Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Juste quelques questions [Jin]


Lun 16 Oct 2017 - 18:47
Des dossiers en cours, j’en avais un paquet. En ce moment, je passais mes journées dans mon bureau à m’occuper des affaires internes en matière de sécurité Kumojin. C’était parfois chiant, même souvent, mais c’était indispensable pour le bon fonctionnement de la ville. En général, ce n’était pas de très grosses affaires. Des querelles de voisinage, des mains courantes, des histoires de vol, rien de bien méchant. Malgré le nombre de dossier, la ville restait quand même très calme. Mais il y avait deux points qui me demandait plus de temps. Notamment le fait qu’il y ai un Kirijin au sein du village. Il fallait le surveiller, ce qui est bien normal, mais je devais faire en sorte aussi que rien ne lui arrive. L’affaire marche dans les deux sens. Si je me réfère bien, le ninja de Mizu no Kuni se nomme Metsu Jin. Bien bizarre comme nom, mais bon, je ne suis pas ici pour juger les gens. De ce que je sais, il était présent à Shîto lui aussi, et il a participé à l’arrestation du membre du Soshikidan. Voilà aussi une autre affaire qui demande à être résolu, mais ça, pas tout de suite, j’ai encore du temps par rapport à elle.

Alors que j’avais mon regard dans le vide, j’ai eu une illumination. Et si j’allais voir moi-même le fameux Jin ? Comme ça, je pourrais me faire une idée de la personne, voir si tout se passe bien pour lui aussi, et en même temps, ça me fera prendre l’air. C’était une très bonne idée que je venais d’avoir au final. C’était donc décidé. M’aidant avec ma canne pour me lever de mon fauteuil, je me suis dirigé vers l’accueil pour prévenir que je ne serais pas là de l’après-midi. Personne ne me posa de question sur le pourquoi du comment, et d’ailleurs, en tant que Taicho, on a pas besoin de me poser ce genre de question. J’ai le droit à un certain privilège quand même. Je ne suis même pas obligé de venir au travail tous les jours, mais si je ne le fais pas, je connais quelqu’un qui sera très vite en colère, et je ne préfère pas m’attirer ses foudres.

Déambulant dans le centre-ville, je cherchais l’endroit où je pourrais trouver le fameux Kirijin. Il faut dire aussi que je n’étais pas très pressé non plus. Je prenais mon temps, profitant du soleil, avec mon cigare dans la bouche. J’ai eu l’occasion de tomber sur certaines connaissances, de simples habitants ou même des artisans. Certains me parlaient de leurs problèmes, d’autres voulaient savoir comment je me portais. C’était assez gratifiant d’être reconnu par la population. Il y a quelques mois, seulement une partie des Kumojin, et surtout les shinobis me reconnaissaient dans la rue. Maintenant, je suis une figure aussi bien politique qu’indispensable au village. Je devais faire avec, même si j’avais un peu de mal avec la nouvelle étiquette qui me collait : celle du premier flic de Kumo.

J’avais pris sur moi le dossier où était transcrites les informations sur le Metsu. En regardant de plus près, j’ai trouvé une adresse dans Kumo. Le village lui avait offert un logement provisoire. En même temps, il était impensable de laisser à la rue un invité. Il fallait donc bien le loger. Et en même temps, c’était un moyen de le surveiller. Cela tombait bien, je n’étais pas très loin de chez lui. Parfait. En quelques minutes seulement, je me suis retrouvé sur son pallier d’appartement. J’ai donc toqué à la porte, attendant sagement qu’il vienne m’ouvrir la porte. J’ai quand même insisté légèrement, pour qu’il comprenne que cela était important.

« Jin ? Est-ce-que tu es là ? »



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Ven 27 Oct 2017 - 13:58
La fatigue...La faim...La passion...L'excitation. Autant de sensations qui n'arrêtaient pas de se mêler au plus profond de mon être depuis une paire de jours déjà. Il y avait déjà quelques temps que j'étais sorti de mon cours séjour en prison et je n'avais plus remit le pied dehors ou presque à partir de ce moment là. Je suis allais faire le plein de cochonnerie et de bouffe froide pour pouvoir me sustenter sans avoir à utiliser cette connerie de feu qui m'a coûté une après-midi dans les geôles puis j'étais allé à la bibliothèque de Kumo. Armé de mon plus beau calepin et d'un crayon à papier, j'ai retrouvé la section Fuinjutsu que j'avais déjà repérée lors de ma visite avec Washi et j'ai fouiné dans plusieurs dizaines de bouquins pour recopier ce qui m'intéressait le plus pour atteindre mon objectif : Créer le sceau parfait. Celui qui mettrait l'ère des shinobis à genoux.

Kiri m'avait offert la totalité de son savoir dans le domaine mais ce n'était plus assez pour progresser à présent. Kumo, lui, possédait de quoi travailler pendant des années sans relâche mais je n'avais malheureusement pas assez de temps devant moi. Mon séjour ici était sensé être court alors tant pis pour le sommeil. En plein après-midi, alors que je n'avais pas dormi depuis au moins 36 heures, que les feuilles marquées d'un Fuinjutsu s'empilaient devant moi, que les emballages de bouffe douteux décoraient le sol et que les litres de café que je consommais me donnaient des tremblements, on frappa à la porte. Sursaut. J'envoyais valser ma tasse vide sur le sol sous l'effet de la surprise avant de rester silencieux et de ne plus bouger en espérant qu'on me laisse tranquille.

Boom boom boom. La voix et le poing insistaient pour venir à ma rencontre. Je ne pouvais pas me permettre de l'ignorer, ça pouvait avoir un lien avec Kâtenshêdo et je m'arrangeais donc pour débarrasser le bordel que j'avais fait. Je me relevais vivement de ma chaise. Argh. Douleur lancinante dans le dos et tête qui tambourine comme jamais...Mon chakra était totalement à sec. Je m'y reprenais une nouvelle fois mais plus tranquillement. J'écrasais tous les parchemins d'entraînement en une boule compacte que je balançais dans la poubelle et je glissais les morceaux de ma tasse sous un meuble proche avant de me diriger vers la porte.

Je posais mon bras contre le mur pour éviter de tomber et j'ouvrais finalement à mon invité surprise. Un homme d'une trentaine d'année avec une jambe boiteuse et une cicatrice flippante sur le visage : un confrère, en somme. Il pouvait directement remarqué mon visage tiré par la fatigue et mes mains tremblantes. Cependant, ce qui le choquait certainement le plus était l'odeur qui se dégageait de mon appartement. Je n'avais pas fait le ménage depuis mon arrivée, ne m'étais pas lavé depuis quelques jours et la pièce principale embaumée l'animal sauvage.

- Bonjour. Pardonnez moi de l'accueil, je ne m'attendais pas à recevoir de la visite ce... C'est inattendu. Je m'écartais ensuite de l'ouverture pour l'inviter à entrer. Installez vous je...Euh...Un café peut-être ?

J'étais carrément à l'Ouest, luttant pour remettre un peu de café en route et priant pour qu'il ne découvre pas ce que je faisais ici même s'il n'y avait rien d'illégal en soit. Clairement nerveux, je me passais sans cesse la main dans les cheveux en attendant que le café termine de se faire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Lun 30 Oct 2017 - 18:30
Finalement, alors que j’attendais devant la porte d’entrée, le Kirijin prit enfin l’initiative de m’ouvrir. Devant moi, j’avais un jeune homme, pas très grand, avec un visage à faire fuir la plupart des jeunes demoiselles. Non, il n’était pas moche, mais il ressemblait plus à un cadavre qu’autre chose avec ses cernes et son teint pâle. En plus, j’ai senti une odeur vraiment nauséabonde à l’ouverture de la porte. Soit Jin ne s’était pas lavé depuis un moment, soit il n’avait pas aéré son appartement depuis un moment. Ou bien les deux à la fois, c’était fort possible d’ailleurs. Pourquoi était-il dans un tel état ? Il ne doit pas avoir d’activité qui lui demande tant d’effort. En plus, son rôle ‘’d’ambassadeur’’ n’est justifié que parce qu’il est Kirjin, sinon, il n’a aucune tâche diplomatique. Bizarre. Il travail peut-être sur quelque chose de son côté, il en profite peut-être d’être à Kumo pour agrandir sa culture générale avec la bibliothèque. Tant de question, je n’avais qu’à lui demander après tout. Il avait l’air un peu perdu le Jin aussi. Perdu et stressé. Bizarre comme attitude. Je ne suis pas certain qu’il sache qui je suis. Il ne m’a même pas demandé mon nom. Il doit être en train de se réveiller ou quelque chose du genre. En tout cas, il ne s’attendait pas à me voir ici. Gentiment, il me proposa du café.

« J’accepte volontiers de prendre un café. »

Je me suis ensuite installé sur la chaise qu’il me présenta. Intrigué, j’ai regardé de haut en bas l’état de son appartement. Un vrai célibataire, avec tout en bordel. Bon, ça ne me dérange pas plus que ça, après tout, c’était souvent pareil chez moi, avant que Misako n’arrive et m’oblige à le faire. C’était bien cette époque, où je pouvais laisser mes affaires n’importe et délaisser la propreté. J’ai pu avoir au sol quelques débris d’une tasse de café. Il est colérique le Kirijin ? Faudrait qu’il arrête de boire du café, si c’est pour jeter ses tasses à terre. Alors que j’attendais que la cafetière finisse son travail, j’allais en profiter pour annoncer à Jin pourquoi je suis ici et comme ça je vais pouvoir briser le silence qui règne dans l’appartement.

« Pour mon café, pas de sucre s’il-te-plaît. Oh, et je ne me suis même pas présenté. Daisuke, Taicho de Kumo. Je suis venu te voir pour te poser quelques questions, ça ne te dérange pas j’espère ? »

Je n’allais pas lui poser d’un coup toutes mes questions. Je voulais prendre mon temps, découvrir qui était la personne en face de moi. On apprend beaucoup de quelqu’un par son comportement, ses attitudes, ses mimiques. Et là, le seul constat que je pouvais faire, c’est que j’avais devant moi un mec qui était clairement en manque de sommeil. J’espère qu’il sera coopératif à ce que je vais lui demander. Alors que je fixais sa poubelle, où je pouvais voir quelques feuilles de papier en boules, le bruit de la cafetière m’alarma. On avait l’impression que la machine était en train de mourir sur place, que le café qu’elle préparait serait le dernier. Avant de vraiment discuter, j’ai sorti un cigare de ma poche avant de le poser sur la table.

« Est-ce-que ça te dérange si je fume ? »



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Juste quelques questions [Jin]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: