Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Cinq phalanges d'un même Poing ♠ PV Ni - San - Yon & Ayako


Mer 25 Oct 2017 - 1:54

« Cinq phalanges d'un même poing »




La désertion. Un acte tabou et dangereux, car en plus des Iwajins qu’ils avaient supposément trahis en lâchant leurs fonctions militaires, les autres ninjas pouvaient très bien les traquer eux aussi dans le seul but de leurs extirper les informations recueillies lors de leur passage sur place. Tout cela allait entraîner des répercussions que le rabiboché était prêt à prendre en compte, paramètre dans un vaste plan qu’il avait eu en tête de longs mois. Rien n’avait été laissé au hasard à tel point qu’on pouvait se demander si chaque mot, chaque mouvement n’avait pas été chorégraphié en amont lors d’une de ces nombreuses nuits sans rêves dont il avait le secret.

Loin maintenant de l’infrastructure cachée de la Roche qui se remettait de son assaut éclair et de ses pertes éprouvées au pays du Feu, le glas de l'apatride résonnait à un moment choisi avec tact et sagesse. Dans les mains cousues, plusieurs dossiers cornés par le voyage mais contenant bien des informations. Ces mêmes dossiers qui trônaient jusqu’alors dans la demeure de Hyûga Roki, et dans celle d’Ishida avant lui. Les dossiers qui contenaient tout de chacune de leurs vies. Du moins tous les porteurs de numéro du groupe ; la Bakuhatsu n’ayant rien à voir avec le Maître des Vautours et ses expérimentations. Il fit glisser dans une de ses mains Un, Deux, Trois et Quatre puis tendit le paquet restant, conséquent, à l’homme entouré de brume noire pour qu’il les remette dans le sceau sur son abdomen. Dans les flammes ténues il jeta les uns après les autres les amas de feuilles qui concernaient les gens autour de lui sans qu’aucun n’en vint à l’interroger ou le suspecter de lui cacher quelque chose. Il feuilletta chacun d’eux avec une attention dissimulée derrière sa nonchalance et le brasier dévora les preuves du passé. Voilà que Kyûsei était le garant de leurs anamnèses. Quelle plaie.

Quelques heures, ou jours plus tard…



Une grotte. L’une de celles que l’eau avait creusé et que l’homme avait terminé. Celle-là même qui servit à Ishida comme escale entre ses rapts et qui leur revenait comme héritage, comme paiement de leur souffrance. L’endroit était vaste, pourvu de nombreuses pièces pour y séjourner à cinq sans difficulté. Le dos contre la pierre froide, le zombifié ex-genin semblait dépourvu de toute pensée -à tort-, une cigarette consumée jusqu’au filtre suspendue à ses lèvres. Il la cracha un peu plus loin les mains dans les poches et s’approcha à pas de loup de la ‘salle de réunion’ en jetant un regard à Ni qui semblait plus calme qu’à l’accoutumée. Ce n’était jamais bon signe. Un autre à l’Explosive, puis vint à s’assoir en bout de table, croisant les doigts le regard vide.

C’était facile. Le reste le sera moins. Je serai d’avis que maintenant, il nous faut quitter Tsuchi no Kuni. C’pays pue la défaite. Peut-être chercher les autres, ou se renseigner sur ce ‘Soshikidan’. J’vous écoute.

Le Brumeux s'éclaircit la voix. “ Je pense comme toi, Ichi. Cette organisation, elle m'intrigue... ” Et dans un même canon, celui dont le visage était recouvert d’une main factice mais incroyablement réaliste continua. “ De même. Qu’en disent les donzelles? ” Seul un de ses yeux était perceptible, rougeoyant entre les doigts et les mèches blondes.



_________________


« ...some men aren't looking for anything logical, like money. they can't be bought, bullied, reasoned, or negotiated with. some men just want to watch the world burn »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1599-rei-ichi-from-stone-to-ashes-u-c#9765 http://www.ascentofshinobi.com/u271

Mer 25 Oct 2017 - 19:54

Le groupuscule à cinq doigts n'avait pas tant avancé depuis leur départ puisqu'ils se trouvaient encore au cœur du pays de la terre, dissimulés deçà delà, parfois dans les cuves rocheuses, d'autres dans les cavités souterraines et naturelles des montagnes qui parsemaient cette contrée. De vrais spéléologues en herbe, ils avaient réussi à se faire à cette vie d'arrivées et de départs tous aussi imminents les uns les autres. Ils parcouraient les lieux, c'était là le plus important. Un changement radicale s'il fallait faire la comparaison au passif commun d'Ichi, Ni, San et Yon. Puis il y avait cette jeune femme, originaire du terroir qu'ils fuitaient. Ayuko ? Ayano ? Ayako ! Elle n'était, pour l'enfant, qu'une invitée de plus. Un jouet au même titre que ses coéquipiers qu'elle voudrait pousser à bout le plus rapidement possible. C'était un passe-temps auquel la numéro deux était particulièrement assidue -peut-être plus que pour ses propres entraînements-. Une deuxième fille ça ne pouvait que l'égayer davantage, un nouveau terrain de récréation à exploiter.

« Ne bouge pas... Ne bouge pas... » Ni brandit l'un de ses couteaux sur la grosse fourmi qui se dandinait et la narguait depuis une bonne trentaine de minutes. A quatre pattes, les genoux abîmés par le sol rocailleux, elle s'élança d'un bond. Elle manqua son énième offensive, la sixième ou septième pour Yon qui l'observait d'un air dépité depuis qu'elle avait commencé la traque. « Bon sang de sable ! » Agacée et agitée, la blondinette se mit à criser ; Fesses par terre, ses pieds fracassaient à plusieurs reprises le humus et les bras brassant de l'air. Elle était aussi ridicule qu'une enfant. Une véritable caricature. Dans son effervescence, elle lâcha de rage son couteau, le hasard s'accomplissant, dans le bruit métallique de son arme blanche, elle vit l'insecte succomber d'une petite tâche sur un caillou. Souriante et fière, elle toisa la défunte et récupéra son dû, lançant alors son large rictus au troisième de la bande.

Sa providentielle mission accomplie, l'adolescente vint enfin rejoindre la maigrelette assemblée en venant s'installer autour de cette piètre table. Les pattes jonchant déjà le meuble improvisé, Ni baissa la tête mais regardait de là son congénère qui les avait convoqué. Toujours aussi rieuse, elle ne semblait même pas écouter avec sérieux. Elle était comme ça. Elle se balançait d'avant en arrière, ignorée dans ses frasques. Il faudrait tenter de faire manger des cailloux à San. Peut-être à ce moment là seulement elle se sentit concernée par la conversation, Yon venait de tourner l'attention vers elle. « Le Soshi-quoi ? Moi c'que j'en dis c'est que nous ne savons même pas si d'autres ont survécu. Et si l'pater est toujours vivant, il va peut-être chercher à nous retrouver. » Elle entendait bien par le pater ce scientifique qui les avait traqué, enfermé et torturé, tous autant qu'ils étaient, durant des années. De ce détour l'amnésique récupéra un semblant de sérieux mêlé à un brin de dédain. « Je sais pas vous, mais moi j'ai pas pour vocation de retourner dans ma case, alors peut-être que ce Soshi-truc est un meilleur plan. » Cherchant alors l'autre donzelle du groupe, elle tapota sa tempe de son index et reprit. « J'ai oublié, Ayako est en retard. » Son assurance suspecte, elle semblait n'avoir déduit cela qu'à l'instant même.


Dernière édition par Yamanaka Sanagi le Sam 28 Oct 2017 - 4:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1626-nanaju-ni-70-2-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u331

Jeu 26 Oct 2017 - 4:42

« Cinq phalanges d'un même poing »






Libéré des carcans sociaux, il l’était. Plus de façade à entretenir, à interposer entre lui et les membres de ce pitoyable hameau ‘ninja’. Ceux-là mêmes qui se voyaient gouvernés par un samouraï, paradoxe sachant que ces derniers étaient connus pour la maîtrise seul de leur épée et le chakra pur, et non le ninjutsu propre aux Trois Grandes Nations. En quoi Chôgen était-il différent de Kyûsei dans le fondement? Tous deux avaient choisis une voie différente de leurs pairs et tous deux la teintaient du pourpre de l’hémoglobine. L’un pour des idéaux nobles et pur là ou l’autre ne se mentait pas. Il aimait simplement le voir couler des plaies, des éraflures et des béantes ouvertures. D’aussi loin qu’il se souvienne, Masque de Mort avait toujours apprécié la vue de ce dernier.

Ni reprit du poil de la bête pendant la discussion entre les pourvus de virilité, ne se gênant pas comme à son habitude pour afficher ses manières malpolies à la limite de l’enfantin, qu’elle avait dû si longtemps cacher. C’était aux yeux du petit leader contre-nature et surtout contre-productif. Chacun ici se savait distinct, habité. Divergent. Et c’est pourquoi entre chacun d’eux était né un lien. Fort, durable. Jamais aucun d’entre eux n’aurait trahi son prochain ; pour l’argent, la gloire ou autres attraits de la vie de mortel.

Kyûsei ne manquait pas de respect à cet adage même s’il en exhalait souvent l’opposé, se voulant détaché et lointain, parangon du vice lui-même, mélange d’une olympienne torpeur et de fulgurantes déraisons. “ So-shi-ki-dan. Konoyaro. ” Dédain, un peu. Mais surtout, une passive moquerie qu’il lâcha à l’encontre de la blondinette aux cheveux attachés. Toi alors, t’es vraiment irrécupérable.


Elle rattrapera son retard comme elle pourra. Ou Yon lui fera un rapide topo, moi j’ai la flemme d’me répéter, tu m’donnes assez de travail. Du coup ; selon moi, on part pour le Pays du Feu, on acquiert assez de renseignements sur Shîto et ces enfoirés. M’semble bien qu’il y a un repaire là-bas aussi. On s’en servira comme Q.G. Avec un peu de chance on aura de la main d’œuvre. Et du boulot. ” Les plaies cousues autour de ses lèvres se craquelèrent d’un côté, un petit rictus ornant son faciès à double teinte, tandis que ses yeux venaient de toiser l’assemblée. Il se leva de sa chaise qui tomba au sol sans qu’il y porte la moindre attention, ses paumes glissant le long du rebord de la table rocailleuse. Encore une fois c’était savante comédie qui n’avait pourtant aucune vocation à duper ses pairs ; mais il comptait dès leur arrivée exposer ce plan précis. Toujours était-il que c’était plus agréable de les laisser penser qu’ils avaient leur mot à dire. Prévoyait-il de défier Alderan et ses hommes? Proposer leurs services? Rien n'était moins sûr.








_________________


« ...some men aren't looking for anything logical, like money. they can't be bought, bullied, reasoned, or negotiated with. some men just want to watch the world burn »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1599-rei-ichi-from-stone-to-ashes-u-c#9765 http://www.ascentofshinobi.com/u271

Ven 27 Oct 2017 - 18:31


ICHI - NI - SAN - YON - AYAKO

Il existait plusieurs manières de tuer un homme. En lui faisant perdre son sang, en lui faisant perdre sa raison, en lui faisant perdre un être cher. Quoiqu'il en soit, la perte était la clé pour cet objectif. Yon ne cherchait pas à tuer, mais s'approcher des limites de la mort. Jouer avec, et s'enorgueillir d'être parvenu à avancer plus loin qu'aucun autre. Mais pour commencer, il devait comprendre ce que c'était, de mourir. Une partie des recherches d'Ishida devaient se concentrer là-dessus d'ailleurs. Qui sait ce qu'ils pourraient trouver lors de leur épopée, nos phalanges.

Son regard morne s'était posé sur la jeune Ni, qui était d'un an sa cadette, et qui tentait hargneusement de tuer un insecte au sol. Sur ce sol qui leur servait de repaire provisoire, le temps de savoir où aller. Cette fille, il n'en savait rien. Et pourtant, à l'instar des autres, il avait l'impression d'avoir toujours vécu avec. Étrange. Malgré tout, il continuait de l'observer, exaspéré, mais pas désintéressé. La manière dont elle ne parvenait pas à son but, et finissan par y arriver après avoir abandonné. Elle était amusante.

Amenant une main lassé à son cou, Yon commençait à se gratter inconsciemment. L'air puant de Iwa l'avait définitivement contaminé. Ichi avait prit une bonne décision. Et désormais, il soulevait un nouveau point, malheureusement primordial pour la suite. Les autres. D'autres sujets du pater selon les dires de Ni. Ou bien, le Soshikidan. Une organisation qui faisait parle d'elle depuis les évènements de Shîto. Pourquoi pas, les deux convenaient bien à Yon. - De même. Qu’en disent les donzelles? San semblait également d'accord. Itami avait donc déporté l'attention sur Ni et... Ayako. Une déserteuse Iwajin, comme eux, mais sans aucune autre attache. Elle était intrigante également, Yon ne s'était pas opposé à sa présence.

- Le Pays du Feu. Yon répétait les mots de Ichi. Ne venait-il pas de là-bas lui-même ? Peut-être. Peu importe. Mais pour le moment, ce n'était que détails. Le calciné énonçait de bons points. La main artificielle qui cachait le visage de Yon restait fermement agrippé à lui, alors qu'il venait s'accouder à la table.- Iwa est un problème. Ishida en est un autre. Et potentiellement de même pour le Soshikidan. Lancé plus pour lui-même que pour les autres, Yon posait les yeux sur San, puis sur Ni, et enfin sur Ichi.

- Ça m'plaît.

_________________
#AB3254
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2553-even-a-piece-of-garbage-has-its-pride-densetsu-etsuro

Sam 28 Oct 2017 - 4:38

Ni ne tenait place. Elle les observait tous, ses compagnons de cellule, d'infortune, de miséricorde, et aujourd'hui de désertion. D'aussi loin qu'elle se souvenait elle avait toujours été avec ces atypiques personnages. Chacun de ces jeunes hommes plus particuliers les uns que les autres, et pourtant la seule jeune femme d'origine de ce groupuscule, n'en démordait pas. La blondinette en tenait une belle de difformité. Finalement nul ne pouvait savoir s'il s'agissait bien d'un trouble mental, personnel, ou bien si elle ne faisait que semblant d'être sérieusement atteinte. Dérangée. Complètement forcenée du ciboulot.

D'aussi loin qu'elle se souvenait. Tel était peut-être le problème. A force de subir et de trinquer, elle n'avait d'yeux que pour sa propre suffisance. Ne savait pas même d'elle-même si tout ça était réel. Factice. Tangible. Incertain. Vérité. Des mots qui en disait tant mais qui se mélangeaient le plus souvent dans l'esprit de l'adolescente. Nanajû Ni, son identité qu'elle s'était si fréquemment tenue droite et fière de porter, et d'une hystérie sans égale pour justifier qu'il s'agissait d'une vérité. Cependant elle n'était pas née de la dernière pluie et se doutait par moment, quand l'éclair la frappait, qu'elle devait être née sous une étoile à la nomination divergeant de ce qu'elle s'acharnait à connaître présentement.

Des petits yeux aux reflets de bronze sous le peu de lumière qui ne se réverbait pas dans cette grotte infâme et malodorante. Ils regardaient le pseudo-chef que cette fois elle s'indignait de le voir à cette fausse place qu'il s'était attribué. Un changement dans le faciès, le dédain à son grand jour. L'impertinence et la tentation de ne pas en rester ainsi. Après tout, il avait bien cherché à ce qu'elle réagisse. « Nous sommes autant des enfoirés que ce So-shi-ki-dan. » S'exclama-t-elle plus forte que les autres. La jeune fille n'était pas véritablement convaincue par ce qu'elle avançait mais elle avait seulement voulu faire opposition comme elle le pouvait. Elle ne souhaitait décemment pas qu'ils en comprennent qu'elle irait faire route en solitaire, alors elle se remit à élargir les commissures de ses lèvres. Se levant dans le même temps, elle regarda enfin Yon qui s'était exprimé, acquiesçant le plan initial. Un rire et une voix ronchonnante qu'elle emprunta pour venir poser ses mains de part et d'autre de la tête du marionnettiste et la lui secouer de droite à gauche. « Ca c'est bien le Yon qui ne change pas mh ? » Sa désopilance connue de tous à cette table retentit.

Mais elle ne s'arrêta pas là. Aussitôt elle relâcha ledit garçon pour se reculer mais elle grimpa immédiatement sur son piédestal improvisé : la table. Faisant de grands pas pour parcourir le mobilier naturel d'un bout à l'autre, revenant d'allers en retours, elle reposa ses yeux sur Ichi. « J'ai une question ! » Elle leva la main mais reprit aussi vite. « J'imagine que cette organisation doit être très forte pour avoir tant endeuillé le village d'Iwa et ses moutons clinquants en armure portant des armes... » La silhouette longiligne et fine de l'enfant s'arrêta pour faire face au brun et elle se pencha un peu. « Alors pourquoi nous jeter dans la gueule d'un loup qui nous mangera tout cru ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1626-nanaju-ni-70-2-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u331

Cinq phalanges d'un même Poing ♠ PV Ni - San - Yon & Ayako

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: