Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Rétablissement [Pv Shuuhei]


Lun 23 Oct 2017 - 1:10
Fais chier...

Cela faisait trois jours déjà que tu t'étais mise dans cet état lamentable. Suite à l'altercation avec l'assaut mené par votre ancien maître, tu n'avais pas été assez solide pour rentrer chez toi avant qu'on se charge de ton état. Si tu avais pu marcher encore quelques pas, sans aucun doute que tout le monde t'aurait oublié et que tu aurais pu te rafistoler à ta manière. Enfin... La liste de tes blessures étaient immenses à en croire les médecins. Perforation d'organe, multiples fractures, brûlures à plusieurs endroits. En réalité, ton prognostique vital avait été engagé durant plus de vingt quatre heures avant que les médecins réussissent à te stabiliser.

Quelques heures plus tôt, tu étais encore plongée dans un état d'inconscience. Tu commençais à peine à retrouver la réalité. Te déplacer était douloureux, mais tu refusais n'être qu'une larve inapte au moindre mouvement.

Pourquoi avoir fait-cela ? Pourquoi t'être sacrifiée de la sorte ? Même si tu avais la réponse, la question n’arrêtait pas de retentir dans ta tête. Tu l'avais fait par devoir, ce même devoir sur lequel tu t'étais engagée sur ta vie. Tu lui avais dit à ton frère, que tu réussirais qu'importe le sacrifice engendrait. Et même si ton état était pitoyable, à ta manière, tu avais tenu ta parole.

Putain... Ca te faisait chier d'être ainsi. Il fallait que tu t'échappes de ce lieu anxiogène. Que tu retrouves ta vie tranquille au plus vite. Mais tu peinais déjà suffisamment à ne serait-ce que tourner la tête. Le traumatisme crânien était une blessure à rajouter à la longue liste que tu avais subis. A coté de toi se retrouvait des fleurs, des lettres, des créations en métal. Vraiment ?

Ils t'avaient méprisé durant tout ce temps et il n'avait fallut qu'une petite bataille pour qu'ils te considèrent ? Eux qui t'avaient craché dessus depuis des années ? Cela t'énervait, mais tu ne pouvais pas vraiment exprimer ta frustration, le moindre mouvement étant pénible. Les médecins te diagnostiquait au moins un mois sur place. En deux semaines, tu savais que tu sortirais d'ici pleinement capable, prête à reprendre du service.

L'avantage dans ce merdier, c'était qu'il n'y avait personne dans ta chambre et que tu pouvais quérir une certaine tranquillité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mar 24 Oct 2017 - 17:51
- « Elle refuse de se faire nourrir… ? »

J’eus un soupir devant l’infirmière qui hochait de la tête comme pour confirmer ce que je venais de répéter. Ça ne m’étonnait pas du tout venant d’elle. Je pouvais même dire que c’était du Reiko tout craché. Je me mis donc à réfléchir pendant un court instant, avant de prendre le plateau que tenait l’infirmière, puis je me dirigeai vers sa chambre, tranquillement. J’étais venu à la base rendre visite à Kahei. Non pas que je me fichais de la gamine, surtout après ce qu’elle avait fait pour toute la famille -ce qui était normal en fait-, mais je savais qu’elle était une asociale adepte de sa tranquillité. Le genre à se comporter comme une vierge effarouchée quand on posait le moindre doigt sur elle. Ce qu’elle devait être dans un sens, je suppose. M’étais parfois d’avis qu’elle avait besoin d’un bon type pour la décoincer un peu ! Mais aucun profil ne pouvait correspondre à cette petite vipère. Peine perdue donc.

Une fois devant sa porte, j’ouvris sans frapper. Il n’y avait aucune raison que je le fasse d’ailleurs. La meuf était capable de simuler un sommeil profond pour ne pas me permettre d’entrer. Ou ne pas répondre tout court. Ce n’est pas comme si elle n’assumait pas sa recherche de tranquillité. J’avais parfois la nette impression qu’elle était encore en quête de son ipséité, mais je pouvais me tromper. La plupart de ses objectifs me paraissaient nébuleux pour la simple et bonne raison que je m’étais éloigné d’elle et que je m’étais désintéressé d’elle depuis un très long moment. A quoi bon forcer le lien quand une personne ne veut pas ? Père et Kahei avaient eu la même réaction. La seule personne qui a toujours insisté et toujours pleuré pour Reiko, c’était bien notre tendre mère. Elle avait beau encaisser coups sur coups –moraux, j’entends- qu’elle n’en démordait pas. C’était après tout sa fille. La chair de sa chair.

Je refermai la porte derrière moi avant de me tourner vers le lit d’hospitalisation et de voir la blonde éveillée. J’aurai pu la saluer, aller m’asseoir directement à ses côtés et la forcer à bouffer, mais en lieu et place, je posai le plateau plein de victuailles bien en évidence sur l’un des sièges inoccupés et m’assit sur l’un d’eux calmement avant de l’observer silencieusement pendant un moment. Un long moment même. Je vis aussi tous les objets que divers Metaru lui avaient envoyés en guise de remerciements, mais j’étais certain qu’ils allaient finir à la poubelle. Certaines personnes allaient lui accorder plus d’importance et d’attention, mais la majorité des gens allaient continuer à l’ignorer comme d’habitude. Sa situation allait changer, mais légèrement. La gente féminine serait certainement plus respectueuse vis-à-vis du personnage. Sur cette réflexion, je sortis un livre de mon kimono, puis je me mis à lire tranquillement.

En attendant qu’elle veuille parler. Ou bouffer. Au choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 26 Oct 2017 - 19:53
Et merde...

Voilà qu'il s'était ramené lui... T'étais pas censée devoir te reposer, être dans un environnement stable et tranquille... Malheureusement, stable et tranquille ne pouvaient pas être présent lorsque Shuuhei se retrouvait dans la même pièce qu'eux... Et mince... Voilà qu'il commençait à te regarder, dans une attente un peu trop anxiogène pour toi. Franchement, il se servait de ta vulnérabilité et le fait que tu ne pouvais pas vraiment te déplacer pour te mettre dans cette posture. Protéger le clan que tu disais... Belle connerie.

- Tu comptes me fixer encore longtemps ?


Ta bouche était pâteuse, forcément après autant de temps sans boire, celle-ci se faisait ressentir. Hors de question de demander de l'aide à qui que ce soit, encore moins à ton frère. C'était avant qu'il aurait du t'apporter son aide, et pas rester tétaniser devant l'ennemi. Le plus grand des combattants du village ? La bonne blague.

Te redressant malgré la douleur, tu venais porter ta main difficilement jusqu'à ton verre pour quérir un peu d'eau. La souffrance était présente, mais ta fierté l'était beaucoup plus. A coté, il y avait un plateau repas dont la bouffe était dégueulasse. On voulait que tu crèves ou que tu te rétablisses ?

- Je croyais que t'avais fini ce fumier à l'époque.


Tu mentionnais bien entendu Akainu. Cet enfoiré s'était laissé aller à la facilité et avait trahit tout les membres du clan. Toi tu t'en foutais bien, tu avais su établir les distances malgré son coté très acharné dans sa tâche. A sa mort, cela t'avait fait ni chaud ni froid malgré ta jeunesse flagrante. Néanmoins, à cette même époque, c'était Shuuhei qui avait été chargé de certifier la mort du vieux. Chose qu'il avait apparemment mal fait.

- Tu parles d'un héro... Incapable de se bouger lorsqu'on l'attaque. Il était où tes préceptes ?


Malgré que la bouffe était dégueulasse, il fallait que tu manges. Toujours à travers des mouvements lents et saccadés par les blessures, tu venais à porter ton auge à ta bouche encore une fois. Autant être éveillée, autant se nourrir...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 26 Oct 2017 - 20:28
- « Ravi de constater que tu retrouves tes moyens... »

La réponse fut courte et simple. Plutôt que de répondre à ses invectives, j’étais allé sur autre chose. J’avais depuis le temps appris qu’on ne pouvait pas avoir de conversation décente avec cette femme qui ne voyait jamais les choses sous le bon angle. Répondre à ses interrogations serait rentrer dans son jeu malsain. Le comble dans tout ça serait qu’elle finisse par s’énerver comme la dernière fois en déversant sa bouffe cette fois-ci. Il faut dire que celle qui maitrisait moins ses nerfs dans nos rares conversations, c’était bel et bien elle. Et je n’avais pas vraiment envie de baigner à nouveau dans ce cycle plus que lassant qui ne réglait jamais rien. Bien au contraire même…

- « Mère s’inquiète pour toi, mais elle hésite à venir te voir. Que dois-je lui dire ? »

Je connaissais déjà la réponse, mais je la posais quand même pour la forme. Elle n’accepterait jamais au grand jamais la présence de sa propre génitrice dans cette pièce. D’ailleurs, si elle venait à l’ignorer, il valait mieux pour notre maman de garder ses distances. Émotionnellement, elle prendrait un coup que je ne supporterais pas et qui me pousserait très certainement à faire une connerie. On parlait quand même de notre vieille, pas de n’importe qui ; et s’il y a bien quelqu’un que je respectais et craignais au même titre que le daimyo, le doyen et notre père, c’était bien elle. Je décollai enfin mon regard de mon livre avant de le poser vers la jeune femme qui daignait enfin se nourrir.

J’aurai pu l’aider, mais je n’allais pas demander le beurre et l’argent du beurre. L’essentiel était que cela se fasse.

- « Daisuke m’a fait comprendre que tu seras à ses côtés au sein de la police. Tu m’en vois ravi. »

Je l’avais énoncé platement, mais il y avait un certain intérêt au fait que mon meilleur ami ait réussi à avoir la collaboration de cette timbrée qui n’avait en bouche que le mot « pitoyable ». J’aurai pu lui demander les détails mais je l’avais laissé avec son secret. Nul doute que Reiko devait avoir un certain intérêt pour l’organe. Je me levai ensuite pour tirer une partie du rideau qui camouflait la fenêtre de sa pièce puis j’ouvris un battant histoire que l’air circule un peu. Dehors, il faisait beau et bon. Un temps idéal pour la promenade. Promenade que je ne pouvais plus trop me permettre. J’avais trop de choses à faire, trop de dossiers à régler. Sur cette pensée, je me tournai alors vers elle :

- « Les choses bougent à l’extérieur de Kaminari d’après les informations qui me sont parvenus. Il est grand temps d’agir nous aussi. Kâtenshêdo doit être interrogée, mais j’ai trop à faire pour m’y coller sérieusement et épauler Daisuke. Compte tenu de ton nouveau rôle dans la police, c’est toi qui va l’assister. »

Ce n’était pas une demande. Mais un ordre. Un ordre du raikage envers son soldat.

- « L’interrogatoire aura lieu dans trois semaines. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 26 Oct 2017 - 22:14
Tss...

- Tu sais très bien la relation que j'entretiens avec notre mère.


Il avait ignoré tes dires, soit, c'était une manière comme une autre de s'en sortir de tes provocations stériles. Tu n'avais de toute façon pas envie d'être agréable. On t'avait ôté ta tranquillité et tu étais particulièrement contrariée. Quant à ta génitrice, ce n'était pas une personne dont tu appréciais la compagnie. Elle ne semblait pas comprendre que tu la méprisais autant que le reste du clan, voir du monde. Mais elle avait toujours cet air candide qui la forçait à revenir vers toi, à s'inquiéter pour toi.

Enfin. Tu avais beau ne pas l’apprécier, elle était bien l'unique personne avec laquelle tu modérais tes propos. Tu ne savais pas vraiment pourquoi mais, tu n'étais pas aussi violente avec elle qu'avec autrui. Bien que tu n'en pensais pas moins au fond de toi. Tu arquais un sourcil à l'évocation de celui qui pouvait se revendiquer comme étant ton supérieur direct. Désormais tu dépendais de son autorité, bien que tu avais certifié tes propres clauses au contrat quelques jours auparavant.

- Trois semaines ? Qu'est-ce qui vous prend autant de temps ?


Tu n'avais même pas daigner dire quoi que ce soit sur son ordre. Tu détestais ton frère, mais tu restais Jonin et Fukutaicho désormais. Bien que ce grade ne voulait pas dire grand chose à tes yeux. Néanmoins, il était naturel chez toi d'obéir en cet instant. Ce n'était pas à ordre personnel, on essayait pas de recadrer tes choix de vie, on te donnait simplement un but à atteindre, que tu allais bien entendu atteindre.

Néanmoins, tu savais ton rétablissement bien plus rapide que la durée qu'il avait imposé. Même si tu n'aimais pas plus Daisuke que ton frère, il devait certainement mériter son poste et savoir comment lui tirer les vers du nez... Enfin... Avec de la chance... Ce qui te manquait en réalité cruellement ces derniers temps. Malgré ça, une chose était sur, cet interrogatoire n'allait pas se finir tant que tu n'aurais pas obtenu les informations voulues.

- Tu as obtenu des informations quant à l'attaque qui a eu lieu ? Tu as mis quel protocole en place pour mettre à l'abri le clan ?


Il restait aussi ce problème. Et bien que ta manière de parler n'était toujours pas agréable, tu étais vraiment intéressée par ces dernières questions. A ce train, s'il fallait que tu te retrouves à affronter des vagues d'ennemis infini et chaque jour, ta tranquillité allait être rudement mise à l'épreuve.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 26 Oct 2017 - 23:28
- « Kâtenshêdo est une criminelle du pays du vent. Ce même pays souhaite la juger dans les plus brefs délais… »

Le pays du vent. Encore une contrée que je ne connaissais pas tellement. Les rumeurs et informations sur cette terre arides et désertiques n’étaient pas très nombreuses. Il se filtrait peu de choses sur l’endroit en fin de compte. J’avais eu à me pavaner avec quelques belles kunoichis venues du désert, mais elles ne furent pas particulièrement causantes sur leur pays. De ce fait, je ne savais rien de ce recoin. Juste qu’ils avaient pas mal d’argent, une banque plus ou moins reconnue sur la scène internationale et des marionnettistes très puissants dont la fameuse Kâtenshêdo.

- « Par conséquent, les informations que vous lui soutireriez influenceront grandement ma décision. Il faudrait avoir le maximum de renseignements. Que ce soit sur le sôshikidan que sur son propre pays. Tout est bon à prendre. »

De base, je comptais la rendre. De base seulement. Je voulais éviter les tensions et conflits inutiles avec les autres pays. Nous étions encore bien trop fragiles. Pas faibles, mais fragiles. Renforcer les fondations de ce pays ainsi que ses défenses s’avéraient être mes priorités. Mais la scène internationale ne pouvait être ignorée bien longtemps. C’est pour cela qu’il nous fallait faire vite. Prendre ensuite une décision et enfin aviser le conseil du pays du vent. Cette mission ne présentait aucun risque pour nos hommes, mais elle était capitale et orienterait la politique étrangère qu’allait adopter Kumo.

- « On sait juste qu’ils s’étaient infiltrés dans la ville depuis l’élection de Seijiro en tant que Shodaime et qu’ils attendaient le bon moment pour frapper. L’objectif semblait être de plonger Kumo dans le chaos en l’amputant d’une bonne partie de son bras armé. C’est à dire nous. Mais je doute que ce soit l’unique raison. Quoiqu’il en soit, l’enquête est encore en cours et on interroge toujours les sous-fifres d’Akainu qui ont survécu. »

Je m’éloignai de la fenêtre pour revenir tranquillement poser mon cul là où j’étais initialement assis. Je ne comptais pas rester longtemps dans cette chambre. Non pas parce qu’elle était désagréable -Depuis le temps, j’y étais plus ou moins habitué-, mais bien parce que ma présence à moi la dérangeait elle. Comme d’habitude je dirais. Qui plus est, nous n’avions généralement rien à dire et nos échanges se résumaient soit à des coups de poings échangés, soit à des joutes verbales lassantes et particulièrement ennuyantes. Le dialogue de sourd, j’avais trop donné dedans en fin de compte.

- « Le tiers des hommes de la police et celui de la raffinerie ne quitteront plus le domicile avant un moment. Père me préviendra via une invocation si jamais il y a un souci. »

Des Metaru compétents veilleront au grain. Plus questions de laisser les non-combattants tout seuls.

- « Si tu n'as pas d'autres questions ou préoccupations, je te laisserai tranquille. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Sam 28 Oct 2017 - 1:31
Des survivants ... ?

Comment ces fumiers avaient survécu ? La fureur de toi et ton frère avait pourtant fait un ravage sans pareil dans leurs rangs. Si toi, tu avais été plus dévastatrice que lui sur le coup, il s'était battu pour tuer et rien d'autre lui aussi de son coté. Enfin... Cela voulait dire que c'était une bonne chose après tout, des survivants, cela faisait matière à soutirer des informations. Sans nul doute qu'ils allaient regretté de n'être pas mort sur le moment. Mais tu n'en avais rien à faire, ces salopards méritaient leurs sorts.

Apparemment ton clan avait été mis sous protection policière. Le tiers avait été mis en position, assez pour avoir une surveillance totale sur le clan. Néanmoins, tu le savais, en cas d'une attaque de son ampleur, les policiers n'allaient pas servir à grand chose. A endiguer l'offensive tout au plus le temps que les renforts arrivent. Dans tout les cas, vous ne pouviez affecter davantage de policier, toi comme ton frère le saviez.

Mangeant alors à ta faim, malgré la nourriture dégueulasse, tu l'écoutais attentivement. Pour une fois qu'il était pas là à te raconter ramassis de connerie sur ramassis de connerie. Tes jambes étaient encore trop lourdes pour que tu puisses te lever, chaque jour allait être un combat pour te rétablir au plus vite. Mais cela tombait bien, tu excellais dans ce domaine.

- Tu peux y aller.


Pas de merci, pas une once de gratitude pour le fait qu'il était venu pour te voir. Tu le savais très bien, il était davantage là pour Kahei que pour toi. Et cela te convenais parfaitement, tu n'avais pas l'envie de t'acharner encore sur lui bien que tu l'aurais fait si la situation s'y prêtait. Le voyant sortir de la pièce aussi tôt, tu ne pouvais que contempler le plafond. Où était passée ta tranquillité ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Sam 18 Nov 2017 - 15:01
Je n’avais de toute façon pas attendu de merci de sa part. A quoi bon ? Elle avait néanmoins fait ce que je voulais qu’elle fasse : Acquiescer et m’écouter lui dire tout ce qu’il y avait à savoir sur cette affaire plus que délicate. Et elle avait raison de penser ainsi : Kahei était ma seule préoccupation. Elle avait toujours été débrouillarde et elle le serait à jamais. Il n’y avait pas de raisons que cela change et que je m’apitoie sur son sort dès maintenant. A défaut de se considérer comme ma sœur, elle allait devenir une arme pour moi. Une arme qui servirait Kumo à merveille…

Lorsque je fus sortie de sa chambre d’hospitalisation, je tombai nez à nez avec l’infirmière qui se tenait là, inquiète. Je lui fis un sourire qui en dit long : Reiko se gavait. Et heureusement. Elle récupèrerait vite comme ça. C’était d’ailleurs cette perspective qui la ferait bouffer sans que les infirmières aient à trop s’employer. Les femmes de la famille s’évertueraient aussi à lui concocter de bons petits plats en guise de remerciements pour changer de la bouffe parfois infecte de l’hôpital. Je me souvins même que Daisuke s’en plaignait lors de son passage dans les locaux de cet établissement.

La seule personne qui serait triste serait notre mère, très certainement. Mais j’étais sûr et certain qu’elle allait quand même se risquer à venir ici en compagnie du vieux. Reiko avait beau être une teigne qu’elle restait quand même leur gosse. La chair de leur chair. Rester en sa présence serait déjà beaucoup pour la vieille. Et là-dessus, j’eus un soupir. Au final, la prévenir de la décision évidente et prévisible de ma petite sœur ne servirait à rien, mais vraiment. La blonde avait par contre intérêt à bien se tenir si jamais ce cas adviendrait. Notre mère était la seule personne à personne ne devait manquer de respect.

Personne…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Dim 19 Nov 2017 - 3:14
Une semaine...

Voilà que tu te levais de ton lit. Tu avais récupéré une motricité suffisante pour recommencer ton entrainement cornélien. Shuuhei n'avait plus daigné te rendre visite. Soit... Cela t'avait bien arrangé, tu n'aurais pas supporter devoir parler encore à ce vaurien de frère. Une fois avait déjà été de trop alors plusieurs fois... Sans doute que cela t'aurait achevé en plein rétablissement. D'ailleurs celui-ci avait été express, tu avais demandé tout les soins les plus poussés qu'importe la douleur ressentie afin de te rétablir au plus vite.

Pour le moment ce n'était pas encore ça, mais tu t'en sortais bien mieux que toutes les prédictions des médecins. Le soucis dans leurs diagnostiques, c'était qu'ils n'avaient pas prévu ta mentalité capable de briser la logique elle même. Tu voulais bouger ? Alors tu allais bouger... Cet état d'esprit avait certainement plus participé à ta guérison que les véritables soins médicaux des médecins qui s'étaient chargés de toi.

Au final, tu te contentais de récupérer tes affaires, sans daigner récupérer les divers cadeaux offerts par les Metaru. Tu te foutais bien de leurs marques d'affections, si tu les avais protégé, c'était par décision personnelle. Tu ne recherchais aucune reconnaissance, surtout aussi puérile que celle là. Ta mère malgré tes réticences avait fini par se montrer. Bordel... Ce Shuuhei ne lui avait alors pas transmit ta volonté de ne pas la voir.

Vous vous étiez contentés de vous supporter dans la même pièce pendant quelques heures, dans un silence pesant. Tu n'avais après tout rien à lui dire. Seulement des reproches que tu gardais pour toi. Enfin bref... Tu t'échappais enfin de cet endroit diabolique et aseptisé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Rétablissement [Pv Shuuhei]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Complexe scientifique
Sauter vers: