Derniers sujets
Partagez | 

Chapitre 3 - Ombre de la Terre | Libre


Sam 7 Oct 2017 - 18:27


CHAPITRE 3 - OMBRE DE LA TERRE
— Libre


Ce rp se déroule quelques heures après la visite de Chôgen et des chefs de clan avec Arikasa.



Il avait fait passer le mot en utilisant ses serviteurs de l'unité spéciale. Tout le village était maintenant au courant. Le changement venait de toucher Iwagakure no Sato. Le Triumvirat n'est désormais plus présent dans la hiérarchie de ce village et c'est un homme seul qui vient de prendre le pouvoir aujourd'hui.

Un important rassemblement s'était regroupé sur la grande place du cœur commerçant. Toute la populace d'Iwa confondue, ninja, civil, garde, artisans, même les sans-abris. Ils avaient fait le chemin pour écouter ce que le nouveau dirigeant du village allait dire à ses habitants pour expliquer ce geste, expliquer ce qu'il compte faire.

C'est alors que le Nagamasa venait de faire son apparition parmi la foule, suivi de son homme de main, Genkishi. Le silence lui aussi venait de faire son apparition, les yeux de tout ces gens étaient maintenant rivés sur le visage de celui qui venait de changer tout un village. Il s'avança pour se placer sur une petite hauteur histoire que chaque personne présente puisse entendre ses mots. Il devait en plus choisir avec beaucoup de prudence ce qu'il va dire.

Posant une de ses mains sur le pommeau de son sabre, il fit un geste de bras vers les gens pour prendre la parole. « Iwajins ! Mes frères, mes sœurs, aujourd'hui, si je m'avance vers vous, c'est pour vous prouver l'envie que j'ai de faire avancer ce village. Je sais que beaucoup veulent des réponses par rapport aux évènements de ce matin et je vais vous expliquer. » Son visage se releva et ses yeux rougeoyants venaient allait couvrir la foule de toute sa volonté. « Moi, Nagamasa Chôgen, premier du nom, prend aujourd'hui la place de dirigeant d'Iwagakure no Sato. » Son poing venait de se serrer et il le porta contre sa poitrine. « J'en fais le serment devant vous. Je m'engage à défendre ce village et le faire evoluer jusqu'à ma mort. Je deviens en ce jour, le Shodaime Tsuchikage de notre histoire. »

Le silence était toujours présent, il ne savait pas vraiment si les gens étaient joyeux ou mécontents de la situation. Difficile pour lui de savoir quoi penser dans cette situation. Mais au final, ce sont plusieurs applaudissements qui commençaient à se faire entendre dans le fond. C'était le moment parfait pour lui et il devait continuer de parler. « Le Triumvirat n'était pas quelque chose de mal, mais cela ne fonctionnait pas suffisamment pour la grandeur de notre village. Mais je vous le dis, aujourd'hui, tout cela va changer ! Iwa aura la grandeur qu'elle mérite ! »

L'idée commençait à faire son chemin, le fait que finalement, ils avaient le choix de le suivre pour faire revivre ce village qui est toujours meurtrie depuis l'attaque des mercenaires, ou alors lui tourner le dos et rester dans cette situation de non-sens qui portera son village à sa fin ? Le choix n'était pas tellement difficile pourtant. « Ce pouvoir, je le prends, en vous promettant de bien l'utiliser, de faire des choses qui sont bien pour le village. Je ne suis pas quelqu'un de fermé et j'écouterai chacune de vos requêtes. Je fais ça pour le peuple, pour que les habitants d'Iwagakure se sentent enfin bien chez eux. »

Des mots juste, franc, qu'il avait lui aussi envie de ressentir. C'était le moment idéal, le moment parfait pour enfin prendre la place qui lui revient de droit et montrer aux autres que c'est une bonne chose d'être avec lui et non contre lui. Le plus important était maintenant de voir la réaction de ceux qui se tiennent en face de lui, car après, tout va dépendre de ce qu'ils pensent.


_________________
雷切 -Raikiri no Chôgen
« The glories of our blood and state, are shadows, not substantial things. There is no armour against fate, death lays his icy hand on kings. But i'm not a king, and my shadow will bring a new hope for Iwagakure no Sato... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t138-chogen-you-re-gonna-feel-my-blade-into-your-body http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t981-nagamasa-chogen-carnet-d-un-samourai#5004 http://www.ascentofshinobi.com/u311

Sam 7 Oct 2017 - 19:04
Aujourd'hui est un jour important, un jour de célébration et un jour de bonheur. Enfin, Nagamasa Chôgen va prendre sa place qui lui tend les bras depuis pas mal de temps, la place du Tsuchikage. Le Shodaime même, ce qui fera de lui le premier à avoir ce rôle, il doit le voir comme un grand honneur. C'est pour ça qu'en me levant ce matin, j'avais un sourire sur le visage, un sourire qui avait disparu ces derniers temps. J'étais véritablement honoré d'être son élève alors qu'il a la place la plus importante du village, c'est pour cela que je vais bien évidemment aller à son discours. Je me devais d'être présent pour lui montrer mon soutien et ma fierté, car en plus d'être un maître, il est une personne que j'apprécies et il faut toujours être présent dans ces moments.

J'avais passé ma journée à réfléchir sur l'avenir, me demander comment j'allais m'habiller pour l’événement, j'ai fini par choisir ma tenue habituelle de Chunin, on ne sait jamais ce qui pouvait se passer. En tout cas, je ne suis pas arrivé le premier, ni le dernier, mais j'étais à l'heure car le discours n'a pas commencé. Je regarde autour de moi, voir si je reconnais quelqu'un, mais là comme ça je n'aperçois personne. Je reste assez dans le fond de la grande place, je n'aime pas forcément être entouré de toute une grande foule comme ça. Surtout, du fond, avec mon Byakugan, je peux facilement repérer les perturbateurs ou quoi que ce soit qui est anormal. Je sais, je ne suis pas là pour forcément faire la police, mais je ne peux pas m'en empêcher, je veux que ça se passe à la perfection.

Au bout de quelques longue minutes, le silence dans la foule arrive et mon sensei prend de la hauteur pour que tout le monde le fixe. Les gens attendent que le premier Tsuchikage lance son discours, dans un calme olympien, alors Chôgen tend le bras vers notre direction et parle fort pour que tout le monde puisse écouter ce qu'il dit. Il a la classe quand il parle, surtout quand son regard finit par nous montrer toute la détermination et la volonté qu'il a pour son peuple. Il met finalement son poing contre sa poitrine pour nous faire un serment. Je regarde autour de moi, voit que le calme est toujours là, alors je prends mon courage à deux mains et je commence par applaudir à l'annonce de son nouveau rôle.

Chôgen reprend la parole pour dire qu'il n'y a plus de Triumvirat, mais que cela ne peut qu'être bénéfique pour Iwa et je suis d'accord avec lui. Il doit y avoir d'autre changement, mais il n'a pas tort, celui-ci était plutôt prioritaire. Les applaudissements sont enfin là, beaucoup beaucoup de monde soutient maintenant le Samourai.

J'arrête d'applaudir pour regarder le ciel, une pensée pour un ami perdu, le frère de l'homme du jour. "Tu peux être fière de ton frère !"

C'est à partir de ce jour que nous allions enfin pouvoir faire avancer au maximum le village. Fini l'attente de trois personnes pour faire des choix, fini le questionnement de quelle personne faut aller voir par rapport à notre demande. Il n'y a plus qu'un seul décisionnaire final et c'est un, si ce n'est le, meilleur shinobi du village. J'ai toute confiance pour notre futur et c'est à moi de maintenant suivre le chemin. Je me dois de montrer que je peux aussi jouer dans la cour des grands.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t925-hyuga-takashi-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t983-hyuga-takashi-carnet-de-bord#5008

Sam 7 Oct 2017 - 20:50
Alors, t'as terminé ? Je m'adresse à Kurai qui est en train de travailler sur un pantin. Je ne sais pas s'il en confectionne un nouveau pour l'utiliser lors de ses entraînements. Généralement, il aime bien se faire une petite collection personnelle. Une sorte de décoration en quelque sorte.
Donne-moi cinq minutes.
Ouais, cinq minutes. C'est ce que t'as dit il y a cinq minute Je le presse un peu. Pour cause, c'est un jour spécial. Très spécial même. Ce n'est pas tous les jours qu'on peut assister à un événement pareil alors je n'ai pas envie d'être en retard pour l'occasion. Je parle bien évidemment de l'annonce de la première Ombre de la Terre. La précédente organisation qui siégeait trois Iwajins pour répondre à des tâches précises n'est plus d'actualité. Au même titre que les Nuages et la Brume, nous allons connaître le nom de notre Ombre. La première de l'histoire, c'est tout de même quelque chose. Je suis bien content d'avoir l'opportunité de participer à la toute première intronisation du village.
Alors ... ? Ah, il a l'air d'avoir terminé ses travaux. Il prend le temps de ranger sa nouvelle création et nous voilà prêt à partir.
C'est pas trop tôt. Bon, ne perdons pas plus de temps et allons-y.

Nous quittons notre domicile et observons quelques villageois prendre le même chemin. Nous suivons alors le mouvement de foule pour rejoindre la grande place du cœur commerçant. Sur place, il y a déjà un grand monde. Malheureusement à cause de notre retard - qui n'en est pas réellement un car le discours n'a pas commencé - nous allons devoir être parmi les derniers de la foule. J'aurais préféré être devant pour voir de plus près le nouveau dirigeant. Tant pis.
Attendons ici. Même Kurai me fait la remarque. Je ne fais qu'acquiescer son ordre et reste à ses côtés en attendant le grand moment. Celui-ci vient apparemment d'arriver. D'un seul coup, la foule laisse place au silence complet. Toute l'attention est rivée sur un seul homme qui se met légèrement en hauteur pour se faire entendre par le peuple. C'est donc cet homme, du nom de Nagamasa Chôgen qui va endosser le rôle de dirigeant. Je n'ai pas spécialement d'avis sur cet homme. C'est le cas pour lui, comme cela aurait pu l'être pour un autre. Je préfère patienter afin de voir ses prochaines actions pour lui coller une étiquette. Les bras croisés, j'écoute attentivement les paroles de ce nouveau dirigeant. Selon lui, un Triumvirat ne pouvait pas répondre aux attentes d'Iwa. Là encore je n'ai pas d'avis là-dessus. J'espère simplement qu'il sera aussi efficace que ce Triumvirat. Un tonnerre d'applaudissement fait suite aux paroles du Shodaime. Bien entendu, j'applaudis aussi, tout comme mon frère aîné. Les réactions sont positives et annonce donc une toute nouvelle ère.


Dernière édition par Shinryo Gekkō le Dim 8 Oct 2017 - 14:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u242

Dim 8 Oct 2017 - 7:14
L'Ombre de la terre


C’était maintenant officiel. Les jeux étaient faits. Le rêve que Chôgen-dono avait partagé avec Akimoto il y a plusieurs mois déjà se réalisaient enfin. Quelques heures plus tôt, le samouraï en compagnie de la cheffe du clan Chôkoku étaient venu le chercher au domaine des Borukan pour écrire l’histoire. Le Triumvirat, malgré ses efforts et la beauté du principe sur papier, ne s’était montré nullement efficace. Depuis des mois que Chôgen portait le poids de l’organisation sur son dos, sans pouvoir agir en son nom. Maintenant, c’était chose faite, il n’y aurait plus rien qui se mettrait en travers de son chemin.

Akimoto était là lorsque son cousin avait lu le document signé par ses pairs, le parchemin scellant son destin et celui des autres Iwajins. L’Arikasa qu’il avait vu ce matin n’avait rien du cousin que le rouquin avait l’habitude de voir. Que deviendrait-il après aujourd’hui? Akimoto avait du mal à le prédire…En froid avec les siens depuis des années, porté par un clan rival au pouvoir et maintenant destitué par une coalition de ses pairs. Son honneur avait été entaché à bien des égards. Un traditionnaliste parmi les Borukan se devrait de le rétablir – un échange équivalent, une perte d’honneur pour un gain – mais le maintenant ancien conseillé politique ne respectait plus les traditions depuis bien longtemps.

Mais maintenant, tout cela était derrière le colosse. Alors que le nouveau Shodaime Tsuchikage s’adressait à la foule, Akimoto se tenait fièrement non loin de lui, quelques mètres à sa gauche. Revêtant un haori aux couleurs de son clan – le noir et l’orange – marqué du blason argenté du Yamagenzō sur l’épaule, il était entouré d’une dizaine d’hommes portant le plastron de l’unité. À cet instant, alors que le Nagamasa était intronisé en tant qu’Ombre du village, Akimoto acquérait non seulement le titre de conseiller militaire, de Gunjiteki – anciennement porté par Chôgen au sein du Triumvirat – mais également celui de chef de l’unité de défense du village. Parmi les hommes qui l’accompagnaient se trouvaient des shinobis de tous les horizons, Borukan, Hyûga, Akimichi, Inuzuka, Nagamasa. Le rouquin souhaitait que sa force policière représente l’ensemble d’Iwa, et c’est ce qu’il affichait aujourd’hui.

Le discours de Shodaime fut bref, mais éloquent. Le peuple avait des raisons d’être confus. Pour une personne non-avisé, cette passation de pouvoir pourrait pratiquement s’apparenter à un putsch. Mais la vérité était tout autre. Les applaudissements se firent discret au départ, mais lorsque le samouraï déclara avoir pris le pouvoir au nom du peuple et pour se porter garant de sa protection, la foule éclata finalement dans un tonnerre d’applaudissement. Akimoto fut l’un des premiers à encourager la nouvelle Ombre.

Le chemin d’Iwa avait toujours été parsemé d’embuches, les brigands, les conflits commerciaux, l’attaque, puis Shîto…Mais Akimoto était confiant qu’avec un homme comme Chôgen, le village pourrait finalement gagner la prospérité qu’il méritait. À cet instant plus que jamais auparavant, le Borukan ne regrettait pas son choix d’avoir fait confiance à ce jeune homme, par une froide soirée d’hiver, en lui promettant de le soutenir en échange de la direction de la police du village.


_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »


Dernière édition par Borukan Akimoto le Dim 8 Oct 2017 - 16:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Dim 8 Oct 2017 - 13:33


Ce jour allait marquer un changement des plus important pour le Village Caché de la Roche. La nouvelle de la fin du Triumvirat était rendue publique, peu après sa dissolution plus ou moins équivoque. Toutes les âmes d'Iwagakure avaient été conviées à un rassemblement en urgence sur la célèbre place du Cœur Commerçant. Membres des clans les plus nobles et estimés arborant leur plus grandiloquentes tenues, tout comme la plèbe et autres gueux en haillons, se rejoignirent pour cet événement marquant un vent de changement des plus radical. Cela avait tout du coup d'état machiavélique, savamment calculé et mis en place des plus habilement. Quelle serait la réaction de l'opinion publique sur une telle affaire ?

Le Triumvirat était une idée novatrice, néanmoins elle avait prouvé son manque d’efficacité flagrant en temps de crise. Beaucoup en avaient gros et ça tonnait fort à propos de la situation actuelle.  Tous souhaitaient que les choses changent. Le climat de terreur suite aux attaques n'avait pas diminué. Au contraire, les événements de Shîto avaient mis de l'huile sur le feu. Les Iwajins étaient majoritairement révoltés à l'encontre de ce qu'il s'était passé. Iwagakure avait été salie et traînée dans la boue. Redresser la barre avant de se fracasser sur ses propres rochers semblait une nécessité évidente.

Kanon était présent, tout comme la majorité des membres de son clan. Les Sōryū était l'un des clans les plus minoritaires et des plus méconnus d'Iwagakure. Agissant dans les ombres, ils étaient pourtant un incroyable atout pour le commerce entre autre et disposaient de richesses insoupçonnables et gargantuesques. Bien que le manque de considération à leur égard était flagrant, ils s'avéraient être des alliés d'Iwagakure des plus fervants. Du moins, pour ceux s'étant installés jadis à Rokkusu, quittant les terres où la branche la plus traditionaliste de leur clan ancestral régnait.

Kanon se doutait, même s'il n'avait pas été mis dans la confidence, que le Gunjiteki souhaitait prendre les rennes d'Iwagakure, des suite de la conversation au creux de la Roche qui s'était déroulée entre ce dernier, feu son frère et lui même. Cependant, même si ce dernier semblait être le seul à vouloir rétablir la grandeur du Village après sa mauvaise passe, en serait-il capable ? A trop vouloir s'approcher du soleil, s'en brûler les ailes était vite arrivé. Du peu qu'il le connaissait, le Nagamasa semblait le seul apte à la tache. Paraissant hardiment motivé et animé d'aspirations assez justes. Après, le personnage restait tout de même assez mystérieux et il était difficile à cerner.

Rejoignant le petit attroupement de Sōryū, qui faisait assez pale figure fasse à ceux des autres clans, du moins en nombre, Kanon interpella Shina.

« Vous ici ?»

« Il faut bien passer le temps. » -expirant une fumée bleutée, usant de son Kiseru comme à son habitude-

La foule continuait d'affluer. La place était bondée de monde comme jamais encore cela ne s'était produit. Peu de temps après, l'arrivé du Nagamasa se produisit, prenant place en hauteur et surplombant son audience. Exprimant un discours assurant ses intentions pour l'avenir d'Iwa. Le premier Shodaime Tsukikage venait de naître sous les applaudissements de la foule en liesse. La nouvelle était accueillie apparemment avec joie par la majorité des Iwajins.

Kanon était d'accord avec le discours. Le temps du Triumvirat était révolue. Iwagakure avait besoin d'un unique dirigeant. Et ce dernier se présentait enfin au grand jour.



Dernière édition par Sōryū Kanon le Dim 22 Oct 2017 - 19:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon http://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees

Dim 8 Oct 2017 - 16:06


Malgré son aversion pour les grands rassemblements publiques, la Kunoichi fit tout de même acte de présence. Après tout, sa bienfaitrice était là. Donc elle allait prendre sur elle et supporter cette foule hagarde, garnie d'hurluberlus des plus insipides, majoritairement dotés de faciès lui semblant des plus disgracieux, pour ne pas dire hideux. Pourquoi les gens étaient-ils aussi moches ? Enfin, tout les goûts étaient dans la nature. Et Kurohime n'avait pas les même valeurs que les normes admisses par la plupart.

La plèbe et autres illustres Iwajin s'étaient rassemblés sur la grand place. La nouvelle s'était ébruitée tel le vent. Apparemment, c'était la fin pour le règne du Triumvirat. Existence qui fut des plus éphémère et peu constructive. Un tyran entrait en scène. Prônant moult belles paroles. Étaient-elles véridiques ? Ou bien simples mises en scène politique ? Quelle importance au final. Runaka ne se souciait guère des tergiversations de simples ningens. Son affiliation à Iwagakure n'était due qu'à la présence d'une seule et unique personne en ces lieux. Son engagement dans les arts des ombres, faisant d'elle une Kunoichi, simple pion manipulé à diverses fins par les hautes sphères du village auquel il était rattaché, n'avait été fait que pour faciliter ses aspirations. Du moment que cela n'entravait pas ses objectifs ou ne portait atteinte au clan auquel elle avait une attache, il pouvait bien y avoir un tyran ou un Samaritain en guise de Shodaime Tsuchikage, que cela lui était totalement indifférent.

Apparemment, un Nagamasa, déjà membre de feu le Triumvirat, avait désormais cette responsabilité. Le poids de tout un peuple sur les épaules. La foule était en liesse. La nouvelle semblait accueillie avec joie.

Runaka n'étais pas vraiment quelqu'un accordant une importance aux figures emblématiques. Du moins de leur vivant. Une fois dans l'autre monde, il s'agissait d'une autre histoire. La politique était un certain domaine qui l’intéressait particulièrement. Mais sans plus. D'autres avaient priorité à ses yeux. Elle applaudit tout de même la réussite de cet illustre personnage ayant gravit un échelon de plus dans la hiérarchie d'Iwagakure, qui venait de se réécrire en cet instant. Il n'était plus un tiers d'une entité comme jadis, mais un nouvel être. S'étant complété, sous la naissance du premier Shodaime Tsuchikage.


_________________
Lights Emerging
Laughts Converging
Blissful Silence
Endless Violence




Dernière édition par Amano Runaka le Sam 14 Oct 2017 - 9:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t930-amano-runaka-en-cours#4618 http://www.ascentofshinobi.com/t1008-amano-runaka-et-le-carnet-de-recherches-pelucheux#5198

Dim 8 Oct 2017 - 21:06
Après les rumeurs vint l'appel. Le triumvirat n'était plus, chutant au profit de l'ascension d'un seul homme. Tyran ou pacificateur, son acte, bien que facilité par son statut social, révélait une chose, le système en place était bien trop bancale et ce n'est pas avec un système bancal que le village d'Iwa retrouverait ces lettres de noblesse. Beaucoup trouveront l'initiative destructrice du Gunjiteki comme un affront c'était certain, et mon père en faisait partie... Non mais l'esprit de contradiction est ravageur... Je vous le promets ! Moi, contrairement à mon géniteur je ne voyais pas l'ascension du shodaime comme la fin d'une aire, non j'étais plus optimiste que ça. Je voyais ça comme le début d'une nouvelle ère. Ce que beaucoup de traditionalistes oubliaient c'était que pour reconstruire il faut tout d'abord détruire ! Alors oui, que la personne qui détruise soit aussi celle qui reconstruise, ça fait un peu... Despote. Tout comme le fait de rassembler tout les pouvoir pour les donner à un seul homme. Mais la dénomination de despote, de tyran n'est elle pas donné à un mauvais roi ou un empereur trop égoïste ?

J'haussais les épaules, alors que la foule jurait, crachant leur venin perfide à l'encontre de Chôgen encore silencieux. Pourquoi personne ne voulait lui donner sa chance ? Pourquoi le changement les terrorisait tant ? Cette prise de pouvoir à plutôt bien était effectué. Un putsch propre, sans sang, simplement politique. Il est vrai que j'étais admiratif devant cette prise de pouvoir pacifique. Tous ceux qui juraient, sifflaient, et calomniaient, ont sans doute occulté le fait que le Gunjiteki contrôlait l'armée d'iwa et qu'il aurait très bien pus prendre le pouvoir par la force, souillant les rues du sang des Iwajins mécontent.

D'ailleurs en parlant de mécontent virulent, mon père hurlait, s'époumonant pour dévaloriser l'une des membres notre clan et pour une fois c'était pas moi, mais la cheffe elle-même de notre grande famille. Non mais quand je vous dis que rien n'arrête les rageux, faut me croire ! Par chance, ou malchance selon les points de vue, la foule hurlante couvrait ses insultes destinées à la Chôkoku posté derrière Chôgen avec Akimoto Borukan. Moi, je n'avais pas besoin de grand discours pour être convaincu. Alors pour atténuer le tumulte incessant qui commençait à me taper sur le système j'ai décidé de quitter ma position au sein de la foule. Ma famille et mon clan pouvait bien se passer de moi un moment, non ?

Je tournais donc les talons, totalement ignorait par mon père, me retrouvant devant mes frères et ma sœur tous vêtu, comme moi d'un kimono noir, sur lequel était cousu, en blanc, au dos du vêtement l'emblème de notre clan. Je leur fis un grand sourire avant de poser mon index devant mes lèvres. Toute ma fratrie roulais déjà des yeux comprenant avant même que mes actes prennent effet que j'allais les lâcher, seul dans ce bourbier avec un démon hurlant. Je crée donc un clone et le tournait dans le bon sens de sorte à ce qu'on me pense les yeux rivé sur le Nagamasa, captivé par son discours qui le laissait sans voix. Puis suivit un autre sourire et un signe un d'aurevoir de la main avant de me faire un chemin vers l'arrière de la foule.

C'est à mi-parcours que le discours qu'un silence pesant s'instaura. Je me retournais à peine pour apercevoir la tête du sabreur dépasser de la foule. Manifestement il s'était mis en hauteur pour son discours. Sa voix s'éleva, dans un calme toujours aussi intrigant tandis que je continuais de le faufiler parmi la foule pour en sortir. Des paroles fortes, une détermination certaine et une certaine sincérité... C'est ce que j'ai ressenti en écoutant l'élocution du nouveau dirigeant. Alors que j'arrivais enfin là où je voulais être, un tonnerre d'applaudissements retentit. Je haussais un sourcil regardant le foule puis le Hyuga posté prêt de moi.

-Eh bien ! Eh bien ! Que c'est étonnant... Son discours semble avoir muté les insultes en applaudissements. C'est ça qui vous rend si heureux ?

Dis-je en haussant les épaules avant de rajouter :

-En tout cas il faut avoir du courage pour prendre le pouvoir comme ça... Sans effusion de sang ni dommages collatéraux ! Pour ça il a tout mon soutien et toute mon admiration ! Iwa mérite d'être un symbole de grandeur et de puissance !

Je parlais, je parlais, mais peut être bien que l'élève du Shodaime ne m'écoutait pas du tout, trop obnubilé par le ciel azuré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 10 Oct 2017 - 19:25
Attendons ici. Les deux étrangers figuraient parmi les dernières têtes de l'immense foule. D'un seul coup tous les regards se rivèrent sur deux silhouettes ; le silence éclata tel un bang sonore. L'homme braqué par une infinité de regards se démarqua de la foule en se mettant en hauteur. Après un bref mouvement du bras il prit la parole. Mais à quoi cela servait à deux têtes étrangères de participer à un discours politique de cet ampleur ? Être tout simplement impliqué dans la vie active du village — mais surtout espérer un jour être réellement accepté. Le nouveau dirigeant du village, autrement appelé la Première Ombre de la Terre, qualifiait un triumvirat passé d'insuffisant pour Iwa. « Comment est-ce que les convictions d'un seul homme peut bouleverser un village soi-disant tellement grand que le dévouement de trois était insuffisant ? » Une première coquille facilement remarquée par l'érudit. Malgré cela Kurai n'en voulait absolument pas à cette tête qu'il découvrit lors de ce discours : si l'Ombre ne jouerait pas avec les mots, s'il ne mentirait pas sur certains points, personne ne le suivra. « De même, je ne vois pas comment un guerrier de son envergure — facilement perceptible avec sa gestuelle assurée — peut posséder la patience suffisante pour écouter chaque requête des habitants. Au pire cela sera trié par des esclaves modernes pour ne retenir que les idées intéressantes... » Ce n'était pas tout. « Il promet de faire le bien ? Nous en reparlerons. » L'aîné voulait rester indifférent aux acclamations du public, mais il ne pouvait tout simplement pas. Comment cela peut-être vu qu'un étranger ignore totalement un événement digne de ce nom, pire encore qu'il serait apte à boycotter une telle entité ? Afin d'éviter toute surprise, et surtout afin de ne pas se faire renvoyer, il était dans l'obligation de suivre le chemin de nombreux moutons. De ce fait, les paumes du shinobi se lièrent à contre-coeur : il applaudit en mimant un faux-sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 10 Oct 2017 - 21:18
Les applaudissements emplissaient l'atmosphère, chaque claquement de mains en entrainant un autre, jusqu'à saturation. L'opinion générale semblait favorable à cette élection, peut-être était-ce encore un de ces effets de masse qui menait tous ces individus ci-présents à aligner leur pensée. Applaudissaient-ils réellement la réussite de l'un des leurs ? Car, le peuple, ignare, savait se ravir d'une aussi fulgurante ascension. Mais, pardonnait-il à son élu de ployer sous le poids de ses responsabilités ? Brillant orateur despotique ou fervent défenseur de sa patrie, seuls ses actes compteront. Les discours politiques pompeux ne sont que de l'alcool fort dans le verre du miséreux. Boire de belles paroles, en rêver, puis se réveiller dans une réalité inchangée.

Hors de ce bain de foule, où chaque individu se noyait dans l'indescriptible cohue, Enkeï observait la scène silencieusement. Les bras croisés, le regard noir, ce dernier déployait à son insu une obscure énergie, extrêmement négative. Insensible à ces joies partagées, à ces cris d’allégresse, ce dernier ne ressentait véritablement qu'un profond dédain et ce, à juste titre. Non, ce n'était pas pour l'euphorie qu'il était venu. De la foule enflammée au Shodaime Tsuchikage, ses yeux striés de rouge ne firent qu'un bond. Voilà enfin le réceptacle de toute sa haine, l'ultime rempart à franchir pour exécuter ses plus noirs desseins. Il n'y avait aucune issue favorable, ni pour l'un, ni pour l'autre et pourtant, son bas-visage se déforma par un inquiétant rictus. Le glas d'une terrible revanche sonnait enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 11 Oct 2017 - 9:30


Une foule se rassemble, attirée par une promesse, un vent qui court. Un simple bruit répandu par quelques individus qui met un village tout entier en effervescence. Les gens se bousculent, râlent, se marchent sur les pieds, s'insultent. Ainsi vont les rassemblements de masse. Derrière l'apparente unité d'un groupe, se cache des coups de coude dissimulés, des videurs de poche qui se les remplissent, des sourires qui mentent. Beaucoup ne sont pas là par réel intérêt pour ce qui va se passer mais par curiosité malsaine et par envie de suivre le troupeau.

Ce n'est pas le cas de tout le monde. Dans la foule, un petit groupe de 10 personnes semble surplomber les autres. Mesurant tous plus de deux mètres, ou presque, le clan Akimichi est bien au rendez-vous. Impossible de les rater, comme une tache au milieu du tableau presque parfait de cette foule unie. Leur regard est fixé vers l'endroit ou la foule semble moins dense, l'endroit où l'homme que tous attendent doit faire son apparition.

Le silence s'écrase d'un seul coup, au moment ou le samouraï pose son désormais illustre pied sur la petite hauteur où il s'installe. Un silence qui ne traduit pas le calme des gens, mais au contraire leur incroyable vacarme. Ils n'attendent qu'une seule chose. Savoir s'ils doivent huer ou applaudir l'homme qui se tient en face d'eux. Car c'est de cela qu'ils se nourrissent, comme toujours, de cette ferveur populaire, peut importe dans quel sens elle va. Et tout cela, leur bonheur entier, dépend d'un seul discours.

Le discours est brut, parfois maladroit, mais empreint d'une volonté sans faille. Cela montre à quel point le Nagamasa découvre sa fonction. Il ne sait pas encore vraiment comment s'y prendre, ni de quelle façon exprimer sa pensée à un peuple en colère. Il est novice, ce que tout le monde peut comprendre. Ce que Chôkuro peut comprendre. Ce qu'il ne peut pas cautionner.

Les applaudissements s'élève dans les airs, le peuple a choisi la voie de l'approbation, la voie du soutien. Pas Chôkuro. Il ne choisit pas de voie. Car il ne connaît aucune des extrémités de ces voies. Sans savoir où mène un chemin, comment le suivre en fermant les yeux. Alors que les mains se joignent tout autour de lui, le géant roux tourne les talons, bousculant quelques personnes. Dans un murmure, audible par les personnes présentes, étouffés par les acclamations, ses mots se délient.

- Prenez le pouvoir, Shôdaime Tsuchikage. Mais ce n'est qu'un titre. Quelques mots ne me feront pas oublier que c'était vous qui étiez chargé de défendre ce village au sein du Triumvirat. Il va falloir réparer vos erreurs et faire vos preuves.

Son regard se perd alors que ses yeux se ferment un instant, ressentant toute la ferveur autour de lui.

- Je ne vous applaudis pas en ce jour. Faites en sorte que je n'ai d'autres choix que de le faire un jour.

Cette fois, sa voix avait porté, il n'avait pas murmuré ces derniers mots et quelques regards s'étaient retournés sur lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1224-chokuro-le-papillon-noir-porteur-d-espoir-finie

Jeu 12 Oct 2017 - 23:37





戴冠 - Tsuchikage no Taikan



« Le couronnement »

Près des ruisseaux, près des cascades, non loin des éternelles montagnes aux teints écrus, sur les rochers dont le temps sapait les débris. Entre les murs du vieux monastère où il s’était endormi, sous l’ombre d’un pin solitaire, sous un platane aux frais abris. À l’heure où le jour ne luisait pas encore à son paroxysme. Ce matin, un infime rai de lumière vint lui caresser le visage, pour le sortir, à sa manière, de sa torpeur coutumière et l'emmener dans son sillage indubitable.

L’ostrogoth sorti de son long sommeil, se rendit jusqu'aux abords de la fontaine, où l'eau chantait une rengaine à un auditoire grégaire. De splendide Paradisaeidae entonnant en cadence, barbotant avec confiance à la surface de l’eau limpide du réceptacle en forme de statuette du Gautama Buddha.

Senkū assistait au loin à ce magnifique spectacle, savourant chaque instant de cette scène poétique. Ses pensées affluèrent sans attendre sur ses proches, certain qu’il restait de l’espoir en dépit des récents événements survenu à Shîto no Sato.

Le village d’Iwagakure quant à lui, qui avait il y a quelques mois avait élu de nouveaux dirigeants, sous la forme d’un trio atypique, connu sous le nom de ‘Triumvirat’, se voyait dissous par les hautes instances. Une décision qui fut unanime pour la majorité du cercle fermé dirigeant de la Terre, qui avait décidé d’élire un seul et unique leader, sa cérémonie se déroulant ce jour même. Le Yaoguaï en avait eu vent par le biais de ragots se racontant au sein d’auberges, que l’organisation du village allait changer de façon drastique suite au couronnement du légendaire samouraï à la chevelure argentée.

~~

Sortant du temple abandonné, le Tenjõ décida de rentrer de son escapade sous risque d’avoir quelques soucis disciplinaires avec le Kage fraîchement intronisé. La précédente offensive envers la nation de la roche avait rendu les gardes particulièrement vigilants, et de ce fait, il n’était sans doute plus question, pour l’autochtone, de rendre visite à sa famille tribale évoluant en dehors des murs du village sans autorisation valable.

À peine était-il arrivé à destination, que les festivités et les ovations retentissaient parmi les ruelles animées d’Iwagakure. Les marchands vendaient des masques à l’effigie du Nagamasa, tandis que d’autres moins enjoué à l’idée que Chôgen soit placé à la tête du village, protestaient en silence, leur expression faciale trahissant leur opinion.

Quant au Yaseiaux pupilles automnales, son opinion personnelle quant à cette élection demeurait pour le moment positive. En effet, celui-ci avait férocement combattu aux côtés du Shodaïme Tsuchikage, frôlant et combattant la mort à ses côtés, ayant eu la chance de le côtoyer maintes fois, il le considérait en plus d’être un shinobi d’exception, comme un véritable ami. Il esquissa un léger sourire suite aux paroles de son compagnon gradé sans pour autant applaudir à l’instar de la foule environnante.

« Mes félicitations, Chôgen-sama. J’espère seulement que vos paroles, seront à la hauteur de vos agissements... » Disait-il à voix basse, fier du succès de l'épéiste.

N’étant pas réellement habitué à se retrouver au beau milieu d’une foule, sa nature introvertie le contraignant à quitter ce surplus de population autour de sa personne sibylline. Il extirpa un bref soupir de satisfaction, dénotant tout le soutien et le respect qu’il pouvait avoir à l’égard du bretteur et de son sacre, avant de se retourner brusquement et de s’éclipser dans les recoins reculés montagnards.



© GS'

_________________
急激 -Yasei no Senkū
«  There are things in life that are inevitable; I am powerless to control them. The Sun will rise and set, the tide will come in and go out, the seasons will change, the birds will fly South for the winter and return in the spring, and the caterpiller will transform itself into a beautiful butterfly. Somehow, I feel reassured by this because many other things in life are so transient - so momentary... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Ven 27 Oct 2017 - 16:10

« mi-chef mi-petit garçon en manque d'attention »




Simple comme bonjour. Dans la foule, disparate par sa seule peau violacée qui semblait pourrir, peut-être à cause de ce qui se cachait à l’intérieur de cette si singulière enveloppe, il avait arrêté de prêter attention au moment où il l’avait appelé frère. Ce parvenu sûrement issu de l’inceste sûrement commun au pays du Fer, un frère ? Il ricana même à entendre cela. Il était sûrement né avec une petite cuillère en or massif dans la bouche ou avait hérité d’un passé lourd et en était ressorti plus fort et bercé de bonne volonté, pour son village. Mort de rire, quel grand homme. Oh la la, je suis le Tsuchikage à partir d’aujourd’hui Iwagakure ira bien mieux, j’ai vaincu un titan parce que je manie le sabre comme pas deux. Je vais remplacer un trio dont je faisais partie, et tout va changer, alors que même au sein de celui-ci j’étais aussi inutile que la bite d’un moine. Laisse-moi rire, face de raton-laveur.

Premier du nom ? Il ricana encore, une femme à côté de lui le regardant avec l’insistance maternelle qui avait l’air de dire arrête donc et écoute les adultes, insolent. Il ne fut pris d’aucune réaction à la sommation de la vieille mégère. Je, moi, mon cul de Nagamasa sur la commode, je vous le dis. Quel piètre et égocentrique orateur, cela va suffire à rassurer et inspirer les troupes ? S’interrogea le rabiboché, plein de suffisance. Pourquoi était-il là, vous direz-vous ? Il fallait bien s’occuper, la fausse vie de shinobi Iwaijin n’avait rien de passionnante, surtout dans la police. Et cet Akimoto… Qui se voulait paternel, qui voulait les guider sur la bonne voie. Dieu seul savait comment il supportait ça sans broncher malgré sa nature.

Il se rassurait en disant qu’il avait fait ça pour le peuple. Chôgen l’avait peut-être vu, leurs regards s’étaient croisés. Et Kyûsei comprit que derrière tout cela il n’y avait qu’un homme, corrompu par l’ivresse du pouvoir, l’envie d’être ‘l’élu’. Un problème au niveau paternel, peut-être. Des choses à prouver. Une propension à se sentir important pour autrui à la seule fin de se cacher ou oublier. Ridicule Tsuchikage, ridicule Shodaime. Ridicule mascarade. Ridicule pièce de théâtre dont il allait bientôt quitter la scène. Le Hanmon tourna les talons. Au revoir Chôgen Nagamasa. Au revoir pitoyable foule qui applaudissait maintenant ou s’enjouait d’émotions contraires pour au final manger dans sa main.








_________________


« ...some men aren't looking for anything logical, like money. they can't be bought, bullied, reasoned, or negotiated with. some men just want to watch the world burn »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1599-rei-ichi-from-stone-to-ashes-u-c#9765 http://www.ascentofshinobi.com/u271

Mar 31 Oct 2017 - 11:47
Tu étais présent ce jour-là. Parmi la foule, tu te sentais comme un intrus au milieu de cette population en adoration. Une fois encore, tu compris que ta place n'était pas ici. Les mots du récemment nommé Shodaime n'avait de cesse de faire croître cette rage qui t'animer. Comment oser-t-il t'appeler son frère ? Au vu de ses airs si supérieurs, il était évident que vous ne faisiez pas partis du même monde. Se rendait-il seulement compte de ce qu'il se passait sous ses yeux ? Avait-il seulement conscience de la mascarade au sein du clan Hyûga ? De cet esclavagisme qui se déroulait sous ses yeux ?

Un rictus se dessina sur le coin de tes lèvres. Tu te tenais droit au milieu de la foule, les yeux bandés, observant de tes si précieux Byakugan le nouveau chef d'Iwa. Tes mains se crispaient, tes muscles se contractaient à chacune de ses paroles que tu prenais comme une agression. Tu espérais en finir avec tout ça, le voir repartir dans son palais si majestueux, lui qui ne prêtait même pas attention à la merde sous ses yeux. Vaincre un Titan était certes un exploit, mais cela suffisait-il pour se proclamer Shodaime Tsuchikage ? Lui qui venait d'un clan du Pays du Fer, qui n'avait participé aucunement à la création et à la pacification du village caché de la Roche...

De plus, il était soutenu par la Soke. Bien évidemment, un inconnu nommé au pouvoir ne peut être soutenu par ce maudit clan que pour deux raisons... Soit c'est un ignorant qui ne se rend pas compte de la réalité des Hyûga, soit c'est un complice qui tire profit de ta situation... Votre situation. Sans quoi, il y aurait bien longtemps que la Soke aurait réagi. Une raison supplémentaire qui te donnait envie de bondir sur cet homme et de montrer au reste de la population à quel point il était incompétent pour diriger Iwa .

Même si tes yeux étaient cachés au reste du monde, il était facile de distinguer le dégoût et la colère sur ton visage. Les dents serrées, les poings fermés, tu ne parvenais même plus à lui faire face, préférant tourner le dos à cette population ignorante, dont les applaudissements te donner l'envie de rendre ton déjeuner. "Je fais ça pour le peuple". Alors que tu t'apprêtais à repartir, tu entendis ces quelques mots qui déclenchèrent un léger fou rire de ta part. Le peuple hein. Tu ne croyais pas les mots du samouraï, pour toi tout n'était que mascarade et tôt ou tard, sont vrai visage se dévoilerait. Tu ne voulais pas perdre plus de temps que ça, tu avais eu la confirmation que tu souhaitais, le Shodaime n'était pas l'homme qui te ferait quitter cet enfer.

_________________

~Bang Bang~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1653-de-toutes-les-passions-la-plus-cruelle-pour-les-autres-et-pour-elle-meme-est-la-haine-hyuga-shinku#10185 http://www.ascentofshinobi.com/t1539-hyuga-shinku-pupilles-blanches-et-coeur-noir#9392

Chapitre 3 - Ombre de la Terre | Libre

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: