Derniers sujets
» Entrainement à l'épée n°1 - Shiori
Aujourd'hui à 23:25 par Watanabe Shiori

» Le blondinet s'ennui !
Aujourd'hui à 23:21 par Aami Shôran

» Encore ... ? [Pv Shuu]
Aujourd'hui à 23:20 par Metaru Reiko

» Deux épreuves pour le prix d'une (ft. Y. Kagero & N. Sayo)
Aujourd'hui à 23:14 par Aburame Shizen

» [Equipe #4] Première rencontre matinale
Aujourd'hui à 23:06 par Kanashīdesu Inja

» Impact [Sayo N.]
Aujourd'hui à 22:35 par Nara Sayo

» La chieuse en tenue d'infirmière... [Ft.Sayo]
Aujourd'hui à 22:30 par Nara Sayo

» C'cadeau Senseï | Shojito
Aujourd'hui à 22:18 par Nara Sayo

» Pile ou face ? | Frero
Aujourd'hui à 22:03 par Nara Sayo

Partagez | 

Kasanagi ► Souvent les choses se passent bien. Mais parfois elles se passent mal.


Sam 14 Oct 2017 - 14:04
Dés le moment où le Mizukage a levé la voix sur moi, pour tenter de me remettre à ma place, je suis resté murée dans un silence, laissant entendre ma voix qu'à de rares occasions, comme quand Hanzõ est devenu le nouveau bras droit, même si je vois pas ça d'un bon oeil. Mais je n'ai rien dit, juste un bonne chance à mon frère d'arme, parce que vu les premières décisions de l'ombre, cela risque de poser des problèmes dans un futur plus ou moins proche. Rébellion, sûrement encore, les Yuki sont doués pour ça. Surtout Eiichiro. Si moi, je ne sais pas tenir ma langue en présence des supérieurs, je ne suis pas du genre à conspiré dans le dos comme le chef du clan de la neige. M'enfin, soupirant maintenant que la réunion est finie, je quitte les lieux sans un regard ou un mot pour l'ombre, préférant me tenir à distance de lui pendant un petit moment. D'ailleurs, vu l'agacement que j'ai en moi à cet instant précis, vaut mieux pas sinon, il risque de devoir me reprendre de voler encore.

Agacée, réellement, et pour évacuer tout cela, au lieu de rentrer directement à l'appartement que j'occuper avec le jeune Tetsuko, je prends la direction du dojo, pour aller, me défouler sur des mannequins en bois et évacuer tout mes ressentiments sur cette réunion plus que déplaisante. Ainsi, pendant plus de deux heures, je me déchaîne et m'épuise face à un mannequin. En sueur, le souffle court, je reprends quelque respiration avant de finalement me décider à prendre le chemin de la maison, où au vue de l'heure, l'adolescent doit déjà être dans les bras de Morphée depuis un bon moment.

Entrant silencieusement dans les lieux, je m'avance rapidement vers la salle d'eau pour me débarbouiller assez rapidement et aussi silencieusement que possible. Enfilant mon vêtement de nuit, je soupire alors, regardant l'eau qui s'écoule. Si l'agacement a prit beaucoup de place pendant un instant, maintenant, je suis revenue à ma première impression, mes premiers sentiments, mes premières craintes...

La peur... L'angoisse de revivre ce qui a déjà été fait. La prison... La torture. Je déglutis un peu. Mes chimères me hantant à nouveau à cet instant précis. Alors, sans trop me soucier plus du repos de mon amant, je me glisse dans sa chambre, toujours aussi silencieusement que possible. Venant me glisser dans le lit du bâtard pour chercher à me blottir doucement contre lui. Espérant ne pas le réveiller, tout en étant réellement désireuse de le sentir se retourner et me serrer dans ses bras. Pour obtenir de sa part, comme bien trop souvent, un peu de chaleur humaine, d'attention et de tendresse. Une sorte de rituel que j'ai maintenant avec lui. Et si avant, je me prenais la tête à cause des on dit maintenant, à force de me lover contre lui bien trop souvent, j'en suis rendu à ne plus penser à cela. Occultant les mœurs et la bienséance.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Dim 15 Oct 2017 - 4:56
...


De sa maigre vie, il n'avait pas besoin d'avoir vécu mille batailles et d'avoir parcouru ce monde entier pour comprendre que parmi toutes les calamités que la vie recèle, la solitude reste le pire des fléaux. Son esprit à présent accoutumé au doux bienfait de la chaleur de la belle, à défaut de ne pas être à ses côtés de manière ininterrompue, il vivait à présent en permanence avec cette faim pénible qui lui brûlait la peau et qui lui asséchait la gorge. Il était devenu accroc à ses caresses, à ses douces attentions et à l'odeur voluptueuse de la chaleur reposante qu'elle dégageait. Éreintantes étaient les nuits où il ne pouvait même pas se contenter de sa simple présence par-delà quelques murs. Il peinait à trouver le sommeil et fatiguait de se réveiller continuellement par la disette causée par l'absence. Cette soirée était une soirée parmi tant d'autres. Elle n'était tout simplement pas là et c'est donc accompagné de la mesquine solitude qu'il allait devoir braver les courants d'air glacés d'une fenêtre qu'il n'avait pas eu la foi de fermer.

C'est dans ces moments de néant que ses pensées pessimistes et nihilistes trouvaient leur origine.

Soudain, une délicate fragrance baignait l'atmosphère. Les quelques remous sur le matelas prenaient dès lors sens : Elle l'avait finalement rejoint. À moitié léthargique, c'est dès lors tel un cadavre animé qu'il remuait légèrement les épaules et le bassin afin de traduire sa joie engourdie. Lui qui n'avait pas quitté le royaume des songes ne daignait pas ouvrir les yeux, et c'est ainsi dans cet état de semi-conscience que, mué par l'instinct, il se retournait tel une larve pour faire de la kunoichi la victime de ses bras en quête d'affection. Une main baladeuse sur les hanches et celle-ci filait dès lors dans l'intérieur du petit habit noir pour venir empoigner le dos la demoiselle à sa merci. Doucement, il établissait les bases de la domination cajoleuse. Lentement, le petit lézard resserrait la constriction, portant la Watanabe à partager un maximum de sa personne sur lui. L'objectif est simple et puéril, il comptait bien conquérir la sabreuse, s'adosser à la moindre particule du corps de la kunoichi et pouvoir profiter d'elle au paroxysme de la délectation. Son galbe, ses gambettes, sa frimousse, aucun monceau de son corps n'était épargné. Et c'est ainsi par une légère morsure dans le creux de sa joue que le reptile signait la fin de son exercice. Elle était à présent sienne, et il ne comptait pas se séparer de celle qui lui avait fait défaut en cette veillée glacée.
« T'étais où ?... » questionnait-il instinctivement d'une voix fluette, lui qui ne serait sûrement pas capable d'écouter la moindre réponse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Dim 15 Oct 2017 - 5:41
Doucement, mes doigts attrape la couverture sur l'adolescent pour la soulever un peu et pouvoir me glisser en dessous, cherchant rapidement le contact du Yuki. Un peu de chaleur, un peu de réconfort. Il se mouve alors. Lentement, dans un demi sommeil. Mon regard cherchant à le détailler dans la pénombre, je ne peux réprimer ce léger sourire de prendre place sur mes lèvres. J'apprécie plus que tout son contact, sa présence. Soupirant doucement d'aisance alors qu'il se montre aventureux avec ses mains, pour m'attirer contre lui. Je me laisse faire bien volontiers, cherchant à cacher mon visage dans le creux de son cou, mes lèvres allant rapidement goûter à sa peau, y déposant de léger baiser. Mes mains glissant l'une sur son torse pour tenter de la placer correctement sans l'écraser trop et l'autre, qui prend place sur sa taille.

Un léger gémissement plaintif franchir mes lèvres en entendant sa question. L'envie d'oublier cette soirée, ce qu'il s'est passé et les possibles conséquences de celle-ci... J'affirme d'ailleurs un peu plus ma présence contre lui, glissant l'une de mes jambes entre les siennes. Entre-croisement, pour marquer davantage cette proximité, pour m'ancrer davantage à lui. Je n'ai pas envie de répondre, pourtant, j'y suis forcée dans un sens, je ne me vois pas le laisser attendre en vain. Néanmoins, je tente de gagner du temps comme je peux. Repoussant à outrance ce moment où la tendresse entre nous laissera obligatoirement place à mes mots.

Bougeant un peu contre lui, le bout de mon nez glisse doucement sur sa gorge, remontant vers sa joue avant que finalement, je saisisses ses lippes des miennes. Caresses douces et lentes de nos lèvres les unes contre les autres. Baiser agréable et cherchant à repousser encore l'échéance. Mais après de longues seconde à profiter de ce contact intime, je me recule doucement, pour reprendre un peu mon souffle. Mes expirations rencontrant chacune des tiennes. "J'étais conviée à une réunion par le Nidaime." Murmurais-je alors cherchant à peser mes mots un instant avant de finalement le dire le plus simplement du monde. "Une belle merde en perspective. Il a exclu les Yuki des décisions et de la vie du village." Une information à laquelle, j'ignore réellement comment tu vas réagir, n'ayant aucunement oublier ton affiliation natale à ce clan. D'ailleurs, par peur que tu me repousses, ma main sur ta taille se glisse dans le creux de ton dos, pour me coller à toi, pour presser ma poitrine contre ton torse, pour ne pas que tu t'éloignes ne serait-ce de quelque centimètres de moi.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Kasanagi ► Souvent les choses se passent bien. Mais parfois elles se passent mal.

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: