Derniers sujets
» Entrainement à l'épée n°1 - Shiori
Aujourd'hui à 23:25 par Watanabe Shiori

» Le blondinet s'ennui !
Aujourd'hui à 23:21 par Aami Shôran

» Encore ... ? [Pv Shuu]
Aujourd'hui à 23:20 par Metaru Reiko

» Deux épreuves pour le prix d'une (ft. Y. Kagero & N. Sayo)
Aujourd'hui à 23:14 par Aburame Shizen

» [Equipe #4] Première rencontre matinale
Aujourd'hui à 23:06 par Kanashīdesu Inja

» Impact [Sayo N.]
Aujourd'hui à 22:35 par Nara Sayo

» La chieuse en tenue d'infirmière... [Ft.Sayo]
Aujourd'hui à 22:30 par Nara Sayo

» C'cadeau Senseï | Shojito
Aujourd'hui à 22:18 par Nara Sayo

» Pile ou face ? | Frero
Aujourd'hui à 22:03 par Nara Sayo

Partagez | 

Confessions aux sources [PV Yuki Kaya ]


Dim 29 Oct 2017 - 23:13
Confessions aux sources
Laissant mes mains glisser sur la surface aqueuse qui s'offrait à moi. Des volutes de vapeur qui créaient un halo de mystère dans cet environnement qui encourageait à l'introspection. Effectivement, dans mon plus simple appareil, livrée à moi-même, sans barrière ou protection chimérique. Je me remémorais ce qui m'avait conduit ici, là où le rang social n'avait guère d'importance. Une tentative pouvant sembler vaine de vouloir me retrouver, analyser et mieux entreprendre une potentielle suite. Je tentais, jour après jour d'occuper mon esprit torturé par diverses activités. L'entraînement, pour retrouver mes facultés perdues, dans la souffrance et l'épuisement quotidien. Ce terrain était devenu un lieu incontournable alors qu' avant il m'était moins familier. Je ne 'aurai pas la prétention d'avouer que par le passé mon niveau était bien supérieur. C'était un état de fait qui me révulsait, deux choses que je n'arrivais, même avec toute la bonne volonté du monde pas à accepter. L'impression d'avoir été spolié de mon sang ainsi que ma force, ce qui faisait de moi celle que j'étais autrefois. Aujourd'hui, je ne suis plus qu'une ombre informe, cherchant à retrouver sa place dans ce monde ou sa lumière qui donnait son opacité à cette dernière. Soupirante, je venais replacer quelques mèches de cheveux rebelles derrière mon oreille.

Avant de m'affaler avec plus de nonchalance contre le rebords du bassin que j'occupais. Je me forçais à me convaincre que la solitude était salutaire et pourtant, au fond de moi, je n'avais pas envie de ressentir un tel vide. La détente était plus l'objectif que je m'étais imposé après une rude journée. Se donner des buts pour ne pas sombrer, garder l'étincelle de vitalité qui me poussera suffisamment pour aller de l'avant. Oui c'était ce que je souhaitais, bien j'avoue ma faiblesse de succomber par moment au désarroi. Qui serait assez fort pour ne pas vaciller dans un moment si difficile ? Je me le demande bien. Passant une main derrière ma nuque pour me masser légèrement et chasser quelques courbatures prenante. Je tendais l'oreille pour écouter les quelques conversations çà et là. C'était un peu ma manière de ne pas inviter l'ennui à cette décontraction. Demain je relancerai mes recherches encore une fois, parcourant la ville, distribuant tractes et questionnant la plèbe pour obtenir des indices. La nullité de mon action trouvait son paroxysme dans le non-avancement de mon enquête. Je soupirais à nouveau alors que lentement je fermais les yeux. L'espoir, l'espoir fait vivre comme l'avait dit quelqu'un, j'espère qu'il me rendra ma fille en tout cas.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1614-l-etincelle-vacillante-qui-colore-encore-la-cendre-rougeoyante-terminee

Lun 30 Oct 2017 - 18:35

Les événements récents étaient assez complexes et surtout affectaient la vie et le possible futur de la jeune shinobi. De ce fait, elle vivait une période assez stressante, et réfléchissais très fréquemment aux différentes solutions envisageables par elle et son clan. De plus, la désertion récente de certains cadres du clan Yuki ne faisait que semer d’avantage la zizanie au sein du village ainsi que dans son esprit. Son premier souhait aurait été un peu de repos, de détente et de calme. Un moment de relaxation pour penser à autre chose qu’à la politique actuelle du village.

Et quoi de mieux pour se détendre qu’une petite soirée aux sources chaudes du village ? Ce n’était pas un endroit qu’elle fréquentait très souvent, en partie par manque de temps, et aussi car se mettre à nue devant divers inconnus n’était pas quelque chose qui la mettait particulièrement à l’aise. Ce dernier point pourrait paraitre étonnant car la sulfureuse blonde n’avait pas à avoir honte de sa plastique, loin de là. En tous cas, ce soir serait une exception, et c’est avec beaucoup de bonne volonté qu’elle se rendit aux sources.

Une fois sur place, elle prit un petit instant pour vérifier que les bassins n’étaient pas bondés, dans quel cas elle aurait surement choisi un autre moment pour s’y rendre. Le lieu n’était pas vide, loin de là, mais il restait pas mal de place, et surtout le lieu était assez calme. C’est donc juste habillée d’une serviette blanche entourée au niveau de sa poitrine qu’elle s’approcha des bassins de sources chaudes, son regard bleu glacial balayant les environs pour y choisir la place qu’elle considérait meilleure. Si possible au calme, ou mieux, à côté d’une personne de confiance.

Assez vite, elle remarqua un visage qui lui était familier. Ses souvenirs étaient un peu lointains, et malgré les quelques changements durant cette période, elle reconnaissait sans le moindre doute Ayame, une jeune femme qu’elle avait côtoyé il y a quelques temps. Il n’y avait personne d’autre qu’elle connaissait en ce lieu, et donc elle se dirigea vers le bassin dans lequel elle se trouvait, en espérant qu’elle la reconnaisse elle aussi. A priori, sa chevelure blonde, son regard bleu froid et son air hautain étaient plutôt remarquables, mais qui sait, peut-être qu’elle avait changé récemment ? Dans ses souvenirs, elle avait toujours eu ce regard, mais elle faisait probablement plus adulte maintenant. Probablement moins adulte qu’elle après tout, car elle n’avait pas eu d’enfant ni de vie de famille à proprement parler. D’ailleurs, elle savait que tout cela ne s’était pas passé pour le mieux…

« Bonsoir Ayame. Je peux me joindre à toi ou tu préfères te détendre seule ? »


Demanda la fine blonde, très poliment, des fois que le moment ne soit pas opportun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Mar 31 Oct 2017 - 14:26
Confessions aux sources
Je me laissais guider par la sonorité du lieu, le clapotement de l'eau, les quelques discussions lointaines. La douce chaleur enveloppant mon corps jusqu'à la naissance de mes épaules. Alors qu'un léger vent frais venait caresser mon visage qui semblait se détendre. Ma poitrine se soulevant légèrement après un bref soupire de décontraction. La commissure de mes lèvres se défaisant peu à peu pour laisser tinter une touche brillante à la lueur des lampions. Ces moments de détente sont bien trop rares à mon goût. Même si je restais accablée par la peine qui m'assaillait, je retrouvais un bref et singulier moment de quiétude en ce lieu. L'espoir semblait peu à peu reprendre un certain degré d'importance. Je ne pouvais clairement pas me permettre de baisser les bras dans un moment de trouble comme celui-ci. Le plus frustrant dans cette histoire, sans doute que mon ancien statut m'aurais largement permis de mener l'enquête hors des murs du village. Aujourd'hui, reléguée au rang de vulgaire genin, cela n'était plus possible sans chaperon. Certes les autorités sont au courant, certes ils ont lancé des investigations, mais bon dieu qu'ils sont lents.

Je ne voulais en aucun cas rester spectatrice et ne pas agir selon ma conscience. Je sais que parfois je peux perdre mon sang froid, ne pas agir d'une façon tempérée. Jadis, j'étais jeune fille tempétueuse qui naviguait dans les creux de mes humeurs. Être une jeune mère ne pas totalement assagis, mais je travaille sur ce fait. Profitant de cet instant de plénitude, je pouvais entendre finalement des pas dans ma direction. Sans y prêter grande attention je venais finalement être interpellée par une voix familière. Ouvrant alors mes yeux et posant mes iris gris sur l'interlocutrice, je pouvais reconnaître Kaya, une connaissance. Cela faisait un certain temps que je n'avais plus eu l'occasion de la croiser. Après tout, les missions et la vie en collectivité occupaient facilement notre temps. C'est ce que je présumais en tout cas continuant de la fixer avant de venir répondre à son questionnement.

- Bonsoir Kaya, au contraire, un peu de compagnie ne peut pas me faire du mal, installe toi. Disais-je d'une voix encline au dialogue.

Je n'ai jamais vraiment été pudique, suffisamment pour ne pas commettre d'attentat à la pudeur en toute impudence certes. Le fait d'être nue devant une autre femme surtout une connaissance ne me posait pas vraiment de problème. Sachant que l'eau, légèrement troublée par la vapeur masquait en grande partie ce qui m'appartenait. Me redressant alors dans une position plus convenable pour converser. La moitié de ma poitrine encore immergée un frisson parcouru mon corps en sentant l'air frais contrastant avec la chaleur du bassin.

- Eh bien, cela faisait longtemps, que deviens-tu ? Avec toute cette agitation concernant ton clan j'espère que tu te portes tout de même bien.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1614-l-etincelle-vacillante-qui-colore-encore-la-cendre-rougeoyante-terminee

Mar 31 Oct 2017 - 16:47

Elle n’avait pas eu à attendre longtemps avant d’avoir une réponse à sa question. D’ailleurs, cette dernière fut plus que positive, car en plus d’accepter qu’elle se joigne à elle, Ayame avait l’air d’humeur plutôt bavarde. En tout cas, son visage n’avait pas l’air fermé, et son ton confirmait une certaine ouverture à la discussion. Kaya, d’un naturel très analytique, essayait d’anticiper les divers sujets de conversation qui allaient être abordés afin d’anticiper de potentiels points gênants qu’elle aurait à négocier. Mais à vrai dire, c’était presque impossible. Les possibilités étaient trop variées, et elles ne s’étaient pas vues depuis assez longtemps pour éliminer certains sujets déjà abordés récemment. Avait-elle entendu parler des sanctions donnée aux Yukis ? De la désertion ? Ou peut-être simplement parler de choses plus banales comme sa vie amoureuse… ? Impossible à anticiper.

« Ah, parfait alors. Je m’installe tout de suite. »

Enfin, trêves de réflexions, elle était en présence d’une personne qui était amicale, et à qui elle n’avait pas à faire ses preuves, elle essayait donc de se détendre et d’être un peu plus naturelle. La jolie blonde s’approcha un peu plus du bassin et remarqua qu’Ayame s’était redressée, probablement pour être plus à l’aise pour converser. La jeune Yuki retire enfin la serviette qui cache son corps à la vue de toutes, les bassins n’étant pas mixtes, se mettant alors à nue juste avant de s’introduire dans le bassin jusqu’à la taille. Elle attendait de s’habituer à la chaleur des sources, surtout en tant que manipulatrice de glace, ce n’était pas une température qui était habituelle pour elle. Son bras gauche cachait en partie sa poitrine en attendant de s’immerger un peu plus.

Si son interlocutrice prenait le temps d’observer le corps de Kaya, elle remarquerait surement que la blonde était toujours aussi fine, athlétique. Cependant, contrairement à de nombreux shinobis, elle n’avait pas une musculature très développée. Visiblement, elle n’utilisait pas sa force physique au quotidien, mais elle savait peut-être déjà que sa spécialité était le combat à distance. Et de plus, elle n’avait pas de cicatrices ou autres marques de combat visibles.

Enfin, la première question lui était posée, et elle avait choisi de directement parler des affaires touchant son clan. Plutôt logique en soit vu que ce sujet était sur toutes les lèvres au village récemment, mais son intention semblait être vraiment saine. En effet, elle cherchait surtout à savoir si elle n’était pas affectée négativement, et n’essayait pas d’avoir juste plus de choses à raconter à ses amis, comme certains auraient pu le faire.

« Oui, c’est vrai que ça fait un bail… Je continue à m’entrainer dans l’ombre pour être honnête, et je n’ai entrepris que récemment de vouloir faire reconnaître mes compétences auprès de la hiérarchie du clan et du village. Et devine quoi ? On vient d’être évincés de toutes les fonctions militaires du village… »

Kaya avait énoncé cet événement de façon presque amusée, tournant cette coïncidence à la dérision. Sous ses airs si froids et hautains, elle savait se montrer très sociable et avait même un sens de l’humour affûté, mais son apparence avait tendance à intimider, surtout les hommes, et elle était parfois considérée à tort comme une femme peu amicale.
Une fois à peu près habituée à la chaleur des sources, elle soupire longuement et se glisse un peu plus dans le bassin, l’eau remontant jusqu’à la partie supérieure de sa poitrine, sentant la chaleur agir sur sa douce et sensible peau. Décidemment, le feu n’était pas son élément…

« Enfin, pour être honnête, ça fait pas mal cogiter ces affaires, et j’essaye de me tenir informée de nos futures décisions. Mais je ne me laisse pas abattre ! Et toi, alors ? J’ai cru comprendre que tout ne s’était pas passé pour le mieux avec ton mari… »

Effectivement, entre les informations qu’elle lui avait donné directement et les diverses rumeurs, il était facile de comprendre que sa relation était arrivée à un terme, et que sa fille la préoccupait. Elle était à sa recherche, mais Kaya n’en savait pas vraiment plus que ça.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Mar 31 Oct 2017 - 21:44
Confessions aux sources
J'observais quelque peu en détail la silhouette de Kaya lors de son arrivée dans le bassin où les volutes créaient une ambiance mystérieuse. Détaillant quelque peu ses courbes dans une inévitable comparaison avec les miennes. Je dois bien avouer que la nature la plutôt bien gâtée, je ne pouvais pas me targuer d'avoir ces formes. Loin de moi l'idée de me plaindre de mon physique, visiblement relativement convenable pour beaucoup d'hommes et qui sait, peut-être même certaines femmes. Cette perspective me faisait légèrement sourire, mon faciès prenait une tinte plus lumineuse et moins terne. Bien que la simple présence de ma camarade avait suffi à me redonner une certaine forme d'apaisement. Je m'attendais déjà et sans peine à devoir retracer ma vie amoureusement chaotique. Un truc de femme sans doute, tendre la main pour se faire battre pour mieux pouvoir vomir sa haine. Décidément et véritablement un sport bien féminin, mais qu'importe, j'y trouve une certaine forme de rédemption.

Patientant alors qu'elle prenne place, je déposais un coude sur le rebord de notre accueillant point d'eau. Posant mon menton sur mon poing, je fixais ses grands yeux bleu et la discussion s'engageait naturellement. J'avais effectivement évoqué le point des Yukis au sein du village. Ce n'était un secret pour personne et les bruits de couloirs volaient plus vite que des shurikens. Je fûts cependant grandement surprise de savoir que le clan tout entier avait été « relégué « concernant les décisions du village. Étonnant pour un des clans fondateurs de Kirigakure, mais cela explique sans doute pourquoi le bruit court concernant certaines désertions. Cela semblait même l'amusée et j'esquissais un sourire en coin à son timbre plaisantin.

- Tu sembles prendre cette histoire avec une certaine légèreté, c'est tout à ton honneur, même si je vois bien que cela te pèse. Chose que je peux tout à fait comprendre. À vrai dire, je ne comprends pas vraiment pourquoi une telle décision a été prise à votre encontre. Tu aurais une idée ?

Disais-je intriguée tout en passant une main humide sur ma nuque refroidie. Laissant couler quelques goûtes le long de mon cou.

Je la laissait poursuivre, attentive à ses mots. Je dois bien admettre que cela faisait un certain temps que je n'avais pas pu avoir une chose aussi banale qu'une discussion amicale. C'était ... plaisant. Jusqu'au moment ou le sujet de mon ex-mari tombait. Mon visage prenant une tinte plus neutre, le regard quelque peu fuyant. Je poussais un long soupire avant finalement d'énumérer l'histoire.

- Non ... effectivement tu as vu juste, au début je dois avouer que tout allait pour le mieux. Ensuite, les choses se sont enchaînées brusquement et je suis tombée enceinte. Mon ex-mari devenait de plus en plus violent après la naissance de ma fille et un beau jour j'en ai eu assez et je l'ai frappé en retour. Je crois que ça l'a traumatisé. Ensuite, et bien ...

Je laissais planer délibérément le suspens, non pas pour faire saliver d'envie de connaître la suite à Kaya, mais plus par douleur que ce sujet m'évoque. Replaçant une mèche de ma chevelure derrière mon oreille, je reprenais finalement la suite de mon récit peu glorieux.

- Il y a quelques mois, en tant que Chuunin, je participais à une mission qui consistait à repousser un groupe de brigands. Certains étaient des shinobis et j'ai manqué d'attention. J'ai été gravement blessée suite à une explosion et suit restée dans le coma pendant plusieurs semaines. À mon réveil et mon retour à mon domicile, mon mari et ma fille avaient disparu et ma maison incendiée. Depuis, je suis en quête de vérité pour retrouver mon enfant.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1614-l-etincelle-vacillante-qui-colore-encore-la-cendre-rougeoyante-terminee

Mer 1 Nov 2017 - 1:02

Elle se demandait pourquoi les Yukis avaient eu une telle sanction ? Elle ne s’était alors réellement pas intéressée aux événements récents ? Ou alors, en tant que Yuki, elle y avait personnellement tellement réfléchi qu’elle considérait que c’était la norme d’avoir une quantité importante d’informations sur le traité non signé et les conséquences engendrées, ainsi que ce qui a amené le nouveau Mizukage à proposer un tel accord. Enfin, elle ne lui en tiendrait certainement pas rigueur, le contraire aurait été plutôt osé et mal venu.

Contente d’avoir réussi à accroché son regard, elle se contenta de lui faire un petit sourire après sa question, ce qui cassait un peu ses airs habituellement froids et assez peu expressifs.

« Eh bien, mieux vaut en rire qu’en pleurer, oui. Cependant tu as raison, j’y pense constamment depuis de nombreux jours. Et pour la décision prise contre notre clan, c’est assez facilement compréhensible. Le village a subi de nombreuses pertes récemment, et le changement de Mizukage a été forcé par un triste événement. L’ambiance était morose, et par conséquent Sôsuke a voulu souffler un vent d’unification et de rassemblement sur le village. En soit, je trouve que c’était une bonne stratégie à adopter. Sauf que pour cela, les clans devaient enterrer leurs vieilles querelles, ce que notre chef a refusé de faire. A ce niveau, c’était presque une trahison du clan Yuki envers Kiri, car nous nous opposions alors à la politique menée par le Mizukage. De ce fait, et aussi pour nous mettre la pression, cette sanction a été infligée au clan. »

Elle poussa un long soupir et leva les yeux au ciel. Durant sa réponse elle avait vraiment l’air impliquée, et semblait revivre ces événements pourtant purement politiques. Mais c’était un domaine qui l’intéressait, et elle trouvait cette décision prise par leur chef vraiment prise à la légère, surtout si c’était pour déserter après…

« Enfin bref, je vais trouver une solution sous peu. Je vais même essayer de retrouver mes fonctions de façon individuelle en prouvant ma valeur au Mizukage. Je pense que ça peut fonctionner. En plus, c’est un homme, alors ça rend la tâche plus aisée, hein ! »

La jolie blonde avait fini sa phrase en faisant un petit clin d’œil à sa camarade de bain chaud, restant sur un ton assez humoristique alors qu’elle parlait tout de même d’une requête pouvant changer son avenir.

Enfin, elle aborda par la suite ce sujet très délicat. Elle avait visiblement appuyé sur une corde sensible, mais c’était plutôt prévisible. Son regard perçant analysait alors ses réactions, et elle remarqua très vite son malaise lorsque le regard gris se détacha du sien. Et par la suite, elle ne pouvait qu’attester son mal être car elle confirma toutes les rumeurs les plus sombres la concernant. Une histoire de couple qui tourne mal, très mal, et surtout avec un enfant au milieu, était au final une situation bien moins agréable que celle vécue par Kaya et son clan. Tout cela ferait passer la sanction pour de simples futilités.

La fine blonde au regard glacial avait imaginé divers scénarios, mais jamais elle n’aurait pu penser qu’un tel drame l’avait frappé, et ce récit en devenait même difficilement soutenable. Cela ressemblait à une lente descente aux enfers, pour aboutir dans à une situation absolument détestable avec la disparition de celle qui était probablement son être le plus cher. D’habitude assez pragmatique et directe, elle savait que pour une fois, elle allait vraiment devoir manipuler les mots avec des pincettes pour ne pas la blesser d’avantage, quitte à maquiller un peu ce qu’elle pensait.

« Ma pauvre, je ne savais pas que tout cela t’était arrivé. D’ailleurs, si en parler remue le couteau dans la plaie, n’hésite pas à changer de sujet, je le comprendrais parfaitement. Tu es actuellement la seule à rechercher ton enfant, ou tu as pu missionner d’autres ninjas du village ? C’est un réel drame que voilà… Il me semble que les gardes tracent toutes les entrées et sorties du village, non ? Tu as pensé à les consulter ? La première étape est de savoir si ta fille se trouve toujours au sein de Kiri, non ? »

Elle avait essayé de montrer le plus de compassion possible dans son ton, ce qui n’était pas vraiment habituel pour elle, mais pour le coup, elle était vraiment touchée par cette histoire.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Mer 1 Nov 2017 - 13:16
Confessions aux sources
Il me manquait effectivement certaines données dans l'équation, mais dans les grandes lignes j'avais effectivement bien compris pour les Yukis. Une situation délicate qui mêle sans doute politique et orgueil d'un chef. Les questions sur la gestion du village m'avait toujours passé un peu par-dessus la tête. Non pas par désintérêt, mais plus car ces questions dépendaient de problème pour lesquels je ne pensais pas avoir de poids. Je suis et resterai une Kirijin, mais je suis une mère avant tout, les sujets de préoccupations qui m'incombent sont bien plus importants à mes yeux. Au fil de la discussion les questions que je me posais venaient peu à peu trouver réponse. Par de légères mimiques de compréhension, j'écoutais avec attention ma partenaire de source.

Savourant encore la chaleur agréable de l'eau. Le fait que Kaya veuille retrouver grâce aux yeux du Mizukage était une bonne chose. Je constatais qu'elle ne partageait pas forcément l'avis de son « ancien » chef de clan et voulait prouver sa loyauté. Était-ce une parade ? J'en doute bien que elle savait parfois jouer de certaines choses pour son propre intérêt. Mettre les chances de son côté pour son propre bien n'est pas considéré comme une tare à mes yeux, bien au contraire. Dans ce monde, l'égoïsme est parfois la seule réponse et différence entre survis et trépas. Je pouvais m'empêcher d'émettre un ricanement à sa remarque concernant les hommes de manière générale.

- Effectivement, je pense que tu as les atouts nécessaires pour faire changer d'avis n'importe quel homme. Dans mon cas et je pense que tu le comprends, les hommes j'ai donné suffisamment. Enfin, je te souhaite sincèrement que cette discussion avec le Mizukage te rendra ce que tu souhaites, à savoir ton intégrité. Tu n'es pas une mauvaise personne, ça je le sais.


Le déroulement de la discussion se faisait maintenant sur les faits que j'avais évoqués plutôt. Ses questions n'étaient pas dénuées de sens logiques. Pourtant, malheureusement j'avais déjà procédé ainsi avant de m'apitoyer sur mon sort. Mon ancien compagnon bien qu'il n'était pas shinobi était rusé, un trait de sa famille après tout. En tant que revendeur de pierres précieuses, ils avaient dû apprendre à se protéger des malfrats en tout genre. Des techniques simples et pourtant bougrement handicapante dans ma situation. Poussant à nouveau un long soupire alors que je fixais le ciel, je pensais au visage de mon petit trésor. Levant une main pour atteindre ce mirage qui m'était hors de portée dans une chimérique tentative. Kaya compatissait à ma situation, cela pouvait sembler normal pourtant pour moi, aussi petit soit-il, c'était un soutien qui me redonnait du baume au cœur. Reportant mon regard dans sa direction, je continuais alors la discussion.

- J'ai fait missionner déjà les autorités, mais elles piétinent autant que moi. C'est la première chose à laquelle j'ai pensé, pourtant il y a un problème majeur. Mon ex-mari était un revendeur de pierres précieuses, dans leurs métiers ils doivent être prudents et dons ils utilisent des alias. Je n'en connaissais qu'un seul, mais je sais qu'il en possédait plusieurs. Malheureusement, ces autres identités sont valides et il a pu sortir du village sous un autre nom.

Je coupais un instant mon discours en me frottant légèrement le menton, vu la situation, je pouvais parfaitement demander de consulter le registre concernant les alias. En recoupant ces données avec le registre des sorties je pourrai sans doute trouver quelque chose.

- Mine de rien, tu viens me donner une idée à laquelle je n'avais pas pensé. Recouper les informations du registre de sortie avec celui des identités de travail. J'imagine que je pourrai avoir des informations manquantes au vu de la situation.

Je venais, dans un élan de recouvrement d'espoir saisir la main de ma partenaire entre les deux miennes. Un élan de gratitude que je ne savais pas encore s'il allait m'être salutaire. Pourtant, le fait d'être aidée était déjà en soit un grand soulagement. Un sourire sincère comme réponse même si je savais au fond de moi que rien n'était joué.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1614-l-etincelle-vacillante-qui-colore-encore-la-cendre-rougeoyante-terminee

Jeu 2 Nov 2017 - 17:39

Suffisamment donné avec les hommes, hein ? Visiblement, c’était le moins qu’elle puisse dire tant sa situation était cauchemardesque. Heureusement, Kaya avait plutôt été épargnée avec ça, peut-être même un peu trop à son goût car au final elle n’avait jamais eu de relation sérieuse, et de manière générale elle n’était pas tant abordée que cela. Il parait que les hommes ont peur des belles femmes, surtout s’ils sont un brin timide.

Enfin, ce n’était pas le sujet de leur discussion, même si elles faisaient quelques allusions à leurs charmes en parlant de la future demande de Kaya au Mizukage. D’ailleurs, elle aussi mettait beaucoup d’espoirs dans cette rencontre, et elle comptait bien jouer cartes sur table. Pour une raison inconnue, son intuition surement, elle avait plutôt un sentiment positif vis-à-vis de cet événement. Et le soutien de son amie lui donnait encore plus de motivation ! Elle pensait vraiment pouvoir réintégrer la vie militaire de Kiri à court terme.

Plus important, l’histoire avec son mari et sa fille qu’elle cherchait désespérément. Elle avait déjà entreprit diverses actions probablement, et visiblement elle avait déjà eu son idée auparavant, ou au moins en partie. Les autorités ne semblaient pas réussir à résoudre ce problème, mais la vraie question était plutôt de savoir s’ils essayaient réellement ou s’ils faisaient juste le minimum syndical pour faire semblant de l’aider ? En tous cas, le résultat était le même, son enquête n’avançait pas, ou pas assez. Cette histoire d’alias liée à sa profession était effectivement une véritable plaie, et allait rendre les recherches bien plus compliquées.

Même si elle ne lui avait pas donné de solution miracle, elle l’avait semble-t-il au moins inspirée. Et rien que cela faisait plaisir à voir. Son visage s’était illuminé, il était évident qu’elle était prête à tout et que les nouvelles pistes n’étaient pas courantes. A vrai dire, elle était sure qu’elle trépignait d’impatience à l’idée de mettre en application ce qui venait de lui venir à l’esprit. D’ailleurs, si elle pouvait le faire maintenant, Kaya n’aurait pas été surprise de la voir quitter le bassin à toute vitesse, mais il était tard, et consulter ces registres n’était alors pas possible.

« Eh bien oui, si tu as accès aux informations liées aux alias, tu vas alors pouvoir savoir presque facilement si les personnes que tu cherches sont sorties ou non. Après, la fraude est toujours possible malheureusement, mais dans un premier temps il faut essayer cette méthode ! »

Soudainement, elle sentit les mains de sa partenaire de sources chaudes venir entourer l’une des siennes. Ce signe sympathique la fit sourire en retour, avant qu’elle ne vienne poser son autre main sur les siennes. Elle essayait de la réconforter et lui redonner espoir, car c’était le plus important dans ce type de situation selon elle, tout en essayant en parallèle de trouver des idées pour l’aider. Après tout, avoir un point de vue extérieur aidait souvent à trouver d’autres solutions à un problème donné.

« La situation va se débloquer, j’en suis sure ! Pour trouver de nouvelles idées, il va falloir que tu prennes du recul je pense. Quand on est focalisé sur un objectif, on a tendance à se mettre des œillères. Parfois aussi, on passe à côté d’idées toutes simples ! Comme demander au voisinage s’ils n’ont pas vu de mouvements suspects, par exemple. Je dois avouer que je n’ai pas énormément d’idées à t’apporter pour le moment, mais j’espère que le registre suffira à t’apporter beaucoup d’éléments manquants. D’ailleurs, si jamais ils étaient hors du village, tu as une quelconque idée d’où ils pourraient être ?»

Effectivement, débloquer la situation mais se retrouver par la suite dans une impasse n’était pas très intéressant. Et il était plutôt probable qu’ils soient sortis, donc si c’était le cas, en savoir un minimum sur la suite des recherches était élémentaire, sinon ce serait chercher une aiguille dans une botte de foin…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Lun 6 Nov 2017 - 11:57
Confessions aux sources
Cette perspective me redonnait en partie le sourire, m'offrait de nouvelles possibilités qui m'étaient inatteignables jusqu'à lors. Je pouvais enfin imaginer cesser de piétiner un sentier déjà battu de long en large. Cet interminable questionnement perpétuel qui n'avançait guère, le chemin semblait enfin trouver un tournant salutaire. Il était déjà certes trop tard pour que je puisse entreprendre ma démarche auprès des gardes détenant les registres. Qu'importe, demain sera une journée plus fructueuse dans ma recherche. J'étais loin de m'imaginer à quel point j'avais pu passer à côté de choses aussi évidentes. Kaya avait raison, je m'étais tenu à une ligne de conduite bien trop rectiligne.

Incapable de regarder à gauche ou à droite alors que les solutions pouvaient se trouver à portée de main. Tenant les mains de ma partenaire, sentant les signes recouvrir les miennes, c'était une sensation agréable, douce et chaleureuse. Au-delà du contact physique, le sentiment d'être épaulée dans cette épreuve difficile. D'autres avaient eu quelques mots d'encouragement, de soutien, mais ils faisaient pâle figure devant ce geste. Une action qui trouvait un écho plus que positif à mes yeux. J'écoutais toujours attentivement ma consœur de bassin en acquiesçant à ses dires avant de reprendre moi-même la parole.

- Tu as raison, je me sens presque naïve de ne pas avoir pensé à cela plutôt. Je pense que j'ai été aveuglée par mon désarrois et incapable de voir les choses sous un angle plus simpliste. Je suis contente que tu as pu m'apporter ton point de vue.

J'avais rarement été aussi sincère, alors que je continuais de tenir l'une des mains de Kaya. Avant de me rendre peu à peu compte de ma familiarité un brin exagéré et de la lâcher un peu honteuse. Bien des gens auraient pu qualifie cela d'élan affectif. Pourtant, ce n'était que la résultante d'une satisfaction et d'une reconnaissance à son paroxysme. Bien que la nudité du moment rendant la chose certainement un brin plus tendancieuse. Chassant cette idée de mon esprit sûrement trop motivé par l'apport de solutions nouvelles. Je faisais en sorte de retrouver une position confortable. M'adossant à nouveau dans ce bassin. Reprenant goût à la chaleur et au calme avant d'expirer longuement pour pouvoir me recentrer.

- Tu as déjà fait beaucoup je te rassure Kaya. Plus que beaucoup de gens et ça je t'en suis extrêmement reconnaissante. Pour répondre à ta question, malheureusement non, il pourrait se trouver n'importe où. Les éléments sont minces, mais je dois m'en contenter pour pouvoir avancer et éviter de m'embourber à nouveau. J'espère simplement qu'il n'aura pas quitté l'archipel sinon la tâche sera encore plus difficile.

J'affichais une moue légèrement en réflexion, passant l'une de mes mains sur mon menton en essayant de chercher dans des souvenirs enfouis. Certains plaisant d'autres moins, beaucoup de négatifs qui remontaient à la surface. Je sais que ce n'était que le début de ma longue recherche pourtant je n'ai jamais été autant motivée de pouvoir retrouver ma fille et faire payer à son père.
Reportant mon regard grisâtre sur ma collègue, je venais feindre un sourire gêné tout en passant une main derrière ma nuque.

- Je suis navrée, nous avons pratiquement parlé que de moi, ça doit être lassant à force. Veux-tu aborder un autre sujet ?


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1614-l-etincelle-vacillante-qui-colore-encore-la-cendre-rougeoyante-terminee

Mar 7 Nov 2017 - 21:20

Il s’agissait bien ici de l’un des rares contextes où Kaya était à l’aise avec la nudité. Le fait qu’elles soient deux femmes, qui se connaissent de plus, et dans un lieu où aucun homme ne pouvait mettre les yeux à priori était plutôt rassurant. Même si à vrai dire cette petite attention lui avait presque mis le doute dans un premier temps, mais elle se disait que sa situation était trop grave pour en plus émettre des doutes ou une quelconque énergie négative envers elle. Et même si ce contact était voulu et voulait dire plus que ce qu’elle pensait, ce n’était pas si grave que ça, elle aurait tout le temps de remettre les pendules à l’heure par la suite.

La chaleur était bien présente, et la jolie blonde habituée à manipuler la glace n’était pas le plus à l’aise dans cet environnement. Son visage avait pris des couleurs un peu plus rosées d’ailleurs, et elle prenait parfois de grandes respirations pour lutter contre l’ambiance ardente des bassins chauds. Enfin, ce n’était pas désagréable en soit, mais elle n’allait probablement pas rester autant que certains qui en ressortent complètement cuits.

« Ah oui, vraiment ? Les gens ne veulent pas t’aider ou tu es juste tombé sur des incapables ? Sinon, je pense effectivement que tes recherches seront probablement compliquées s’ils sont sortis du village. Même si, en guise d’espoir, il y a des yeux partout sur les zones portuaires, quitter l’île incognito n’est pas si simple… »

D’après ses derniers propos, elle semblait avoir assez entendu parlé de cet événement marquant pour le moment. De plus, elle semblait avoir une nouvelle piste de réflexion qui lui convenait parfaitement ! Kaya était une femme plutôt réfléchie, et donc discuter de ce type de sujet portant à réflexion ne la dérangeait pas. D’autres auraient surement trouvé cela lassant oui, et ce dès les premiers instants, mais ce n’était pas son cas.

Elle passa une main sur son front pour le sécher un peu avant de se redresser un petit peu sa position qui s’était dégradée durant leur conversation, la rendant un petit peu plus allongée qu’à l’origine. En contrepartie, la peau du haut de sa poitrine se retrouvait à l’air libre, faisant immédiatement apparaître un frisson à cet endroit.

« Ce n’est pas grave, et c’était probablement plus intéressant que la plupart des autres sujets qu’on aurait pu aborder à vrai dire. Aborder un autre sujet ? Eh bien, si tu veux, oui, quelque chose de plus festif, non ? Tiens, puisque tu as l’air de faire pas mal de recherches actuellement, tu dois rencontrer pas mal de gens. Tu n’as pas vu ou entendu quelques potins croustillants ? »


Elle avait dit ce qui lui passait par la tête, sans vraiment chercher à creuser plus loin, et avait pris une mine souriante et espiègle, comme à l’époque de leurs pires gamineries d’adolescentes.

« Mais, si tu veux parler d’autre chose, voir même si tu veux savoir quelque chose sur moi en particulier, je suis toute ouïe ! »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Mar 14 Nov 2017 - 3:11
Confessions aux sources
La discussion suivait son cours, calment et avec une certaine complicité plaisante. Je ne peux le nier, changer mes esprits malgré un début de conversation très axé sur mon problème m'était salutaire. Intérieurement je pouvais souffler, me relaxer de trouver une épaule sur laquelle me reposer, même si cela n'était qu'oralement. On juge souvent mal la puissance des mots, des récits et simplement des confidences. Porteuses souvent de regains, d'amitié et de compréhension, attention cependant à ne pas se laisser avoir par la naïveté. Se confier à quelqu'un en qui on ne place pas une confiance assurée peut s'avérer contre-productif. Je n'avais malheureusement fais l'amère expérience par le passé. Une sensation désagréable de trahison qui vous hantes pendant de longues nuits. On se sentait en sécurité dans nos paroles jadis et ce moment arrivé, nous avançons en terrain miné. Kaya n'était pas gênée par la tournure de nos mots et cela m'apaise quelque peu. Elle poursuivait sur le fait que ma recherche risque néanmoins de s'avérer difficile.

Je le savais au fond de moi, même si une nouvelle perspective c'était offerte à moi, rien n'allait cependant être une évidence. Une balade tranquille sur un chemin rectiligne sans embûches ou sans contours. Ma partenaire ne me mettait devant une réalité que je savais ma fois trop bien. Mon aveuglement de tout à l'heure m'aura au moins permis une remise en question importante. Une prise de conscience que je ne pouvais plus me permettre d'ignorer. Essayons de mettre de côté les problèmes pour l'instant et tentons brièvement de savourer cet instant. Je me voile sans doute la face, mais je voulais m'imposer cette solution pour ne pas craquer. Nozomi ne pourra plus compter sur moi si je perds la raison. Elle venait finalement m'interroger alors si lors de ma quête d'informations j'avais pu intercepter des informations amusantes. C'était une manière de changer la discussion et sans doute de l'égailler quelque peu. Passant ma main alors sous mon menton dans une brève réflexion, en affichant une moue qui se collait à la situation. Par un léger sourire du à ma trouvaille je venais me rapprocher de l'oreille de ma compatriote de bassin avant de lui susurrer.

- Je crois que j'ai quelque chose. Tu sais que monsieur Nakashi, le marchand de poisson de la rue commerçante. Je crois bien qu'il a une aventure avec la fleuriste ce goujat.

Cela pouvait sembler anodin au premier abord, du commérage de bonne femme, pourtant cela m'arracha un léger rire étouffé. Chose qui ne m'était plus arrivé depuis belle lurette. Kaya par la suie proposait ou suggérerait plus exactement des questions la concernant. Je reconnais que même si nous nous connaissions tout de même, bon nombre de sujets la concernant me restaient inconnu. Je reprenais mon introspection sur un éventuel sujet qui pourrait m'intéresser. Sortant mon buste légèrement de l'eau alors que mon front perlait de quelques goûtes de sueurs. Je venais finalement trouver quelque chose. Un sujet peut-être indiscret, mais finalement nous étions dans ce thème.

Mmmmh, après avoir entendu mon fabuleux récit sur ma vie amoureuse catastrophique. De ton côté comment cela t'il ? Remarque, cela pourrait difficilement être pire que moi, je me rassure sur ce point.



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1614-l-etincelle-vacillante-qui-colore-encore-la-cendre-rougeoyante-terminee

Mar 14 Nov 2017 - 11:39

Elle avait visiblement réussi à changer le sujet de la conversation car sa partenaire de sources chaudes était en train de chercher dans sa mémoire des potentiels potins. Après tout, elle en avait probablement tout un stock si son activité récente avait été de questionner les habitants et d’observer avec attention la vie du village. Enfin, c’est ce qu’elle pensait, mais ce n’avait pas l’air si évident que ça pour son amie. Son petit sourire espiègle lui indiqua alors qu’un trésor venait d’être trouvé ! Elle se pencha dans sa direction lorsqu’elle s’approcha avant de lui glisser à l’oreille des ragots certes inutiles, mais pourtant si agréables à entendre. Elle ne pouvait pas s’empêcher de sourire, puis de pouffer de rire suite à sa petite remarque. Des vraies gamines, peut-être, mais ce moment de relâchement était très agréable dans une vie de ninja parfois pleine de contraintes et de responsabilités difficiles à assumer.

« C’est vrai qu’en réfléchissant un petit peu, ça ne m’étonne qu’à moitié. Il regarde les femmes de façon un peu étrange, lui, et je parle en connaissance de cause ! »

Enfin, elle lui avait proposé de parler un petit peu d’elle cette fois. C’était risqué comme proposition, car nombre de sujets pouvaient être gênants, mais au fond aucun n’était réellement sujet à un grand tabou. La seule chose qui était compliquée actuellement était la place des Yukis au sein du village, et ils avaient déjà évoqué ce sujet auparavant. Elle était donc détendue, s’attendant à devoir parler de diverses banalités. De quoi allait-elle parler ? De son entrainement ? Des dernières techniques apprises ? Les possibilités étaient infinies, et elle s’attendait à un sujet orienté vers la vie de shinobi. Peut-être parce que c’était ce qui l’arrangeait le plus aussi. Mais rien qu’au début de sa phrase, elle avait compris qu’elle avait tout faux.

Elle voulait savoir où elle en était dans sa vie amoureuse, et c’était un sujet aussi vaste que vide à vrai dire. Kaya se savait très attirante, et malgré ses apparences parfois froides et hautaines, elle était plutôt sympathique. Pourtant, et probablement étonnamment, elle était célibataire depuis un long moment. En tous cas, cette question la déstabilisa, elle qui avait d’habitude l’air si confiante en elle avait soudainement l’air un peu gênée, et son teint avait pris une couleur un peu plus rosée.

« Ma vie amoureuse ? Euh… Comment dire… Pas grand-chose, en fait. C’est en partie ma faute, je me suis un petit peu isolée il y a quelques temps pour me concentrer sur mon entrainement, mais plus récemment je me suis réintégrée à la vie du village. C’est assez frustrant, je vois que j’attire les regards assez souvent, mais j’ai vraiment l’impression que je fais peur aux hommes ! »


Elle avait baissé les yeux et ne pouvait pas s’empêcher d’esquisser un petit sourire qui tentait de cacher son désarroi.

« Puis il n’est pas question que je fasse du rentre dedans, c’est contre mes principes. Je suis un peu princesse sur les bords, je sais. Mais bon, je ne tombe jamais sur des hommes assez confiants pour m’aborder, on dirait. En résumé, ce n’est pas la folie en ce moment... Enfin, rien de grave, hein ? »

Conclue-t-elle en essayant de sourire pour cacher le fait qu’au fond, elle était vexée de se retrouver si seule alors que même ce poissonnier dégoutant arrivait à ses fins avec la fleuriste. Elle était donc en dessous de ces gens-là ? C’était peut-être trop extrapolé, mais au fond son esprit ne pouvait s’empêcher de faire la comparaison.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Mar 14 Nov 2017 - 15:35
Confessions aux sources
La conversation tournait maintenant vers un sujet toujours autant personnel, mais un brin moins prenant pour ma part. Heureusement, cela me permet de relâcher la pression. De laisser mon esprit moins souffrir d'une situation qui est totalement incontrôlable à mes yeux. Bien que en apprendre plus sur mon amie était toujours instructif voir enrichissant, je me sentais plus légère, moins prise et assaillie. La douce chaleur du bassin qui continuait de me bercer était un véritable délice que je savourais sans état d'âme. Bien qu'il était difficile de concevoir qu'une telle relaxation pouvait passer avant ma fille. Je me forçais pour mon propre bien, pour ne pas perdre la tête et m'engluer dans une spirale sombre. Cette simple discussion pouvait sembler futile, certes je me répète, mais je me rappel qu'avant d'être mère, je suis une jeune femme. Ayant besoin de s'adonner à des petits plaisirs de mon âge sans devoir être trop liée à une vie d'adulte contraignante à longueur de temps. Le rire de ma partenaire était contagieux et je riais à mon tour encore une fois. La révélation n'était pas forcément une surprise pour elle.

Sachant déjà que ce cher monsieur n'était pas très discret dans son infidélité. C'était ironique, de penser qu'un homme commettant un adultère ne prenait même pas la peine de masquer son vice. Admettre que son infidélité ne valait même pas la peine de ne pas être évoquée. Décidément je pense de plus en plus que les hommes sont tous des bonobos sans cervelle et incapable d'aimer une seule personne. Enfin, je suis critique, il y en a sans doute des bons, mais ils sont sans doute déjà tous soigneusement gardés. J'en ai rencontré qui était avenant et ne cherchant pas forcément un quelconque rapport ambigu. C'était agréable de pouvoir converser sans savoir que la vision sur vous n'est pas d'ordre charnelle. Ou en tout cas, pas totalement. Visiblement cependant, ce sujet que j'avais abordé envers Kaya l'avait touchée. Je la connaissais et je voyais une forme de désarroi s'emparer d'elle. Je l'observai un bon moment, écoutant attentivement son explication avant de répondre à mon tour.

- Je peux comprendre que beaucoup de choses t'accablaient ces derniers temps. Pourtant, je pense qu'il ne faut pas te sentir responsable de cet état de fait. Dis toi que les hommes ont souvent peur de ce qu'ils ne peuvent pas contrôler. Je te connais assez pour savoir que tu n'es pas une gentille petite fille naïve qui se laissera guider par le bout du nez. Contrairement à moi par le passé, sens toi flattée. Tu es sans doute un joyaux que seul le plus méritant pourra se targuer de porter vers l'avant.

C'était sans doute à mon tour de rassurer quelque peu ma partenaire. Un retour d'ascenseur qui prenait tout son sens dans la tournure de la discussion. Je venais poser une main rassurante sur l'épaule de Kaya en affichant un sourire qui l'était tout autant. Je ne voulais pas la voir embarrassée surtout à cause d'une question que j'avais pu poser. Je continuais ma réflexion en reprenant la parole.

- Quand un homme ne sera pas effrayé par ta présence, c'est que ça sera un potentiel prétendant. Crois moi, c'est à toi cependant aussi de faire en sorte de garder une dynamique pour qu'il reste. On a rien sans rien. Je pense que tu dois aussi céder parfois un peu de toi-même si tu veux obtenir quelque chose. J'ai aussi des principes, mais j'ai remarqué qu'on ne peut pas toujours se cacher derrière. Il faut savoir trouver un juste milieu tu ne crois pas ?


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1614-l-etincelle-vacillante-qui-colore-encore-la-cendre-rougeoyante-terminee

Mar 14 Nov 2017 - 19:22
Un moment rare qui était aperçu ce soir-là. Kaya qui était d’habitude très confiante et fière, ou dans le pire des cas qui ne montrait que cela en façade, se retrouvait bien plus vulnérable avec Ayame. Probablement que leurs discutions l’avaient détendue et qu’une sorte de confiance entre les deux personnes suffisait à la faire se confesser des petites choses qui la gênait dans la vie. C’était typiquement le genre de sujet qu’elle n’aurait jamais abordé dans une discussion avec des autres Yukis, ou pire, avec des membres de la hiérarchie Shinobi. Et elle n’avait pas l’habitude dernièrement de retrouver des amis ou connaissances juste pour le plaisir de discuter de tout et de rien comme c’était le cas aux sources chaudes ce soir. Et qu’est-ce que c’était ressourçant pour la jolie blonde qui se sentait comme libérée d’un poids intérieur en parlant de ce sujet avec elle. Un petit soupir plus tard qui signifiait son relâchement intérieur et elle releva ce regard bleu glacial qui la caractérisait tant.

Elle écoutait alors son amie et cette dernière avait réussi à la faire sourire à nouveau. Une petite fille naïve qu’on dirige ? Effectivement, c’était impossible avec elle, et l’image qu’elle renvoyait était d’ailleurs l’opposé de ce cliché. Même si au fond elle aimerait peut-être quelqu’un qui puisse la cadrer un petit peu de temps en temps, elle restait indépendante et était trop fière pour qu’une personne tiers lui mette des bâtons dans les roues lorsqu’elle voulait prendre une décision.



« Ah, le fameux élu qui aura le droit de conquérir le Joyau de Kiri ! Non, n’abusons pas, je ne suis pas non plus la reine du village. Blague à part, tu as peut-être raison sur le comportement des hommes et ce qui les pousse à avoir en quelques sorte peur de m’aborder… D’ailleurs niveau principes, je n’ai pas non plus parlé de me mettre en couple ou de me marier hein… Je ne parle peut-être pas à la meilleure personne pour dire ça mais j’ai 21 ans, je ne rêve pas encore d’une vie de famille ! » 



Elle avait annoncé ça avec une bonne touche d’humour, mais en fait elle essayait de rester à peu près correcte dans ses propos, car elle s’aventurait dans un terrain très glissant, et ne voulait pas passer pour la fille voulant batifoler avec la moitié du village, loin de la ! Après, autant être honnête et lui faire part de son état d’esprit, sinon leur conversation serait totalement faussée.

« Mais ce dont j’ai envie, et qui me manque un peu il faut l’avouer, c’est plutôt le jeu de séduction, la sensation de réellement plaire, pas seulement d’être regardée comme un bout de viande. J’exagère un peu, mais actuellement on me regarde beaucoup, on me fait quelques remarques ou allusions, mais ça ne va que rarement plus loin. Enfin, tu vois ce que je veux dire. »



Entre leur sujet de conversation et la température des bains, la jolie blonde commençait vraiment à avoir très chaud ici. Son teint restait un peu plus rosé que d’habitude et sa respiration était un poil plus rapide.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Jeu 16 Nov 2017 - 14:24
Confessions aux sources
J'ai pu remarquer que le sujet de conversation que j'avais lancé avait touché ma partenaire. Touchée dans le sens ou elle semblait gênée, ça faisait longtemps que je l'avais pas vu avec son éternel assurance. Cela me faisait rire et étrange à la fois, sans pour autant me montrer moqueuse. Non, j'avais toujours connu Kaya fière et confiante. Alors la voir dans cet état était un grand changement, qui je dois l'avouer, était loin pour me déplaire. Percer sa carapace de temps à autre ne fait jamais de mal. Montrer ses émotions ou son état d'esprit en dehors de celui qu'on martèle à afficher quotidiennement. Quel acte courageux à défaut d'être une faiblesse comme pourraient le croire beaucoup. Moi-même pendant longtemps je m'étais enfermée dans une personnalité abrupte qui ne manifestait que peu d'émotions.

Esquissant des sourires à peine voilés derrière une froideur que je m'efforçais de cultiver pour me protéger. Quel intérêt ? Finalement, aucun cela ne m'a pas protégée, juste éloignée de ce qui pour moi était le plus important. Le simple contact et le lâcher prise avec des personnes qui ont une signification importante à mes yeux. Soupirant un instant, non pas par lassitude, mais plus par soulagement d'avoir ouvert les yeux sur le constat que j'avais fait sur moi-même. Je ne jugeais en aucun cas Kaya, je serai bien mal placée pour pouvoir faire une remarque constructive à ce sujet. Sachant que moi-même encore une fois j'étais dans un état d'esprit similaire autrefois. Le bref passage sur le fait qu'elle ne souhaitait pas s'engager ,car nous avons le même âge m'arrachais un rire passager.

- Non effectivement je pense que je suis la dernière personne la mieux placée à qui tu pourrais dire ça. Dans un sens, je regrette de pas avoir plus profité de ma jeunesse, quoi que remarque, rien n'est encore perdu. Je ne regrette pas ma fille, je l'assume complètement, mais si j'avais pu l'avoir plus tard, je ne m'en serais pas plaint.

Il est clair que le fait de devenir mère si jeune n'était pas réellement ce que j'avais pu imaginer. J'ai dû prendre cette situation comme elle est venue. Avec une certaine appréhension, sans savoir ce que l'avenir me réserverait. C'était délicat, pourtant au jour d'aujourd'hui, cet état de fait était ce qu'il était. Un moment j'ai même eu la bêtise de penser qu'avoir un enfant ferait de moi une femme mâture. Rien que cette idée prouve que j'étais bien stupide il y a quelques années. Je pense qu'à défaut d'âge également c'est plus une question d'expérience. Une personne jeune ayant vécu beaucoup de choses peut être plus mature qu'une personne âgée n'ayant vécu que bien peu de péripéties. Je m'efforçais d'observer ma consœur de bassin et sa teinte devenant plus rosée. Puis, je reprenais naturellement le cours de notre discussion.

- Effectivement je vois parfaitement, c'est notre rôle, d'être quotidiennement observée. Jugée par notre apparence et notre comportement. Cela peu plaire à certains comme dégoutter d'autres. Ce n'est pas toujours à notre goût, mais le monde est fait ainsi. Je suis persuadée cependant que ce n'est pas impossible que tu trouves ce que tu recherches. Il te faudra simplement un peu de patience. Blague à part, j'avais oublié que ce sujet te faisait presque rougir, c'est amusant.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1614-l-etincelle-vacillante-qui-colore-encore-la-cendre-rougeoyante-terminee

Dim 19 Nov 2017 - 12:16

Juger les gens selon des apparences, selon leurs agissements, et encore pire se comparer à eux. Effectivement, notre monde était ainsi, mais plus que le monde selon elle, la nature humaine était fortement impliquée dans ce fonctionnement. Elle savait très bien qu’elle était l’un des nombreux rouages de ce système, mais cela lui convenait plutôt bien. Après tout, une situation convient en général à ceux qui en ressortent avantagés. Sa plastique était un avantage indéniable dans nombre de situations, et elle n’hésitait pas à s’en servir. Certains trouveraient ça surement déplacé, mais elle trouvait juste normal de tirer un avantage de ses qualités.

Elle avait de la patience, et pour être honnête elle ne cherchait pas non plus à provoquer le destin plus qu’autre chose. Même si elle aurait aimé pouvoir un peu plus profiter de certains jeux de séduction, ce n’était pas non plus sa préoccupation première. Cependant en parler ouvertement comme elles le faisaient ici lui faisait focaliser son esprit la dessus, et le manque devenait alors omniprésent. Ce dernier se retrouverait probablement relégué au second plan une fois qu’elle reprendrait l’entrainement ou qu’elle partirait en mission, mais ce n’est effectivement qu’enfouir un problème qui ne fera que ressortir indéfiniment.

- Et oui, le jugement peut parfois être difficile à accepter, mais il est presque inévitable. Alors autant le prendre en considération et s’en servir pour en faire un atout ! Le jugement peut assez facilement être trompé, et de cette manière on peut vraiment agir de manière à façonner son image comme on le souhaite. C’est très superficiel, mais ça marche.

Enfin, la remarque sur le teint de sa peau la gêna encore d’avantage, obligeant la jolie blonde à détourner le regard en poussant un petit soupir, essayant de retrouver un calme parfait en vain. Sa couleur restait inchangée, si ce n’était pire, et c’est avec un petit sourire en coin qu’elle lui répondit, sur un ton plutôt humoristique.

- Si je te dis que c’est par ce que j’ai chaud, tu ne me croiras pas, c’est ça… ?

Effectivement, le subterfuge était presque impossible et elle le savait. Et elle continua en relevant son regard bleu bien plus chaleureux qu’habituellement.

- Blague à part, si jamais tu as des amis qui n’ont pas peur des femmes sures d’elles, on pourrait aller boire un verre tous ensemble, on sait jamais !

Elle avait annoncé cela avec le même ton, mais personne n’était dupe, la proposition était bien réelle. Et malgré son teint rosé à cause de la certaine gêne, il était tout aussi vrai que la température du bain commençait à vraiment se faire sentir sur sa peau, et la glaciale Yuki était de moins en moins à l’aise avec cela, les bénéfices des sources chaudes étant déjà largement atteins.

- Je ne sais pas pour toi, mais je commence à bouillir. Tu comptes rester encore longtemps ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Mar 21 Nov 2017 - 1:10
Confessions aux sources
Les heures défilaient peu à peu et bien que je me détendais en agréable compagnie, je me disais qu'il faudrait également que je me repose. Reprendre un entraînement actif en parallèle à mes recherches étaient une condition nécessaire à ma peut-être réaffectation. Beaucoup de choses accablaient mon esprit en cette soirée. J'étais partagée encore et toujours entre la reprise d'une carrière qui faisait ma fierté et celle de revoir mon enfant auprès de moi. Me le répétant sans cesse telle une mégère en manque de commérages qui recasent des possibilités. Je présume que je pouvais très bien allier les deux sans pour autant devoir sacrifier plus l'un que l'autre. Pourtant,quelle genre de mère je pourrai représenter en pensant ainsi ?

C'est sans doute ce que la majorité des gens penseraient encore de moi. Finalement, quelle importance ? Quand j'arriverai pleinement à me focaliser sur moi-même et plus sur autrui, je pourrai sans doute me retrouver. En cet instant je préférai pleinement m'accorder encore un moment de quiétude. Profitant de passer mes mains derrières ma nuque, massant ensuite cette dernière de mes doigts pour chasser quelques tentions. Lâchant un soupire de satisfaction, je laissais ma chevelure cendrée s'étaler le long de mon dos. Faisant ensuite en sorte de la faire passer par-dessus mon épaule pour recouvrir en partie ma poitrine. L'amusement et les sourires étaient toujours de rigueur sur les sujets énoncés, derrière son côté sérieux et peut-être froide, Kaya était amusante et ne manquait pas d'humour. Pourtant, en cet instant, elle donnait une version du jugement qui semblait tout à fait cohérente, même si déplaisante

- Je n'avais pas vu les choses sous cet angle, mais ta version n'est pas dénuée de bon sens malgré tout je dois l'admettre. Disais-je en reprenant un brin de sérieux dans cette conversation entremêlé d'instants comiques.

Je ne pouvais m'empêcher de sourire en fixant ma camarade qui tentait ensuite de se justifier sur sa teinte de joues. Prétextant une chaleur qui aurait pu avoir du sens malgré tout. Mon but n'était sans doute pas de l'incommoder avec des discours trop tranchant voir même trop personnel. Vu que nous étions sur cette pente qui peut s'avérer parfois glissante, il faut savoir trouver un juste milieu. J'espère l'avoir fait, parfois je peux me montrer maladroite et sans doute trop confiante. Cela m'a porté préjudice par le passé encore une fois et je ne voulais pas réitérer mes erreurs. Aller de l'avant en me lavant de mes péchés pour retrouver un sentiment de satisfaction dans mes actes. Cette réflexion rendait mon visage trop ferme pour la plaisanterie qui berçait dans un jus parfois sérieux. Kaya trouva encore une fois facilement le moyen de m'arracher un rire à la volée.

- Au moins tu ne perds pas le nord c'est bon signe ! Rien que pour toi je vais tâcher de faire une sélection. Disais-je d'un timbre ironique et humoristique exagèrent le terme de « sélection » avant de reprendre. - Très honnêtement, cela pourrait être une idée sympathique.

Ensuite, elle me fit part des chaleurs qui commençaient à se faire trop persistante. Observant alors mes mains fripées par le contact trop prolongé de l'eau et la sueur qui perlait de mon front. Je ne pouvais qu'aller dans le sens de ma compatriote. Finissant par me relever avant de saisir la serviette que j'avais laissée plutôt sur le bas-côté. M'enroulant dedans pour plus de pudeur et de confort, je fis un pas hors du bassin pour m'en extirper avant de me retourner et afficher un sourire amical à ma partenaire.

- Je pense qu'effectivement l'heure est venue pour moi également de renter. Je te remercie pour ton aide et ce moment agréable en ta compagnie. Que dirais-tu que nous nous retrouvions pour un entraînement d'ici quelques jours ? Sur ces quelques paroles, je prenais le chemin du vestiaire, en faisant signe de la main redevable dans mon esprit envers sa personne pour avoir chassé ne serai-ce qu'un peu les démons qui me tourmentent.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1614-l-etincelle-vacillante-qui-colore-encore-la-cendre-rougeoyante-terminee

Mar 21 Nov 2017 - 16:45

Ah, quelle bonne nouvelle, elle n’avait pas refusé sa petite proposition! Bon, tout restait sur un ton très humoristique, mais elle savait très bien que si elle trouvait quelqu’un de sympathique elle lui ferait surement rencontrer, au moins pour passer un bon moment ensemble. Enfin, ce sujet était intarissable, et elle se doutait qu’un jour ou l’autre il allait revenir vers elle comme un boomerang. Ce moment serait probablement embarassant, mais très amusant après-coup.

La chaleur commençait à réellement la gêner, et sa petite remarque avait fait remarquer à son amie qu’elle aussi commençait à bouillir dans ces sources chaudes. De ce fait, elle décida d’elle aussi quitter les lieux. A peu près dans le même mouvement que la brune, Kaya se releva et plaçant un bras devant sa poitrine avant de s’extirper du bassin pour attraper sa serviette qu’elle avait placée bien trop loin du bassin à son goût. Quelques petits pas plus tard et une serviette enroulée autour de sa poitrine plutôt généreuse, elle retourna aux côtés d’Ayame.

Cette dernière lui proposait de se retrouver plus tard pour faire un entrainement, comme ils en avaient parlé juste avant. C’était une bonne idée, et elle espérait bien trouver un peu de temps libre pour le plannifier, car actuellement la jeune Yuki était débordée. Entre les histoires liées à son clan, la sanction, et les démarches qu’elle doit entreprendre pour regagner les rangs de Kiri, son agenda était bien rempli pour les prochains jours. Mais elle garderait ça dans un coin de sa tête pour sur.

- C’était très agréable effectivement. Quel bonheur de se vider un peu la tête et de penser à autre chose. Sinon pour l’entrainement… Eh bien je préfèrerait plutôt le prince charmant ! Non, sans blague j’ai assez peu de temps libre en ce moment, mais une fois que j’en aurai fini avec ces histoires de sanctions envers les Yukis, je devrais pouvoir trouver du temps pour nous faire un entrainement. On se revoit au plus vite quoiqu’il arrive !

Dit-elle avant qu’elles ne se saluent pour se dire au revoir et qu’Ayame se dirige vers le vestiaire, ce qu’elle fit juste après elle évidemment.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Confessions aux sources [PV Yuki Kaya ]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: