez moi donc tout cette élévation dont vous me parler." Menaçante et pourtant curieuse, je le questionne pour tenter d'en savoir plus sur l'individu et ainsi, peut-être réussir à me faire une véritable image de lui et peut-être apprendre la raison exacte de son arrêt concernant la torture dont il arrive quand même à se vanter.

Et il me parle à nouveau, me proposant un pseudo marcher. Je fronce les sourcils et le dévisage même davantage.Pense-t-il réellement être en position de marchander ? Bien que j'avoue qu'il ai suscité mon intérêt. Penchant un peu la tête, cherchant à reprendre un peu le contrôle sur ma main pour arrêter de trembler, je finis quand même par lui répondre. "Vous me proposez donc un marcher pour que je rengaine mon arme, c'est bien ça l'idée ? Vous me pensez assez stupide pour accepter si facilement et stupidement ?" Je plante mon regard ocre dans le sien. "Qu'est-ce que vous désirez au point de demander à votre opposé de l'aide ?" Parce que c'est réellement ce que nous sommes. Le tortionnaire et la torture. Cela serait alors un étrange duo, et surtout, inconcevable à mes yeux. Bien que parfois, c'est justement les choses les plus incroyables qui fonctionnent le mieux... Je crois. J'en sais rien. Même si en réalité, ma vie est assez bercée par cela. Ne suis-je pas supposément en couple avec un gamin de quinze ans alors que j'ai presque le double de lui ? Ne suis-je pas devenue l'une des plus puissante de ce village alors que je suis en même temps si novice ? Ne suis-je pas maintenant plus ou moins à la tête des sabreurs alors que je suis l'une des dernières à avoir eu son épée ?


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u208

Mar 31 Oct 2017 - 17:09
♦ Cette femelle, ayant grandi dans un tout autre monde que celui de Kazuya avait du cran, beaucoup de cran. Sa manière de s'exprimer à l'égard de notre éborgné le confirmait. Elle n'avait pas du tout confiance en notre homme et elle avait totalement raison d'être aussi méfiante. Après tout, il était clair que les intentions de Maeda n'étaient pas nettes. La kunoichi aux cheveux dorée, comme lors d'un interrogatoire, demanda à en savoir plus sûr ce qu'il concevait comme une élévation. Elle insinua que leurs expériences étaient diamétralement opposées et que de ce fait, notre balafré était mal placé pour pouvoir se mettre à sa place. Cette information ne fit pas réagir Kazuya qui analysait attentivement toute parole sortant de la bouche de son interlocutrice. Prenant une profonde inspiration, le golgot posa l'une de ses imposantes mains sur la lame de la belle la serrant de plus en plus.

« Ta méfiance envers un kirijin montre à quel point tu as besoin de t'élever. Paranoïa et méfiance sont les symptômes les plus remarquables lorsque l'on a connu la maltraitance psychologique.» commença Kazuya alors que quelques gouttes de son sang glissaient le long du sabre de la kunoichi.

« De ce que je sais, c'est un Yuki qui a été ton tortionnaire. Les bruits de couloir disent qu'ils sont en conflit avec pas mal d'autres clans. Celui qui t'a fait ça, avait deux objectifs : détruire ta personnalité et envoyer un message aux autres communautés.» poursuivit-il en plongeant son regard dans celui de sa cadette.

♦ Malgré son apparence de brute épaisse, Kazuya était un personnage qui avait soif de connaissance et avant de se lancer lui-même dans la torture, il l'avait étudié. Les méthodes qu'il utilisait étaient souvent liées à la noyade, mais de temps en temps, il prenait le temps d'utiliser d'autres procédés. Il connaissait parfaitement les séquelles physique et mentales infligées à ses victimes et prenait parfois un malin plaisir à jouer avec ses connaissances en la matière. La beauté qui se retrouvait devant lui ne savait pas encore que la conversation qu'ils avaient, faisait déjà partie du processus de guérison...

« J'ai utilisé le mot élévation, mais c'est surtout un processus qui vise à se rabaisser. Nous oublions très souvent que nous sommes avant tout un énorme tas de chaire ambulant. Il n'y a aucune différence entre toi, moi et une vulgaire vache. Comme je te l'ai dit tout à l'heure, c'est ta dignité qui a été torturée, pas ton humanité. Tu ne te sens peut-être plus humaine, mais quoiqu'il arrive, tu en seras toujours une ! S'élever, c'est aussi comprendre que toutes ces valeurs morales que la société nous impose son factices. » termina Kazuya.

♦ Maeda n'avait pas développer tout le fond de sa philosophie, mais il espérait que le peu d'informations qu'il venait de transmettre à l'ex prisonnière lui servirait. Cette dernière maintenait toujours son arme fermement pointée et attendait que le barracuda lui face part de ses attentes concernant leur échange de bons procédés.

« Je n’essaie pas de te manipuler pour que tu baisses ton arme. Tu pourrais aisément me trancher les doigts si tu penses que je suis un menteur et que mes intentions sont mauvaises.» dit-il en serrant encore plus la lame.

« J'ai consacré mon existence à l'étude et au maniement des armes de combat. Tu manies une arme unique en son genre et j'aimerais pouvoir l'étudier en passant certains moments en ta compagnie. Je n'ai pas d'équipe fixe et pouvoir travailler de temps en temps avec toi me permettrait d'engranger encore plus de connaissances sur les armes de ce monde. Comprends bien que ma démarche est aussi inhabituelle pour moi que pour toi et que si je pouvais faire autrement, je l'aurais fait. Quelqu'un comme toi peut facilement comprendre qu'il faut parfois mettre ses préférences de côté pour avancer n'est-ce pas ? »

♦Kazuya avait terminé de répondre. La balle était à présent dans le camp de son vis-à-vis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1380-maeda-kazuya-terminee

Mer 1 Nov 2017 - 0:27
Un rire nerveux franchit mes lèvres face à sa remarque plus que constructive et surtout réelle. J'ai un véritable soucis de confiance envers mes confrères Kirijins, plus précisément envers les Yuki que j'ai tendance à voir tous comme des monstres ou presque, à cause de leur chef de clan, mais là, c'est différent, j'ai réellement une raison d'être méfiante face à cet homme. Tout dans son être transpire quelque chose de malsain, que cela soit son apparence physique, sa voix ou même tout simplement le choix de ses mots, ses phrases. Ses palabres montrent de la noirceur. Menaçant d'une certaine façon, voilà comment je le perçois. "N'ai-je pas raison d'être méfiante face à ce Kirijin comme vous dites ? Je ne dégaine pas mon arme sans raison. Dokuyaku est bien mieux dans son fourreau que tenue entre un adversaire et moi." Soufflais-je alors, lui avouant d'une certaine façon, que les combats n'étaient pas réellement une chose à quoi j'aspire réellement. Car il est vrai que je préférerais une vie bien plus tranquille, loin des champs de batailles, des conflits inutiles, des mutineries ou que sais-je d'autre. Kiri et ses histoires de trahisons et de coup-bas. Je sais que je suis dedans, que j'y joue un rôle plus qu'important, en vue de ce qui me lie à mon ancien tortionnaire. Cela m'étonne même qu'il n'ai aucunement ébruiter que je l'ai rendu aveugle... Mais en même temps, s'il l'ouvre, je ferais de même. Il doit se douter que les marques se supplices qui sont encore bien trop présentent sur mon corps attesteront des maux qu'il m'a fait subir dans cette geôle malodorante.

Je me crispe sur la garde de mon épée, ne bronchant pas en voyant son sans souiller ainsi mon sabre, même si cela m'ennuie assez, mais avoir ma lame ainsi me force à restée concentrée et ne pas me laisser aller à mes sentiments. Parce qu'il m'inspire la crainte et remue réellement le couteau dans la plaie avec ses mots. Il vise juste, là où ça fait mal. Poison verbal. Pourtant, je tente de soutenir son regard, de ne pas vriller sous le tumulte d'émotion négatifs qu'il tente probablement de faire émané de mon être. "Vous vous trompez. Il n'a aucunement chercher à faire passer un message aux autres. J'étais l'unique cible. Sinon, il se serait fait un plaisir d'ébruiter la petite séance de torture. Au lieu de cela, même si vous savez qu'il s'agit d'un Yuki, vous ignorez son identité complète. Une personne qui veut inspirer la crainte ne se cache pas, ou alors, pas partiellement." Du moins, c'est ma vision des choses. Mais peut-être que lui, ne le voit pas ainsi. On verra bien quand il répondra.

Attendant ainsi ses explications, je baisse le regard sur ma lame et sa main ensanglantée alors qu'il laisse à nouveau entendre sa voix. Je ne relève pas le regard, écoutant simplement son nouveau discours. Pourtant, je suis contrainte de planter mes iris dans les siennes. Incrédules devant ses mots pourtant si juste. Une réalité à laquelle je n'avais pas pensée et pourtant, elle est plus que flagrante, néanmoins, le dire et le réaliser sont deux choses bien différente. Alors oui, même si je l'entends et le comprends partiellement, ce n'est pas pour autant que je vais l'appliquer, du moins, pas immédiatement. Mais là, je reste silencieuse, réfléchissant à cela.

Néanmoins, je ne réfléchis pas tant que cela, l'homme me proposant un marcher et rapidement je lui rappelle qu'il n'est pas réellement en position pour quémander quoi que ce soit. Pourtant, ma curiosité piqué au vif à cause de sa conception des choses et sa vision du monde, je lui demande de s'expliquer et il s'évertue à le faire assez vite. L'écoutant, je fronce maintenant les sourcils, restant silencieuse avant de stopper le flux de chakra de ma lame pour la dématérialiser. Libérant ainsi la main de l'homme de la lame et l'empêchant ainsi de se blesser davantage. Dans un sens, j'aurais du faire cela plus tôt, car je n'étais aucunement désireuse de le blesser, mais pouvais-je réellement faire autrement alors qu'il a décidé de le faire de lui-même ? Heureusement qu'il n'a pas décidé de s'empaller dessus, sinon, j'aurais réellement eu des soucis... Parce que je doute que quelqu'un me prenne au sérieux si ma défense c'est 'il s'est jeté sur mon épée !'

"Vous me proposez un marché, mais en soit, qu'est-ce que j'ai a y gagner ? Parce que c'est bien beau, vous parlez, encore et encore, mais au final, tout ça, ce n'est que des mots. Vous chercher à m'aider ? Vous tracassez pas, je suis suivi dans le bâtiment qui se tient juste derrière vous. Alors pourquoi aurais-je besoin de vous ? Qu'avez-vous à m'apporter ?" Même si au fond, je sais déjà que j'ai ma réponse, il a bien exprimé cela avant de me parler de son désire de me voir travailler avec ma lame. Gardant toujours Dokuyaku en main, sans la rengainer dans son fourreau, pour me permettre une plus grande rapidité d'action en cas de mauvaise surprise de la part de l'ancien pirate, parce que même si je fais mine d'avoir baisser ma garde pour le contenter un peu, ce n'est nullement le cas.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u208

Les cicatrices ? Preuve que le passé n'est pas un rêve... [PV: Watanabe Shiori]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Hôpital général
Sauter vers: