Derniers sujets
Partagez | 

04. Entre mensonges et sentiments


Lun 30 Oct 2017 - 19:48
Quelques minutes après l'envoie de Kaguya Tsukiyomi à l'extérieur du village...

Ce ne fut que quelques minutes après le départ de Kaguya Tsukiyomi que le Mizukage vit arriver un nouveau visage, cette fois-ci familier, dans son bureau. Et la vue de cette personne lui procurait alors un soulagement presque non dissimulé, tant la situation était complexe. Plus qu’un jeu de shogi comme le Seigneur Naragasa lui avait habitué, c’était une vraie course contre la montre à laquelle jouait la deuxième Ombre du village de Kiri. Trouver le traître et en même temps stabiliser la situation au sein de ses concitoyens. Voilà une mission globale qu’il n’aurait jamais pu rêver accomplir seul. Il était certes le maître de ses pensées et de ses décisions, mais il ne pouvait agir librement. Pour cela il lui fallait quelqu’un de confiance, quelqu’un comme…

« Ueno. Si tu savais à quel point ça me fait plaisir de te voir. Merci d’être venue. »

Difficile de rester neutre, pensa-t-il. Son amie, peut-être la plus fidèle parmi les rangs Kirijins, restait une kunoichi liée au village. Elle n’avait donc rien à redire si on la convoquait. Mais pourtant, Yuki Sôsuke se sentait obligé de la remercier. Il savait qu’elle pouvait lui être d’une grande aide. Et elle le prouverait aujourd’hui, sans nulle faute.

« Je t’ai convoquée dans l’urgence, pour une mission aussi secrète que pressante. J’aimerais pouvoir te donner tous les détails de cette opération, mais je te demanderai de me faire confiance. »

Tandis qu’il se levait, l’Amiral attrapa une lettre, qu’il ne manqua pas de plier pour mieux l’adresser à son amie. Il lui donna d’ailleurs tout le temps nécessaire pour la lire et la relire. Il s’agissait sans surprise du courrier adressé par le premier Tsuchikage, qui avait joint une copie des affiches de propagande placardées dans son village.

Sa secrétaire, encore sur la liste des suspects, et Kaguya Hanzô étaient les seuls au courant. Mais pour la suite, en fonction de tout ce qui était arrivé, il fallait que Nakamura Ueno fasse partie du plan. Car la mission qu’elle se verrait confiée était bien trop sensible pour être gérée par un quelconque soldat de Kiri.

« Ces informations sont parvenues trop vite à celui ou celle qui a écrit cette affiche de propagande, rapidement placardée partout dans le village de la Roche. Il y a un traître, parmi Kiri ou la direction du Pays. Je t’envoie avec Yuki Tetsuko en mission, surveiller de loin le responsable du bâtiment postier de l’île principale. »

Yuki Tetsuko venait d’être innocenté, compte tenu du rapport présenté plus tôt par Yuri et les informations données par la poste. Et les bons liens que le Kage avait tissés avec lui justifiaient amplement ce choix.

Concernant le directeur de la poste, sa surveillance était, elle aussi, compréhensible. Toutes les informations sur lesquelles pouvait se baser l’Amiral se reposaient sur son seul témoignage. Et s’il était avéré qu’il avait menti, la personne qui l’avait fait rompre son allégeance et sa bonne conduite était soi politiquement puissant, soit un dangereux guerrier. Dans les deux cas, Nakamura Ueno et Yuki Tetsuko ne seraient pas de trop pour s’occuper d’une telle affaire.

« J’ai recueilli son témoignage et il m’a appris beaucoup. Néanmoins, je ne peux écarter l’hypothèse qu’il ait menti. Si ce n’est pas le cas, alors il sera très facile de trouver le coupable parmi les nôtres. S’il a effectivement fauté, alors il est très probable qu’il informe le vrai responsable et qu’en le pistant… »

La voix du chef de village se fit plus grave, voire peut-être hésitante.

« … vous tombiez sur lui. »

Chose presque inédite, le Nidaime Mizukage s’approcha de son amie. Une main délicatement posée sur son épaule, mais faisant rapidement preuve de fermeté, le regard azuré d’un chef à son soldat trahissait sans doute un tout autre sentiment.

« Cette mission est capitale alors… fais attention, vraiment. S’il te plaît. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2574-sendai-ketten-la-vengeance-du-desert

Mar 31 Oct 2017 - 18:24

L'empressement que j'avais dans chacun de mes pas témoignait que j'avais bien eu le message du Nidaime Mizukage. Il avait été clair, concis, une énième convocation dans son bureau. Ca en devenait presque monotone, mais comment le lui refuser ? Déjà en tant que kunoïchi il était en mon devoir de répondre à ses appels, mais plus encore, en tant qu'ami je ne pouvais l'ignorer. Depuis la dernière fois que nous nous étions vus je n'avais pas eu plus de nouvelle. Il était difficile à cerner depuis qu'il avait été nommé chef de cette cité, déjà que j'avais toujours eu du mal à comprendre lorsqu'il était l'Amiral et qu'il avait choisi une vie en mer, mais à ce jour c'était pire.

Ce fut sans plus de manière et hâtive que je poussai la porte de son bureau. Toujours bien rangé, d'ailleurs, c'en était presque agaçant. Après l'état global du lieu, passant d'une enjambée le seuil de la pièce, je me mis à sourire en croisant ces yeux qui m'observaient déjà. L'Ombre se tenait là, à quelques pas, et son visage plus expressif qu'à l'accoutumée depuis un peu moins d'un mois. « Je me doute bien, tu ferais peu sans moi. » Le taquinai-je d'un rire sourd et je me tus.

Je remarquai son visage marqué, probablement par la fatigue. Il ne devait plus beaucoup dormir avec tout ce qui se tramait dans le village. Les yeux suspicieux, je m'interrogeai intérieurement lorsqu'il exigea ma confiance. Quel idiot celui-la. Après environ une vingtaine d'année il demandait encore ce qu'il possédait aveuglément. Après tout je lui avais bien tendu mon arme, l'être qui m'était le plus précieux. Alors s'il avait besoin de mon soutien, il l'avait.

J'attrapai les nouveaux documents, impatiente, je le dépliai en regardant mon interlocuteur. A ses yeux je compris immédiatement que la situation n'était pas des plus aisées et qu'il aurait préféré que les choses se trament autrement. Mais d'un léger soupir discret j'abaissai mon regard pour y survoler les quelques lignes pour en assimiler le principal. Kiri était accusée de meurtre, celui d'un iwajin, d'un médecin. Mais comment cette information pour le moins conséquente était parvenue, jusqu'à en être placardée sur les murs d'un village si lointain ? C'était plutôt déconcertant et je remis même en doute les derniers jours. Visiblement la proposition de rendez-vous n'avait pas été accepté, pour le moment, par l'ombre de l'eau puisqu'il était face à moi. Rien dans cette lettre ne justifiait une quelconque date, et tandis que le Mizukage ne semblait vouloir que je m'attarde dessus, je ne pus m'empêcher de penser qu'une attaque de notre pays pouvait probablement être menée en cet instant où je reposai mes émeraudes, inquiets cette fois, sur les bleus de Sôsuke.

Il était déjà passé à autre chose. Il ne souhaitait décidément pas que je m'en mêle, alors tel était son souhait, tel était ce que je ne demanderais pas. Il évoqua la potentiel présence d'un délateur, le genre qui voulait en effet corrompre le monde, ou alors plus simplement mettre Kiri dans une situation qui pourrait lui être fatale. D'une inspiration, j'acquiesçai. Une mission avec la petite pie. Un choix intéressant, bien que terriblement dangereux, mais ça peut-être ne le savait-il pas, et avec les règlements de comptes internes aux Sabreurs il était peut-être temps d'agir comme un clan, ensemble.

Lorsqu'il reprit, je me fis plus attentive encore. Chose inédite, il en devenait nerveux, et si Yuki Sôsuke était préoccupé, alors je devais l'être aussi. La mission n'était pas compliquée pourtant il ne pouvait pas me cacher, pas à moi ce qu'il en présageait. Le pire était encore à venir. Sa main posée sur mon épaule je me mis à froncer les sourcils. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas eu de geste, que je n'étais pas retombée une petite vingtaine d'années en arrière, lorsque je n'étais qu'une enfant présomptueuse et lui un jeune adolescent amusé devant cette boule de nerfs ambulante. Les mâchoires serrées, je dégageai sa main d'un mouvement d'épaule et me décidai à retomber finalement au creux de mon enfance. Les bras entourant ses épaules, il était évident que cette affection n'était plus de l'ordre de l'ordinaire mais je me mis à sourire discrètement. Le menton posé sur son épaule je soupirai doucement et ne pus que murmurer. « Si je ne te connaissais pas je croirais que tu as peur que j'échoue. » C'était une petite fille qui cette fois enlaçait son aîné. Bien du temps avait passé mais il me procurait toujours cette même chaleur que j'avais refusé de son propre sang, ma propre chair : la chaleur d'un proche, de celui qui avait veillé sur moi à chaque fois qu'il revenait. Une famille que j'avais laissé pour compte et que j'avais fini par accepter à l'époque où mes sentiments étaient toujours plein d'incertitude. Yuki Sôsuke était cette maison pour moi.

Sans plus de dérogation pour cet instant particulier, je le relâchai et m'écartai d'un pas, le regard se voulant humble mais il était difficile de rester neutre. « Je pourrais me vexer que tu ne crois plus en mes capacités, Sôsuke. Mais je vais revenir te faire regretter ça. » Un brin d'humour mais sans un mot de plus je me retournai et me dirigeai vers la porte. Seulement un signe de la main pour le saluer, après tout il était ma famille avant même d'être mon Kage.

* * *

La cadence toujours pressée, j'avais emporté le stricte nécessaire pour ce court voyage et je me hâtai vers la sortie du village. Je ne pouvais repenser à toute cette affaire et ce fut les deux lettres en main, la tête plongée dedans, que je finis par m'arrêter subitement lorsque, d'une vérification furtive, je reconnus la silhouette du jeune Tetsuko. Une inspiration, une expiration, et je remis correctement mon épée coincée à ma taille pour finalement m'avancer. « Alors, prêt ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t430-nakamura-ueno-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t638-route-de-nakamura-ueno

Mer 1 Nov 2017 - 1:11
...

L'avenir se cachait par-delà une brume aussi épaisse que haute. Entre mensonges et sentiments, on pouvait distinguer quelques brides d'espoir qui se terraient ici et là, craintives d'être rompu par ce shinobi là un peu trop cassandre. Adossé à mur quelconque, il attendait la venue d'une kunoichi pas si inconnue. Le soleil pointait à peine le bout de son nez qu'il en avait déjà gros, comme mué par une envie irrépressible de tout fracasser dans son chemin. Loin de la vie idéale, il s'était levé du mauvais pied. Lui qui avait tout pour goûter à la paisibilité se contentait de ressasser les éléments les plus amers de sa triste et courte une existence. Une colocataire qui se jouait de lui comme on joue avec un ballon, oscillant entre caresse et saignée. Un oncle qui revenait prendre un siège qui ne lui revenait pas de droit et qui, comme tout le reste de la putain de confrérie, n'estimait pas à sa juste valeur le prince élu. Non, les raisons n'étaient guère justes et demeuraient toutes teintées d'un soupçon d'acrimonie par le jeune Yuki qui ne trouvaient pas satisfaction pour ses pulsions. Il désirait guerroyer, batailler, mettre à feu et à cendre des bâtisses, déformer des os et repaître ce sol infertile d'un sang qui n'était pas le sien. Fougueux, il avait envie de tout, sauf de rester les bras croisés. Cette envie lancinante avait ça de bon pour son fragile esprit de lui permettre d'évacuer toute maussaderie, de se dérober de cognition répétitive et insistante qui ne cessait de lui rappeler un fait qu'il ne désirait pas assimiler : Tu n'es rien.

Le pied cliquetant et vibrant, c'est donc vers l'objectif de sa mission qu'il allait plonger son esprit afin de s'occuper la tête. Ses doigts craquelaient tant l'impatience se faisait ressentir. Un traître ? Un félon ? Qu'importe l'objet de la missive, il allait déguster le courroux d'un Sabreur en peine de sensation et en proie à ses démons. S'il avait encore un peu de mal à capter les informations et à dessiner le portrait de la situation, il n'en demandait pas plus. Les ordres étaient clairs et simples, et c'est donc avec un simple signe de tête qu'il répondit à l'interrogation de la vipère qui venait de pointer le bout de son nez écaillé.
« Toujours. Allons-y. »
Ni une, ni deux, le duo était en marche. Leur destination ? Le postier et sa bâtisse. Et c'est donc sans un mot, le regard déterminés que les deux protagonistes décidaient d'un simple regard de la marche à suivre.

...

Muets et invisibles, les voilà camouflés sous l'ombre d'un arbre et la présence de ses buissons à une bonne distance de l'édifice qui commençait à présenter une pointe d'activité. L'un sous la terre ne pointant qu'un bout de face, l'autre à ses côtés, ils étaient là, le regard rivé vers l'objectif, prêt à répondre. Répondre à quoi ? À tout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Mer 1 Nov 2017 - 23:50

L'impatience commençait à peser depuis déjà bon nombre de minutes. Trop peut-être pour que je puisse y mettre un chiffre défini. L'ambiance n'était pas non plus à son apogée. A croire que pour si peu nous avions tant de mal à nous exprimer. Si peu... Cela n'avait été qu'une petite éraflure. Puis je l'avais emmené à l'hôpital ensuite. Avec la dernière réunion de la Confrérie nous étions tous censés avoir évacué nos rancunes, nos peines, nos défauts. Pour repartir sur de bonnes bases semblait-il. Pourtant je ne m'étais jamais sentie aussi embarrassée d'une telle situation, et ce n'était pas le plus aisé lorsqu'une kunoïchi partait en mission. Derrière tout ça, toutes ces frasques qui me restaient à l'esprit, un Sôsuke inquiet qui ne désirait que faire bonne figure mais que je connaissais bien mieux que de simples chimères sur le faciès, et maintenant ce gamin qui avait été un inconnu puis un frère, un ennemi, je ne savais même plus ce qu'il était aujourd'hui. Lui non plus ne semblait pas vraiment savoir.

Le silence avait fait office d'égérie jusqu'à présent et finalement ce n'était pas plus mal comme ça. Je le regardais dans son trou, enfoncé dans la terre, comprenant dès lors qu'il était utilisateur de cette affinité. C'était une chose plutôt bonne à savoir, et comme je devais m'attendre au pire, je décidai de creuser l'abcès, bien que d'un ton maladroitement froid je lui chuchotai. « Sôsuke pense que cette mission pourrait mal tourner, tu dois peut-être le savoir.. Mais j'aimerais te le répéter. Au-delà du responsable de bâtisse postière, il se peut que le cerveau de tout ça soit au courant. » Je le toisais de mon emplacement, assise derrière un gros tronc d'arbre à côté duquel se trouvaient des buissons feuillus.

Tournant le haut de mon corps, je me mis finalement à genoux, prête à bondir si jamais cela était nécessaire, et je repris, plus bas encore. « Il est possible que cette personne à la tête de l'opération s'en prenne à nous, donc Tetsuko, sois prudent. » Je m'attendais avec pertinence à ce qu'il prenne probablement mal ma consigne pourtant je m'arrêtai là et tendis l'oreille. Mais ce fut d'un œil vif que cet homme âgé, propre sur lui, pressait ses pas jusqu'à la porte du bâtiment. « Je crois que c'est lui. » Fis-je d'un murmure à basse fréquence tandis que je jetai un regard à mon partenaire d'un jour. Fine équipe que nous étions. Une fois à droite, une fois à gauche, je me mis à réfléchir un court instant avant de revenir vers lui. « Je vais aller me percher dans cet arbre, avec autant de feuille je ne serais pas repérée, et comme ça on aura plus de vision à deux. » Sans attente supplémentaire, j'attendis expressément que le directeur entre dans son domaine pour finalement faire un bond, m'accrocher à la première branche venue et escalader ledit arbre pour me poser sur une branche à mi-hauteur. De là où j'étais je pouvais observer la petite silhouette de la tête sortant du sol appartenant à mon confrère, mais en relevant les yeux je pouvais voir à travers les fenêtres le bureau du gestionnaire de la poste. Notre cible à espionner.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t430-nakamura-ueno-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t638-route-de-nakamura-ueno

Sam 4 Nov 2017 - 10:13
...


Elle avait fait travailler sa cabosse, il s'en rendait compte. Au-delà de la vipère qu'il avait autrefois haïe et provoquée, se cachait une kunoichi sûre d'elle qui d'un œil acéré avait déjà évalué la situation et les différentes composantes de la mission. Hmpf.. Embourbée dans son élément naturel, la petite taupe démontrait une nouvelle fois son inconfort à être sermonnée. Lui qui se croyait tout-puissant n'appréciait guère les mots de prudence et de danger. Car à ses yeux, le danger c'était lui. Traduisant tout de même un certain respect concernant les directives de la kunoichi d'un simple signe de tête, il daigna à sortir un morceau de plus de sa tête afin d'expectorer quelques mots plus doux qu'à son habitude.
« D'accord, je reste au sol et je quadrille le secteur. Fais attention à toi Ueno, il est temps de redorer la confrérie... »
Immature, il tentait tout de même de démontrer une pointe de développement. Lui qui n'était guère encore un adulte prenait aujourd'hui conscience du réel bien que ça fait d'être aux cotés d'un coéquipier de confiance. Ça lui sautait aux yeux, il n'y avait rien de bon à tirer de cette pseudo-jouissance de souffrir et de faire souffrir d'une relation malsaine.

Planté de plus bel dans son lopin de terre, enchaînant une flambée de mudra dans le sol, ce sont 3 clones de terre qui venaient de prendre vie à l'insu de toute vision sur-terrestre. Après une petite nage de leur part, ce sont à présent quatre têtes de Tetsuko qui jaillissaient du sol, comme une fleur aurait éclot, afin de pleinement cercler la bâtisse, toujours à l'abri des regards sous un buisson, sous une ombre dense ou encore sous l'habit délicat d'une boue visqueuse.

Il était l'heure du renouveau. Aujourd'hui, il espérait bien faire face au grand manitou de toute cette affaire. Aujourd'hui, il était l'heure de redonner à la Confrérie des Spadassins son heure de gloire. Aujourd'hui serait un jour de retentissement à l'éloge des porteurs d'armes légendaires.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Ven 24 Nov 2017 - 21:29
Une vingtaine de minutes venait de défiler depuis le début de la surveillance des deux kirijin spadassins. Au loin, le bruit des combats s'était fait entendre et c'est dans la cohue la plus générale que tous les civils avaient fui la zone. Le sol avait tremblé, les arbres étaient tombés et le bâtiment de poste venait d'être réduit à néant. Ce n'est que maintenant que le silence venait de reprendre sa place en même temps que les oiseaux qui revenaient de leur fuite. Une silhouette singulière s'escarpait des ruines avant de prendre la fuite d'une marche aussi sereine que nonchalante. Dans son sillage, deux cadavres.

Nakamura Ueno était là, embrochée par une grille de béton armée au niveau de sa panse. Au compte-goutte, son plasma la quittait avant de venir former une large mare deux mètres plus bas. Empalée par cet amas de métal qui la soutenait en l'air, c'est vers le ciel que son dernier regard s'en était là, de la même manière que c'est vers les bois et leur infinité que son épée vivante s'était dirigée.

Yuki Tetsuko quant à lui avait soufflé son dernier souffle au sol. Il était là, allongé, un bras en moins, ses côtes et son visage fracturés, baignant dans une flaque de son propre sang que l'individu avait fait couler. Son épée épuisée demeurait à ses côtés, fermement plantée dans le sol comme pour imager la tombe d'un soldat affligé.

Entre mensonges et sentiments, l'histoire venait de connaître un tourment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

04. Entre mensonges et sentiments

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Événements :: Intrigue n°4 : Rétablir la vérité
Sauter vers: