Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

[Mission C] Il y a pas que du sable dans le désert - Demande de prêt à Kaze


Ven 6 Oct 2017 - 21:30
Une cape couleur sable sur les épaules, la capuche rabattue sur mon visage. La mine un peu déconfite de revenir ici. Une mission à Kaze... N'aurait-il pas pu envoyer une autre personne ? Non, forcément, ma connaissance du désert et les possibles liens que je pourrais avoir le négociateur joue. J'ignore même à qui j'aurais affaire. Est-ce un nom qui me sera connu. Est-ce que même le nom que je porte lui sera connu. On est quand même assez nombreux à porter le patronyme Nakasu. Alors peut-être que... Soupirant avant de fermer la porte de ma chambre dans le repère. Je suis déjà lassée à l'idée de partir pour mon pays natal. M'enfin, dans un sens, cela me permettra peut-être de retomber sur de vieilles connaissances en routes... Mais j'avoue que j'envie assez bien mes des compères, partir pour Kiri. Bien que le bateau... très peu pour moi, mais un jour, je visiterais Mizu, cela est une certitude. Pourtant, en attendant, je ne dois pas prendre la direction vers la mer, mais bel et bien vers les terres désertiques situé plus à l'ouest d'ici. Un schéma que j'ai fait en sens inverse par le passé, pour me rendre à Kumo, mais à il y a de ça plusieurs mois, je n'étais pas seule. Oh non que du contraire. J'avais des connaissances avec moi, probablement restées à Kumo maintenant, je n'en sais rien. Et dans un sens, je ne dois plus y penser. J'ai fait mes choix est je me dois de les assumer. C'est d'ailleurs pas le moment de faiblir, de regretter et chercher à rebrousser chemin. Non, c'est pas du tout le moment, pas alors que j'ai enfin une mission à réalisé. C'est clairement pas à Kumo que j'aurais eu le loisir de le faire, en un peu moins de six mois, j'ai fait que glander là-bas, alors que là, j'ai déjà ma première mission. Comment dire que ça, c'est clairement motivant. Même si la destination n'est pas la plus enthousiasmante pour moi.

Ajustant ma capuche sur ma tête, je quitte le repère, mon sac de vivre sur les épaules. C'est partit pour plusieurs jours de marches. Kaze, ce n'est pas la porte à côté non plus. Un chemin qui peut s'avérer dangereux, mais mortel, pas quand on est habitué à survivre en milieu hostile. Mais j'ignore réellement à quel point, cette fois il le sera. Parce qu'il y a clairement une différence entre voyager seule et à plusieurs. Je n'ai personne pour me reposer dessus. Je dois veiller à tout, toute seule. C'est déjà ennuyant. Au final, une équipe, c'est quelque chose qui ne doit pas être si mal que ça...

Je secoue la tête. Je dois réellement me sortir ce genre de penser de la tête. Jouer les sentimentaliste, c'est pas mon style et là, on pourrait croire que je regrette de pas être avec Shikami ou Haruko. Surtout le second, avec qui j'ai, je crois, bien plus d'affinités. je dois me concentrée sur ma mission et uniquement sur ça !

***

Voilà déjà plusieurs jours que je marches, en faisant attention à dissimuler mes traces aux maximum, non désireuses d'être suivie et/ou traquer. Une fois dans le désert, je serais réellement plus sereine. D'ailleurs, je m'en approche petit à petit. La chaleur se fait bien plus présente, le sable de Kaze ne doit plus être loin. Je me suis d'ailleurs permise de faire une petite escale dans un hameau pour récupérer des vivres et surtout de l'eau. Chose plus qu'utile dans le désert, même si je me doute bien que si je marches pendant des jours et des jours, je risque de ne pas avoir assez de mes réserves.

Et maintenant... Elle est là, devant moi, la mer de sable qui a bercé la quasi totalité de ma vie. En quittant mon clan il y a plus ou moins six mois, je ne pensais pas revenir si rapidement. Je ne m'étais pas imaginer avoir une mission qui me reconduirait ici, mais en même temps, c'est tellement logique. Haussant les épaules. "Allez on y va, les affaires ne vont pas se faire toutes seules." Me motivais-je comme une enfant pourrait le faire alors que mes pieds foulent à nouveau le sable chaud et doré du pays du vent. Qu'il est bon de retrouver ces racines en quelque sorte. M'accroupissant un instant, je laisse ma frôler le sable un instant, jouissant doucement de ce petit plaisir que je me fais avant de réellement me concentrer à nouveau sur ma mission pour reprendre ma marche et aller à la rencontre de l'envoyer de Kaze.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Sam 7 Oct 2017 - 15:54
« J’imagine que vous êtes l’envoyée du Feu. »

La silhouette qui s’était invitée dans le paysage du membre du Soshikidan était imposante. Tout d’abord par sa taille, environnant les deux mètres, mais également par la posture très engagée qu’elle avait. Sans perdre un instant, celle qui n’était ici que pour satisfaire les exigences de son pays et des siens reprit.

« Je suis Meikyû Manako, l’envoyée de Kaze no Kuni. Vous êtes bien venue négocier un prêt ? »

Elle attendit la confirmation de la jeune femme. Il était plaisant, malgré toute la tourmente qui agissait le Grand Continent à l’heure actuelle, de voir une autre kunoïchi s’occuper d’une telle tâche. Secrètement et légèrement féministe, celle qu’on surnommait « l’Œil » trouvait que le monde ninja était beaucoup trop représenté par la gente masculine.

Mais le sexe de l’envoyée du Feu n’enlevait rien aux craintes que la grande Kazejine éprouvait. Qui disait Hi no Kuni évoquait les souvenirs encore récents de Shîto. Est-ce que cette femme faisait partie du fameux Soshikidan, ou était-elle réellement un intermédiaire sans la moindre utilité supplémentaire ? Pour Manako, si la personne était inquiète, la kunoïchi qu’elle était ne pouvait qu’appliquer les ordres. Là résidait une différence de culture notable entre le Pays du Vent et bon nombre de ses voisins : l’honneur et le respect des traditions primait sur tout le reste.

« Venez, je vous emmène à la Banque Sabaku. »

Manako avait été rappelée de Kumo il y a quelques temps maintenant, et attendait toujours que la criminelle Kâtenshêdo y soit ramenée. Mais pour l’heure, il était hors de question de penser à ça davantage…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 7 Oct 2017 - 16:13
Rapidement, je me retrouve devant cette montagne. Relevant un peu la tête, toujours ma capuche vissée sur ma tête, je la regarde, ou plutôt je te regarde. Haute perchée. C'est là, que je me sens réellement petite de mon petit mètre soixante-trois. Mais si, pendant un instant, je me suis laissée impressionnée par ta carrure, cela ne dure guère. Je ne suis pas du genre à prendre peur à cause du physique d'un potentiel adversaire. Suffit de voir, comment, je n'avais aucun mal à tenir tête à Shojito à Kumo alors qu'il me dépasse de plus d'une bonne tête. Je suis petite, je le sais, mais cela est une force dans un sens, parce qu'on me perçoit plus facilement comme faible et fragile, alors qu'en réalité... Je peux être bien plus forte qu'une montagne de muscle. M'enfin, soit. Relevant donc assez bien la tête pour pouvoir croiser ton regard, j'acquiesce quand tu me demandes si je suis l'envoyée du feu. Je te laisse le loisir de te présenter en première. Meikyu. Un nom et pas n'importe lequel. Cela peut être assez ennuyeux pour moi si jamais ça part en vrille. 

Prenant alors l'initiative, je retire ma capuche, dévoilant ainsi totalement mon visage à la femme en face de moi ainsi que ma chevelure verte des plus atypiques. "Nakasu Ryüka. Je suis effectivement envoyée par le Pays du Feu pour négocier pour le prêt." Confirmais-je alors, attendant de voir, si oui ou non, elle réaliserait que je suis également originaire de ce pays, mais que mes idéaux et mon envie de prendre part au monde m'a poussé à partir loin de ma terre natale. M'enfin, je doute qu'elle se laisse aller à réfléchir à cela, à me faire la discussion sur Kaze alors qu'on a bien mieux à faire, même si l'amadouer de cette façon pourrait être une bonne solution pour acquérir plus facilement ce que l'on désir. 

"Je vous suis." Même si il me semble encore bien connaître le chemin. J'ai tellement arpenté ce désert pendant plus de dix neuf ans que j'ai l'impression de n'avoir rien oublier d'ici pendant ses six derniers mois. Pourtant, je suis bien placée pour savoir que tout change, qu'ici, les paysages sont toujours en perpétuelle mouvement. Une dune de sable qui était là hier, ne sera peut-être plus là aujourd'hui, ou bien aura simplement changer d'aspect demain. Le risque de se perdre ici, est réellement immense, tout comme le risque de mourir. Mais là, mon souci n'est pas celui-ci, parce que je te suis... Non, j'ai tellement de questions à te poser, sur l'évolution de Kaze ses derniers mois. L'envie de savoir si, le pays reste encore en retrait du monde, s'il a tisser des liens ou je ne sais quoi avec les autres villages. Curiosité peut-être mal placée, surtout quand on sait dans quel camps je suis... Bien qu'en même temps, cela pourrait être des informations des plus intéressantes. Pourtant, je ne dis pas un mot, pas encore, peut-être plus tard. Je me contente simplement de suivre la marche sans aucune difficulté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Lun 9 Oct 2017 - 18:28
Nakasu Ryuuka. Un nom singulier, que la jeune femme crût un instant connaître. Mais la grande à la peau mate se ravisa de tout jugement. Sa discipline inébranlable ne pouvait lui permettre de juger ou agir selon un simple doute. Peut-être qu’elle avait déjà entendu parler de cette envoyée du Feu, certes, et alors ? Même si ça devenait avéré, ça ne changeait rien.

Ce fut en ayant ce genre de réflexions pendant sa marche que Meikyû Manako se rendit compte à quel point elle avait pu changer, inconsciemment, depuis les évènements de Shîto. Sa crainte que l’accord des Kumojins par rapport à Kâtenshêdo, une criminelle de la pire espèce de sa nation, ne soit pas respecté déteignait sur les autres, et sur tout le reste. Sa méfiance avait toujours fait partie d’elle, mais elle était devenue exacerbée. Et ce n’était pas une bonne chose.

« Je ne sais pas si vous connaissez la Banque Sabaku. D’ailleurs, c’est peut-être votre première visite à Kaze no Kuni. »

Tandis que ses pas tutoyaient le sable chaud et aride du grand désert du Vent, celle qui escortait ne pouvait s’empêcher de prendre son rôle d’accueillante au pied de la lettre, et d’offrir donc une sorte de cours d’histoire.

« Kaze no Kuni est sans doute le pays le moins diversifié en termes d’environnements et de richesses naturelles. Néanmoins, il existe quelques villes et lieux historiques et paradisiaques. Tout cela est dû à la richesse de nos ancêtres. Le Pays du Vent est progressivement devenu la nation la plus riche de tout le Grand Continent. Les trésors de notre contrée, et la triste guerre civile de Hi no Kuni n’y sont pas pour rien. »

Il y avait une certaine fierté dans ce que la représentante du Vent racontait. Il n’y avait sans doute pas kunoïchi plus aimante de ses traditions et de toutes les richesses et particularités de son désert. Un désert que les deux femmes traversaient tranquillement, même s’il était peut-être pénible pour la visiteuse de Hi no Kuni. Manako se tenait d’ailleurs régulièrement à disposition pour prêter une gourde à son interlocutrice si elle le souhaitait.

Elles marchèrent pendant plus d’une heure, sous un soleil de plomb. Mais au loin, elles purent toutes deux apercevoir une architecture majestueuse. Une énorme bâtisse aux courbes droites, frappée dans ce qui semblait bel et bien être du marbre blanc, en plein milieu du désert. L’écriteau – énorme s’il était besoin de le préciser – présentait la Banque Sabaku. Nombreux véhicules en bois et chameaux semblaient disposés un peu partout, mais semblaient si minuscules à côté du bâtiment qui lui, était énorme.

« C’est grâce à toute cette richesse qu’il a été possible de construire de tels édifices en plein milieu du désert. Rassurez-vous, à l’intérieur, il fera bien plus frais. Nous y arrivons bientôt, souhaiteriez-vous me poser une question avant ? »

Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 10 Oct 2017 - 0:53
Aucune réaction visible à mon nom. Dommage. M'enfin, le contraire m'aurait étonnée en même temps, même si j'avoue que ça aurait potentiellement pu m'aider si le nom Nakasu n'était pas inconnu pour toi. Sauf que c'est visiblement le cas. Ennuyant. Mais bel et bien la preuve que les miens continuent de rester tapis comme des faibles au fond du désert à simplement jouer les nomades et aider de temps à autres dans les hameaux dans lesquelles ils séjournent parfois.

Arquant un sourcil à ta question sur la banque, j'esquisse un petit sourire. "Je connais. En réalité, je suis originaire d'ici. J'ai quitté Kaze il y a quelque temps pour m'impliqué dans la vie du continent. Il y a tant de choses à faire et même à voir." Soufflais-je alors en restant quand bien même assez évasive concernant la date de mon départ et tout cela, préférant garder une notion plus que vague. Après tout, j'ignore actuellement la position de Kaze concernant Shito et les autres villages. Si lors de mon départ, il semblait toujours isolé, peut-être que maintenant, ce n'est plus le cas.

Acceptant d'ailleurs la gourde que tu me tends, je n'abuse pas non plus sur la quantité de gorgée que je bois. Garder des réserves est toujours utile et se ruer sur l'eau parce qu'on a soif n'est pas la solution. Accélérant un peu le pas pour marcher à tes côtés quand tu reprends la parole, je te laisse voir un léger sourire, malgré ma capuche, depuis un moment remontée sur mon visage. Risquer une insolation n'est pas non plus souhaitable.

"En effet, j'aurais quelques questions à posées. Est-ce que Kaze est toujours aussi reclus qu'avant ? Je veux dire par-là, est-ce qu'il est maintenant en contact avec les villages ? Ou bien suis-je la seule ''représentante'' d'un autre pays à vous contacter." Représentante d'un autre pays, c'est assez drôle dans un sens de dire cela alors que je suis origine d'ici que normalement. Pente glissante, chemin houleux que j'empreinte maintenant, mais ma curiosité la remporter sur tout le reste. C'était le risque qu'ils prenaient en m'envoyant ici. Ils ne peuvent m'empêcher de me soucier de mon pays Natale, comme eux, se soucient de Shito, moi, je me soucie toujours de Kaze.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

[Mission C] Il y a pas que du sable dans le désert - Demande de prêt à Kaze

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent
Sauter vers: