Partagez | 

Chroniques des belles personnes ▬ Hanzô


Dim 15 Oct 2017 - 4:03
...


Le métal crissait tandis que les lames cousines se brossaient l'une à l'autre ne manquant pas d'embrumer l'air de la pièce d'une nuée de particules incandescentes. Les deux silhouettes se détachaient pour finalement, après quelques pas de course sur ce lit d'eau, se retrouver et luttait de plus bel à grand coup d'espadon venant propager la délicate et bruyante symphonie des lourdes lames qui joutent.

La pièce dans laquelle l'oncle et le neveu singeaient était une nouvelle élaboration du maître des lieux. C'était un lieu simple, situé dans les étages inférieurs du Dojo qui comprenait une simple pièce emplie d'eau qui était surplombée de quelques estrades. Véritable bunker dans la structure, elle était un lieu d'entraînement privilégié des spadassins de la confrérie -et uniquement de ceux-ci- quant à la préparation de l'affrontement dans l'environnement de Mizu no Kuni.

Durant ce laps de temps partagé, il n'était pas question pour les deux belligérants de communiquer au-delà du simple écho de leur lame. Les frappes, les tranches et déchirures étaient sérieuses et à la moindre inattention un coup de fer pourrait pourfendre l'un des deux. C'est dans du danger liquide qu'il est possible de battre un individu à même sa chair afin de renforcer ses os, ses muscles, ses tissus, ainsi que la quintessence même de son esprit pugnace. Une fois accoutumé à l'entraînement in vivo des spadassins, n'importe quelle menace perd dès lors de son péril et n'est qu'un bref exercice de plus. L'endroit avait beau être baigné d'eau, c'était bel et bien dans les flammes de l'adversité du danger que naissaient les véritables guerriers, ceux à même de décider d'une guerre, de briser une forteresse ou de plier une armée sous la simple puissance de leur volonté céleste. Là les bellicistes bénies des dieux d'une condition physique qui relève des plus talentueuses ébénisteries, d'un mental solide comme le roc et d'un génie sans concurrence.

Un coup au flanc, une parade au niveau de l'épaule, et lors d'un tsuki-uchi digne d'une meilleure lame du pays, celui-ci manque de peu de scinder le Chûnin qui se dérobe de quelques pas en arrière sous le poids de l'effroi, sous la vision encore fraîche d'une épée légendaire qui faillit lui rompre -lui déchirer- le peu de viande qu'il avait au cou.
« Pfiou... »
Seulement, il fallut attendre quelques instants pour comprendre que le coup avait fait mouche. Et c'est ainsi sous la vision béante du jeune Yuki que son arcade et quelques monceaux de son front se dégrafèrent laissant le liquide vermeil éclater au grand jour et venir teinter cette eau à la base si pure. Une main sur sa blessure, il n'était plus l'heure de combattre, c'est du moins ce qu'il espérait.
« Sombre bâtard.. Peau-de-requin n'a apparemment pas pour vocation de découper, elle écorche, elle déchiquette. » répliquait-il en portant le genou sur la surface de l'eau.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Dim 15 Oct 2017 - 19:11

« And when you start to feel the rush, a crimson headache, aching blush »




[…]

« Annonce à Toshimaru que je désire le voir. Et garde ça entre nous. » Son regard trahissait sa sévérité et la bestialité dont il pouvait faire preuve si on manquait à son ordre. « Vous êtes vraiment décidé, Hanzô-sama ? Votre nouveau rôle et… Le fait qu’il continuait de le jauger de la sorte infirma sa question. Le shinobi acquiesça puis disparut dans un nuage de fumée opaque. Un Kagebunhin, peut-être… ?


Comme le squale dans les océans de Mizu, il était à sa place là entouré d’eau, accompagné du fruit de sa chair, son filleul. Kasanagi avait eu de la suite dans les idées en créant cet espace dédié aux leurs, parfaite mise en condition pour ce qui les attendait s’il venait à combattre sur leur territoire. Sous leurs pieds couverts d’une pellicule de chakra, assez d’eau pour noyer le plus grand des habitants de la contrée. Autour d’eux des murs qui empêchaient toutes personnes extérieures d’entendre ce qui s’y déroulait. Et quel spectacle ; l’oncle et le neveu se donnaient à corps perdu dans une lutte parricide, bien que motivé par l’unique progression.

Le mutisme ne se voyait perturbé que par les cris stridents de Sole-Limande et Peau de Requin. C’était la première fois qu’il voyait vraiment le talent semblant héréditaire au Kenjutsu à l’aide de sa Briseuse dans les mains du jeune mais vigoureux Kirigakure no Kasanagi. Sans sa maîtrise de son propre sabre légendaire et sa connaissance de Hiramekarei, il ne donnait pas cher de sa peau. Mais Hanzô était un Jônin chevronné, plus expérimenté et assidu qui n’avait de cesse que de n’analyser et d’agir en conséquence face au garçonnet. Ici pas de recours au Suiton et autres artifices, seul le talent d’escrime –si on pouvait appeler cela ainsi vu leurs jouets meurtriers- était mis en exergue.

Son dernier coup fit mouche. L’échange avait été équilibré mais la portée et l’ampleur, couplée au bras musculeux du Torrent qui maniait la Bête comme si elle était d’une légèreté allant à celle d’une plume, toucha au visage le juvénile numéro Deux. Mais la forme chakatrique adoptée par l’épée à deux poignées heurta les côtes du Kaguya déshérité quand il se retira, assez pour qu’il soit affecté et en vienne à sentir au sein de son enveloppe la foulure de certaines.

Tout sourire, toujours debout, il regardait de toute son ampleur Tetsuko. Son visage ruisselait de sang, son arcade abîmée propice à un flot ininterrompu qui se mélangeait sous ses pieds avec l’aqueux liquide, gouttant de son menton. « Tout juste. Que dois-je dire d’Hiramekarei et sa polyvalence. » Imbibée du chakra du neveu, elle semblait vivace, heureuse. Elle en voulait plus, son aura le laissait pressentir. Pour une fois, elle était dépourvu de son linceul ; aucune raison de cacher à celui qu’il considérait l’égal d’un fils la vraie apparence du Squale. Un peu du sang du Yuki bâtard coulait le long de ses nombreuses dents. « Je ne voudrais pas abîmer ce joli minois plus encore. Où en es-tu de ton apprentissage avec Elles » Prêt à continuer le combat, il autorisait à son apprenti une courte pause, curieux de savoir si ces dernières semaines avaient été fructueuses.




_________________



« Inoffensif je fus, une offensive je tue ; une gencive de plus ♪ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1231-let-the-wolf-consume-you#7050 http://www.ascentofshinobi.com/t1441-kyuryu-no-hanzo

Chroniques des belles personnes ▬ Hanzô

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: