Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Attrapez les tous ! [Pv Daisuke]


Lun 30 Oct 2017 - 14:17
Concentrée...

Tu épluchais les dossiers de cette dernière affaire qui te laissait perplexe. Depuis que tu avais pris tes fonctions, tu avais été d'une efficacité redoutable. Tu avais rouvert certains dossier déjà classifié n'ayant jamais eu de finalité concrète pour les résoudre peu de temps après. Comme en toute chose dans laquelle tu t'engageais personnellement, tu faisais tout ce que tu pouvais pour être à ton maximum en tout point. Bien que tu étais loin de ta tranquillité, ce n'était qu'un investissement pour le futur. Ainsi, tu avais relu la plupart des affaires de ces dernières années, des plus grosses au plus mineur.

En ce moment, cela faisait deux trois jours que tu enquêtais dans ton coin sur une affaire de grand banditisme. Ceci s'était installé sur ce lopin de terre depuis peu et avait déjà commencé à gangrener les rues. Le soucis de ce genre de personne, c'était qu'ils étaient semblable à des virus, se répandant très vite si on ne trouvait pas un moyen de les endiguer. L'ampleur du trafic avait su s'installer de plusieurs façons, et cela devenait une urgence extrême d'arrêter tout cela avant que la police ne perde le contrôle de la situation.

Ainsi, tu avais fait remonter l'affaire jusqu'à Daisuke, qui était le seul apte à déclencher une opération directe de cette envergure. Ce n'était pas encore dans tes attributions, soit... Tu n'espérais pas grand chose de la clairvoyance du Taicho, mais tu savais qu'il avait un semblant de professionnalisme.

En attendant, tu avais interrogé de ton côté plusieurs indics, des pourris sans vergogne. Changeant de trottoir dès que l'autre était moins boueux que celui sur lequel ils marchaient actuellement. Mais qu'importe où ils marchaient, il ne fallait pas oublier que sous leurs semelles, c'était de la boue qu'il y avait.

Tes méthodes d'interrogatoire changeaient de la moyenne, tu instaurais toujours un climat anxiogène. A force d'être agressive durant toute ta vie, tu avais développé cette aura de prédatrice prête à dévorer n'importe qui pour peu qu'il respirait un peu trop fort. Ce qui n'était pas entièrement faux. Tu avais ainsi récupéré leur base opérationnelle supposée et une maigre estimation de l'effectif totale.

Soupirant, tu sortais la tête de ce dossier pour te diriger vers le bureau de Daisuke. Toquant à la porte, tu n'attendis pas sa permission que tu te retrouvais devant lui.

- Nous avons une dizaine d'homme au courant et apte à intervenir avec nous. Il ne nous faut que votre accord.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Lun 30 Oct 2017 - 22:51
Je dois l’avouer, je suis un génie. Je crois que c’est la meilleure idée que j’ai eue depuis tellement longtemps. J’ai rarement été aussi performant sur une décision. Depuis que j’ai recruté Reiko pour la nommer Fukutaicho, je suis le roi de la police de Kumo. Je vois bien la différence depuis son arrivée, j’ai beaucoup moins de dossier qui s’entasse sur mon bureau, tout le monde est à l’heure pour prendre service, j’ai plus de temps libre qu’avant, bref, c’est la belle vie. Grâce à son arrivée ici, j’ai eu assez de temps pour avancer sur mon livre. Ça commence à devenir pas mal, j’ai écrit plus d’une centaine de page, ça commence à prendre forme comme je le voulais. Mais il me reste encore du temps avant de le finir. Tout ce que j’ai écrit pour l’instant, c’est brouillon. Je vais devoir remettre au propre, pour ensuite penser à le publier. Ça ne sert à rien que je me presse pour le finir, j’ai tout mon temps, surtout en ce moment.

J’étais donc dans mon bureau, tranquillement installé, les deux pieds sur la table de mon bureau, bien détendu. J’avais mon cigare dans la bouche et un petit verre de saké dans l’autre. Je me la coule douce quand même, avant, quand j’étais sous les ordres de Shuuhei, je ne pouvais pas en profiter au tant. Mais maintenant que c’est moi le patron ici, je peux faire ce que je veux. Bon, je dois quand même travailler de temps en temps, sinon, je risque d’avoir des ennuis avec Shuuhei justement, mais je n’ai pas besoin de m’y mettre à fond, j’ai des gens qui sont là pour s’occuper de tout ça. D’ailleurs, je trouve que j’ai recruté des personnes bien compétentes. Il n’y a pas seulement Reiko, mais je peux aussi compter sur Hisao, Shôran ou encore Shojito, en plus des Metaru qui composent l’effectif de la police. Kumo peut se détendre, la police est là pour veiller sur eux.

Mais alors que je comptais passer un après-midi de rêve à glander sur ma chaise, j’ai entendu des pas arriver en direction de mon bureau. Je commençais à connaitre trop bien la fréquence de ses pas. Vite-fais, j’ai rangé mon verre de saké sous mon bureau, j’ai posé mon cigare dans le cendrier puis je me suis redressé. Dans la foulée, Reiko frappa à ma porte et rentra sans même attendre que je lui en donne la permission. Comme à son habitude, elle était froide dans ses paroles, et ne tourna pas autour du pot. Il était question d’une opération pour démanteler et procéder à l’arrestation d’une bande de brigand qui semait la ‘’zizanie’’ dans Kumo. Brigand… c’était un grand mot, rien à voir avec ce que je faisais dans ma jeunesse, mais bien assez pour pourrir la vie des kumojins.

« Je commençais justement à m’ennuyer. Je te donne le feu vert pour l’opération, mais je viens avec toi, j’ai envie d’aller sur le terrain aujourd’hui. »

C’était un petit mensonge de rien du tout, puis c’est toujours mieux de montrer à ses troupes que l’on est un homme de terrain. Depuis que je suis Taicho, je n’ai plus trop le temps d’aller sur le devant de la scène. Je dois m’occuper de la gestion de la police, ce qui est assez ennuyant, mais comme on dit, ça s’appelle une évolution de carrière, et je ne vais pas m’en plaindre. Je me suis donc levé de mon fauteuil, j’ai attrapé mon brassard de la police que j’ai enfilé à mon bras gauche et j’ai ensuite attrapé ma canne pour déplacer hors de mon bureau, tout en prenant soin de remettre mon cigare en bouche, je ne sortais jamais sans.

« Pars devant avec les troupes, je vous rejoins directement à la planque. On pourra commencer les opérations une fois que je suis arrivé, et seulement à ce moment, pas avant, d’accord Reiko ? »


_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Jeu 16 Nov 2017 - 21:17
Perplexe...

Tu le regardais, de manière hautaine. Était-il entrain de te magouiller quelque chose ? Pourquoi voulait-il montrer sa présence ? Tu n'avais pas besoin d'un boiteux pour superviser l'opération que tu avais toi même monté depuis plusieurs jours déjà. Tu te fichais bien de la renommée obtenue à travers ce genre de chose, mais apparemment, cela ne semblait pas être le cas du vieux. Voulait-il s'accaparer les fruits de tes travaux ? Tu arquais un sourcil, s'il était aussi pourri que cela, il allait falloir envisager de le destituer un jour... Enfin, tu soupirais mentalement, ce n'était pas ta préoccupation première en cet instant, soit il voulait venir, c'était dans son droit après tout. Mais tu allais très mal réagir s'il foutait tout en l'air.

Finalement, tu partis de son bureau avec l'étrange idée en tête que tout n'allait pas se passer aussi bien que tu l'avais prévu. Tu avais tant fait pour réduire l'imprévu à une chance proche du néant. Mais cette variable n'était clairement pas entrée dans tes calculs... Tu détestais les hommes et leurs vanités...

Tu avais pris avec une toi une vingtaine d'homme. Suffisamment pour ne laisser aucun malotru s'échapper une fois l'intervention commencée. La plupart de tes cibles étaient des bandits sans capacités particulière. Quelques uns se démarquaient par leurs passifs de shinobi sans attache. Des anciens mercenaires dont il aurait été très bon de te méfier. Ce que tu avais fait, sur le moment, tu avais prévu de t'en occuper toi même. Mais puisque Daisuke n'allait pas tarder à se montrer, il allait lui aussi pouvoir t'aider. Pas que tu avais besoin qu'il t'aide mais bon... A la rigueur, il pourrait toujours regarder dans son coin.

Tu trépignais alors que tu te retrouvais dans la planque justement. Ce foutu Taicho se faisait attendre et tu détestais attendre lorsque tu ne l'avais pas décidé. Il t'avait donné carte blanche non ? Tu étais censée être autorisée à intervenir sans sa venue. Tu ne savais d'ailleurs pas pourquoi tu l'attendais de la sorte. Finalement il daigna enfin montrer son visage de balafré.

- Vous en avez mit du temps...


Des reproches cinglants... Forcément, tu ne savais dire que cela, bien que cette fois-ci tu savais que c'était particulièrement mérité de sa part. Il ne semblait pas prendre son job au sérieux. Quel crétin...

- Vous avez lu le dossier j'imagine, vous savez comment se déroulera l'intervention ?


Tu plissais les yeux, cherchant sur son visage une expression de trahison. Cela ne t'aurait pas étonné qu'il l'avait rapidement balayé et approuvé sans vraiment se rendre compte de ce qu'il était entrain de lire. Néanmoins, tu ne tentas pas d'aller plus loin. Qu'il l'avait lu ou pas, tu t'en foutais finalement.

- Un premier groupe d'homme composé d'une quinzaine de nos effectifs attaqueront le bâtiment par devant. Nous irons à l'arrière pour réceptionner les plus malins pensant à s'enfuir. Dans ce cas de figure, nous devrions rencontrer une opposition qui peut être musclée.


Tu te retenais de rouler les yeux au ciel. S'il n'avait pas voulu venir, vous seriez déjà entrain d'arrêter ces bandits.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Dim 26 Nov 2017 - 18:32
Pourquoi j’avais insisté sur le fait de venir avec Reiko ? Je ne sais pas trop. J’avais envie, c’est tout. Le manque d’action depuis mon bureau, ou alors le fait que je commence à me sentir vieux et que j’ai besoin de sortir pour voir comment ma Fukutaicho s’occupe d’une affaire du genre. Peut-être bien les deux. Cela ne fait pas très longtemps que la petite Metaru est à ce poste, alors je dois vérifier comment elle agit. De plus, si elle est en première loge pour me remplacer par la suite, c’est mon devoir de vérifier si elle est à la hauteur du poste de Taicho. En tout cas, je sens que je vais bien m’amuser aujourd’hui, Reiko, peut-être moins.

J’avais fait exprès d’arriver en retard à la planque. Je voulais voir de quelle manière elle allait réagir, mais au final, je savais déjà. Elle était dans le même état que quand je l’avais laissé au Q.G., c’est-à-dire froide, comme d’habitude j’ai envie de dire. J’ai d’ailleurs eu le droit à une remarque quand je suis arrivé. Ensuite, elle osa me demander si j’avais bien lu le rapport sur l’opération. Bien-sûr que non, je lui faisais totalement confiance sur le coup, j’imagine bien qu’elle doit avoir un plan bien préparé, même s’il ne s’attendait pas à me voir ici. Elle m’expliqua ensuite rapidement l’idée principale. Quinze agents iront devant le bâtiment pour les attaquer de front, et ensuite le reste ira à l’arrière pour cueillir les fuyards. En soi, ce n’était pas un mauvais plan. Pas parfait non plus, mais ça me convenait.

« Parfais. Pour commencer, je vais rester en retrait, et suivant la situation, je vais intervenir. Je me doute bien qu’avec ou sans moi, tu pourras gérer la situation sans problème, je me trompe ? »

Je n’avais pas tors après tout. Elle avait organisé l’opération sans me prendre en compte, elle devait avoir donc tout prévu depuis le début. Aussi bien, je ne vais servir strictement à rien, et juste être spectateur. Mais j’avoue que j’aimerais bien voir la situation ne pas être celle que Reiko avait prévu. Il y a tellement de facteurs à prendre en compte. Alors je vais tranquillement observer depuis ici et attendre de voir comment les choses évoluent.


_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mar 28 Nov 2017 - 8:57
Perplexe...

Tu le fixais, tandis qu'il semblait te répondre approximativement. Finalement, tu n'en avais rien à faire de lui, il restait ton supérieur mais comme il te l'avait dit, il n'allait pas davantage interférer avec les plans que tu avais mis en place. Tu restais débutante dans le milieu, il fallait encore te roder à diverses situations, mais de manière générale, tu avais tout ton passé de Jônin qui te servait bien plus que nécessaire ici. Lui ? Il agissait un peu comme tu avais agis avec Hisao tantôt, à une toute autre échelle néanmoins. Si Hisao lui était un débutant de débutant, toi tu te devais d'avoir déjà une certaine expertise, vos responsabilités n'étaient clairement pas les mêmes. Soupirant, tu te retenais de coller une beigne à ce type qui était Taicho et qui semblait tout prendre à la rigolade. Tu détestais être le dindon de la farce...

Enfin...

Voilà qu'une heure après, l'assaut avait été donné. La majeur partie des effectifs déployés venaient de pénétrer les lieux de la manière la plus brutale possible. Une frappe chirurgicale survenant au milieu de la journée avec toute la surprise dont vous étiez capable dans ce contexte. Évidemment, le moment fut opportun pour vous, tu avais déclenché une certaine panique en agissant de la sorte, une panique qui avait tôt fait de désolidariser le groupe entre eux.

Vous, toi et le Taicho, avec quelques hommes, vous vous étiez dirigés par l'erreur. Histoire de couper la retraite et de se manger les plus récalcitrants. Généralement les types les plus forts étaient ceux qui arrivaient toujours à s'enfuir. Cette fois-ci, cela allait être un coup de filet sans aucune erreur. Enfin... Tu regardais encore du coin de l’œil le Taicho. Il restait une variable que tu n'avais pas prise en compte, et sa simple présence pouvait suffire à ébranler un schéma bien établit.

- Ne laissez personne s'échapper !


Ta voix était froide mais ton sang lui était bouillant. Tu étais prête à frapper les types les plus tenaces. Avec toi, ils ne l'étaient jamais longtemps. Néanmoins, il fallait que tu réagisses vite, en effet, le nombre de bandit au sein de ce batîment était démesurément grand. Apparement, tu avais omis de prendre en compte l'activité recrudescente de ce groupe depuis quelques temps. Bien entendu, monter ce dossier t'avait prit des semaines, ce genre d'erreur n'était clairement pas admissible voir même possible. Il te manquait encore un élément mais le fait est que vous vous retrouviez dans une situation en sous nombre. Bien entendu, Daisuke était là mais... Il n'était pas clairement là pour intervenir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mar 28 Nov 2017 - 19:01
Du coup, j’étais tranquillement assis, en attendant que les opérations se déroulent. Aujourd’hui, c’était Reiko la cheffe. Je n’étais ici qu’en tant que spectateur, et, peut-être suivant l’action, j’interviendrais pour donner un coup de main. Mais en tout cas, je n’étais pas l’acteur principale ce soir. Je comptais bien déranger Reiko avec ma simple présence ici, et je crois d’ailleurs que c’était déjà le cas. Elle n’avait pas du tout prévu que je sois ici, et puis faut dire, elle ne me portait pas vraiment dans son cœur. Je suis certain que pour elle, je n’étais qu’un simple ami de son frère qui avait réussit à devenir Taicho grâce à ses relations.

Bon, ce n’est ni faux ni vrai. Je suis devenu Taicho vu que c’est Shuuhei qui m’a recruté dans la police, mais sinon, j’ai le mérite d’avoir des faits d’armes qui sont bien assez important pour me donner de la crédibilité à mon statut. Ma présence ici était justifié par le fait que j’observais mon adjointe. Rien de plus. Je voulais juste voire comment elle pouvait se débrouiller dans ce genre d’opération. Je sais que c’est une première pour elle, alors je ne serais pas trop méchant avec elle.

C’est donc une heure plus tard que le coup d’envoi de l’opération a eu lieu. Le premier groupe commença donc par l’avant du bâtiment, pendant que moi et Reiko ainsi que quelques policiers restaient à l’arrière pour récupérer les fuyards. Au début, tout se déroulait comme Reiko avait prévu, mais d’un coup, la situation commença à se dégrader. Et pour cause, il y avait l’air d’avoir plus de brigands que prévu dans la maison. Pour l’instant, je n’étais pas capable d’évaluer si nous étions en sous-effectif, mais ça en avait tout l’air. Mais je n’avais pas encore envie d’intervenir pour aider Reiko. Je devais d’abord savoir comment elle allait réagir au fait que son plan ne se déroule pas comme prévu.

« Hmm sans vouloir te déranger, je crois que certains sont en train de s’enfuir de l’autre côté… »

Je ne faisais qu’une simple remarque, rien de bien méchant, mais en même temps, j’avais pas tort, certain prenaient la poudre d’escampette sous nos yeux. Je pouvais très bien utiliser une technique mais… je voulais laisser l’occasion à Reiko de montrer ce dont elle était capable. En tant que Fukutaicho, elle doit être la personne qui peut débloquer une situation. Elle doit savoir faire la différence dans ce genre d’opération. Elle doit être la meilleure dans tous les domaines. Alors, toujours tranquillement installé, j’attendais de voir ce qu’elle allait faire, et moi, j’assistais à tout ça avec mon cigare dans la bouche.


_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mer 29 Nov 2017 - 8:45
Ennuyée...

L'imprévu, lorsqu'il jouait contre toi était ennuyant. Tu avais passé énormément de temps à mettre en place se plan et voilà qu'il se désagrégeait petit à petit avec le temps à cause d'un facteur aléatoire, imprévisible. Affichant un nerf qui trouvait de plus en plus sa place sur ton front, tu resserrais les poings tandis que ton regard s'assombrit en parallèle. Soit... Il n'avait fallu que de la petite pique du Taicho pour te sortir de tes gonds, sachant pertinemment qu'il était la raison pour laquelle l'alignement du futur avait décidé d'être différent par rapport à tes prévisions.

Soit...

Composant quelques mudras, tu venais couper net la retraite de quelques uns des bandits en faisant surgir en face des sorties possible à l'arrière, un mur gigantesque de métal. C'était un moyen comme un autre d'emprisonner les bandits et de pouvoir diviser l'effectif ennemi de manière temporaire. Ainsi, dans ta situation actuelle, seuls quelques uns avaient réussit à s'extirper du batiment par l'arrière. Néanmoins comme convenu, vous étiez là pour les réceptionner.

Tandis que les policiers que tu avais prit avec toi se mirent à intervenir, tu les joignis dans l'élan du combat. De manière générale, tu étais au dessus en terme de combattivité et de technique. On ne pouvait pas vraiment rivaliser avec toi, et même l'effectif ennemi plus aguerrit finissait par crouler sous tes assauts lorsque ce n'était pas sous les assauts de tes subalternes. Le Taicho quant à lui se prélassait encore paisiblement à l'extérieur.

- Attachez-les. Aiko, viens avec moi, nous rejoignons l'avant.


Au final, si tu avais coupé toute retraite par l'arrière. Il n'était pas étonnant que les ennemis encore présents allaient tenter de forcer par devant. Hors, même si tu avais laissé le gros de tes policiers à l'avant justement, nul doute qu'ils allaient être acculés par le surnombre. Le Taicho lui avait le loisir de faire ce qu'il voulait, tu ne le calculais même plus à la longue.

T'engouffrant quelques secondes après dans le batiment par l'avant. Tu rejoignis de nouveau l'affrontement en t'occupant des ennemis les plus tenaces. De manière générale, ils étaient nombreux, mais très malins ni véritablement coriaces. Tu détestais le fait d'avoir changer tes plans à la dernière minute mais ta réactivité avait permit de retomber sur un schéma plus ou moins correcte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 30 Nov 2017 - 15:54
Je continuais d’observer sans avoir l’envie d’intervenir. Je laissais Reiko se débrouiller elle-même. C’était bien elle qui avait fait le nécessaire pour monter cette opération, alors je n’avais aucun droit de me mêler de cette histoire. Ce qui est assez paradoxal d’ailleurs, étant donné que je suis le Taicho et donc son supérieur. Mais j’avais bien le droit de juger mes hommes, et c’est ce que j’étais entrain de faire maintenant. Alors que des hommes s’échappaient de la maison qui leurs servaient de repère, Reiko eu la bonne réaction. Elle ne paniqua pas, enfin, elle ne laissa rien apparaitre extérieurement. Elle gardait son sang-froid, même si je me doutais bien qu’au fond d’elle, elle était surement entrain de bouillir de l’intérieur, juste à l’idée que son plan n’était pas parfait. Elle n’avait peut-être pas pris en compte le nombre d’individu qui était présent dans la maison. En tout cas, avec quelques mudras, elle parvint en Metaru qui se respecte à dresser un mur de fer barrant la route des brigands en fuite.

Sans tarder, elle demande à un autre policier de venir pour les attacher et empêcher de les voir de nouveau fuir pour espérer s’en tirer. Juste après, telle une tigresse chassant sa proie, elle s’introduisit avec le reste des troupes à l’intérieur de la bâtisse. J’espère qu’elle savait ce qu’elle était entrain de faire. Je pouvais entendre de là où je me trouvais les vacarmes de ses combats. Elle ne se retenait pas, ça, c’est certain. Je pouvais entendre des cris, qui ne venaient pas d’elle mais bien de ses victimes, ce qui me faisait rire au passage.

Mais alors que je me trouvais seul, avec mon cigare à la bouche, j’ai pu entendre des bruits venant de plus loin. Je me suis donc retourné, et j’ai pu constater, qu’il y aurait encore de l’action. Surpris, mais sans plus, j’ai pu observer que des renforts étaient en chemin, mais malheureusement pour nous policiers, ce n’étaient pas nos renforts. Non, une bonne vingtaine de brigands étaient entrain de charger en direction de la maison. Voilà ce genre d’imprévu que j’aime particulièrement. Je ne sais pas si Reiko avait prévu ça dans ses calculs, mais tout cas, ils étaient bien présents, et particulièrement en colère. Est-ce qu’il était temps que j’intervienne ? Je pense bien, sinon, je risquais d’avoir des blessés dans mon propre camps, et j’en connais un qui ne sera pas très content.

« Je vais enfin pouvoir m’amuser. »

Me relevant avec l’aide de ma canne, je me suis déplacé de quelques mètres pour faire face à la vague de malfaiteurs qui arrivait droit vers moi. Sans bouger, j’attendais patiemment qu’ils soient tous à bonne distance. Agir maintenant serait une bêtise, et je risquerais de perdre l’avantage de la surprise. Sortant de ma canne la lame qui étaient soigneusement cachée à l’intérieur, je me mis en position de combat, donnant les premiers coups aux adversaires, sans bien-sûr les tuer. Maintenant, reste à savoir si Reiko allait venir m’aider, même si je peux très bien m’occuper de ça tout seul.



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Sam 2 Déc 2017 - 0:04
Perplexe...

Tes phalanges étaient recouvertes de sang de tout ces bandits qui avaient osé te faire face l'espace d'un temps avant de te fuir ta fureur. Tu n'étais pas vraiment une ennemie sur laquelle on aimait tomber. Brutale, vive, enragée. Fidèle aux principes des Metaru, tu n'étais pas une guerrière mais bel et bien une barbare assoiffée de sang. Au final, après quelques minutes, la résistance cessa. Ceux qui tenaient encore debout voyaient leurs jambes trembler tandis que tu t'occupais de les assommer un à un. Tu en avais rien à foutre qu'on t'implore le pardon. Tu étais le chasseur, ils étaient les proies.

Néanmoins, la violence qui avait eu court à l'intérieur du bâtiment t'avait totalement camouflé l'agitation externe. Ce ne fut que seulement après avoir stabilisé l'intérieur que tu pus enfin comprendre que des renforts avaient été envoyé depuis l'extérieur. Étonnamment, ils n'avaient pas encore réussi à rentrer. Qu'est-ce qu'ils leur prenaient autant de temps ?

Dubitative, tu sortis alors de là d'un pas rapide. Emportant deux hommes avec toi qui étaient encore assez frais pour s'engager dans un autre duel, tu fis face à un drôle de spectacle... Des adversaires gisants au sol, d'autres paniqués. Tu avais l'impression de revoir la scène dont tu avais été la principale protagoniste quelques minutes auparavant. A l'exception que là, tu n'y étais pour rien...

Posant ton regard vers Daisuke, celui-ci se tenait fièrement debout. S'en était-il occupé tout seul ? Tss... Encore un monstre de puissance à l'image de ton frère. Un type bourré de talent et une brute de combat. Rien que le spectacle des renforts gisant au sol était suffisant pour te le confirmer. Le plus impressionnant de tout cela, c'était qu'il avait neutralisé tout ce beau monde avant même que tu ne puisses le rejoindre.

T'approchant de lui, tu lui fis finalement un rapport global de la situation.

- Les ennemis à l'intérieur ainsi que ceux qui ont tenté de s'échapper ont tous été capturés. Je ne pensais pas l'arrivé des renforts ennemis aussi... rapide.


Tu aurais pu te reposer après ça. Malheureusement, l'action ne semblait pas être terminée puisque voilà que surgissaient de nul part deux shinobis, ressemblant davantage à des mercenaires qu'à des nukenin. Enfin... La différence était que eux savaient se battre comparé aux autres malheureux que tu avais rencontré auparavant. Il suffisait de voir leurs postures pour le comprendre. Levant ta garde de manière haute, tu regardais Daisuke.

- Je m'occupe de celui de gauche.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Dim 3 Déc 2017 - 18:34
Est-ce que j’étais en train de prendre mon pied à dézinguer des adversaires tout seul ? Je crois bien que oui. La dernière fois que j’ai pu prendre au tant de liberté dans un combat… hé bien ça faisait un bon moment. En tout cas, en seulement quelques minutes, la vague de brigands venu en renfort était maintenant à mes pieds. Je n’ai pas eu besoin d’y mettre toute mon énergie ni même d’avoir quelqu’un pour m’aider. C’est donc après les hostilités que Reiko débarqua. Elle avait l’air d’en avoir fini avec ceux qui restaient dans la planque, au vu du sang qui dégoulinait de ses poings.

« Ceux-la ne pourront plus se relever avant quelques jours. »

Elle avait l’air surprise, en tout cas dans ses propos, de l’arrivé des renforts brigands. D’un côté, je peux la comprendre, mais en même temps, elle apprendra ainsi qu’aucun plan n’est parfait. Peut-être aurait-elle du faire appel à plus de policier pour assister à l’opération, qui sait. Mais l’heure n’était pas à refaire un plan dans la tête. Alors que j’étais en train d’essuyer mon épée pleine de sang elle aussi, Reiko m’alerta de la présence de deux shinobis. Enfin, on va pouvoir passer aux choses sérieuses. C’est bien sympa de taper sur du malfrat, mais ça devient vite ennuyant. Je préfère mille fois affronter un adversaire coriace, comme un ninja mercenaire.

« Les dames d’abord. »

Reiko décida de prendre celui de gauche. Donc, par conséquent, j’allais régler son compte à celui qui était à droite. Un mec, pas très grand, avec un bandeau couvrant une partie de son visage. J’imagine qu’il avait des cicatrices sur sa gueule, et qu’il avait envie de les cacher. Moi, je préférais arborer fièrement ma balafre sur le visage, c’est le signe que je ne lâche jamais rien dans un combat. Enfin bref, celui-ci se jeta sur moi avec un katana dans chaque main. C’était donc un épéiste, ou du moins, il avait des bases dans ce domaine. Parfait, j’allais enfin pouvoir me mesurer à quelqu’un maniant les armes.

Après avoir paré son premier coup, celui-ci planta ses deux armes dans le sol. Il composa ensuite une série de mudra et cracha ensuite une bourrasque de vent par sa bouche. C’était donc bien un ninja qui avait une certaine expérience. Il faut croire que de nos jours, les brigands ont assez d’argents pour se payer les services d’une telle personne. Moi, ça me va, ça me fait de l’exercice et j’ai l’occasion de me battre en toute légalité. Il me fallait cependant éviter cette technique futon.

Pour cela, rien de mieux qu’un bon katon des familles pour ne pas prendre de risque. Après avoir effectué moi aussi quelques mudras, j’ai fait sortir de ma bouche une boule de feu de taille moyenne, mais suffisamment grosse pour maître à mal sa précédente technique. Et vu que bien-sûr, le feu est supérieur au vent, ma technique n’eut aucun problème à toucher la cible. Mais, je me doutais bien, qu’il en fallait plus pour venir à bout d’un ennemi de ce genre. Ce qui tombait bien, je voulais que le combat dur, je voulais en profiter pour me défouler.



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Dim 3 Déc 2017 - 20:54
Concentrée...

Tu avais rapidement levé les yeux au ciel lorsque celui-ci t'avait incité à commencer par rapport au fait que tu étais une femme. Tu n'avais pas daigner le relever là dessus. Ainsi, tu composais simplement quelques mudras pour former autour de tes mains, tes gigantesques gants qui avaient valu à Shuuhei plus d'une frayeur.

En face ton adversaire était un type gigantesque. Ce genre de type qui usait de leur force brute pour pallier à leur carrure imposante empêchant tout mouvement rapidement. Malheureusement pour lui, en terme de puissance physique, tu te situais dans le haut du panier au sein de ce lopin de terre... Chargeant vers lui, celui-ci forma à partir du sol un mur de pierre qui était censé être là pour stopper ton élancé.

Bien mal lui en prit puisque sans t'arrêter, tu venais faire éclater son pauvre mur en mille morceaux avant de le réceptionner avec un puissant coup de poing dans le bide. Néanmoins, celui-ci ne recula que de quelques mètres avant d'afficher un sourire moqueur. Tu pouvais voir sur le corps de celui-ci de la terre tomber et une fissure s'être formée sur l'endroit de l'impacte. Avant de finalement se reformer.

Cet enfoiré possédait une armure solide qu'il pouvait régénérer à sa guise. A ce train là, cela allait être de l'endurance à l'état pur. Rechargeant vers lui, tu te retrouvais à échanger des coups monumentaux avec un golem qui semblait être invincible. Mais il ne semblait que l'être, chaque coup que tu faisais avec tôt fait de balayer son sourire moqueur. A ce stade, ce n'était qu'une question de temps avant que tu détruises son armure et son squelette interne avec.

Regardant rapidement sur le coté, tu pouvais voir que Daisuke aussi avait engagé le combat. Il paraissait déjà être bien plus à l'aise que toi, son affinité naturelle se retrouvait être celle opposée à son adversaire. Un coup de chance qui allait clairement l'aider dans la suite des choses.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Lun 4 Déc 2017 - 21:20
Pendant quelques instants, j’avais complètement oublié qui j’étais. Mon rôle, mon rang, ma vie. Rien n’était important, juste le combat. Je prenais un malin plaisir à me battre, j’avais même un sourire aux lèvres qui pouvait ressembler à un rictus. Je n’ai jamais caché mon goût pour la baston. Cela remonte à mon enfance, mais tout au long de ma vie, j’ai continué d’avoir la même hargne quand je me battais. Shuuhei en est témoin d’ailleurs. Nous nous sommes déjà battus l’un contre l’autre. Des fois, c’était lui qui gagnait, et vis-versa. Il était donc normal que je prenne mon pied pendant que je combattais l’autre shinobi renégat.

Reiko avait l’air d’avoir quelques soucis avec son adversaire. Il était bien plus impressionnant physiquement qu’elle, et il avait l’air d’avoir une armure résistant à n’importe quel assaut. Mais je ne me faisais pas de soucis pour elle, la jeune Metaru allait bien trouver une faille pour prendre l’avantage. Quant à moi, pour l’instant, j’avais l’avantage. Mais, cela n’allait pas durer très longtemps. En effet, mon adversaire du jour avait pris de plein fouet ma boule de feu qui avait vu sa bourrasque de vent réduite à néant. Alors que je pensais l’avoir touché, j’ai pu voir un tronc apparaitre juste sous mes yeux… il avait fait donc usage à la permutation ? Bien joué…

Profitant de quelques secondes d’inattention, le ninja m’attaqua par derrière. Un coup de pied dans les dos me faisant perdre l’équilibre. Heureusement pour moi, j’ai eu le temps d’amortir ma chute et de me relever immédiatement après. Il avait l’air de se bien se débrouiller, mais je ne sais pas s’il pourra durer longtemps comme ça. Attrapant mon épée, je me suis jeté sur lui enchainant les coups. Il n’avait pas du tout le même gabarit que moi, et prenait donc assez mal mes puissants assauts. Pour se défaire de moi, celui-ci réitéra une attaque futon, me projetant plusieurs mètres plus loin… on pouvait jouer longtemps comme ça, mais il était hors de question d’éterniser le combat.

Après avoir effectué quelques mudras, j’ai fait apparaitre deux scarabées rhinocéros en bois, aussi gros que des chiens. Sans plus attendre, ils chargèrent de plein fouet le ninja, l’envoyer valser. Le choc était assez violent pour le laisser terre pendant quelques instants. Est-ce qu’il allait revenir à la charge ? Je comptais bien ne pas lui laisser le temps de se relever. Je me suis approché de lui, lui ai donné un coup de pied dans les côtes avant de l’immobiliser. Maintenant, il ne restait plus qu’à Reiko de finir son combat. Assis sur le corps de mon adversaire, je regardais tranquillement son combat, avec un cigare à la bouche. Je ne comptais pas intervenir, elle risquerait de mal le prendre.

_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mar 5 Déc 2017 - 0:17
Enfoiré...

Il encaissait bien les coups, un peu trop d'ailleurs. Malgré tes assauts, il arrivait toujours plus ou moins à amortir le choc à travers diverses armures et défenses. A contrario, son attaque était médiocre. Parfois il tentait par pur hasard de te porter un coup, que tu avais tôt fait d'esquiver où de parer. Au final, son style de combat était assez uniforme sur tout le long. Cela consistait simplement à endurer encore et encore en espérant que l'adversaire s'épuise avant lui. Malheureusement pour lui, tu restais aussi une brute en endurance.

Ainsi, d'un coup droit bien placé, tu enchaînais celui-ci d'un uppercut. Au final, vous aviez abandonné toute idée de vous maintenir à distance. Le combat s'était changé en une sorte de pugilat dantesque en attendant que l'un d'entre vous deux ne tombe. Et clairement, cela n'allait pas être toi.

Étonnamment, il manquait de technicité dans ces mouvements. Malgré son armure et ses divers blocages, il restait lent et assez répétitif dans les actions qu'il entreprenait. Toi à l'inverse, tu avais toute la rigueur et la diversité d'une véritable artiste martiale. Tu variais tes angles d'approches et la cadence de tes mouvements afin de toujours maintenir un rythme en opposé avec le sien. Bref, même si bien souvent, on te catégorisait comme une brute écervelée, la vérité était loin d'être ainsi.

Tu ne t'étais pas entraînée des années pour te forger simplement un corps en apparence massif. Non, il y avait plein d'autres choses derrières... Au final, après quelques minutes d'échanges acharnés, tu vins à lui enchaîner un coup au flanc qui fit mouche. Suffisamment pour extirper l'air de ces poumons. Ton autre poing pénétrant son second flanc, tu l'avais littéralement plié en deux.

Celui-ci ployant un genou au sol, tu venais lui fracasser le crâne avec un puissant coup de boule. Tu restais une Metaru, la finesse et toi, cela faisait deux. Ainsi, tandis que ton ennemi vint à percuter le sol de tout son long tu tournas la tête vers ce Daisuke qui paraissait en avoir fini depuis longtemps avec son propre adversaire.

- Je crois qu'il n'y aura plus de renfort à partir de là.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mar 5 Déc 2017 - 19:04
Tranquillement assis sur le corps de mon adversaire, qui bien-sûr n’était pas mort mais juste k.o. par notre combat, je regardais comment Reiko se débrouillait dans un combat en un contre un, le tout, avec un cigare dans la bouche. Son ennemi avait une armure qui avait l’air de résister à n’importe quels coups, mais finalement, la Metaru réussie à prendre l’avantage dans le combat. En même temps, cela ne m’étonnait pas vraiment d’elle. Finissant son adversaire d’un coup de boule qui fut fatal, elle se redressa avant de m’annoncer, certaine d’elle, qu’il n’y aura plus de renforts maintenant. Vu comment ils se font fait éclater, je pouvais partager sa théorie. Après m’être relevé doucement, j’ai vérifié si le ninja renégat était bien attaché et prêt pour partir en prison.

« Je partage ton avis, plus personne ne devrait venir. Enfin… vu leurs intelligences, cela ne me choquerait pas plus que ça. Rey, Shizu, ramenez-moi ces deux-là en prisons, et occupez-vous de nettoyer ce foutoir, il y a des armes qui trainent partout dans le périmètre. »

Il était donc maintenant venu l’heure de faire le bilan sur cette opération qui fu mouvementé. Je dois l’avouer, c’était plaisant de participer, même si au début je n’étais que spectateur. J’ai eu donc l’occasion d’analyser le fonctionnement de Reiko, de voir comment elle pouvait garder son sang-froid. Et je dois dire que j’étais assez impressionner. J’espère au moins que cette journée lui a apprit à ne jamais être certaine de son plan de base. Elle avait encore à apprendre, c’est vrai. Même si elle était déjà redoutable sur le terrain, elle lui manquait encore une certaine expérience, une certaine pratique, qui viendra bien-sûr avec le temps. En tout cas, je ne regrette pas de l’avoir nommée Fukutaicho. Elle répond bien à mes attentes.

« Bon, Reiko, si tu devais décrire l’opération d’aujourd’hui… que pourrais-tu me dire ? Tu te doutes bien que je ne suis pas venu ici juste pour passer le temps, j’avais bien quelque chose en tête en m’incrustant. »

C’était donc maintenant l’heure du bilan. J’espère juste qu’elle n’allait pas m’envoyer boulet, comme d’habitude. Je veux qu’elle comprenne que je ne suis pas toujours un gros lourd, qui profite de son statut. Je suis avant tout son supérieur, c’est vrai, mais je peux aussi l’aider à se développer dans la police. Je ne suis pas un monstre après tout.


_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Jeu 7 Déc 2017 - 10:46
Énervée...

Tout aurait pu se passer bien mieux que cela, mais le plan était allé d'imprévu à imprévu. Le pire dans tout ça, c'était que tu n'avais rien pu faire pour prévoir tout ceci. Les aléas de la vie comme on les appelait, et même avec l'esprit le plus prudent du même, il y avait des choses qu'on ne pouvait envisager. Soupirant face à constat amer, tu venais à dissoudre tes gants métalliques... Tu n'aurais certainement plus à te battre aujourd'hui... Malheureusement. Tu aurais bien voulu que d'autres se pointent pour pouvoir te soulager d'un peu de frustration.

Daisuke avait prit alors la relève quant aux procédures à suivre pendant l'arrestation. Soit... Toi tu te contentais de reprendre ton souffle. Mine de rien ce dernier combat t'avait forcé à utiliser plus d'énergie que convenu, le bouge avait été bien plus tenace que la plupart de tes adversaires durant ces dix dernières années. Au final, il avait ployé le genoux, mais dans l'idéal, tu aurais aimé qu'il s'écroule à ton premier coup porté tout droit dans son ventre.

Écoutant ton Taicho tandis qu'il venait s'adresser à toi, il en vint à te demander ce que tu avais retenu de cette journée ? Pas grand chose, hormis qu'elle avait été particulièrement merdique en réalité.

- J'imagine qu'il y a des choses qu'on ne peut pas prévoir qu'importe le temps qu'on y prend à essayer.


Fixant Daisuke, tu le regardais néanmoins avec un œil nouveau. Le bougre s'était bien battu, presque mieux que toi au final. Il n'était pas le pote de Shuuhei pour rien comme tu le pensais. Une brute de puissance... Tss... Tu n'aimais pas vraiment cette réalité, mais au moins, tu pouvais compter sur lui lorsqu'il s'agissait de combattre. Enfin... Comme à ton habitude, tu préférais te battre seule.

- Enfin. Vous n'aviez pas pensé que j'allais vous ménager n'est-ce pas ?


Évidemment, il fallait que tu places une petite attaque dans ta réponse, sinon tu n'étais pas Reiko. Le bougre se prélassait depuis trop longtemps dans son bureau, cette journée avait au moins eu le don de lui faire les pieds.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Ven 8 Déc 2017 - 23:13
« Exactement. Le métier de Policier n’est pas si simple, surtout en tant que Fukutaicho. Tu auras beau passer des semaines sur l’élaboration d’un plan, il y aura toujours un imprévu qui viendra embrouiller ce que tu avais prévu. Aujourd’hui, tu ne pensais pas que je serais présent pour l’opération, et tu ne t’attendais pas à des renforts, que ce soit la bande de brigand ou les ninjas mercenaires. »

J’étais déjà tombé dans ce genre de situation. A l’époque, j’étais tout comme elle Fukutaicho, sous les ordres de Shuuhei. J’avais organisé une petite opération, un peu dans le même style. J’étais partit avec cinq de mes hommes pour aller démanteler un petit réseau de narcotrafiquant. Mais au final, j’étais tombé sur des gros poissons et on s’était vite retrouvé débordé. Mais, j’ai pu compter sur ma vivacité d’esprit pour retourner ce désavantage en ma faveur. Je ne peux que me souvenir de cette journée… alors qu’on avait fini la mission moi et mes hommes, Shuuhei m’a demandé de venir expressément au Q.G. de la Police pour urgence. En effet, il avait devant lui ma fille Misako, qui venait d’arriver au village.

« Je suis content de toi, tu as fait preuve d’éclat. Tu as su te débrouiller malgré les inconvénients qui venaient s’ajouter au fil de l’opération. Même si je dois avouer, que sans moi, tu aurais sûrement eu plus de mal à réussir sans trop de victime. J’ai pris du plaisir à être sur le terrain aujourd’hui. J’aime mon métier, j’apprécie d’être le Taicho du village, mais je dois avouer que je suis un homme d’action et j’avais besoin de ressentir de nouveau les sensations du terrain. »

J’espère que j’aurais de nouveau l’occasion de participer à des opérations. J’ai d’ailleurs l’interrogatoire de Katenshedo à mettre en place, mais je ne sais pas quand cela se déroulera exactement, et c’est assez différent que de s’en prendre à une bande de malfrat. Mais, j’ai assez hâte d’interroger le membre du Soshikidan. Je vais pouvoir m’exercer à une passion cachée, celle de faire souffrir les criminels. Je ferais sûrement appel à Reiko pour venir m’assister. Elle pourra apprendre en même temps l’art de soumettre à un interrogatoire, mais aussi, elle saura par sa prestance m’aider dans cette tâche.

« Bon, ce n’est pas tout, mais il faut maintenant s’occuper de la paperasse et il y a des individus à mettre en prison. Je te laisse t’occuper du transport des prisonniers jusqu’à leurs cellules, pendant ce temps, je vais aller faire un rapport à Shuuhei et je lui glisserais un mot sur ta réussite d’aujourd’hui. »

J’en avais fini ici, il était temps pour moi de partir. Avant de m’en aller, j’ai allumé un cigare puis je me suis agrippé à ma canne, prenant ensuite la direction du bureau du Raikage.



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Sam 9 Déc 2017 - 0:29
Ok Taicho...

Rien de plus. Au final, tu l'avais écouté avec un certain intérêt. Bien entendu, tu te foutais bien des éloges qu'il pouvait faire sur toi auprès de Shuuhei. Tu ne vivais pas pour une quelconque renommée ou gloire. Tu faisais cela car tu l'avais décidé et rien d'autre. Mais, tu pouvais quand même constater le bon fond de celui qui te servait de chef. Bien que toujours un peu nonchalant, tu avais au moins pu voir par toi même qu'il ne déméritait pas ton titre de combattant. Quelle brute de puissance... Même après que le combat soit arrivé à son terme, tu voyais toujours du Shuuhei en lui. En soit, ils étaient presque similaires l'un et l'autre.

- Ok, emportez les types qui peuvent encore tenir debout dans leurs cellules. Les autres, escortaient les à l'hôpital et mettez les sur surveillance.


Ceci dit, toi non plus tu n'étais pas exempt de brutalité, voir pas du tout. Tu n'avais pas retenu tes coups et bien que tu n'avais tué personne, tu ne pouvais prétendre qu'ils étaient tous aussi bien qu'avant que tu n'arrives. Tans pis, ils avaient été malchanceux, ils allaient certainement comprendre qu'on ne déconnait pas avec la justice. Du moins, pas tant que tu te chargeais de la faire respecter.

Arrivant alors quelques heures après à ton bureau, nul doute que tu allais devoir faire plusieurs rapports. Encore une fois, tu te retrouvais dans une montagne colossale de paperasse. Une sorte d'autre combat à effectuer, plus vicieux ceci dit. Ici, le seul adversaire était le temps et le sommeil. Bien que cela faisait longtemps que tu ne dormais plus. Tu n'avais pas le temps pour dormir. Tant de chose à faire...

Soupirant, tu faisais néanmoins ton job avec conviction. Tu te doutais bien que la prochaine fois où tu allais retrouver avec ton Taicho n'allait pas se représenter avant longtemps. Il le disait lui même, il n'avait que rarement l'occasion d'aller sur le terrain. A contrario de toi qui devient jongler entre tes deux devoirs...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Attrapez les tous ! [Pv Daisuke]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: