Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Tu veux un pain ? [PV. Akahoshi Hisao]


Mer 11 Oct 2017 - 9:29
Il était tôt ce matin-là, lorsque le vieux Butsuma requit l’aide de son petit-fils. L’orphelinat allait manquer de nourriture pour le petit-déjeuner. Le moine chargea donc l’intrépide blond, d’aller chercher quelques baguettes supplémentaires, dans la boulangerie la plus proche. Le caractère de Tobirama, aurait facilement pu laisser penser que ce genre de demande l’agacerait, et qu’il n’était pas du genre serviable. Pourtant c’était tout l’inverse, d’autant plus à l’égard de son grand-père. D’ailleurs dans ces cas-là, il y mettait souvent beaucoup de cœur à l’ouvrage.

Ainsi donc, le voici jeté dans les ruelles de Kumo, à toute allure, sans son petit frère adoptif qui dormait encore. Vu l’heure matinale, il y avait encore peu de monde dans les rues. Le bruit des pas du jeune genin dont les sandales claquaient sur le sol à chaque foulée, résonnait dans les ruelles. Pour lui, tout était prétexte à entrainer son endurance. Par moment, il jetait sur les murs sans fenêtre ou porte afin de marcher sur les murs quelques pas. La boulangerie ne se trouvait plus qu’à quelques mètres au coin de la rue adjacente. Il accéléra le pas un peu plus, accentuant pour quelques instants l’écho qu’il provoquait. Voyant qu’il arrivait légèrement trop vite, il se stoppa et pour finir dans un petit dérapage contrôlé. Il était quelques peu essoufflé, mais tâchait de le cacher.

Derrière lui, les premiers rayons du soleil commençaient à pointer le bout de leur nez. Devant lui, la boulangerie. Il ne pouvait en voir l’intérieur à cause de la vitrine. En effet, les rayons du soleil qui se reflétait sur celle-ci, cachait totalement ce qui se passait à l’intérieur de la boutique. Sans réfléchir plus que cela, il fonça vers la porte, pour accomplir sa mission. Hélas, au même moment, celle-ci s’ouvrit, sans doute un autre client. Ce dernier et Tobirama se percutèrent de plein fouet. Ils tombèrent tous deux au sol.

— Merde ! Je suis désolé, indiqua Tobirama toujours au sol, en train de se frotter la tête là où il s’était cogné.


Dernière édition par Aihzen Tobirama le Sam 14 Oct 2017 - 21:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1320-termine-aihzen-tobirama-si-la-balle-est-dans-ton-camps-c-est-que-le-flingue-est-de-mon-cote http://www.ascentofshinobi.com/u79

Mer 11 Oct 2017 - 22:03
Habituellement, j’évite de me lever trop tôt. C’est biologique, certaines personnes n’ont aucun problème à commencer leur journée dès les premiers rayons de soleil, voire même plus tôt, mais d’autres, comme moi, n’y arrivent simplement pas. C’est au-delà de la simple psychologie, je suis juste le genre de personne à être beaucoup plus énergique une fois la nuit tombée. Mais cette fois, vu la semaine épuisante que j’ai passée, je me suis endormi vraiment tôt. Beaucoup trop pour rester longtemps au lit. Dès le petit matin, j’étais debout. Le problème, c’est que je savais pas quoi foutre. Tout le monde pionçait et j’avais aucune envie de m’entraîner si tôt. Mais bon, le Kiseru déjà en bouche alors que je m’étais levé il y a à peine dix minutes, je sortis de chez et moi et vagabondait dans les rues à la recherche de… pff, j’en savais rien, mais je cherchais quelque chose.

Cela dit, le ventre vide finit par se faire entendre et je me décidais à bouger en direction d’une boutique. A cette heure-là, il n’y avait que des boulangeries, mais ça m’allait bien. Pendant les quelques minutes qui me séparait de la boulangerie la plus proche, je remplissais mon Kiseru de tabac et entamait mon second moment pour fumer. En fait, à force, je crois que je fume plus que je ne fume pas. Ca va me niquer au bout d’un moment ces conneries.

- Non mais, sale gosse ! Toujours à courir partout et faire chier le peuple ! Encore un mal-éduqué, de pire en pire !


Ouch, un gamin avait foncé tête baissée en direction de la boulangerie, qui me faisait désormais face. Il a malencontreusement bousculé un mec pas mal nerveux et se ramasse une multitude de critiques et d’injures à la tronche. Ca va quoi, dès le matin, faut qu’il se détende, ça arrive. Le problème, c’est que bien que le petit se soit excusé, les remarques sur son éducation ne lui ont visiblement pas plu, agaçant le plus vieux. Alors qu’il allait encore l’ouvrir, je m’approchais et faisais cliqueter les maillons métalliques accrochés à mes bracelets de forçat pour imposer ma présence.

- Bon, ça va aller de faire chier si tôt le matin. Le gosse a compris, foutez-le camp au lieu de toujours chercher à remettre de l'huile sur le feu.


Après un regard intense sur le client, il finit par partir, pas par peur ou par intimidation je crois, mais je pense pas qu’il avait la motivation de défier quelqu’un de plus âgé que 15… quel con j’vous jure.

- Oi, petit. Tout va bien de ton côté ?
dis-je tout en tournant la tête en direction de la route empruntée par le client nerveux. C’est dingue ce que les gens peuvent être excités parfois. Pour rien, par-dessus le marché.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Sam 14 Oct 2017 - 23:21
Tobirama se releva rapidement. Ce n’était pas un douillet, il en fallait plus pour le malmener. L’adulte avec qui avait eu lieu la bousculade, n’avait pas l’intention d’être clément. Pourtant, il était tout aussi responsable que l’Aihzen, de la même façon que ce dernier ne pouvait voir si quelqu’un sortait de la boutique à cause du reflet, le client ne devait pas voir grand-chose non plus avec l’éblouissement dû au soleil. Le client en question n’hésita pas une seule seconde à mettre tout sur le dos du blond qui commençait à grincer des dents.

Les poings serrés, l’Aihzen s’efforçait de se répéter les principes que lui avait inculqués son grand-père. Mais les commentaires de l’opposant faisaient tout pour pousser Tobirama dans ses derniers retranchements. Alors qu’il allait enfin se décider à répondre en fulminant contre l’adulte, un autre homme s’interposa. La voix plutôt assez rauque de celui-ci apaisa immédiatement Tobirama. Le ton très calme avec lequel il avait décliné ses paroles y était aussi sans doute pour quelque chose.

Le garçon aux yeux vairons détourna d’ailleurs rapidement son regard vers lui afin de le détaillé physiquement. Il était indéniablement imposant par sa grande taille. Son bandeau, qui marquait son appartenance aux ninjas attira immédiatement le regard de l’adolescent. Plus intrigant, les larges bracelets métallique qu’il portait aux poignets, et le bandana rose qui attachait ses cheveux. Sa tenue vestimentaire était plutôt sombre, et pas plus sobre, tout aussi imposante que celui qui la portait, et toute de cuir. Si vous ajoutez à cela la longue pipe que fumaient le shinobi, et l’aura qu’il dégageait, il n’y avait pas grand-chose à expliquer quant au fait que le blond était fasciné par le ninja devant lui. La présence qu’il imposait fit d’ailleurs rapidement tourner les talons à l’autre adulte. Le ninja demanda alors à Tobirama si tout allait bien pour lui, avant de réagir sur la réaction du client. Celui-ci, perdu dans ses pensées, réagit soudainement au départ de l’autre adulte.

— OUAIS C’EST ÇA PARTEZ ! JE SUIS PEUT-ÊTRE MAL-ÉDUQUÉ MAIS AVEC DES ADULTES PAREIL, C’EST PAS ÉTONNANT !! Cria-t-il pour ne pas perdre la face.
Pff, j’aurais pas dû lui répondre... Soupira-t-il finalement à peine un instant plus tard. Merci pour le coup main ! Dites ! Vous êtes un ninja ? Enfin bien sûr que vous en êtes un vous avez l’emblème de Kumo ! Vous savez moi aussi je suis un ninja ! Pour l’instant je ne suis que genin évidemment... Mais un jour je deviendrais Chunin puis Jonin ! Comme le Nidaime !... Oh ! Je ne veux pas vous embêter mais vous avez l’air fort… Vous pourriez nous apprendre des trucs à mon petit frère et moi ? Pas tout suite par contre car je dois aider mon grand-père... mais...

En regardant le regard de son interlocuteur, Tobirama compris qu’il devait peut-être le laisser en placer une. Il eut alors un sourire gêné et se gratta la tête.

— Désolé… j’ai tendance à vite m’emballer… je ne voulais pas vous déranger avec mes histoires.


_________________

◈❃◈ ◈❃◈
#000077
thème de Tobirama


Dernière édition par Aihzen Tobirama le Dim 29 Oct 2017 - 22:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1320-termine-aihzen-tobirama-si-la-balle-est-dans-ton-camps-c-est-que-le-flingue-est-de-mon-cote http://www.ascentofshinobi.com/u79

Dim 15 Oct 2017 - 16:06
Une fine fumée blanche s’élevait horizontalement de mon Kiseru métallique à mesure que le feu consumait le tabac qui était à l’intérieur. Une main dans la poche, je détournais finalement le regard du client surexcité et le posais sur le jeune garçon face à moi, qui n’était pas moins surexcité pour le coup. Il n’eut pas le temps de finir de crier sur le vioc’ qu’il enchaîna un mélange de réflexions, de questions et de remarques à mon encontre. Le visage détendu – et surtout fatigué au vu de l’heure – je finis par cracher un nuage de fumée qui se dissipa pendant ma phrase.

- Doucement petit, doucement. J’ai à peine le temps d’avaler une info’ que tu en balances une autre. Tu ne me déranges pas, mais vu ta tronche, je pense que t’as vite compris que t’allais un peu vite pour moi.


Sans ricaner ou sourire, il était totalement évident pour mon interlocuteur que je prenais ça avec humour. Arrivé au bout de mon Kazumi, je plongeais la main dans la poche intérieure de mon manteau pour en remettre dans le foyer du Kiseru et continuais sans regarder le garçon.

- Akahoshi Hisao. Je suis bel et bien un ninja, Chûnin pour être précis. Ravi de te connaître, mon gars. dis-je tout marquant une pause. Il y avait deux choses qui étaient plus ou moins ressorties de la fin de sa phrase. Il avait apparemment envie d’apprendre et de gravir les échelons. Je ne suis pas sûr, mais il semble prendre le Nidaime comme modèle, ou en tout cas comme personnalité à suivre. Ce qui serait compréhensible. Tu me sembles être un petit bien pressé. Mais au moins, tu sais où tu veux aller. Je pense que c'est une bonne chose.

Alors que je sentais mon ventre se plier à cause de la fin, je finis par m’interrompre pour acheter quelques mochi. Tout en commençant à les manger, je fixais Tobirama puis me râclais la gorge entre deux bouchées.

- Il ne faut pas toujours se fier aux apparences, mais je pourrais t’apprendre deux ou trois trucs. Enfin, à toi et à ton frère. Mais pour ça, il faudrait que je voie ce que vous aimez faire, votre éventuelle spécialité et, bien sûr, votre motivation. Je m’entraîne pour progresser. Si je suis plutôt pédagogique, il faudra s’attendre à suer un peu. Tu penses que vous en avez les épaules ?


Je remis mon Kiseru en bouche puis lui affichais un sourire. Est-ce qu’il allait se dégonfler avec une bête clarification de ce qu’était un vrai entraînement à mes yeux ? Je voyais dans ses yeux qu’il était plein de volonté. Mais il restait à savoir où résidait cette volonté.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mer 18 Oct 2017 - 13:52
L’homme imposant devant Tobirama, répondit pour calmer les ardeurs du genin. Ces mots étaient dépourvus de toute méchanceté, en fait, même si aucune manifestation réelle ne le laissait penser, il avait de prendre cela de manière sereine et amusée. Toujours en train de fumer, il ne se priva d’ailleurs pas pour remettre du tabac dans son Kiseru, pendant qu’il se présentait. C’était Akahoshi Hisao, un chūnin, même si sa grande taille, et son âge présumé, avait laissé penser à Tobirama que c’était un Jōnin, ça ne gêna pas le moins du monde l’adolescent. Après tout, son grade signifiait qu’il était apte à gérer une équipe, était tout ce qui comptait pour le genin. La discussion continua dans la file d’attente, où Tobirama avait laissé son interlocuteur, prendre les devants.

— Encore désolé pour tout à l’heure, j’avoue que je préfère être pressé et arriver en avance, que prendre du retard… Moi c’est Aihzen Tobirama. Je sais bien qe uje ne devrais pas me fier aux apparences, mon grand-père est moine… croyez bien qu’il m’a déjà fait la leçon. Mais c’est plus facile à dire qu’à faire.

Le ch&umacr ;nin, avait commencé à manger ses achats, que ce fut au tour de Tobirama dans la file, celui-ci était connu dans la boutique, et donna directement la liste à propriétaire. Attendant que la commande soit réuni, Tobirama écoutait attentivement les paroles de Hisao. Il était d’accord pour aider le blond et son frère, mais il ne lui ferait pas de cadeaux. Par ailleurs, il voulait en savoir un peu plus sur les capacités de l’Aihzen et de son frère. Après avoir récupéré sa commande, dans deux lourds sacs, Tobirama sortit accompagné du shinobi de Kumo, puis lui répondit.

— Mon frère, Sora, possède un attribut génétique un peu particulier… Cela rebute pas mal de gens en principe… Pourtant, il n’y a pas de quoi je vous assure, indiqua le vairon en fixant le grand homme droit dans les yeux.

Après avoir soutenu le regard quelques instants, celui-ci divagua, sur le coup et sur les bracelets métallique que possédait le chūnin aux poignets, il était un peu hésitant, devait-il tout dire ? L’homme devait en avoir vu d’autre, l’ambivalence dégagée par son côté intimidant, et par sa placidité, se mariait bien avec celle de Tobirama. Celui-ci, après réflexion, n’hésita plus.

— Il a la faculté de réduire son corps à l’état moléculaire pour fusionner avec un autre être humain. Sans transition, le blond continua pour développer son propre cas. Moi, j’ai appris à manipuler le papier, mon grand-père dit que cela s’appelle le Kamiton. Si vous voulez, je peux vous montrer !
Pour ce qui est de l’effort, notre grand-père nous appris à se surpasser. La volonté est très importante je crois, et pour sûr, on l’a. Mon petit frère a bien tendance à être très timide… Mais si on lui fait confiance, il peut faire des miracles ! Quant à moi, j’ai appris avec l’aide de mon grand-père le Kamiton, mais ça ne s’est pas fait en un jour, et j’ai encore beaucoup de chemin à faire…
Et vous ? Vous avez une maîtrise particulière ?


_________________

◈❃◈ ◈❃◈
#000077
thème de Tobirama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1320-termine-aihzen-tobirama-si-la-balle-est-dans-ton-camps-c-est-que-le-flingue-est-de-mon-cote http://www.ascentofshinobi.com/u79

Mer 18 Oct 2017 - 21:08
Encore un jeune pressé. Ca pullule, mais je pense que c’est commun à la plupart des gosses. J’ai souvenir que j’étais quelqu’un d’assez calme, mais bon, ça commence à dater de quelques années déjà. Quoi qu’il en soit, c’est peut-être un passage obligatoire pour chaque jeune shinobi que d’apprendre à prendre son temps.

- Hm-hm… pas sûr que charger tête baissée soit la meilleure façon de gagner du temps, tu sais. Faut que t’apprenne à différencier rapidité et précipitation. Mais t’en fais pas, ça viendra.


La brochette de mochi me fit prendre une petite pause sur mon Kiseru. A défaut d’avoir la volonté d’arrêter, faut au moins que j’apprenne à utiliser ces pauses à bon escient. On commence à m’appeler la cheminée, en plus. C’est drôle, mais ça montre surtout que mon corps n’a jamais de temps mort avec la fumée. Mais quoi qu’il en soit, j’écoutais attentivement le petit qui tentait tant bien que mal de m’expliquer la capacité de son frère.

- Si ça rebute pas mal de gens, c’est qu’il doit y avoir une raison. Mais je suis plutôt à contre-courant comme personne, donc vas-y, dis-moi.

Merde, la pause aura pas duré longtemps. Sans m’en rendre compte, j’avais mis de côté la brochette pour reprendre quelques bouffées de mon précieux Kazumi. Les yeux rivés sur le jeune Tobirama, j’appris alors que son frère avec l’étrange capacité de pouvoir fusionner avec un autre humain. J’hochais plusieurs fois la tête tout en continuant de le regarder.

- Je vois, je vois.

Ca n’aura pas louper, j’ai commencé à lâcher quelques petites quintes de toux. Pas que ça me choquait ou me rendait mal à l’aise, mais je m’attendais pas à ce qu’un truc pareil existe en ce bas monde. Entre la toux et lui qui parle à un rythme soutenu, j’eus pas le temps de réellement commenter sur la capacité de son frangin. Mais quand il avait fini, je reviens dans un premier temps là-dessus.

- Putain, tu m’auras pas surpris qu’à moitié. J’ai ce défaut de ne pas avoir pu connaître autant de choses que je l’aurai voulu en raison de quelques années compliquées, mais même si c’était pas le cas, je pense que cette technique m’aurait surpris de toute manière. Faudra que je voie ça de plus près, je suis curieux.

Mais pour l’heure, mon interlocuteur était le petit Aihzen Tobirama, pas son frère. Donc celui qui méritait mon attention, c’était lui. Pour le coup, si c’était moins… ‘’particulier’’, il avait également une capacité bien à lui. Celui de contrôler le papier. Merde, sacré famille que voilà.

- Tu es capable de maîtriser le papier ? J’imagine donc qu’avec ton chakra, tu es capable de le renforcer comme de l’assouplir, par exemple ? J’aime bien. J’ai croisé il y a peu un petit avec une capacité vraiment polyvalente, c’est le Sunaton. Mais avec de l’entraînement, je pense que le… - Kamiton, t’as dit ? – peut avoir tout autant de polyvalence.

Son grand-père revenait dans pas mal de sujet. Il semblerait qu’il a pas mal été impliqué dans la vie de celui-ci et de son frère. En tout cas, on sent un certain respect quand il parle. Comme je l’entends, les valeurs que son grand-père lui a inculquées ont l’air de lui tenir à cœur. Ce genre de chose ne peut que l’aider dans le futur.

- Une maîtrise particulière ? Pas autant que les vôtres, mais je suis capable de produire de la vapeur, que ce soit en dehors ou à l’intérieur de mon corps. Je peux ainsi jouer avec la pression et l’aspect corrosif que peut avoir la vapeur. Mais je suis quelqu’un de majoritairement basé sur le Taijutsu, donc je m’en sers pour augmenter la violence et la vitesse de mes attaques. Mais je sens que cette capacité à encore tout à offrir.

Changeant de main, j’amenais cette fois-ci les mochis au niveau de ma bouche avant de continuer d’une voix rauque :

- Bon, je vais pas te cacher que depuis quelques temps, les disponibilités c’est pas trop ça. Mais en soit, j’ai rien à perdre à vous apprendre deux-trois trucs. Donc on peut bien tenter de trouver un jour pour voir ce que vous avez dans le ventre.



Dernière édition par Akahoshi Hisao le Dim 22 Oct 2017 - 17:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Dim 22 Oct 2017 - 0:49
L’adulte écouta l’Aihzen, non sans tousser, pour un fumeur comme il semblait être c’était peu étonnant. Il y avait aussi peut-être de la surprise. En tout cas, ce qu’il répondit au gamin l’intrigua. Que voulait exactement dire son ainé par « quelques années compliquées » ? Il n’avait pas le temps de s’attarder sur cela. Au moins, il n’avait pas l’air totalement rebuté… Peut-être est-ce juste de la politesse, mais le chūnin dégageait une certaine sincérité.

— Je comprends… Moi-même, quand je l’ai connu et qu’il m’a montré sa faculté, j’ai été surpris pour tout vous dire.

Lorsque vint le tour de commenter la capacité spéciale de Tobirama lui-même, celui-ci ressenti une sorte de gêne. En fait, Hisao lui avait forte impression en peu de temps, et il avait en quelque sorte peur de le décevoir. Ce ne fut pas le cas, le kumojin semblait aussi intéressé par la capacité du blond. Il demanda même des précisions auxquels Tobi s’empressa de répondre.

— En gros oui c’est à peu près cela. Je m’entraine beaucoup sur le pliage pour lui donner la forme que je veux. Oui, Kamiton, c’est comme cela que mon grand-père m’a dit que cela s’appeler. Le sunaton, c’est… la maitrise du sable c’est ça ?

Le moment tant attendu arriva pour l’Aihzen, l’homme devant lui allait parler de ses propres capacités. D’ailleurs, il semblait bien humble, car sa capacité à lui n’en était pas moins intéressante et peu commune. Il conclut en indiquant que cette capacité avait encore plein de chose à lui offrir. Ce n’était pas peu dire, grâce à elle, il pouvait jouer sur la pression et l’aspect corrosif ; qui plus est, il avait apparemment pour prédilection le corps à corps, la combinaison des deux s’avéraient tout bonnement redoutable !

— Wow !! Faite pas votre modeste m’sieur ! Ç’a l’air d’envoyer du lourd votre truc ! Comment ça s’appelle ?

Pour finir, le chūnin expliqua ce dont se doutait un peu Tobirama. Il avait un emploi du temps chargé. Pour autant, il ne ferma pas la porte devant la proposition du genin. Au contraire, il était prêt à accorder un peu de temps aux deux Aihzen, pour voir ce qu’il valait !

— Oh monsieur ! Vous êtes trop gentil ! Vous pouvez pas savoir comme ça me fait plaisir et depuis le temps que j’attends ça… ! J’ai tellement hâte de progresser pour pouvoir aider mon village…. Dites… ça vous dérange si on continue de parler en marchant vers l’orphelinat ? Enfin si vous n’êtes pas occupé ailleurs… En tout cas, il faut que j’apporte cela à mon grand-père pour l’orphelinat, conclut-il en soulevant les paquets qui lui avait été donné quelques minutes plus tôt.

Tobirama était pourtant loin de se douter qu’un beau jour, cette rencontre allait avoir un grand impact sur sa vie…

_________________

◈❃◈ ◈❃◈
#000077
thème de Tobirama


Dernière édition par Aihzen Tobirama le Dim 29 Oct 2017 - 22:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1320-termine-aihzen-tobirama-si-la-balle-est-dans-ton-camps-c-est-que-le-flingue-est-de-mon-cote http://www.ascentofshinobi.com/u79

Dim 22 Oct 2017 - 19:41
Eh ben, le petit manquait en tout cas pas d’énergie. Chaque mot qu’il prononçait et chaque geste qu’il effectuait montrait qu’il avait énormément d’énergie à revendre. Bien sûr, à son âge, il est normal d’être enthousiaste pour pas mal de choses, mais il me semblait être encore un petit cran au-dessus. Ça ne me dérangeait pas spécialement, mais de bon matin comme ça, j’avais un peu de mal à suivre avec attention le fil de la discussion. Je comprends cela dit qu’il me trouve modeste vis-à-vis de ma capacité. Peut-être. Je n’aime pas spécialement me mettre en avant, de toute manière.

- On appelle ça ‘’Futton’’. Comme je t’ai dit, tout ce qui touche à la vapeur et à l’ébullition. C’est justement avec cet effet que j’augmente la force de mes frappes.


Prenant quelques secondes pour inspirer un peu de fumée, je le regarde à nouveau s’exciter par rapport à mon ‘’accord’’ concernant un éventuel entraînement. Il semblait un peu… comment dire… formater dans sa façon d’être. Comme si on lui avait dit toute sa vie : « Entraîne-toi pour devenir fort et pour protéger ton village. Agis avec passion. » et tout le merdier habituel. Je me trompais peut-être, notamment en voyant qu’il était véritablement heureux d’avoir quelqu’un qui pourrait apprendre à lui et à son frère deux-trois trucs, mais bon. Le temps allait sans doute m’en dire plus.

D’un hochement de tête, je confirmais que ça ne me dérangeait pas de marcher un peu avec lui jusqu’à son orphelinat… Orphelinat ? Hm. Etant donné qu’il a parlé de son grand-père, ça m’étonne de l’entendre dire ça. Est-ce qu’il travaillerait là-bas, tout simplement ? Pour se faire de l’argent de poche peut-être ? J’étais perplexe et surtout, j’allais éviter de rentrer dans une discussion qui mettrait mal à l’aise Tobirama. Si j’amène comme un buffle qu’il a perdu ses parents, ça va pas le faire. En tout cas, le risque que ce scénario se produise m’enchante pas, m’empêchant donc de poser une question intimement liée à ça. C’est pourquoi je préfère aborder un autre sujet tout en restant proche de l’idée de l’orphelinat.

- Et c’est ton grand-père qui t’envoie aussi tôt chercher autant de trucs à trimballer ? Je comprends que tu veuille autant t’entraîner alors. dis-je tout en affichant un léger sourire en coin. Remarque, j’appartiens à un clan de marins. Moi, c’était les cordages et le pont que je devais gérer. Chacun son corvées. Mais à t’entendre, ça te fait plaisir d’aider ton grand-père, pas vrai ?

Je décidais de ne rien rajouter pour cette fois, me contentant de continuer à former quelques nuages de fumées avec mon Kiseru. J'attendais ses réponses pour approfondir un quelconque sujet.


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Dim 29 Oct 2017 - 22:20
Ainsi Akaoshi Hisao dévoila au genin un peu plus d’information sur sa manière de combattre. L’adulte opina du chef pour indiquer qu’il était d’accord de continuer un peu de parler en chemin. Tobirama était content. Malgré l’impression un peu puérile qu’il pouvait parfois dégager, le garçon adorait parler avec des adultes. L’ambivalence de ce drôle gosse à l’histoire pas forcément commune, se cachait jusque-là. S’il avait l’habitude de parler avec son grand-père c’était tout aussi enrichissant de parler à d’autre personne et un bavard comme lui li savait. D’ailleurs, c’est de son grand-père dont parla le chūnin pour poursuivre la conversation et en engageant celle-ci dans cette direction, ce dernier ne pouvait se tromper.

— Oui ! Il y a souvent besoin de supplément de provision pour l’orphelinat. Heheh on dirait pas mais c’est aussi un bon entraînement de porter tout cela, dit-il en répondant au sourire de son ainé.

Le chūnin et le genin avançait relativement vite, sans doute un peu par le rythme qu’imposait l’adolescent. Il n’aimait pas être en retard pour apporter les courses que lui demandait son grand père. Pourtant le chemin était semé d’embuche, et Tobirama, intéressé par la discussion faisait moins attention à là où il mettait ses pieds.

— Des marins ? Vous aimeriez mon grand-père pour sûr. Il était dans un monastère reculé sur une île, non loin d’Humy. Il m’a raconté que parfois c’était lui qui allait pêcher… C’est vrai que j’adore l’aider, je lui dois tellement de choses il faut dire ! Et puis… Je n’aime pas rester sans rien faire, autant aider les autres, c’est une belle chose.

Écoutant les mots du blond, sans doute lui aussi intéressé par la conversion, le grand homme ne se privait pas non plus pour continuer de fumer son Kiseru. Les volutes de sa fumée dessinaient une petite trainée derrière lui avant de se dissiper. Une question éveilla alors le genin qui ne put pas s’empêcher de la poser.

— Dîtes… Vous le connaissez, vous le Nidaime ? Questionna le garçon vairon en se retournant vers son interlocuteur pour le regarder droit dans les yeux.

Ce fut cependant de courte durée. Il trébucha dans un nid de poule qu’il connaissait pourtant par cœur, s’effondrant sur le sol avec ses paquets, dont une partie du contenu sortit.

— Arg. C’est pas mon jour, ironisa le blond en essayant de se relever tant bien que mal.

Il s’était écorché sérieusement la joue à cause d’un caillou mais n’y prêtait pas trop attention, essayant plutôt de remettre les provisions dans ses sacs, en regardant soigneusement si elles n’étaient pas endommagées.

_________________

◈❃◈ ◈❃◈
#000077
thème de Tobirama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1320-termine-aihzen-tobirama-si-la-balle-est-dans-ton-camps-c-est-que-le-flingue-est-de-mon-cote http://www.ascentofshinobi.com/u79

Lun 30 Oct 2017 - 20:12
L’enthousiasme du gamin se ressentait également dans sa marche. Il fonçait, l’air de rien. On sentait qu’il ne courait pas, mais il forçait pas mal sur les mollets, c’était certain. Mais ça me posait aucun problème. Au contraire. Si j’avais cette attitude flegmatique à longueur de journée, ça ne m’empêchait pas de marcher comme si j’étais constamment en retard. Heureusement, en plus d’être relativement grand, j’avais également de longues jambes, parvenant donc à bouffer relativement vite les chemins que j’empruntais. Bien sûr, Tobirama répondit concernant son grand-père. Il tenait donc l’orphelinat. Ce n’était pas une mauvaise chose que le p’tit gars aide ses ainés. Les emmerdeurs ont tendance à profondément me gonfler.

- Bien, bien. Continue de l’aider alors. Tu sais ce qu’on dit, on s’entraîne en toute circonstance. Et puis, vaut mieux avoir cet esprit tout de suite.


Amenant à ma bouche mon Kiseru, je pris une longue inspiration avant de recracher très progressivement la fumée par mes deux narines, laissant à nouveau un élégant sillage toxique derrière moi. Apparemment, son grand-père a habité… travaillé… séjourné dans un monastère pas loin d’Humy. Bien que je considérais toujours cette île comme mon foyer, je ne savais pas trop quoi réponse à cette information. J’aurais volontiers trouvé cela intéressant, mais bon.

Il finit par rebondir sur un sujet tout autre. En effet, il se questionnait sur un éventuel lien avec le Nidaime. J’aurais bien aimé lui répondre que oui, mais ce n’était malheureusement pas le cas. Je n’avais pas pu le rencontrer comme je le désirais, et même si j’avais pu, j’étais affreusement occupé en ce moment. Une avalanche d’événement se sont succédé, m’empêchant de vraiment vaquer à des ‘’occupations’’ telles que celles-ci.

- Pas vrai-…

Je me figeai sur place tandis que je voyais le jeune garçon s’écrasait lamentablement au sol. Il s’était visiblement fait un peu mal, mais rien de bien inquiétant. Je pliais ainsi lentement les genoux avant de m’accouder sur ceux-ci, regardant le petit ramasser toutes ses affaires. Je ne l’aidais pas, mais ça n’avait rien de bien méchant, profitant d’ailleurs pour lui glisser deux-trois mots.

- Forcément, quand on a les yeux qui se promènent partout sauf sur la direction de la route, on finit par chuter. signalais-je tout en me relevant accompagné d’un soupir, avant de remarquer sa joue écorchée. Si tu as du papier, il va falloir que tu le mettes contre la joue. T’es pas tombé à moitié.

Toujours le Kiseru en bouche, attendant patiemment qu’il s’occupe de ses affaires et de lui-même, je penchais la tête pour voir comment il s’en sortait. Une petite partie de ce qui était tombé avait mal fini, mais rien de bien problématique. Reprenant ensuite la marche, je continuais sur le Nidaime.

- Comme j’disais, j’ai pas rencontré le Raikage, non. En fait, ça le fait pas trop de dire les choses comme ça, mais j’ai pas eu le temps de penser à ça. J’ai des priorités là tout de suite. Je faisais une rapide pause avant de préciser. Enfin, je préférerais avoir du temps quand je le rencontrerais, et pas être obligé de dire « navré Raikage, je me tire, vous savez, les affaires… ». Tu piges ?

Tout en maintenant le rythme de marche, je finis par être curieux moi aussi. Pourquoi cette question toute particulière ?

- Et toi ? T’as envie de le rencontrer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mar 31 Oct 2017 - 21:47

Alors que Tobirama finissait de ramasser les quelques provisions renversée, Hisao s’accroupi à ses côtés pour commenter la chute. Ça n’avait rien de bien de méchant, et cela fit même sourire le garçon qui ne se priva pas pour répondre.

— Oui… Vous devez pas me trouver très malin avec tout ça, mais je vous assure que je suis bien plus adroit d’habitude !

L’adulte et lui se redressèrent à peu près au même moment ce qui permit au basané de remarquer la petite entaille sur la joue du gosse. Celui-ci, qui avait senti le filet de sang, laissa ses sacs au sol quelques instants, afin de constater en essuyant le sang avec le dos de sa main l’ampleur minime de la plaie dont le sang n’avait pas encore coagulé. La remarque anodine qui suivit, allait vraiment bousculer le genin, sans doute bien plus que le chūnin ne pouvait l’imaginer. Effectivement, sur le coup, Tobirama ne comprit pas la remarque de son ainé au sujet du papier. Mettre du papier sur sa joue ? Le genin n’y avait jamais pensé et c’est cela qu’il ne comprit pas. Il voulut demander mais étouffa sa question, car l’adulte reprenez la conversation là où il l’avait laissé. Le jeune l’écoutait plus qu’à moitié, essayant de comprendre. Hisao lui parlait pourtant d’un sujet qui fascinait le garçon, mais hélas, celui-là n’avait pas encore eut l‘occasion de le rencontrer, il ajouta même, préférait qu’une telle rencontre se passe de manière plus posée, ce qui expliquait en partie qu’il n’en n’avait pas eu l’occasion jusqu’à présent.

Tobirama était toujours absent de la conversation ce qui devait commencer à surprendre son interlocuteur, puisque jusqu’à présent le blond c’était montré vif et bavard. Soudain le gamin se stoppa net, ayant eu le déclic. Sans se soucier du chūnin, il posa ses sacs à terre et regarda ses mains. L’extrême concentration dont il faisait preuve, tranchait vraiment avec son atidude jusqu’à maintenant, mais c’était exactement son caractère. Il pouvait passer du jeune hyperactif, au calme absolu, grâce à sa maîtrise du papier. En se concentrant, il fit émaner du chakra de ses mains, celui-ci prenait lentement forme avant de se solidifier. Il était en train de générer un papier très mince, et très aéré. Lorsqu’il eut fini, le papier mut suivant les mouvements de doigt du genin. Le pliage formait un petit papillon qui vola jusqu’à la joue du blond, avant de s’appliquer totalement sur la plaie. Tobirama regarda Hisao les yeux écarquillés.

— C’est extraordinaire ! Je n’avais jamais imaginé me servir du papier comme ça avant ! Vous m’avez déjà appris quelque chose aujourd’hui, merci mille fois, conclut-il en s’inclinant pour accorder ses gestes à sa parole.

Sans perdre de temps, Tobirama avait récupéré ses sacs, il espérait qu’il ne serait pas en retard avec tout ça, c’était la chose qu’il détestait le plus au monde. Il se remémora les mots de son ainé sur le nidaime raikage. Il ne le connaissait pas ? Dommage, mais peut lui importait tant l’impression qu’Akahoshi Hisao lui avait fait était bonne.

— Moi, j’ai déjà eu la chance de le rencontrer il a longtemps… Vous allez rire mais… J’étais encore tombé par terre. C’était à Teitetsu, là où j'habitait avant. C’était très court, il m’a aidé à me relever, et il ma consoler en me donnant une petite figurine de ninja en métal qu’il a forgé devant moi. Depuis, c’est un peu mon modèle, j’aimerai vraiment pouvoir me rendre utile pour les gens comme lui…

L’orphelinat était au bout de la rue, mais Tobirama aurait aimé encore parler avec le chūnin… Tant pis, pour se rendre, il fallait qu’il aide son grand-père. Il eut cependant une autre question, peut-être pour tenter de prolonger de manière infime la discussion.

— Dites m’sieu Akahoshi…. Pourquoi vous avez voulu être ninja, vous ?


_________________

◈❃◈ ◈❃◈
#000077
thème de Tobirama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1320-termine-aihzen-tobirama-si-la-balle-est-dans-ton-camps-c-est-que-le-flingue-est-de-mon-cote http://www.ascentofshinobi.com/u79

Mar 31 Oct 2017 - 23:02
Depuis quelques pas, le garçon s’était totalement tut. Pour une personne aussi calme que moi, ça ne me posait aucun problème. Au contraire, je fis quelques nuages de fumée pendant ce rapide moment. Cependant, il s’agissait là d’un arrêt brutal dans la conversation. Pour un gars braillard et énergique comme lui, c’était bizarre. Je n’avais pas pu le vexer vu la réponse qu’il m’a dite en se relevant. Donc… Ouais. Je me grattais l’arrière de la tête, confus. Si on était dans une œuvre écrite, on pourrait presque laisser croire que des points d’interrogations s’échappaient de mon Kiseru. Je n’engageais pas la conversation, attendant qu’il le fasse par lui-même.

Ce qu’il finit par faire. Mais après une action à laquelle j’affichais un rapide sourire en coin. Tout en malaxant et contrôlant son chakra, il vint imposer sur sa joue un morceau de papier, créé par sa capacité singulière. Voilà un petit gosse futé. Capable de concevoir par lui-même une autre utilisation de son pouvoir. C’était d’ailleurs assez intéressant de voir ça à l’œuvre. Comme je l’imaginais, la façon dont il forme puis manipule le papier pourra donner des résultats très prometteurs dans le futur. J’avais fait la réflexion un peu plus tôt, mais c’est le genre de capacité que je considère comme ‘’polyvalente’’. Défensivement, offensivement ou même en support, le jeune Tobirama risquait d’être intéressant à observer. Je pris une petite bouffée que gardais dans les poumons le temps de rétorquer au jeune.

- Hm ? Je t’ai rien appris, tu as fait tout seul cette réflexion. Pas mal, d’ailleurs. Quand je parlais de capacité polyvalente… voilà ce que je voulais dire.

Le gamin enchaîna droit derrière, en reprenant la route. Putain, mes jambes permirent de vite le rattraper, mais il fallait être réactif avec lui, sinon, impossible de le suivre.

Logiquement, il revint sur le sujet concernant le Nidaime. Comme je l’imaginais, sa question avait un sens plus profond qu’une simple interrogation. Il avait un antécédent avec lui, qui avait permis de forger une sorte admiration envers le Metaru.

- Il y a longtemps ? Quand il n’était pas encore Raikage, alors ? je pris une légère pause, tournant mon regard vers le jeune garçon. C’est vrai que, d’après ce que j’ai entendu, c’était un ninja particulièrement actif pour le village. C’est un bon modèle.

Je vis un bâtiment plus large que les autres, sans doute l’orphelinat dont parlait Tobirama. Donc nous n’allions pas tarder à arriver. Les yeux plissés, je regardais le garçon pour lui souhaiter une bonne continuation, mais il me posa une autre question avant ça. Je lâchais un discret soupir, puis fixais le chemin, détournant ainsi mon regard du shinobi. Je ne répondis pas immédiatement, inspirant d’abord dans mon Kiseru, puis recrachant une dense sphère de fumée.

- J’ai pas choisi de devenir ninja.

Je marquais à nouveau une pause. Plus longue, cette fois. Flegmatique, je ne laissais pas filtrer une quelconque émotion particulière. Mon visage était neutre, ma posture droite mais décontractée.

- Je regrette pas tant que ça, mais c’était pas mon objectif. Pas du tout. Mais on fait pas toujours ce qu’on veut dans la vie. Tu peux avoir des rêves, mais parfois, ils sont juste pas accessibles à cause d’une emmerde.

Ponctuant mon discours d’un lent et maîtrisé haussement d’épaules, je finis par lentement pivoter la tête dans la direction du petit gars.

- Après, est-ce que mes anciens rêves étaient ce que je devais suivre… ? Pas sûr. J’ai peut-être gagner plus que je ne voudrais le croire en étant une… cible du destin. Mais ce sont des choses que t’apprends toute ta vie. Même moi, je suis un peu paumé parfois.

Je ne voulais pas le décourager dans ses projets, c’est pourquoi je lui ai présenté un aspect possiblement positif de tout ça. Mais j’étais quelqu’un de trop réaliste pour bêtement lui dire : « Si tu crois en tes rêves, tu y arriveras ». Car c’était faux. C’était des conneries offertes aux enfants naïfs. Mais indéniablement, si tu bosses, t’auras beaucoup plus de chance

- J'veux pas te briser tes rêves. Je sais pas ce que tu veux faire, d'ailleurs. Mais le travail acharné n'est qu'un ingrédient parmi d'autres. Tu me suis ?

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Sam 4 Nov 2017 - 0:20

– Hum… Oui sans doute, mais sans vous, je ne pense pas que j’aurais eu idée de faire cela ! Indiqua joyeusement Tobirama après avoir écouté son ainé.

Celui-ci demanda aussi des précisions sur les dires du garçon concernant le Raikage, car il était resté plutôt vague en l’évoquant. En fait, c’était même volontaire de sa part. C’était sûr que c’était l’un des plus grands admirateurs du Metaru, mais il ne voulait pas en rajouter devant tout le monde et encore moins donner l’impression d’avoir une quelconque vanité à ce sujet. Pour autant, suite à la question d’Hisao, le genin ne se priva pas pour développer.

– Oui, il n’était même pas chef des Metaru et moi j’avais peut-être six ans… Pourtant je m’en souviens très bien, c’est mon meilleur souvenir d’aussi petit. Il s’est vraiment bien illustré durant les événements de Shîto apparemment, tout le monde en parle…

L’orphelinat était maintenant tout proche, Tobirama était un peu déçu que ça n’est pas duré plus longtemps. Mais il devait rester concentrer pour écouter la réponse à son ultime question. Pourquoi Hisao avait-il souhaité être shinobi ? La réponse fut toute aussi atypique que le grand homme, mais elle avait le mérite de faire voir et comprendre d’autres choses à Tobirama, que tout le monde ne pensais pas comme lui. En fait, devenir shinobi n’était pas l’objectif premier du chūnin. S’il resta vague sur ses envies initiales, il offrait une leçon et un sujet de réflexion intéressants au genin. Pour développer cela, il « bouscula » au sens figuré, les potentiels idéaux du blond.

– Oui ! Si j’ai des rêves, c’est pour avancer, et j’ai confiance en l’avenir, mais si cette voie m’emmène ailleurs, ce sera sans doute que ma place était là-bas. Mon grand-père dit toujours que : « Le chemin est plus important que la destination ». Je suis sûr que vous vous entendriez bien avec lui.

L’adulte et le gamin était finalement arrivé devant le bâtiment à moitié troglodyte. Cela fit hésiter le gamin qui ni sut quoi dire pendant quelque instant.

– Oh ! J’allais oublier… Vous voulez faire comment pour l’entrainement si on peut dire ça comme ça ?... Je veux pas que ça vous embête avec mes histoires mais, ça me ferait plaisir, vraiment ! Mais vous devez être très occupé aussi… si vous êtes libre un jour, vous pourriez passer ici ou sien nous donner rendez-vous ?

Se rendant compte qu’il n’avait pas vraiment laissé l’adulte en placé une, il s’excusa de nouveau et le laissa répondre.


_________________

◈❃◈ ◈❃◈
#000077
thème de Tobirama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1320-termine-aihzen-tobirama-si-la-balle-est-dans-ton-camps-c-est-que-le-flingue-est-de-mon-cote http://www.ascentofshinobi.com/u79

Dim 5 Nov 2017 - 15:00
Effectivement, s’il y avait une chose qui était sûre, c’était que la réputation du chef Metaru et du Nidaime n’avait pas été volée. On ne forge pas un statut de ce type du jour au lendemain. Ni même une bataille comme Shîto ne le permet. Il y a en effet une différence entre être admiré pendant quelques jours pour avoir accompli un fait d’arme remarquable et être une figure symbolique sur plusieurs années, et ce, en temps de paix comme de guerre. Et c’était dans ce deuxième cas que se trouvait notre nouveau Raikage.

Mais au-delà de l’admiration et de ses attaches de jeunesse, il se trouvait que le petit Tobirama était bien plus ancré à la réalité qu’il ne le laissait paraître, notamment grâce à son grand-père qui semblait visiblement avoir tout du vieil homme sage qu’on écoute sans comprendre. Du moins, pas avant d’avoir affaire à la situation en question.

- Il dit vrai, alors. T’as bien assimilé ses enseignements en tout cas. Mais bon, tu vas vite apprendre que ton opinion va se forger tout seul et changera peut-être pas mal de son opinion. En bien, ou en mal d’ailleurs.


Je n’en rajoutais pas plus, par envie d’être vague et par obligation pour ne pas qu’il commence à se poser trop de questions. Questions qui pourraient l’emmerder plus qu’autre chose.

Face à l’orphelinat, il s’excita une dernière fois pour me demander comment on peut s’organiser pour un éventuel entraînement. Et alors que j’allais lui répondre, il me coupa à deux reprises. Je ne sais pas si c’est la peur, le doute ou quelque chose comme ça qu’il l’obligeait à enchaîner les choses à ce point, mais il devait vraiment se relaxer. Et je finis par lui montrer, en élevant lentement la main afin de lui demander de se calmer, ce qu’il finit par faire tout seul, au vue de la fin de sa phrase. Je secouais la tête en lui adressant un sourire, histoire qu’il ne se mette pas en tête qu’il m’a gonflé avec son dernier bla-bla.

- Le seul problème est que mon emploi du temps ne me permet pas de fixer une date, et encore moins une heure. Pas en ce moment, en tout cas. Dis-je tout en baissant le regard quelques brèves secondes en direction de la plume rose accrochée à mes cheveux. Mais, essaye de venir avec ton frère au terrain d’entraînement, durant un après-midi. J’y suis souvent, l’air de rien. Donc c’est encore la meilleure façon de me trouver.

Les mains dans les poches, je redressais mon dos de tout son long afin de conclure mon petit discours, et surtout, lui laisser une dernière réponse avant qu’il ne se sauve. Je pense qu’on l’attend déjà depuis un moment, vu sa bagarre avec l’autre con, notre conversation et sa chute sur le chemin.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mar 14 Nov 2017 - 20:00
L’adulte faisait preuve avec Tobirama d’une certaine sagesse. Mais attention, n’y voyez rien de pompeux. Non, en fait, sa façon d’être « sage » est même loin de la convention. Pour ne rien vous cachez, moi, j’en sais un peu plus que vous sur son histoire. Et sans doute que c’est de là, que lui vient son recul. Nombreux sont ceux, qui parmi les adultes du même âge, n’en ont pas autant. Les épreuves de sa vie – peut-être aussi ses origines – lui ont cependant permis d’appréhender le temps d’une façon intéressante. Celle-ci est bien différente de la conception du temps du jeune Aihzen. Cela ne pouvait qu’être bénéfique pour ce dernier, et qui sait, peut-être même pour son ainé… Oh mais je m’égare un peu moi… Tu m’en vois navré… Pardon… Où en étions-nous ? Ah oui… Lorsqu’ils furent devant l’orphelinat, et que le petit blond eut enfin émit sa dernière requête au grand brun…

Celui-ci devait sans doute toujours être décontenancé par l’ardeur du jeune ninja. Il ne manqua pas de le faire comprendre par un mouvement de la main à celui-là, qui finit par laisser la parole à son interlocuteur. Comme il l’avait déjà précisé, un peu plus tôt, son temps libre était relativement limité. Il n’était pas sûr de pouvoir tenir un rendez-vous précis. C’est ainsi qu’au final, il préféra plutôt divulguer une de ces petites habitudes. Celle de s’entrainer durant ses après-midi libres à l’un des terrains d’entrainement de Kumo. Si Tobirama et son frère souhaitait le revoir, ils n’auraient qu’à aller là-bas, où ils avaient de grande chance d’y trouver le chūnin.
Après avoir entendu la tonalité de la grave voix descendre – ce qui marquait la fin de la prise de parole de celui à qui elle appartenait – le genin s’inclina en signe de respect et de remerciement alors qu’il allait reprendre la parole. Il avait parfaitement conscience de ce que représentait ce temps que voulait bien lui accorder Hisao, même si ça n’était pour l’instant qu’un peu hypothétique.

— Je vous remercie beaucoup Monsieur Akahoshi. On sera là-bas le plus souvent possible, et même si vous n’aviez pas le temps, tant pis. Mais on ne vous décevra pas…
Oh, et… encore merci pour tout à l’heure
, ajouta-t-il un peu gêné en se redressant.

Enchainant par un grand sourire à l’adulte, il était désormais temps de se dire au revoir.

— À la prochaine alors m’sieur… Hisao… ?
Dit-il finalement avant de se retourner pour courir aux portes de l’orphelinat, il n’aimait pas dire au revoir.

Cela ne dura pas. Il s’arrêta soudainement, reposa ses paquets. Il regarda ses mains, ferma les yeux pour se concentrer. Il était en train de générer une petite feuille de papier. Dès que cela fut fait, celle-ci s’éleva dans les airs en se pliant. La feuille prit une forme allongée, progressivement, la feuille en origami était devenue finement ciselée et pliée. Lorsqu’elle eut atteint son stade final, elle s’envola dans le vent, guidé par le blond, jusqu’au chūnin, et entra par la pointe dans une des poches de sa veste sombre. Il s’agissait d’une plume de papier, en effet, durant sa conversation avec le grand brun, Tobirama avait remarqué qu’il portait attention à la plume rose dans ses cheveux, elle devait être précieuse pour lui. Finalement, Tobirama jeta un dernier regard vers Hisao, avec un grand sourire, il avait déjà récupéré ses paquets, et quelques instants plus tard, il s’engouffra derrière les portes de l’orphelinat.

_________________

◈❃◈ ◈❃◈
#000077
thème de Tobirama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1320-termine-aihzen-tobirama-si-la-balle-est-dans-ton-camps-c-est-que-le-flingue-est-de-mon-cote http://www.ascentofshinobi.com/u79

Sam 18 Nov 2017 - 15:09
Alors qu’il prit la tangente pour éviter d’être trop en retard à son orphelinat, il s’arrêta soudainement en malaxant légèrement son chakra. Mon sourcil s’arquait tandis que mon regard curieux se déposa sur lui. En quelques secondes, l’Aihzen venait de former une petite construction artistique à l’aide de sa capacité à manipuler le papier, formant une plume, sans aucun doute en référence aux plumes qui étaient accrochées à mes dreadlocks. Ma paume s’ouvrit et réceptionna sans mal la plume fabriquée à l’aide du chakra du jeune homme, provoquant un petit sourire mais absolument sincère. D’un maîtrisé mouvement de main, j’enfonçais la plume artificielle dans une poche qui se trouvait contre mon torse et amenais ensuite mon Kiseru en bouche.

- Merci, petit. C’est sympa.


Je profitais également de l’instant pour hocher la tête afin de confirmer son « à la prochaine fois ». Il ne faisait aucun doute que nous allions nous revoir, qu’il soit ou non motivé à entamer un de mes entraînements. Son pouvoir et son caractère étaient capables de le hisser dans ce monde, même si ce n’était jamais gagné.

En lâchant un nuage de fumée, qui se dissipa progressivement à mesure qu’il était entraîné par le vent, je finis par tourner talon pour me rendre vers les montagnes. La plume qu’il m’avait confectionnée m’avait fait réagir… j’avais pris conscience que cette quête, qui consistait à le retrouver, était finalement secondaire. Non pas que c’était mon intention, mais je finissais toujours par faire des recherches imparfaites, incomplètes. Non, là y en avait marre. J’allais me rendre aux sommets des montagnes de Kaminari et sillonner le ciel du regard. Aucun piaf n’arrivera à se dissimuler de ma vie, et ça, peu importe si j’y passais plusieurs jours aussi longs que pénibles.

Je donnais un petit coup de poing sur mon torse, là où se trouvait la plume de papier et entama une marche aussi soutenue que disciplinée.

- Attends-moi, maudit oiseau. J’arrive.


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Tu veux un pain ? [PV. Akahoshi Hisao]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: