Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Qu'es-ce que tu me veux ? [Pv Itagami]


Dim 29 Oct 2017 - 12:59
Tranquille...

Ton corps perlait de sueur, tandis que tu répétais le même exercice indéfiniment. Ton poing rouge d'effort, martelait inlassablement le même mur, déjà déformé par les dizaines de millier de coup que tu lui avais déjà infligé durant une longue période de ta vie. Ce mur était en réalité une paroi rocheuse, aucun risque qu'il ne s'effondre bien qu'avec le temps, tu avais fini par creusé la roche elle même, façonnant alors un renfoncement qui n'était pas là à la base.

Ceci était ton petit coin tranquille, loin de l'activité grouillante des autres, loin du bruit et de la foule. Tu avais l'habitude de faire cet exercice draconien, et celui-ci avec le temps n'était devenu qu'une prérogative, un échauffement pour ce qui suivait. Une sorte de cérémonie que tu répétais seulement pour toi même, afin de garder un rythme à toute épreuve. Même en mission, il t'arrivait dans les moments les plus calme de t'isoler et de répéter le même entrainement encore et encore.

La roche pouvait être dure et acérée, mais si tu arrivais à la broyer, alors tu n'allais avoir aucun mal à le faire avec tes adversaires. Cela s'était avéré sous plusieurs formes et dans différent moment. De toute manière, tu n'avais d'autre choix que de t’entraîner seule, tu répugnais toute expérience apportée par un quelconque sensei et aucun partenaire n'avait la folie de s'approcher de trop près de ta présence pour échanger quelques coups. Tu frappais pour blesser voir tuer de manière générale, tu ne savais pas faire de compromis dans ton sérieux.

Après de longues heures à répéter le même mouvement, tu venais boire dans la gourde que tu avais soigneusement prévu. Tu connaissais cette routine par cœur, il n'y avait plus aucune inconnue quant à la mise en place de celle-ci. Maintenant tu allais changer de bras, le forger de la même manière que l'autre.

Encore une longue heure et tu fus interrompu par un bruit extérieur. Il n'avait rien à voir avec le son de la roche agonisante. Celui-ci était plus humain, plus... parasitaire. Te retournant, tu voyais une blonde qui n'avait rien à faire ici. Plissant les yeux, tu l'avais rapidement reconnu, c'était une des nombreuses conquêtes de ton frère, une Metaru éventuellement.

Penchant la tête sur le coté, tu la regardais avec un air agressif, qu'est-ce qu'elle venait faire ici ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Ven 3 Nov 2017 - 0:20
Distraite… oui s’était le mot juste, distraite, depuis le discourt de Shuuhei à la réunion entre membres du clan, mon esprit n’avait eu de cesse de vagabonder. Cette relation s’achevait, enfin. Non je ne la voyais pas comme un fardeau, plus comme une obligation morale envers Kuu chan ; Kuu qui depuis l’évènement boudait dans son coin et elle était plus que compréhensible ; son père n’avait même pas daigné imaginer que sa mère soit restée célibataire depuis leur précédente séparation… comment pouvait-elle le voir autrement que comme un individu insultant celle qui l’avait mise au monde et élevée presque toute seule ?
Levée beaucoup plus tôt que la normale, mon entraînement s’en était vu proportionnellement prolongé. J’avais doublé la majorité des exercices, tentant de noyer ce drôle de malaise dans l’effort et le travail. Par moment ça marchait, lorsque l’exercice devenait difficilement vivable et que j’en venais à utiliser tout mon être pour pouvoir achever mes différentes séries, c’était avec un sentiment d’accomplissement que je me redressais ; mais quelques minutes plus tard reprenaient de plus belle le malaise…

À force de méditer la question, j’avais fini par comprendre mon problème ; il ne s’agissait point d’éventuel sentiment affectueux… plus du syndrome que je dénommerais comme étant celui de l’oiseau en cage. À force d’enfermer cette pauvre créature, le jour où s’ouvre enfin sa cage, le jour où cette petite bête retrouve enfin sa liberté, la captivité s’est déjà imposée comme étant son seul réel mode de vie… le volatile ne sait donc que faire de ce cadeau lui apparaissant maintenant comme empoisonné.
Assise sur un banc devant la boulangerie, un paquet de croissant à mes côtés alors que je venais d’achever ma double, voire triple séance de jogging, j’observais les montagnes au loin le soleil se lever avec cette même question en tête : et maintenant ? Quoi ? Devais-je me mettre à chercher quelqu’un d’autre ? Non… j’avais vécu plus de sept ans seule, il n’y avait aucune raison que cela change maintenant… En réalité qu’est-ce qui avait vraiment changé ? Je jouissais juste d’une liberté que j’avais déjà, mais me refusait à saisir… Je passai encore un certain temps sur ce banc avant de rejoindre le domaine où je me cloitrai dans mon travail… fin travail s’était un bien grand mot, la commande du samouraï achevée depuis quelques jours déjà, j’étais livrée à moi-même sur des conceptions libres, conceptions que je finis par orienter sur le futur de ma carrière en tant que Shinobi. Si je voulais pouvoir les utiliser de tout mon saoul en combat, il me fallait pouvoir les créer à toute vitesse…

Vous vous en doutez, je suppose, cela ne m’aura finalement pas occupé bien longtemps. Il me fallait quelque chose de plus vivant, ou peut-être plus dangereux, quelque chose qui me mettrait en alerte constante, ou même en situation de vie ou de mort… * En situation de vie ou de mort... * Pour ce cas bien précis, il y avait bien quelque chose, ou plutôt quelqu’un qui n’irait certainement pas de main morte avec moi, une personne qui n’hésiterait pas à essayer de me décrocher la mâchoire tant ses « sentiments » si tant ils étaient que l’on pouvait dénommer cela ainsi… à mon égard qu’à celui de la majorité des êtres humains étaient suffisamment hostiles pour qu’elle n’essaie point de retenir ses coups. Ceci dit… ce serait une situation de quitte ou double…
Fronçant le regard, je jetai un coup d’œil à l’heure avant d’entrer en cuisine, la connaissant elle devrait certainement être dans cet endroit où je l’avais perçue un jour en cour de jogging et justement parce qu’il était question de Reiko, il était plus que probable qu’elle me balance ce repas au visage ; mais il était la question de bonne manière, hors de question que je me présente les mains vides, qui plus était cela me faisait une pseudo excuse d’être à ses côtés.

Bien vite je traversai la ville, une zone de végétation et plusieurs formations rocheuses avant d’enfin apercevoir la silhouette fine et athlétique de la Metaru qui à l’instar de son frère s’inscrivait dans les membres du clan les plus forts du village. Comme à son habitude elle s’exerçait encore sur des parois rocheuses, seule véritable cible d’intérêt qu’elle ait trouvé pour soutenir son rythme. Les mannequins de métal n’étaient probablement plus assez solides pour la supporter ; seule dame nature elle-même parvenait à subvenir à ses besoins…
Je l’observai un temps à distance, y avait pas à dire, la répétition de certaines actions était le meilleur exercice qui soit, développer une mémoire et une endurance musculaire pour enfin profiter du plein potentiel de son corps. Nous faisions des exercices similaires, mais elle était clairement à un autre niveau ; la Metaru bougeait plus vite, ses enchainements étaient plus fluides et la puissance qu’elle mettait dans chacun de ses coups était non pas bien dosée, mais bien supérieure à celle que je m’autorisais d’utiliser de peur de me casser quelque chose… * Aller toujours à fond pour combattre sans freins lorsque ce sera nécessaire…. * pensai-je en l’observant ; définitivement il me restait beaucoup à apprendre…
Me décidant enfin, je la rejoignis sans plus essayer de me cacher ou quoi que ce soit d’autre ; la jeune blonde se retourna presque immédiatement ; entrainement ou pas ses sens étaient tous aux aguets…

- Bonjour Reiko ! Saluai-je avec détermination celle qui m’observait comme une blatte sortie des égouts. J’approchai jusqu’à un certain point, une certaine « distance de sécurité », non pas pour éviter une de ses attaques, mais plus pour éviter que son degré d’irritation ne grimpe. Je vais aller droit au but vu que tu n’aimes pas les longues conversations… je cherche à endurcir mon entraînement et me confronter à une personne qui frappera sans aucune retenue, vu que je suis sûre que tu serais ravie de me refaire le portrait, je te le propose… échangerais-tu quelques coups avec moi ? Fis-je avant de lui tendre panier-repas d’où émanait une odeur loin d’être désagréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Dim 5 Nov 2017 - 18:05
Perplexe...

Tu la fixais, prête à bondir sur elle d'une manière assassine et de lui faire comprendre ce qui advenait lorsqu'on s'approchait trop près de ton territoire. Mais tu lui laissais néanmoins le bénéfice du doute, après tout, ce n'était pas non plus la peine de t'épuiser vainement à la chasser si celle-ci allait repartir aussi vite qu'elle était venue. Mais non, apparemment, elle voulait s’entraîner avec toi. Vraiment ? Était-elle débile ou totalement folle ? Certainement les deux en réalité, pourquoi voulait-elle se frotter à toi ? Ta réputation te précédait pourtant et le monde te fuyait aussi bien que tu fuyais le monde.

Tu soupirais, elle te tendait un panier repas comme si vous partagiez une quelconque relation d'amitié. Tu n'avais pas d'amis et tu n'en voulais pas. Et cette tarée n'allait certainement pas le devenir. D'ailleurs tu toisais la nourriture avec une grande arrogance, tentait-elle de t'empoisonner. Mauvais stratagème dans ce cas, puisque tu aurais eu tôt fait de lui refaire le portrait avant de t'effondrer d'un quelconque poison.

- Si je te frappe, tu vas t'effondrer.

Tu ne voyais pas vraiment d'objection à ça en réalité. C'était son corps après tout, si elle te donnait l'autorisation de la briser, cela n'en tenait qu'à elle. Mais tu étais certaine que le mur faisait une cible plus prompt à te faire progresser qu'elle. Elle était si fragile cette blonde, son corps était aux antipodes du tiens. Tu soupirais tandis que tu venais prendre le panier repas. Comme tu l'avais dis, elle serait morte avant que tu ne meurs d'une quelconque intoxication alimentaire.

Et au vu de la pose forcée qu'elle te faisait faire, remplir ton estomac ne pouvait pas être aussi horrible que cela. Elle était douée pour faire la cuisine apparemment lorsque tu venais mordre la première bouchée. Mais elle n'avait que ça pour elle en réalité, sans l'ombre d'un doute elle n'avait même pas l'étoffe d'un ninja. Tu la méprisais de toute ta puissance comme tu pouvais mépriser l'humanité entière. Finalement, tu reposais le panier repas en ayant mangé qu'une maigre portion.

- Met toi en position de défense. T'as dix secondes.


Tu lui laissais un certain temps pour se préparer. Mais dix secondes , c'était dix secondes pour toi. Et à la fin du décompte, ton pied était déjà parti pour percuter sa tête dans un mouvement retourné meurtrier. Si elle voulait progresser, elle avait intérêt à mieux savoir se défendre que ça. La regardant tandis qu'elle avait été projeté au sol, tu allais lui faire assumer ses propos.

- Relève toi. On commence seulement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Dim 12 Nov 2017 - 13:02
Décidément, il n’y avait pas à dire, cette Metaru était tout ce qu’il y avait de plus asociale au monde. Son vissage n’avait cessé de se renfrogner au fur et à mesure que j’avançais vers elle et maintenant elle observait ce panier-repas avec une telle expression que j’en vins à me demander s’il n’allait pas prendre feu entre mes mains. Elle doutait de moi ? Quelque part c’était normal, au vu de son comportement avec les gens, j’avais toujours évité de chercher à savoir ce qui l’avait rendue ainsi, mais je savais que c’était le genre de question qui resterait probablement à jamais sans réponse… hormis cas de force majeur éventuellement.
Pour toute réponse, j’eus finalement un avertissement, il fallait déjà voir le bon côté des choses, j’avais eu une réponse ! Pas des plus agréables certes, mais pas si agressive que cela finalement. Comme résignée, Reiko vint se saisir de ce que je lui avais cuisiné, ne connaissant que trop peu ses gouts j’avais fait un peu de tout, un petit sourire se dessina d’ailleurs sur mon visage une fois que je la vis en manger ne serait-ce qu’une partie.

* Elle n’est peut-être pas aussi acariâtre que ça après tout…* Me surpris-je à penser tandis qu’elle reposait le panier un peu plus loin avant de me revenir.

Me mettre en position défensive… ! C’était sa manière à elle de dire oui ?! Aussi soulagée qu’heureuse d’avoir réussi à interagir avec elle sans trop de soucis, je restai un peu dans le flou avant de finalement prendre la pose qui me vint naturellement après mes propres entrainements. Levant un peu ma garde, j’attendis que rentre en action celle qui était probablement la femme la plus forte du village…
Un coup de pied ! Mon corps réagit instantanément, sans perdre une seconde je levai ma garde et la fortifiai avec mon bras pour du coude pouvoir encaisser cette frappe. Le choc fut violent et me repoussa sur au moins un mètre, mas ! J’avais tenu le coup et l’observait d’un air triomphant l’air de dire, « quoi c’est tout ? »… Si seulement…

Je vis son corps bouger, vis sa jambe se lever et était en train de monter ma garde lorsque je le vis… le sol. Vous connaissez cette expression ? Celle qui dit que « tous les plans se passent toujours sans accros… dans notre tête. » Et bien elle n’avait jamais été aussi vraie. Encore heureux, je ne m’étais pas écrasée au sol, mon instinct de survie comme la peur primaire de la chute avait suent me permettre d’au moins plier le coude pour qu’il fasse support alors que l’autre main me soutenait. J’avais la vision troublée, le corps entier semblait être pris de légers tremblements alors qu’une assourdissante cloche résonnait dans ma caboche…
Quoi… elle avait eu le temps de lever la jambe suffisamment haut pour me frapper à pareil endroit sans même que je ne puisse réagir ? Tachant de me reprendre je me redressai lentement, les yeux toujours rivés au sol alors que je découvrais la différence de niveau qui nous séparait. Mon entrainement n’était pas mauvais… non ce n’était fort probablement pas ça, je ne l’avais pas assez corsé au fil des années et maintenant j’en découvrais les lacunes…

Une fois sur mes pieds, vacillant légèrement, je me retournai pour de nouveau faire face à Reiko. J’aurais voulu la remercier, voulu lui faire comprendre qu’elle m’avait probablement sauvé la vie en me faisant comprendre la significative différence qui nous séparait, mais ceci n’aurait été que fioriture. J’aurais probablement même perdu mon droit d’être présente ici…
Les discours attendraient, pour le moment seul comptais cet entrainement accéléré. J’inclinai légèrement la tête, tachant de lui faire passer un tant soit peu mes ressentis et repris une nouvelle pose, les genoux légèrement pliés je fronçai quelque peu le regard en prenant bien plus au sérieux la Metaru qui me faisait face. Finalement mon ressenti avait été le bon, il avait suffi d’un et un seul coup pour que me sortent de la tête ces pensées qui la polluaient…

- Onegaishimas …*

Lexique:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Jeu 16 Nov 2017 - 8:25
Perplexe...

Tu avais été autoritaire et intransigeante, comme à ton habitude. Tu avais voulu lui montré la différence entre elle et toi en pensant bien entendu que cela aurait été suffisant pour calmer ses ardeurs éphémères. Étonnamment, tu t'étais fourvoyée, tu levais les deux sourcils lorsque tu la voyais se relever d'un regard déterminé, prête à en redemander. Tu avais déjà eu vent de ses penchants quelques peu... étranges. Mais tu n'étais pas non plus la plus prompt à respecter les normes. La toisant du regard, tu te permettais d'encore la juger quelques instants. Finalement tu soupirais, si elle voulait s'entrainer avec toi, alors soit... Une cible humaine allait certainement moins pénible qu'un mur déjà déformé par des longues années d'offensives répétées.

- D'accord...


Tu te refusais de l'admettre, mais celle-ci avait monté dans ton estime de quelques crans étrangement. Elle n'avait pas chialé à son premier coup reçu. Elle n'avait pas ressenti de la peur. En réalité, elle avait su montrer un sang froid et un calme digne du tiens l'espace de quelques secondes. Pendant un instant, tu avais eu l'instant de te voir à travers son regard de braise. Inconsciemment, c'était peut être ça qui t'avait poussé à accepter définitivement sa requête. Tu refusais néanmoins de t'improviser Sensei, tu n'étais clairement pas armée pour ce genre de fonction. Elle allait devoir apprendre de toi toute seule, à travers tes coups multiples.

Après quelques heures d'enchainement, celle-ci tenait à peine sur ses pieds. Tu avais baissé naturellement la vitesse et la force de tes coups pour éviter de la malmener trop lourdement. Tu ne savais pas vraiment pourquoi tu avais été si complaisante avec elle... Peut être car tu savais pertinemment que casser tout les os de son corps n'allait clairement pas être viable sur le long terme. A l'image de ce mur, il fallait quelle tienne début des années après.

D'autant que tu devais l'admettre, elle se débrouillait bien. Il ne t'avait fallu que de baisser d'un seul cran la puissance de tes techniques pour que celles-ci deviennent bien plus réactives. Tu la pensais faible, mais ce n'était pas vraiment le cas, c'était simplement toi qui avait été trop brutale sur le coup alors qu'elle n'avait pas été préparé. Néanmoins elle semblait accuser le coup, si toi tu étais en sueur, elle paraissait avoir le souffle court. Mais jusqu'ici , elle n'avait pas encore de nouveau ployé le genou. Sa motivation te laissait de marbre en apparence. Mais inconsciemment tu en prenais compte, même si toi même tu n'étais pas capable de comprendre pourquoi.

Arrêtant tes assauts répétés qui faisaient d'elle davantage un punchingball ball vivant et réactif qu'autre chose. Tu venais alors porter ton regard vers le panier repas encore remplit. Te saissant d'un sandwich tu tendais alors ler este du contenu vers ta partenaire improvisée contre ton grès.

- Tu devrais manger, on va encore continuer pendant pas mal de temps.

Pourquoi tu te préoccupais de son bien être ? Mouais... pas sur que c'était davantage pour elle que pour toi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Sam 18 Nov 2017 - 12:39
Non, ce n’était pas un faussé… mais un véritable monde qui nous séparait. Depuis combien de temps nous entrainions-nous ? Je ne saurais le dire, mon esprit avait arrêté de prendre toute autre chose en compte, depuis que nous avions commencé nos échanges de coups ; ou plutôt depuis que Reiko se servait de moi comme Punchingball.
N’allez rien chercher de négatif en cette expression, ceci ne me dérangeait en rien, bien au contraire, mais même moi savais quand mettre mes pulsions de côtés et me concentrer sur ma survie. Bien sûr je l’avais compris, la Metaru retenait ses coups, baissant petit à petit le niveau au fur et à mesure que s’accumulaient les dégâts sur mes chairs pour me permettre de... suivre, et essayer de me défendre. Certes c’était rageant, certes c’était rabaissant, mais il n’en restait pas moins que c’était le meilleur moyen pour faire face à ce qui m’attendrait hors des frontières des nuages.

À l’époque, lorsque j’avais été promue Genin, je rouspétais à l’idée de restée cloitrée au village, voyant cette promotion comme un passeport vers l’extérieur. Mais, je pouvais aisément le dire maintenant, il était hors de question que je parte à l’aventure en ayant un niveau aussi médiocre…
Un dernier coup me secoua suffisamment fort pour que je vacille quelque peu, sonna le gong de la pause. C’était fini ? Enfin ? Tachant de ne pas montrer ma fatigue, j’affermis la position e mes jambes pour éviter de montrer signe de faiblesse, avant de me redresser, essayant un peu la sueur dégoulinant de mon front.
Reiko s’était quant à elle retournée vers le panier-repas, me laissant reprendre mon souffle avant de me le tendre :

- Tu devrais manger, on va encore continuer pendant pas mal de temps.

Hein… ? Choquée je me figeai un instant, me demandant bien s’il s’agissait de la même personne qui ne tardait jamais vraiment à cracher sa haine du monde à quiconque osait lui adresser la parole. Reiko savait faire preuve d’attention… Un petit sourire sur le visage, je récupérai le panier avec bon cœur : Merci…

Mon regard ne la quitta pas un instant, contente de me faire à l’idée que discuter avec ns poings nous avait au moins permis de partager ce moment, avant de m’assoir et mordre dans le sandwich que j’avais pioché au hasard. Lentement mais surement, mon regard repris tout son sérieux, fixé sur le sol, je me remémorais les quelque passe d’armes que nous venions d’effectuer et tentais surtout de dévorer ma frustration en même temps que le pain et ses garnitures. Préférant éviter d’agacer ma partenaire d’entrainement du moment maintenant, je me concentrai plus sur mes propres problèmes…
J’avais bel et bien développé mon corps, bel et bien effectué mon travail avec le Shadow figthing, mais ce n’étais pas tant que mon corps ou mon esprit étaient mal préparés… non c’étaient mes réflexes et mon temps de réaction qui ne suivait pas la cadence. Ce temps passé à la forge, je commençais à le sentir peser sur ma carrière de Shinobi ; ces années passées à forger, créer des choses et améliorer ma technique, elle, elle les avait passés à s’entrainer et à transformer son pas ses mains, mais tout son corps en une véritable arme ; le résultat était sans appel : mon seul exploit contre elle avait été de pouvoir rester sur mes jambes sans fléchir… M’enfonçant de plus en plus dans mes pensés, tachant d’ignorer les partie endolorie de mon être qui semblaient diffuser leur douleur comme des vaguelettes dans l’eau, je réfléchissais, cherchant un moyen de rattraper mon retard, cherchant un moyen de faire taire ma frustration…

- Il m’en faut plus… bien plus Me murmurai-je en colère contre moi-même. Cette faiblesse était inacceptable.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Sam 18 Nov 2017 - 15:08
Perplexe...

Elle se battait pas vraiment en réalité. Elle tentait vainement d'encaisser les coups malgré l'exercice répété. Tu soupirais. Tu n'étais pas professeur pour un sou, et à ce train là, tu allais préférer taper le mur. Enfin. Il fallait faire face à la vérité, elle était incapable d'évoluer en si peu de temps. Et malgré que tu avais continué à la harceler d'assaut pendant encore de longues heures, il n'y avait que la fatigue qui s'était accumulée chez elle, à défaut d'expérience. Elle semblait avoir de la volonté, mais rien ne suivait. Son esprit n'était certainement pas encore assez fort pour ordonner à son corps de se renforcer.

- On continuera demain. Ramène toi si tu en as l'envie...


En réalité, tu te foutais bien de ce qu'elle décidait de faire. Continuer ou pas, cela n'allait rien changer pour toi. Toi tu possédais une mentalité assez forte pour t'exercer de la sorte chaque jour de ta vie. Et tu n'avais besoin de personne pour t'aider. Si elle se ramenait, tant mieux pour elle, sans quoi, tu continuerais à taper ce mur qui lui répondait toujours présent même face à tes sautes d'humeur.

Au final, cet entrainement particulier continua pendant une semaine. Celle-ci s'était ramenée à chaque jour, toujours à l'heure, toujours prête à en redemander. Tu avais arqué un sourcil à chaque fois. Tu avais fait en sorte de monter crescendo la douleur qu'elle allait ressentir, mettre son esprit et son corps à rude épreuve, mais malgré cela, elle avait daigné montrer sa présence. Elle devait être sacrément en peine pour se défouler de la sorte. Ou aimer ça... La dernière supposition n'était franchement pas à écarter. Tu avais eu vent de rumeur assez malsaine sur elle, et cela semblait être justifiées.

- Je sais pas si t'as appris grand chose de cette semaine... Enfin je m'en fiche en vrai, c'est ton problème. On va changer les rôles, attaque moi.


Inconsciemment tu le savais, à force de meurtrir sa chair, tu allais finir par la blesser gravement. Ton entrainement était rude puisque tu ne savais pas comment enseigner et que tu n'en avais clairement pas l'envie. Tu avais néanmoins un semblant de bon sens. Cette fois-ci, elle allait devoir se dérouiller et essayer de te toucher au moins une fois. Chose qui n'était clairement pas gagnée en réalité. Le but était simplement de t’entraîner toi de ton coté et au mieux l’entraîner elle derrière.

- Tu peux tout utiliser... Bien que je pense pas que tu sois capable de quoi que ce soit en réalité...


Tes mots étaient crus, comme à ton habitude. Le fait que tu la voyais tout les jours depuis une semaine n'avait rien changé chez toi et ta manière de te comporter. Disons que tu la tolérais un peu plus par rapport aux autres. C'était déjà beaucoup à vrai dire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Lun 20 Nov 2017 - 17:14
Toute la journée durant se poursuivis l’entrainement, lentement mais surement les dégâts s’accumulèrent, me meurtrirent, me poussèrent vers le sol sans jamais que je ne l‘embrasse de nouveau. J’avais beau essayer, beau tenter, beau chercher à me frayer dans les bribes d’ouvertures que je percevais… mais même si je me savais avoir le potentiel de faire mieux, pour une raison ou une autre j’avais un mal fou à faire comprendre à mes chairs ce que je désirais au moment voulu.
Nous poursuivîmes ainsi jusqu’à assez tard dans la nuit, chose qui d’ailleurs me fit comprendre une chose concernant cette femme, jusqu’à quel point débordait-elle d’énergie pour être aussi endurante ? C’est finalement Reiko qui mit fin à cet entraînement qui petit à petit s’était transformé en un véritable supplice ; fidèle à elle-même, le message avec lequel elle me renvoyait chez moi était au moins aussi véhément que d’habitude, mais il fallait voir le bon côté des choses ; la jeune Metaru me permettait de revenir le lendemain.

En cette première soirée j’étais rentrée courbature, quelque bleu ci et là, mais nageait encore dans le flou concernant mon manque de réactivité. Ce n’était pas tant que quelque chose me bloquait, ce n’était pas non plus dû à un manque de préparation physique de ma part ; non… il me manquait quelque chose, un simple détail sur lequel j’avais un mal fou à mettre le doigt.
Le lendemain, inutile de vous spécifier que j’étais encore dans ses pattes à la même heure avec un nouveau panier-repas. Comme la veille, la jeune femme me laissa empiéter sur son espace de confort et comme la veille, se poursuivit l’entrainement jusqu’à assez tard dans la nuit…

Les jours s’écoulèrent tandis que je persévérais, tachant de comprendre de pourquoi du comment, tachant de m’améliorer et d’apprendre d’une Kunoishi plusieurs niveaux au-dessus… peut être devais-je me rendre à l’évidence, peut-être était-ce la différence de niveau qui était si élevée que je n’arrivais pas à tirer quoique ce soit de nos séances… Au quatrième jour, fronçant le regard sur cette éventualité j’étais même sur le point de baisser les bras, mais sentir Kuu chan s’agripper à moi alors que je la bordais me rappela le pourquoi j’endurais ceci, si je voulais la préserver du danger, il me fallait être mieux préparée que ça.
Ainsi nous poursuivirent jusqu’au septième jour… Je n’étais pas sans avoir remarqué que la jônin frappait de plus en plus fort au fur et à mesure que passait le temps, elle montait le niveau ; peut-être voulait-elle me pousser à abandonner, peut être voulait-elle me pousser à reconnaitre que je n’étais pas au niveau pour l’affronter… n’eût été le fait de voir mon petit ange en rentrant chaque soir, j’aurais probablement abdiquée. D’une part on pouvait donc dire que je trichais, mais c’était pour le mieux…
.
Hormis ça au court de cette semaine, j’étais quand même contente d’en avoir un peu plus appris sur Reiko, bien sûr elle était toujours silencieuse, réservée, ne se dévoilant jamais vraiment et mettant surtout l’accent sur le fait d’essayer de me dissuader de poursuivre… mais pour avoir déjà eu un enseignant je savais que consciemment ou non, elle agissait pour le mieux. Elle avait meilleur fond qu’elle ne le laissait paraitre. J’en avais appris un peu plus sur ses gouts aussi, chaque panier-repas me revenait avec certain élément inachevé, d’autres n’avaient même pas été touchés ; fonction de ce sur quoi la jeune blonde jetait son dévolu j’avais changé les compositions pour au moins lui permettre de mieux contenter son estomac.

-… On va changer les rôles, attaque-moi.

- Hein… ? Avais-je répondu comme une idiote en entendant la proposition de Reiko, cela me semblait faire si longtemps que nous suivions le même pattern que j’avais finis par me faire à l’idée que celui-ci ne changerait jamais, ou alors ne muterais que lorsque je serais apte à correctement me défendre contre la plus forte Kunoishi du village. Je ne savais moi-même pas trop si j’avais appris quoi que ce soit durant cette courte période, mais elle avait raison ; c’était la meilleure manière de le vérifier.

- Hihi… finalement tu es un bien meilleur professeur que tu ne le penses Reiko… Finis-je par lui lâcher en prenant ma place. Finalement, j’aime bien ce côté taciturne de ta personne… il nous révèle toute ta franchise... et à cette franchise on peut accorder notre confiance...

*... Bien, tout utiliser hein… * pensai-je après lui avoir avoué le fond de ma pensée, le regard quelque instant dans le flou avant que ne me vienne naturellement la technique que j’avais créée pour être la base de mon cursus en tant que Shinobi. Ribingu Tanzo… Murmurai-je après une courte série de mudras.
Parurent dans mon dos une quinzaine de bandelettes de métal qui, suivant les instructions que je leur faisais parvenir via mon chakra s’enroulèrent autour de ms bras en partie mon buste et mes jambes. Au premier mouvement en avant que je fis, je m’en rendis compte ; c’était ce qui me manquait ! La plupart des questions que je me posais trouvèrent immédiatement leur réponse, par exemple pourquoi je sentais une consommation de chakra inopinée pendant ces séances, ou pourquoi j’avais tant de mal à reconnaitre ma propre enveloppe charnelle ? S’était simple, tout ce temps j’avais essayé de me battre sans l’armure avec laquelle j’avais performé mon style de combat… l’utiliser en était presque devenue une seconde nature, mais à vouloir suivre Reiko j’avais oublié que mon taijutsu n’était pas pur comme le sien, mais que c’était la combinaison de mon savoir faire en tant que forgeronne et en tant que martialiste…

- … Ikimas ! la mis-je en garde alors que je commençais l’exercice.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Mar 21 Nov 2017 - 18:32
Irritée...

Celle-ci alors... Elle n'en manquait pas une pour te donner une excuse afin de la frapper plus fort. Une vraie masochiste comme on pouvait en trouver que rarement dans ce monde. Tu restais néanmoins perplexe face à ce qu'elle semblait avoir comme idée. Apparemment, changer les rôles l'avait remotivé. C'était une étrange personne, dont tu ne comprenais clairement pas l'agencement de ses rouages. De toute manière, elle était dérangée, c'était un fait. Sinon elle ne serait pas à tes cotés en cet instant.

Bien entendu, tu avais occulté ses autres mots de ton esprit. Tu détestais recevoir des pseudos compliments futiles et inutiles. Elle te prenait pour qui sérieusement ? Son amie ? Vous en étiez clairement pas à ce stade. La voyant alors composer quelques mudras, celle-ci s'armait alors de plusieurs bande de métal qu'elle s'entourait autour de ses bras. Tu arquais un sourcil, elle voulait user de ce genre de chose directe ? Soit... Après tout, si c'était sa manière à elle d'attaquer, tu ne pouvais pas vraiment l'en empêcher.

Celle-ci débuta alors, en prenant la peine de t'annoncer sa charge. Vraiment ? Mais qui faisait ça en plein combat ? C'était débile, inutile et dangereux pour elle. Et tu prenais ça clairement comme un manque de respect. Comme si tu avais besoin qu'on te prévienne. Pendant quelques dizaines de minutes du coup, l'échange consistait à esquiver ses attaques. Tu avais beau être résistante, tu n'allais pas te prendre ses coups par plaisir de te les prendre. A la différence d'elle, tu ne cherchais clairement pas à avoir mal.

La différence était de nouveau flagrante, ton corps était plus souple, plus réactive, plus expérimenté. Il ne te fallait que d'un jeu de jambe suffisamment dynamique pour anticiper ses attaques et esquiver en conséquence. Pour l'instant tu ne répliquais pas, tu faisais simplement la démonstration de comment elle aurait du faire jusqu'ici pour esquiver tes coups. C'était la première fois que tu pouvais t’entraîner de la sorte. Sans partenaire, il t'était bien difficile de t'imaginer les attaques d'un ennemi avec toutes les variables que la condition réelle imposait.

- T'es lente, tu réfléchis trop.


Certes, elle semblait plus efficace que durant le moment où tu l'avais tabassé sans vergogne encore et encore. Certes elle semblait plus à l'aise... Mais tout ceci n'était pas encore assez. Elle n'usait d'autant plus de ses jambes et se contentai de ses bras renforçaient pour tenter de t'avoir. Bien entendu, cette stratégie pouvait s'avérer payante face à un adversaire du même niveau, mais pas contre toi.

- Utilise tout ton corps. Laisse ton corps parler plus que ton esprit dérangé.


Tu soupirais. C'était pas avec ce genre d'attaque que tu allais repousser tes limites. Enfin, il te restait un peu d'espoir que cet insecte sorte des sentiers battus et décide enfin de révéler une once de potentielle.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mer 22 Nov 2017 - 20:14
D’une part comme d’une autre, d’un point de vu comme d’un autre et même d’une position comme d’une autre il me semblait de plus en plus flagrant que l’auteur de ce dicton avait plus que raison : l’on ne peut courir après deux lièvres en même temps. C’était d’autant plus vrai dans mon cas qui avait passé tant de temps à améliorer mon travail et le perfectionner en tant que forgeronne et qui maintenant ‘intéressait a un tout autre art. Du combat ? Oui j’en avais déjà fait, de la bagarre de « rue » ? Oui ça ressemblait probablement mieux, mais quand bien même il y avait toujours cet écart, ce fossé qui nous séparait. De forgeronne professionnelle à Shinobi, bon sang a quoi pensais-je… ?

Marquant une pause dans mon offensive je baissai les bras et les portai à mes reins, tachant de comprendre ce qui présentement n’allait pas. Ou plutôt ce qu’il me manquait, Reiko avait probablement choisit cette méthode pour me montrer ce que je faisais mal en étant dans ce rôle, effectivement, il y avait un détail un simple détail qui marquait une différence sans nom : * Elle a épuré son style des mouvements inutiles…*
Reiko bougeait peu, très peu pour esquiver mes attaques, les seuls moments où un éventuel mouvement superflu entachait son set de mouvements, paraissaient lorsque je tentais et réalisaient de belles feintes ; seulement, le reste du temps l’atteindre semblait aussi réalisable que de tenir la lune dans le creux de sa main.

La fluidité et la maitrise de mon corps, c’était probablement l’une des choses qui me faisait actuellement défaut, ces faibles mouvements demandaient peu d’énergie et cette énergie, ce temps qu’elle gagnait a se remettre bien plus rapidement en position aurait pu être utilisé dans des contres. J’avais moi-même arrêté de compter les fois où un coup aurait pu m’être fatal, après une semaine entière j’avais finis par bien enregistré son shadow, mais en l’état actuel des choses, j’étais soit trop lente, soit trop peu réactive, soit brouillonne dans ma manière de me tirer de telle ou telle situation.

- Sers toi de tout ton corps… c’est ce que je fais depuis le dé… Me plaignais-je avant de la constater, la quasi triple couche de bandelette qui s’était formée autour de mes bras. Hein… J’avais passé tant de temps à essayer de l’atteindre avec es coup de poing, que j’en avais oublié mes jambes… naturellement, la technique s’était pliée a mes désir et avait dénaturée sa propre nature pour répondre à mes attentes…

Fermant les yeux avec une pointe d’ironie sur le visage, je me devais de l’admette, tout ceci m’avait troublé et ce a bien d’un égard ; … c’était probablement le temps passé à m’entêter dans du pur taijutsu pour la battre sur son domaine qui m’avait ainsi fourvoyée ? Ou plutôt parce que je m’étais tant entêter à essayer de ne pas utiliser mon chakra les jours précédents, que j’en avais oublié le fonctionnement…
Poussant un soupir, je me remis en position, les bandelettes en surplus avaient quittés mes poings et mes bras pour stabiliser aussi bien mon dos que fortifier mes jambes. Sautillant quelque peu pour m’assurer du bon calibrage du bordel je posai enfin le regard sur Reiko. * Bien… et si nous y allions sérieusement pour une fois *

Réduisant assez rapidement la distance entre nous, j’enchainai directement avec le coup qui suivait cette combinaison en visant l’abdomen. Avant d’essayer de faire pleuvoir sur mon adversaire du moment, une pluie de coup de poing que je tentai d’achever d’un coup de pied, pour de nous mettre de la distance entre nous… Mais vous le connaissiez déjà le dicton non ? Tous les plans ne fonctionnent sans accrocs … que dans la tête.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Sam 25 Nov 2017 - 0:05
Perplexe...

Tu la fixais. Mais que foutait-elle ? Elle semblait tantôt surprise, tantôt dubitative, tantôt convaincue... Elle ne savait pas vraiment se battre pour changer de style en permanence comme cela. Voilà qu'après ton conseil, celle-ci venait revêtir un surplus de bandelette de ses bras vers ses jambes. Ne s'en était pas rendue compte initialement qu'elle allait à l'encontre de son style naturel de combat ? Relevant les yeux au ciel, tu te remettais en position de combat tandis qu'elle semblait s’apprêter à s'y mettre sérieusement. Tu détestais qu'on la joue à la retenue avec toi et tu allais lui faire savoir.

Tandis que tu avais pu prendre tout le temps pour reprendre une position solide et une garde haute, tu n'allais plus esquiver désormais. Tu n'en avais plus l'envie et la volonté, ses coups n'étaient de toute manière pas assez puissant pour représenter une quelconque menace. Cette fois-ci tu allais te contenter de prouver ta supériorité technique plus que physique.

Chargeant vers toi, tu avais l'avantage de ne pas devoir bouger sur le moment. Qu'importe l'élan ou la vitesse prise, ta garde était déjà en place. Parant le premier coup qu'elle asséna tu avais dévier totalement sa première tentative de t'atteindre. Même si elle avait profité de l'inertie de sa charge pour renforcer son attaque, cela avait rajouté des imprécisions et un manque de tension globale sur son membre que tu avais pu facilement détourner.

Par la suite, elle semblait vouloir continuer à t'administrer divers coups. Ne bougeant pas une seule seconde tes pieds, tu te contentas alors de les dévier à l'aide de tout ton corps. Cette démonstration était aussi une véritable prouesse de force et de technique. Même lent et très peu agile, il était possible pour un combattant de rester inébranlable face aux assauts ennemis. Bien entendu, elle tenta de te feindre, mais lorsque tu n'avais qu'à parer sans bouger de ta position, l'impact d'une feinte était clairement moindre. Surtout que tu possédais déjà dans ton arsenal des techniques similaires à celle-ci voir plus poussée.

Au final, tu emmagasinais quelques dégâts passifs, notamment dû à ses bandelettes qui rendaient ses coups plus dense. Mais tu avais l'habitude de prendre davantage sur toi et d'engager ton pronostic vital à chaque combat. Ta résistance n'était plus à prouver et elle pouvait aisément dépasser celle de ton frère le Raikage. Tu étais une femme de corps à corps, venir te prendre sur ce terrain c'était s'engager à un long périple.

Après quelques dizaines de minute l'écart était phénoménale. Elle n'avait fait que mener l'attaque et on pouvait seulement apercevoir quelques égratignures par-ci par là sur ton corps solide. Quant à elle, elle semblait essoufflée. Elle avait dépenser son chakra sans compter et n'avait eu de cesse de bouger pour tenter de te tromper. Même si votre endurance était égale dans un cadre d'exemple, elle se serait inévitablement épuisée plus rapidement que toi qui n'avait pas bouger d'un seul pouce de ta position.

- Tu devrais prendre une pause. On reprendra ensuite.

Tu n'avais aucun intérêt à continuer l'exercice avec un ennemi encore plus faible qu'avant. Tu détestais après tout, perdre ton temps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Sam 25 Nov 2017 - 17:24
Vous savez ce que l’on dit ? Toute action mène à une réaction directe ou indirecte du sujet concerné, mais dans ce cas que se passait-il lorsqu’une action était littéralement lancée dans le vent ? C’était ce que je ressentais à force d’essayer d’attendre une feuille d’herbe bougeant au gré du vent et des remous d’air que je créais autour d’elle.
Pas un seul clean hit, pas un seul succès, pas une seule réussite, les seuls « dégâts » que j’avais réussi à causer à la jonin se résumaient à des égratignures diverses çà et là. Ses mouvements étaient finalement restés clean, ses esquives précises, et ses possibilités de contre n’avaient cessé de croitre au fur et à mesure que progressait cet entraînement. C’est finalement elle-même qui à force de me voir me dépenser en efforts inutiles se décida à mettre une fin à mon calvaire.

Ce que je disais plus haut ? Hum, c’était bien simple ; lorsqu’une action brassait de l’air, l’énergie déployée n’était ni amortie ni renvoyée en frappant un solide ; auquel cas, elle était purement et simplement perdue, chose qui m’avait littéralement exténuée. Vidée, je reprenais mon souffle, assise en tailleur sur le sol, fouillant un peu à la recherche de ce qui n’allait ; quand bien même avais-je pas mal de choses en tête, l’apprentissage de ma nouvelle branche et tout… je n’en restais pas moins dépassée par cet écart simplement trop flagrant.
Je savais débuter dans ce monde, je savais à peine être en train de m’épanouir sur la voie de la Kunoichi, mais malgré ce que je faisais déjà, c’était loin d’être suffisant pour la rattraper, ou plutôt ne serait-ce que se mesurer à elle pour le moment.

- reprendre plus tard… Répétai-je en levant le regard vers la montagne, constatant que le soleil se commençait déjà à se cacher derrière celle-ci.

J’observai un peu ce spectacle que nous offrait la nature, pensant à comment je devais réorganiser mon emploi du temps si je voulais poursuivre avec ces séances avant de finalement pousser un soupir : Non, ce ne sera pas possible, j’avais prévu d’arrêter plutôt aujourd’hui, mes commandes sont certainement arrivées à la libraire… Fis-je en me redressant tant bien que mal pour me préparer à partir.

Récupérer les documents et commencer à les potasser pour au moins me faire une petite idée de ce qu’était le Fuuin, nombre de personnes m’avaient dit que ça allait être particulièrement chronophage et fastidieux, mais cette branche n’en restait pas moins la plus apte à répondre à moult de ms attentes.
Levant la main pour constater que celle-ci était prise de tremblée, la décision qui restait à prendre était toute désignée. Il va probablement falloir que j’arrête les frais… je te fais plus perdre du temps qu’autre chose finalement… lâchai-je dans un soupir, non pas exaspéré, non pas colérique, mais simplement exténué.

À force de pousser sur mes chairs toute cette semaine durant, je devais bien m’attendre à ce qu’à un moment elles me le fassent payer. Entre mes propres entraînements et le fait de venir continuer ici avec Reiko jusqu’à pas d’heure, j’avais probablement accumulé assez de fatigue musculaire pour augmenter les risques de déchirure. Je vais prendre quelques jours de repos et en profiter pour me lancer sur une nouvelle voie du Ninjutsu, je te laisserais donc repartir à tes entraînements quotidiens… L’informai-je avec un sourire.

Tenant quelque temps ce bras qui tremblait un peu, j’avançai jusqu’au panier repas que j’avais préparé pour le jour, puis entrepris de ranger mon bazar pour enfin la libérer et moi-même ne plus muscler mon corps, mais mes neurones…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Mer 29 Nov 2017 - 0:33
Perturbée...

Elle arrêtait déjà ? Vraiment ? C'était tout ce que lui avait apporté cette semaine à passer avec elle ? Un constat amer ? Tu pestais au fond de toi, gardant ta rancœur et ta colère qui commençaient toutes deux à s'accumuler dans ton corps. Elle avait montré une si grande détermination pour se solder par une fin aussi pathétique. Tu avais daigné lui donner de la considération, un minima, et voilà comment elle te remerciait. Foutu parasite, tu n'avais jamais rien attendu d'elle et pourtant, tu étais quand même déçue. Ça t'apprendra à donner de ton temps à des insectes.

- Tss foutu insecte... C'est pas comme ça que tu progresseras. Au final, tu ne faisais que de te donner des airs.


Tu te retenais fortement. Tu n'avais envie que de soulager ta frustration sur sa gueule d'ange. Lui faire comprendre que la vie était dure, plus dure encore que tes phalanges s'incrustant dans sa chair. Elle t'avait fait perdre ton temps, tout simplement. Tu n'avais obtenu rien d'elle et elle osait te dire que tout ceci n'avait servit à rien. En cet instant, tu affichais un visage teinté d'un fort mépris et d'une colère noir. Si elle te connaissait bien, elle se devait de savoir qu'elle avait intérêt à dégager de ton champs de vision rapidement.

- Pathétique !


Tu lui tournais alors le dos. Tu ne voulais plus rien avoir à faire avec elle. Elle était venue te chercher et quand tu lui avais tendu la main, voilà qu'elle crachait dessus. Cette vermine n'avait qu'à crever à cause de sa faiblesse flagrante au lieu de tenter de progresser. De toute façon, tu n'avais jamais eu besoin d'elle de ton coté pour te repousser dans tes retranchements. Toi à l'inverse d'elle, tu avais saisi l'importance de se meurtrir au quotidien afin de se renforcer. Ce n'était pas un choix de confort, mais une obligation dans la course à la survie.

Au final, tu étais partie en ayant crachée toute ta colère sur ton petit minois. Pour toi, toutes ses explications ne sonnaient que comme des excuses hypocrites. Elle se voilait la face elle même, et te demandait d'en faire autant. Tu allais lui faire payer un jour ou l'autre. Tôt ou tard, il y allait avoir un moment, où elle allait regretter ce choix de ne pas avoir persisté avec toi...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Qu'es-ce que tu me veux ? [Pv Itagami]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: