Derniers sujets
» Entrainement à l'épée n°1 - Shiori
Aujourd'hui à 23:25 par Watanabe Shiori

» Le blondinet s'ennui !
Aujourd'hui à 23:21 par Aami Shôran

» Encore ... ? [Pv Shuu]
Aujourd'hui à 23:20 par Metaru Reiko

» Deux épreuves pour le prix d'une (ft. Y. Kagero & N. Sayo)
Aujourd'hui à 23:14 par Aburame Shizen

» [Equipe #4] Première rencontre matinale
Aujourd'hui à 23:06 par Kanashīdesu Inja

» Impact [Sayo N.]
Aujourd'hui à 22:35 par Nara Sayo

» La chieuse en tenue d'infirmière... [Ft.Sayo]
Aujourd'hui à 22:30 par Nara Sayo

» C'cadeau Senseï | Shojito
Aujourd'hui à 22:18 par Nara Sayo

» Pile ou face ? | Frero
Aujourd'hui à 22:03 par Nara Sayo

Partagez | 

un sceau pour marquer un clan ❊ meikyû rima


Mer 25 Oct 2017 - 4:22


Difficile de revenir dans le pays de l'eau après toutes ces années. Le temps depuis s'est écoulé depuis le départ de Hoshiyo au moment même ou la construction du village se termina. Maintenant qu'elle est de retour, elle a beaucoup de mal à trouver sa place dans un système qui fonctionne déjà si bien sans elle.

Il faut le dire, heureusement qu'elle ne se retrouve pas seule au milieu de cette tempête. C'était finalement une bonne chose de revenir ici avec la tête rousse, au moins, elle connaît quelqu'un dans ce village, avec qui elle peut parler. Sans parler du Torrent, qui lui est quand même bien moins pousser vers la parole. Mais ces deux personnes sont tout ce qu'elle a dans le village. Peut-être plus pour très longtemps, il faut dire.

Une chose qu'adore faire l'Exilée, est de regarder l'océan, aussi vaste et majestueux que l'infinité du ciel. La jeune femme native du désert n'eut pas beaucoup de fois l'occasion d'observer un spectacle comme celui-ci, si bien qu'elle se retrouvait transportée simplement par cette vue sublime.

Au loin, fracassant les vagues de sa force, un bateau était sur le point d'arriver au niveau de la côte. La fille du désert n'était pas du tout dans l'idée de croiser une personne proche d'elle aujourd'hui, mais d'un œil attentif, elle observait l'embarcation qui arrivait petit à petit pour finalement venir s'arrêter, non loin du chemin pour rejoindre le village.

Du haut de son arbre, elle regardait les gens passer juste en dessous d'elle, comme un oiseau espionnant des êtres inconnu, cherchant à se cacher pour ne pas se faire voir. Marchands, ninjas, civils, elle pouvait voir de tout passer devant ses yeux. Mais c'est finalement en fin de file, alors que presque tout le monde était déjà passé, que ses yeux venait de se poser sur une femme. Impossible de se tromper, surtout avec ce sceau qu'elle pourrait reconnaître parmi tant d'autres. Celui de son clan. De sa famille.

D'un geste brusque, elle venait de descendre de sa branche pour courir vers cette femme, qui elle, semblait totalement ailleurs, dans ses pensées, regardant le ciel et non la tornade qui arrivait devant elle. Si rapidement que la Meikyû ne put s'arrêta et glissa sur la terre pour lui rentrer dedans. Peut-être un peu trop de précipitation sur le coup, le bonheur de voir un être cher. Elle se retrouvait maintenant juste au-dessus de sa cousine, qui elle était allongée sur le sol, tombé sur les fesses avec le poids de sa cousine tombant sur elle.

Qu'est. Ce. Que. Tu. Fais. La. RIMAAAAAAAAAAAA. J'suis tellement contente de te voir, t'imagines pas. Franchement, tu m'as tellement manqué que j'commence même à apprécier le temps que je passe avec ton frère et ton chevalier blanc. Oui, elle venait de mentionner le Kaguya, que Rima n'avait sûrement pas vu depuis très longtemps. Le tact, elle ne connaît pas du tout. Du coup, c'est quoi ? Juste une visite ? Ou alors tu reviens définitivement ? J'veux tout savoir ? Et du coup, il est ou mon p'tit cousin ? Pas avec toi ? Non vraiment, c'est super que tu sois ici, enfin je vais pouvoir m'amuser !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 26 Oct 2017 - 16:15

Mizu no Kuni, déjà plus d'une décennie que la belle immaculée n'avait pas posé pied en ces terres. Ces îles avaient été prison pour cette petite fille, puis en grandissant un manque et une incertitude de ce qu'il pouvait s'y trouver. Heureusement que durant tout ce temps Rima avait eu des nouvelles par le biais des rumeurs parcourant le monde, ramenées par la Grande Manako, mais elle n'avait pas oublié de poser ses questions à son cadet lorsqu'il était revenu quelques acuités plus tôt au pays du Vent.

Cette fois, les Meikyû, du moins certains membres liés d'une manière ou d'une autre avaient fait le chemin inverse. Pour l'heure, ils avaient décidé, en accord avec le clan, de se diriger vers le pays de l'eau comme un canevas personnel. Chacun avait sa propre raison. Il sembla que Yamamoto ne pouvait se résoudre d'être encore loin de la cité qu'il avait aidé à forger. Hoshiyo, quant à elle, s'y était plu davantage que nul part ailleurs d'après son cousin qui ne s'était pas retenu d'en informer les matriarches de la tribu. En ce qui concernait la jeune maman, il était évident de la prime justification de son départ : Son fils aimé était déjà parti pour rejoindre cette somptueuse contrée. Il n'eut fallu user d'une quelconque tactique de persuasion. Il était temps pour elle de retrouver sa capitale de cœur.

Un soupir léger s'échappa d'entre les lippes de la muse. Rima s'était rendue compte pendant le trajet, en plein milieu du tumultueux océan, qu'elle n'avait plus fait acte de présence sur un navire depuis trop longtemps. L'estomac encore noué, ce fut tout de même d'une grâce digne qu'elle débarqua et parcourut la passerelle pour rejoindre la terre ferme. L'été était frais contrairement à ce qu'elle connaissait du désert. Une brise passagère calma les désagréments que je n'avais su contrôler, tandis que je récupérai mon baluchon. Dans ce dernier se trouvaient quelques parchemins personnels que j'avais pris avec moi pour me rappeler que les autres demeuraient encore à Kaze.

Combien de temps allait-elle rester ? Probablement autant qu'elle le pourrait et qu'il le faudrait, prête à suivre sa famille proche plus loin encore que les horizons mystérieux par delà le continent principal, au-delà de la vaste mer. Mais avant tout ça elle devait encore se conditionner. Car en ces lieux ne résidaient pas uniquement les étrangers natifs du vent, il s'y trouvait très probablement un homme qu'elle n'avait pas vu depuis seize ans maintenant. Cet homme, Kaguya Hanzô, le père de Yusuke. S'étaient-ils déjà rencontrés pour l'heure ? La Bête Bâtarde n'était, après tout, peut-être pas encore rentré de sa quête, comment le savoir ? En revanche il était mensonge que de prétendre que la grande Rima ne se perdait pas dans ses propres interrogatoires. Tant même qu'elle n'avait fait que moutonné le cortège humain qui se déplaçait vers l'entrée du village caché de la brume.

Le fracas de la silhouette élancée de la Meikyû s'écrasa subitement au sol. Elle se retrouva étendue.. Plaignante de cette brutalité, Rima ouvrit les yeux dans l'espoir de voir son/sa maladroit(e). Une surprise de taille, qui lui apparut devant les yeux. Une peau doucereusement élégante et bronzée. Deux grands yeux dorés qu'il sembla ne pas avoir changé. Puis cette chevelure à la teinte et la coiffure singulière. Son hystérie ne permit pas à Rima de reprendre immédiatement ses esprits, en revanche, se redressant sur ses coudes elle se mit à rire doucement alors que la jeune Hoshiyo lui agressait les tympans. Mais elle était comme ça, sa cousine. « Hoshiyo calme-toi. » Mais dans son monologue, seuls deux informations avaient fait échos dans l'esprit de l'oiseau sauvage. Yusuke n'était apparemment pas encore arrivé, ou alors avait été si discret que même celle qui le connaissait depuis toujours ne l'avait pas remarqué... Non impossible. Quant au second point elle avait parlé d'un chevalier blanc. Le sien. Interloquée, elle pensa évidemment au Torrent, puis reprit quand elle s'assura, après quelques secondes, que l'exilée avait bien tempéré son excitation, d'un ton tout aussi bas que la première phrase. « Je comprends donc que Yusuke n'est pas encore arrivé. » La mère, forcément inquiète, ne put cacher son expression et força la plus jeune Meikyû à s'écarter pour qu'elle puisse se relever. « Je suis sûre qu'il va vite nous rejoindre. » Se rassura Rima dans l'immédiat avec un faible sourire tandis que ses lapis-lazuli se posèrent sur les ambres de sa cousine. « Mon..Chevalier blanc ? » L'interrogea-t-elle du regard alors qu'elle dissimulait un battement de cœur plus imprévisible que les autres. Dans le fond l'immaculée n'avait pas tant répondu à la question de sa parente, mais elle ne voulait pas réveiller une nouvelle fois son effervescente frénésie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1587-meikyu-rima-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u341

un sceau pour marquer un clan ❊ meikyû rima

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: