Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» La flêche et la rapière_PV Ashikaga Gabushi
Aujourd'hui à 9:03 par Ashikaga Gabushi

» 07. Autres demandes techniques
Aujourd'hui à 8:56 par Borukan Rikyu

» [C/OFFICIELLE/IWA] LE TENBATSU
Aujourd'hui à 8:41 par Arie Yoorasia Hahn

» L'eveil
Aujourd'hui à 8:17 par Setsuna Kurai

» Flocon de neige - Rakka
Aujourd'hui à 3:53 par Chôkoku Diao

» [Terminée] Shiro Tsikuyi
Aujourd'hui à 3:50 par Nagamasa H. Takumi

» Un Vent Nouveau [Gabushi]
Aujourd'hui à 3:42 par Ashikaga Gabushi

» Invitée de Toph [Diao]
Aujourd'hui à 3:25 par Chôkoku Diao

» Le laisser passer A38
Aujourd'hui à 3:07 par Yuki Rakka

Partagez | 

Restaurer l'équilibre ft YOSHI


Dim 15 Oct 2017 - 16:34
Restaurer l'équilibre
Maître & élève


Là loin de toutes ces péripéties dormait un petit chauve, les idées loin de tout ce futur qui l'attendait celui-ci rêvait malicieusement de nudité et de plaisirs charnels. Après tout nous parlons-là d'un adolescent lambda, rêvant de sensualité et d'amour comme tout les jeunes de son âge. Si les courbes féminines lui étaient inconnus il arrivait à dessiner dans son subconscient l'allure galbé d'une douce pucelle qui viendrait le chatouiller.

Mais trêve de mondanité ce n'est pas en parlant de ces courbures séduisantes que l'histoire avancera. C'était debout maintenant que notre chauve venait se réveillait, directement assis en tailleur le jeune homme médita pour retrouver le calme de ses esprits et surtout ramollir une raideur matinale.

Mais ne vous détournez pas de la question ce n'est pas parce que ces quelques immaturités vous font percevoir mon protagoniste d'une manière bien grotesque que celui-ci n'a pas un destin hors du commun. Sachez-le jeune moine ne tarderait pas à devenir grandir, vite, beaucoup trop vite.

Âgé de ses jeunes années le jeune homme rejoint la bureau d'Iwa où il retrouva son sensei non pas pour un entraînement comme il eusse l'habitude de le faire, cette fois-ci c'était pour une raison tout à fait différente et bien plus sérieuse. La traque de Shinobu-san le ninja médecin déserteur. Sûrement Maa ne ferait pas partie de ce voyage, du moins c'est ce qu'il pensait, cependant ceci était sans prendre en compte l'esprit tornitruesque de son sensei.

Armé d'un dégoût profond pour ce médecin le jeune homme partit à la rencontre de son sensei et lui tint à peu près ce langage :

- Voici les informations liées à la traque de Shinobu-san que Koga-sempai et moi-même avons reçu. J'imagine que vous avez déjà reçu les grandes lignes cependant je me tiens à votre disposition pour les détails.

Le jeune homme tint le regard persistant sur son sensei, souhaitant à tout prix faire partie de cette expédition. Il avait des comptes à régler avec ce salaud d'assassin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 15 Oct 2017 - 17:32


☆ ☆ ☆     La triste réalité.

Ordre d’exécution : Yamada Shinobu
Iwa no Nukenin, RANK B.


Des rires, puis des cris. L’euphorie puis la terreur. Toute ses choses hantaient l’esprit de l’illustre bushido. Peut-être était-ce là le châtiment que lui réservait le tout-puissant : la folie.

Enfin encore une fois, il y’a toujours des journées comme celle-ci où l’envie d’se foutre en l’air se fait de plus en plus présente, où elle est plus puissante que les fois précédentes ; se questionnant sur le comment on peut s'en sortir dans un monde aussi fou, s’interrogeant même sur nos agissements, sur ce qu’on accompli de si mauvais pour mériter un tel acharnement. Quoique, ça Yoshitsune le savait déjà. Bien trop de fois, certaines de ses proies lui avait rabattu les oreilles avec le karma. Pourtant à ses yeux, tout cela n’était qu’un ramassis conneries hypocrites déblatérées par des gens noyés dans la foi. Lui aurait sûrement dû perdre goût à toute chose depuis belle lurette, mais un obstiné comme lui ne pouvait s'y résoudre. Même si la vie se devait être dure et qu’elle le rongeait à petit feu chaque jour un peu plus, il continuerait de souffrir la tête baissée et le sourire en coin ; parce que c’était un homme trop borné pour oser abandonner aussi facilement ; mais voilà. C’était un de ces jours-là. Très certainement un jour comme les autres en apparence, avec son lot de monotonie morne et chiante, mais allons savoir pourquoi cela lui semblait différent ; le temps lui paraissait plus terne que d'habitude, plus sombre et c'est ce qui le fait ruminer. Se remémorant l’atmosphère glaciale des ergs d'une Tetsu lointaine, de coups percutant avec ferveur son dos et c'est bien ça qui lui donne envie d'en finir ; la cruauté de souvenirs qui refaisant surface aussi vite qu'une putain de balle en pleine poitrine. Yoshitsune souffre en silence, condamné à pleurer ses morts intérieurement, à se détruire le cerveau à coup d'alcool et de substances diverses et variés pour ne pas se sentir sombrer.


Pourtant à la vue de Maa, il le comprit très rapidement. Cette fois ci, pendant une fraction de seconde, Yoshitsune fut assuré que cette hésitation ne subsiste ; Happée par ces pensées vagabondes. Il oublia l’armure, le bouclier, le dictat des apparats. En cet instant, les deux hommes ne furent que des hommes partageant la même peine que pouvait apporter une patriotique fierté.

« Oui, j’imagine que le moment est venu. » Yoshitsune s’avança d’une moitié de pas puis ses sourcils se froncèrent ostensiblement et ses prunelles orages se rouvrirent. « Cette expédition sera surement des plus dangereuses. Es-tu sûr de vouloir venir ? » Ses lèvres se plissèrent en un seul trait. « Maa ? »

Alors qu’au dehors, quelque part dans la nature se trouvait Yamada. Peut-être était-il en danger, peut-être était-il le danger dont parlait les uns, les autres ? avait-il besoin de Yoshitsune et toutes ses légions. Mais même roi de son clan, il restait un homme parmi les hommes ; Son humanité le déracinerait de son piédestal pour rappeler à tous sa mortalité.

Ainsi comprenant qu’on ne lance pas toutes les troupes à la poursuite d’une ombre famélique. Tous devait l’emporter sur un ; C’est envers le village entier qu’il avait prêté serment. Alors Yoshitsune faisait avec ces missives, où le cœur léger il ne songeait plus qu’à festoyer de joutes et de banquets après-coup. Il désapprouvait mais ce n’était à lui d’émettre un avis et il se gardait bien de le partager. Même à ses proches ! Car c’était aussi un devoir de taire et gommer toute once de dissensions.

Il y avait les ordres et il ferait les ordres. Il préféra d’ailleurs ne pas traîner d’avantage sur le sujet, son masque de Tengu à la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 16 Oct 2017 - 23:20
Restaurer l'équilibre
Maître & élève


C'était là en face de ce grand homme que Maa connaissait trop bien que tout commença. C'était un homme tout à fait sage, sa longue chevelure et ses vêtements traditionnels trahissaient son statut de samuraï. Cependant peu nombreux sont ceux qui ont sous-estimé cet homme. Il avait comme une aura autour de lui quelque chose qu'il dégageait qui ne rassurait pas l'être-humain. Sûrement était-ce cela que nous obtenons après avoir ôté d'innombrables vies. Notre jeune moine n'acceptait pas vraiment ce mode de vie qu'il ne considérait pas du tout "d'équilibré" pour lui ces assassins étaient les pionniers de l'ombre, ils oubliaient la lumière de la vie plongé dans une obscurité dont ils ne se relevaient jamais vraiment.

Comme une nuit éternelle sans aurore l'ombre avait remporté le coeur de cet homme. Pourtant il n'était pas mauvais, ce jeune tueur avait beau être un homme déséquilibré il effectuait son devoir pour la survie d'une population. C'était un point de vue plutôt lambda dans ce monde, ôter la vie de quelques dissidents pour assurer la survie du plus grand nombre. Cependant ce n'était pas quelque chose de louable pour un moine et encore moins pour Maa qui avait cette vision juvénile du monde qui l'entoure. Une vision sûrement idyllique ou utopique d'un bien triste monde qui était bien plus nuancé que ce qu'il put croire.

Heureusement ces ces jeunes hommes qui ont un regard bienveillant sur ce monde, rêvant d'utopie et de paix, ce sont eux qui aident ce monde à ne pas sombrer dans une nuance bien plus sombre. Leurs idées parfois idiotes pour certains sonnent aussi comme un piqûre de rappelle que la vie ne consiste pas seulement en la survie d'une espèce mais dans le bonheur. Si les villageois survivent mais que pour cela ceux-ci doivent vivre dans la terreur d'être assassiné au moindre égard, certes cela aura des résultats plus que satisfaisant pour garder un village paisible cependant ce n'aurait en aucun cas un effet bénéfique pour ces pauvres hommes qui, tyrannisés, pleureront leur vie misérable.

Une étoile dans le ciel nocturne voilà ce que souhaitait être Maa dans ce monde sombre. Voilà ce qu'il voulait être pour son sensei. Cependant au fond de son coeur si lumineux se trouvait une légère ombre qui l'envahissait peu à peu depuis cette vue horrifique qu'il avait rencontré avec Koga-sempai. C'est ces souvenirs douloureux qui lui valut ce discours, et ce outre les risques que sa juvénile innocence encourait :

- Les risques ne m'effraient pas, je veux seulement que cet homme mauvais soit punis pour ses actes. L'équilibre doit être conservé !

Sur ces quelques mots le moine s'apprêtait à partir aux côtés de son sensei.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 19 Oct 2017 - 20:10


☆ ☆ ☆     La triste réalité.

Ordre d’exécution : Yamada Shinobu
Iwa no Nukenin, RANK B.


Les Shinobi, êtres qui souffrent et endurent.
Même dressés, ces êtres ne sont qu’esclaves de l’état qui les recueillent, ils sont ceux qui supportent même les circonstances les plus déraisonnables.
C'était un fait indéniable.
C’est d’ailleurs de là qu’un homme est né avec la conviction que c'était là un fait immuable. Sa conviction né du méandre du désespoir, du fait de vivre dans un monde où il est n’est possible survivre que si l’on a enduré.
Tetsu.

C'était là qu'il était né, et il était un paysage avec lequel il était devenu familier.
À midi, les températures ne monteraient à plus de 2 degrés Celsius. Et la nuit, ils tomberaient au-dessous du niveau de congélation. C'était un monde qui rejetait l'existence des êtres vivants. Un enfer absolu où même les bactéries se sont vu refuser le confort pour prospérer, encore moins les plantes ou les animaux.
C'était le monde dans lequel cet homme avait dû vivre.
Et c'est pourquoi il a dû supporter.
Le nom de cette homme était Nagamasa Yoshitsune.

Dans le coin d'un tel zone aride, une seule conglomération s'accrochait à l'existence: le village de Iwagakure.
Le terrain du village était étrangement formé, creusé à la même terre. Rien à ce sujet semblait être une occurrence naturelle. Finalement, les gens ont commencé à chuchoter des époques légendaires, des dieux comme Susanoo et Amaterasu forgeant le terrain avec des techniques au-delà des connaissances mortelles.
Le centre du village tenait un bureau de Tsuchikage incroyablement simple c’est là que se déroule la scène.

Yoshitsune, comme la plupart des shinobi, n'avait aucun intérêt pour l'extravagance. Il pensait qu'il suffirait de porter des vêtements que la plupart des gens portent et de porter ce masque. Pour que tout disparaisse. Pour que cette sensation de tristesse l’enivre avant de s’évanouir comme un souvenir qui s’endort.

Ahh..

[...]

Yoshitsune pousse un léger soupir et lève les yeux vers le ciel.
Alors que la lumière du soleil du soir tombe doucement sur ses cheveux, une nuance plus proche du rouge que du brun, et son visage, beau et beau, comme du marbre ciselé. Il se demandait quand il pourrait enfin utiliser sa propre volonté et s'élancer librement dans le ciel.

"Mon frère vous êtes là. "
La porte s'ouvrit avec un clang, et un seul jeune homme entra.
C'était un homme de carrure, ses cheveux étaient d'une couleur argenté qui n’était pas s’en rappeler ceux de Yoshitsune.

Il n'y avait pas beaucoup de gens dans le village qui parlaient à notre jeune éphèbe- qui était, après tout, le leader de la section d’assassinat - d'une manière aussi amicale et familière. Et, parmi toutes les villageois, seul cet individu lui parlait si familièrement.
Cet homme était Nagamasa Chogen, le tsuchikage.

"Qu'est-ce qu'il s'est passé ?" Demanda Chogen, sentant ses lèvres tendues se détendre un peu.

Lorsque son frère aîné se rend au bureau, ce n’est généralement pas à cause de quelque chose d'anodin. Si cela avait quelque chose à voir avec la vie courante, son air endormi l’aurait accompagné.

"Hmm..."

Juste comme il l'avait pensé. Yoshitsune s'assit pour parler avec lui, mais il y avait un grande expression de marbre qui s'étendait sur son visage. Tendant la lettre à celui qui était son frère, Xiao maa à ses cotés, s’exprime.

« Je viens demander la permission de procéder à l’élimination de Yamada Shinobu. » Ses lèvres se plissèrent en un seul trait. Son doigt ensanglanté s'apposant sur la missive.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Restaurer l'équilibre ft YOSHI

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: