Partagez | 

La Cascade Kuroshiro [Solo | Terminé]


Sam 7 Oct 2017 - 0:35
LA CASCADE KUROSHIRO — PROLOGUE


Si le retour de Shîto soulevait des interrogations et des inquiétudes quant à l’avenir. La mise en place d’un nouveau Kage, capable d’assurer les fonctions, serait en bénéfice non négligeable pour l’affronter. Plus que jamais le rôle des Yoru no Ikimono, allaient être capital. Ayant choisi cette voie, je me devais d’être exemplaire. Cependant, quelque chose me bloquer encore dans ce chemin. Quelle place devais-je donner à ma relation avec mon petit frère dans tout cela…. ? Je ne pouvais me détacher de lui, pourtant, j’avais choisi une voie où la mort était partout. Elle m’avait approché plus jamais à Shîto, et il en serait maintenant sans doute toujours ainsi. Je ne voulais pas qu’il se retrouve seul. Bien sûr, le clan était là. Mais c’était autre chose tout de même… Par ailleurs, dans le contexte actuel, et avec les mystérieuses disparitions qui avaient eu lieu, je ne cessais de me poser une question. Quelle voie choisirai-je entre la raison d’état, et mon petit frère si ce dernier venait à trahir les valeurs pour lesquelles je me battais et travaillais ? Que cela provoquerait-il chez moi ?

Tant de questions auxquelles je ne pouvais apporter la moindre réponse. Est-ce mal d’être indécis de la sorte ? Peut-on réellement l’être ? Ne savais-je pas déjà finalement ce que je ferais, sans être capable de me l’avouer ? Le flot inlassable de questions ne cessait d’envahir mon esprit sans que je ne puisse faire quoique ce soit pour l’arrêter.

Tu lis quoi Rai ?

C’est l’objet même de certains de mes tourments qui vint me sortir de mes pensées. Employant le surnom qu’il m’avait attribué il y a bien longtemps et que t’aura Nara employait parfois. Afin de passer un peu de temps ensemble, nous avions décidé de partir s’entrainer, mais une averse nous avait un peu découragés. Habituellement, il en fallait plus, mais… en bon Nara, nous n’avions pas la foi ce jour. C’est donc à la grande bibliothèque que nous nous étions rendu…

Invocation, comment passer du mythe à la réalité…. Mais à vrai dire, je me suis perdu dans mes pensées… et ce livre ne contient pas les informations que je recherche de toute manière…
On pourrait aller demander à Shikatowa tu ne crois pas ? Avec sa mémoire hors norme, elle doit connaitre des choses là-dessus…
Je ne vais pas la déranger pour cela, elle doit être très occupée en ce moment avec ce qu’il se passe dans le clan, tu sais…

Pourtant, sur le chemin du retour, Shikarin ne me lâcha pas une seule seconde. Inlassablement, il me tannait pour je craque. S’il le faisait, c’est bien parce qu’il savait qu’il avait toute les chances de me faire changer d’avis. Je crois bien qu’il avait même déjà réussi à me convaincre… après tout, ce n’était pas une demande si terrible… C’était légitime que je m’intéresse aux savoirs que pouvaient renfermer notre clan. De plus, je ne demandais pas beaucoup de temps, simplement quelques informations, et des conseils de parchemins ou de livre à consulter afin de découvrir les choses par moi-même, ce qui était à mon sens, bien plus enrichissant, même si cela demander parfois un coup de pousse… En plus, c’est que je voulais partager et faire avec mon frère. Comme une mission que je me donnerais à moi-même. J’étais convaincu que cela aurait plu à nos parents.

C’est ainsi que le lendemain, aux premières heures du jour, nous nous retrouvions, Shikarin et moi, devant la maison de Shikatowa Nara, la précédente chef de clan, et encore membre du conseil des Nara…

_________________

ߦ Team Rakkan 雷雲 #40826d ߦ
thème de Shikarai



Dernière édition par Nara Shikarai le Mar 28 Nov 2017 - 23:22, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t345-fini-nara-shikarai http://www.ascentofshinobi.com/u279

Sam 18 Nov 2017 - 17:57
LA CASCADE KUROSHIRO — LA QUÊTE PREMIÈRE PARTIE


Tu me laisses parler, d’accord ?
Olala c’est bon t’es relou…

Nous étions sur le point de secouer sur la cloche de l’entrée, lorsque la porte s’ouvrit. Devant nous, Nara Shikatowa, son kiseru à la main, la vieille femme aux cheveux et aux yeux gris, nous sourit.

Shikarin, Shikarai, bonjour ! Je suis heureuse de vous voir de si bon matin. Vous veniez me voir… ?

Après s’être expliqué avec elle sur le pas de la porte, la Nara nous invita à rentrer chez elle, et nous proposa à boire, avant de commencer à nous expliquer ce que nous voulions apprendre. La vérité fut très intéressante. En fait, il n’y avait pas une unique façon de faire un pacte avec une espèce, non, il y en avait quasiment autant que d’invocateurs et d’invoqués. Pour autant la Nara n’avait que peu de temps à nous accorder, et ce que nous avions appris était suffisant, pourtant, elle avait une dernière chose à nous confier.

Je vais devoir partir. Nous avons une réunion pour le clan. Cependant, j’ai une dernière chose pour vous… cela vous aidera dans votre quête. Vous n’êtes pas sans savoir que la grande bibliothèque regorge de salles et de secrets. Il y a longtemps, sous l’impulsion des Suzuri, des coffres sécurisés ont été créé à l’intérieur de la grande bibliothèque. Certains sont à disposition des clans. Les Nara en ont plusieurs, l’un deux contient nombre des parchemins. Parmi ceux-là, vous en trouverez qui vous permettront de trouver ce que vous cherchez…. Toutefois, il vous faudra vous montrer à la hauteur pour accéder au coffre en question. Souvenez-vous, rayonnage 510, référence du livre A6RP8. Vous le reconnaîtrez sans doute, je ne doute pas que Shikaei te l’ait déjà montré Shikarai. Il contient une énigme, à vous de la trouver, et de la résoudre, celle-ci vous donnera l’accès au coffre.

Nous étions un peu béats suite à cette somme d’information, si bien que l’ont eu un petit temps de réaction, celui-ci permit d’ailleurs à la Nara – un peu amusée – de reprendre la parole avant nous.

Je vous souhaite bonne chance. Je n’ai pas de doute quant à votre réussite. Je vous embrasse, j’espère vous revoir vite, à bientôt.

Après l’avoir remercié et nous être incliné pour la saluer respectueusement, nous la laissions partir devant, avant de prendre le chemin de la grande bibliothèque. Une énigme ? Cela promettait d’être intéressant.
Dès notre arrivée à la grande bibliothèque, nous avions foncé dans le rayonnage indiqué. Et en effet, je reconnaissais ce livre. Les souvenirs devaient sans doute être plus lointains pour mon frère qui était très jeune à l’époque. Ce livre était un livre en quelque sorte historique, présentant différentes stratégies employé par les Nara par le passé, et crypté par leur soin. Restait à savoir où était la fameuse énigme que contenait ce livre, ainsi qu’à la solutionner. Le plus dur en somme….

Afin de préserver les secrets du clan Nara, l’énigme et sa solution resteront inconnues aux profanes qui lisent ce texte… (J’avoue que c’est aussi et surtout parce que je me suis emmêlé les pinceaux dans l’énigme que j’ai tenté de faire et que j’ai peur que ce soit chiant et long à lire, car je ne suis pas excellent en explication écrite de ce genre de chose)

Le mystère du livre A6RP8 nous avait tenus longtemps en haleine… Tout d’abord, il avait déjà fallu le trouver. Rien que cela nous avait pris plus d’une journée. Quant à la solution, c’est environ trois jours entiers qu’il nous fallut pour la décrypter. Shikarin et moi étions vraiment émerveillés par cela. La conception et la dissimulation de cette énigme devaient sans doute aussi avoir pris beaucoup de temps. Nous nous demandions d’ailleurs si dans d’autres livres Nara, d’autres énigmes pouvaient être caché. Cela ne faisait peu que de doute, mais sans savoir ce que l’on cherchait, cela devait s’avérer encore plus difficile. En tout cas, pour ce qui était de notre énigme, ou plutôt celle qui nous permettrait d’atteindre le but qu’on s’était fixé, c’était fait. Et pour cela, nous avons pu compter sur l’aide posthume de notre père, qui… il y a bien des années, avait disséminé dans notre esprit, les indices nécessaires pour nous aiguiller.

Trouver et ouvrir le coffre ne furent plus qu’une formalité. À l’intérieur de celui-ci, plusieurs parchemins, dont ceux dont nous avait parlé Shikatowa. Il s’agissait de différents pactes, signés par des ancêtres avec divers animaux. Il y avait d’autres parchemins explicatifs. L’un d’eux expliquait que l’utilisation d’un certain parchemin, sans avoir parafé le contrat avec une quelconque créature, expédiait directement l’utilisateur dans le sanctuaire de l’animal avec lequel il avait l’affinité la plus forte. Cependant, cela était loin d’être sans risque, et il pouvait très bien s’agir d’un aller sans retour. Shikarin et moi connaissions les risques, et nous voulions les affronter. Nous nous sommes donc de nouveau rendus chez Nara Shikatowa, afin de lui demander si elle permettait que nous empruntions le fameux parchemin, ce qu’elle accepta. Le moment était venu pour nous. De retour dans l’appartement que nous occupions avec le parchemin, je l’ai simplement déposé sur la table devant nous. J’ai attaché les cheveux mon frère avec le bandeau de notre père, et les miens avec celui de notre mère.

Je crois que c’est l’heure de vérité, petit frère.
Oui….

C’est comme si les rôles étaient inversés à ce moment-là… Habituellement, c’est qui parle plus que moi… L’effet des bandeaux sur notre caractère ? Non, ce n’était que des bandeaux… C’était plus profond. On se sentait bien et on était nerveux à la fois. On se répéta les consignes pour faire le rituel de contre-invocation. Après avoir échangé un regard complice, on mordit notre pouce pour y récupérer un peu de sang que l’on superposa sur le sceau du parchemin. Je joins ma main gauche à la main droite de mon petit frère, on exécuta les signes incantatoires avec nos deux mains mêlées, parfaitement synchrones. Un dernier mouvement pour superposer de nouveau nos deux mains sur le sceau. Celui-ci se déploya en quelques instants avant de se rétracter, laissant la pièce, vide…

L’instantanéité de ce déplacement spatio-temporel était spectaculaire, restait à savoir où nous avions atterris… L’une des premières choses que l’on remarqua, ce fut un bruit presque assourdissant, mais auquel on s’habitua vite. Il provenait d’une chute d’eau, celle-ci n’était pas immense, cinq mètres tout au plus, mais c’était suffisant. Nous étions dans une sorte de forêt vierge, qui sans pouvoir vraiment se l’expliquer était à la fois dense et clairsemé. La légère pente, et la vue derrière la cascade ne laissaient pas de doute, nous étions sur une montagne. On pouvait observer par-delà la chute d’eau, bien plus haut en altitude, le sommet de blanc de celle-ci. C’était sans doute la fonte estivale d’une partie du glacier de montagne qui alimentait le cours d’eau et la cascade. Il n’y avait pas de doute, nous étions toujours au Pays de la foudre.
Cependant, quelque chose me chiffonnait…. Ces arbres autour de moi… et même toute la flore alentours… Je ne les reconnaissais pas vraiment… Ou plutôt si, je le reconnaissais comme les arbres qui n’avaient rien à faire là ! Les connaissances que je tenais des Nara sur le milieu forestier ne laissaient pas de doute. Ils étaient pour la plupart d’une rareté inestimable. C’étaient des essences très anciennes, dont la plupart dataient de la préhistoire comme la fougère arborescente à côté de laquelle je me trouvais. Les roches présentent ici et là, et au niveau du cours d’eau étaient aussi intrigantes. Plus je regardais autour de moi, plus j’en prenais conscience. J’ignorais où nous venions d’atterrir, mais ce lieu était une pure merveille, nous étions au beau milieu d’un lieu qui n’avait quasiment pas bougé depuis des temps préhistorique. Je me demandais ce qu’en pensait Shikarin qui s’était avancé un peu plus loin vers la chute d’eau, lorsque je l’entendis.

Dis Shikarai. Tu te rappelles cette fois où on est tombé sur un Once dans les hauteurs proche de Kumo ? Tu me crois si je te dis que c’est pire ?!

Ayant dépassé l’arbre qui me cachait la vue, je pus voir Shikarin, à côté de la rivière formée par la cascade. Au-dessus de cette dernière, deux félins, l’un plutôt gris clair, et l’autre plutôt gris sombre. Et ce n’était pas n’importe quel félin, les sabres à la place de leur canine… Ils étaient tout aussi préhistoriques que ses lieux. Shikarin reculait lentement lorsqu’ils se mirent à grogner sur nous avant de prendre leur élan pour bondir. Nous avions dégainé aussi vite que l’on avait pu. Chacun avait réussi à intercepter l’un des félins à l’aide de la kagemane. Nous tremblions de tous nos membres lorsqu’un rugissement féroce se fit entendre derrière les deux autres félins. Avant que nous ayons pu faire quoique ce soit, un troisième, encore plus imposant avait surgit juste devant nous, en bondissant au-dessus des deux autres. Nous ne tremblions plus. La bête posée sur nos ombres semblait retourner la kagemane contre nous.

Pfeuwahah ! Des Nara… ! Vous ne vous cachez pas ? Les temps sont durs pour vous en ce moment grawawa…

Mon frère et moi n’en revenions pas, même si bien sûr dans nos recherches nous avions trouvé des informations sur des animaux dotés de la parole, ce n’était pas la même chose en vrai. Qui plus est venant d’un animal aussi imposant et intimidant. De plus, s’il parlait, c’était pour se payer notre tête par-dessus le marché !

_________________

ߦ Team Rakkan 雷雲 #40826d ߦ
thème de Shikarai



Dernière édition par Nara Shikarai le Mar 28 Nov 2017 - 22:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t345-fini-nara-shikarai http://www.ascentofshinobi.com/u279

Sam 25 Nov 2017 - 11:32
LA CASCADE KUROSHIRO — LA QUÊTE SECONDE PARTIE


Toujours dans un état de stupéfaction, je n’eus pas le temps de répondre à la provocation que mon frère s’en chargeait déjà. C’était bien son genre de toute façon. Sans doute, était-ce pour lui, un moyen de tromper sa peur. Ou bien était-il simplement inconscient face à un animal probablement aussi dangereux.

Laisse-nous !! Et ne te moque pas des Nara ! Nous ne sommes pas responsables de cela… Tu ne nous connais même pas d’abord !

Gwahahahaha… Toi non plus tu ne me connais pas. Tu ne manques pas de cran en tout cas, à moi que ce ne soit simplement complétement stupide, indiqua l’animal avec un ton qui se faisait de plus en plus grave et rauque à mesure qu’il finissait sa phrase.

Son regard aussi changeait. En fait, l’animal se faisait en lui-même, de plus en plus intimidant. Il nous transperçait littéralement avec ses yeux vermillon. Toujours immobilisés, nous n’avions aucun moyen de faire quoique ce soit. J’ignorais comment, mais il n’y avait que peu de doute son pouvoir était lié au notre. Il brisa de nous le calme.

Toi qui es bien silencieux et qui as l’air plus âgé. Tu dois être son frère. Vous vous ressemblez bien plus que part de simple trait qui pourrait être commun aux membres de votre clan… Grrooam… Oui, vous me rappelez quelqu'un, surtout toi le petit chieur. Avec vos marques sur votre visage… ces marques… je vous connais…

Le ton qu’il employait était toujours assez froid, mais je me demandais si c’était par animosité, ou pour autre chose. Ses mots résonnaient dans ma tête. Je les avais déjà entendus, mais pas de sa part. Oui, ça n’était pas la première fois que la ressemblance de mon frère à ma mère frappait les esprits, est-ce que ça pourrait être ça ? Oui la ressemblance avec maman… ça ne pouvait être que cela. Soudain, d’un coup sec, l’animal donna un coup de patte sur nos ombres au sol. Cela eut pour effet immédiat de nous tirer à lui, comme si, en tirant sur nos ombres, il avait pu réussir cette prouesse. Il continuait de nous dévisager.

Nous sommes les deux fils de Ranshika Nara, et de Shikaei Nara, osais-je enfin dire.

Le visage du félin s’éclaira à mes mots, lorsque sans un bruit, un quatrième apparu. D’un gabarit quasi-identique au plus gros, bien qu'un peu plus fin, il était de couleurs opposées avec sa robe blanche et ses yeux azur.

Kokufū ! Lâche-les enfin. Tu n’es même pas capable de les reconnaître par toi-même… Lâcha le félin au pelage immaculé.
Gwahahahaha…. Je plaisantais bien évidement, dit-il avec un faciès très souriant, qui contraster vraiment avec son attitude précédente.
Je comprends mieux votre présence ici. Voilà donc, Shikarin et Shikarai Nara, ajouta-t-il en me regardant moi, puis mon frère.
Je pense que Shikarai est le plus vieux des deux, ajouta la blanche en regardant avec un sourire apaisant.
C’est… c’est cela en effet. Osais-je finalement ajouter.
Ne vous inquiétez pas. Vous êtes en territoire ami ici, et même plus que cela. Je pense que vu vos têtes, vous n’êtes pas au courant, et c’est bien normal… Jadis, nous formions une équipe avec vos parents. Pour tout vous dire, nous faisons partie d’un clan de Smilodon, une espèce qui s’est pourtant éteinte partout ailleurs dans le monde il y a bien longtemps. Si nous, nous sommes encore là, c’est grâce à ce lieu qui se nomme cascade de Kuroshiro. Il est coupé du monde, sur l’une des plus hautes montagnes du pays de la foudre, il existe un grand lac, alimenté par le glacier de la montagne. C’est cette eau qui coule ici. D’ailleurs, il est quasiment inaccessible par quiconque par un moyen naturel, car il est protégé par différents sceaux. La seule issue est ce ruisseau, qui se déverse hors de la roche, et qui à l’extérieur, n’apparaît que comme une simple cascade pétrifiante.
La faune et la flore de ce lieu sont miraculeusement restées quasiment intactes, et ce, depuis des siècles, comme en des temps préhistorique, grâce à sa géographie toute particulière, et à notre adaptation à ce milieu. Ce petit bout d’écosystème, piégé au cœur de la montagne. Mon époux ici présent s’appelle Kokufū, et les deux autres sont nos enfants, Nezumiiro et Haiiro. Quant à moi, je me prénomme Shiromizu.


Le ton apaisant employé, ainsi que cette courte présentation nous avait calmés, mais nous n’en croyions toujours pas nos yeux et nos oreilles. Nous ne pouvions pas en revenir. Nous allions de surprises en surprises. Au final, je comprenais la réaction de Shikatowa. Sans doute, avait-elle connaissance d’une partie de ces informations, ou bien même, les avait-elle simplement déduites. Et maintenant, qu’est-ce qui allait se passer ? Nous allions pouvoir pactiser avec eux ? J’étais démuni, je ne savais plus quoi faire. Shikarin était dans la même situation que moi, mais un peu plus vif, il questionna alors les félins. De plus, le dénommé Kokufū avait vraisemblablement cessé son étreinte, puisque nous pouvions de nouveau nous mouvoir comme nous le souhaitions.

Qu’est-ce qu’on doit faire maintenant ? C’est avec vous que l’on peut faire un pacte ?
Gwahaha… toi le minot ? Tu veux déjà faire un pacte ? As-tu seulement combattu ne serait-ce qu’une fois ?
… Je m’en fiche, je…
Ne gaspille pas ta salive va. On trouvera sans doute un arrangement, mais tu as intérêt à vite progresser.
J’en suis désolée Shikarin, ajouta Shiromizu avant de me regarder.
Toi en revanche Shikarai, tu es largement près pour cela.
C’est vrai ? Vous le pensez ?
Bien sûr. Allez, vous deux, suivez nous. Conclus le smilodon noir.

À ces mots, nous nous sommes exécutés, et avons suivi le groupe félin à travers ce magnifique lieu. C’est après cela qu’on a pris conscience de la taille de celui-ci. Plus grande qu’un village, entre forêt préhistorique, et roche, je me disais que sur le plan scientifique, la cascade de Kuroshiro était une perle. Rapidement, après avoir dépassé la chute d’eau centrale, nous arrivâmes auprès d’un rocher mousseux d’au moins deux mètres, que l’on contourna d’un quart, avant d’y découvrir un trou. Il s’agissait en fait d’une tanière, celle de nos hôtes.

Vous êtes ici chez vous les enfants. Je me doute que vous brûliez d’impatience d’en savoir plus sur le lien que nous avions avec vos parents, la cascade, et un possible pacte… On va avoir tout le temps de discuter.

Après avoir pris place au sein du gîte des smilodons, Kokufū et Shiromizu se relayèrent pour nous tous nous expliquer. Pour commencer, sur le lieu, Shiromizu développa son histoire un peu plus en détail. L’immense et solide cavité, c’était formée il y a des siècles et des siècles, par un phénomène géologique complexe. Les pierres cristallines dont était formé une partie du dôme de la cavité avaient toujours était là. Découverte côté extérieur par l’érosion, elles avaient permis à ce lieu d’être baigné de lumière, et d’eau par infiltration. De petits animaux avaient commencé à y trouver refuge. Les graines des végétaux apportées par leur déjection ne mirent pas longtemps à y germer. D’autres animaux y avaient vite élu domicile, parmi lesquelles, les fameux smilodons dont l’espèce n’allait pas tarder à s’éteindre, mais aussi, une rare espèce d’once. Lors d’un été particulièrement chaud, une très grande partie du glacier de la montagne, avait fondu alimentant en grande quantité, un petit cours d’eau passant juste à côté des pierres cristallines. Au final, le lit du court d’eau s’était légèrement décalé, créant pour la première fois la fameuse chute d’eau, dont le lieu tire son nom.

Hélas, cet évènement bouleversa l’équilibre du petit écosystème. En effet, la seule issue fut rapidement close par le court d’eau qui venait de naître de la cascade, par laquelle l’eau s’échapper tout en formant une fontaine pétrifiante côté extérieur. De nombreux changements s’effectuèrent alors. Et des décennies plus tard les deux espèces de félins ne faisait plus qu’un. Le régime alimentaire des léopards des neiges, plus diversifié et comprenant des végétaux, allié à la robustesse des smilodons dont les gènes étaient resté dominant avait permis ce petit miracle. Avec l’apparition du chakra, cette espèce avait connu un autre tournant. Grâce au chakra, ils pouvaient désormais entretenir les lieux, et empêcher l’érosion de le détruire. Certains fous avant durant l’histoire réussi à pénétrer le lieu, en franchissant la fontaine pétrifiante. Mis à l’épreuve par les smilodons gardiens des lieux, un seul parvenu à survivre. Il pactisa avec l’espèce animale en question. Il ne s’agissait pas d’un Nara, non. Mais de notre grand-père paternel, Fubuki. Ainsi c’était transmis cet héritage. Et désormais, il nous appartenait à Shikarin et moi.

Kokufū et Shiromizu nous racontèrent ensuite, meurtri, qu’ils étaient bel et bien les Kushiyoses de nos parents, mais n’avait pas pu être invoqué le jour où ils perdirent la vie. Kokūfu et son tempérament de feu faisaient équipe avec ma mère, quant à Shiromizu, elle faisait équipe avec mon père…

Une dernière chose les enfants…Avant de passer aux choses sérieuses. Les marques sur votre visage sont inactives, mais lorsque vous serez lié à l’un d’entre nous, le sceau se gorgera de chakra. Si vous apprenez à le maîtriser, vous aurez accès à des techniques que vous ont laissé vos parents…

_________________

ߦ Team Rakkan 雷雲 #40826d ߦ
thème de Shikarai



Dernière édition par Nara Shikarai le Mar 28 Nov 2017 - 22:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t345-fini-nara-shikarai http://www.ascentofshinobi.com/u279

Mar 28 Nov 2017 - 22:56
LA CASCADE KUROSHIRO — ÉPILOGUE


Après cela, Shikarin et moi avons passé une sorte de petit test, accompagné de Nezumiiro, et Haiiro. Il avait pour but de définir quel duo fonctionnait le mieux. C’est avec Haiiro que j’eus le plus d’affinité. Ainsi donc, ce serait avec lui que je me lierais à jamais. C’était une impression forte étrange que je partageais en sa présence. Nous n’avions pas beaucoup parlé. En fait, je crois que nous n’en avions pas besoin. Il était un peu comme moi, tout en étant très différent. Il partageait beaucoup de mon silence, mais était bien plus vif que moi. Avant que l’on ne pactise, Kokufū avait tenu à ce que nous nous entraînions ensemble. Alors même que nous nous connaissions à peine, notre complicité et notre synchronicité était quasi-semblable à celle que j’avais pu développer avec mon frère. Son pelage gris sombre, finement tigré était somptueux, son œil jaune était tout aussi vif que lui. J’ignore combien de temps nous sommes restés à nous dévisager, ce que je sais, c’est qu’il était tard lorsque Kokufū vînt nous trouver.

Il est l’heure mes enfants.



Haiiro et moi, nous étions contentées d’acquiescer. Shiromizu est arrivée tenant en sa gueule un grand parchemin, qu’elle laissa rouler à nos pieds, avant de nous adresser un sourire. Je reconnu immédiatement les autres inscriptions du parchemin. Il s’agissait du nom de mes parents, et ceux de Shiromizu et Kokufū. D’une couleur brunâtre, l’écriture manuscrite devait être faite de sang, comme j’avais pu le trouver dans mes recherches.

Très bien, vous allez tout deux inscrire votre nom pour parapher le parchemin, puis y opposer vos empreintes.
Une fois que vous aurez terminé. Le pacte sera conclu à jamais entre vous deux. Lorsque tu voudras invoquer Haiiro, il te suffira de prendre un peu de ton sang, composer les mūdras que vous avez exécuté pour atterrir ici, à savoir dans cet ordre : Sanglier – Chien – Coq – Singe – Chèvre.
En apposant ta main au sol ou sur une autre surface plane, tu consommeras une petite quantité de chakra, le sceau de déplacement spatio-temporel apparaîtra, suivi d’Haiiro.

Après un nouvel acquiescement de notre part, nous nous exécutâmes. Après que l’on eut parachevé nos signatures et empreintes, Shiromizu enroula le rouleau et repartie avec. Il n’était pas encore l’heure pour que mon frère puisse se lier à un animal, cependant, il n’allait pas repartir les mains vides. Il reçut un petit parchemin, en l’activant, il sera directement téléporté à la cascade Kuroshiro, de la sorte, il pourra venir s’entrainer ici quand il le souhaite, ou bien il pourra simplement y trouver refuge.

Maintenant que nous sommes liés toi et moi, Shikarai, tu vas pouvoir accéder aux techniques que t’a laissées ton père… Et ensemble on pourra combattre et s’illustrer…

Haiiro avait parlé de cette voix calme pour me dire au revoir, alors que Shikarin et moi, étions de nouveau transportés à travers le temps et l’espace. En définitive, nous étions réapparus dans la pièce que nous avions quittée bien plus tôt dans la journée. Il était assez tard, mais nous étions contents de notre journée riche en émotion. Après Avoir ramené le parchemin dans sa cache et avoir mangé un bout, nous sommes partie nous coucher. Je me sentais différent. J’étais si heureux de savoir que de nombreuses personnes pourraient s’occuper de mon frère s’il m’arrivait malheur. J’étais enfin libéré d’un poids qui jusque à présent m’étriquait. J’allais enfin pouvoir être moi, suivre les traces de mes parents, accéder à des techniques qu’ils nous avaient légué. Moi, Nara Shikarai, j’étais un peu plus serein désormais.



~ FIN ~



Bonjour:
 

_________________

ߦ Team Rakkan 雷雲 #40826d ߦ
thème de Shikarai

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t345-fini-nara-shikarai http://www.ascentofshinobi.com/u279

La Cascade Kuroshiro [Solo | Terminé]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: