Derniers sujets
» Entrainement à l'épée n°1 - Shiori
Aujourd'hui à 23:25 par Watanabe Shiori

» Le blondinet s'ennui !
Aujourd'hui à 23:21 par Aami Shôran

» Encore ... ? [Pv Shuu]
Aujourd'hui à 23:20 par Metaru Reiko

» Deux épreuves pour le prix d'une (ft. Y. Kagero & N. Sayo)
Aujourd'hui à 23:14 par Aburame Shizen

» [Equipe #4] Première rencontre matinale
Aujourd'hui à 23:06 par Kanashīdesu Inja

» Impact [Sayo N.]
Aujourd'hui à 22:35 par Nara Sayo

» La chieuse en tenue d'infirmière... [Ft.Sayo]
Aujourd'hui à 22:30 par Nara Sayo

» C'cadeau Senseï | Shojito
Aujourd'hui à 22:18 par Nara Sayo

» Pile ou face ? | Frero
Aujourd'hui à 22:03 par Nara Sayo

Partagez | 

Rencontre sur fond de mer [PV Yuki Rakka]


Lun 9 Oct 2017 - 16:35
Aaaah la mer....

Cette vaste étendue d'eau, a de tout temps, fasciné l'humanité. Avant que la navigation n'apparaissent, la mer n'était qu'une immense geôlière emprisonnant tout ce qui se trouvait sur Terre. Elle ne semblait pas obéir aux lois terrestres et tuait tout êtres vivant inadaptés à la parcourir. Plus tard, à l'aube de la navigation, les flots devinrent paradoxalement le symbole de la liberté et de l'émancipation. Les hommes, à présent libre de se déplacer où bon leur semblaient, répondait les uns après les autres à l'appel du large et Kazuya n'y manqua pas.

Etant à présent ninja, la vie de marin de Kazuya n'existait presque pas où plus. Son grade ne lui permettait pas de sortir du village comme bon lui semblait. Il fallait dire que Maeda n'avait le nindô en lui et malgré sa longue expérience en tant qu'homme, il en avait très peu en temps que ninja. Le balafré avait passé l'examen finale de l'académie sur recommandation, après de nombreuses collaborations avec les premiers kirijins. En effet, la capacité spéciale de Maeda ayant besoin d'une certaine maîtrise du chakra, il était logique qu'après avoir mit ses compétences au service de la navigation, il le fasse pour une institution ninja.

Le golgot de Kiri,n'ayant pas encore de mission à se mettre sous la dent, en profitait pour visiter discrètement la ville afin d'en connaitre tout les recoins. Reconnaître ainsi le terrain, était une vieille habitude venant de sa vie de brigand. Après tout, pour connaitre l'emplacement des petits marchés noirs, des quartiers où l'on faisait un peu de trafique voir même des passages secrets prévus pour la fuite , il fallait se bouger. La curiosité naturelle de Kazuya et sa soif de connaissance accentuerait encore plus cette attitude. Profitant du l'après-midi pour aller observer la mer au niveau d'une petite crique qu'il connaissait. Le corsaire remarqua que son coin habituel était occupé par quelqu'un...


Une enfant qui avait l'air somme toute banale. Kazuya lui donnait douze ans, tout au plus même si parfois un physique juvénile peut cacher un âge bien plus avancé. La gamine possédait de grands yeux oranges tendant plus sur une couleur dorée. Sa peau assez pâle faisait un contraste assez saisissant avec sa chevelure noire encre. Cette petite fille rappelait fortement quelqu'un à Kazuya, les contours du visages et l'impression général qu'elle dégageait n'était pas nouveau pour l'ancien maître d'armes du " Muzijin Volant ". La môme regardait l'horizon, essayant désespérément à percer le rideau de brume pour apercevoir la mer. La scène rappela son enfance à Maeda, qui lui aussi adorait depuis toujours, se perdre dans l'horizon de la mer. Le boucanier, observait la petite fille qui trempait ses pieds dans l'eau avant de se rhabiller. Remarquant qu'elle arborait autour de sa taille son bandeau de ninja kirijin, Kazuya décida d'initier le premier contact.

« N'aie pas peur » lança d'abord Kazuya qui était persuadé que son visage dérangerait une enfant de cette âge.

« Je ne te veux aucun mal...» poursuivit-il levant les mains pour montrer qu'il n'utiliserait pas les armes accrochés à sa ceinture.

« Je suis Maeda Kazuya, un kirijin et tout comme toi, j'aime moi aussi venir regarder la mer depuis cet endroit. »

L'ancien brigand espérait une réaction positive de la part de son interlocutrice...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1380-maeda-kazuya-terminee

Mer 11 Oct 2017 - 2:19
La fin de la matinée se profilait sans grande joie sur la mer entourant le Pays de l’Eau. Le vent s’était tu, les vagues se faisaient rares et même le Soleil se trouvait caché par les nuages. Dans l’intimité d’une crique, une enfant contemplait ce paysage, les pieds dans l’eau. L’œil hagard, Rakka laissait son regard d’ambre se confronter avec le bleu de la mer. D’ordinaire, la singularité de ses yeux orange se trouvait souligné par la profondeur de l’eau, l’azur du ciel, mais, à cet instant, il était triste ce regard, rendu terne par la tonalité des lieux.

La brume s’était faite épaisse aujourd’hui, on ne voyait pas grand-chose, et cet état de fait rendait la genin bien morose. La fillette poussa un soupir et promena encore une fois son regard autour d’elle. On ne voyait pas à dix mètres et même la crique qu’elle appréciait tant semblait peinée par ce brouillard. Il n’y avait rien pour éveiller ses sens aujourd’hui ; la mer était calme, limpide, le vent timide et la température commençait à la faire frissonner.

Ôtant ses pieds de l’eau, Rakka se ramassa sur le support rocheux pour remonter sur la berge. Elle avait laissé ses chaussures plus haut, sa tunique et sa ceinture aussi. Du haut de ses dix ans, la fillette n’avait pas encore développé ce qu’on appelait la pudeur. Ses formes absentes, son corps juvénile, rien ne lui semblait damnable au point de devoir impérativement disparaître derrière des habits prudes. Aussi, malgré la fraicheur régnant en ces lieux, elle ne portait qu’un débardeur d’un gris sombre, orné de mailles dans ce qui semblait être un décolleté en V, ainsi qu’un pantacourt assorti lui collant à la peau avant de dévoiler la même maille protégeant ses genoux.

Machinalement, l’enfant se couvrit, déçue de ne pas voir un spectacle qui avait le don d’éclaircir ses pensées. Pourtant, les cris autoritaires de sa mère résonnant encore à ses jeunes oreilles lui prouvaient bien qu’elle était loin d’être en harmonie ce jour-là. Où était le vent qui séchait ses pleurs et l’écume qui éloignait ses peurs ? Rakka se sentait presque trahie par cette amie imaginaire qui l’avait bercée depuis sa naissance. Point de mer pour aider la fillette à faire ses premiers pas dans le monde compliqué des choix des adultes.

Toute à ses pensées, la brunette qui finissait de nouer son bandeau à sa taille n’avait pas entendu l’autre âme approcher. Lorsque la voix masculine parvint à ses oreilles, la petite sursauta, puis chercha machinalement la source de ces mots. Son cœur s’était accéléré sous la surprise et elle s’attacha à l’apaiser, comme son p…comme Atsuji le lui avait appris ; il n’était jamais bon de se faire surprendre. Bien vite, un visage se distingua dans la brume, ainsi qu’une silhouette. Communément à ceux de son âge, elle resta ébahie devant la face ravagée de cet homme qu’elle ne pouvait s’empêcher de détailler du regard, les yeux grands ouverts.

Rakka ne réalisa sa posture défensive que lorsque l’inconnu leva les mains en témoignage de sa non-hostilité envers elle. La fillette se força à ramener ses bras le long de son corps et à détendre ses muscles tantôt aux aguets. Elle-même n’était pas armée, mais elle n’avait pas un physique à représenter un danger et le savait pertinemment. Son talent à elle n’avait rien de guerrier, rien de volontaire non plus, mais il était aussi redoutable qu’inconscient et la petite n’hésita pas à en faire montre dès lors que le shinobi se présenta dans les règles de l’art. Ce cérémonial la mit en confiance, la brunette s’en détendit et étira ses lèvres pour offrir à Kazuya un sourire sincère.

« Enchantée ! Je suis Kogyoku Rakka, se présenta-t-elle à son tour d’une voix forte et claire pour couvrir la distance.

L’enfant jeta un regard en coin à la mer cachée derrière elle et reposa ses yeux sur le dénommé Kazuya, immanquablement attirée par sa cicatrice sur laquelle elle n’osait pas interroger son interlocuteur. Pourtant, résolue à satisfaire sa curiosité, Rakka s’approcha du défiguré, posant un pied sûr sur les amas rocheux bordant la mer en cette partie de la crique.

- Vous venez souvent voir la mer ? questionna-t-elle innocemment. Pourquoi ? »

Elle-même cherchait des réponses dans les états d’âme de Susanoo, mais le dieu marin semblait peu connu en ce pays. Paradoxalement, au Pays de l’Eau, la mer n’était pas le territoire préféré des kirijins et nombre de ses camarades lui préférait de loin la douceur de la terre ferme, rencontrer quelqu’un attiré par les vastes étendues salées la réjouissait d’avance.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1010-presentation-de-rakka-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1503-yuki-rakka

Jeu 12 Oct 2017 - 0:17
La rencontre des deux protagonistes s'était faite dans le plus grand respect. Malgré un âge et une expérience qui les éloignaient, sans parler de leurs différences considérables sur le plan général, les deux kirijins parlaient d'égal à égal comme si le protocole n'avait pas sa place en ces lieux. Les premiers échanges de paroles s'effectuaient avec aisance et rien ne perturbait les deux personnages dans leurs manières de cueillir les réactions de l'autre.

*** Kogyoku...Kogyoku... ce nom de famille...***
pensait Kazuya qui se disait de plus en plus qu'un lien existait entre lui et Rakka.

« Oui je viens assez souvent ici pour admirer la mer. C'est la force naturelle la plus honnête. Elle révèle la vraie nature des gens... » lança Kazuya en fixant l'horizon brumeux.

« Dis moi petite... ton nom ne m'est pas inconnu. Ton clan possède-t-il un manieur d'armes ? » poursuivit le géant.

Kazuya savait depuis la question de cette dernière qu'il pouvait lui faire confiance et qu'elle n'irait sûrement pas par quatre chemins. Lorsqu'il lui posa la question, il s'attendait tout naturellement à recevoir une réponse similaire à celle qu'elle lui donna. Kazuya soupçonnait qu'elle faisait partie de la famille d'un ancien ninja épéiste et surtout à quel point ce dernier était redoutable. Effectivement, Atsuji n'avait rien à envier à l'ancien pirate, car à l'heure actuelle il était bel et bien reconnu comme étant un meilleur utilisateur d'épée que notre borgne. Néanmoins, Kazuya remarqua que la petite Rakka n'avait pas de katana avec elle. Notre borgne s'était-il trompé en pensant qu'Atsuji et Rakka avaient un lien de parenté ?

*** Non je ne peux pas me tromper. Atsuji Kogyoku est le nom de ce type qui a aidé les Yuki à poursuivre tout les criminels du pays dont moi. Je n'ai jamais eu directement affaire à lui, mais les cadavres qu'il a laissé sur son chemin parlent pour lui. Si cette fille a un lien avec cette homme, elle doit avoir ça dans le sang... ***

En les regardant bien, ils ne se ressemblaient pas tant que ça et surtout peut être qu'Atsuji aussi doué soit-il refusait catégoriquement de transmettre son savoir à Rakka. Peut-être lui avait-elle déjà fait la demande ? Peut-être n'avait-il jamais accepté de lui apprendre quoi que ce soit, sans doute pour la protéger du monde shinobi ? Kazuya lui n'avait aucune obligation de ce genre. Le meilleur moyen pour protéger une personne est de lui apprendre à se protéger soi-même. Stagner sans aucune évolution ne maintient pas l'équilibre, personne n'a jamais su avancer en restant immobile, à l'inverse, plus les pas sont longs et réguliers, plus la puissance s’accroît d'elle-même. En tout cas il y'avait beaucoup de scénarios possibles, mais une seule et unique vérité...

*** Si c'est bien une membre du clan d'Atsuji, lui enseigner le maniement des armes lui sera sûrement très utile. Mizu no kuni est le meilleur endroit pour devenir un expert combat armé...***


S'il y a bien un domaine dans lequel excellait l'ancien maître d'armes, c'était dans les explications et l'apprentissage qu'il mettait à profit lors de ses nombreux cours. Kazuya était effectivement un merveilleux professeur aussi bien à l'écoute de ses jeunes élèves que sévère et impassible. A l'époque où il était encore un brigand, peu de ses capitaines doutaient de son efficacité, et ce en grande partie grâce à son immense talent ; celui de dénicher des moussaillons au fort potentiel. Il figurait non seulement comme un recruteur de génie, mais aussi comme un enseignant aguerri. Le poste de maître d'armes lui avait été octroyé et beaucoup des capitaines pour lesquels il travaillait ne se contentaient pas d'une seul discipline. Kazuya dû s'y habituer et variait sur beaucoup de choses, car qu'il s'agisse du katana, du nunchaku ou d'un tout autre style lié aux armes, l'homme n'avait que très peu de lacunes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1380-maeda-kazuya-terminee

Ven 1 Déc 2017 - 12:34
Rakka élargit son sourire pour répondre au passionné maritime, mais l'enchaînement de la conversation ne lui en laissa pas le temps. Peinée, troublée, l'enfant laissa l'expression mourir sur son visage trahissant le chaos qui habitait ses pensées.

« Je...

Ses mots s'étouffèrent et la petite détourna les yeux. Comment ne pas mentir sans trahir celui ne sachant encore rien de tout ce qui lui avait été révélé ? Comme toujours, Rakka ne désirait troubler personne, trouver les mots juste pour que cet homme lui faisant face n'écoutât pas une bêtise de plus. Elle n'aimait pas mentir, mais dire la vérité aurait été trahir son père...le faux comme le vrai.

- Kogyoku Atsuji est celui qui m'a élevée, révéla-t-elle d'une voix presque brisée en pesant soigneusement ses mots. C'est le seul membre de la famille Kogyoku que je connaisse qui manie les armes par ici, précisa-t-elle de manière plus assurée maintenant qu'elle abordait des informations factuelles. Je n'ai pas souvenir que ce nom fut celui d'un clan, même au Pays de la Mer. Vous connaissez quelqu'un de ce nom-là ?

Oubliant un instant le secret liant Eiichiro, Atsuji et elle-même, la petite se rapprocha du balafré. La marée montait, l'eau menaçait de lui lécher les pieds. Passant sa main sur son bras frissonnant, elle retrouva une part de son sourire à la perspective d'une discussion changeant de l'ordinaire avec les autres adultes. De toute façon, elle ne voulait pas rentrer.

- Comment avez-vous entendu parler de lui ? Êtes-vous, vous aussi, un manieur d'armes ? »

Curieuse, attentive, Rakka l'était, prenant plaisir à apprendre, elle aimait à s'ouvrir à ceux daignant partager un peu avec une jeunette comme elle. Honnêtement, elle aurait voulu poser mille et unes questions, mais l'homme n'aurait peut-être plus su où donner de la tête et la pipelette pourrait en perdre son interlocuteur. C'était en tout cas ce qu'on lui avait appris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1010-presentation-de-rakka-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1503-yuki-rakka

Rencontre sur fond de mer [PV Yuki Rakka]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: