Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Solo - Le passé, le présent et le futur... Se rejoignent tout trois à un moment donné.


Mar 31 Oct 2017 - 17:13
Du sable à perte de vue, encore et encore. Si ce paysage avait bercé mon enfance et que je l’adulais juqu’alors, maintenant, c’est différent. Vraiment ! Parce que depuis que j’ai quitté la Banque Sabaku, je suis toute seule, n’ayant croisé que quelque nomade se dirigeant vers la bâtisse. Donc, dans le sens opposé. Aucun compagnon de voyage potentiel. Je suis donc inlassablement seule. Mais bon, ces quelques passants, ne m’ont aucunement été inutile. Après tout, ils ont quand même réussi à me fournir quelques informations intéressantes sur une caravane bien précise. Troupe de voyageurs assez semblables à mes anciens compagnons. Enfin, les informations fournies restent quand même assez vagues, chose assez ennuyante. Mais bon, au moins, je sais vers où ils se dirigent… Approximativement. Du coup, je vais encore marcher dans le sable des jours et des jours encore. Et dire que bien trop, j’avais le mal du pays, que je regrettais d’être partie d’ici… Alors comment dire que là… Je suis sevrée pour un bon bout de temps. Car au final, quand on à goûter à la vie bien plus clémente en dehors du désert, on ne peut que tendre à retrouver vers elle. Une sorte de vie un peu plus stable qui permet réellement de se poser quelque part et d’avoir de vraies habitudes. Pas comme ici, où on est obligé de bouger tout le temps, de vivre une vie de nomade au gré des tempêtes de sables et de la canicule. Ici, c’est marche ou crève. Alors on marche encore et encore. Bon. Il est vrai que je désire encore voyager, mais pour voir le monde, pas pour voir toujours des monticules de sables. Je suis désireuse de découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles contrées, pas toujours cette étendue désertique que j’ai vu changer au fil des années.

Ma capuche sur la tête, la sueur qui perle sur mon front. J’ai comme le sentiment d’avoir perdu le fil des jours, ne sachant plus depuis combien de temps j’ai quitté Shito. Parce qu’ici, à marcher encore et toujours, les jours se ressemblent et même si je me doute que je gagne du terrain sur la caravane devant moi, je ne peux m’empêcher d’avoir cette impression. Parce que tout ça, c’est abstrait au final. Cette pseudo course, cette notion de temps. Qu’est-ce que le temps au final ? Une façon de rythmer les jours, les années. Un désire d’avoir l’impression d’avancer et pas de stagner ou de reculer. Mais au final, le temps, c’est une notion relative et uniquement importante quand des choses importantes doivent réellement être accomplie. Alors, c’est peut-être pour cela que dans mon cas, actuellement, j’ai plus l’impression de perdre mon temps qu’autre chose. Car si cela se trouve, notre chef au Soshikidan, Alderan avait des choses biens plus sérieuses de prévues pour moi une fois ma mission finie ici. Si cela, il n’apprécie guère que je prenne autant de temps pour ce qui au final était une demande toute simple d’accord. Un aller-retour aurait été bon. Sauf que non, pas avec moi, pas pour moi. Alors, ouais, je m’en fous un peu de ce qu’il veut et des remontrances qu’il pourra me faire à mon retour à Shito. Tout le monde sait que quand j’ai une idée en tête, je la suis et fais en sorte de la réaliser. Je n’ai jamais caché que je fonctionnais de la sorte, ni même que je suis une fille impulsive et capricieuse. Ainsi, Alderan est supposé savoir même si je n’ai jamais eu le loisir de converser avec lui. Oui, je sais, en réalité, c’est impossible qu’il le sache et comment dire que je m’en arrange parfaitement ? Après tout, s’il ne se renseigne pas un minimum sur ses équipes, est-ce que j’en suis responsable ? Non, alors, je ne suis coupable de rien, sauf d’être restée fidèle à moi-même. Après tout, il lui aurait suffi de demander et il aurait su. Je n’ai rien à cacher, ainsi, il aurait eu tout le loisir d’avoir toutes les informations qu’il le désire me concernant. Bien que probablement, il sache déjà des choses à mon sujet, sinon, en aucun moment, il n’aurait eu l’idée de m’envoyer moi, une nouvelle recrue à Kaze. Il a dû apprendre par je ne sais qui que c’était mon pays natal et prendre cette décision de m’envoyer moi, plutôt que n’importe quel autre ninja qu’il avait sous la main. Un choix qui peut être parfois judicieux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Mar 31 Oct 2017 - 17:16
« Quels mauvais augures que voilà ?! »

Et oui, finalement, après plusieurs jours d’une pseudo traque pour trouver leurs traces et finalement les rattraper, je me tiens devant eux. Faisant face à ses vieilles poules mouillées que j’ai plantée là, il y a maintenant presque un an. Ma dernière confrontation avec les vieux du conseil avait conduit à mon départ et celui de plusieurs autres personnes du clan vers Kumo et d’autre contrée. Le désir de sortir du désert, de découvrir l’ailleurs, une vie plus clémente peut-être sans pour autant cracher sur nos traditions et croyances.

« Nous n’escomptions plus revoir ton visage Ryüka. »
« Je me serais bien tenue de me retrouver à nouveau devant vos visages blêmes et peureux du monde avoisinant, mais vous avez en votre possession un objet que je convoite. »
« Hélas, jeune fille, nous n’avons rien pour toi. Quand tu as décidé de ton plein gré de t’en aller en faisant une pseudo mutinerie, tu as fait une croix sur nos effets. »

Un soupire franchit alors mes lèvres, preuves de mon agacement envers ses vieux débris. Fous, incompétent et surtout, peureux. Ils n’apporteront jamais rien de bon au clan avec de tels discours. Ce n’était en rien une mutinerie mon départ. J’ai juste dit tout haut ce que beaucoup pensait tout bas.

« Vous pensez réellement qu’en agissant de la sorte vous allez réussir à toujours tout préserver pour vous ? Un jour vous disparaîtrez et personnes ne se souviendra de vous, de votre nom. Pour tout dire, même actuellement personne ne sait que nous existons. J’ai rencontré une Meikyû qui n’a même pas réagit à l’entente du nom Nakasu. Notre nom ne signifie rien et je refuse de laisser cela ainsi. Laissez-moi prendre ce que je veux. Laissez-moi dévoiler au monde notre nom et notre puissance ! »
« Nous n’allons pas changer nos règles avec tes pseudo belle parole Ryüka la proscrite ! »
« Nos lois sont faites pour notre survie et notre prospérité. Il est hors de questions que nous te remettons l’objet de tes convoitises. Tu nous as renié, tu es partie et tu ne fais dès lors plus partie des nôtres. »
« Il ne fallait pas cracher sur tes origines ! »
« Tu aurais dû te fondre dans le moule. »
« Trouver ta place parmi nous au lieu de fuir comme la misérable que tu es devenue. »

Ma langue claque contre mon palais en entendant toutes les jérémiades. Mais au moins, il est clair que je n’aurais pas ce que je suis venue chercher. Du moins, pas avec leurs consentements, mais je l’obtiendrais. Je refuse d’avoir fait tout ce chemin pour rien ! Néanmoins, je suis quand même agacée que ça ne soit pas avec facilité que j’obtiennes cela. Mais bon, pour utiliser ma seconde option, je compte commencer dès maintenant à me jouer d’eux.

« Je vois. Ainsi, je suis venue pour rien. Néanmoins, avant de faire le chemin en sens inverse, puis-je profiter de votre charité ? Il me semble qu’il est de coutume pour vous d’aider les voyageurs dans le besoin. Et il s’avère que je réponds justement à ce critère. Je n’ai plus d’eau et je suis fatiguée. Alors, n’allez donc pas changer vos coutumes pour moi. Je sais déjà où je dois aller, alors ne vous inquiétez pas. Et je partirais demain matin, une fois reposée d’une bonne nuit de sommeil et ma gourde pleine d’eau. »

Je fais alors rapidement volte-face, laisser ainsi, ces vieux fous interdits par mes mots. Je m’impose à eux avec pour seule idée, obtenir le parchemin que je suis venue chercher. Mais là, à cet instant précis, je suis certaine qu’ils l’ont mauvaises que j’ai retourné leurs mots contre eux, prouvant ainsi, que je connais encore plus que bien leurs fonctionnements. En même temps, je n’ai jamais craché sur mes dix-huit années en leurs compagnies. C’est eux qui fabulent tout cela. M’enfin, de toute façon, je suis ravie d’avoir pu retourner leurs mots contre eux. C’est d’ailleurs avec un léger sourire triomphal que j’ai quitté leurs installations pour aller prendre place dans celle réservée aux étrangers. En franchissant l’entrée de cet endroit dans lequel je vais dormir une nuit, je ne peux m’empêcher d’éprouver un peu de remord. Jamais, je n’avais imaginé qu’un jour, je serais considérée comme une étrangère par les miens. Est-ce qu’à Kumo, maintenant à cause de ma désertion, on me considère également comme une étrangère ? Oui, sûrement. Cette pensée m’agace au final, parce que je n’ai au fond, plus aucun chez moi. Enfin, si, au Soshikidan. Peut-être que dans un sens, ce n’est pas plus mal qu’il en soit ainsi. Dans tous les cas, voir qu’ils crachent comme cela sur moi, si facilement… Cela me désole réellement. Car en réalité, en aucun moment, je ne m’étais imaginé qu’ils seraient aussi rancuniers et prompte à m’en vouloir… J’avais quand même l’espoir qu’il accepte la demande, ors là, ils l’ont refusée sans même savoir en quoi elle consistait… Et dire que je fais tout ça pour sortir notre nom de l’anonymat… Peut-être que je devrais changer de patronyme en vue du peu de respect que j’ai de leurs part…. Bande de rats ! Dans tous les cas, j’ai trouvé de quoi m’occuper en attendant que la nuit ne tombe.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Mar 31 Oct 2017 - 17:17
Si le jour dans le désert est aride, la nuit, elle est belle et bien son opposée. Sombre et Glaciale. Pourtant, il n’y a nul autre endroit au monde, du moins, à ma connaissance qui donne une meilleure vue sur la voûte céleste. De cette façon, alors que je me prépare pour réaliser mon méfait, je me laisse allez quelques secondes, voir quelques minutes à profiter de cette vue plus que magnifique. Contemplant ce ciel étoilé. J’ai l’impression de faire un bond dans le passé, un retour en arrière, de me revoir dans ce même désert en compagnie de mon aîné à profiter de ce même spectacle. Un spectacle que la nature nous offre bien souvent mais que l’on tend à ignorer, parce que trop occuper à autre chose. Avec mon frère, on aimait se poser sur une dune de sable malgré la fraicheur de la nuit et observer les étoiles. Je pense que l’un comme l’autre, c’est cela qui nous à donner l’envie de voyager, de bouger au-delà des frontières de sable. Peut-être que je le reverrais un jour. Je l’espère en tout cas. Il me manque ! C’est d’ailleurs sa faute, en quelque sorte, si je me trouve ici présentement. Parce que tout ça, cet instant, la chose pourquoi je suis venue ici… Tout a commencé il y a bien des années par une nuit similaire. Je ne me souviens plus exactement à quand elle remonte, trop de temps est passés et pas assez en même temps. Pourtant malgré cela, je ne me souviens que vaguement de cette soirée. Mais elle est à l’origine de tout. Une simple conversation avec mon aîné qui au final, m’a marqué plus que prévu. Car c’est à cause de ça, pour lui, que je suis là aujourd’hui. C’est pour tenter d’avoir un petit lien en plus avec lui, pour me rapprocher de l’icône qu’il représente pour moi. Pourtant, je me rends bien compte que c’est illusoire de vouloir cela, mais je n’y peux rien. Je peux être sentimentale quand je veux.

Silencieuse, avançant maintenant à pas feutrer, à la limite même de retenir mon souffle, je m’aventure dans cet endroit dont ils m’ont interdit l’accès quelque heures plus tôt. L’infiltration n’a jamais réellement été mon fort, tout comme la discrétion tout simplement, mais parfois, il faut bien tenter de s’improviser. Alors, me repérant comme je peux, à la faible lueur d’une bougie, je parcours rapidement du regard les différents écriteaux, cherchant à les comprendre aussi rapidement que possible, mais mes lacunes en lecture sont toujours là. Une véritable horreur ! Me concentrant sur cela tout en restant quand bien même à l’affût du moindre bruit avoisinant, je dépose ma lumière sur le côté pour fouiller plus rapidement et tenter de trouver le parchemin d’invocation du diable cornu, que mon frangin voulait comme invocation. Il a dû signer le pacte il y a des années de ça, même si je ne l’ai guère vu faire. Parcourant les différents mots écrit, je finis par trouver ce qui me semble être ce que je cherche. Moloch Horridus, c’est ce que je déchiffre sur l’entête du parchemin que je viens de rapidement ouvrir.

« Je l’ai ! » M’exclamais-je alors, peut-être un peu trop fort. Je souffle alors rapidement sur la bougie, me retrouvant dans une pseudo-obscurité. Sait-on jamais que j’ai réveillé ou attiré l’attention de quelqu’un dans les alentours. Restant donc immobile et silencieuse dans le noir, je réfléchis à comment sortir de là rapidement et aussi discrètement que possible… La patience. C’est ce qu’il faut. Serrant le parchemin contre moi, je ne lâcherais ce trésor pour rien au monde. Sourire aux lèvres. J’attends. Je compte dans ma tête. Me demandant si mon frère sera ravi d’apprendre que j’ai la même invocation que lui, du moins, s’il a réellement fait ce pacte. C’était son idée de base. J’aurais dû le faire avant de partir déjà, mais je n’y avais pas pensé et là, je saisis cette opportunité. Allez, j’y vais !

Sortant dans la tente en courant, j’attrape rapidement mon sac que j’avais préparé au préalable et je fuis. Aussi vite que possible. Courant comme jamais, comme si ma vie en dépendait alors qu’aucune alerte n’a été donné. Peut-être qu’ils s’en doutaient ? Oui, c’est fort probable. Peut-être même qu’au fond, ils me soutiennent quand même un peu ? Je n’en sais rien et ce n’est nullement le moment de réfléchir à tout cela ! Parce que je détale comme un lapin, prenant mes jambes à mon cou, profitant dans la froideur de la nuit pour courir au maximum et ainsi pouvoir mettre le plus de distance entre eux et moi. Parce qu’à l’aube, quand le jour pointera, je serais d’une loin, mais de deux, entrain de signer ce pacte !

A bout de souffle, toujours un peu euphorique, voilà comment je suis à cet instant alors que je m’arrête enfin de courir, attrapant l’une de mes gourdes pour boire plusieurs gorgées d’une seule traite. J’aurais dû y aller un peu plus molo, mais non… Trop pressée dans un sens et maintenant que le soleil montre enfin quelqu’un de ses rayons, je m’offre un peu de répit, pour m’asseoir et enfin dérouler complètement le parchemin pour le parcourir plus du regard que le lire. Mordant rapidement mon pouce à sang, j’écris rapidement mon nom et prénom sur le papier. Ryüka Nakasu. Voilà ce qui s’ajoute à la longue liste de Nakasu déjà répertorié sur ce parchemin… C’est d’ailleurs seulement là que je prends la peine de chercher le prénom de mon aîné. En vain. Désillusion. Il n’a dont pas suivi son envie de prendre le diable cornu en invocation ? Je suis déçue, mais au moins, l’un de nous deux-là et ça, c’est ce qu’il y a de plus important ! Désireuse d’ailleurs de voir la frimousse de mon invocation, rapidement, je me permets de l’invoquer.

Un corps noir.
Un dard.
Des ailes.

Non… Non… Non… Ce n’est pas le diable cornu ! Je pousse un cri de rage devant l’animal qui se virevolte devant moi. Jetant du sable dans ma rage. Ce n’est pas possible ! Je n’y crois pas. Je peste, puis finalement j’attrape le parchemin et relis l’entête comme je peux… Et là… Là, je réalise que je me suis réellement fait avoir par ma lacune. Tellement nulle en lecture et désireuse d’avoir rapidement le parchemin du Moloch horridus entre les mains, j’ai bafouillé les symboles… Car ce que j’ai entre les mains et que je viens de signer… C’est le pacte de la guêpe du désert…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Solo - Le passé, le présent et le futur... Se rejoignent tout trois à un moment donné.

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent
Sauter vers: