Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Un vendeur peu commun | Libre


Mer 14 Juin 2017 - 21:58
C'était en début d'après-midi que je décidais d'aller faire ce que je faisais une fois par semaine. C'était d'ailleurs quelque chose de très simple en vérité car j'ouvrais un stand dans la rue où je vendais de petites sculptures en bois que je faisais moi-même. J'avais sûrement l'air ridicule quand je passais dans les rues avec mon apparence et les regards qui m'étaient jetés, mais qu'importe, je ne vivais pas les autres et ils n'allaient sûrement pas ruiner ma bonne humeur. Je ne répondais à leurs moqueries visible ou invisible que par un sourire tranquille. Je tournais ma tête vers un magasin une fois que j'arrivais au cœur commerçant, et je tombais nez à nez avec mon reflet dans le miroir. Mes cheveux en pagaille -j'adorais dire d'eux qu'ils me donnaient un charme sauvage- et mes vêtements en mauvais état, l'attirail parfait d'un mendiant ! En plus j'avais un sac ridicule sur une épaule ! Je riais sur moi en voyant ceci puis je repris calmement mon chemin vers l'endroit que je préfère: le marché. Le marché est vraiment rempli et il y a peu de places où s'installer à cette heure, après tout qui ne prendrait pas la place la plus voyante possible pour vendre ce qu'il a ? C'est le meilleur moyen de faire des profits ! Mais si j'essayais de prendre cette place je n'aurais sûrement que des problèmes, alors je partais dans un coin du marché qui n'était pas très bien placé et pas très voyant non plus.

C'était clair que vu mes habits on pouvait remarquer que je n'étais pas la personne la plus riche qui existait au monde, j'avais moi aussi besoin de vendre des objets pour essayer de gagner un peu d'argent en plus. Si je ne travaille pas, qui va me donner l'argent dont j'ai besoin ? Certes, je n'ai pas besoin de beaucoup dans mon humble maison, mais ce n'est pas pour autant qu'avoir un peu d'argent de côté est une mauvaise chose. Je regardais à droite et à gauche en partant sur ma place pour voir ce que les vrais marchands vendaient, et je soupirais légèrement en voyant toutes ces choses. Des objets qui se vendent vraiment chers et tout un tas d'autres objets qui avaient l'air amusant dans leur simplicité comme dans leur complexité pour moi. Même si je savais que les objets les plus luxueux étaient dans les magasins, je ne pouvais m'empêcher d'être amusé et étonné en voyant tout ça. Ce n'allait sûrement pas être demain que j'allais pouvoir retoucher à des objets de luxe ! Mais ça ne me dérange pas, mon mode de vie actuel me va très bien pour l'instant, tout est si calme.

Arrivé à ma place préférée je m'asseyais calmement et lentement sur le sol dur pour me mettre en tailleur. Calmement je déposais mon sac à côté de moi et je l'ouvrais pour en sortir son contenu: un grand tissu bleu que je posais devant moi, et 4 statues que je posais dessus. Les statues étaient respectivement de ma gauche à ma droite: un loup, une cabane dans un arbre, un lapin et un renard. Le loup avait un air féroce autour de lui, prêt à bondir à n'importe quel moment, mais les autres statues avaient un point en commun: l'atmosphère tranquille et reposante quand on les regardait. Les statues étaient d'environ 20cm pour la plus grande, l'arbre, à 10cm pour la plus petite, le lapin. Malgré tout, les statues n'étaient pas à un niveau de "maître" ou "d'expert" quant aux détails, mais ce qui est sûr c'est que je savais ce que je faisais et que chacune étaient relativement belles. J'en profitais pour hausser ma voix un instant, avec un sourire, pour tenter de vendre ma marchandise.

-Venez voir de belles statues ! 20 Ryôs la statue !

Je ne savais même pas si elles allaient se vendre et si j'allais repartir les mains vides, mais on sait jamais ! Je ressortais un gros bout de bois de 15cm de haut et 10cm de largeur de mon sac avec ma main gauche et de ma main droite j'attrapais le manche d'une "arme" qui était accrochée à ma ceinture. En tirant dessus c'était ce qui s'apparentait à un couteau très long de 30cm qui était tenu dans ma main. J'imagine que quiconque voyait ce couteau verrait clairement qu'il avait l'air d'une grande valeur et qu'il n'avait rien à faire avec un type comme moi, mais peu importe. Je commençais à porter mon attention sur le bout de bois que j'avais dans mon autre main et j'utilisais la lame de ce couteau pour tailler petit à petit le bois, prenant mon temps. Je n'arrêterais de tailler que si une personne est intéressée par mes petites statues ou qu'on me parle, après tout je n'ai pas de temps à perdre pour autre chose !

Je me disais qu'une personne ou deux allaient sûrement venir pour se moquer de moi ou pour créer du grabuge, mais je ne réagirais pas car je ne veux pas d'ennui. Enfin, il ne faut pas se méprendre. Ce n'est pas que je ne veux pas d'ennui avec eux, mais avec les personnes qui contrôlent cet endroit et que je ne puisse plus par la suite venir ici et vendre quelques objets ou statuettes.

Spoiler:
 

_________________
"Que dirais-tu de discuter avec moi sous la pleine lune en buvant du thé, Invité ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t131-shige-itaki-terminee

Jeu 15 Juin 2017 - 20:30


Iwa était sans doute l’un des poumons économiques du pays de la terre, une plaque tournante d’une quantité de denrées et de produits incalculable. Si le village se voulait devenir militaire, il n’en restait pas moins un point d’affluence et de rassemblement pour tout le pays. Tout un microsystème qui reposait sur la sécurité qu’offrait la présence de shinobi dans ces rues, et peut-être aussi un peu sur la confiance que les uns portaient aux autres. Ceci-dit, si la plupart des commerçants étaient de bonne foi, d’autres l’étaient, paradoxalement, nettement moins ; ce qui dans le fond n’était pas vraiment malin. Certes c’était le meilleur endroit pour l’arnaque, la tromperie et le profit facile mais ce qu’ils risquaient était nettement moins… prolifique. Enfin, il fallait de tout pour faire un monde, malheureusement.

Alors, entre les marchands véreux et les voleurs, Arikasa se décidait, de temps en temps, à se rendre dans les zones les plus commerçantes. La plupart du temps il ne se passait rien qui sortait de l’ordinaire, et aujourd’hui aussi apparemment. Tout était normal, aucuns comportements suspects, rien ou presque de contrefaits ou de périmés sur les étals. Arikasa était assez heureux de voir que tous ici étaient raisonnables, et surtout lorsqu’il était présent. Son ombre se projetant sur chaque stand, sur la foule suffisant certainement à dissuader du moindre larcin. Et encore, il ne portait ni son armure ni son marteau aujourd’hui. Il marcha alors au milieu de la foule, scrutant tout ce qui brillait, et tout ce qui semblait plutôt bon. A moins que ce ne fusse la foule qui marchait autour de lui… Allez savoir !

Etre un peu plus grand que la moyenne –euphémisme- donnait certains avantages, notamment d’être le premier à voir les choses intéressantes. Et lorsqu’il les vit, il fut comme subjugué. Par que sa trouvaille fut des plus époustouflantes, mais quand même ; c’était un début. Puis celui qui tenait ce stand avait quelque chose de sympathique. Il s’approcha alors tranquillement, en évitant d’imposer son physique semi-centenaire aux badauds qui s’écartaient de façon plutôt conciliante. Puis, son ombre obscurcit le stand. Un assortiment d’outils et un gros marteau ! Il prit ce dernier dans son énorme pogne et l’ausculta de plus prés. Du bon ouvrage se disait-il. Néanmoins, comme il en avait déjà tout un stock chez lui, donc il pourrait aisément faire le commerce, il le reposa sans regret

Puis, remarqua entre les deux échoppes, un petit homme assis en tailleur sculptant des petites figurines en bois. Malgré son âge, le Borukan était fasciné par ce genre de personne capable de réaliser des « œuvres » rien qu’avec leurs mains et un couteau. Comme disaient les jeunes : « c’est ouf ». Mais en dehors de l’aspect créatif de ces choses, ce qui intéressait le barbu était bien plus… terre à terre.

-Vingt Ryos la statue ? C’est ça ? Je vous prends votre stock.

Demanda-t-il en posant devant le jeune homme une bourse remplie. Toutes ces petites babioles lui donnaient des idées bien précises, et pas perverses bien sûr. Non. Après, il pouvait toujours refuser de lui vendre, qu’un homme lui veuille acheter tout ça pouvait prêter à confusion…





_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois


Dernière édition par Borukan Arikasa le Ven 16 Juin 2017 - 19:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Ven 16 Juin 2017 - 7:12

« Allez, ce sera tout pour aujourd’hui bande de larves! » rugit Akimoto à la dizaine de gamins en sueur devant lui. « Pour la semaine prochaine, je veux que vos positions de base soient parfaites. » Une fois par semaine, Akimoto se portait volontaire pour entraîner une cohorte de futurs shinobis d’Iwa. L’enseignement n’avait jamais vraiment été son fort, vu son manque de patience et son tempérament explosif. Mais avec la création officielle du village cachée, il s’était dit qu’il n’avait pas vraiment le choix de faire sa part pour façonner ce qui deviendra l’armée de son pays. Si au moins une poignée d’entre eux réussissait à devenir quelque chose, il aurait réussi son boulot. Et cela n’allait pas être chose facile malheureusement…dans cette bande de mioches, une bonne demi-douzaine ne comprenait strictement rien à l’art des ninjas et n’étaient intéressé qu’à apprendre à tirer des boules de feu à tout vent – Akimoto était d’ailleurs convaincu qu’il les perdrait la minute qu’il leur annoncerait que ce ne serait peut-être pas possible – et l’autre moitié avait du mal à tenir un kunai correctement. Heureusement, il y en avait deux ou trois dans le lot qui ne se débrouillait pas trop mal. C’était sur eux que reposaient les espoirs du Borukan. Ses journées d’enseignement étaient en quelque sorte des journées de repos pour Akimoto. Pas d’entraînement, pas de missions ou de gestion, rien. C’est là qu’il avait l’occasion de faire son grand flemmard – deuxième plus grand passe-temps de notre shinobi. Après avoir donné ses cours, il faisait tranquillement son petit tour du village, spécialement du secteur commerçant, pour aller voir tous ses vieux amis, les autres vieux de la vieille qu’il connaissait depuis son établissement à Iwa il y a plusieurs décennies.

Akimoto marchait lentement sur l’une des artères principales du secteur commercial, la rue des échoppes. On y retrouvait un peu de tout, principalement des biens produits par des artisans locaux et quelques rares biens importés. Le village avait bien changé depuis son arrivée, encore plus depuis la fin des rénovations. À l’époque, la rue des échoppes était un chemin bouseux traversant le village pour relier les routes du nord et celles du sud. On y trouvait un forgeron un peu sénile et un tailleur de pierre. Aujourd’hui, c’était toute autre chose! À perte de vue, Akimoto pouvait voir des magasins et des échoppes. La rue était tellement bondée, qu’il devait jouer du coude pour se frayer un chemin malgré sa stature imposante. « Akimoto-san ! » entendit-il un peu plus loin. Notre shinobi à la chevelure écarlate se retourna et aperçut de l’autre côté de la rue le vieux Shinzen qui lui faisait de grands signes pour qu’il vienne le voir. Aki avait sauvé Shinzen d’une attaque de bandits quelques jours après être arrivé dans la région et depuis, les deux étaient devenus de très bons amis. Derrière son petit comptoir, sa femme et lui vendaient des yakitoris et des takoyakis aux passants affamés qui venaient faire leur emplette. Il échangea quelques courtoisies avec le vieux couple, achetant par la même occasion quelques brochettes et une boite de boulettes, avant de poursuivre son chemin tout en mangeant. Malgré l’achalandage important, les rues étaient plutôt tranquilles en ce début d’après-midi ensoleillé. Akimoto ne trouva rien de vraiment particulier jusqu’à ce qu’il remarque un mendiant sur le bord de la route, installé avec quelques bouts de bois sur une couverture bleue entre deux échoppes. « Tien gamin, pour t’aider un peu. » dit-il en se penchant pour lui donner sa boite de takoyakis. Le garçon portait des vêtements rapiécés, laissant paraître qu’il n’avait pas beaucoup de moyens et ses cheveux indisciplinés lui donnaient un vague air de pouilleux. Cependant, agenouillé devant lui, il remarqua que ce dernier travaillait un bout de bois avec une petite lame d’une qualité incroyable. Probablement un truc volé se dit-il. « Vingt ryos la statue? C’est ça? Je vous prends votre stock. » dit un homme apparu à ses côtés en déposant une bourse pleine devant le gamin. En se relevant, Akimoto réalisa l’immense bourde qu’il venait de commettre. Le gamin n’était pas mendiant, mais artisan… « Bouhahaha! Désolé p’tit j’ai cru que t’étais en train de mendier! Sans rancune j’espère? » Une fois debout, Aki remarqua que l’homme généreux était en réalité l’un de ses confrères Borukan, l’un de ses ainés. « Eh bein dit donc Arikasa-sempai, vous vous sentez généreux aujourd’hui! »

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 


Dernière édition par Borukan Akimoto le Lun 19 Juin 2017 - 21:24, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Ven 16 Juin 2017 - 12:32
Pendant que je travaillais lentement sur le petit bout de bois, je pouvais remarquer plusieurs ombres qui passaient de chaque côté devant moi, mais c'était normal après tout, on était au cœur commerçant, ce qui serait bizarre serait que cet endroit soit vraiment désert, non ? Peu importe, parce que pendant que je travaillais ma prochaine statue lentement, le soleil vient d'être caché par un géant qui s'était positionné en face de moi. Je lève donc la tête, souriant comme à mon habitude. Et c'était là qu'il me proposait de m'offrir des Takoyakis .. Je soupirais un instant avant de secouer la tête de droite à gauche, ayant l'air gêné malgré le sourire amical que je lui adressais. A ce moment une autre personne, un autre géant cette fois, qui était venu à côté de l'autre géant. Lui ne m'avait pas prit pour un mendiant, ou peut-être qu'il m'a prit pour un mendiant et c'est pour ça qu'il a voulu acheter ma marchandise ? Je prenais donc sa bourse avec ma main droite, tout en gardant le couteau donc, sans en vérifier le contenu, pour la ranger à l'intérieur de ma veste du côté gauche. Je restais souriant en le regardant donc.

-Merci de votre achat, monsieur.

Je posais donc ce que j'avais dans les mains sur chacun de mes côtés pour récupérer les quatre statues et les lui tendre, en portant deux par mains. Une fois qu'il les auraient prises je reprenais mes objets en main et regardait l'autre géant.

-Ahah, c'est pas grave, vous n'êtes pas le premier à me prendre pour un mendiant. C'est pour ça que je ne peux pas vraiment accepter votre boîte gratuitement, mais .. Si vous insistez à me la donner ..

Je gardais un air pensif en le regardant pendant quelques secondes avant de faire tourner en cercle le couteau habilement dans ma main droite, l'air penseur. Je concentrais ensuite mon regard sur le bout de bois que j'avais dans la main, toussotant pour me racler la gorge. Prenant une grande respiration histoire d'être en top forme, je commençais à utiliser le "couteau" rapidement, n'utilisant pas la lenteur d'avant, mais bien une vitesse qui montre l'habitude que j'ai à l'utiliser. A force de ces coups rapides, la statue prenait forme petit à petit, et il ne fallut que quelques minutes pour qu'elle prenne forme. Cette statue ressemblait au Borukan qui m'avait prit pour un mendiant dans une pose particulière: il avait l'air d'être sur le haut d'une montagne, son pied droit plus haut que le pied gauche, dans une pose presque "héroïque" avec son poing droit au niveau de son cœur. Une fois l'avoir fini je soufflais, j'étais assez satisfait avec ce que j'avais produit. Certes ce n'était pas ma plus grande statue, mais elle faisait 15cm de hauteur quand même, et ce n'était pas rien ! Je tendais donc cette statue en souriant un peu plus au Borukan en question.

-Qu'est-ce que vous pensez d'un échange dans ce cas ? Hehe


A vrai dire, en temps normal je n'aurais sûrement pas fait ce genre d'échanges, mais là je commençais à avoir tellement faim que je n'avais pas le choix que d'essayer un petit échange comme ça ! Et puis, au moins, si j'échange je ne dépense pas d'argent, et ça c'est une bonne astuce !

_________________
"Que dirais-tu de discuter avec moi sous la pleine lune en buvant du thé, Invité ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t131-shige-itaki-terminee

Sam 17 Juin 2017 - 23:04


Il n’y avait pas fait attention au premier abord, mais ce petit vendeur avait déjà un client. C’est lorsqu’il entendit la voix de ce dernier qu’il le reconnut, Borukan Akimoto. Cela faisait depuis quelques temps qu’il ne l’avait pas vu et le croiser ici était plutôt opportun. Comment avait il fait pour le manquer ? Akimoto faisait à peu près la même taille que lui, même carrure, et était roux ! Roux… Cela expliquait peut-être tout ? Non, ce n’était que la jalousie qui le fit penser ça, car lui n’avait plus sa chevelure d’antan.

Les statues plein les bras, ce qui lui donnait une crédibilité à toute épreuve, il se retournait vers lui et le salua à son tour.

-Ah ! Akimoto-kun, cela fait un moment qu’on ne s’est pas vus, tu te fais rare… A moins que ce ne soit moi… Dit-il songeur. Oui, j’ai un peu d’argent à dépenser et je me suis dit que ces petites babioles me seraient utiles. Et toi, tu donnes carrément ton déjeuner ? Moi, je ne pourrais pas ! Affirmait-il en rigolant. Sans offense gamin ! Adressait-il au vendeur. Tu es un excellent menuisier ! Avec d’autres outils, tu pourrais faire mieux ! Sourit-il.

Avoir un talent tel que le sien avec le bois, à son âge, c’était en effet remarquable. Arikasa comprenait d’ailleurs qu’il ne fasse que des figurines comme ça, les bons outils coûtaient plutôt cher, et à vingt ryos l’unité… Il lui faudrait en vendre un paquet… Quand il ne pensait rien qu’au prix d’un bisaigüe… Il avait du courage. Enfin, au moins il aurait du mérite plus tard, de pouvoir dire qu’il était parti de rien et avait réussi… success-story.

-Si tu veux te faire un peu d’argent, j’ai une idée pour toi ! Les gamins de Seigetsu auraient besoin de cibles pour s’entrainer, de différentes tailles. Ça te dirait d’en faire ? Et qui sait, peut-être que tu auras un certain talent, toi aussi, pour les arts ninjas.

Evidemment, Arikasa ne se doutait pas un instant de qui était la personne assise en tailleur devant eux.

-Iwa aura toujours besoin de bons menuisiers, ou ébénistes… Réfléchis-y !
rajouta-t-il en souriant.

Le Borukan était comme ça, comme Akimoto visiblement, toujours prêt à être charitable envers un gamin dans le besoin !

_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Dim 18 Juin 2017 - 7:06
Heureusement, le jeune artisan ne prit pas trop mal la remarque déplacée d’Akimoto, cela le fit même sourire. Alors que ce dernier se remettait visiblement au travail, il porta son attention sur l’autre Borukan. Croisé Arikasa ici – surtout avec la tronche qu’il faisait avec les mains pleines de bibelots – fit sourire notre Borukan. Côte à côte, les deux hommes étaient pratiquement identiques, du moins en termes de gabarit. Akimoto, avec sa chevelure écarlate, paraissait tout de même beaucoup plus jeune que l’autre, dont la crinière était maintenant grisée. Pourtant, il n’y avait que sept petites années qui les séparaient. Cela faisait un certain moment qu’il ne l’avait pas vu. Pourtant, à une époque, il se croisait régulièrement. Surtout dans leur jeunesse. Aki et Ari était en réalité des cousins, du côté de son père. Akimoto l’avait longtemps considéré comme un rival sur le terrain d’entraînement. Mais cela remontait à une autre époque.

« Ah! Akimoto-kun, cela fait un moment qu’on ne s’est pas vus, tu te fais rare…à moins que ce ne soit moi… » Arikasa soulevait un bon point, mais il n’allait quand même pas lui donne raison. « C’est toi qui dois être trop occupé comme toujours! » C’est vrai qu’Akimoto s’était fait discret ces derniers temps, un peu blazé par le manque d’actions des derniers mois. Avec un regroupement aussi important de ninjas à Iwa, les bandits se faisaient plus frisquets et n’osaient plus autant qu’avant attaquer les convois des marchandises. Ce qui voulait dire moins de boulot pour lui! Tant mieux pour le pays…mais bon dieu qu’Akimoto s’emmerdait. Ce n’est pas les mioches qu’il entrainait qui allaient le stimuler. D’un autre côté, cela lui permettait de s’entraîner autant qu’il voulait. Et de picoler. Et dormir aussi.

« Tu es un excellent menuisier! Avec d’autres outils, tu pourrais faire mieux! » Son cousin n’avait pas tort. Le gamin avait un réel talent. « Qu'est-ce que vous pensez d'un échange dans ce cas ? » Pendant que les deux montagnes avaient échangé ses paroles, le jeune homme avait eu le temps de fabriquer une nouvelle statuette qu’il tendit sans attendre à Akimoto par la suite. Sculpté dans le bois, il avait fait une réplique miniature du Borukan, trônant de manière quasi héroïque au sommet de ce qui aurait pu être un pic rocheux.

Si le jeune inconnu cherchait à flatter l’égo d’Akimoto, c’était chose faite. Il contempla la statuette quelques instants, la scrutant dans ses moindres détails, la faisant tourner dans ses mains. « Hehe, mais dit donc, c’est que tu as du talent! J’aime bien ce que tu fais petit. » La montagne n’avait jamais été du type vaniteux, mais se voir ainsi représenté lui faisait du bien. « Oublie cette histoire de cible d’entraînement, si tu cherches du boulot, je te fais faire mon buste, format géant, pour le grand hall du clan! » ajouta-t-il en éclatant de rire. Aki mordit à pleine dent dans sa dernière brochette puis décrocha la gourde à sa ceinture. Il en prit une grosse gorgée et la tendit aux deux autres. « Saké ? » Akimoto n'offrait pas ses réserves personnelles à n'importe qui. Si son cousin y avait droit d'office en l'honneur du bon vieux temps, il jugeait que le gamin l'avait suffisamment fait marré pour en mériter.

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Dim 18 Juin 2017 - 15:39
Malgré qu'ils avaient compris que je n'étais pas un mendiant, ils commençaient à me prendre pour un ébéniste ou un menuisier ? C'était vraiment insultant à ce stade, même pour moi qui était calme en temps normal. Je ne pouvais même pas faire quelque chose du style montrer mes prouesses en les affrontant maintenant parce que sinon je serais refusé d'accès dès que je veux vendre quelque chose ici, et ce n'est pas quelque chose que j'ai envie de voir après tout. Je toussotais d'une manière assez gênée, commençant à ranger le tissu bleu au sol dans mon petit sac et le remettant sur mon épaule gauche juste après, pour me relever lentement et me dépoussiérer une fois debout.

-Ahah, je suis désolé mais je ne suis pas ébéniste ou menuisier, je suis un sabreur.

Je me grattais l'arrière de la tête de la main gauche d'un air gêné, avant de tapoter 3 fois mon "couteau" de l'index de cette même main, suite à quoi la lame s'allongeait rapidement pour faire 1m au total, celle-ci pointée en direction du sol. La vérité c'est que je sculptais des statues non pas par plaisir mais pour entraîner ma dextérité et trancher plus facilement. Certes, c'était étrange dit comme ça, mais c'était bien pour devenir un meilleur sabreur dans ma propre voie que je faisais ça. Et même si j'avais le temps de vendre quelques statues ici, je n'avais pas le temps de faire un grand buste, c'était beaucoup trop de temps à ce stade là et mon .. "planning" était trop serré. J'allais donc le refuser poliment.

-Désolé, désolé, mais je dois m'entraîner et je n'ai pas vraiment de temps pour faire autre chose.

J'utilisais l'entraînement comme excuse pour pas qu'il ne se froisse trop, peut-être qu'il comprendrait étant donné que pour un shinobi l'entraînement était quelque chose de crucial, et ne pas s'entraîner souvent n'était pas quelque chose de bénéfique pour quelqu'un. Mais voilà qu'il me proposait du saké, et là .. Là je commençais à suer ! Je ne tenais vraiment pas du tout l'alcool, quelques gorgées suffisent pour me monter le rouge aux joues et me rendre dans états seconds que même moi je ne savais pas possible. Vraiment, quand je bois quelque chose qui est sensé rendre saoul même moi je ne me reconnais plus. Je préférais ranger mon arme rapidement dans son fourreau et la rendre la plus petite possible -donc 30cm- avant de secouer rapidement mes deux mains avec hâte, riant d'un air vraiment gêné.

-A-Ahah .. Désolé mais je ne bois pas, vraiment, ne vous forcez pas à me demander ce genre de choses, ça a l'air d'être un saké auquel vous tenez, me l'offrir serait vraiment pas quelque chose d'intelligent ! Ahah ..

Je remettais en place mon sac sur l'épaule avant d'essayer de contourner les deux géants qui avaient un certain problème pour les menuisiers et les ébénistes apparemment ..

-B-Bon, écoutez, je pense que je vais y aller moi, ahah .. !

_________________
"Que dirais-tu de discuter avec moi sous la pleine lune en buvant du thé, Invité ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t131-shige-itaki-terminee

Dim 18 Juin 2017 - 16:17

Il écoutait et observait le jeune commerçant et comprit finalement que ce dernier était en fait un ninja, ou un sabreur comme il disait. Aidé de son couteau de charpentier, qui était en fait un sabre, pour prouver ses dires. Ariksa comprit alors la bourde qu’il avait commis en confondant ce jeune homme avec un banal travailleur de bois, même si ce dernier métier était très honorable et utile au village. Mais bien différent d’un ninja, c’était sûr.

-Oh et bien qu’importe que tu sois un ninja ou artisan, l’un ou l’autre est très bien. Il n’y a pas besoin de se sentir vexé. Je forge bien lorsque j’ai du temps libre !


Faire quelque chose de ses mains, ne pas se limiter à une seule fonction avait du bon pour l’esprit et le corps, une façon de se libérer des responsabilités et oublier un peu la lourdeur du quotidien, car il fallait l’avouer, être un shinobi n’était pas évident tous les jours et donc, ne pas avoir à penser à tout ce que l’on a pu faire… Avait quelque chose de reposant. D’où pratiquer une activité secondaire.

-Non, ça va aller, merci Akimoto ; je ne bois plus depuis quelques années !

La tentation était là mais la volonté semblait plus forte que le reste. Aujourd’hui Arikasa pouvait résister à toutes les propositions de ce genre, cela lui avait pris du temps mais c’en était fini maintenant. Ceci-dit, la proposition de son cousin éloigné était très généreuse. En bon Borukan, Arikasa savait que les siens, enfin la plus grande partie d’entre eux, aimaient l’alcool plus que la moyenne des mortels.

-Eh bien, si tu dois t’en aller ; n’allons pas te retenir. Il lui tendit la main qu’il avait réussi à libérer, tenant les statuettes sous bras, de l’autre côté. Une rencontre un peu spéciale ! On recommence ; je m’appelle Arikasa, du clan Borukan.

Ajoutait-il en souriant avant de laisser s’en aller le jeune ninja.
C'était une rencontre un peu particulière, comme il l'avait souligné, mais au moins il savait déjà, à peu près à qui il avait affaire, puis cela lui permit de rencontrer un autre Borukan perdu de vue.



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Dim 18 Juin 2017 - 17:12
« Ahah, je suis désolé, mais je ne suis pas ébéniste ou menuisier, je suis un sabreur. » Sur ces paroles, Akimoto avala de travers la gorgée de Saké qu’il venait de prendre, provocant une quinte de toux violente. Il n’était pas qu’un artisan – et encore moins un mendiant –, mais bel et bien un ninja!? Notre Borukan ne s’attendait pas du tout à cela. Pour leur prouver ce qu’il disait, l’homme – dont il ignorait toujours le nom – toucha le manche de son petit couteau pour en faire allonger la lame, le transformant alors en un véritable sabre. Akimoto ne s’y connaissait pas vraiment dans l’art de la manipulation des armes, mais il était certain qu’un couteau normal ne pouvait pas faire cela. Il avait déjà entendu parler des samouraïs du pays voisin qui était d’habile combattant à l’épée, et de mystérieux sabres dans une contrée lointaine qui possédait des pouvoirs particuliers, mais c’était la première fois qu’il en voyait quelque chose de la sorte de ses propres yeux. Ne connaissant rien de son interlocuteur, le shinobi ne pouvait que spéculer. Cette capacité était pour le moins intrigante.

Pour calmer son excitation, Akimoto reprit une grande gorgée de saké – que ses deux compagnons avaient poliment décliné tous les deux. Des gens qui ne boivent pas? De l’inconnu cela ne le dérangeait pas vraiment, mais Arikasa qui refusait du saké? C’était quelque chose d’atypique pour un Borukan qui était généralement tous de très bon buveur! Les membres de son clan étaient tout aussi réputés pour leur habileté à maîtriser la lave que pour leur amour et tolérance à la boisson. Décidément il avait bien changé. Où c’était peut-être simplement un signe qu’il était grand temps pour les cousins de renouer ensemble.

Son échoppe maintenant vide de toute marchandise grâce au Borukan grisonnant, le sabreur remballa ses choses et se prépara à partir. « B-Bon, écoutez, je pense que je vais y aller moi, ahah .. ! » Visiblement, l’excentricité des Borukan devait avoir eu raison de lui. Déjà qu’il était difficile de tenir tête à un seul d’entre eux, imaginez deux qui se sont mis en tête que vous étiez un menuisier à engager ? « Si jamais tu changes d’avis petit, l’offre tiendra toujours. » dit-il en souriant. « Et si tu cherches un partenaire d’entraînement, n’hésite pas à demander. » rajouta-t-il en toute sincérité. Affronter un sabreur, même si ce n’était que sur un terrain d’entraînement, était toujours un défi. Et Akimoto adorait les défis. « Au faites, moi c’est Akimoto, également du clan Borukan, mais ça tu devais l’avoir deviné. » dit-il en tendant sa main à son tour vers le jeune homme.

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Dim 18 Juin 2017 - 22:24
Apparemment, malgré le fait qu'ils se trompent souvent, je trouvais que ces deux Borukan étaient vraiment sympa quand même. Certes, ils étaient tout de même un peu étrange dans leurs caractères mais ça avait l'air d'être de bons gars ! Je ne pouvais même pas être énervé un tout petit peu contre eux, même quand ils ont dit que j'étais un mendiant, un menuisier ou un ébénier .. Bon, c'était quand même un peu exaspérant mais bon, j'étais assez habitué à force de croiser des gens dans la rue sous ces habits quand ils me dévisagent. C'est vrai que je fais bizarre, mais c'est une habitude à force, on n'y fait plus trop attention ! Le grand Borukan aux cheveux grisé me tendait la main, ce à quoi je faisais pareil pour lui tendre la mienne.

-Appelez-moi Itaki.

Je commençais à partir après cette poignée de main quand j'entendais la voix du Borukan qui paraissait plus jeune que l'autre, et je me retournais pour sourire un peu plus et lui répondre. Je le trouvais quand même amusant lui, il avait même l'avoir d'avoir une énorme fierté, à telle point qu'il voulait m'engager pour lui sculpter un buste !

-Ahah, vous serez le premier que j'appellerais si j'ai vraiment envie de travailler là-dedans. Et pour l'entraînement, on verra ça un autre jour !

Puis après ces mots, je partais en leur tournant le dos, partant dans les rues pour repartir avec mes ryôs et mon sac, d'un air totalement satisfait de l'argent que je me suis fait. En rentrant chez moi, je fêterais ça comme il se le doit ! Bon, certes, seul, mais au moins je fêterais ça .. ! Je repensais d'ailleurs aux mots du plus jeune des deux Borukan .. Un entraînement avec un géant n'était pas quelque chose que j'ai déjà fais, alors il serait vraiment un adversaire idéal ! Je ne savais pas s'il était rapide, mais vu sa carrure je portais déjà dans ma tête l'idée qu'il ne serait vraiment pas du tout rapide, puissant comme pas possible vu ses bras, mais pas rapide.

_________________
"Que dirais-tu de discuter avec moi sous la pleine lune en buvant du thé, Invité ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t131-shige-itaki-terminee

Un vendeur peu commun | Libre

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: