Derniers sujets
» Entrainement à l'épée n°1 - Shiori
Aujourd'hui à 23:25 par Watanabe Shiori

» Le blondinet s'ennui !
Aujourd'hui à 23:21 par Aami Shôran

» Encore ... ? [Pv Shuu]
Aujourd'hui à 23:20 par Metaru Reiko

» Deux épreuves pour le prix d'une (ft. Y. Kagero & N. Sayo)
Aujourd'hui à 23:14 par Aburame Shizen

» [Equipe #4] Première rencontre matinale
Aujourd'hui à 23:06 par Kanashīdesu Inja

» Impact [Sayo N.]
Aujourd'hui à 22:35 par Nara Sayo

» La chieuse en tenue d'infirmière... [Ft.Sayo]
Aujourd'hui à 22:30 par Nara Sayo

» C'cadeau Senseï | Shojito
Aujourd'hui à 22:18 par Nara Sayo

» Pile ou face ? | Frero
Aujourd'hui à 22:03 par Nara Sayo

Partagez | 

Réunion [Noah | Kaya]


Ven 27 Oct 2017 - 0:25
Cela fait un peu plus d’une semaine et demie que l’ancien chef de clan et plusieurs de ses acolytes, dont son frère, ont quitté le village. La tension est palpable à Kiri mais les choses semblent s’être calmées en apparences. Les autorités locales sont à l’heure actuelle sûrement plus occupées à traquer les déserteurs et communiquer avec la population qu’à surveiller les allers et venues des têtes importantes du clan Yuki. Par peur d’être épié, ce dernier ne s’est pas réuni depuis la disparition d’Eiichiro et de ses camarades. Afin de brouiller les pistes, plusieurs manipulateurs de glace se sont amusés à organiser des micro-rencontres, à passer ci et là des entrevus avec certains de leurs contacts – la plupart du temps afin d’aborder des banalités. Il faut dire que les Yuki ne manquent pas d’inventivité et surtout de temps depuis leur éviction du pouvoir. En outre, nombreux sont les manipulateurs de glace ayant travaillés dans les geôles ou aux renseignements auparavant. Ce n’est pas aux vieux singes que l’on apprend à faire la grimace.

Quoiqu’il en soit, c’est aujourd’hui qu’aura lieu la première vraie réunion des Yuki depuis la désertion d’Eiichiro. Dans un calme olympien et à la première heure, plusieurs manipulateurs de glace se rendent dans le bâtiment principal du domaine. C’est sans grabuge et sans excessive discrétion qu’un comité réduit de Yuki rejoint ladite bâtisse. Avec mon père et ma sœur, je fais parti de ces quelques shinobis.

Quelques minutes passent et bientôt d’autres têtes plus ou moins connues rejoignent les locaux. Aucun garde autre que ceux habituellement présents ne surveille l’entrée et tout est fait pour que cette réunion apparaisse comme un simple petit-déjeuner. Il est bien entendu possible qu’une [i]taupe[i] soit parmi nous ou que les autorités locales soient au courant de notre réunion mais je ne suis même pas certain que cela nous inquiète à proprement parler. Quoiqu’il en soit, après cinq à six minutes d’attente, toutes les personnes conviées à la réunion ont répondu présent.

Je tourne machinalement la tête de droite à gauche et constate qu’Hideyoshi ainsi que plusieurs de mes oncles et tentes sont là, accompagnés de quelques uns de leurs enfants. Mon sensei, Noah, est présent lui aussi, de même que le père de ce dernier. Enfin, deux ou trois inconnus – blonds pour la plupart – sont aussi de la partie. En tout et pour tout, nous sommes au mieux une petite quinzaine. Ce n’est pas la réunion de l’année mais cela devrait faire l’affaire. C’est en tout cas ce que semblent penser mon père, ma sœur et quelques uns des protagonistes ici présents. En tant qu'ancien chef de clan, Hideyoshi est le premier à prendre la parole. Comme à son habitude, l'homme pose les questions sans pour autant y répondre :
▬ Bien. Sans plus tarder, nous pouvons commencer. Abordons dès à présent les sujets qui fâchent. Eiichiro est parti. Nous sommes encore nombreux à Kiri mais cette désertion a fait germer chez certains l’idée d’un départ. Que préconisez-vous ? Et dans le cas où nous restons, quel est notre position vis à vis du traité non signé qui nous a valu une exclusion des affaires du village ?

Je ne suis pas certain que prendre la parole en premier vu mon jeune âge soit une bonne idée. Ceci-étant je vais laisser mes aînés répondre avant moi. Lorsque ces derniers auront dit ce qu'ils avaient à dire, j'exposerai à mon tour mon avis sur le bon comportement à adopter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 29 Oct 2017 - 14:03

La désertion de certains membres du clan Yuki avait été une réelle surprise pour Kaya. Même si la sanction était dure, est-ce que déserter le village était réellement une réponse adaptée ? Surtout lorsque la sanction pouvait être levée avec quelques concessions et diverses négociations. Enfin, c’était leur choix, pas le sien, mais c’était tout de même frustrant car l’image du clan tout entier était entachée. D’ailleurs, elle avait réellement l’impression d’avoir été trahie par ses confrères, car ils avaient laissé toute une partie de leur clan sur le carreau, sans réellement prendre en compte les conséquences que leur désertion pouvait avoir sur eux.

Bref, la désertion était bien réelle, et il fallait maintenant réagir, ne pas se laisser abattre et aller de l’avant. De plus, ceux qui étaient partis étaient en grande partie ceux qui étaient contre la signature du traité ayant mené à la sanction militaire contre les Yukis. De ce fait, elle se demandait si la donne n’allait pas changer. Plus que ça, elle espérait remettre cela sur la table pour en discuter, car la position du clan sur la politique interne du village pourrait drastiquement changer avec le changement de chef à venir.

Elle avait été conviée à cette réunion qu’elle considérait comme l’une des plus importantes à laquelle elle avait à assister. La jolie blonde n’était peut-être pas la plus connue du clan, ni celle ayant les plus importants faits de guerre, mais elle comptait bien donner son avis sur la situation, que cela plaise ou non. Malheureusement, elle avait été avertie que les membres conviés à la réunion devaient tout de même rester assez discrets, et c’est donc habillé avec une tenue assez banale qu’elle se rendit dans le bâtiment principal. Une jolie robe la mettant évidemment en valeur, mais rien de bien extravagant ou encore de tenue « officielle ».

Une fois arrivée, seule, elle se contente d’observer les différentes personnes conviées. Elle en connaissait certains, notamment Noah qu’elle avait déjà rencontré, et d’autres qu’elle avait juste croisé diverses fois, sans pour autant avoir longuement discutés avec eux. A vrai dire, la jeune femme était presque un petit peu isolée comparé à d’autres qui venaient en famille, mais cela ne la gênait en rien, c’était une contrainte de moins.

L’ancien chef du clan venait de prendre la parole, et il posait directement les questions en lien avec l’actualité, sans essayer de faire des fioritures. Elle aimait ce genre de discours, clair et précis. Surtout que les sujets évoqués étaient ceux auxquels elle avait réfléchi durant de longs moments ces derniers jours, et elle avait même eu une discussion à ce propos avec le torrent, Kyūryū No Hanzō.

Ce n’était probablement pas à elle de prendre la parole en premier, et peut-être même que quelqu’un était implicitement ciblé par Hideyoshi pour répondre à ses questions. Mais elle décida d’en faire fi. La pulpeuse blonde se sentait à l’aise sur le sujet, et n’avait pas aucune gêne liée à la prise de parole en public.

« Bonjour à tous. Je me présente pour ceux ne me connaissant pas : Yuki Kaya. »

Une introduction très simple, peut-être pour cacher sa relative inexpérience. Enfin, c’était probablement suffisant, car la n’était pas le cœur de l’information à apporter. Durant cette brève introduction suivie d’un petit silence, son regard bleu glacial observait les autres membres présents, leur imposant son air froid, voir hautain.

« Pour moi, la situation est assez claire. Il y a actuellement une réelle scission au sein du clan malheureusement. Il y a un groupe qui est contre le traité proposé aux différents clans de Kiri, et ceux qui auraient préféré que le traité soit signé pour continuer à évoluer sereinement au sein du village. Une partie du 1e groupe a décidé de déserter comme vous le savez. Je trouve que leur décision a été prise un peu trop hâtivement, et j’aimerais que la prochaine soit bien réfléchie, et surtout mutuelle. Je pense à titre personnel qu’il est plus raisonnable de rester au sein de Kiri, village que nous avons en grande partie fondé je vous le rappelle.
Pourquoi ? Ceux fondamentalement contre le traité ont déjà déserté. Je pense que l’on peut décider d’avancer tous ensemble, en signant le traité, en retrouvant nos fonctions militaires et en évoluant de ce fait au sein de la hiérarchie du village. Et pour ceux qui seraient dubitatifs, je n’ai à aucun moment parler de tirer un trait sur notre passé. Signer le traité ne veut pas dire ça. Il faut apprendre à être politique, et à savoir faire profil bas au bon moment. Rien ne nous empêche de continuer, un petit peu plus tard, à discuter de ce qui a pu se passer avec d’autres clans du village.
En bref, je considère que rester à Kiri est la solution la plus avantageuse sur tous les points, la seule condition étant de savoir être un peu plus politiques en rangeant temporairement notre égo.
Merci pour votre attention. »


Elle avait exposé clairement ce qu’elle pensait, et espérait que son discours n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Durant son élocution, elle avait pris soin de faire attention à son expression non verbale. Son regard balayait la salle, et ses mains appuyaient aussi son point de vue et ses explications. Maintenant, la sulfureuse blonde n’avait plus qu’à attendre la réaction de ses confrères Yukis.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Lun 30 Oct 2017 - 12:31

Mon père avait du charisme. Je l'avais toujours pensé. Avant même la création de Kiri, lorsque Yuki Miura partait ne première ligne pour aller soutenir son clan, il en imposait. Je ne l'admirais pas spécialement, mais être son fils unique n'était pas une honte pour moi. Aujourd'hui, il m'avait convié à le rejoindre pour une réunion d'une importance capitale concernant le sort de la famille au sein du village. Après tout, il s'en était passé des choses depuis le dernier Sommet. Fait étrange d'ailleurs, notre chef de clan avait déserté avec quelques-uns de ses proches alliés.

Les actes de Tetsuko avaient-ils eu un quelconque impact ? Peut-être, sans doute. Qui sait. Quoiqu'il en soit, j'avais quitté les lieux avant la fin et je ne m'étais pas informé de la teneur définitive des évènements. J'avais d'autres priorités, autrement plus égoïstes et importantes à mes yeux. Mais je me retrouvais tout de même présent aux côtés de mon paternel au sein de cette réunion qui se voulait banal, et qui pourtant abordait des sujets cruciaux. Toujours aussi désintéressé, je restais en retrait dans l'ombre de mon père qui toisait la plupart des membres du clan de par sa taille et sa musculature colossale. Difficile de se dire qu'un tel monstre de force brute maîtrisait un élément aussi délicat que la glace.

Hideyoshi se trouvait là, quelques anciens du clan également. Yuki Feng, et son jeune frère, et mon élève, Shinichi. Yuki Kaya, que j'avais rencontré il y a quelques jours était également ici. Bon, pourquoi pas. Les mains dans les poches, je m'étais assis à côté de mon géniteur qui, les bras croisés, observait calmement la situation. Ma mère, Amatsuki, n'avait pas pu se rendre disponible aujourd'hui. Elle avait apparemment d'autres affaires à régler. Elle pensait encore que j'étais un enfant, que je n'étais pas prêt à quitter le cocon familiale. Elle avait été contre ma promotion de Chûnin d'ailleurs. Elle avait peut-être raison.

Hideyoshi-dono avait donc posé les questions qui fâchent. Que faire pour nos déserteurs, et pour le traité. Je restais passif, ne prêtant qu'une oreille distraite à ce qui se disait, alors que Kaya prit l'initiative de la parole. Acte bien courageux. Et puis elle ne disait pas des bêtises Je l'avais remarqué aussi lors de notre entrevue, elle savait s'exprimer. Mon père fixait la jeune femme d'un air jugeur, attendant patiemment qu'elle ait finit pour finalement se lever, exposer toute sa stature à l'assemblée et prendre finalement la parole.

- Yuki Miura, ancien général des armées Yukijin contre la criminalité. Vous connaissez très certainement déjà mon point de vue. Kaya-dono, votre avis n'est pas dénué d'intérêts, mais ne permettra pas de régler le problème. S'il existe des personnes susceptibles de s'opposer au traité proposé par Sôsuke-dono, c'est qu'on leur en offre la possibilité. La solution à mes yeux est d'une simplicité absurde. Nous devons traquer, capturer, et tuer au besoin ces traitres. Ce papier qui doit être signé est une futilité, il n'engage notre clan à rien, et nous permettrait même de garder une place confortable au sein de Kiri. Cependant, laisser des traitres Yuki vagabonder dans la nature sans rien faire... C'est une chose que je ne peux permettre. Veuillez comprendre mes sentiments, humbles Yuki.

D'un bref signe de tête, il conclut donc avant de s'asseoir, laissant à qui le voulait le soin de poursuivre. J'observais mon père chauve d'un air distrait, cherchant mon paquet de cigarettes dans ma veste. Il était toujours aussi froid dans ces paroles. Il ne changerait jamais. Mais il fallait bien avouer qu'il n'avait pas tort. Même si ils avaient désertés, ils ne faisaient que nous rendre le problème plus difficile. Eiichiro possédait probablement des informations capitales sur le village, et le clan en particulier. Mon père était bien conscient de ce souci. Et de ce que je savais de lui, le mot "compassion" était étranger à son dictionnaire interne. Je poussais alors un soupir, avant de m'affaler sur ma chaise.

Et merde, j'avais oublier mes clopes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Mar 7 Nov 2017 - 21:31
La blonde rencontrée plus tôt ce mois-ci prend la parole et fait valoir son avis. J’écoute avec attention ce que la demoiselle raconte et me prépare à lui répondre quand l’ancien général des armées, Miura, prend la parole et me grille amicalement la priorité. L’homme qui apparaît comme étant le père de Noah – comme quoi, même les plus nobles des Yuki peuvent enfanter des incompétents – présente à son tour son opinion à la communauté. Celui-ci est pour le moins … Limpide. Le vieux guerrier semble pas mal se moquer de la signature de ce papier. Pour lui la priorité est de traquer les déserteurs et celui qui était autrefois notre chef.

Bien des choses ne font et ne feront pas consensus aujourd’hui cependant, sur ce point, je ne peux que le rejoindre. Deux choix s’offrent à moi : Attendre qu’un énième Miura prenne la parole ou la prendre de force afin de dire ce que je pense de la situation, n’en déplaise à mon vieux ou à ma sœur qui sont restés silencieux bien trop longtemps à mon goût. Sans trop réfléchir, je choisis la seconde option. En effet je n’aspire pas à être un Yuki inutile comme Noah. Les choses m’ennuient, je tiens à le faire savoir et, dans la mesure du possible, à impacter sur les décisions prises.

▬ Yuki Shinichi, chûnin de Kiri, ninja déployé à Shito. Je suis d’accord avec le général. Le fait que ces clowns aient désertés nuit à notre réputation. Les retrouver et les punir est notre priorité. D’autant qu’Eiichiro doit comparaître pour plus de crimes qu’il n’y paraît. J’ai eu vent de choses qui, si elles sont vraies, et je soupçonne fortement qu’elles le soient, décrédibilisent totalement mon cousin et jette l’opprobre sur notre famille.
J’aurais définitivement dû laisser crever Clown-Man à Shito. Quoiqu’il en soit, ce qui est fait est fait. Dorénavant notre priorité est à mon sens de faire le ménage nous-même parmi les traîtres car si ceux-là partent on ne sait trop où, ils ridiculiseront à tout les coups notre famille. Il n’y a qu’à voir la tête d’Akimitsu pour saisir la nature de mes craintes …

▬ Quant-au papier … Je ne suis pas d’avis de le signer. Kaya, tu parles d’être politique, d’être raisonnable mais je ne vois que de la lâcheté et de la bassesse dans ton propos. Si cela ne tenait qu’à moi, je ne signerai rien avant de négocier ou de parler avec le Kage. Qu’on se le dise, je souhaite rester à Kiri le plus longtemps possible et ne compte pas quitter le village durant la nuit ou celle à venir. Cependant je ne plie pas le genou devant un maître chanteur. Car c’est présentement ce à quoi nous faisons face. Du chantage. Ni plus ni moins. Ils craignent sûrement que nous quittions tous le navire. Faisons leur savoir que nous comptons rester. Que nous condamnons les agissements des déserteurs, revoyons ce qui doit éventuellement être revus quant-aux responsabilités de tout à chacun, car c’est vraisemblablement sur ce point que nous avons un différend et quand cela sera fait … Alors signons ce torchon si c’est encore d’actualité, ce dont je doute. Mais moi je ne signerai rien dès maintenant dans l’unique but de « retrouver une position ».

Je ressemble malgré moi de plus en plus à mon vieux. Ce dernier m’observe et esquisse un sourire. Je crois voir pour la première fois dans ses yeux ce qui s’apparente à de la fierté. Sur ce, j’ai été un poil trop sérieux jusqu’à maintenant et fais quelque pas vers l’arrière de sorte à laisser les autres répondre ou rebondir sur mon propos ou ceux de Kaya et Miura.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 8 Nov 2017 - 0:53

Le premier à avoir pris la parole après elle était un Yuki reconnu et imposant physiquement. Il avait une certaine prestance qui forçait le respect, et elle avait remarqué son regard lorsqu’elle était en train d’exposer son point de vue. D’ailleurs, une fois entrée dans le débat, elle n’avait plus d’autre choix que d’être pleinement attentive quant aux interventions des autres membres présents. C’est pourquoi son regard bleu glacial ne quitta pas cet homme qui venait de prendre la parole.

Visiblement, il y avait certains points communs dans leurs points de vue, mais Kaya était apparue un peu trop gentille à son goût. La stratégie qu’il souhaite adopter est bien plus radicale : la traque et la capture des déserteurs, morts ou vifs. Elle avait moins d’expérience que lui, et peut-être que cela la rendait plus docile vis-à-vis de la hiérarchie. L’absence de réelle désillusion par rapport aux institutions jouait aussi dans cette tendance.

Dans la même trempe, le jeune Yuki qu’elle avait croisé il y a quelques temps semblait partager un point de vue qui avait de fortes similitudes avec celui de Miura. La traque sans pitié. Cependant, elle l’avait trouvé très dur par rapport à son propre point de vue. Lâche et bas ? Plutôt de la délicatesse. Durant ses paroles, son regard s’est fait plus perçant, et elle fronça légèrement les sourcils, ce qui montrait un certain mécontentement. Comment ce petit garnement osait la rabaisser comme cela, devant tout le clan ?! Ce n’était probablement pas son intention, mais en tout cas, à chaud, la jolie blonde avait été touchée par ces mots.

Maintenant, en analysant ce qu’il disait et en essayant de faire la part des choses, ne laissant pas ses émotions l’envahir, elle trouvait des similitudes plutôt nombreuses entre leur façon de voir les choses. Dans son approche plutôt politique et pacifiste, elle avait aussi envisagé de passer par une discussion avec le Kage. Elle ne l’avait pas mentionné, mais cela lui paraissait évident. En tous cas, si tous les Yukis décideurs étaient pour la traque pure et simple des déserteurs, alors elle ne pourrait pas s’y opposer, et dès lors son seul pouvoir serait de rendre cette traque la plus intelligente possible, stratégiquement parlant.



« Si la traque vous parait inévitable et que c’est effectivement ce que nous décidons de faire, alors je vous encouragerai dans cette voie. Cependant, je me permets d’attirer votre attention sur certains détails. Shinichi a évoqué la discussion avec le Kage à propos de la signature du traité, et il me semble qu’il est important d’en faire de même si nous souhaitons traquer les déserteurs. En effet, dans le contexte actuel, je ne pense pas qu’un tel acte faisant sortir nombre de nos forces hors du village soit très bien vu par les autorités de Kiri. Notre objectif est d’être en position de force pour les futures discussions liées au clan et au village, selon moi. Cela évitera que nous ayons à devoir laisser de côté notre dignité comme le craint notre ami. Prévenir le Kage d’une action de notre part me parait le minimum, et il y a fort à parier que le succès d’une telle intervention redore le blason de notre clan. »

Elle recule par la suite d’un pas, laissant les autres membres prendre la parole s’ils le souhaitaient. Pour sa part, c’était déjà la seconde fois, et elle espérait que ce ne serait pas mal vu. Mais c’était trop important pour elle de répondre à ces deux hommes, et surtout à Shinichi pour être honnête, car elle ne voulait pas rester dans une position ou sa parole était bafouée.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Ven 17 Nov 2017 - 21:07

Je m'affalais le long de ma chaise, écoutant néanmoins plus attentivement ce qui se disait. Mon père était toujours aussi froid dans ses mots, rien de bien étonnant. Pour cette raison, il avait été écarté des potentiels chef de clan. Mon père était bien trop violent, notre clan se serait plus apparenté à une armée s'il avait été à sa tête. De toute façon, il ne semblait pas désirer un tel poste, il m'y voyait moi. Et bien entendu, c'était un sujet de discorde. Enfin, il allait certainement me laisser tranquille durant un moment avec ces histoires qui étaient en train d'effriter notre si belle et grande famille.

Shinichi reprenait la parole. Et je me demandais s'il avait vraiment quatorze ans. Enfin, en réalité ça n'était pas si étonnant. Il était plutôt bien connu pour son "talent" d'élocution, si on pouvait légitimement parler de talent. Il approuvait les dires de mon père, et ne souhaitait pas signer ce traité. Décidément, ce bout de papier était bien embêtant. Posant un bras sur la table, je venais m'y accouder d'un air las, observant les différents acteurs de cette pièce, déportant mon attention sur la jeune Kaya qui fut la prochaine à prendre la parole. Du coup, elle souhaitait organiser une future traque. Ouais, ce n'était pas idiot, ça se défendait pas mal même.

- Si ce traité vous pose tant de soucis, il suffit de faire un vote à main levée.

Le général Miura s'était rassit, et pourtant, il dégageait toujours aussi cette aura qui m'énervait tant. Le visage fermé, mon père croisait les bras, posant ses yeux sur le vieux Hideyoshi, puis sur d'autres membres du clan. Depuis quand cet homme était démocratique ? Cette réponse m'étonnait de lui. Enfin, c'était peut-être pas idiot. Après tout il s'agissait d'une décision collective.

- Cette traque doit être confiée à des mains expertes. Selon moi, les autorités de ce village n'ont aucune droit d'interférer dans une affaire interne aux Yuki... Néanmoins, dans ce contexte, les paroles de Kaya ne sont pas vaines. Joignons nos forces au village, cette fois. Pour notre gloire future, il faut savoir courber l'échine, jeune flocon.

Le regard perçant du colosse s'était planté dans celui de Shinichi. De mon côté, je restais muré dans mon silence. Je n'avais rien à dire, je n'avais pas besoin de parler de toute manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Mer 29 Nov 2017 - 19:28
Le vieux Miura est tout le contraire de son fils. L’homme a la prestance d’un ancien guerrier fier et prêt à tout pour son clan. Son comportement, ses mots et ses mœurs témoignent des difficultés qu’il a eu à rencontrer et de quelle fabuleuse façon il est parvenu à balayer ses ennemis du passé. Ce monstre de testostérone qu’est le général a tant vécu dans la guerre et a tant sécrété d’hormones qu’il n’en a même plus eu assez pour son branquignole de fils.

Mes dires et réticences quant-au comportement à adopter face au traité ne font pas l’unanimité. Je le conçois et suis d’avis d’écouter la suggestion de Miura. Cette dernière est après tout pleine de bon sens. Peu confiant quant-au résultat du vote, je hausse les épaules, esquisse un léger sourire en coin et défie le général :
▬ Et bien, soit. Votons.
Mes yeux se posent sur le doyen du clan qui reprend la parole et demande à ceux qui ne souhaitent pas plier – comprenez par là ; signer le torchon – de lever la main. Sans hésitation, aucune, je lève la dextre gauche et tourne succinctement la tête de droite à gauche. Deux à trois personnes, en plus de mes soutiens habituelles et des membres de ma famille très proche, me rejoignent et comprennent ma démarche mais nous ne sommes vraisemblablement pas majoritaire. Certains hésitent, d’autres préfèrent se ranger du côté de Miura et cela se comprend. L’homme a plus d’expérience, plus d’influence. En bref, plus de tout ce qui fait qu’un Yuki est respecté et écouté.

Je pourrais me plaindre, tenter de reéxpliquer la chose d’une différente façon mais je ne pense pas que cela soit nécessaire ; La démocratie a parlé.
▬ Eh bien. Quelle surprise. Un vote pour la signature … J’imagine que c’est une bonne chose.
Mon ton se veut ironique. Signer cette daube est peut-être la chose la plus « sage » à faire mais ce n’est en rien la plus logique ou la plus adéquate à mon sens. Quoiqu’il en soit, passons à un autre sujet. La traque aura bel et bien lieux et doit être « confiées à des mains expertes » comme le dit si bien le général. En ce sens, j’ose espérer qu’on ne refilera pas la mission à son fils … Le plus à même de ramener les déserteurs à la maison est Hanzo ou mon père.

Miura pourrait aussi faire l’affaire mais j’imagine que le vieil homme est trop occupé à gérer les affaires du village et du clan. Car oui, il est chronophage pour les personnes âgées d’expliquer aux générations nouvelles à quel point il est essentiel de « courber l’échine », chose comique quand on sait qu’à notre âge, le vieil homme avait déjà tenu hache, épée, lance et je ne sais trop quoi encore afin de défendre sa fierté personnelle et celle de ses confrères.
Les temps changent ! Les personnes aussi. Le général a encore la carrure extérieure mais s'est assurément ramolli avec le temps. Tout compte-fait, je retire ce que j'ai dit. Non seulement il n'avait pas assez de testostérone pour en léguer à son fils mais il n'en avait pas non plus suffisamment pour assumer son statut et ce que je présumais être – peut-être à tort – ses convictions les plus profondes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 30 Nov 2017 - 18:35

Cette histoire de traité était encore un sujet de discorde, et chacun semblait camper sur ses positions. Par conséquent, l’idée d’un vote à main levée fut évoquée, et la jeune blonde avait le sentiment que cela allait enfin permettre d’avoir une position tranchée sur la question pour le clan entier. Même si ce n’était pas son choix qui était retenu, elle soutiendrait son clan pour garder cet esprit de groupe qu’ils ne devaient absolument pas perdre pour rester puissants.

Enfin, le second sujet était celui de la traque, et cette fois elle avait un soutien. Il était presque évident qu’avoir du soutien dans ce genre de situation serait un avantage certain, pour la réussit de l’opération autant que pour l’image renvoyée du clan au niveau de Kiri. Elle en était persuadée. Et puis elle était heureuse que sa parole ne soit pas complètement tombée dans l’oreille d’un sourd. Après tout, il était possible que son âge, son sexe ou encore son apparence lui porte préjudice dans ce genre de situation, mais visiblement ses seules qualités d’oratrices avaient suffit à lui donner une portée suffisante.

Alors qu’elle réfléchissait à tout ça, le vote fut lancé. Ceux qui ne souhaitaient pas signer le traité et faire leur tête de mule devaient lever la main. Autant dire que Kaya resta stoïque et observait de son regard bleu si particulier les individus votant l’inverse. Ce jeune qu’elle avait rencontré quelques temps avant, Shinichi si ses souvenirs étaient bons, avait lui levé la main de façon déterminée. Décidément, il ne manquait pas de caractère. Mais cette fois, son avis ne sera pas celui majoritaire, car il fut retenu grâce au vote de finalement signer ce traité de paix avec les autres clans. C’est avec un petit sourire en coin qu’elle reçu le résultat de leur vote, car c’est exactement ce qu’elle souhaitait, et elle l’avait fait savoir dans ses discours. Quant à la traque, c’était décidé, elle aura aussi lieu. Cependant, ceux qui allaient chasser les déserteurs n’étaient pas encore connus, et elle savait qu’elle ne serait pas concernée par cela, car sa réputation n’était pas encore faite que ce soit au niveau du clan ou du village.

« Bien, maintenant que nous avons décidé de signer le traité et de lancer la traque, je pense que cette réunion est terminée, non ? Je doute que le choix de ceux qui partiront à leur poursuite soit décidé ici, étant donné que l’on va coopérer avec les forces de Kiri... »

Dit-elle, afin d’essayer de ne pas s’éterniser dans cette pièce plus longtemps et d’entamer des débats stériles, chose qui n’était pas rare dans ce genre de réunion.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Réunion [Noah | Kaya]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: